Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    217
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Tout ce qui a été posté par Eveline Luca

  1. Quand on parle de SUV, on l’associe rarement à une faible consommation. On s’attend presque toujours à ce que ce type de véhicule, qu’il soit destiné à un usage urbain, routier ou sur autoroute, consomme une grande quantité de carburant. Raison pour laquelle sans doute, si le design, les options et la performance sont autant de critères à prendre en compte au moment de choisir un SUV, la consommation est presque toujours reléguée aux oubliettes. Et pourtant, des SUV qui consomment moins, ça existe bel et bien ! La majorité des constructeurs ont rivalisé d’intelligence pour pouvoir proposer aux consommateurs des voitures à la fois puissants, performants, confortables et réellement économiques. Et ce, qu’ils soient destinés à des usages en ville ou sur route. Découvrez notre sélection des 6 SUV qui consomment le moins. Les SUV qui consomment le moins avec un moteur à essence Quand on parle de consommation de carburant, les voitures ayant une motorisation essence sont celles que l’on redoute le plus. Et pour cause ? L’essence coûte extrêmement chère. Voilà pourquoi, la majorité des acheteurs préfèrent sacrifier les modèles sportifs et puissantes, au profit d’un modèle diesel – nettement moins onéreux. Pour éviter cela, de nombreux constructeurs ont développé des SUV essence qui ne consomment pas. Et ce, sans qu’il ne s’agisse de voiture Hybride ou rechargeable. Les SUV urbains qui consomment le moins Dans la catégorie des SUV compacts et sobres, deux constructeurs sortent du lot de par une consommation exceptionnellement faible en ville. La Peugeot 2008 PureTech 130 La Peugeot 2008 figure parmi les SUV les plus sobres qui soit. Propulsée par un moteur 1.2 PureTech, de 3 cylindres et de 90 chevaux, il consomme en moyenne entre 4.4 l et 5.1 l/100 km en milieu urbain. Raison pour laquelle, bien qu’elle ne soit pas née de la dernière pluie, elle reste, à ce jour, l‘une des SUV les plus appréciés et utilisés. La Suzuki Ignis A la fois léger, compact et sobre, la Suzuki Ignis gagne la première place des SUV qui consomment le moins. Propulsée par un 1.2 Dualjet atmosphérique de 4 cylindres et de 90 chevaux, elle affiche une consommation moyenne comprise entre 4.6 l et 5.3 l/100 km en ville. Les SUV qui consomment le moins sur route Dans la catégories des SUV qui consomment le moins sur route, un véhicule s’est démarqué : la BMW XI La BMW XI La BMW XI a connu un franc succès depuis sa sortie. Elle figure en première liste des voitures les plus vendues sur le territoire européen depuis son lancement en 2019. Propulsée par un moteur sDrive 18d BVA de 150 ch, elle consomme en moyenne 5.4 l/100 km sur route. Les SUV qui consomment le moins avec un moteur diesel Parce qu’un SUV consomme forcément plus, un SUV diesel ne peut qu'être plus apprécié. Bien que le coût de ce carburant ait augmenté en effet, il n’en demeure pas moins qu’il coûte toujours moins cher que l’essence d’un côté, et qu’un SUV qui carbure au gasoil consomme toujours moins d’un autre. Et cette règle vaut aussi bien en ville que sur route. Il faut aussi noter que ce type de véhicule émet moins de CO2. Les SUV urbains diesel qui consomment le moins Si vous recherchez une SUV qui consomme peu pour un usage en ville, vous aurez l’embarras du choix. Il y en a au moins une vingtaine parmi lesquelles vous pourrez sélectionner en tenant compte – non pas seulement de la consommation – mais aussi de l’esthétique et des performances. Pour notre part, nous avons sélectionné pour vous les deux véhicules affichant la plus faible consommation. La Renault Captur dCi 110 Energy Intens Cette SUV en fait rêver plus d’un. Lancée en 2015 et bien qu’elle ne soit plus commercialisée depuis, les versions d’occasion de la Renault Capture dCI 110 Energy Intens s’arrachent encore comme des petits pains. Et pour cause ? Propulsée par un moteur 4 cylindres de 110 ch, cette petite merveille dotée d’un réservoir de 45 litres ne consomme que 3.7 l/100 km en milieu urbain. La Peugeot 2008 1.5 BlueHDi 100 Qu’elle soit dotée d’un moteur essence ou diesel, la Peugeot 2008 brille par sa faible consommation. Le modèle 1.5 BlueHDi 100, sorti en 2020 nous intéresse particulièrement. Véhicule à vitesse manuelle, propulsé par un moteur d’une capacité de 1.5 litres, de 4 cylindres et d’une puissance de 100 ch, il ne consomme en moyenne entre 3.60 et 4.2 l/100 km en milieu urbain, et encore moins, c’est-à-dire en moyenne 3.30 l/100 km sur route. Les SUV qui consomment le moins sur route avec une motorisation diesel Dans la catégorie des SUV à motorisation diesel à faible consommation, u véhicule sort du lot : la Nissan Qashqai. La Nissan Qashqai figure dans la top 10 des voitures les plus vendues dans le monde. Présentée pour la première fois lors du salon de Genève de 2004, le modèle embarquant un moteur 1.5 dCi d’une puissance de 115 ch affiche une consommation plus que raisonnable sur toute : 5.7 l/100 km seulement !
  2. Vous êtes à la recherche de la bonne plateforme numérique pour passer une petite annonce concernant une vente de véhicule d’occasion ? Ou serait-ce plutôt pour en acheter ? Sachez que, quelle que soit la raison pour laquelle vous êtes en quête des meilleurs sites de petites annonces, vous en trouverez effectivement en ligne jouissant d’une très bonne réputation auprès du public. Mais pour y arriver et espérer des issues favorables, il vous faut au préalable connaître ces sites. Pour vous alléger la tâche, on a visité les plus populaires, et voici notre sélection des meilleurs parmi la bonne dizaine que nous avons visités. La Centrale, le site parfait pour de petites annonces automobiles La notoriété et le sérieux que ce site inspire aux annonceurs viennent en partie du fait qu’à l’origine, la Centrale était un journal hebdomadaire de petites annonces automobiles avant d’être aujourd’hui un site internet. A cette époque, elle portait l’appellation de « La Centrale des particuliers ». C’est à partir de l’année 2009, que la version papier du journal a cessé d’exister. Créé depuis l’année 1999, le site est à ce jour un modèle parmi tant d’autres pour tout acheteur et vendeur de voitures d’occasion. Il n’est donc pas étonnant d’apprendre que ce site avec Caradisiac ont à leur actif près de 2,48 millions de visiteurs uniques de façon mensuelle. Leboncoin, le site incontournable où passer les petites annonces d’automobiles Il n’est pas possible de parler des meilleurs sites de petites annonces sans évoquer Leboncoin. En effet, depuis sa création en 2006, cette plateforme numérique n’a cessé de mettre en confiance plusieurs vendeurs et acquéreurs de véhicules d’occasion. Il est tout à fait normal que ce site soit devenu au bout de presque quinze ans d’existence, une référence sur le marché de l’achat et de la vente de voitures d’occasion. La preuve, professionnels et particuliers n’hésitent pas à y déposer leurs annonces. Cela dit, si vous êtes un professionnel, il vous faudra payer une commission avant de pouvoir faire passer vos annonces sur ce site. Cette règle est entrée en vigueur à partir de novembre 2014. Cette mesure témoigne du professionnalisme du site, car malgré elle, le site arrive à totaliser chaque mois des millions de visites uniques. Auto Sélection, un site de petites annonces français Créée en 2005, ce site français est à ce jour l’un des plus utilisés par les français pour passer leurs petites annonces automobiles. Une petite visite du site vous permettra de vous rendre compte de sa notoriété. Vous y trouverez plus de 120 000 annonces de voitures, parmi lesquelles figurent en très grande majorité les véhicules d’occasion. Par ailleurs, cette plateforme n’a pas été exclusivement créée pour les petites annonces. Elle fournit également d’autres services comme les fiches techniques, la côte mais aussi la documentation automobile. ParuVendu, un site fiable dont les prestations sont bonnes Quand on connaît l’histoire particulièrement agitée de ParuVendu, on comprend tout de suite qu’il s’agit d’un vrai survivant. Si les nombreuses sociétés de presse gratuite du groupe Hersant Média qui contribuaient à faire vivre le site ont été contraintes par la baisse de leurs chiffres d’affaires en 2011 à mettre la clé sous la porte, le site a par contre réussi à survivre grâce à son rachat par Digital Virgo. Depuis lors, le site créé en 1998 ne cesse de se faire davantage connaître par sa rubrique dédiée à l’automobile où des petites annonces de particuliers et de professionnels sont régulièrement publiées. Déjà en 2013, conformément aux chiffres avancés par Médiamétrie, ParuVendu avait réussi à totaliser plus de 1,35 millions de visiteurs uniques mensuellement. Un exploit qu’il n’a d’ailleurs pas cessé de rééditer. L’Argus pour des petites annonces de voitures d’occasion percutantes Voici un site qui est très certainement l’un des plus vieux à proposer des contenus relatifs à l’automobile. Il est fonctionnel depuis 1927 et a été conçu par L’Argus de l’automobile et des locomotions. Cela dit, il a fallu attendre les années 80 pour voir l’Argus mettre davantage l’accent sur les questions relatives à l’achat et à la vente des voitures. C’est ainsi que chemin faisant, cette revue en est arrivée depuis le début des années 2000 à proposer des services sur internet. De nos jours, elle s’illustre beaucoup plus en tant que site complet en traitant divers sujets d’actualité se rapportant à l’automobile mais aussi et surtout en passant des petites annonces automobiles. Tout ceci fait de la Côte Argus, un modèle incontournable sur le marché de l’automobile. Du coup, les particuliers comme les professionnels n’hésitent pas à y recourir pour déposer leurs petites annonces automobiles. Plus de 160 000 petites annonces de voitures d’occasion y sont publiées en moyenne chaque mois. Ouest France Auto Comme on peut aisément le comprendre en lisant son nom, ce site est la déclinaison web des petites annonces se rapportant aux véhicules d’occasion du groupe de presse Ouest France. Pour ceux qui l’ignorent, il s’agit du quotidien le plus vendu en France jusqu’à ce jour. Avec sa popularité, ce site arrive sans problème à totaliser plus de 100 000 petites annonces automobiles. C’est donc un site qui offrira assurément une très bonne visibilité à vos petites annonces si vous choisissiez de l’utiliser. Vivastreet Créé en 2004, le site Vivastreet est un site de petites annonces auto qui bien qu’il ne pèse pas autant que ses concurrents arrive tout de même à proposer au public des annonces de véhicules d’occasion en provenance de plus de 14 pays différents. En ce qui concerne la France, vous y trouverez environ 8000 annonces auto par mois. Vous pourrez maximiser vos chances de trouver rapidement un preneur pour votre véhicule en faisant le choix d’y déposer votre annonce. Ce top des sept sites de petites annonces consacrés aux véhicules d’occasion est propre à la France. Avec le développement d’internet et du commerce en ligne, les sites de petites annonces ont progressivement remplacé et rendu caducs les magazines et autres journaux spécialisés.
  3. Une voiture est beaucoup plus qu’un simple moyen de déplacement pour certaines personnes. Elle représente en effet, une deuxième maison et de ce fait, elle doit être entretenue comme telle. Au fil du temps, le nettoyage automobile, en particulier celui de la voiture a connu plusieurs évolutions. On assiste surtout aujourd’hui à l’utilisation des nettoyeurs vapeur pour voiture qui sont très sollicités parce que très pratiques. Où trouver un nettoyeur vapeur pour voiture ? Sur quels critères se baser pour choisir un bon nettoyeur pour voiture ? Trouvez les réponses à ces interrogations dans le guide minutieusement présenté dans cet article. Que savoir sur le nettoyeur vapeur pour voiture ? Nettoyer sa voiture n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui ! Grâce au nettoyeur vapeur, vous pouvez facilement prendre soin de votre voiture aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Rôle du nettoyeur à vapeur pour voiture Le nettoyeur à vapeur pour voiture, comme son nom l’indique est destiné à l’entretien des voitures. C’est un dispositif qui permet de faire un nettoyage avancé de la voiture. Il permet notamment de désinfecter l’intérieur de la voiture et d’éliminer les mauvaises odeurs qui s’y trouvent. Que ce soit au niveau du toit de la voiture recouverte de poussière, au niveau des sièges remplis de saletés laissées par les enfants ou les animaux domestiques, ou encore au niveau des vitres de la voiture, le nettoyage est indispensable. Quelques avantages du nettoyeur à vapeur pour voiture Le nettoyage à vapeur pour les voitures est un moyen économique et écologique pour toute personne qui l’utilise pour nettoyer sa voiture. Il ne nécessite l’utilisation d’aucune substance chimique, donc ne laisse ni trace, ni odeur d’une potentielle substance. Ce nettoyage est fait grâce à de l’eau chauffée à une haute température et qui permet d’éliminer la majeure partie des bactéries qui se logent dans vos sièges. Le nettoyage à vapeur est une alternative qui réhydrate les revêtements de vos sièges et leur donne un aspect tout neuf. Elle vous fait gagner du temps et dissout la saleté à travers la chaleur émise. Pour finir, vos systèmes de ventilation sont bien dépoussiérés et vous êtes éloignés des allergènes pour un bon moment. Où acheter un nettoyeur vapeur pour voiture ? Machine de nettoyage de plus en plus populaire, le nettoyeur vapeur peut être acheté partout. Vous pourrez donc en trouver aussi bien en ligne sur internet que dans des boutiques physiques situées non loin de votre lieu quotidien de vie. Aller sur le site de Amazon Pour acheter ce dispositif de nettoyage pour voiture, vous pouvez consulter les offres présentes sur Amazon. Vous y trouverez un guide et une description du produit que vous analyserez ensuite, avant de lancer votre commande. Rechercher d’autres boutiques en ligne Il existe plusieurs autres sites marchands en dehors du géant américain Amazon. Plusieurs entreprises de vente de ces appareils sont visibles en ligne. Vous pouvez regarder leur catalogue et les contacter pour avoir plus d’informations au besoin. Aller vers les différentes enseignes qui existent Cela devrait être normalement le premier réflexe, mais vu que nous sommes à l’ère du numérique, l’achat en ligne est beaucoup plus sollicité. Donc, vous pouvez trouver un nettoyeur vapeur pour voiture dans les surfaces de bricolage (Castorama par exemple), les entreprises spécialisées en vente d’appareils électroménagers (But, Darty, …), ainsi que les surfaces généralistes (Carrefour, Leclerc, …). Comment choisir son nettoyeur à vapeur pour voiture ? Les nettoyeurs à vapeur existent sous plusieurs modèles et il n’est donc pas si aisé de se prononcer sur un choix. Mais il y a un minimum de critères sur lesquels il faut se baser pour choisir son nettoyeur à vapeur pour voiture. Connaître les types de nettoyeur à vapeur Pour bien choisir votre appareil, il faut savoir ce que vous voulez en faire. Plus vous en avez une idée et mieux vous serez redirigé vers un type précis de nettoyeur à vapeur. Plusieurs nettoyeurs à vapeur existent et ont chacun leurs spécificités. On distingue en effet les nettoyeurs vapeur traineau, les nettoyeurs vapeur à main, les nettoyeurs vapeur balai et les nettoyeurs vapeur 2-en-1. Le tout dernier groupe, le plus récent d’ailleurs est à la fois un aspirateur et un nettoyeur à vapeur. Même s’il a un poids considérable, il est doté d’une grande polyvalence. Veiller à la maniabilité du dispositif Il est important de tenir compte de la maniabilité du nettoyeur à vapeur pour voiture avant de l’acheter. Par exemple, il s’agira de vérifier les roulettes pour les traîneaux, le poids ou tout autre élément que vous-même jugez indispensable à une utilisation optimale de la machine. Observer la nature du réservoir Le réservoir du nettoyeur à vapeur pour voiture présente un aspect que vous devez prendre en compte avant de procéder à son achat. Il existe deux formes de réservoirs parmi lesquels vous devez choisir : les réservoirs amovibles et transparents. Lorsqu’un réservoir est opaque, il n’est pas vraiment pratique car il est difficile de connaître le niveau de l’eau. Par contre, si le réservoir est transparent ou encore amovible, vous pouvez facilement apprécier le niveau d’eau et agir en conséquence, c’est-à-dire augmenter l’eau dès que le besoin se ferait sentir. Faire attention à la longueur du fil C’est important de vérifier la longueur du fil de votre nettoyeur vapeur pour voiture. Plus ce fil est long, plus vous aurez de la facilité à nettoyer votre voiture sans faire des débranchements ou à vous servir de rallonges. Prendre en considération la facilité de rangement du dispositif Vérifiez ici s’il y a possibilité d’enrouler le fil autour du balai afin de faciliter son rangement. Pour les modèles de nettoyeur à balai vapeur, assurez-vous simplement que le dispositif peut se ranger en position verticale. Ne pas oublier la pression et le débit vapeur Une pression vapeur représente la force exercée par la vapeur pour décrasser la partie à nettoyer. Quelle que soit l’utilisation qui en sera faite, elle devrait se situer entre 3 et 5 bars. Quant au débit, il est mesuré en g/mn et constitue la vitesse à laquelle la vapeur traverse le nettoyeur pour la partie à nettoyer. Plus ce débit est élevé, plus le nettoyage est efficace. Le nettoyeur vapeur pour voiture est de plus en plus utilisé de nos jours. Simple, économique et pratique, il permet de faire un nettoyage en profondeur de votre voiture. Maintenant que vous savez ce sur quoi il faut s’appesantir pour opérer un bon choix de cet appareil, n’hésitez plus pour en acheter un si vous avez besoin.
  4. La Peugeot 2008 est une version plus élégante, plus pratique et plus moderne de la 208. Gardant de cette citadine les caractéristiques mécaniques, les deux véhicules diffèrent cependant l’une de l’autre par leur design. En plus de quitter définitivement l’allure de break de la 208, la 2008 arbore en plus des ailes élargies, des sabots de protection, des arches de roues, un capot horizontal, une calandre verticale, une hauteur plus importante, une largeur plus imposante et un coffre encore plus volumineux. La 2008 mesure 1.56 mètre de hauteur, et pèse entre 1080 et 1205 kilogrammes, en fonction de la version. Elle existe en effet en plusieurs versions différentes. Vous pourrez choisir votre modèle en fonction de sa motorisation, du type de boîte de vitesse, du carburant utilisé, mais également de la finition et des options. Vous voulez acheter une Peugeot 2008 ? Découvrez les différentes versions parmi lesquelles vous pourrez choisir. Les différents moteurs de la Peugeot 2008 Vous aurez le choix entre 6 types de moteur, dont trois essence, deux Diesel et une électrique. Les moteurs essence de la Peugeot 2008 Pour la 2008, Peugeot propose au choix trois moteurs essence sans plomb à 3 cylindres 1,2 litre “Puretech”, ayant obtenu le titre de moteur de l’année depuis 2015. Tous trois affichent une consommation moyenne de 5 à 5,5 litres/100 km de carburant. Le moteur Puretech 82 ch Il s’agit d’un moteur atmosphérique de 82 ch/116 Nm. C’est la version la plus simple et la moins puissante, car elle a été conçue pour un usage en milieu urbain. Par conséquent, si vous voulez utiliser votre Peugeot 2008 en ville, c’est le moteur le plus adapté. Le moteur Puretech 110 ch Le moteur Puretech 110 ch est la première version turbo. Avec ses 110 ch/205 Nm, celui-ci est beaucoup plus robuste, et nettement plus puissant. C’est le moteur idéal si vous comptez utiliser votre Peugeot 2008 pour voyager, pour effectuer des parcours longue distance régulièrement. Le moteur Puretech 130 ch Deuxième version Turbo, le moteur Puretech 130 ch/230 Nm confèrera à votre véhicule une grande puissance. Il est recommandé à tous ceux qui ont besoin d’un véhicule à la fois robuste et puissant. Les moteurs diesel de la Peugeot 2008 Peugeot 2008 propose au choix deux moteurs 4 cylindres 1.5 litre “BlueHDi”. Ces derniers consomment en moyenne 3.9 litres à 4 litres/100 km et rejettent entre 98 à 101 grammes de CO2 par kilomètre. Le moteur BlueHDi 100 ch C'est un moteur diesel de 4 cylindres en ligne, ayant une puissance de 100 ch à 3 500 tr/mn et une puissance fiscale de 5 CV. Consommant entre 3.6 à 4.5 l/km, c’est un moteur assez puissant, très souple et apprécié pour sa polyvalence. Il fonctionne avec une boîte de vitesse manuelle à six rapports et convient donc à ceux qui souhaitent conduire une Peugeot 2008 à vitesse manuelle et qui consomme peu. Le moteur BlueHDi 130 ch C’est un moteur diesel de 4 cylindres en ligne, ayant une puissance de 130 ch à 3 500 tr/mn et une puissance fiscale de 6 CV. Plus puissant, et donc plus gourmand, il consomme entre 4.73 à 5 litres au 100 km. C’est un moteur indéniablement puissant, destiné à un véhicule que l’on sollicite régulièrement pour de longs trajets routiers, mais aussi pour sa vitesse. Il fonctionne avec une boîte de vitesse automatique. La motorisation électrique de la Peugeot 2008 Eh oui! Vous pourrez également opter pour la version électrique de la Peugeot 2008. Celle-ci fonctionne avec un bloc électrique de 50 kWh, équivalent de 136 ch de puissance, et de 2CV de puissance fiscale. Avec une autonomie estimée à 310 km environ, le véhicule n’est cependant pas fait pour de longs trajets sur la route. Economique et écologique en revanche, il sera parfait pour un usage en milieu urbain. Les boîtes de vitesse et les transmissions possibles pour la Peugeot 2008 Il y a pour tout le monde et pour tous les goûts. Il semble que la marque ait fait le nécessaire pour que chaque version puisse fonctionner soit avec une boîte de vitesse manuelle, soit avec une boîte de vitesse automatique. La Peugeot 2008 à vitesse manuelle Si vous avez une préférence pour les véhicules à vitesse manuelle, Peugeot vous propose un choix large entre les vitesses à 5 et à 6 rapports. La vitesse manuelle à 5 rapports La vitesse manuelle à 5 rapports équipe notamment la version BlueHDi 100 ch, la PureTech 82 ch et la Puretech 110 ch. La vitesse manuelle à 6 rapports La vitesse manuelle à 6 rapports est trouvée sur la BlueHDi 120 ch et la Puretech 130 ch. La Peugeot 2008 à vitesse automatique Si vous préférez les véhicules à vitesse automatique, là encore, vous pourrez être servis. Peugeot vous laisse choisir entre la vitesse automatique ETG5 uniquement disponible sur la Puretech 82 ch et la EAT6, embarquée sur la Puretech 110 ch. Les finitions possibles pour la Peugeot 2008 Peugeot nous propose de choisir entre 5 finitions possibles pour la 2008 : Access, Active, Allure, GT Line et Crossway. Peugeot 2008 Access La finition Access est la version de base de la voiture. Avec cette formule, vous pourrez donc bénéficier d’une Peugeot 2008 basique, livrée avec le minimum d’option, c’est-à-dire un ordinateur de bord et un régulateur et un limiteur de vitesse seulement. Peugeot 2008 Active Pour 2000€ environ de plus, vous pourrez passer à la formule Active. Avec cette dernière, vous pourrez doter votre Peugeot 2008 d’options de confort : un autoradio avec connexion Bluethooth, une prise USB, la climatisation, l’écran tactile ainsi que des projecteurs antibrouillard. Peugeot 2008 Allure Si vous ajoutez 2000€ supplémentaire, vous pourrez profiter d’une formule encore plus complète : Allure. Cette dernière propose toute une panoplie d’options et d’équipements modernes tels que les fonctions MirrorLink et Apple CarPlay, la climatisation automatique, le radar de recul, les phares et les essuie-glaces automatiques. Peugeot 2008 GT Line La formule GT Line propose exactement les mêmes options et équipements que la formule Allure : climatisation, phares et essuie-glaces automatiques; radar de recul, fonctions MirrorLink et Apple CarPlay, etc. Son petit plus : un design plus soigné et plus moderne qui explique le supplément de 1000€. Peugeot 2008 Crossway La formule Crossway s’adresse à un public particulier : à ceux qui aiment les aventures. La 2008 Crossway se dote effectivement d’une motricité améliorée grâce au Grip Control, mais aussi d’un toit panoramique en verre, d’un GPS, d’une sellerie Alcantara et bien sûr, d’une caméra de recul. Peugeot 2008 : les options supplémentaires possibles Vous avez choisi votre motorisation, et la finition que vous souhaitez pour votre voiture ? Sachez qu’il est possible de la personnaliser encore plus grâce à des options facultatives, et qui ne sont pas forcément inclues dans les finitions. Voici les plus intéressantes : Le Grip Control, uniquement proposé pour la finition Allure, et qui un système antipatinage très pratique quand on est amené à rouler sur des terrains accidentés. Pour l’avoir, il faut payer 300€ environ en supplément. Le Pack Urbain, très pratique en ville, et qui permet de bénéficier de deux accessoires en particulier : le radar de recul, les vitres arrières électriques et les rétroviseurs rabattables électriques. Et tout cela, pour environ 560€ de plus. Le Pack Adamantium, qui permet de bénéficier d’une sellerie Mi-TEP en similicuir, une nouvelle couleur de la planche de bord et contre-portes ornées de garnitures texturées. Ces options sont proposées uniquement dans la formule Allure. Vous pouvez également demander à avoir un toit panoramique en verre, ainsi qu’un écran tactile Mirror Screem. Ce dernier vous permettra de profiter de toutes les applicaitons présentes sur votre smartphone.
  5. Précédemment annoncée pour cette année 2020, la nouvelle Dacia électrique qui devait être présentée au grand public au cours du salon de l’automobile de Genève, ne devrait finalement pas être dévoilée avant 2021. Ce report de date qui n’est pas imputable à la firme filiale du français Renault, est plutôt dû à l’annulation dudit salon de l’automobile. Toutefois, au regard des informations qui ont été glanées ici et là, il est déjà possible d’en savoir et d’en dire suffisamment sur ce modèle révolutionnaire de voiture électrique. A quoi ressemblera la Dacia électrique 2021 ? Quelles seront ses performances ? Et à quel prix cette voiture écologique sera-t-elle achetable ? A quoi ressemblera la Dacia électrique 2021 ? En se basant sur les informations fournies par le groupe Renault, on peut dire que cette première voiture électrique de la marque Dacia sera quasi identique à la Renault K-ZE dévoilée en Chine l’année dernière. Mais jusqu’à quel point cette ressemblance ira t-elle ? Un modèle de véhicule calqué sur la Renault K-ZE La Dacia Spring sera certainement une citadine pouvant accueillir en moyenne cinq passagers. Son concessionnaire l’a voulu à la fois pratique et simple afin de la rendre accessible à un grand nombre de conducteurs. Pour cela, il l’a équipée de cinq portes. Il est ici inutile de préciser qu’à l’instar de la Renault K-ZE sur laquelle elle est calquée, la Dacia fonctionnera exclusivement grâce à l’énergie électrique. Elle a également une forme compacte mais devrait être plus élégante que le modèle qu’elle imite. La Dacia Spring et sa séduisante carrosserie Elégante, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, le constructeur a su bien harmoniser la couleur grise dominante de la carrosserie avec des inserts orange fluo qui mettent le tout en valeur et confèrent ainsi au véhicule un look moderne et intemporel. Par ailleurs, ayant voulu tout faire avec minutie et doigté, le constructeur a aussi misé sur une garde au sol surélevée et des pare-chocs très affirmés. Des caractéristiques que les baroudeurs ne manqueront probablement pas de trouver à leur goût. De même, lorsqu’on observe de plus près la Dacia électrique, on ne tarde pas à remarquer que le concessionnaire a innové sur les fonctions d’éclairage. En effet, il est le tout premier constructeur à avoir eu la fabuleuse idée d’équiper son véhicule de projecteurs 100 % LED. Lesdits projecteurs sont répartis sur deux niveaux à l’avant. Deux phares en ligne horizontale sont disposés sur chacun des côtés de la voiture dans sa partie supérieure. Au niveau inférieur, six petits éléments de forme presque ronde sont intégrés à son bouclier de manière à en avoir trois de chacun des côtés du bouclier. Pour ce qui concerne l’arrière, on retrouve quatre feux en forme de Y mais couchés sur le côté. Mais qu’en est-il des performances de ce véhicule ? Quelles sont les performances de la Dacia électrique 2021 ? Depuis l’annonce de sa sortie, la Dacia électrique suscite une grande curiosité. De nombreuses personnes cherchent en effet à connaître les performances de cette voiture innovante. Pendant ce temps, le fabricant préfère opter pour une discrétion totale. C’est pourquoi aucune information formelle et précise n’est jusque-là disponible en ce qui concerne la capacité énergétique de la batterie, les options de recharge, la consommation énergétique du véhicule, ainsi que sa puissance motrice. Mais que sait-on à ce jour au sujet de la Dacia électrique ? Même si pour le moment rien n’est encore sûr, on sait tout au moins que la citadine Dacia électrique sera un petit SUV qui contrairement à bien d’autres répondra parfaitement aux règles européennes en termes d’émissions de CO2. Puis qu’elle est l’imitation d’un mini-SUV électrique du marché chinois (la Renault K-ZE), on pourrait bien s’attendre à ce qu’elle soit équipée d’un moteur électrique dont les performances avoisinent les 33 kW de puissance et les 45 chevaux de cette K-ZE. Suivant cette logique, la Dacia devrait pouvoir vous offrir une autonomie vous permettant de parcourir environ les 271 kilomètres que propose la K-ZE. Mais qu’en sera-t-il réellement ? Quelle distance pourra-t-on effectivement parcourir avec la Dacia électrique ? D’après les informations dont on dispose sur la Dacia électrique, c’est une voiture qui est spécialement destinée à un usage urbain. Vous pourrez donc l’utiliser sans problème pour faire toutes vos courses en ville. Néanmoins, il ne vous sera pas possible de l‘utiliser pour effectuer des voyages impliquant de rouler sur de longues distances. Et ceci pour la simple raison qu’elle ne pourra pas dépasser les 200 kilomètres WLPT. Et puisque jusque-là on ne sait encore rien des possibilités de recharge de sa batterie et de sa consommation, il serait un peu risqué de considérer ce kilométrage comme étant certain. Mais que sait-on à propos de son prix de vente ? A quel prix sera mis en vente la Dacia électrique 2021 ? Jusqu’à ce jour, le constructeur low-cost n’a fait aucune communication concernant le coût de la Dacia électrique. Nombreuses sont par contre les rumeurs qui courent au sujet de la valeur marchande de cette nouvelle voiture de Dacia. Que retenir alors ? Un prix conforme aux valeurs et à la philosophie du concessionnaire low-cost Le constructeur low-cost s’est jusque-là illustré par ses prix de véhicule qui sont pour le moins accessibles au grand public. Comme, il le rappelait pendant une communication : « Dacia Spring Electric s’inscrit dans la vision du Groupe Renault de fournir une mobilité durable accessible à tous, tout en respectant les valeurs et la philosophie de la marque Dacia ». Ainsi, même si on n’a encore aucune idée de ce que coûtera la Dacia électrique à sa sortie en 2021, l’on peut être certain qu’elle sera mis en vente à un prix accessible reflétant les valeurs et la philosophie du constructeur low-cost. Oui mais peut-on avoir une estimation ? Les rumeurs confirment bel et bien que la futur SUV Dacia électrique aura l’avantage du prix contrairement à d’autres voitures électriques dont le coût est généralement élevé. Mais de combien parle-t-on exactement ? Selon certaines presses bien renseignées, le prix de vente de la Dacia électrique ne devrait pas dépasser la barre des 15.000 € bonus écologique non inclus. Autrement, elle devrait coûter normalement au final entre 10.000 et 11.000€.
  6. La voiture est l’un des moyens de transport les plus utilisés en milieu urbain. Elle protège contre les intempéries et permet de se déplacer en famille dans des conditions confortables. Avoir une voiture, c’est très utile. Mais avoir une voiture, c’est aussi pouvoir assurer les frais de carburation, d’assurance sans oublier ceux liés à la maintenance et l’entretien. Ces divers frais peuvent vider le porte-monnaie quand on n’y prend pas garde. Qu’est-ce que l’entretien auto ? En quoi est-il important ? Comment faire pour réduire autant que possible les frais liés à l’entretien de votre auto ? L'entretien de votre auto Si vous comptez prendre une auto pour faciliter vos déplacements, soyez prêts à assumer de nombreux frais dont l’entretien. Définition de l’entretien auto L’entretien auto est l’ensemble des opérations destinées à assurer le bon fonctionnement de votre auto en tout temps. Il ne se résume pas uniquement au lavage de votre véhicule, à la vérification des pneus et aux autres éléments extérieurs. En effet, l’entretien auto, c’est aussi le contrôle du fonctionnement de tout ce que votre véhicule a dans le ventre (système électrique, mécaniques, hydraulique, etc). Cette vérification inclut donc le contrôle des liquides, le changement de certaines pièces et d’autres réparations diverses. Les différents types d’entretien Vous souhaitez sans doute jouir d’un véhicule en bon état pendant longtemps. Voici donc une petite liste des opérations d’entretien que vous êtes appelé à effectuer. Entretien journalier : vérification de l’état des pneus, phares, clignotants. Entretien hebdomadaire : vérification des divers liquides et huiles (liquide à frein, huile à moteur, liquide de lave glace), nettoyage de la carrosserie, des vitres du pare-brise et contrôle des essuies glaces. Entretien mensuel : vérification de la pression des pneus qui peuvent être affectés par la hausse ou la baisse de température. Entretien périodique : contrôle et remplacement de pièces suite à l’usage sur un nombre de kilomètres ou un nombre d’heures. Entretien curatif : réparations en cas de pannes ou d’accident. Les conséquences du non-entretien de votre auto Ne pas entretenir son auto, c’est grave. Votre auto pourrait vous lâcher n’importe où et n’importe quand. Avec un véhicule non entretenu, vous êtes comme un criminel en liberté. Vous pourriez en effet perdre le contrôle et causer des accidents. Votre vie et celle des autres passagers n’est pas en sécurité. Si votre auto n’est pas entretenue, elle sera moins performante avec le temps, et consommera plus de carburant. La conduite vous sera moins aisée et l’intérieur de l’auto peu confortable. Le manque d’entretien vous conduira à des pannes fréquentes et posséder ledit véhicule deviendra déplaisant et désagréable. Comment réduire le coût d’entretien de votre véhicule Vous avez sans doute compris que vous avez l’obligation et la responsabilité d’entretenir votre automobile. Mais qui parle d’entretien parle aussi de dépenses d’argent. Voici quelques conseils et astuces qui allègent sûrement le budget consacré à l’entretien de votre auto. Le contrôle technique Ce contrôle permet d’identifier les défaillances de votre auto, ceci afin qu’elle ne constitue plus un danger pour vous, les autres usagers de la route ainsi que l’environnement. En d’autres termes, ce contrôle vous évite des dépenses inutiles liées aux défaillances potentielles de votre engin. Le contrôle technique permet de maintenir votre véhicule dans un état sain et neuf. Vous savez sûrement qu’une auto neuve et saine vous fait peu dépenser. Ne ratez donc pas le contrôle technique afin de garder votre auto dans le meilleur état possible. Optez pour la réservation et le paiement en ligne du contrôle technique. Les centres de contrôle font des réductions considérables pour les inscriptions en ligne. L’auto entretien régulier Avoir une auto, c’est une responsabilité. N’attendez donc pas le mécanicien pour vérifier les niveaux d’huile, de liquide essuie-glace et de liquide à frein. Vous pouvez aussi contrôler le niveau de charge de votre batterie et l’état de vos pneus. Aussi, vous devez connaître les spécifications techniques de votre voiture. Vous devez savoir à quelle fréquence faire la vidange afin de maintenir votre moteur en bon état. Ce n’est pas à votre mécanicien de vous le rappeler ou de vous le proposer. Veillez à ce que la vidange de votre auto soit faite en temps opportun, et ceci par des experts qualifiés. En effet, ces derniers vous conseilleront l’huile appropriée et le filtre adéquat. Privilégier les garages indépendants ou self garage Les garages indépendants sont moins chers que ceux des grandes marques. Avec le self garage, vous pouvez effectuer vous-mêmes vos réparations avec l’assistance d’un mécanicien. Et ceci, moyennant la location des outils utilisés à prix cassé. Cette option réduit considérablement les frais de main d’œuvre. En outre si l’entretien est complexe, vous pouvez le confier entièrement à votre garage indépendant. Le prix demeurera moins cher que celui des garages classiques. L’achat en ligne Vous aurez besoin de pièces détachées dans la cadre de l’entretien de votre auto. Vous pouvez en trouver de bonne qualité des sites agréés. Les expériences ont prouvé que l’achat de pièces détachées en ligne fait moins dépenser. Les accessoires autos indispensables Gardez toujours vos accessoires dans votre véhicule et maîtrisez leur usage. Il s’agit, entre autres, du gilet jaune et du triangle de signalisation, de l’extincteur, de la coupe ceinture, des câbles de batterie, du marteau brise-vitre, du chargeur de batterie, du cric, etc. En cas de petite panne, vous n’aurez pas nécessairement besoin de l’intervention d’un mécanicien. Ainsi, vous gagnez en temps et vous économiserez également de l’argent. La conduite responsable en tout temps Adoptez toujours une conduite responsable. Suivez les règles du code de la route et conduisez prudemment pour éviter les accidents. Les dommages créés en cas de chocs peuvent être importants et la facture salée. L’entretien de votre auto n’est pas facultatif. Il assure sa longévité et sa performance. Il constitue une dépense nécessaire pour votre sécurité, celle de vos passagers et des autres usagers de la route. Pour l’amoindrir, vous pouvez faire usage de nos conseils. Passez-vous un peu du mécanicien et mettez la main à la pâte. Faites vos contrôles régulièrement, priorisez les services en ligne et conduisez prudemment. Faites tout ceci et vous pourrez par vous-même constater après un certain temps que l’entretien de votre automobile vous coûte vraiment moins cher que par le passé.
  7. Pour devenir moniteur d’auto-école, vous devez remplir certaines conditions strictes. Il ne s’agit effectivement pas d’un métier comme les autres. Le moniteur d’auto-école a pour rôle d’enseigner le Code de la route aussi bien en pratique qu'en théorie. Et ce, afin de permettre aux candidats d’obtenir leur permis de conduire, mais aussi de les rendre aptes à conduire un véhicule motorisé sans représenter un danger potentiel pour les autres usagers de la route. Voilà pourquoi, on le surnomme également “enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière”. Vous voulez devenir moniteur d’auto-école ? Par où commencer ? Quel diplôme obtenir ? Faisons le tour de la question. Les conditions à remplir pour devenir moniteur d’auto-école Les conditions pour devenir moniteur d’auto-école ne se limitent pas à l’obtention d’un diplôme ou d’un certificat. Car en réalité, vous ne pourrez même pas passer les épreuves qui permettent d’en obtenir si vous ne remplissez pas les critères suivants : Vous devez être âgé de 20 ans au minimum ; Vous devez être titulaire d’un permis B d’une validité de deux ans minimum ; Vous ne devez plus être en délai probatoire ; Vous devez avoir un casier judiciaire vierge ; Vous devez obtenir un certificat médical délivré par un médecin suite à une visite médicale, et qui certifie que vous êtes apte à exercer ce métier ; Vous devez détenir une autorisation d’enseigner que vous pourrez demander auprès de votre préfet. Quels diplômes pour devenir moniteur d’auto-école Le métier de moniteur d’auto-école est réglementé. Pour l’exercer, vous devez donc être titulaire d’un diplôme d’Etat ou d’un certificat équivalent. Depuis la reforme en 2019 en effet, l’obtention d’un diplôme n’est pas requis. Le Bepecaser a été remplacé par le CCP ECSR. Devenir moniteur d’auto-école : qu’est-ce que le CCP ECSR ? Le CCP ECSR ou Certificat de compétence professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière est titre professionnel homologué par l’Etat. Il se compose de deux certificats de compétence : Le CCP1 : formation consacrée à l’apprentissage de la conduite Le CCP2 : formation consacrée à la sensibilisation à la sécurité routière A noter que le CCP ECSR ne requiert aucun diplôme en particulier. Equivalent d’un bac + 2, à partir du moment où vous remplissez les conditions précitées ci-dessus, vous pouvez passer les épreuves en vue d’obtenir ces deux certificats. Comment obtenir le CCP ECSR pour devenir moniteur d’auto-école ? Pour obtenir le titre professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière, vous devez avoir les deux certificats du CCP ECSR. Aucun diplôme ni examen d’accès n’est requis pour que vous puissiez y accéder. En revanche, pour avoir le titre, vous devez obtenir ces certificats dans un délai de 5 ans. Le CCP ECSR comprend : 910 heures de cours dans une centre de formation agréée 280 heures de stage en entreprise Une fois que le candidat aura remplit ces heures de cours (en moins de 5 ans), il pourra passer l’examen qui comporte trois épreuves : une mise en situation professionnelle, un entretien technique et un entretien final. Devenir moniteur d’auto-école et après ? Une fois le Titre professionnel obtenu, le candidat pourra donc exercer le métier de moniteur d’auto-école. Le salaire de base pour cette profession est de 1550 euros brut. Mais il peut rapidement augmenter en fonction du statut du moniteur et de l’évolution de sa carrière. Moniteur d’auto-école : le statut L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière peut endosser plusieurs statuts différents. Ce n’est pas parce qu’on devient moniteur d’auto-école qu’on doit obligatoirement ouvrir une école justement. D’ailleurs, cela n’est pas possible avant 2 ans. De nombreux enseignants peuvent ainsi offrir leur service dans des auto-écoles qui ne leur appartiennent pas. Et c’est à eux de choisir le statut qu’ils souhaitent endosser : « indépendants » ou « salariés » . L’évolution de carrière du moniteur d’auto-école Un moniteur d’auto-école n’est pas voué à rester « enseignant » toute sa vie. Au bout de deux ans, s’il remplit 3 800 h d’enseignement, il peut devenir « exploitant d’auto-école » . En d’autres termes, il pourra ouvrir son propre centre de formation. A condition, bien sûr, qu’il obtienne un agrément de la part du préfet. Il pourra également tenter d’obtenir le BAFM (Brevet d’aptitude à la formation des moniteurs). S’il l’obtient, il pourra, à son tour, former de futurs enseignants ou diriger des stages à destination des conducteurs ayant perdu des points sur leur permis. Sinon, il aura également la possibilité de participer au concours pour devenir inspecteur du permis de conduire.
  8. Élément essentiel à la sécurité de la voiture et de ses occupants, les feux de stop peuvent tomber en panne du jour au lendemain. Si cela vous arrive soudainement, pour ne pas en subir les conséquences lors de vos déplacements, connaissez les bons gestes pour y faire face et les réparer. A quoi servent les feux de stop ? Dispositif de sécurité qui permet d’alerter le conducteur du freinage ou du ralentissement du véhicule devant lui, les feux de stop doivent rester fonctionnels sur la route. Pour une raison ou une autre, il arrive pourtant qu’ils cessent de fonctionner intempestivement. C’est la raison pour laquelle, il faut savoir les réparer soi-même si jamais on ne peut pas confier cette tâche à un mécanicien. La législation sur les feux de stop Selon le Code de la route, les feux de stop d’un véhicule doivent fonctionner une fois qu’on actionne son dispositif de freinage principal. Ils doivent aussi s’allumer lors des conditions de signalisation de freinage d’urgence, même sans l’intervention du conducteur. Cela vient du fonctionnement synchrone de tous les feux de stop ou des feux indicateurs de direction. Tout véhicule à moteur ou toute remorque dont le PTC fait plus de demi-tonne doit ainsi en disposer 2 ou 3 à l’arrière. Ceux-ci doivent émettre une lumière rouge non réverbérante avec une intensité lumineuse plus élevée que celle des feux de position. Il en est de même pour les motocyclettes, les tricycles à moteur, les quadricycles à moteur et les cyclomoteurs à 3 roues de plus de 1 min 30 s de long. Les pannes courantes de feux de stop Diverses causes peuvent être à l’origine de la défaillance de vos feux de stop. Les connaître ou savoir les dénicher vous permet de les réparer rapidement et sûrement. Feux de stop en panne : une ampoule grillée La plupart du temps, ces pannes viennent de la défaillance des ampoules utilisées, que le remplacement par de nouvelles permet de rendre les feux de stop fonctionnels. Faites toutefois attention à bien choisir le même modèle, une ampoule à 2 filaments 5w/21w à baïonnettes détrompées est conseillée. Délaissez ainsi les coffrets d’ampoules de rechange qui ne portent aucune marque, elles risquent de griller en un rien de temps. Au cas où ces ampoules tombent en panne au même moment, c’est le signe d’un problème au niveau du fusible ou de l’interrupteur de frein. Une vérification du courant au niveau du contacteur de la lampe de feu de stop s’impose. Pour vous en assurer, demandez à une autre personne de tourner la clé de contact, d’appuyer sur le pédale de frein et de tester le connecteur à l’aide d’une lampe témoin. Feux de stop en panne : un fusible claqué Le problème peut aussi venir d’un fusible claqué ou grillé à cause d’une surcharge électrique ou d’un dysfonctionnement de l’un de ses composants. Quand ils sont exposés à de fortes chaleurs ou à des vibrations excessives, les fusibles peuvent aussi s’user rapidement. Pour éviter ce genre de situation, effectuez régulièrement un diagnostic des systèmes électriques, dont des fusibles, de votre voiture. Ainsi, vous gagnez en temps et en argent si jamais, vous confiez leur réparation à un tiers professionnel. Vous pouvez toutefois le faire vous-même en consultant le manuel du propriétaire pour trouver l’emplacement exact des fusibles. Le panneau des fusibles situés sous le tableau de bord du côté passager ou du conducteur ou encore dans la boîte à gant ou sous le compartiment du moteur vous aidera. Feux de stop en panne : une cosse endommagée Quand ils sont endommagés, les cosses sont aussi susceptibles de provoquer un dysfonctionnement des feux de stop. Les cosses anciens modèles peuvent en effet s’oxyder et ne plus se fixer solidement, ce qui nécessiterait de les remplacer. Dans certains cas, les débrancher et rebrancher peut suffire, tout en passant du papier de verre fin sur les pièces. Feux de stop en panne : une panne d’interrupteur Comme dit auparavant, une panne de l’interrupteur qui se trouve devant ou au-dessus de la pédale de frein peut aussi avoir des conséquences fâcheuses sur les feux de stop. Assurez-vous-en à l’aide d’une lampe témoin ou d’un ohm-mètre et si tel est le cas, remplacez-le. Réglez-le aussi minutieusement pour qu’il se déclenche et allume immédiatement les feux de stop, même si le pied touche à peine la pédale. Remplacez-le aussi par le même modèle que l’original. Feux de stop en panne : un circuit électrique défaillant Outre la défaillance de ces précédents éléments, des fils endommagés risquent aussi de provoquer des dysfonctionnements au niveau des feux de stop. Vérifiez ainsi le circuit électrique de votre véhicule en vous servant de voltmètre calibre 20 V courant continu pour trouver l’origine de la panne. Un ohm-mètre vous sera aussi d’une grande aide.
  9. Acheter un véhicule électrique ? C’est une bonne idée, mais ce n’est pas une mince affaire pour autant. Si elle vous permet de protéger l’environnement tout en réalisant d’importantes économies en effet – elle coûte quand même trois moins cher qu’une voiture classique au quotidien – la voiture électrique demeure coûteuse. Avec le prix de la voiture elle-même ajouté au prix de la batterie qui doit être achetée à part, la facture risque très vite d’exploser. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de profiter de nombreuses aides à l’achat de véhicule électrique. Les aides financières à l’achat d’un véhicule électrique Afin d’encourager les usagers de la route à utiliser une voiture plus écologique, le gouvernement français a notamment prévu deux aides financières : le bonus écologique et le super bonus écologique. Aides à l’achat d’un véhicule électrique : le bonus écologique Le bonus écologique figure parmi les premières mesures prises suite au Grenelle de l’environnement, qui s’est tenu fin d’année 2007. Il consiste pour l’Etat en l’octroi d’une prime à l’achat d’une voiture électrique. Les conditions pour obtenir un bonus écologique Le bonus écologique est octroyé en cas d’achat ou en cas de location longue durée avec option d’achat de voiture électrique neuve, dont l’émission de CO2 ne dépasse pas 20 g/km. Le montant du bonus écologique Le montant octroyé par l’Etat va dépendre du coût de la voiture électrique. Il est généralement compris entre 3 000€ et 6 000€ : 3 000€ pour les véhicules coûtant entre 45 000€ et 60 000 €, et ce, qu’il s’agisse d’une voiture légère ou d’un utilitaire; et jusqu’à 6 000 € pour les véhicules qui coûtent moins de 45 000 €, à raison de 27% du coût de la voiture. Le super bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique En plus du bonus écologique, l’Etat français prévoit une aide financière supplémentaire à toute personne remplaçant sa voiture diesel ou essence contre un modèle électrique. Mise en place en avril 2015, il s’agit d’une prime à la conversion surnommée le super bonus écologique. Les conditions pour obtenir un super bonus écologique Pour bénéficier de ce super bonus, le propriétaire doit accepter de mettre sa voiture de plus de 15 ans à la casse, et d’acquérir une voiture électrique dont la valeur ne dépasse pas les 60 000 €. Il pourra alors recevoir un bonus écologique et un bonus supplémentaire. Le montant du super bonus écologique Le super bonus permet au bénéficiaire de recevoir 2 500 €. En d’autres termes, si le propriétaire accepte de remplacer sa voiture essence ou diesel par une voiture électrique, il pourra bénéficier d’un bonus écologique compris entre 3 000 € et 6 000 €, et d’un super bonus de 2 500 €. Il recevra donc en moyenne 8 500 € à l’achat d’un véhicule électrique. Les autres aides à l’achat d’un véhicule électrique La réduction de l’émission de CO2 étant un combat commun à tout un chacun, l’Etat français n’est pas le seul à vouloir encourager la conduite écologique par le biais de dispositifs d’aides financières. En d’autres termes, il est possible de bénéficier d’autres aides à l’achat d’un véhicule électrique. Les aides régionales et départementales De nombreuses régions et départements prévoient également une aide financière à toute personne achetant une voiture électrique. Ces aides régionales et/ou départementales pourront également être ajoutées au bonus et/ou au super bonus écologique. Le montant de ces aides vont dépendre de la région ou du département qui les offre. En Île-de-France par exemple, le montant de la prime peut aller jusqu’à 50% du coût d’achat de la voiture, une fois les aides de l’Etat déduites. Selon le prix du véhicule en conséquence, l’acheteur peut avoir entre 1 500 € et 6 000 €. En Normandie et en Occitanie, le montant de la prime est compris entre 1 000 € et 2 000 €. Et dans les Bouches-du-Rhône, il peut aller jusqu’à 5 000 €. Les aides non-financières à l’achat d’un véhicule électrique L’achat d’un véhicule électrique ouvre droit à de nombreux avantages pratiques dans certaines villes de France. En plus des aides financières, le propriétaire de véhicule électrique pourra également profiter de stationnement gratuit dans certaines villes et communes, comme c’est le cas à Paris et à Nice. A Marseille et à Lyon, les propriétaires de voitures électriques peuvent bénéficier d’une réduction sur l’abonnement annuel au stationnement. Dans d’autres villes comme Bordeaux, en plus du stationnement, on propose également des bornes de recharge gratuites.
  10. Intérieur de voiture en cuir ou en tissu ? Choisir la matière qui va parer l’intérieur de la voiture peut être un vrai dilemme. Mine de rien, c’est en effet un détail que l’on ne doit pourtant pas négliger. D’un côté, parce qu’on va y passer beaucoup de temps. Il faut donc veiller à ce que ça soit confortable. Et d’un autre, parce que la matière choisie y restera pendant un bon bout de temps. Il est donc tout aussi important qu’elle soit agréable. La question se pose donc : Sellerie en cuir ou en tissu ? Les deux matières diffèrent sur tous les plans : l’aspect, l’esthétique, la praticité et le prix. Elles ont chacune leurs avantages et les inconvénients. Les avantages et les inconvénients d’un intérieur de voiture en cuir La sellerie en cuir offre de nombreux avantages. On apprécie son élégance, la valeur ajoutée qu’elle apporte à l’intérieur de l’habitacle, mais également sa robustesse. Mais attention, elle n’a pas que des qualités. Les avantages de la sellerie en cuir Le cuir est une matière noble. Il est à la fois élégant, doux et robuste. Par conséquent, si vous recherchez quelque chose de confortable pour des longs trajets en voiture, c’est l’idéal. De même, si vous n’avez pas l’intention de changer de sellerie tous les mois pour cause d’usure ou de déchirure, le cuir est tout désigné. Il est très résistant et à moins que vous ne plantiez un objet vraiment pointu dedans, il se déchire rarement. Le cuir est également facile à entretenir. Et pour cause ? Il ne se salit pas, surtout si vous choisissez une couleur sombre. Et il ne prend pas facilement de tâche. Inutile donc de prévoir un lavage complet tous les deux ou trois jours. Autre point non-négligeable, on peut désormais trouver du “cuir vegan” sur le marché. Eh oui ! Fabriqué à partir de matières recyclées, il a toutes les qualités d’un cuir classique. A la différence près qu’il est écologique, et qu’il ne nécessite pas que l’on tue des animaux pour sa fabrication. Les inconvénients d’une intérieure de voiture en cuir L’inconvénient majeur du cuir est le fait qu’il coûte extrêmement cher par rapport au tissu. Au-delà du coût, il peut aussi devenir très inconfortable. Lorsqu’il fait chaud par exemple, la matière se chauffe également, et peut même devenir brûlante au contact du soleil. Si vous avez tendance à suer en conséquence, le cuir va lui aussi devenir humide et va vous coller à la peau. Et lorsqu’il fait froid, il devient glacé également. Par conséquent, si vous n’avez pas une option siège chauffante, vous risquez de geler sur place. Dans tous les cas, ça ne risque pas d’être très agréable surtout pour de longs trajets. Si le cuir n’a pas besoin de beaucoup d’entretien, il reste cependant une matière fragile. Il est fortement déconseillé de laisser vos animaux domestiques entrer dans votre voiture si votre sellerie est en cuir. Leurs griffes vont laisser des trace que vous risquez de ne pas apprécier. Les avantages et les inconvénients d’un intérieur de voiture en tissu Il est vrai qu’une sellerie en tissu n’est pas très résistant. Mais il faut avouer qu’elle offre également des bénéfices non-négligeables. Les avantages d’un intérieur de voiture en tissu Un intérieur en tissu est particulièrement intéressant aussi bien sur le plan esthétique qu’économique. D’un point de vue esthétique dans un premier temps, parce que la sellerie en tissu a beaucoup de charme. Elle peut se décliner en plusieurs coloris et motifs. Vous pouvez choisir un tissu à couleur unie ou imprimée, de différentes matières également. Vous avez donc un très large choix quant au design que vous souhaitez donner à l’intérieur de votre voiture. D’un point de vue économique, le tissu est plus intéressant, car il coûte moins cher. Certes, il se salit et prend des tâches facilement, mais même ses frais d’entretien sont peu élevés. Et autre atout majeur, il ne redoute pas les griffes de votre animal de compagnie. Une sellerie en tissu est aussi très confortable. Car il ne chauffe pas en été, et il garde au chaud en hiver. Autre point important : en cas d’extrême chaleur, il ne risque pas de vous coller à la peau ou de vous brûler. Les inconvénients d’un intérieur de voiture en tissu On dit souvent que le tissu est une matière résistante. Certes, mais ce n’est pas une matière qui a été faite pour une utilisation sur le long terme. Si vous versez accidentellement du liquide dessus, elle va se mouiller et contrairement au cuir, elle mettra du temps à sécher. Si vous la tâchez, vous devrez la laver entièrement ou la remplacer carrément si la tâche ne part pas. Et pire, on peut facilement le déchirer. Alors oui, le tissu ne redoute pas les griffes des animaux de compagnie. En revanche, il va être difficile de déloger tous les poils d’animaux qui vont la recouvrir. Intérieur de voiture cuir ou tissu : lequel choisir ? Vous connaissez maintenant les avantages et les inconvénients de chacune de ces matières. A vous de peser le pour et le contre, et de déterminer lequel vous convient mieux et répond le plus à vos besoins. Car en fin de compte, c’est le principal critère à prendre en compte. En tissu ou en cuir, l’essentiel est que vous ayez un intérieur qui vous ressemble, et qui vous plaît. Après, c’est à vous de voir si la matière que vous allez choisir est compatible avec l’usage que vous faites de votre véhicule. Mais aussi des passagers que vous avez l’habitude de transporter (humain, animaux, etc.).
  11. La garantie panne mécanique figure parmi les options les plus intéressantes proposées par les assureurs. Optionnelle cependant, elle est rarement connue des assurés. Raison pour laquelle, on n’en entend que très peu parlé. Et pourtant, elle offre un avantage non-négligeable. Cette garantie permet notamment à l’assuré de bénéficier d’une prise en charge en cas de panne. Quel genre de panne ? Que couvre cette garantie concrètement ? Quand en souscrire et combien ça coûte ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la garantie panne mécanique. Garantie panne mécanique : qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qu’elle couvre ? La garantie panne mécanique est une option proposée dans votre contrat d’assurance auto. C’est donc une garantie optionnelle, c’est-à-dire qu’elle est facultative et n’est pas inclue dans les garanties de base dont vous bénéficiez lorsque vous souscrivez une assurance. Mais vous pouvez l'ajouter en supplément, et ce, que vous aviez souscrite une formule tiers, intermédiaire ou tout risque. Le principe de la garantie panne mécanique La couverture offerte par un contrat d’assurance est rarement complète. Quelle que soit la formule choisie en effet, elle n’intervient qu’en cas de survenance du risque couvert, c’est-à-dire en cas d’accident dans la majorité des cas. Et pourtant, l’assuré peut être confronté à de nombreuses autres situations, tout aussi coûteuses et pour lesquelles une bonne couverture serait la bienvenue. La panne en fait partie. Remettre une voiture en marche après une panne peut effectivement coûter très cher. Mais c’est là tout l’intérêt de la garantie panne mécanique. Elle va permettre à l’assuré de bénéficier d’une prise en charge pour la réparation du véhicule. Cela inclut aussi bien le remplacement ou la réparation de pièces défectueuses, que la main-d'œuvre. Les couvertures offertes par la garantie panne mécanique Comme son nom l’indique, cette garantie couvre avant tout toute dépense liée à une panne mécanique, c’est-à-dire toute réparation touchant le moteur, l’embrayage, la boîte de vitesses, le turbo, l’injection et la climatisation. Mais en fonction de l’assureur, cette garantie peut également couvrir : Les pannes électriques, qui touchent le démarreur, le calculateur et/ou l’alternateur. Les pannés électroniques, qui touchent le GPS, l’ordinateur de bord, les alarmes ou la caméra de recul. Les pannes périphériques, qui concernent surtout les options telles que le verrouillage centralisé, le système de toit ouvrant, ou les rétroviseurs. Attention ! Les couvertures proposées par la garantie panne mécanique dépendent essentiellement de l’assureur choisi. Pour être sûr de bénéficier de la couverture la plus complète, prenez le temps de bien examiner le contrat d’assurance que l’on vous propose. Et vérifiez, en premier lieu, les exclusions de garantie s’il y en a. Quand souscrire une garantie panne mécanique ? Il n’y a pas de bon moment pour souscrire une garantie panne mécanique. Que vous ayez une voiture neuve ou une voiture d’occasion, nul n’est à l’abri d’une panne éventuelle. Bénéficier d’une garantie vous permet de faire face à toutes dépenses imprévues. Souscrire une assurance panne mécanique avant la fin de la garantie constructeur Si vous achetez un véhicule neuf, vous bénéficiez automatiquement de la garantie constructeur. Qu’est-ce que c’est ? En gros, avec cette garantie, le constructeur est tenu de prendre en charge tous les frais relatifs à la réparation de votre voiture. En d’autres termes, en cas de souci mécanique, électrique ou électronique, vous n’aurez pas à payer. C’est lui qui s’en chargera. La garantie constructeur n’est cependant valable que pendant une durée limitée de 2 ans en général. Et une fois qu’elle arrive à expiration, sans garantie spécifique, vous devrez payer les frais de votre poche en cas de panne. Pour éviter cela, vous pouvez souscrire une garantie panne mécanique. Mais pour être prise en charge dans l’immédiat en cas de besoin, n’attendez pas la fin de la garantie constructeur. Renseignez-vous d’abord sur le délai de carence appliqué par votre compagnie d’assurance, et souscrivez en fonction de cela. Si le délai de carence est d’un an par exemple, souscrivez votre garantie panne mécanique un an avant la fin de la garantie constructeur. Ainsi, à la fin de cette dernière, la nouvelle garantie prendra de suite le relais. Vous serez ainsi couvert sans interruption. Souscrire une garantie panne mécanique pour votre voiture d’occasion La garantie panne mécanique est indispensable lorsque vous achetez une voiture d’occasion. N’étant pas neuves en effet, ces véhicules risquent plus d’être sujets à des pannes. Ils peuvent donc vous coûter cher en réparation si vous n’êtes pas couverts. Vous devez savoir néanmoins que toutes les voitures d’occasion ne sont pas éligibles à l’assurance panne mécanique. Les assureurs n’acceptent de vous couvrir que si votre véhicule remplit quelques conditions, concernant notamment son âge et son kilométrage. Dans la majorité des cas, la voiture assurée doit avoir moins de 15 ans et ne doit pas avoir dépassé les 200 000 km au compteur. Combien coûte une garantie panne mécanique ? La valeur de la prime pour une assurance panne mécanique va dépendre de l’assureur que vous aurez contacté. Prenez donc le temps de demander plusieurs devis et de comparer les offres pour obtenir le prix le plus juste pour une telle couverture. A titre indicatif, une garantie panne mécanique peut coûter entre 100€ à 150€ en une année.
  12. Il suffit de quelques étapes pour réussir à fixer votre plaque d’immatriculation vous-même sans l’aide d’un professionnel. Mais avant tout bricolage, assurez-vous que vous avez tout le matériel nécessaire. Laissez de côté votre marteau et votre tournevis, et munissez-vous de deux éléments seulement : une perceuse ayant une mèche de 5 millimètres pour ôter les anciens rivets et pour percer les nouvelles plaques ; et une pince à rivets ou une riveteuse électrique de 2 ou 4 rivets en aluminium ou en acier. Fixer soi-même une plaque d’immatriculation : l’importance des rivets Il est à noter que vous devez utiliser des rivets et non des vis, car il y des normes qu’il faut suivre. Il vous faut deux rivets pour chaque plaque. Attention, vous ne pouvez pas utiliser n’importe lequel. La couleur des embouts doit être semblable à celle de la partie de la plaque où vous allez les poser. Pensez à utiliser des rivets aveugles, ils ont l’avantage de ne pas nécessiter de double accès. Fixer soi-même une plaque d’immatriculation : la préparation Une fois les outils complets, voici maintenant les étapes à suivre pour fixer votre plaque d’immatriculation. Quelques minutes suffisent pour les réaliser. Enlevez vos anciennes plaques d’immatriculation Il ne faut pas attendre que vos plaques d’immatriculation se détériorent complètement pour penser à les remplacer. Une plaque d’immatriculation abîmée, mal installée, ou qui est non conforme aux normes signifie une contre visite lors du contrôle technique. Détacher votre ancienne plaque d’immatriculation n’est pas du tout compliqué. Il suffit tout simplement de faire sauter les têtes des anciens rivets. Pour cela, utilisez la perceuse et le foret. Placez le foret au-dessus de la tête du rivet et percez. Mais attention, évitez de percer trop fort pour ne pas trop élargir les trous si vous comptez les réutiliser. Une fois les rivets retirés, vos plaques devraient se désolidariser facilement de votre véhicule. Vérifiez bien que les rivets ne sont pas coincés dans le pare-choc. Choisissez bien l’emplacement des rivets Certaines plaques sont dotées de repères pour le perçage et d’autres non. Si les vôtres ne le sont pas, ne vous inquiétez pas, vous pouvez le faire vous-même. Vous pouvez utiliser l’ancienne plaque comme gabarit pour repérer l’emplacement des trous sur les nouvelles. D’ailleurs, c’est la meilleure chose à faire. Placez l’ancienne plaque au-dessus de la nouvelle et vous aurez les repères nécessaires. Toutefois, si vous choisissez de changer l’emplacement des rivets, il vous faut de nouveaux repères. Pour cela, il faut que vous fassiez attention. Il faut bien respecter les mesures. Il ne faut pas gâcher les plaques ou transformer la carrosserie de votre véhicule en un véritable tamis. Si vous pensez jeter les anciennes plaques, assurez-vous qu’elles soient inutilisables pour que personne ne puisse les récupérer et les utiliser de manière illégale. Comment fixer une plaque d’immatriculation ? Maintenant, il y a de la place pour vos nouvelles plaques, et avez déjà les outils nécessaires à votre disposition pour les installer. Les prochaines étapes sont très faciles à réaliser et ne prennent pas beaucoup de temps. Percez la nouvelle plaque d’immatriculation et le pare-choc Une fois l’emplacement des rivets repéré, passez maintenant au perçage. Pour chaque plaque, percez deux trous : l’un à droite et l’autre à gauche. Attention, ce n’est pas la peine d’aller très profond, il en faut juste assez pour que le rivet traverse la plaque, le pare choc et le châssis. Fixez les rivets Arrive enfin le moment ultime de votre travail : la fixation. Une fois que vous avez bien vérifié que les trous de fixation des deux parties, c’est-à-dire la plaque et le pare-choc, concordent, il est temps de les fixer. Pour se faire, préparez d’abord les rivets et la riveteuse électrique. Commencez par insérer le rivet dans l’embout adéquat de la pince. Alignez bien les trous de la plaque avec ceux du pare-choc et positionnez le rivet dedans. Une fois cela fait, pressez le pince à rivet pour qu’il s’enclenche. Réitérez cette opération sur les deux côtés de la plaque et le tour est joué. Et voilà, votre nouvelle plaque est fixée ! Pas besoin d’un professionnel pour réussir à le faire si vous avez les bons matériaux et du temps ! Pour faire plus joli, vous pouvez même couvrir les rivets avec des caches blancs.
  13. Pour assurer la sécurité de son enfant en voiture, quelle que soit la distance du trajet, il faut respecter certaines règles. Outre l’usage de moyens de retenue, garder à la bonne température l’habitacle et veiller à son confort sont aussi indispensables. Comment assurer la sécurité de son enfant en voiture ? Comment bien transporter les enfants en voiture ? Quelle est la réglementation concernant le siège auto ? Zoom sur la sécurité de l'enfant lors de voyages en auto. Ce que dit la loi sur la sécurité de l’enfant en voiture La sécurité routière préconise l’usage de dispositifs de retenue pour tous les enfants de moins de 12 ans et mesurant moins de 1m50. Les sièges pour enfants ou les simples rehausseurs conformes aux normes européennes ECE n° 44 et 129 en font partie, utilisables depuis 2010 et 2014. Chaque siège ne peut toutefois être occupé que par une seule personne. Le conducteur doit aussi s’assurer que le dispositif de retenue utilisé s’adapte au poids et à la morphologie de l’enfant. Même s’il est interdit de mettre un enfant de moins de 10 ans sur les places avant d’un véhicule, on peut le faire à certaines conditions. Il faut l’installer dans un siège adapté, le dos à la route si les sièges arrière sont occupés par d’autres enfants dans la même tranche d’âge. À chaque poids son siège Un enfant de moins de 15 mois doit ainsi être installé dos à la route, maintenue par un harnais de sécurité et en position semi-allongée dans un siège adapté. Ce dernier, de groupe 0 ou 0+ doit être retenu par une ceinture de sécurité 3 points. Quand ces sièges de naissance sont installés à l’avant, l’airbag doit être désactivé. Pour les enfants de 9 à 18 kg, les sièges de groupe 1, munis de bouclier et de harnais et à mettre de préférence dos à la route sont plus indiqués. Ceux de 15 à 25 kg doivent être placés dans des sièges de groupe 2, et les enfants jusqu’à 36 kg, dans ceux de groupe 3. Il s’agit de rehausseurs avec dossier ou sans dossier. Depuis 2013, l’ECE R 129 préconise le respect de ces différents critères dont la taille de l’enfant, l’obligation de test de ces sièges en cas de choc latéral et l’usage du système ISOFIX. La bonne température dans l’habitacle On assure aussi la sécurité de l’enfant en voiture en gardant à la bonne température l’habitacle. Qu’il fasse froid ou chaud à l’intérieur ou à l’extérieur de la voiture, il faut maintenir la température idéale dans l’habitacle. En cas de forte chaleur, un enfant, même endormi, risque en effet de se déshydrater, raison pour laquelle, il faut toujours lui faire boire de l’eau. Cela est même indispensable si l’enfant a vomi en cours de route. Il est ainsi conseillé de ne pas rouler entre 11 h 30 et 15 h, les heures les plus chaudes de la journée, surtout en été. Il en est de même lors des périodes de vacances pendant lesquelles de nombreuses voitures sont sur la route et créent des embouteillages. Si on doit s’arrêter, ne jamais le faire en plein soleil même les fenêtres ouvertes. En roulant, garder celles-ci entre-ouvertes est requis pour ne pas exposer les enfants au courant d'air. Prévenir le mal de transport La sécurité de l’enfant en voiture passe aussi par la prévention du mal de transport. Il en fait souvent l’objet à partir de l’âge de 2 ans à cause de la sensibilité de ses oreilles internes aux mouvements de la voiture. Pour éviter de le mettre dans un tel état, il faut l’habiller légèrement, avec des vêtements amples. Il convient aussi de l’installer relativement haut dans son siège, de manière à ce qu’il voie la route. Maintenir bien droite sa tête grâce à son auto-siège ou avec un appui-tête gonflable est un autre moyen. Il ne faut pas oublier de bien aérer la voiture avant de partir et de donner un repas léger à l’enfant, surtout, si le trajet s’annonce long. Des collations sont en outre nécessaires en cours de route. Si on n’a pas peur de rouler la nuit, c’est le moment idéal pour voyager avec un enfant, ainsi, il ne risque pas de souffrir de nausées. Le confort de l’enfant avant tout Si on voyage en journée, des arrêts de 15 minutes toutes les 2 heures sont nécessaires. Ces pauses permettent à l’enfant de se dégourdir les jambes. Elles sont même indispensables pour les turbulents en voiture. Un adulte supporte facilement 6 ou 8 heures de trajet, contrairement à un enfant. Il peut vite devenir irritable et grincheux si on ne le laisse pas se reposer et jouer de temps en temps.
  14. Avec ou sans enfant, le lecteur DVD voiture reste de loin votre meilleur allié lors d’un long trajet. Ces dernières années, ce lecteur multimédia automobile a nettement évolué, tant au niveau du design que des fonctionnalités. Vous constaterez également un pullulement des offres sur le marché, rendant ainsi le choix de cet équipement auto difficile. Comment dénicher le meilleur lecteur DVD voiture ? Toutes les réponses dans ce comparatif fraîchement réalisé par nos soins. Découvrez également des conseils de pro pour choisir le meilleur lecteur DVD auto du commerce. Les différents types de lecteurs DVD pour voiture Les fabricants de lecteurs DVD pour voiture rivalisent d’ingéniosité afin de proposer des modèles tous aussi révolutionnaires et originaux les uns que les autres. Si certains misent sur le design, d’autres préfèrent se concentrer davantage sur les fonctionnalités. Quoi qu’il en soit, lorsqu’on parle de déclinaison de lecteur DVD voiture, on fait surtout allusion au type de fixation usité. On distingue alors 6 sortes de lecteurs DVD pour auto : le lecteur DVD portable : la facilité d’installation constitue son premier atout. En effet, pour l’utiliser, il suffit de le brancher sur la prise allume-cigare de votre auto. le lecteur DVD à double écran : un modèle de ce genre vous permet de regarder simultanément deux films différents. Hormis son côté pratique, il séduit aussi par son design élégant. le lecteur DVD pour appuie-tête : comme son nom l’indique, ce modèle trouve sa place sur l’appuie-tête des sièges auto. Il a surtout été conçu pour les passagers arrière. le lecteur DVD avec fonction rétroviseur : ce type de lecteur multimédia pour auto arbore deux fonctionnalités qui ne sont autres que l’écran et le miroir. L’un comme l’autre peut être désactivé au gré des besoins. le lecteur DVD abaissable : placé sur le toit du véhicule, cet accessoire auto s’adapte surtout aux SUV et aux monospaces. le lecteur DVD pour tableau de bord : ce modèle se veut extrêmement pratique pour les petites voitures. Son utilisation requiert cependant l’achat d’un support de fixation de qualité. Nos astuces pour choisir le meilleur lecteur DVD de voiture Entre les modèles qui n’en finissent pas d’évoluer et les marques qui se font de plus en plus nombreuses, trouver le meilleur lecteur DVD pour voiture peut très vite se transformer en un véritable parcours du combattant. Pour vous aider dans votre quête, voici des critères de sélection à ne surtout pas négliger. La taille de l’écran L’expérience d’utilisation dépend grandement de la taille de l’écran. En effet, le principe est très simple : plus l’écran de votre lecteur DVD pour auto est large, plus il sera facile et agréable de visionner les contenus multimédias. La plupart des modèles disponibles sur le marché proposent un écran de 7 à 9 pouces (identique à des tablettes). Il n’est cependant pas rare de trouver des lecteurs DVD pour voiture dotés d’un écran de 10 pouces. La compatibilité La compatibilité d’un lecteur DVD de voiture ne se rapporte pas forcément à sa connectivité. Cela inclut aussi le mode d’alimentation. D’une manière plus explicite, votre attention devra se porter sur les prises d’entrée (port USB, prises auxiliaires…), les systèmes d’information ainsi que les systèmes de commande. Autrement dit, l’installation d’un lecteur DVD auto ne doit en aucun cas affecter le bon fonctionnement de votre véhicule. L’autonomie La majorité des lecteurs DVD de voiture embarque une batterie rechargeable dont l’autonomie varie de 2 à 6 heures, selon le modèle choisi. Ce critère revêt une importance majeure dans la mesure où vous optez pour un modèle portable ou celui fixé sur un appuie-tête. Les accessoires fournis et les fonctionnalités Vous comprendrez qu’il est plus intéressant d’investir dans un lecteur DVD pour auto fourni avec une télécommande et un casque audio. Certains modèles plus aboutis vous permettent même de lire vos contenus multimédias via une clé USB ou encore un lecteur de carte mémoire. Les marques de lecteur multimédia DVD automobile les plus populaires Toutes les marques de lecteur DVD voiture ne se valent pas. On a décidé de consacrer un paragraphe entier à ce critère de choix, car il en va de la qualité et de la performance de votre équipement auto. Deux enseignes se distinguent : Wonnie et Philips. Cela ne vous empêche pas pour autant de vous tourner vers d’autres fabricants comme Samsung, Muse, ou Pumpkin. Les lecteurs DVD voiture Wonnie Wonnie se fait de plus en plus connaître dans l’univers de l’électronique. Pour asseoir sa réputation sur le marché, la marque propose des lecteurs DVD pour voiture possédant une autonomie et des fonctionnalités exemplaires. Vous trouverez de nombreux modèles de cette marque sur le marché. Simple ou double écran, les lecteurs DVD voiture Wonnie sont souvent livrés avec une appuie-tête, et sont compatibles avec tous types de supports : USB, SD, etc. Les lecteurs DVD voiture Philips Affichant une autonomie de 3 heures environ, les lecteurs DVD voiture signés Philips séduisent surtout par leur écran LCD extralarges. Les modèles les plus aboutis sont équipés d’une entrée HDMI. Le lecteur DVD Philips PD7042 mérite une mention particulière. A la fois pratique, moderne et révolutionnaire, en plus de ses nombreuses fonctionnalités, celui-ci se démarque par le fait qu’il dispose de deux écrans. Et ce n’est pas tout, ces deux écrans sont chacun dotés de leur propre lecteur DVD ! En d’autres termes, en l’achetant, vous vous procurez en réalité un lecteur DVD double écrans et double lecteur également.
  15. Le cabriolet et le coupé ont tous les deux de belles carrosseries, mais au-delà de l’esthétique, ils ont d’autres atouts qui font leur mérite. Si vous voulez acheter un coupé ou un cabriolet, retenez ces quelques critères. En fait, il faudra se décider par rapport au prix, au type de voiture qui vous convient, à l’usage que vous en ferez, à la consommation en énergie, à l’état (neuf ou d’occasion), au type de toit, à la boite de vitesse, à la marque, à la puissance, etc. Bien choisir un coupé ou un cabriolet : les critères mécaniques à retenir Que préférez-vous ? Une boite de vitesses manuelle ou automatique ? A double ou simple embrayage ? Quelle que soit votre réponse, le coupé et le cabriolet existent en ces caractéristiques et offrent bien plus d’options sur lesquelles vous baserez votre choix. La carburation est un critère de choix important. Le mieux est de toujours opter pour le diesel, car c’est plus respectueux de l’environnement en étant moins énergivore. Et si vous êtes un écolo avéré, pensez à regarder l’émission de CO2 de la voiture (généralement entre 100 et 200 g/km). En outre, le prix du litre de diesel est relativement faible au niveau des stations-services en France. Choisir un coupé ou un cabriolet : la sécurité et le confort La sécurité est l’un des points qu’il ne faut surtout pas négliger. Vous devez le considérer avant tout autre chose, comme le confort ou le côté pratique de la voiture que vous choisirez. La sécurité avant tout Les cabriolets sont des décapotables alors pour ce qui est de la capote, optez pour celles en dur et non celles en toile pour plus de sécurité. C’est d’ailleurs plus sûr en cas d’orage, car c’est plus résistant et plus étanche. Le confort acoustique Pour le confort, considérez la qualité des sièges et l’espace dans la voiture, mais aussi l’isolation acoustique. En effet, il est connu que les capotes en durs sont mieux insonorisées par rapport à celles en toile. Toutefois, vous pouvez choisir la capote en toile en triple épaisseur aussi. Toit électrique ou manœuvrable ? Toujours en matière de toit, celui électrique est mieux que celui manœuvrable de par son déploiement et sa rétractation automatique. Ce ne sont là que des suggestions, mais la décision finale vous appartient. Le nombre de places dans la voiture Pour terminer, sachez que d’habitude les coupés et les cabriolets sont faits pour deux personnes car ce sont des voitures de sport. Si tel est l’usage que vous voulez en faire, votre choix de modèle est très large. Par contre, si vous voulez utiliser la voiture pour véhiculer plusieurs personnes (votre famille ou vos amis), vous pouvez choisir un coupé ou un cabriolet de 4 à 5 places. Estimation des coûts liés à l’acquisition d’un coupé ou d’un cabriolet Quand vous achetez un coupé ou un cabriolet, il n’y pas que le prix qui compte. Et pour ne pas vous tromper dans l’estimation de votre budget, considérez les facteurs qui peuvent en affecter le prix. La marque du coupé ou du cabriolet Tout d’abord, le prix varie en fonction de la marque. Les plus chers sont les marques Audi, BMW, Porsche avec une fourchette entre 40000 et 60000 euros ; la Mercedes Benz pouvant même aller jusqu’à 94000 euros. Mais si vous avez un budget limité, choisissez les marques Mustang, Toyota, Opel, Peugeot, …qui coûtent entre 25000 et 40000 euros. L’assurance automobile pour le coupé ou le cabriolet Outre le prix, vous devez aussi prendre en compte les assurances automobiles, car elles occupent une grande partie de votre budget. Ainsi, déterminez à l’avance le montant d’une souscription d’assurance accident, vol et vandalisme car il s’agit d’une voiture attrayante et très convoitée. En effet, le coupé et le cabriolet sont plus sujets à des vols que les autres voitures de plaisir. C’est pourquoi leurs assurances sont relativement chères. Les autres critères techniques affectant le prix d’un coupé ou d’un cabriolet Le prix d’un coupé ou d’un cabriolet dépend de sa puissance, car à plus de 200ch, la voiture coûte dans les 40000 euros minimum. Pour les voitures atteignant les 400ch, le prix peut s’élever jusqu’à 90000 euros. Aussi, soyez futé et achetez une automobile de qualité, mais moins chère. Pour cela, optez pour les voitures d’occasion, mais en bon état et à kilométrage raisonnable. Pour finir, définissez votre modalité de paiement pour savoir si vous avez les moyens d’acheter un coupé ou un cabriolet. Effectivement, vous pouvez régler tous ce frais à votre propre compte ou encore recourir à des prêts automobiles. Et dans ce cas-ci, prévoyez les intérêts du prêt dans votre budget.
  16. Il est crucial de bien choisir la distribution de son moteur, car le fonctionnement, la puissance et la durabilité de celui-ci en dépend. Vous avez le choix entre la courroie de distribution, la chaine de distribution et la distribution par bain d’huile. Chacun de ces types de distribution a ses spécificités qui seront comparés ici-bas. Etant donné que les plus prisées sont la courroie et la chaîne de distribution, la comparaison portera uniquement sur celles-ci. Les atouts de la courroie et de la chaîne de distribution Pour mieux vous conseiller sur le choix de distribution de moteur, voici les points positifs de la chaîne et de la courroie que vous devez connaitre. L’intérêt de choisir une chaîne de distribution En termes de durabilité, la chaîne de distribution est avantageuse, car peut avoir une très longue durée de vie (jusqu’à 250000km, voire plus selon l’entretien). C’est parce que le métal est résistant aux changements de températures et aux fuites dans le moteur. Quant à son système mécanique, il est simple et rend sa réparation plus facile. Si vous êtes un connaisseur en automobile, vous devrez vous en sortir tout seul pour sa réparation ; quoiqu’il soit toujours mieux de recourir à un mécanicien. Les avantages d’une courroie de distribution Comme son nom l’indique, une chaîne de distribution ressemble à une chaîne de vélo et nécessite donc le graissage de maillons ; ce qui n’est pas le cas de la courroie. La courroie est en caoutchouc et offre une plus grande souplesse et une faible inertie du moteur. C’est cette souplesse, cette inertie et la légèreté de la courroie de distribution qui permettent au moteur de fonctionner avec moins d’effort, d’être silencieux, de ne pas perdre en puissance et de consommer moins de carburant. Enfin, la courroie a l’avantage d’être moins chère que la chaîne. Les faiblesses de la courroie et de la chaîne de distribution Pour équilibrer la balance, chacune de ces distributions ont leurs inconvénients qui peuvent influencer votre choix. Les inconvénients d’une chaîne de distribution D’abord, de par son poids relativement élevé (c’est-à-dire par rapport à celui de la courroie), la chaîne de distribution requiert une plus grande consommation en énergie, ce qui n’est pas souhaitable étant donné le prix considérable du carburant et la pollution accrue émanant des voitures. En effet, la norme et la tendance actuelle privilégient les voitures écologiques. Pis encore, la chaîne est aussi à l’origine d’une pollution sonore car elle rend le moteur bruyant. Enfin, le poids de la chaîne de distribution peut affecter la puissance de l’automobile et son volume peut encombrer le compartiment du moteur. Les désavantages de la courroie de distribution Vous aurez compris que les inconvénients de la chaîne font les avantages de la courroie. Néanmoins, cette dernière est pourvue de lacunes qui sont les suivantes. Comparée à la chaîne, la courroie de distribution est sensible à tout changement de l’environnement du moteur. Pour instance, une variation de température et une fuite du liquide de refroidissement peuvent altérer le fonctionnement d’une courroie. Etant donné cette faible résistance, la courroie nécessite donc des entretiens réguliers sur une base quinquennale ou à chaque 100000 km effectué. Cela peut être très coûteux sur le long terme, et pourtant si vous y manquez, votre moteur pourra défaillir. Choisir la distribution selon sa voiture Après avoir vu les avantages et les inconvénients de la courroie et de la chaîne de distribution, vous pouvez peser le pour et le contre de ces deux éléments. Toutefois, il reste un facteur décisif, hormis vos préférences techniques, à savoir le type de véhicule que vous conduisez. En effet, la courroie est requise pour certaines voitures tandis que la chaîne de distribution est plus appropriée pour d’autres voitures. Par exemple, pour une voiture qui a un compartiment moteur restreint, il faut opter pour une courroie de distribution. De même, pour une conduite écoresponsable, choisissez la courroie. En outre, il est plus commun qu’une voiture datant d’avant les années 2000 soit pourvue d’une chaîne de distribution. Le fait que ces voitures roulent encore aussi bien avec ce type de distribution témoigne de la longévité de la chaîne. Enfin, si vous comptez revendre votre voiture plus tard, sachez qu’un moteur à chaîne s’amortit moins, ce qui est un point positif. Bref, pour faire le bon choix, parlez-en à votre concessionnaire car il connait ce qui convient le mieux à votre voiture. De plus, en suivant ses suggestions, vous pourriez bénéficier de services après-vente, notamment des réparations et des entretiens à prix réduits, outre les garanties.
  17. Grâce à ses pneus robustes, l’automobile vous amène où vous voulez et quand vous voulez. En effet, ce sont les pneus qui assurent la mobilité de votre véhicule. Sans pneus, votre automobile serait un objet immobile. Vous devez donc prendre soin de vos pneus et des éléments qui y sont rattachés, notamment les valves. Qu’est-ce qu’une valve de pneu auto ? Quelle est son importance ? Pourquoi changer les valves de vos pneus et comment les changer ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les valves et leur changement à travers la lecture de cet article. Généralités sur les valves Pour avoir un véhicule en forme, vous devez l’entretenir. L’entretien tient compte aussi bien des gros systèmes que des tous petits éléments parmi lesquels figurent les valves. Qu’est-ce qu’une valve de pneu auto ? Les valves sont de petits éléments situés sur vos pneus. Elles sont positionnées sur les chambres à air dans le cas des pneus Tubetype (pneu avec chambre à air). Quant aux pneus Tubeless (pneu sans chambre à air) ils sont installés sur les jantes. Chaque pneu de votre auto a une valve. Elle est essentiellement constituée d’un embout en caoutchouc (chrome ou aluminium) et d’un bouchon bien hermétique pour fermer l’embout. Les types de valves auto Dans le commerce, vous trouverez plusieurs types de valves pour vos pneus. La plus utilisée pour les pneus auto est la valve Schrader. Il s’agit d’un tube fileté à l’intérieur duquel se trouve un piston à ressort. Il est bien sûr fermé par un bouchon étanche. De plus en plus, vous rencontrerez aussi les valves automatiques. Elles sont imposées pour les voitures de tourisme depuis Novembre 2012 et pour les autres voitures neuves depuis 2014. Enfin, il y’a la valve électronique qui est semblable à la valve Schrader. Mais qui en plus, est associée à un capteur qui transmet à l’écran de bord les pressions du pneu en temps réel. Le rôle des valves Le premier rôle d’une valve est d’assurer l’étanchéité de votre pneu. Avec une valve, l’air ne peut ni entrer, ni sortir de votre pneu. Par-là, la valve assure le maintien d’une bonne pression d’air à l’intérieur de votre pneu. Cette fonction est cruciale pour le fonctionnement correct de votre pneu. En effet, lorsqu’il roule, votre pneu est en contact avec le sol et subit la force centrifuge. La valve permet au pneu de résister à cette force. Elle empêche ainsi la baisse de pression qui survient avec la sortie d’air. Par ailleurs, la valve permet facilement le gonflage et le dégonflage de vos pneus. Elle empêche également l’entrée des éléments étrangers dans votre pneu grâce à son bouchon hermétique. Elle assure ainsi le bon état de vos pneus et ralentit sa détérioration. Quand et pourquoi changer les valves ? Bien que petites, les valves jouent une partition importante dans l’état des pneus de vos voitures. Il est donc important de penser à leur entretien, voire leur changement. Pourquoi changer vos valves ? De nombreuses raisons devraient vous conduire à changer les valves de vos pneus. En effet, les valves se trouvent sur les pneus et peuvent subir donc les mêmes épreuves que ces derniers. Elles passent et repassent sur le sol et se déforment lors des freinages et manœuvres. Elles subissent des forces diverses. Tout cela entraîne leur usure avec le temps. Une valve usée n’est plus en mesure d’assurer l’étanchéité et donc la bonne pression de vos pneus. Par conséquent, votre distance de freinage augmente. Vos pneus ne roulent plus aussi vite qu’avant et la conduite est moins aisée. Si la baisse de pression est importante, vous pouvez même perdre le contrôle de votre auto. Si le bouchon se détériore, il n’est plus en mesure d’assurer sa fonction de barrière. Quand changer vos valves ? N’attendez pas le dernier moment pour changer vos valves. Si vous remarquez des signes d’usure, des craquelures, la perte du bouchon ou leur porosité, changez les. Lorsque vos pneus ont subi des chocs, contrôlez l’état des valves. Elles pourraient être endommagées. Vous pouvez changer une valve sans changer la chambre à air. Mais lors du remplacement des pneus, changez également les valves. Changer une valve ne coûte pratiquement rien. La plupart des garages professionnels changent automatiquement la valve avec le pneu et incluent le coût dans la facture. Comment changer vos valves ? Vous avez sans doute compris grâce aux paragraphes précédents que les valves de vos pneus sont à surveiller. Il faut donc prendre soin d’eux, et les changer de temps en temps. Pour changer vos valves, vous pouvez le faire vous-même ou demander l’aide d’un professionnel. Mais dans tous les cas, le plus important, c’est de disposer du matériel adéquat. Le changement des valves Schrader Pour le changement des valves Schrader, le matériel est essentiellement constitué d’un crochet avec une poignée en T, d’un outil de montage, et enfin d’un cône de montage. Pour effectuer l’opération, il faut commencer par la lubrification du crochet. Ensuite, il faut accrocher ledit crochet à l’ancienne valve en faisant un quart de tour avec le crochet en T et retirer la valve. Lubrifiez après la tige de montage, mettez-y la partie bouchonnée de la valve et lubrifiez la tige de la valve. Insérez le tout dans le cône de montage. Enfin, placez la valve à l’endroit désiré et retirez l’outil de montage. Le changement des valves électroniques Le changement d’une valve électronique nécessite l’usage du kit TPMS (Tire Pressure Monitoring System). Il contient tout ce qu’il faut (vis, joint d’étanchéité, bouchon en plastique, ecrous, obus de valve nickelé). L’opération de changement est plus complexe et il faut effectuer la programmation et la réinitialisation du système. Sans quoi, vous n’aurez pas des données fiables, ce qui peut se révéler dangereux. Pour éviter tout problème, adressez-vous à un expert dans le cas des valves électroniques. Les valves Schrader et les valves électroniques sont les deux types de valves les plus rencontrés. Elles sont efficaces et durables, mais à suivre de près pour éviter de problèmes éventuels, mais surtout afin de rouler en toute sécurité et avec assurance.
  18. Les voitures hybrides ont débarqué sur le marché dans les années 70. Et depuis, elles ont la côte. Leur principal atout : ce sont des voitures qui consomment moins de carburant et qui émettent moins de CO2. En d’autres termes, elles sont à la fois économiques et écologiques. Comme leur nom l’indique, ces véhicules utilisent deux sources d’énergies différentes. Elles fonctionnent grâce à deux moteurs distincts : un moteur électrique sollicité pour le démarrage et pour toute vitesse de moins de 50 km/h; et un moteur thermique à essence qui prend le relais à partir du moment où le véhicule accélère et roule à plus de 50 km/h. A une époque où économiser les énergies fossiles est plus qu’une nécessité, et où minimiser l’émission de CO2 est vitale, elles ont donc tout pour plaire. Mais attention, elles ne sont pas parfaites pour autant. Pourquoi choisir une voiture hybride ? Quels sont les inconvénients d'une voiture hybride ? Découvrez les avantages et les inconvénients des voitures hybrides. Les avantages des voitures hybrides Les voitures hybrides offrent de nombreux avantages. Raison pour laquelle, elles ont tellement la côte. Elles sont avant tout plus écologiques, elles sont aussi plus économiques et pour finir, elles s’avèrent très pratiques. La voiture hybride, plus écologique La voiture hybride est plus respectueuse de l’environnement. Dans un premier temps, elle a été conçue pour réduire la consommation de carburant, ce qui permet donc de minimiser l’utilisation d’énergie fossile. Sa conception a également été étudiée pour qu’elle ne pollue pas l’environnement. Et pour cause ? Elle n’émet pas le moindre gaz à effet de serre. Et pour finir, elle affiche un bilan de carbone moins lourd. Toutes les voitures occasionnent l’émission de CO2 pendant leur processus de fabrication. Mais par rapport aux véhicules classiques, le modèle hybride est beaucoup moins polluante. La voiture hybride est plus économique Dans la mesure où elle fonctionne avec deux énergies, la voiture hybride est moins énergivore. Elle ne consomme du carburant que lorsqu’elle est lancée à plus de 50 km/h. Résultat : lorsqu’elle roule à une vitesse inférieure, elle ne consomme pas de carburant du tout ; et lorsqu’elle commence à accélérer, elle consomme en moyenne 5 litres/100km. La voiture hybride est également plus intéressante pour votre portefeuille sur le long terme. Premièrement, parce que l’électricité coûte 4 fois moins chère que le carburant. Mais aussi, parce que la voiture hybride n’occasionne que très peu de frais d’entretien. Elle n’a effectivement pas besoin d’être régulièrement entretenue. Vous n’aurez pas à faire des vidanges ni changer ses filtres. La voiture hybride, plus pratique Par rapport aux voitures classiques, la voiture hybride offre aussi l’avantage d’être plus pratique. Primo parce qu’elle s’avère très facile à manipuler : elle démarre rapidement, se manœuvre de manière fluide et elle ne cale quasiment jamais. On apprécie également son côté silencieux. Le moteur ne produit que très peu de bruits. La voiture hybride est également pratique dans le sens où elle est beaucoup plus autonome. Ses deux sources d’énergie se jugulent pour lui permettre de rouler sur près de 1000 kilomètres sans interruption. A noter qu’elle n’a pas non plus besoin d’être chargée sur une prise électrique. Les inconvénients de la voiture hybride Bien qu’elle soit très appréciée, la voiture hybride n’offre pas que de avantages. On lui reproche certaines petites faiblesses notamment au niveau de l’autonomie, et du coût à l’achat. Les soucis d’autonomie de la voiture hybride Les véhicules hybrides sont beaucoup plus autonomes que les voitures électriques. Mais par rapport aux voitures classiques, leur autonomie reste encore réduite. Elles sont souvent limitées à un usage en ville, certaines zones rurales manquent cruellement de stations et encore plus de bornes de rechargement. Un autre problème avec le rechargement, c’est le risque de surchauffe. Certains modèles n’ont pas besoin d’être chargés sur une prise, mais ce n’est pas le cas de tous. Et malheureusement, si vous prenez la mauvaise habitude de les charger sur une prise domestique chez vous, vous risquez de provoquer une surchauffe. Pour éviter cela, il faut utiliser une prise adaptée. Le coût de la voiture hybride Si la voiture hybride revient moins cher à l’entretien, son prix est cependant particulièrement élevé à l’achat. On note une différence notable d’environ 5000€ entre un modèle classique et un modèle hybride. Et ce prix est d’autant plus lourd à ce jour, puisque depuis le 1er janvier 2018, son acquisition ne permet plus de bénéficier d’un bonus écologique d’un montant de 1000€ environ.
  19. Les accidents de voiture peuvent se produire à tout moment et ceci quelles que soient les précautions que l’on prend pour les éviter. Sur une autoroute, dans un parking, à la sortie de votre garage ou n’importe où ailleurs, vous pouvez vous retrouver à devoir répondre à cette question : suis-je en tort pour cet accident de voiture ou suis-je la victime ? La réponse n’est pas toujours évidente, mais il existe certains moyens pour trouver des réponses plus ou moins justes. Comment savoir si on est responsable de l'accident ? Quels sont ces moyens d’analyse ? Sur quels éléments se base-t'on pour situer une telle responsabilité ? Qui statue sur la responsabilité des conducteurs ou des piétons impliqués dans un accident ? Les responsabilités en cas d’accident de voiture Les accidents de route peuvent prendre différentes formes. Il peut s’agir d’un accrochage entre un piéton et un véhicule, d’un choc entre un motocycliste et un véhicule ou encore d’un incident entre deux véhicules. Il peut également s’agir de bien plus qu’un simple accrochage entre des véhicules, des motocyclistes et des piétons. Suivant le cas, la responsabilité peut être plus ou moins vite établie. Les cas évidents de responsabilité du conducteur Dans certaines situations, il n’est pas difficile de déterminer celui qui a tort lors de l’accident. Par exemple, lorsqu’un conducteur ou l’un de ses passagers ouvre une portière du véhicule sans précaution et cogne un piéton ou provoque un accident avec un autre conducteur, la responsabilité des premiers ne fait aucun doute. De même, le conducteur d’un véhicule qui va heurter un piéton en face de lui est également reconnu comme auteur de l’accident. Dans cette même logique, un piéton ou un motocycliste qui percute par derrière un véhicule à l’arrêt est systématiquement en tort. Par ailleurs, quand un conducteur embouti un véhicule en stationnement, il est déclaré responsable dès lors que le véhicule embouti n’est pas mal stationné. Il peut être reconnu fautif, d’ailleurs, même lorsque c’est le cas. Les fois exceptionnelles où le conducteur lui-même reconnaît d’office son tort, il n’est généralement plus question de chercher plus loin pour situer les torts. Aussi, de façon générale, en cas de non-respect des règles de conduite telles que définies par le code de la route (passage à un feu rouge ou à un stop, dépassement non autorisé, passage en sens interdit, engagement sans signalisation par clignotant à un tournant, etc.), le responsable d’un accident est facilement déterminable. Les cas moins évidents de responsabilité En dehors des cas ci-dessus cités, il est généralement compliqué d’établir qui a tort et qui a raison lors d’un accident. Parfois, les parties impliquées peuvent être toutes les deux fautives et d’autres fois, la responsabilité peut incomber à une seule personne. Voici à ce propos quelques cas de responsabilité partagée. Il peut arriver que les personnes impliquées dans un accident aient tort toutes les deux. Cela arrive par exemple lorsqu’un piéton s’engage sur une voie sans précaution pendant un moment d’inattention du conducteur. Un conducteur qui téléphone alors qu’il est au volant peut aussi être déclaré responsable d’un accident même si le piéton, cycliste ou second conducteur de véhicule est le véritable responsable. En effet, dans ces deux cas, on peut considérer que l’accident aurait pu être évité si le conducteur avait été moins distrait. Lors des changements de file et des dépassements également, le tort peut être situé des deux côtés. En cas de freinage brusque, la responsabilité peut être partagée ou pas. Le conducteur ayant freiné brusquement peut être accusé par exemple de n’avoir pas montré les signes de freinage. Mais le conducteur qui a heurté ce dernier peut aussi être sanctionné pour n’avoir pas respecté la distance réglementaire entre véhicules ou pour vitesse excessive. Ce sont autant d’exemples qui montrent qu’en cas d’accidents de la route, les responsabilités ne sont pas toujours faciles à déterminer. Une analyse par étapes des faits est donc impérative pour dire à quel camp l’accident est imputable. Quelques éléments pour établir la responsabilité lors d’un accident de voiture Quand un accident se produit, il est nécessaire, suivant sa gravité, de déterminer à qui la faute incombe. Lorsque vous vous retrouvez impliqué dans une collision, les personnes habilitées à déclarer votre responsabilité ou non sont la police et votre assurance. Ces derniers basent toutefois leurs conclusions sur différents éléments. Il s’agit essentiellement du code de la route, des critères établis par l’IRSA et des témoignages. En plus de cela, ils tiennent compte également des circonstances exceptionnelles telles que tout événement pouvant rendre la conduite plus compliquée. Les accidents qui se produisent lors des embouteillages par exemple ou pendant des manifestations publiques ou encore au cours de la réalisation de travaux routiers sont traités avec une attention particulière. Il peut arriver que l’assureur fasse intervenir un expert pour l’aider à situer les responsabilités. Pour apprécier le respect ou non du code la route, la position des véhicules et personnes accidentés ainsi que les déclarations des témoins sont les principaux éléments d’analyse. Les déclarations des accidentés comptent pour des témoignages et sont donc prises en compte elles aussi lors de l’établissement des torts. Quelques détails importants à connaître sur les accidents de voiture Les méprises sont faciles et il y en a un certain nombre dans le cas des accidents. D’aucuns pensent par exemple que le fait de mettre leurs clignotants avant de s’engager dans un tournant les dédouanent automatiquement de toute responsabilité quand ils ont un accident à cet instant précis. Il s’avère que non. D’autres pourraient également estimer qu’un léger accrochage avec un véhicule ou un piéton n’est pas grave, alors que cela pourrait les conduire devant le tribunal. Il n’est en outre pas utile d’appeler la police quand il n’y a ni blessés, ni dommages matériels lors d’un accident. Par contre, il est impératif de signaler tout choc à son assureur en cas d’accident dans un délai maximum de 5 jours. La rédaction d’un constat à l’amiable est recommandée pour faire valoir ses droits en cas d’accidents (droit à l’indemnisation pour dommages corporels et pour réparations entre autres). Il représente en effet le document grâce auquel les circonstances de l’accident sont connues et les responsabilités clairement établies. Il est vraiment important de situer les responsabilités lors d’un accident pour inciter tous les usagers à la prudence et au respect du code de la route. En outre, cela permet, en cas de dommages physiques ou matériels, de bénéficier des indemnisations et autres diverses réparations éventuelles.
  20. Il est de coutume de constater qu’en période de température trop basse, les serrures se givrent. Ce fait qui est fortement désagréable est monnaie courante en période d’hivernage. En effet quand l’hiver arrive, il vient avec tout son cortège de froid glacial, de neige et de conditions difficiles de vie. Ainsi, si les serrures des maisons, des garages, des portails et des boites aux lettres sont atteintes par le gel, celles des voitures n’en sont pas épargnées. Et quand cette situation vous tombe dessus, il n’est pas possible d’attendre la fin de l’hiver pour ouvrir la portière de votre voiture. Découvrez dans cet article certaines méthodes simples mais efficaces devant vous permettre de régler convenablement ce fâcheux désagrément. Les étapes à suivre pour ouvrir la portière gelée de votre voiture Plusieurs méthodes existent pour ouvrir une portière gelée. Mais il convient de suivre des étapes spécifiques pour réussir cette pratique avec performance. Chauffer la clé Le briquet ou la boite d’allumettes sont les outils nécessaires à utiliser. La technique consiste à réchauffer la clé en quelques secondes avant de l’insérer dans la serrure. L’effet de chaleur que va générer cette clé, lui permettra de tourner une fois introduite dans le système. Veillez à ce que la clé ne soit pas trop brûlante, elle doit être juste tiède. Assurez-vous aussi que la flamme du briquet ou de l’allumette ne touche pas les boutons de la télécommande. Cela pourrait affecter la puce électronique et la rendre non fonctionnelle. Une autre technique consiste à vaporiser du dégivrant avec lubrifiant, ou d’un baume à lèvre sur la clé ou dans la serrure. Cette méthode pourrait permettre à la clé d’entrer dans la serrure, et de faire fondre la glace. La glycérine ou la vaseline sont aussi très fiables pour leurs propretés antigel. Utiliser de l’alcool à brûler Ce procédé consiste à pulvériser de l’alcool à brûler directement sur la serrure. Ce liquide a une contenance de l’éthanol et du méthanol qui sont de véritables lave-glaces. L’usage de ce liquide a pour effet de dégivrer les serrures gelées. Mais, elle est un peu moins simple à mettre en pratique, en ce sens qu’on l’a rarement chez soi. Posséder un dégivreur Vos serrures externes sont habituellement victimes du gel en hiver. Le dégivreur automatique pourrait servir à régler ce problème. L’avoir sur soi s’avère important pour s’en servir en période de neige. Vendu sous forme de bombe ou d’aérosol, il est disponible dans les stations-service ou généralement dans les magasins de bricolage. Il renferme des éléments antigel qui favorisent une ouverture rapide de la serrure. Utiliser le séchoir à cheveux Vous êtes bloqué à l’extérieur de votre bagnole prise en otage par la neige. Pas de panique ! Le séchoir à cheveux peut vous aider à régler efficacement et convenablement ce problème de météo. En effet, si sous disposez d’une rallonge électrique suffisamment longue, qui peut faciliter le branchement de l’appareil jusqu’à la position de votre voiture, le tout est joué. Encore mieux, si elle possède une batterie ou une pile. Il suffira juste d’appliquer cet appareil en état de chauffage, sur la serrure de votre portière pour le libérer de son poids glacial. Cette méthode parait un peu risquée en ce sens qu’elle peut fait objet de court-circuit, mais vous aidera à fondre la glace. Utiliser un séchoir pour dissoudre la glace de votre portière nécessite de la patience. Pousser la portière Une autre technique pour entrer dans sa voiture dont la portière a été gelée est de pousser cette dernière. Elle est d’ailleurs la première méthode à essayer, c’est à dire avant toutes les autres. La majorité du temps, les gens ouvrent la porte vers eux, mais en vain. C’est bien plus que ça ! Le principe consiste à venir à bout d’un joint de la portière et à la pousser le plus fort possible. Il revient à exercer une pression sur cette partie de l’auto, ce qui brisera les glaces collées. Mais à ce niveau, il est à souligner que la voiture sera juste déverrouillée et non à l’ouvrir. Gratter la glace Cette stratégie peut vous aider, mais elle n’est pas rassurante. Elle consiste à gratter la croûte épaisse de glace qui est déposée au niveau de la poignée ou de la serrure. Si vous n’avez pas un grattoir approprié, l’utilisation d’un autre objet rigide en plastique comme par exemple une carte de crédit peut faire le travail. Il est déconseillé d’utiliser un objet en métal car Il pourrait laisser des égratignures sur la peinture ou abîmer la vitre. Pour dégivrer la serrure, optez pour une méthode qui convient à votre situation. Mais, si malgré toutes ces stratégies mises en œuvre la portière de votre voiture ne dégèle pas, il serait mieux de faire appel à un serrurier. Il mettra son professionnalisme en jeu pour vous donner satisfaction. Portière de voiture gelée : ce qu’il ne faut pas faire La neige a atteint la serrure de la portière de votre voiture, et cela vous agace sérieusement. Vous cherchez par tous les moyens possibles pour pallier ce problème. Toutefois, faites attention. En effet, toutes les idées qui vous passent par la tête ne sont pas bonnes. Il faudra éviter certaines attitudes qui pourraient aggraver la situation au lieu de l’améliorer. Voici quelques conseils à respecter scrupuleusement. Ne forcez pas la serrure avec la clé. En le faisant, la clé risque de se casser dans la serrure et du coup, vous plonger de plus belle dans les soucis. Vous pourrez aussi briser la poignée et les joints de caoutchouc si c’est fait avec trop de force et d’énergie. Évitez de projeter de l’eau chaude sur la serrure. Cette attitude n’est pas conseillée et peut être à l’origine d’un choc thermique. Elle pourrait aussi endommager les matières plastiques et les composants électroniques qui se retrouvent dans la plupart des serrures des voitures modernes. Voilà autant d’informations utiles qui pourront vous aider à faire face au gel d’une porte ou d’une serrure d’auto. Si vous les appliquez avec patience et finesse, et que vous vous comportez tel qu’indiqué dans le présent article, le temps mis pour régler votre problème ne devrait pas être long. Dans le cas contraire, votre situation pourrait durer plus longtemps qu’elle ne devrait.
  21. Malgré toutes les opportunités de transport en commun et de location de voitures qui existent de nos jours, posséder un véhicule est toujours loin d’être un luxe. Il permet de se déplacer en toute indépendance et s’avère pratique pour les sorties en famille ou entre amis ainsi que les longs voyages par exemple. De même, en cas de grève des sociétés de bus et de location de taxis, vous êtes sûr avec votre voiture de ne pas manquer un rendez-vous important ou de ne pas être en retard au service. Mais acquérir un véhicule a un coût qui pourrait constituer une limite pour ceux qui souhaitent en posséder une. C’est pourquoi les crédits automobiles sont des services bancaires fortement sollicités. Quelles sont les conditions pour bénéficier des crédits auto ? Quels sont les types de crédit auto qui existent ? Et quels sont les meilleurs d’entre eux ? Obtenir un crédit auto : à quelles fins? Le coût d’un véhicule n’est pas négligeable. Aussi, plutôt que de dépenser toutes vos économies pour vous en offrir, vous pouvez souscrire à un prêt automobile. Il est également préférable de recourir au crédit auto afin d’avoir de la marge pour d’autres dépenses subsidiaires telles que les réparations, la souscription à l’assurance, le changement de peinture, les visites techniques, l’obtention de la vignette, etc. Le crédit automobile est par ailleurs votre seule alternative lorsque vous ne disposez pas des ressources nécessaires pour vous offrir un véhicule fonctionnel ou celui de vos rêves. Il n’est pas interdit de joindre l’utile à l’agréable et vous pouvez donc prendre un crédit auto pour vous offrir le véhicule selon vos goûts. Mais qui peut l’obtenir et sous quelles conditions? Critères d’éligibilité au crédit auto L’obtention du crédit auto est subordonnée à certaines conditions. Les plus importantes sont la solvabilité, l’âge et le statut du requérant. Si vous êtes en quête d’un crédit auto, sachez que la première condition est liée à vos revenus et vos charges. Pour être sûr de ne pas voir votre demande rejetée, vous devez donc être en mesure de : - produire tous les justificatifs de vos ressources (contrat de travail, bulletins de paie, papiers d’indemnités de chômage, titres de propriétés, etc.) ; - déclarer toutes vos charges (situation matrimoniale et patrimoniale, nombre de personnes à charge, taux d’endettement à la date de la demande, etc.). Vous avez également plus de chance d’obtenir un emprunt si vous êtes majeur et si vous n’avez pas eu des démêlés avec la loi. Les institutions de finance sont davantage favorables aux demandes provenant de personnes ayant une bonne capacité de remboursement et qui ne sont ni trop jeunes et ni trop âgées. Types de crédits auto Il existe de nombreux types de crédits automobiles. Voici pour vous les plus courants. Vous y trouverez sûrement celui qu’il vous faut. On distingue donc : Le crédit auto affecté Il est destiné uniquement à l’achat de votre véhicule et ne peut être utilisé à d’autres fins. Il a cependant l’avantage de ne pas être remboursable tant que vous n’entriez pas en possession de votre véhicule. Le crédit personnel auto C’est un crédit non affecté grâce auquel vous pouvez financer l’achat de votre véhicule et même ses réparations. Il est donc plus adapté à l’acquisition des véhicules d’occasion. Il faut toutefois commencer son remboursement dès l’encaissement de la somme empruntée et son taux est souvent supérieur à celui du crédit auto. Le leasing ou location avec option d’achat (LOA) Il se rapproche du crédit auto sans vraiment en être un. En optant pour cette formule, vous disposerez en effet d’un véhicule pour lequel vous payez des mensualités (comme dans le cadre d’une location). La différence est que vous pouvez décider après un moment de le restituer ou de l’acquérir comme bien personnel. Le crédit-bail C’est une autre forme de LOA, mais sachez que pour le crédit-bail, vous n’aurez pas la possibilité de résilier le contrat avant son terme. Les meilleurs crédits auto Un crédit auto n’a réellement d’intérêt que si vous pouvez l’obtenir au meilleur prix. Mais comment apprécier cela justement ? Et à quelles conditions obtiendrez-vous les meilleurs taux ? Votre capacité à rembourser Beaucoup ne le savent peut-être pas, mais moins vous êtes débiteur, et plus les institutions bancaires ou autres organismes agréés de prêt sont portés à vous faire confiance et à réduire votre taux d’emprunt. Vous avez donc intérêt à être à jour de vos mensualités ou à ne pas avoir de prêts en cours avant de faire une nouvelle demande d’emprunt. Autrement, votre taux de remboursement risque d’être conséquent. Les formules de crédit auto Vos choix de financement ont une incidence directe sur le taux de remboursement de votre crédit auto. Il est donc important que vous étudiez les avantages et les inconvénients de chaque type de crédit auto avant d’arrêter votre choix. Essayez notamment de faire une analyse à moyen et long terme (pour mieux apprécier les charges globales) plutôt qu’une analyse à court terme qui ne vous fait voir que les gains rapides. Vous pourrez ainsi voir par exemple que malgré son attractivité en termes de mensualités réduites, la location de longue durée ou avec option d’achat est plus coûteuse sur le long terme du fait des risques de vol, des frais d’entretien, etc. Le calcul du taux d’emprunt et des mensualités Des calculateurs de taux de crédit auto sont accessibles sur certaines plateformes numériques. Il vous suffit donc de préciser le montant souhaité pour votre emprunt, la durée du prêt et le taux annuel pour avoir une idée approximative de vos mensualités et intérêts. D’autres informations telles que celles concernant votre solvabilité et votre taux d’endettement peuvent influer ce résultat. Les comparatifs de meilleurs taux Il existe par ailleurs des comparateurs de taux grâce auxquels vous obtenez non seulement le classement des taux annuels effectifs globaux (TAEG), mais également une liste des organismes qui proposent les taux les plus bas. Ils vous proposent entre autres une estimation des paiements mensuels par organismes d’emprunt. Avant de choisir un organisme de crédit agréé, assurez-vous que les taux d’emprunts affichés sur ses brochures ou qui vous sont annoncés ne sont pas des taux promotionnels. Veillez également à vous documenter sur la réglementation en matière de crédit auto pour prendre des décisions plus éclairées.
  22. La bobine d’allumage est un des éléments vitaux des moteurs essence. Pour être plus précis, c’est elle qui fournit aux bougies d’allumages le courant haute tension nécessaire à leur bon fonctionnement. Elle est donc à la clé du démarrage du moteur, les bougies étant des dispositifs électriques ayant pour principale fonction d’enflammer le carburant au niveau des cylindres pour permettre au véhicule de démarrer. Lorsqu’elle est défaillante, il devient donc impossible de démarrer son moteur. Qu’est-ce qu’une bobine d’allumage ? Quel est son rôle ? Pourquoi et quand la remplacer ? Comment la tester et la remplacer ? Nous répondons à toutes vos questions ! Bobine d’allumage : quelle utilité ? La bobine d’allumage est un composant électronique essentiel au bon fonctionnement des bougies d’allumage. Elle alimente ces dernières en courant électrique, ce qui a pour effet de produire l'étincelle permettant la combustion et le démarrage de la voiture. Contrairement aux bougies de préchauffage que l’on retrouve sur les moteurs diesel, la bobine d’allumage est non seulement nécessaire au démarrage, mais aussi au bon fonctionnement du moteur. Bobine d’allumage : Fonctionnement La bobine d’allumage émet une puissante tension qui va circuler à l’intérieur de la bougie. Le courant électrique va entrer par le faisceau d’allumage. Puis, circuler depuis l’électrode centrale jusqu'à l’électrode de masse. C’est ce qui va provoquer une étincelle. Tout ceci repose sur processus électromagnétique qui s'opère à l’intérieur même de la bobine d’allumage, notamment entre : La bobine primaire de 12 volts qui permet de produire l'étincelle ou le courant au niveau de la bougie. La bobine secondaire de 1000 à 30 000 volts qui va démultiplier cette tension pour améliorer la qualité de l’étincelle, et générer un courant plus puissant encore. Bobine d’allumage : Pourquoi faut-il la changer ? Une voiture, selon le type de moteur, peut être composée d’une ou de plusieurs bobines d’allumages correspondant au nombre de cylindre dont elle dispose. Lorsqu’une seule bobine sur plusieurs est défectueuse, le moteur fonctionnera par à-coups, c’est-à-dire au niveau de quelques cylindres uniquement. Si le véhicule ne compte donc qu’une seule bobine, le moteur ne fonctionnera tout bonnement pas, et ne démarrera pas car il n'y aura plus d'étincelle au niveau de la bougie. D’une manière générale, la défaillance d’une bobine d’allumage peut avoir plusieurs symptômes : Impossibilité du démarrage moteur ; Ratés d’allumage ; Perte de puissance moteur ; Calculateur moteur en mode dégradé ; Allumage du voyant moteur sur le tableau de bord. Tester la bobine d’allumage : Quand faut-il la changer ? Si vous décelez sur votre véhicule les symptômes d’une probable défaillance du ou des bobines d’allumage, vous devez absolument établir un diagnostic pour savoir s’il est nécessaire ou non de procéder à son remplacement. Vous pouvez procéder en trois étapes : Étape 1 : Démonter la bobine d’allumage Éteignez votre moteur, déconnectez le distributeur qui le relie aux faisceaux et démontez la bobine d’allumage à l’aide d’une clé à molette. Étape 2 : Testez la résistance du bobinage primaire La bobine possède normalement 3 bornes. Placez les cordons rouge et noir de votre appareil calibré sur une borne chacune. La résistance normale d’une bobine primaire est généralement comprise entre 0,7 et 1,7 ohm. Si vous n’avez pas ces mesures, c’est que votre bobine est surement endommagée. Étape 3 : Testez la résistance du bobinage secondaire La résistance électrique normale d’une bobine secondaire est généralement comprise entre 7 500 et 10 500 ohms. En suivant le même processus que la bobine primaire, si vous obtenez des valeurs différentes ou non comprises dans ces normes, alors votre bobine d’allumage doit être remplacée. Tester la bobine d’allumage : Comment la changer ? Le remplacement d’une bobine d’allumage se fait de manière très simple, en deux étapes : Étape 1 : Démonter la bobine d’allumage Débranchez la batterie, notamment la borne négative de cette dernière. Puis localisez la bobine d’allumage. Enlevez la boite a filtre a air. Débranchez les fils des bougies d’allumage, le connecteur ainsi que le faisceau de la bobine d’allumage. Retirez les vis qui fixe la bobine, et déposez les dans un endroit sécuritaire de manière à les retrouver facilement après. Étape 2 : Monter et poser la nouvelle bobine d’allumage Assurez-vous que la nouvelle bobine d’allumage soit bien identique aux anciennes. Poser la nouvelle bobine en place, remettez les vis de fixation et serrez-les bien. Si besoin, remplacez les bougies et les faisceaux d’allumage. Sinon, brancher directement le connecteur, le faisceau et les fils des bougies d'allumage. Remettez en place le boîtier filtre à air. Branchez la batterie. Vérifiez que votre moteur fonctionne bien.
  23. Conduire en hiver est beaucoup plus risqué, les statistiques le confirment. Selon les chiffres en effet, plus du quart des accidents routiers en France surviennent pendant la période hivernale. Et ce, pour diverses raisons : les routes sont glissantes, la visibilité est réduite, les voitures roulent trop vite, etc. Pour éviter tout accident pendant la période hivernale en conséquence, être plus vigilant ne va pas suffire. Il est également vital d’un côté de préparer la voiture pour qu’elle puisse rouler en toute sécurité, et de l’autre, d’adapter sa manière de conduire. Comment bien conduire en hiver ? Quelles sont les règles à respecter et les conseils à prendre en compte ? Voici notre petit guide pour l'automobiliste à suivre en saison hivernale. Conduire en hiver : la préparation de la voiture La première chose à faire, si l’on veut conduire en toute sécurité en hiver, est de faire en sorte que la voiture soit préparée aux changements auxquels elle va être confrontée. Les entretiens Puisque conduire en hiver est beaucoup plus risqué, il est essentiel de conduire un véhicule en bon état de marche. Avant de prendre la route en conséquence, il est recommandé de faire un check-up complet, et de s’assurer que la voiture n’a pas besoin de vidange, que le niveau d’huile est encore acceptable, que la quantité de liquide lave glace est encore suffisante, que le chauffage marche encore, que la climatisation et la ventilation fonctionnent encore correctement, que l’éclairage est ok, etc. Vous devez également vérifier que vous disposez de tous les équipements dont vous pourriez avoir besoin à bord, à savoir : du liquide antigel, de la bombe antigivre, de l’eau, des gilets, au moins un triangle, une lampe de poche et bien sûr, des vêtements chauds. La vérification des pneus Il ne faut pas oublier que les routes sont particulièrement glissantes en hiver. Il est donc nécessaire d’optimiser au maximum l’adhérence des pneus à la route. Et la meilleure manière d’y arriver est de rouler avec des pneus de qualité dans un premier temps. Parallèlement, il est nécessaire de vérifier leur pression afin de s’assurer qu’elle est bien adaptée. Pour plus de sécurité, il peut aussi être intéressant d’investir dans les pneus spéciaux hiver. Ils offrent l’avantage non négligeable d’avoir été conçus pour s’adapter à des conditions météorologiques rigoureuses, et proposent donc une adhérence optimale à la route. Le déneigement Il est vivement recommandé de procéder à un déblayage hivernal de la voiture. Dans certains pays, c’est même une étape obligatoire de déneiger certaines parties comme les phares, les vitres et la plaque d’immatriculation. Pourquoi ? C’est surtout une question de visibilité. Si vous ne prenez pas le temps de les nettoyer, vous n’aurez pas une bonne visibilité sur la route, mais vous risquez également de ne pas être visible vous-même. En d’autres termes, vous vous mettrez en danger, mais en plus, vous mettrez également en danger les autres automobilistes. Comment bien conduire en hiver ? Pour minimiser les risques d’accident, il est surtout vital de modifier sa manière de conduire. Et cela concerne aussi la vitesse, la distance de sécurité, la négociation des virages et le dépassement. Conduire en hiver : la vitesse à adopter Selon le Ministère des Transports, plus de la moitié des accidents survenant sur la route pendant l’hiver sont dues à la vitesse. Rouler trop vite sur une route glissante est en effet dangereux, voilà pourquoi, il est vivement recommandé de rouler plus lentement, et d’adopter une vitesse constante. C’est la meilleure manière d’éviter une perte de contrôle du véhicule. Toujours selon le Ministère des Transports, il est plus prudent de ne pas dépasser les 50 km/h, surtout si la visibilité est réduite. De même, il et déconseillé d’accélérer. Conduire en hiver : la distance de sécurité Sur les routes glissantes, les risques de dérapage et de chocs sont particulièrement élevés. Pour prévenir tout contact avec d’autres véhicules en conséquence, en hiver, il est recommandé d’augmenter la distance de sécurité. Et ce, en particulier sur les routes enneigées, mais également sur les grands axes. Selon les experts, pour prévenir tout choc éventuel ainsi, il est recommandé de multiplier cette distance par 3 en hiver, surtout si le véhicule n’est pas doté de pneus hiver. Conduire en hiver : quelques règles à respecter Pour conduire en hiver en toute sécurité, quelques règles doivent également être respectées sur la route : Eviter les coups de volants brusques Eviter les freinages et les accélérations brusques Eviter le dépassement de véhicule de service hivernal Anticiper les dérapages et rester prudent dans les virages Bien que ce soit souvent négligé, les vêtements et les chaussures que l’on porte lorsqu’on conduit peuvent avoir une influence lorsqu’on conduit sur une route enneigée. Tout ce qui peut gêner ou troubler la concentration représente en effet un danger et augmente les risques d’accident de la route. Voilà pourquoi, avant de prendre le volant, il est souvent conseillé au conducteur de porter des vêtements et des chaussures bien chauds, et confortables de surcroît.
  24. Les automobilistes roulent moins chaque année. Pour payer moins cher leur cotisation d'assurance, une nouvelle option est proposée aux conducteurs qui parcourent peu de kilomètres à l'année. Il s'agit de l'assurance voiture au kilomètre. L’assurance auto au kilomètre a récemment débarqué en France et connaît déjà un succès phénoménal. Plus connu sous son appellation anglaise “Pay as you drive”, c’est une formule qui nous vient tout droit des pays anglo-saxons, et qui séduit plus d’un conducteur. Et pour cause ? Jusqu’ici, les formules d’assurance proposées aux assurés ne prenaient pas en compte la fréquence avec laquelle ils utilisaient leur véhicule. Pourtant, les risques d'accident sont beaucoup plus élevés quand on réalise 50.000 km par an contre moins de 20.000 km par exemple. Qu’il s’agisse d’un moyen de transport principal ou secondaire, qu’ils les conduisent tous les jours ou quelques jours seulement par semaine, l’assurance étant obligatoire, la prime à payer restait toujours la même. Tout savoir sur les formules d'assurance auto au kilomètre ainsi que les économies à faire en choisissant cette solution. L’assurance auto au kilomètre : qu’est-ce que c’est ? L’assurance auto au kilomètre est une nouvelle formule d’assurance, fraîchement débarquée des Etats-Unis. L'automobiliste paye moins cher sa cotisation d'assurance en échange d'un faible kilométrage parcouru en voiture. La compagnie d'assurance demande alors à l'assuré un relevé du kilométrage du véhicule. Pour en savoir plus, voici les détails sur le principe de fonctionnement de cette assurance réduite ainsi que les conducteurs à qui elle s'adresse en priorité. Assurance auto au kilomètre : le principe Alors, qu'est-ce que l'assurance auto au kilomètre ? Appelée à l’origine “Pay as you drive”, le principe de l’assurance auto au kilomètre est simple : permettre aux assurés de payer selon l’utilisation réelle de leur véhicule, c'est-à-dire en fonction de la distance qu’ils ont parcourue avec la voiture assurée. Le principal intérêt de cette formule : la prime d’assurance ne sera plus la même pour une voiture principale et une voiture secondaire. L’assuré paiera selon la fréquence il utilisera son véhicule. Plus il roulera avec ce dernier, plus la prime sera élevée. Et vice-versa, moins il l’utilisera, moins il paiera. Le principe de l'assurance voiture au kilomètre est donc très simple : roulez moins pour payer moins ! L’assurance auto au kilomètre : pour qui ? L’assurance Pay as you drive offre indéniablement des avantages majeurs aux “petits rouleurs”. Il peut effectivement paraître injuste que des assurés qui ne parcourent que très peu de distance à l’année paie la même prime que ceux qui parcourent de très grande distance. Cette formule est donc plus adaptée pour eux, car ils paieront uniquement “ce qu’ils ont consommé”. L’assurance au kilomètre peut également être intéressant pour les personnes qui utilisent des véhicules d’appoint. Cela leur permet en effet de payer une prime plus adaptée, voire de ne rien payer du tout lorsque la voiture secondaire n’a pas été utilisée. Quelles sont les garanties d’une assurance auto au kilomètre ? C’est là le principal atout de l’assurance Pay As You Drive : on paie seulement ce que l’on a “consommé”, mais on peut bénéficier exactement des mêmes garanties qu’avec une assurance auto classique. En d’autres termes, l’assuré aura toujours le choix entre trois formules : l’assurance au tiers, l’assurance intermédiaire et l’assurance tous risques. Cela va de soi, le montant de la prime va également varier en fonction des garanties souscrites. Plus ces dernières vont être nombreuses et complètes, plus la prime va être considérable. L’assurance auto au kilomètre : comment ça marche ? Très simplement, le montant de la prime va être calculée en fonction de la distance parcourue au volant en un an. Comment la distance parcourue au kilomètre est-elle calculée ? Pour pouvoir obtenir la distance parcourue par le véhicule sur un laps de temps donné, l’assureur va équiper le véhicule de l’assuré d’un boitier électronique. Issu des dernières technologies, celui-ci renferme un système de géolocalisation et aura pour rôle de transmettre les données concernant le déplacement du véhicule en temps réel à l’assureur. Eh oui ! L’assureur aura donc non seulement des informations sur le nombre de kilomètres parcourus, mais également la destination, la durée de la conduite, la date et l’heure bien entendue, et même l’itinéraire. Ces données, conformément à l’accord donné par la CNIL, serviront uniquement à calculer la prime d’assurance. Comment la prime d’assurance auto au kilomètre est-elle calculée ? En règle générale, l’assuré est tenu de payer en fonction de la distance qu’il a parcourue en une année. Mais concrètement, le montant de la prime d’assurance va dépendre de la formule choisie. En effet, la majorité des assureurs proposent : Un forfait kilométrique, c’est-à-dire qu’une distance maximale annuelle va être établie. Pour être couvert, l’assuré va donc s’engager à ne pas dépasser cette limite qui est compris entre 7000 et 12 000 km par an. Des tarifs minorés, c’est-à-dire qu’une distance maximale annuelle va être fixée. Mais que si le conducteur ne la dépasse pas, il bénéficiera d’un tarif réduit. Le coût d'une assurance auto au kilomètre va également dépendre de l’assureur et des paramètres qu’il prend en compte pour fixer le montant final. En règle générale, en plus de la distance, seront également considérés le type de véhicule, son utilisation, le conducteur, etc. Assurance au kilomètre : payez moins cher votre assurance auto En roulant moins, les automobilistes ont donc la possibilité de réduire le montant de leur assurance auto. Ce qui est assez logique car en prenant moins la voiture, les risques d'accident ou de problèmes réduisent de façon proportionnelle. Pour maximiser les économies, encore faut-il trouver l'assureur qui vous proposera la formule d'assurance au kilomètre la plus intéressante financièrement. Pour cela, vous pouvez comparer les prix des assurances au km chez plusieurs assureurs :
  25. Il est nécessaire de changer son radiateur de chauffage lorsqu’il dégage une odeur inhabituelle lorsque le chauffage est lancé, lorsque vous avez l’impression qu’il provoque une sorte de condensation ou tout simplement, lorsqu’il ne fonctionne plus. En d’autres termes, lorsqu’il n’arrive plus à chauffer l’intérieur de l’habitacle. Le radiateur de chauffage ne sert effectivement pas à réchauffer l’intérieur du véhicule seulement. Dans la mesure où il est directement lié au système de refroidissement de la voiture, s’il ne fonctionne pas correctement, il peut également entraîner la surchauffe du moteur. Raison pour laquelle il doit être changé dès qu’il montre des signes de défectuosité . La bonne nouvelle c’est qu’il est tout à fait possible de changer son radiateur de chauffage soi-même. Changer son radiateur de chauffage : les préparations à faire Avant de démonter directement le radiateur de chauffage, il est nécessaire de prendre quelques précautions. Premièrement, l’opération ne doit être faite que sur un moteur froid. Dans le cas contraire, outre les risques de brûlure, la chaleur intense peut également déformer les matériaux utilisés. L’idéal serait donc de commencer aux environs de 4 à 5 heures après le dernier arrêt. Il est également nécessaire de se munir des matériaux et outils nécessaires à l’opération : des chiffons, une caisse à outils et un bac à vidange. Et pour bien se préparer, il faut commencer par débrancher entièrement la batterie. Par la suite, il est nécessaire de démonter entièrement le tableau de bord. Il est impossible d’accéder au boîtier de chauffage autrement. Après, il faut penser aussi à protéger les ailettes, pour qu’elles ne soient pas endommagées pendant toute l’opération. Les étapes à suivre pour changer son radiateur de chauffage Remplacer le radiateur de chauffage se fait en deux étapes : le démontage de l’ancien et l’installation du nouveau. Changer le radiateur de chauffage : le démontage Dans un premier temps, démontez l’ensemble du tableau de bord en commençant par le volant, puis le compteur, la console centrale, l’autoradio, la commande de ventilation et la boîte à gant. Pensez à bien dévisser l’ensemble, ainsi, vous n’aurez aucune difficulté à retirer le tableau de bord après. Cette chose faite, vous aurez une vue directe sur le radiateur. Mettez votre bac à vidange dessous. Ouvrez le bouchon du vase d’expansion, enlevez les durites afin de laisser couler le liquide de refroidissement. Après quoi, vous pourrez enlever les tuyaux. A ce stade-là, vous pourrez démonter le boîte de chauffage et retirer le radiateur. Comment remplacer le radiateur de chauffage ? Une fois l’ancien radiateur enlevé, prenez un chiffon et nettoyez tout résidu du liquide de refroidissement se trouvant dans le fond du boîtier et dans les conduits d’aération. Prenez, par la suite, le nouveau et installez-le à la place de l’ancien. Remettez, par la suite, tout en place en suivant les mêmes étapes, mais dans l’ordre inverse. A la différence près que vous devez également rajouter le nouveau liquide de refroidissement avant de fermer le bouchon du vase d’expansion. Terminez par une purge du circuit de refroidissement.
×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.