Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    85
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Eveline Luca

  1. Le carburateur est un élément essentiel de la voiture. Surtout présent au niveau des voitures anciennes, cet organe mécanique séparé du moteur doit être bien entretenu. Un carburateur usé peut en effet entraîner des problèmes de surconsommation et peut, à la longue, altérer les performances de la voiture. Dans quel cas, des réglages s’imposent. Comment fonctionne le carburateur ? Quels sont les rôles qu’il remplit ? Comment déterminer les problèmes et comment les régler ? Découvrez le fonctionnement et le réglage du carburateur. Comprendre le fonctionnement du carburateur Le carburateur fonctionne d’une manière très compliquée et implique l’intervention de plusieurs éléments. Le rôle du carburateur Le rôle principal du carburateur est de fabriquer un combustible. C’est dans le carburateur que le carburant est mélangé à de l’oxygène. Le mélange obtenu, destiné à exploser, est par la suite aspiré par le moteur. Il est brûlé dans les chambres de combustion, ce qui permet aux pistons de se déplacer et de faire tourner le moteur. Un carburateur possède généralement : Une arrivée d’air Une arrivée d’essence Une buse qui a pour rôle de créer la dépression nécessaire pour l’aspiration du carburant Un boisseau qui a pour rôle de réguler les quantités d’air et d’essence Une cuve qui contient le carburant Un flotteur qui permet l’ouverture et la fermeture de l’orifice d’entrée Un gicleur qui permet d’introduire le combustible dans une zone de dépression du diffuseur Un papillon qui régule le mélange gazeux. Il est commandé par la pédale d’accélérateur. Une sortie qui permet le mélange d’air et de carburant pour la combustion. Le fonctionnement du carburant et de ses différents mécanismes Pour bien comprendre le fonctionnement du carburateur, vous devez commencer par la cuve. Elle contient une quantité d’essence constante et prédéfinie à l’avance par le flotteur qui – par le biais d’un petit pointeau – va en réguler le niveau et le débit. Il faut noter que si le pointeau est trop petit, le niveau de carburant peut être trop bas. Et dans le cas contraire, s’il est trop grand, il y a un risque de surplus. Le carburant est projeté dans une zone d’aspiration par un ou plusieurs gicleurs, et ce, à un débit variant en fonction du niveau de dépression et du diamètre de passage d’air. La quantité d’air et d’essence envoyée est – quant à elle – régulée par un boisseau prévu pour cet usage. Comment bien effectuer les réglages au niveau du carburateur ? Un problème au niveau du carburateur peut être lourde de conséquences. Cela peut, dans un premier temps, entraîner une hausse de la consommation de carburant. Et si le problème n’est pas vite résolu, cela peut occasionner une baisse de la performance générale du véhicule. A la longue, une détérioration au niveau du carburateur peut entraîner des difficultés de démarrage. D’où l’intérêt de procéder à des réglages dès qu’une anomalie est détectée. Les points à connaître avant de commencer Avant de commencer, il faut vérifier quelques points. Déjà, le réservoir doit être bien propre. Il ne doit pas contenir des matières visqueuses ou des saletés. En outre, il faut aussi contrôler les tuyaux et les durites. En effet, l’essence doit bien circuler jusqu’au filtre. Avant d’entamer les réglages en conséquence, pensez à débrancher le fil d’allumage et le tuyau à la sortie de la pompe. Ensuite, donnez un petit coup de démarreur. Cela permet de vérifier que la pompe débite correctement l’essence. Notez également ceci : les réglages des carburateurs peuvent varier d’un modèle à un autre. Mais le principe reste le même. Le carburateur possède 2 vis : Le « vis de ralenti » permet de régler la butée du papillon des gaz. Elle a pour rôle de régler la vitesse de rotation du moteur au ralenti. La « vis de richesse » quant à elle permet de régler le rapport air/essence au ralenti. Sachez aussi que les réglages effectués ne modifient pas le mélange en marche normal. En effet, pour ce type de résultat, il faut plutôt changer le gicleur. Ce qu’il faut faire en cas de démarrage à froid et de moteur au ralenti Votre véhicule a des difficultés à démarrer à froid ? Cela est souvent du à une dépression trop faible. Le dosage en carburant aspiré n’est ainsi pas suffisant. Pour régler ce problème, vous pouvez utiliser un système de facilitation du démarrage, plus connu sous le nom de « starter ». Grâce à lui, vous pouvez rétablir l’équilibre, car la proportion d’air est réduite. Vous avez l’impression que le moteur fonctionne au ralenti ? Cela signifie généralement que le papillon est fermé. Pour résoudre ce problème, vous devez agir sur la vis de butée du papillon responsable de l’admission d’air. Vous devez également régler l’admission du carburant à l’aide d’une vis-pointeau. Bon à savoir : pour les réglages des fonctions transitoires, il est recommandé de faire appel à un professionnel, car ce type de réglage requiert la connaissance de différentes normes que seul un mécanicien confirmé est à même de respecter.
  2. Le vol de sa voiture est une expérience que nous souhaiterions jamais vivre et pourtant nous ne sommes pas l'abri (surtout si vous ne garez pas votre voiture dans un garage). Il est important de savoir réagir rapidement et avec efficacité pour pouvoir être indemnisé. Quelles sont les premières choses à faire en cas de vol de voiture ? Quelle est la procédure d'indemnisation ? Voici tout ce que vous avez besoin de savoir si votre votre voiture est volée. Les démarches à effectuer en cas de vol de voiture Les démarches sont peu nombreuses, mais il est important de les faire dans l'ordre. Déposer plainte au commissariat le plus proche en cas de vol du véhicule Si vous vous rendez compte que votre véhicule a été volé, rendez-vous au commissariat ou à la gendarmerie. Il faudra que vous déposiez plainte. Cette procédure permet de pouvoir avertir votre assureur et ainsi enclencher la procédure d'indemnisation. Dans certains cas, vous pourrez vous rendre compte que votre véhicule est à la fourrière, vous pouvez donc contacter la gendarmerie au préalable en cas de doute. Vous avez un délai de 24 heures pour déposer plainte. Conservez précieusement votre récépissé de dépôt de plainte (pour votre assurance). Effectuer les démarches avec son assureur si le véhicule est volé Dès lors que vous avez votre récépissé de dépôt de plainte, vous disposez d'un délai de 48h pour prévenir votre assurance. Au-delà, l'assureur est en droit de vous refuser l'indemnisation. Ne tardez donc pas à au moins les contacter par téléphone. Avec internet, il est désormais beaucoup plus rapide d'envoyer des documents. Déclarer à la préfecture le vol de son véhicule Cette étape est primordiale, elle permettra de faire opposition à la carte grise. Pour cela, rendez-vous sur le site web de votre préfecture, aujourd'hui les procédures sont simplifiées. Vous n'avez plus besoin de vous déplacer (et c'est tant mieux puisque vous n'avez plus de voiture.. ). Indemnisation du véhicule en cas de vol Le vol de son véhicule est un choc, l'indemnisation est en quelque sorte une consolation. Elle ne remplacera pas votre voiture volée mais vous permettra peut-être de vous en acheter une autre. Fonctionnement de la prise en charge par l'assurance L'indemnité de vol est une option de votre assurance auto. J'espère que vous n'avez pas choisi le pack le plus basique et très très peu d'options. Avant d’espérer une indemnisation, regardez attentivement votre contrat. Vous pourrez y trouver une valeur (au moins approximative) du montant de l'indemnité ainsi que le délai pour retrouver le véhicule (en général 30 jours). Le véhicule volé est retrouvé avant le délai de 30 jours Vous êtes dans l'obligation de récupérer votre véhicule. Mais ne vous inquiétez pas, l'assurance se chargera tout de même de payer les dégâts qu'elle a subi durant le vol. Si votre véhicule est retrouvé mais ne peut plus roulé (par exemple incendié), administrativement parlant, c'est comme si votre véhicule n'a jamais été retrouvé. Vous pourrez ainsi percevoir votre indemnisé. Le véhicule volé est retrouvé après le délai de 30 jours Vous avez le choix de garder votre ancien véhicule ou votre indemnité. Mais il faudra faire un choix entre les deux. Si vous récupérez votre ancien véhicule, il faudra rembourser l'indemnité auprès de votre assurance. Sinon votre assurance gardera votre ancien véhicule et vous pourrez ainsi garder votre véhicule neuf (acheté avec les indemnités). A savoir concernant le vol de véhicule Le vol est une expérience difficile à vivre, voici quelques conseils pour éviter les désagréments. Les modèles les plus volés en France Les voitures citadines les plus volées sont la Smart Fortwo et la Clio4. Les systèmes de démarrage trop facilement piratables placent ces deux véhicules dans cette malheureuse compétition. En France, il y a pratiquement 300 véhicules volés par jour. Se garer dans des rues surveillées Évitez de garer vos véhicules dans des petites rues avec peu de passages. Ceux sont les endroits préférés des voleurs, ils pourront en toute tranquillité voler votre véhicule sans être vus. Si vous avez les moyens, se stationner dans un garage reste la solution la plus fiable. Ne pas donner d'indices sur ses habitudes Ne garez jamais votre voiture au même endroit si vous la récupérer à la même heure. Les voleurs ont tendance à repérer les lieux et les habitudes des gens. Vous devez être en quelque sorte imprévisible.
  3. Le recours direct en cas d’accident non responsable, vous connaissez ? Tout bon conducteur connaît la démarche classique à adopter en cas de collision entre deux voitures : rédaction d’un constat amiable par les deux parties, déclaration de l’accident auprès de l’assureur dans les cinq jours qui suivent sa survenance avec envoi de dossier à l’appui, etc. Toutefois, il existe un autre moyen plus efficace et plus avantageux à savoir le recours direct. Il est non seulement plus rapide à réaliser, mais également plus pratique. On va en parler tout au long du présent guide. Qu'est-ce que le recours direct en cas de sinistre auto ? Quel avantage d'utiliser la procédure du recours direct ? Quand utiliser le recours direct et comment ça marche ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le recours direct en cas d’accident non responsable. Bref rappel sur ce qu’un recours direct Le recours direct est une action par laquelle un conducteur reconnu à 100 % non responsable du sinistre qui lui a porté préjudice saisit directement l’assureur de l’autre partie reconnue responsable dans le but de demander réparation. C’est une procédure qui va à l’encontre du procédé traditionnel consistant à recourir en premier à son propre assureur qui va à son tour établir un contact avec l’assureur adverse. Contrairement à ce que l’on peut penser, le recours direct est parfaitement légal. Il a même des fondements juridiques : article 1 240 du Code Civil et article 124-3 du Code des Assurances. Le principe de couverture des dommages par l’assureur adverse repose sur la garantie responsabilité civile de son assuré qui est ici le conducteur responsable. Il suffit juste que la partie lésée contacte un expert en automobile pratiquant le recours direct et les démarches vont être engagées. Avantages d’un recours direct Opter pour le recours direct présente un certain nombre d’avantages : Un gain de temps : recourir directement à l’assureur adverse permet de gagner un temps considérable puisqu’on n’est pas obligé d’attendre la réalisation de tout un protocole (des jours, des semaines) avant que celui-ci soit mis au courant. Un antécédent vierge : si le conducteur lésé prévient son assureur, l’accident sera inscrit dans son dossier et constituera un mauvais historique pour lui. Ce qui ne sera pas le cas s’il va directement chez l’assureur adverse. Une évaluation plus objective des dommages subis : la partie lésée a le droit de choisir l’expert en automobile qu’elle veut pour évaluer les dommages subis. L’évaluation sera donc plus objective et plus proche du réel puisque l’expert engagé n’est pas mandaté par l’assurance. De même, il peut choisir le réparateur qu’il veut pour réhabiliter son automobile, et ce, aux frais de l’assurance adverse. Une meilleure indemnisation : avec un recours direct, la partie lésée peut obtenir un remboursement intégral des dépenses (directes et indirectes) liées au sinistre qu’elle a subi. Une situation qui ne pourrait jamais arriver dans le cadre de la procédure classique puisque le montant de l’indemnisation offerte est souvent plafonné. Circonstances dans lesquelles un recours direct est possible Comme on l’a susmentionné, le recours direct ne peut marcher que si le conducteur lésé est reconnu à 100 % non responsable du sinistre en question, et ce, sans aucun doute. Il faut aussi que l’assureur de la partie adverse soit connu pour pouvoir le contacter directement. La non-responsabilité doit être bien soulignée dans le constat amiable, ce qui va mettre en exergue le fait que les deux parties sont d’accord sur le sujet. Aussi, pour toutes les situations qui ne remplissent pas ces conditions, le recours direct est inenvisageable. Les trois cas les plus fréquents pour lesquels le recours direct est possible sont les suivants : La voiture est percutée à l’endroit d’une intersection puisque le conducteur inverse méconnaît ou refuse de respecter les règles de priorité La voiture est en pleine circulation et elle est percutée à l’arrière par un autre conducteur. Soit ce dernier n’a pas respecté la distance de sécurité et n’a pas pu freiner à temps, soit il a eu un moment d’inattention. La voiture est en stationnement (le plus souvent dans un parking) et un autre véhicule la percute. Ici, pour que le recours direct soit accepté, il faut que le stationnement de la voiture lésée ne soit pas une source de gêne pour les autres conducteurs. *Si l’accident a occasionné des dommages corporels, non pas seulement matériels, et que l’état de santé en général du conducteur et/ou des passagers du véhicule n’est pas encore consolidé, il est conseillé de suivre la procédure classique. Il sera plus facile pour la partie lésée de redemander une nouvelle indemnisation à son assureur si jamais la situation s’aggrave. Démarches à suivre pour faire un recours direct dans le cadre d’un accident non responsable Le recours direct doit se réaliser dans un timing assez serré. Juste après la survenance du sinistre, dès que les conditions favorables au recours direct sont réunies, un expert indépendant en la matière doit être contacté par la partie lésée. Celui-ci va devoir faire état des dommages subis et établir un devis approximatif des travaux de réparation nécessaires. Il peut se faire aider par un garagiste si besoin est. Lorsque tous les documents sont prêts (un exemplaire du constat amiable, une évaluation des dommages, un rapport d’expertise, un devis, une estimation de l’indemnisation à verser, etc.), l’expert va lui-même les envoyer à l’assureur adverse pour qu’il puisse en prendre connaissance et se préparer. Tout ceci doit se dérouler dans les cinq jours qui suivent l’accident. Comme dans toute procédure classique de demande d’indemnisation, une contre-expertise peut être requise par la partie adverse responsable pour infirmer les premiers dires. Mais cela n’arrive que très rarement. Le cas échéant, on peut toujours porter l’affaire en justice et requérir le montant total de l’indemnisation, mais comme on l’a dit, cela n’arrive que très rarement.
  4. Les conducteurs souhaitant avoir une voiture unique sont nombreux. Le tuning consiste à customiser la voiture pour son propre plaisir ou tout simplement pour montrer que l'on a la plus belle voiture. Cependant cela est très souvent ridicule si vous êtes à votre premier essai. Je vais vous donner quelques conseils pour éviter que vos amis puissent se moquer de vous et avoir une voiture unique ! Comment avoir la plus belle voiture? Comment tuner sa caisse sans être ridicule ? Comment frimer avec sa voiture ? Voici mon petit guide pour avoir une voiture digne d'un film. Customiser l'extérieur de votre voiture La voiture se doit d'être belle de l'extérieur avant tout. C'est ce que tout le monde verra en premier. Voici ce que vous pouvez customiser facilement sans forcément passer par un garage. Les jantes du véhicule Toutes les belles voitures ont des jantes qui en jettent. Pourquoi pas la votre ? Cela permettra d'affirmer un style à votre voiture. Regardez les modèles sur Internet ou en magasin, assurez-vous également de la compatibilité. En règle général on évite les grosses jantes pour des petites voitures. Changer le pare-choc et les luminaires Laissez votre imagination travailler (mais pas trop non plus hein ! Sous peine que cela devienne ridicule). Vous pourrez donner un style à votre voiture en changeant le design de phare et donner de l'allure à votre véhicule en modifiant aussi les rétroviseurs. Vous pourrez aussi trouver des ailerons, mais attention au ridicule! Changer la peinture de votre voiture La peinture du véhicule est le plus important, c'est ce que nous voyons le plus. Vous pouvez choisir des couleurs qui vous correspondent. Bien entendu, elle doit être assortie aux autres accessoires customisés. N'hésitez pas à faire des dessins avant de vous lancer dedans. Voici un article qui vous expliquera comment repeindre sa voiture. Oubliez le pinceau et votre petit pot de peinture. Customiser sa voiture pour gagner de la vitesse et avoir de meilleures accélérations Avoir une belle voiture c'est aussi avoir une voiture réactive et qu'on puisse la reconnaître au bruit de son moteur. Changer le pot d'échappement Vous pouvez trouver des pots d'échappement beaucoup plus esthétiques que celui d'origine. Au niveau du bruit, ça n'aura rien à voir ! A chaque accélération, vos proches reconnaîtront le bruit de votre voiture. La classe, non? Alléger sa voiture pour gagner en vitesse Si vous êtes célibataire ou couple, vous pouvez retirer vos sièges arrières et autres accessoires inutiles. Vous pouvez opter pour un toit plus léger (si c'est possible bien entendu). Cela pourra même faire de la place pour un matelas si vous souhaitez partir en road-trip avec votre copine ou aménager l'arrière à votre goût (sans oublier de ne pas alourdir la voiture !). C'est non seulement classe mais en plus vous aurez un souvenir inoubliable de votre nuit en voiture. Optimiser le freinage avec une pneumatique de qualité et un bon système de frein Des freins réactifs c'est mieux si vous aimez rouler vite. En optant pour les meilleurs pneus, vous aurez une meilleure adhérence à la route. Grâce à ce combo, vous gagnez en sécurité mais aussi en consommation de carburant. Bien entendu, pour le conducteur l'expérience de la conduite ne sera que meilleure. Frimer facilement avec sa voiture Pour ceux qui pratiquent la frime avec leur voiture, voici des petites astuces pour ajouter une corde à leur arc. Installer des LED dans votre voiture Installer un système de LED au plafond et sol. Si vous trouvez des LED qui changent de lumières avec une télécommande c'est encore mieux. Attention à ne pas trop en mettre non plus, votre intérieur doit tout de même être épuré pour éviter que ça devienne ridicule. Avoir un bon son pour écouter de bonne musique dans sa voiture Choisissez une sono qui vous ressemble et misez plutôt sur la qualité et non la quantité. Ne regardez pas les décibels émises, avoir un son très fort qui grésille c'est vraiment ridicule. Avoir un volant unique et agréable au toucher Le volant peut devenir l'accessoire tendance de votre voiture. Il doit correspondre à votre personnalité et à celle de la voiture. Pour ceux qui souhaitent une voiture sportive, vous trouverez des volants de course en aluminium. Si vous ne souhaitez pas trop investir, vous pouvez aussi trouver des couvres volants. Cela lui donnera de la couleur. Customiser sa voiture peut prendre du temps mais cela demande surtout d'y avoir bien réfléchi ! A vous de jauger le ridicule, n'hésitez pas à demander des conseils autour de vous. C'est important d'avoir plusieurs avis. N'oubliez que la voiture doit aussi ressembler à vous et à votre style de conduite.
  5. Entretenir et recharger la climatisation de la voiture est nécessaire tout le long de l’année. Il n’est pas tout à fait agréable de rouler dans une voiture avec une température supérieure ou égale à 27 °C, il faut un minimum de fraîcheur. C’est la raison pour laquelle le climatiseur pour automobile a été conçu. Il contribue de manière considérable à l’amélioration du confort des balades en voitures pendant la saison chaude. Avec le réchauffement climatique, il est devenu incontournable. Comme toute autre chose, on a tendance à l’oublier lorsqu’on n’a plus besoin de lui, et ce, notamment pendant l’hiver. Ce n’est seulement qu’avec la reprise de la période de grande chaleur qu’on se rend compte que le climatiseur ne fonctionne plus correctement. Mais à ce moment-là, il est souvent trop tard puisque les réparations nécessaires peuvent coûter les yeux de la tête. Aussi, pour remédier à cette situation, il faut penser à entretenir régulièrement son climatiseur, à contrôler son état de temps à autre et à le recharger si besoin est. Et c’est ce qu’on va présenter à travers le présent guide. Comment marche la climatisation d'une voiture ? Comment l'entretenir ? Quand faut-il recharger sa climatisation ? Découvrez comment entretenir et recharger la climatisation de sa voiture. Comprendre le fonctionnement d’un climatiseur pour automobile Le climatiseur est un système complexe composé de : condenseur, compresseur, détenteur, évaporateur, pulseur, bouteille déshydratante, liquide réfrigérant et filtre d’habitacle. Son principe de fonctionnement est le suivant. Le liquide réfrigérant passe dans le compresseur à la sortie duquel il se transforme en gaz à haute pression. Arrivé dans le condenseur, le gaz libère ses calories et revient à l’état liquide. Ce dernier traverse, par la suite, le détenteur à l’intérieur duquel sa pression et sa température chutent avant de terminer son trajet dans l’évaporateur. Il se positionne sous la planche de bord pour refroidir et assécher l’air avant qu’il soit purifié et diffusé dans l’habitacle. Avec le progrès technique, le climatiseur a été un peu plus tard couplé avec un mécanisme de ventilation et de chauffage (diffusion d’air chaud). Ce qui encourage son utilisation durant toute l’année. Reconnaître les signes d’un climatiseur défectueux Après une longue période d’usure, des signes avant-coureurs de la présence d’un mal-fonctionnement au niveau du climatiseur peuvent être constatés, à savoir : Une faible performance : c’est la première chose qu’on remarque lorsque le climatiseur n’est plus en très bon état. On commence à sentir qu’il ne rafraîchit/chauffe plus assez l’habitacle du véhicule. L’un de ses composants est donc abîmé. Une buée d’air se répand sur le pare-brise au moment de sa mise en marche : si tel est le cas, cela veut dire que l’air qui sort du climatiseur n’a pas complètement été asséché. Ce qui témoigne bien de la détérioration d’un élément de l’évaporateur. Un bruit métallique lorsqu’on le fait fonctionner : dans ce cas-ci, c’est le compresseur qui doit être remplacé. La pollution de l’air diffusé dans l’habitacle : c’est un critère qui n’est pas directement observable. On le remarque lorsque les passagers du véhicule présentent des signes d’allergie tels qu’un éternuement, une toux, une irritation du nez, etc. Il s’agit ici plutôt de problème de filtre à air. Entretien et recharge de la climatisation de la voiture Entretenir la climatisation de sa voiture La première chose à faire lorsqu’on veut préserver la longévité d’une climatisation d’automobile, c’est de bannir la pratique selon laquelle on use intensément du climatiseur en été et on l’abandonne en hiver. Comme toute autre chose, il n’est pas tout à fait conseillé de le brusquer. Il faut essayer de garder la fréquence à laquelle on l’utilise, et ce, peu importe les circonstances. En effet, lorsqu’on laisse trop longtemps le climatiseur au repos et qu’on recommence soudainement à l’utiliser comme avant, ses organes peuvent fléchir. De ce fait, pour pallier ce problème, il est recommandé de faire fonctionner le climatiseur deux fois par mois au minimum pendant toute l’année. Outre cela, il y faut apprendre à ménager l’ensemble du système de climatisation. Pour ce faire, trois astuces sont avancées : Avant de mettre en marche le climatiseur d’un véhicule qui a longtemps été stationné dans un endroit où il fait très chaud, il vaut mieux ouvrir les fenêtres et laisser la fraîcheur externe refroidir légèrement l’habitacle ; Il est plus préférable d’augmenter au fur et à mesure le degré de refroidissement de l’habitacle plutôt que de le maximiser dès la mise en marche du climatiseur. Cela peut favoriser le vieillissement précoce de ses composants ; Pour ne pas abîmer le climatiseur, il est mieux de l’arrêter quelques minutes avant l’arrêt du moteur. Cela éviterait à ses organes un arrêt brusque. Pour terminer, il y a lieu de contrôler le filtre à air de l’habitacle. Si celui-ci présente quelques défaillances, on doit le remplacer. Il faut ne faut pas oublier d’assainir les canalisations et d’appliquer un produit antibactérien à l’ensemble avant de tout remettre en place. Recharger la climatisation de sa voiture Une des raisons qui pourrait expliquer la faible performance d’un climatiseur est la baisse du niveau du liquide réfrigérant qui se trouve dedans. Donc, il faut penser à le vérifier et à le recharger si c’est le cas. D’une manière générale, une recharge de liquide réfrigérant peut suffire pour une utilisation de deux ans. Cela ne veut toutefois pas dire que le conducteur doit attendre ce délai pour le recharger. Il peut le faire autant qu’il le veut s’il en a besoin, et ce, sachant qu’un rechargement trop fréquent peut être signe de la présence probable d’une fuite dans le système. Il faut le trouver au plus vite. Ces deux opérations (recharge et recherche de fuite) doivent obligatoirement être effectuées par un spécialiste agréé. Lui seul dispose des compétences requises pouvant assurer leur bonne réalisation. N.B. : le nettoyage complet du système de climatisation de la voiture se fait annuellement et le remplacement du filtre ainsi que le rechargement du liquide se font tous les deux ans.
  6. Trop souvent, les usagers ont tendance à confondre le régulateur de vitesse avec le limiteur de vitesse puisque l’action des deux impacte la vitesse de l’automobile, ce qui crée une certaine ambigüité. Il est toutefois important de comprendre qu’ils n’ont ni le même rôle, ni le même objectif. Qu'est ce que le régulateur de vitesse ? Comment se servir d'un limiteur de vitesse ? Quelle est la différence entre les deux ? Découvrez les différences entre le limiteur et le régulateur de vitesse. Régulateur de vitesse : caractéristiques et particularités Le régulateur de vitesse (ou cruise control) est une nouvelle technologie récemment mise en place pour rendre plus pratique la conduite de l’automobiliste. C’est une sorte de système de commodité permettant de maintenir constante la vitesse de conduction de la voiture. Grâce à lui, le conducteur n’a plus besoin d’appuyer en permanence sur l’accélérateur, il suffit juste qu’il engage la vitesse qu’il veut, d’activer le régulateur et le tour est joué. Il roulera avec cette vitesse-là aussi longtemps qu’il le voudra, et ce, quels que soient le relief (montée, descente), le lieu ou le moment. Il n’est toutefois pas très conseillé de l’utiliser s’il y a trop d’affluences sur la route ou si celle-ci est glissante (pluie, neige), car une petite inattention de la part du conducteur peut lui être fatale. Pour désactiver le régulateur, il faut appuyer soit sur la pédale de frein, soit sur la pédale d’embrayage, soit sur la boite de vitesses (le mécanisme diffère d’une voiture à l’autre). Limiteur de vitesse : caractéristiques et particularités Le dispositif limiteur de vitesse, communément connu sous le diminutif DLV, appartient lui aussi à la catégorie des nouvelles technologies de l’automobile. Il joue le rôle de police de la circulation en s’assurant que le conducteur ne s’aventure pas en dehors des bonnes pratiques. Son objectif, c’est de fixer la vitesse maximale à laquelle celui-ci peut rouler. C’est un mécanisme qui peut être géré de deux manières. Dans le premier cas de figure, c’est le conducteur lui-même qui définit la vitesse maximale à laquelle il veut rouler, il connaît ses limites et agit en conséquence. Dans le second cas, c’est le limiteur de vitesse lui-même qui calcule la vitesse maximale autorisée via un système de cartographie au moyen du GPS ou via une caméra intégrée capable de lire les panneaux de signalisation positionnés tout au long de la route. Aussi, lorsque le limiteur de vitesse est activé, la vitesse de conduction du véhicule diminue automatiquement si elle dépasse les normes. Pour le désactiver, il faut forcer brusquement la pédale de l’accélérateur ou celle du frein. Différenciation entre un limiteur de vitesse et un régulateur de vitesse D’après ce qui a été dit, les différences entre un limiteur de vitesse et un régulateur de vitesse sont constatées à plusieurs niveaux : Leur fonctionnement : les deux ne fonctionnent pas de la même manière. Le régulateur régule la vélocité du véhicule en faisant en sorte que celle-ci demeure constante. Le limiteur, quant à lui, fixe la vélocité maximale à laquelle l’automobile peut rouler. Le premier fonctionne sans que le conducteur ait besoin d’appuyer sur l’accélérateur, tandis que le second oui. Leur objectif : les deux assurent la sécurité du conducteur et des autres usagers de la route, mais leur but est différent. Le régulateur a été conçu non seulement pour des raisons de praticité, mais aussi et surtout pour permettre une conduite plus économique (réguler la consommation de carburant). Le limitateur, de son côté, s’assure du respect des limites de vitesse fixées par la loi. Leur usage : le limiteur de vitesse peut être utilisé partout et en tout moment, il peut même devenir obligatoire pour les voitures neuves d’ici quelques mois. Le régulateur, par contre, ne doit être sollicité que si la circulation sur la route est fluide, et ce, pour minimiser les risques d’accidents. Contraintes relatives à l’usage d’un limiteur de vitesse et d’un régulateur de vitesse Quelques temps après leur sortie sur le marché, le limiteur de vitesse et le régulateur de vitesse ont fait l’objet de plusieurs critiques. Ils ont été désignés comme étant une source d’étourdissement et de panique pour le conducteur et cela n’est pas complètement faux. En effet, le conducteur, lorsqu’il met en marche son limiteur et son régulateur de vitesse, pense ne plus avoir à faire quoi que ce soit. Il fait confiance à la technologie, mais quand arrive une circonstance préoccupante, il panique et perd ses moyens. Or, il faut savoir que même si la conduite est automatique, il faut toujours être vigilant et attentif à la circulation. Un bon conducteur doit toujours être en position de freiner ou de prendre les mesures nécessaires et adéquates dans n’importe quelle situation. Tel est son rôle pour que sa sécurité et celle de ses paires soient garanties. Aussi, si on a des problèmes quant à l’usage du limiteur et/ou du régulateur de vitesse, il vaut mieux ne pas les utiliser (le régulateur surtout) lorsque les conditions de circulation changent (route en mauvais état, route glissante, brouillard, etc.) ou lorsque le véhicule présente des défaillances. Régulateur de vitesse : améliorations pour plus de sécurité Comme on l’a susmentionné, le limiteur de vitesse peut être utilisé en toute circonstance puisqu’il présente moins de risque : le conducteur conduit comme tout le monde, c’est juste sa vitesse qui est plafonnée. Par contre, dans le cas d’un régulateur de vitesse, la vélocité est bloquée à celle choisie, et donc, en cas de circulation dense, si le mécanisme n’est pas désactivé à temps, beaucoup de vies vont être en danger. Pour remédier à cela, le régulateur adaptatif de vitesse a été mis en place. Il s’agit d’un modèle plus perfectionné et plus sophistiqué du régulateur de vitesse classique que les constructeurs modernes préconisent. En plus de sa fonction de régulateur de vélocité, il est doté d’une intelligence permettant de conserver la distance de sécurité qui sépare le véhicule en question avec celui qui se trouve devant lui. Ainsi, si la voiture qui se trouve devant nous freine ou ralentit, le régulateur ajustera automatiquement la vélocité de notre véhicule pour se conformer à la sienne. Si par moment, on désire dépasser ou doubler un autre automobiliste, on peut appuyer sur l’accélérateur. Cela va mettre momentanément en veille le régulateur et le remettre en marche dès que la pédale est relâchée, la vitesse va revenir automatiquement à celle qu’on a choisie. Une fois le dépassement réalisé, on peut soit désactiver le régulateur si la circulation est dense, prendre position et ajuster la vitesse avant de le réactiver, soit le laisser ainsi dans le cas où la circulation est fluide. Connaitre la différence entre un régulateur de vitesse et un limiteur de vitesse est essentiel pour tout bon conducteur. Pour les apprentis, il s’agit d’une information qui peut faire l’objet d’une question lors de l’examen de code de la route en vue de l’obtention du permis de conduire.
  7. A réaliser au moins tous les 20 000 kilomètres, cette manœuvre est essentiellement pour la longévité de votre moteur. Rassurez-vous, pas besoin d'être un mécanicien pour réaliser cette opération. J'ai pu m'en sortir sans être un as de la mécanique. Quel est le matériel nécessaire pour réaliser la vidange du moteur ? Comment faire la vidange de sa voiture ? Malgré quelques spécificités pour certains véhicules, l'opération est similaire pour la plupart des voitures. Voici tout ce que vous avez besoin de savoir pour vous lancer dans cet opération. Matériels pour vidanger sa voiture Pour réaliser la vidange de sa voiture dans de bonnes conditions, il est important de bien préparer le matériel en amont. Choisir son huile de moteur La vidange consiste à remplacer l'huile usagée du moteur. Plus la couleur est foncée et plus il est nécessaire de réaliser la vidange. Ne choisissez pas n'importe quelle huile. Prenez soin de bien respecter les préconisations du constructeur. Si vous avez l'habitude de remplir votre niveau d'huile, vous pouvez continuer d'utiliser le même type d'huile. Il est déconseillé de changer subitement d'huile. Si vous souhaitez passer à une huile synthétique demandez plutôt des conseils à un mécanicien ou à votre garage. (Pour en savoir plus, consultez notre article "Comment choisir l'huile moteur".) Les outils pour vidanger sa voiture L'équipement est standard et réutilisable, la première vidange manuelle vous paraîtra chère mais la fois d'après vous n'aurez à repayer que le prix du filtre à huile. Pour retirer l'ancien filtre, préparer une clé à sangle ou une clé à griffe. Pour surélever la voiture vous aurez besoin d'au moins 2 chandelles et d'un cric. Prévoyez au moins 5 L d'huile de moteur (vous n'en aurez jamais de trop !). L'entonnoir vous sera pratique pour verser la future huile. Et surtout, n'oubliez d'avoir une bassine pour récupérer l'huile usagée. Si vous souhaitez pas vous salir les mains, vous pouvez porter des gants. Bien choisir l'emplacement pour vidanger sa voiture L'emplacement est primordial pour vidanger de bonnes conditions. Vous devez être à plat. Si vous n'avez d'endroit pas pour effectuer la manœuvre, arrangez-vous pour bien caler les roues. Le but est d'avoir une voiture stable qui ne vous tombe pas dessus lorsque vous serez en dessous. Faire la vidange de la voiture Une fois que vous avez tout le matériel pour vidanger, il n'y a plus qu'à s'y mettre. Évitez de vidanger avec un moteur chaud, vous risqueriez de vous brûler avec l'huile. Repérer le bouchon du carter et vider La première étape est de repérer l'emplacement du carter de votre véhicule. Si vous n'y connaissez pas grand chose, n'hésitez pas à faire le tour des forums sur internet ou regardez sur le manuel. Selon les modèles de voiture, le carter ne situe pas au même endroit. Une fois que vous avez trouvé le carter, vous pouvez vous mettre sous la voiture et préparer la bassine qui va recevoir toute l'huile. Avec une clé vous devriez pouvoir dévisser doucement le bouchon du carter. L'huile commencera à couler. Attendez plusieurs minutes (le temps que ça se vide). Lorsque c'est terminé ne revissez pas encore et gardez la bassine pour l'étape suivante. Remplacer le filtre à huile Vous pouvez retirer l'ancien filtre à huile avec une clé à sangle si c'est vissé fort. Vous aurez besoin de la bassine pour cette étape, il peut y avoir des écoulements d'huile. Avant de visser le nouveau filtre à huile, vous devez le lubrifier avec de l'huile. Pour ce faire, il suffit d'étaler un peu d'huile sur la bague d'étanchéité. Vissez minutieusement le nouveau filtre. Tentez de le serrer autant que l'ancien (ni trop ni moins). Nettoyer le réservoir d'huile Quitte à vidanger autant nettoyer le réservoir d'huile. Pour cela rien de plus simple, replacez la bassine sous le carter et remplissez le réservoir d'huile avec au moins un verre d'huile propre (voire plus si vous préférez). Cela permettra de nettoyer les impuretés. Une fois l'écoulement terminé, vous pouvez revisser le carter. La vidange est terminée ! Etapes à suivre après la vidange de la voiture Une fois la vidange terminée il est très important de ne pas oublier les étapes suivantes. Remplir le réservoir avec de l'huile propre C'est le moment de verser quelques litres d'huile propre. Il est recommandé de verser les 3/4 de la quantité d'huile recommandée. Attendez ensuite une minute et démarrez votre moteur quelques secondes. Rajoutez ensuite la quantité d'huile nécessaire en vous fiant à la jauge. S'assurer que la vidange s'est bien déroulée Par principe, j'ai l'habitude de rouler une dizaine de kilomètres après la vidange. Cela me permet d'entendre s'il y a un soucis au niveau du moteur ou non. Si vous ne trouvez rien de bizarre c'est que tout s'est bien déroulé. Dans le cas contraire, je vous recommande de consulter un garagiste... Se débarrasser des déchets de la vidange Vous pouvez verser l'huile usagée dans un bidon vide et la ramener dans certains garages ou à la déchetterie. Les encombrants ne récupérerons pas votre huile usagée. Évitez de jeter votre huile dans la nature ou dans les poubelles d'ordures ménagères. N'hésitez pas à partager votre expérience et vos photos si vous avez réalisé vous-même votre vidange !
  8. Le covoiturage est la solution pour réduire ses frais de carburant et d'autoroute lors d'un trajet. Il permet aussi de dépanner les personnes qui n'ont pas de voiture. Rouler avec une voiture remplie de passagers c'est aussi plus écologique et plus convivial. C'est l'occasion de faire des rencontres. La plateforme Blablacar permet de pouvoir trouver des passagers rapidement, c'est le site de référence. Comment préparer sa voiture pour le covoiturage ? Comment se comporter lors d'un covoiturage ? Comment garder un bon souvenir d'un covoiturage ? A travers cet article, vous trouverez les bonnes pratiques du covoiturage. Préparer sa voiture à recevoir des passagers Proposer du covoiturage peut se faire très rapidement, cependant il est important de respecter quelques règles pour que le trajet se passe dans de bonnes conditions. Avoir une voiture propre Le passager doit se sentir à l'aise dans votre voiture. C'est le moment de faire le tri et de jeter toutes les poubelles. Rien ne doit traîner dans votre voiture. Assurez-vous que l'intérieur sente bon, cela donnera une première bonne impression au passager. Un petit coup d'aspirateur serait encore mieux. Au plus votre voiture sera propre au plus vous laisserez une bonne impression (n'oubliez pas que vous serez noté à la fin du trajet). Faire du vide dans son coffre Si vous effectuez un long trajet, assurez-vous d'avoir de la place dans le coffre pour y placer au moins un bagage. Enlevez toutes les affaires qui traînent (et ne laissez que le nécessaire). Préparer son profil sur une plate-forme de covoiturage Que ce soit sur Blablacar ou un autre site de covoiturage, vous devrez créer un profil. Prenez les plus belles photos de votre véhicule, et trouvez une photo de vous en train de sourire (c'est toujours mieux pour une première impression). Sachez que les internautes regardent non seulement le prix mais aussi la photo. Lors de vos premiers trajets, je vous conseille de mettre des prix en dessous de la moyenne car les personnes ne pourront pas se fier à votre profil pour vous choisir. Comportement lors d'un covoiturage Etre conducteur demande de respecter quelques règles pour que vous puissiez laisser la meilleure impression possible au passager. Avoir une bonne note sur votre profil vous permettra à l'avenir de trouver plus facilement des passagers. Être à l'heure La ponctualité est la règle d'or lors d'un covoiturage. Le retard agacera forcément le passager, si jamais vous ne pouvez pas faire autrement (à cause du trafic par exemple) pensez à prévenir le passager le plus tôt possible. Il sera beaucoup plus indulgent avec vous. Être aimable et souriant Le covoiturage est une sorte de communauté, vous aurez souvent des passagers habitués. Le sourire est une monnaie courante. Évitez d'être en colère lorsque vous conduisez. Vous devez inspirer la confiance. Respecter les règles de sécurité Il est primordiale de respecter les règles de sécurité, vos passagers seront beaucoup plus en confiance. Si vous devez utiliser votre téléphone pour mille et une raisons, arrêtez-vous dans une aire de repos ou demandez à un passager de le faire à votre place. Le code de la route doit bien entendu être respecté. Même si vous êtes en retard, ne dépassez pas les limitations de vitesse. N'oubliez pas le quart d'heure de pause toutes les deux heures, c'est bon pour vous, mais aussi pour vos passagers ! Des conseils pour un bon souvenir du covoiturage Le covoiturage est un moment de partage autant en garder un bon souvenir. Voici quelques astuces : Discuter sans raconter votre vie Les premières minutes, j'ai l'habitude de proposer des présentations. C'est un moyen simple de discuter, chacun peut discuter comme il le souhaite. Vous le sentirez rapidement si la personne est bavarde ou non. A vous de vous adapter, quand j'ai besoin d'être concentré je fais en sorte que les passagers parlent entre eux. Si le passager a besoin de se reposer, il vous le fera comprendre rapidement, ne vous inquiétez pas. Tout faire pour ne pas sentir le temps passer Un bon trajet est un trajet que l'on ne voit pas passer. Au travers des discussions vous pourrez faire rapidement oublier le temps de trajet à vos passagers. Je leur propose souvent de mettre la musique qu'ils souhaitent. S'ils ont des goûts musicaux différents c'est encore mieux, chacun a l'opportunité de faire découvrir son univers. Ne pas montrer à son passager qu'on ne le supporte pas Il peut arriver que vous ne supportiez pas un passager à cause de son arrogance ou de sa voix agaçante. Ne paniquez pas, ça m'est arrivé de nombreuses fois, faîtes en sorte de sympathiser avec lui ou elle. Mettez ensuite la radio (ou de la musique douce) qui vous plait et dîtes que vous avez besoin de vous concentrer et que vous préférez ne pas trop parler. En règle général, le passager finit par s'endormir (ouf !) et il n'aura pas vu le temps passer. Le covoiturage peut être une partie de plaisir si vous aimez rencontrer des gens. Même si vous n'êtes pas très sociable, vous pouvez covoiturer, n'oubliez pas de préciser dans votre profil que vous n'aimez pas parler en conduisant (ça vous évitera les gens trop bavards). Dans tous les cas, cela reste un moyen d'économiser de l'argent tout en dépannant des personnes sans véhicule.
  9. Nettoyer le plafond de la voiture est nécessaire. Cette partie – même si elle est rarement fréquentée – n’est effectivement pas épargnée par les saletés. Par conséquent, si vous voulez préserver un intérieur propre et sain dans votre voiture, il n’y a pas que les sièges et les tapis que vous devez laver. Vous devez aussi nettoyer le plafond de votre voiture. Comment procéder pour nettoyer le plafond de sa voiture ? Comment nettoyer le ciel de toit d'une voiture ? Quels sont les outils nécessaires pour un bon nettoyage ? Comment enlever les taches au plafond ? Voici quelques conseils pour garder le plafond de votre voiture bien propre. Les étapes à suivre pour bien nettoyer le plafond d’une voiture Fragile, le plafond requiert un entretien particulier. Le plafond de la voiture est souvent rembourré et se couvre de tissu, de cuir ou de vinyle. Ayant pour rôle de protéger des vibrations extérieures, il a également des visées esthétiques. D’où l’intérêt de le nettoyer régulièrement. Les matériels à utiliser Avant de commencer, vous devez vous munir de bons matériels. Vous avez notamment besoin de : Un tissu microfibre Un nettoyant pour meubles rembourrés Des gants de toilette Une brosse à poils doux Une eau chaude Un désodorisant Un sèche-cheveux Comment se débarrasser des saletés ? La première étape consiste à dépoussiérer et à enlever les petites saletés. Vous pouvez, pour cela, utiliser un aspirateur. C’est plus pratique et plus rapide. Attention cependant à ne pas trop appuyer sur le support, car vous risquez de l’abîmer. Dans cette même optique, pensez aussi à effectuer des mouvements dans un sens unique. Vous pouvez aussi utiliser un chiffon en microfibre. Il permet généralement de bien enlever les saletés. Il peut même aider à éliminer les taches de graisse les plus tenaces. Mais pour avoir un bon résultat, il faut frotter en suivant le sens du fil du tissu. Parfois l’aspirateur ne suffit pas, un nettoyant textile est donc utile. Il est efficace pour supprimer les tâches de gras, de café et d’autres produits chimiques. Il nettoie en profondeur la surface. Et cela donne un aspect neuf au toit. Le nettoyage complet du plafond de la voiture Pour bien nettoyer le plafond en entier, un nettoyage complet est souvent nécessaire. Dans ce cas, 3 options sont possibles : l’utilisation d’un produit spécial, le nettoyage de surface et le système de nettoyage en profondeur. Nettoyer le plafond d’une voiture avec un produit spécial Vous trouverez des produits spéciaux pour le toit dans les boutiques spécialisés. Comment l’utiliser ? Vous devez vaporiser la surface et laisser agir le produit pendant quelques minutes. Pour l’enlever, utilisez le tissu en microfibre. Il est conseillé d’acheter un produit nettoyant adapté au tissu du plafond. Ainsi, vous ne risquez pas de l’endommager. Nettoyer le plafond avec un nettoyage de surface pour voiture Le nettoyage de surface est la solution parfaite pour une intervention en profondeur. Il vous suffit de pulvériser la garniture de toit en entier et l’aérosol va libérer la saleté emprisonnée à la surface. Après le temps de repos, agitez la garniture de toit avec une brosse. Chaque partie doit être brossée pour un résultat réussi. En effet, les parties délaissées sont très visibles par la suite. Attention donc à ne pas oublier une zone. Pour cette méthode, aucun rinçage n’est nécessaire. Le nettoyeur doit sécher sur la surface pendant 1 heure ou plus. Et l’opération peut être répétée à plusieurs reprises jusqu’à la disparition de toutes les tâches. Sur le marché, les nettoyants moussants sont ce qu’il y a de mieux. Nettoyer le plafond de la voiture en profondeur Le nettoyage en profondeur est la solution la plus efficace. Cette méthode implique en effet l’utilisation d’une machine spéciale, remplie d’eau et de solution de nettoyage. Pour l’utilisation de l’appareil, il convient de se référer aux instructions fournies par le constructeur. Le mieux est de commencer dans les coins avant d’aller vers le centre. Lors de l’opération, un rythme régulier de 3 à 4 pouces par seconde est conseillé. Ainsi, la tête de nettoyage ne sera pas saturée. Il faut noter que ce système de nettoyage en profondeur est à utiliser uniquement en dernier recours. En effet, son utilisation fragilise la structure du toit. La chaleur et l’humidité mouillent la colle au niveau des couches. Pour limiter les dégâts, il faut passer un grain de tissu sur la surface lorsque la garniture est sèche. Cela permet d’enlever les lignes séchées par le nettoyeur. Les solutions naturelles pour nettoyer le plafond d’une voiture Nettoyer le toit de sa voiture avec des produits naturels est également une alternative intéressante. Cette option économique est possible pour toutes les situations. Il suffit de trouver le bon produit naturel. L’ammoniaque pour nettoyer le plafond de la voiture Très efficace, l’ammoniaque est une solution accessible à tous, économique et efficace. Il suffit de mélanger quelques goûtes de lessive avec une tasse à café d’ammoniaque et de frotter le plafond avec le mélange, à l’aide d’une éponge. Pensez à bien insister sur les taches. A la fin, le rinçage peut se faire avec un gant de toilette ou un séchoir. L’utilisation de ce détergent implique certaines précautions. Pensez donc à mettre un masque, car il peut être dangereux de respirer les vapeurs du produit. N’oubliez pas non plus de mettre des gants pour protéger vos mains. Cristaux de soude et térébenthine Les cristaux de soude offrent également de bons résultats. Vous devez mélanger une tasse de ce produit avec un litre d’eau chaude. Le mélange permet de nettoyer le toit en douceur avec une éponge. Le rinçage et le séchage se font avec un gant de toilette. Pour la térébenthine, un nettoyeur vapeur extracteur est nécessaire. Point négatif, cette machine risque de décoller le ciel de toit dans certains cas. Alors, il faut faire attention à ne pas trop mouiller le tissu. Entre autres, l’usage des gants est toujours nécessaire. Vinaigre et eau Pour éliminer les tâches de graisse, le vinaigre est intéressant. Vous devez mélanger 3 parts d’eau avec 1 part de vinaigre blanc distillé. Prenez ensuite un chiffon en microfibre, imbibez-le de ce mélange avant de frotter doucement. A la fin, pour enlever les mauvaises odeurs, utilisez un désodorisant. Mais attention à ne pas en abuser, car en trop grande quantité, les produits chimiques provenant du désodorisant peuvent endommager la colle reliant le tissu au plafond.
  10. Tester les amortisseurs d’une voiture est nécessaire de temps en temps. Les amortisseurs font en effet partie des éléments essentiels de votre auto. Et pourtant, ils sont souvent soumis à de rudes épreuves : nid de poules, températures extrêmes, pierres, boues, poussières, terrains accidentés, conduite agressive… beaucoup de choses contribuent à leur mener la vie dure. Pourquoi les tester ? Parce qu’ils jouent un double rôle : celui de confort et de sécurité. Les amortisseurs ne servent pas uniquement à amortir le choc. Ils garantissent également une bonne tenue de route et subséquemment, une conduite stable. Par ailleurs, en cas d’usure, ils peuvent entraîner des problèmes graves comme la destruction précoce des pneus, un mauvais système de freinage, et sur le long terme, l’usure générale de la voiture. Comment tester les amortisseurs d’une voiture ? Découvrez comment déceler vous-même les signes qui indiquent qu’il est temps de changer vos amortisseurs. Tester les amortisseurs : quels sont les signes d’usure à déceler ? Voici les signes principaux qui indiquent que vos amortisseurs ne vont pas bien et qu’un remplacement est à prévoir pour bientôt : Vous ressentez le moindre choc, la moindre secousse que subit la voiture. Vous avez des difficultés à contrôler la direction du véhicule, en particulier dans les virages. Vous avez l’impression que la voiture flotte lorsque vous négociez de grandes courbes. Vous avez la sensation que la voiture n’est pas stable lorsqu’elle roule à grande vitesse. Vous remarquez qu’il y a une mauvaise adhérence des pneus sur le sol lorsque vous roulez plus vite. Vous remarquez une fuite d’huile au niveau des amortisseurs. Vous avez de plus en plus du mal à freiner, la réponse n’est plus immédiate. Le volant se met à trembler. Vous remarquez que les pneus s’usent anormalement vite. Tester les amortisseurs vous-même ? Les trucs et astuces Bien sûr, rien ne vous empêche de tester vos amortisseurs vous-même. En règle générale, lorsque le problème est sérieux, et que les amortisseurs doivent vraiment être remplacés, les signes deviennent éloquents. Pour savoir si vos amortisseurs sont défectueux et ont besoin d’être changés, faites les petits tests suivants. Comment tester vos amortisseurs en faisant un essai routier ? Rouler tous les jours ne suffit pas. Il y a trop de distractions et vous risquez, soit de ne rien entendre du tout, soit de mal interpréter les bruits que vous entendrez. Pour cet essai routier en conséquence, trouvez un endroit calme où vous pourrez rouler sans être dérangé. Il faut vraiment que vous puissiez être à l’écoute de votre voiture. Pendant que vous roulez, foncez sur des dos d’âne, effectuez des virages, etc. Et soyez attentifs aux moindres bruits, et soyez à l’affût des signes d’usure cités ci-dessus. Assurez-vous que toutes les vitres soient baissées. Ainsi, s’il y a un bruit, vous aurez moins de difficulté à déterminer d’où il vient. Une fois que vous aurez repéré l’origine du bruit, arrêtez la voiture. Munissez-vous d’une lampe torche et regardez qu’est-ce qui provoque le bruit que vous entendez. Si ça vient des amortisseurs, c’est le signe qu’il faut peut-être les changer. Faites un examen manuel pour tester vos amortisseurs Pour tester l’état de vos amortisseurs, vous pouvez également procéder à un examen manuel très simple. Placez-vous sur un côté du véhicule, entre les ailes et le capot. Avec vos mains, exercez une forte pression sur la voiture, en la faisant baisser le plus bas possible. Et relâchez subitement, de manière à la faire rebondir : Si la voiture rebondit une fois, cela signifie qu’elle est stable et subséquemment, que les amortisseurs sont encore en très bon état. Si la voiture rebondit plusieurs fois et se met à effectuer plusieurs mouvements de haut en bas, cela signifie que les amortisseurs sont en mauvais état. Vous voulez tester vos amortisseurs ? Faites-les vérifier par un professionnel ! La manière la plus simple, la plus rapide, mais aussi la plus sûre pour vérifier l’état de vos amortisseurs, est de faire appel à un mécanicien professionnel. Vous devez comprendre que les amortisseurs sont reliés à d’autres systèmes (suspension, parallélisme…). Si vous ne vous y connaissez pas, vous ne pourrez pas identifier le véritable problème. Ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses. Par conséquent, pour être sûr que tout va bien, confiez le test et l’examen de vos amortisseurs à un professionnel. Surtout avant le Contrôle Technique du véhicule en question. Depuis 2008 en effet, une fuite d’huile au niveau des amortisseurs suffit à justifier une contre-visite. Vous pouvez aussi faire vérifier l’état des amortisseurs à chaque fois que vous effectuerez l’entretien périodique de votre auto : révision, vidange, etc. Bon à savoir : il est nécessaire de faire vérifier les amortisseurs en moyen tous les ans. Le changement doit être fait tous les 20 000 à 80 000 kilomètres en fonction de la manière dont on conduit la voiture et des circuits qu’elle a l’habitude de fréquenter. Toutefois, ces deux critères pris en compte, et selon la marque du véhicule, on peut en trouver aujourd’hui qui disposent d’amortisseurs assez résistants pour durer jusqu’à 150 000 km.
  11. Un volant qui vibre et tremble signifie que quelque chose ne tourne pas rond dans votre voiture. Qu’il vibre à l’arrêt ou lorsque vous conduisez, ces mouvements ne sont pas normaux et il est essentiel, voire vital, que vous regardiez de plus près de quoi il retourne. Pourquoi votre volant vibre et tremble ? Qu’est-ce que vous devez faire ? Voici quelques conseils. Petit rappel sur ce qu’est un volant directionnel Le volant directionnel d’une voiture est une pièce maîtresse de son organe de direction. Comme on le sait tous, c’est le gros engin circulaire qui est positionné devant le siège conducteur. Il a pour rôle principal de permettre au conducteur de choisir la trajectoire du véhicule suivant l’orientation de la route et les événements qui s’y passent. Il sert également à mettre en marche les autres commandes électroniques telles que les clignotants, les feux, le klaxon, les essuie-glaces, etc. Depuis ces dernières décennies, des améliorations lui ont été apportées pour qu’il puisse assurer, en plus de son rôle de direction, une meilleure sécurité, praticité et confort. Il y a, par exemple, la fonction airbag qui est un mécanisme automatique qui se déclenche en cas de collision ou de choc avant subi par la voiture : un genre de gros sac rempli d’air sort du milieu du volant pour éviter que le conducteur ne s’écrase dessus et pour amortir les dégâts corporels pouvant être occasionnés. Il y a également les possibilités de gestion d’appel, la limitation de vitesse, la commande audio, etc. Ce qui est important à comprendre, c’est qu’il existe un lien entre le volant, la colonne de direction, la crémaillère de direction, les roues et les biellettes de direction. Donc, lorsqu’on parle de volant, c’est à tout un ensemble qu’on fait référence. Un ensemble qui garantit la stabilité de la voiture, et donc, la sécurité de tous ses usagers. Aussi, il n’est pas étonnant de s’inquiéter lorsque des mal-fonctionnements sont constatés au cours de son utilisation : vibrations, tremblements. Cela n’est jamais bon signe. Origines ou causes des vibrations et tremblements du volant Les symptômes d’un dysfonctionnement dans le système de direction d’une voiture se manifestent à travers les vibrations du volant. Celui-ci peut vibrer si fort que le conducteur aura l’impression qu’il tremble. Si tel est le cas, il faut consulter au plus vite un mécanicien pour éviter que le pire n’arrive. Toutefois, pour pouvoir établir un diagnostic et avoir une idée sur l’origine du problème, il faut tenir compte du moment auquel les vibrations sont ressenties, car il peut faire toute la différence : est-ce en cours de freinage (en arrêt) ou en pleine conduction (en roulant) ? Causes des vibrations à l’arrêt Lorsque les vibrations surviennent en cours de freinage, de démarrage ou de stationnement, le problème provient de freins usés ou de suspension de direction. Dans le premier cas, les disques de freins ne sont plus en très bon état. En effet, pour que les plaquettes de frein mordent bien, il faut que leur surface soit bien lisse et plane. Donc, si des tremblements sont ressentis, il faut penser à renouveler l’ensemble (plaquettes et disques de freins). Dans le second cas, ce sont la biellette de suspension et la rotule de direction qui posent problème. Leur usure entrave le bon fonctionnement des freins, alors il faut les faire entretenir ou changer par un professionnel (mécanicien ou garagiste). Causes des vibrations en roulant Les vibrations en cours de conduction d’une voiture peuvent être expliquées de plusieurs manières. Elles peuvent survenir après que la voiture ait été restaurée (commandes et châssis surtout) suite à un choc important qu’elle a subi. Il faut donc faire très attention lorsqu’on achète une voiture d’occasion, il est primordial de bien s’assurer qu’il n’y a aucun tremblement. Si possible, il est même conseillé de l’essayer sur une distance plus ou moins longue avant d’investir dedans. Elles peuvent également avoir pour origine la présence d’un jeu de roulement provoqué par le mauvais état des biellettes de direction et des silentblocs. Dans ce cas-là, les tremblements sont assez persistants ou continus. Il faut alors faire consulter le système de direction par un spécialiste pour qu’il règle le problème. Pour terminer, les causes des vibrations peuvent être classées en fonction la vitesse de circulation du véhicule : La vitesse de circulation est faible : le soucis provient des pneus. Soit ils manquent de pression parce qu’ils sont crevés ou parce que leur pression n’a pas été ajusté, soit leur jante est usé. La vitesse de circulation est élevée (au-delà de 110 Km/h) : le problème s’explique par un mauvais parallélisme ou un déséquilibre dans le poids des roues (elles n’ont pas le même poids). Le premier engendre un vieillissement prématuré des pneus ainsi qu’une hausse de la consommation de carburant, tandis que le second, une instabilité de la direction. Ils doivent donc respectivement être bien calibrés et rééquilibrés suivant le cas. Mesures à prendre pour régler le problème de vibrations ou de tremblements du volant La meilleure manière de pallier ces problèmes de vibrations du volant est le contrôle et l’entretien réguliers de la voiture. A cet effet, il faut bien s’assurer du bon fonctionnement des organes de direction et de suspension. Le système de freinage doit faire l’objet d’un suivi particulier du fait de son importance pour la sécurité du conducteur et de ses passagers. A titre indicatif, les plaquettes sont à remplacer tous les 30 000 Km parcourus, et les disques tous les 60 000 Km. La pression des pneus doit aussi être ajustée en fonction des besoins : le poids du véhicule avec et sans passagers, faire des tours en ville ou partir en voyage, etc. Il y a également lieu d’effectuer une vidange du liquide de direction tous les 4 ou 5 ans et un graissage généreux des joints (roulement, piston, etc.) pour éviter que l’ensemble du système ne s’use pas trop rapidement. *Même si on pense disposer des compétences nécessaires pour réaliser les travaux d’entretien de notre véhicule, il est toujours prudent de les confier à une personne ayant le savoir-faire et l’expérience requis. Le fait est que tout ce qui touche aux organes de direction est assez délicat, il concerne directement la sécurité et la stabilité du véhicule. Un seul faux pas et tout peut virer au cauchemar.
  12. Après un accident, le coupable peut malheureusement prendre la fuite pour diverses raisons comme par exemple éviter d'avoir un malus. Cependant les dégâts ne s'enfuient pas pour autant ! Avec de bons réflexes il est possible de se faire indemniser malgré un délit de fuite. Que faire si le fautif s'enfuit après un accident ? Comment se passe le remboursement avec l'assurance après un délit de fuite ? Voici tout ce qu'il faut savoir si vous êtes victime d'un délit de fuite après un accident. Agir en cas de délit de fuite du responsable C'est un coup de malchance, vous devez encaisser le choc de l'accident ainsi que la frustration d'un délit de fuite. Voici comment il faut agir pour passer rapidement l'éponge sur cet accident. Ne pas s’énerver : relever la plaque d'immatriculation Ne perdez surtout pas votre sang froid ! Votre calme sera votre allié et vous permettra de voir la plaque d'immatriculation avant de vous énerver et crier dans votre voiture. Tentez de retenir la plaque d'immatriculation, si vous arrivez à la noter c'est mieux. Dans le meilleur des cas, tentez de prendre une photo de la plaque (ce n'est pas toujours évident mais certains y arrivent). Cela permettra de mettre la main sur le fautif. Rechercher des témoins puis appeler la police Tentez d'interpeller les témoins pour qu'ils puissent raconter leur version des faits à la Police. S'ils n'ont pas le temps de rester, vous pouvez simplement leur demander leur numéro de téléphone. Si vous appelez la Police en premier, vous risqueriez de perdre de précieux témoins (qui ont peut-être eu le réflexe de noter la plaque d'immatriculation). Remplir le constat amiable En attendant l'arrivée des policiers, vous pouvez remplir le constat amiable qui peut se remplir seul (contrairement à ce que l'on pourrait penser). Remplissez votre partie et n'hésitez pas à prendre plusieurs photos des dégâts. Vous devez mentionner qu'il y a eu délit de fuite. Porter plainte Pour une facilité d'indemnisation, il est recommandé de porter plainte contre X suite au délit de fuite. Cela permettra d'avoir une traçabilité administrative de l'incident. Grace aux caméras de surveillance, la police pourra aussi mener son enquête et retrouver la personne qui s'est enfuie. Envoyer le constat à l'assurance Effectuez vos démarches le plus rapidement possible. Le délai est d'environ 5 jours, plus vite ce sera fait et plus vite le dossier avancera. Dans votre courrier n'hésitez pas y mettre des photos ainsi que la copie du dépôt de plainte. Le fonctionnement du remboursement par l'assurance auto Que vous soyez fautif ou non, vous vous demandez très certainement comment se passe le remboursement. Cela dépendra de votre type de contrat. Délit de fuite n'influe pas l'indemnisation de l'assurance auto En cas d'accident, votre remboursement se joue sur votre type de contrat d'assurance (au tiers ou tous risques) et sur votre culpabilité. Si vous êtes en tort sur le lieux de l'accident, ne vous attendez pas à un remboursement de votre assurance si vous êtes assuré au tiers. Qu'il y ait eu délit de fuite ou non, les conditions d'indemnisation ne changent pas. Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires : FGAO Si vous êtes assuré en tous risques, ne vous inquiétez pas, vous serez indemnisé. Cependant, dans le cas contraire si le responsable n'est pas identifié, c'est la FGAO qui s'occupe de l'indemnisation. Il a été créé pour ce cas de figure. Afin de pouvoir y bénéficier il est donc important de ne pas avoir sauté les étapes précédentes : le responsable est inconnu, l'accident a eu lieu en France ou dans l'espace économique européen, un véhicule à moteur, un animal ou un piéton est impliqué. Les risques encourus en cas de délit de fuite Si vous êtes tenté de prendre la fuite, autant connaître les risques que vous encourez. Une lourde amende ainsi que de fâcheuses conséquences Si vous êtes rattrapé par la Police, vous risquez jusqu'à 75 000 euros d'amende et 3 ans d'emprisonnement (dans le pire des cas). Mais ce n'est pas tout, votre permis peut être annulé pour une période de 3 ans. Votre véhicule utilisé pour le délit peut être confisqué par l'état. Vous serez obligé d'effectuer un stage de sensibilisation de sécurité routière. Bien entendu, vous serez aussi amené à verser des dommages et intérêts a(ux) victime(s). Des conséquences sur votre assurance auto Votre assurance peut résilier votre contrat. Vous serez fiché, il sera donc beaucoup plus difficile de trouver une autre assurance auto. De plus, vous serez majoré à 100%, votre tâche s'avérera donc très compliquée. En cas de délit de fuite après un accident, ne vous inquiétez pas, vous serez quand même indemnisé bien qu'il y aura un peu plus de paperasse. Avez-vous déjà eu affaire à ce genre de situation?
  13. Bien choisir son siège auto, c’est assurer la sécurité de votre bout de choux en voiture. La loi n’exige pas seulement que vous équipiez votre auto d’un siège pour enfant, il exige également que le modèle choisi soit adapté à son âge, à son poids et à sa taille. La bonne nouvelle, c’est que vous pourrez en trouver un pour votre enfant dès sa sortie de la maternité jusqu’à ce qu’il aille au collège ! Quel siège auto choisir ? Faut-il opter pour une nacelle ou pour un cosy ? Pour un modèle qui fait face ou dos à la route ? Ces quelques conseils vous aideront à bien choisir votre siège auto. Bien choisir son siège auto en fonction du poids de l’enfant La règlementation R44/04 répartit les différents types de sièges auto en 5 groupes, correspondant à différents poids et âges de l’enfant. Chaque siège a ainsi été conçu pour respecter la morphologie de l’enfant tout en lui apportant la sécurité dont il a besoin. La nacelle pour le groupe 0 (0 à 10 kg) Dès la naissance et jusqu’à ce que bébé ait 10 kilos, la nacelle est le siège auto le plus recommandé. Conçu pour lui apporter aussi bien confort que sécurité, il a été expressément dessiné comme un petit lit transportable pour que bébé puisse dormir même lorsqu’il est en déplacement. La nacelle s’installe généralement sur la banquette arrière, dos route. Elle se fixe aux ceintures de sécurité grâce au kit d’installation intégré et dispose d’un harnais de sécurité qui permet de maintenir bébé à sa place. Le siège naissance pour le groupe 0+ (0 à 13 kg) De la naissance jusqu’à ses 12 mois environs, vous pouvez utiliser le siège naissance. Ce siège auto convient aux bébés jusqu’à ses 13 kg et doit, de préférence, être installé dans la banquette arrière, dos à la route. Il se fixe également à la voiture à l’aide des ceintures de sécurité et dispose de plusieurs harnais (jusqu’à 5 selon le modèle) qui viennent maintenir l’enfant. Vous n’aurez aucun mal à trouver un siège naissance. Le marché en regorge. Mais au moment de choisir, optez pour les modèles qui peuvent être raccordés avec votre poussette, c’est plus pratique. Privilégiez aussi ceux qui sont flexibles, qui disposent d’un bon rembourrage et qui ont été faits avec du tissu anti-transpirant. Les sièges autos pour le groupe 0+/1 (0 à 18kg) Les sièges auto appartenant à ce groupe sont généralement « évolutifs ». C'est-à-dire que vous pourrez les utiliser dès la naissance jusqu’à ce que l’enfant ait 18 kg, soit aux environs de deux ans. Il est en effet possible de régler le siège pour qu’il s’adapte à la taille et au poids de l’enfant. Seulement, vous devez également respecter certaines règles d’utilisation. Premièrement, les sièges auto de ce groupe doivent être installés à l’arrière. Après, tant que bébé pèse moins de 13 kg, ils ne doivent être installés dos à la route. C’est seulement à partir de 13 kg que vous pourrez les positionner face à la route. Les sièges auto de ce groupe se fixent à a voiture grâce à un système Isofix. Ils disposent également de harnais réglables qui permettent de maintenir le petit passager. Les sièges auto 2ème âge pour le groupe 1 (9 à 18kg) Les sièges auto appartenant au groupe 1 sont conçus pour les enfants de la catégorie du deuxième âge. Ils se destinent donc pour les petits passagers à partir de six mois, et plus précisément pour ceux qui sont capable de s’asseoir seuls. Sur le marché, vous aurez le choix entre deux types de sièges auto 2ème âge, ceux avec un harnais et ceux avec un bouclier. Ils s’installent généralement à l’arrière de la voiture, et peut s’utiliser aussi bien face que dos à la route. La fixation au véhicule se fait grâce au système Isofix. Les rehausseurs pour le groupe 2 (15 à 25 kg) Les sièges auto du groupe 2 sont forcément évolutifs. Ils sont conçus pour les enfants du troisième âge, c’est-à-dire des enfants à partir de un an. Car, parce qu’il s’agit plus de rehausseurs, en raison de leur taille imposante, ils doivent être installés à la banquette arrière et obligatoirement, face à la route. Les sièges auto du groupe 2 sont caractérisés par leur harnais amovible garantissant un bon maintien de l’enfant. Ils se fixent à la voiture par la ceinture de sécurité. Au moment de l’achat, faites en sorte d’opter pour des modèles ayant des dossiers. Les rehausseurs pour le groupe 3 (22 à 36kg) A partir de 22 kg et au-delà, on ne parle plus de siège auto, mais de rehausseur. L’objectif n’est donc plus de protéger l’enfant dans un siège spécial, mais d’adapter sa hauteur afin que l’enfant puisse passer la ceinture de sécurité « comme un grand ». Le rehausseur doit obligatoirement disposer d’un dossier pour garantir un bon maintien de la tête. Il doit aussi être installé à la banquette arrière, face à la route. Il sera fixé à la voiture grâce au système Isofix. Bien choisir son siège auto en fonction de la taille de l’enfant Pour une sécurité optimale, il est aussi vital de choisir son siège auto en fonction de la taille du passager. Au moment de choisir, fiez-vous aux cinq groupes de taille établis par la réglementation R129 : De 40 cm à 70 cm : les nacelles De 40 cm à 87 cm : les coques De 61 cm à 105 cm : les sièges auto deuxième âge De 100 cm à 150 cm : les rehausseurs
  14. Le contrôle technique est redouté par de nombreux conducteurs ayant une voiture de plus de 4 ans. Après les nouvelles réglementations en vigueur, il est devenu le cauchemar de beaucoup d'automobilistes. Ce moment est vécu comme une punition, pourtant avec quelques vérifications et préparations, il est possible d'éviter des frais inutiles. Comment préparer son contrôle technique ? Comment échapper à une contre-visite après un contrôle technique ? Voici un petit guide pour éviter une contre-visite qui vous auriez pu ne pas subir. Préparer son contrôle technique: les vérifications à effectuer C'est à la portée de tous automobilistes d'éviter une contre-visite en effectuant ces quelques vérifications. D'ailleurs vous n'avez pas besoin d'attendre un contrôle technique pour les effectuer. Vérifier l'état de la pneumatique Les pneus de votre voiture doivent être en bon état et gonflés correctement. Vérifiez le témoin d'usure et la régularité des pneus. Le garage verra tous les défauts. Une pneumatique trop usée ou irrégulière vous coûtera une contre-visite en plus des frais de changement de pneus. Une irrégularité peut même mettre en avant un problème de parallélisme de votre véhicule et causer un souci de voiture qui tire à droite ou à gauche. Vérifier le système d'éclairage du véhicule Cette manœuvre est plus simple à effectuer à deux. Elle consiste à vérifier que l'éclairage est opérationnel à 100% et qu'il n'y a pas d'ampoules grillées. Il ne faut pas oublier : clignotants, feux de détresse, feux de stop, feux de position, feux de croisement, pleins phares et aussi l'éclairage de la plaque. Si une ampoule ne fonctionne pas, je vous recommande de la changer avant le contrôle technique. La plaque d'immatriculation doit être bien visible et respecter la réglementation en vigueur. Le système de freinage doit être en bon état Vos disques, plaquettes et tambours ne doivent pas être trop usés. Si vous les avez changés récemment, ne vous inquiétez pas. Si vous n'êtes pas sûr de l'état de votre système de freinage n'hésitez pas à consulter un mécanicien. Bien entendu, le frein à main doit fonctionner correctement. La visibilité du conducteur Votre pare-brise ne doit présenter de fissure de plus de 30 centimètres. Si l'un de vos rétroviseurs est cassé, c'est le moment de le réparer. Les essuie-glaces doivent aussi être en bon état et fonctionner correctement. Voici le guide complet concernant l'entretien des essuie-glaces. L'équipement du véhicule doit être opérationnel Les sièges de votre voiture doivent être correctement fixés. Les ceintures doivent être accessibles durant le contrôle et fonctionner correctement. Le blocage du volant ainsi que le klaxon doivent fonctionner correctement. Les portes et le capot doivent se fermer correctement. Les options de votre véhicule ne seront pas pris en compte. Le contrôle technique a pour but de vérifier si votre véhicule respecte les normes de sécurité. Le niveau des liquides On y pense pas forcément mais il est important de vérifier le niveaux du : liquide de frein huile moteur liquide de direction assistée liquide lave-glaces Vous ne devez pas apercevoir de fuites de liquide. Votre véhicule sera soigneusement contrôlé soigneusement, ne comptez pas sur la chance pour passer un contrôle. La pollution du véhicule Votre véhicule ne doit émettre de particules fines. Ce n'est pas vraiment évident à vérifier. Cependant si votre pot d'échappement crache de la fumée, vous pouvez être quasi certain que vous aurez droit à une contre-visite. Astuces pour préparer sereinement sa voiture au contrôle technique Voici quelques astuces pour que votre contrôle technique se passe bien. Être à 2 pour vérifier son véhicule Vous remarquerez qu'il y a de nombreuses vérifications à effectuer, la deuxième personne pourra vous aider. Ce sera un gain de temps et c'est toujours plus sympa de faire les choses à deux . Effectuer une pré-visite du contrôle technique Si vous n'êtes pas convaincu par vos vérifications ou que vous n'avez tout simplement pas envie de vous prendre la tête avec tout ça, rendez-vous dans un garage pour effectuer une pré-visite ou un pré-contrôle technique. Le coût varie selon les garagistes mais cela vous fera un stress en moins. Et s'il y a des soucis qui font que votre voiture ne passera pas au contrôle technique, vous saurez quoi faire. Ne pas s'y prendre au dernier moment Si vous sentez qu'il y aura de petites réparations à faire, anticipez. N'attendez pas d'avoir une contre-visite pour corriger les imperfections de votre véhicule. Vous pouvez vous prévoir 3 semaines de marge, histoire d'être sûr d'avoir le temps de réparer tous les points sensibles de votre véhicule. Si votre contrôle technique approche, c'est le moment d'effectuer ces préparatifs. N'hésitez pas à partager votre expérience lors de votre dernier contrôle technique.
  15. Lorsque nous souhaitons changer de voiture 2 choix s'offrent à nous : acheter une voiture (avec un crédit ou non) et le leasing. Les pubs étant tellement nombreuses, il est très difficile de passer à coté des ces offres alléchantes. Le leasing consiste à louer une voiture pour une durée prédéfinie dans un contrat. La possibilité d'achat n'est pas forcément systématique. Le leasing est-il si intéressant que ça en a l'air? Comment choisir entre acheter une neuve et une voiture en leasing ? Voici les principales caractéristiques du leasing ainsi que quelques conseils pour mieux faire son choix. Caractéristiques du leasing Le leasing se divise en 2 types qui vous permettront de louer un véhicule neuf ou d'occasion : LOA (Location avec Option d'Achat) et LLD (Location Longue Durée). Bien que le leasing vous permette de louer un véhicule durant plusieurs années, les 2 types se différencient surtout par le fait de pouvoir acheter le véhicule ou non à la fin du contrat. Bien que ce soit une voiture de location, la carte grise du véhicule sera à votre nom. Location avec option d'achat : LOA Ce type de location vous permettra d'acheter la voiture (si vous le souhaitez) en payant une somme définie dans le contrat. Au début vous paierez en quelque sorte un apport (qui varie énormément selon les garages et les marques). Suite à cela, les mensualités seront fixes. Le contrat dure entre 2 et 4 ans. Location longue durée : LLD L'apport est plus faible que pour la LOA mais vous n'aurez pas la possibilité d'acheter le véhicule à la fin du contrat (sauf cas exceptionnel défini au préalable). Le loyer mensuel est plus élevé mais reste fixe. Cependant le contrat inclut l'entretien du véhicule ainsi que l'assistance et la responsabilité civile. La souplesse a donc un prix. Avantages du leasing Le leasing présente des avantages non négligeables qui sont à prendre en compte lors de l'investissement dans un nouveau véhicule. Plus facile d'avoir le véhicule neuf avec le leasing Si vous n'avez pas les moyens d'investir dans une voiture qui vous plait, le leasing vous permettra surement de pouvoir la posséder plusieurs années. En général, les contrats de leasing sont moins refusés que les crédits à la consommation. Avec la LOA vous pourrez peut-être même la garder. Le leasing a un coût fixe : pas de surprises Le coût de la mensualité est fixé dans le contrat. Il n'y aura donc pas de mauvaises surprises concernant le prix du véhicule. Si jamais le véhicule ne vous plait pas et que vous regrettez votre choix, il suffit d'attendre la fin du contrat pour changer de véhicule. Inconvénients du leasing Malgré ces avantages qui pourraient nous faire craquer, il faut être conscient des inconvénients que cela engendre. Difficile de mettre fin au contrat avant l'échéance Si au bout de quelques mois vous vous rendez compte que vous n'avez plus besoin de cette voiture ou que vos revenus ont diminué, il sera très difficile d'arrêter le contrat. Les frais de fin de contrat sont élevés et peuvent vous faire amèrement regretter votre choix. Vous êtes engagés tout comme dans un crédit. Frais en cas de dégradation du véhicule Malgré les packs d'entretien et d'assistance, en cas de dégradation du véhicule c'est vous qui paierez. Du moins, ce n'est pas votre garage qui prendra en charge les réparations. A la fin du contrat, vous devrez rendre la voiture en bon état sous peine de devoir payer un supplément. De plus, vous serez limité à une moyenne de kilométrage annuelle imposée par votre contrat. Si celle-ci est dépassée, cela engendrera aussi des frais. Un achat supérieur à l'achat classique Si on met bout à bout les frais du leasing, le prix est bien plus élevé d'un crédit à la consommation. Si vous avez un dossier solide, il n'est pas du tout recommandé de faire une LOA et d'acheter le véhicule à la fin. Autant acheter le véhicule avec un crédit. Comment faire son choix? Le choix vous paraîtra évident une fois que vous aurez fait le point sur les avantages et inconvénients. Prendre en compte vos futurs projets Le leasing est parfait pour les personnes sédentaires souhaitant se faire plaisir avec une voiture neuve. Cela vous permettra d'avoir toujours une voiture neuve sans se soucier de l'achat, de la revente et du contrôle technique. Cependant, si vos projets dans l'avenir sont très incertains, réfléchissez bien à ce que le contrat ne vous coince pas. Les deux années de contrats pourraient vous paraître très longues. Réaliser un devis d'emprunt puis comparer Si vous avez un dossier suffisamment solide pour un crédit à la consommation et que vous ne souhaitez pas changer de véhicule, acheter à crédit est à mon avis la meilleur solution. Réalisez un comparatif de coût et vous ferez rapidement votre choix. Il n'y a pas de bons ou mauvais choix. Tout dépend de votre situation actuelle et de vos projets dans l'avenir. Et vous, quel a été votre choix?
  16. Chaque année est marquée par la sortie d’un élément culte. Cela peut être une musique, un personnage ou un look vestimentaire. En ce qui concerne les années 70, elles ont non seulement été la période de l’apparition et de l’ascension de la musique disco, mais aussi celle de la sortie des plus belles voitures qui sont longtemps restées dans l’esprit de la génération X. Aussi, pour faire hommage à ces beaux véhicules ainsi qu’à leurs concepteurs, nous allons un peu en parler dans le présent guide. Sans plus tarder, voici une liste des dix (10) voitures cultes des années 70. La Citroën GS La Citroën GS est la grande révolution de l’année 1970. Elle a été fabriquée par Robert Opron et on la reconnaît à son capot à trois pans, ses phares en forme de trapèze et ses trois fenêtres latérales. Ses lignes sont fluides, sa transmission est semi-automatique ou manuelle. Elle est dotée d’une traction avant, d’une suspension hydropneumatique et d’un moteur pouvant aller jusqu’à près de 1 300 chevaux. La Citroën GS est née du « projet G » de la marque Citroën. Celui-ci a été présenté en 1967 avec un objectif de commercialisation pour le Salon de l’automobile de Paris en 1970. A l’issu de cela, elle a été produite en 2,5 millions d’exemplaires, et entre 1973 et 1978, elle a été élue troisième voiture la plus vendue de France. La Lamborghini Countach La Lamborghini Countach est apparue en 1974. Le nom « Countach » provient de l’expression d’admiration d’un ouvrier turinois de la marque italienne lors de sa sortie pour la première fois sur route, il s’agit d’un argot piémontais qui signifie « fabuleux ». Historiquement, elle a été conçue à partir d’une étude dénommée « LP 500 » dont la mise en œuvre n’était pas du tout envisagée. Mais étant donné l’appréciation portée à son égard lors du Salon International de l’automobile de Genève en 1971, Lamborghini a décidé de fabriquer un modèle proche, la LP 400, qui est devenu la Lamborghini Countach. L’Audi 80 La voiture allemande Audi 80 a été la voiture familiale par excellence des années 70. Elle a été mise au point en 1971 pour pérenniser l’avancée technologique dont la marque NSU, en disparition, avait fait l’objet. Elle a été conçue avec l’idée de concurrencer les grandes dominantes du marché automobile de l’époque tant au niveau de la qualité et du confort qu’au niveau du prix et de la performance. Elle a d’abord été lancée en Allemagne et en Belgique, puis à travers tous les pays européens. Dès lors, elle est devenue en quelque sorte un genre de précurseur des berlines tricorps que nous rencontrons aujourd’hui. La Porsche 928 En 1978, la Porsche 928 a eu le trophée de la meilleure voiture de l’année en Europe. Cela a été dû, en grande partie, par sa performance : boîte de transmission différentielle, moteur positionné à l’avant, suspension arrière à double triangulation et vitesse pouvant aller jusqu’à 240 Km/h. Son design est très moderne et elle a connu un grand succès aux Etats-Unis, pays dans lequel elle a été destinée en priorité. Toutefois, pour les fans de la marque, elle demeure moins appréciée parce qu’elle diffère en bon nombre de points de la mythique 911 et de sa Flat 6. La Volkswagen Passat La voiture allemande Volkswagen Passat a été lancée en 1973. Il s’agit d’une routière familiale à cinq (05) places dont le fonctionnement est très moderne. Elle est équipée d’un moteur très performant pouvant aller de quatre à huit cylindres et son design est intemporel. Depuis son apparition jusqu’à aujourd’hui, elle a été produite en 8 versions, soient 8 générations aussi performantes les unes que les autres. Ce sont la Passat B1 de 73 à 80, la Passat B2 de 80 à 88, la Passat B3 de 88 à 93, la Passat B4 de 93 à 96, la Passat B5 de 96 à 2005, la Passat B6 de 2005 à 2010, la Passat B7 de 2010 à 2015 et la Passat B8 de 2015. La Lancia Stratos La Lancia Stratos a, elle aussi, été conçue en 1973. C’est une voiture de rallye italienne qui a, entre 1974 et 1978, remporté trois courses de championnat du monde et trois courses de championnat d’Europe de rallye. Elle a eu le trophée de vainqueur du championnat d’Italie de rallye ainsi que celui de France et d’Espagne, sans compter le championnat d’Europe de rallycross à l’époque. La marque s’est alors fait connaître à travers le monde entier. Au total, elle s’est vendue à près de cinq-cents (500) exemplaires. Elle doit son design au grand dessinateur Nuccio Bertone et elle fut la première voiture destinée à participer aux courses internationaux de rallye. La Renault 5 La Renault 5, communément surnommée le « chameau », a été très prisée du fait de sa faible consommation de carburant. Elle arborait toutes les rues du Québec dans les années 70. Son designer Michel Boué, un français, l’a rendue très populaire grâce à son esthétisme : portes sans poignées apparents, bouclier en polyester à la place des pare-chocs chromés, un hayon arrière pouvant s’ouvrir jusqu’au bouclier, etc. Son esthétisme a marqué l’esprit de certains pendant plusieurs années. Celui-ci a même inspiré plusieurs créateurs qui n’ont pas hésité à le copier un peu plus tard. La Citroën CX La Citroën CX, une routière de fabrication française, a été la crème de la crème dans les années 70. C’était celle que les personnages de la haute autorité (ministres, présidents, etc.) conduisaient. Elle a été présentée en 1974 et a connu un succès fou sur le marché automobile jusqu’en 1991. A titre indicatif, elle a été produite à 1,2 millions d’exemplaires et a été élue meilleure voiture européen de l’année en 1975. Comme la Citroën GS, sa conception est due à Robert Opron qui, pour lui conférer un style plus original, a du s’inspirer du prototype BLMC 1800 du Pininfarina des années 60. La popularité de la génération CX a été en grande partie expliquée par sa technicité, sa praticité et sa performance : moteur turbo-diesel (parmi les premiers dans cette catégorie) positionné à l’avant, suspension hydropneumatique, boite de vitesses transversales, etc. La BMW M1 La BMW M1, également appelée la BMW E26, est sortie vers 1978. Elle a été conçue sept ans plutôt, c’est-à-dire en 1971, et a été présentée au Salon de l’automobile à Genève en 72. Toutes ces caractéristiques ont été exposées et la voiture était prête à être produite. Mais du fait du choc pétrolier, cela n’a pu se réaliser que plusieurs années plus tard. Au moment de sa sortie, elle a connu un grand échec commercial parce que son prix n’était pas du tout compétitif par rapport à celui de ces concurrentes. Toutefois, malgré cela, son potentiel a été reconnu par un magazine réputé dénommé Sports Car International. Celui-ci l’a inscrit dans son top 10 des meilleures voitures sportives du monde, ce qui a permis de le classer parmi les sportifs mythiques de son époque. La Volkswagen Golf GTI La marque allemande Volkswagen a lancé la Golf GTI en 1976 avec un concept de petite voiture sportive : hayon, moteur à injection, etc. Son design a été conçu de telle sorte à ce que sa performance puisse être à son optimal, ce qui a fait d’elle une excellente voiture de sport figurant parmi les plus emblématiques de l’époque. Elle a tellement été ancrée dans l’esprit de ses fans qu’ils ne s’en sont jamais lassés. Depuis sa première apparition, la marque a sorti six (06) autres générations avec une performance et un esthétisme beaucoup plus accrus à chaque fois. Ce sont : le Golf II GTI en 83, le Golf III GTI en 92, le Golf IV GTI en 97, le Golf V GTI en 2005, le Golf VI GTI en 2009 et le Golf VII GTI en 2012.
  17. Vous voulez repeindre votre voiture ? Quelle qu’en soit la raison, que ce soit pour camoufler une rayure, pour réparer les dégâts causés par un choc, ou tout simplement pour lui redonner sa beauté d’antan, une telle entreprise doit normalement être confiée à un professionnel. Pourquoi ? Tout simplement parce que peindre une voiture nécessite des outils et des équipements spécifiques et la maîtrise de technique particulière. Voilà pourquoi, repeindre son auto peut aussi coûter extrêmement cher. Il existe néanmoins une solution beaucoup plus économique : que diriez-vous de repeindre votre voiture vous-même à la bombe de peinture ? Voici comment faire… Les préparatifs à faire avant de repeindre la voiture Avant de repeindre votre voiture, vous devez avant tout la préparer. La préparation représente en effet plus de la moitié des tâches à effectuer, et vous devez le savoir, de cette étape dépend la réussite du reste de l’entreprise. C’est donc une étape que vous ne devez surtout pas négliger. Trouvez un endroit approprié Eh oui ! Vous ne pourrez pas repeindre votre véhicule n’importe où. L'endroit dans lequel vous projetez d'effectuer le travail doit être – autant que faire se peut – à l'abri de la poussière. Il doit aussi bénéficier d'une bonne ventilation, d'un bon éclairage et surtout avoir assez d'espace pour vous permettre de travailler autour de votre voiture. Le garage est évidemment une bonne option. Mais vous devez faire preuve d’une extrême prudence si celui-ci abrite le chauffe-eau de la maison. Les vapeurs de peinture peuvent à terme être inflammables s’ils s’accumulent dans cet environnement. Procurez-vous tout le matériel dont vous aurez besoin Le matériel de peinture ainsi que la peinture que vous aurez choisie doivent être prêts à l'emploi dès que le moment sera venu de peindre. Mais en plus de la bombe à peinture, vous devez aussi avoir sous la main divers matériaux : Les apprêts anti corrosion : ils servent à recouvrir le métal d'un film composé de produits tels que le zinc, Les apprêts rebouchant qui éliminent les petits défauts de surface pour présenter une surface plus lisse, Les apprêts mastic: ils rebouchent les aspérités de surfaces plus profondes, Les apprêts finition : ils offrent une prise parfaite à la peinture de finition. Enlevez et protégez les éléments que vous ne souhaitez pas peindre Un certain nombre d'éléments doivent être démontés si vous ne voulez pas que la peinture les atteigne : poignée de porte, lampes, baguette latérale, essuie-glace, antenne, enjoliveur, lampes, etc. Si les éléments ne peuvent être démontés, vous pouvez tout simplement les recouvrir. C’est le cas des vitres, des éléments en caoutchouc, des cavités dans les feux avant et arrière et de la place réservée aux poignées de porte. Débossez, lissez et lavez… Mais avant tout, prenez le temps de corriger les « excroissances » qui ne peuvent qu’être renforcées par la peinture. La formule est relativement simple : débossez le plus possible et lissez le moins possible. Une fois cette opération terminée, pensez à laver la voiture. Astiquez-la en profondeur pour renforcer l’adhérence de la peinture à la surface. Lavez la matière grasse avec un nettoyant pour silicone. Vous pouvez aussi utiliser du white spirit ou de l'alcool dénaturé pour supprimer toutes les traces de graisse. Repeindre votre voiture avec une bombe : comment procéder ? Vous vous demandez sans doute s’il est vraiment possible de repeindre sa voiture avec une bombe. La réponse est oui ! Les avantages de la bombe de peinture Il se trouve que la bombe de peinture a un pouvoir couvrant exceptionnel et elle s’avère beaucoup plus résistante au temps et à l’usure que la peinture classique. Elle tient plus longtemps contre les rayons UV et possède même des propriétés anticorrosion. Avec ça, alors qu’il est difficile de retrouver la couleur d’origine avec une peinture classique, on rencontre rarement cette difficulté avec une bombe. Avec ça, elle est plus facile à appliquer et sèche rapidement. Les étapes à suivre pour repeindre votre voiture à la bombe de peinture Pour peindre, vous devez procéder comme suit : Vaporisez la surface à peindre en veillant à ce que la bombe soit tenue à une distance de 30 cm. Repassez aussi souvent que nécessaire sur la surface jusqu’à ce que vous obteniez un rendu uni. Laissez reposer pendant une quinzaine de minutes avant de vaporiser de nouveau. Laissez sécher pendant 24 heures. La finition – à ne surtout pas négliger ! Une fois que la peinture est bien sèche, vous devez procéder à la finition. C’est très important si vous voulez obtenir un résultat parfait, c'est-à-dire une surface brillante et bien lisse. Il faut, bien évidemment, retirer tout ce qu'on aura mis en place pour éviter les éclaboussures de peinture sur les vitres, les poignées de portières, la baguette latérale, parties en caoutchouc, etc. Il faut aussi que vous remettiez en place tous les éléments que vous avez dû démonter pour la praticité du travail. La peinture met un certain temps pour sécher. Gardez la voiture repeinte pendant quelques jours dans le local pour éviter que la poussière, les feuilles mortes ou autres brindilles ne viennent gâcher le résultat de votre dur labeur. Pensez aussi à poncer la peinture sèche pour lustrer la surface. Vous pouvez aussi utiliser un liquide spécifique pour cela. Les limites de la peinture à la bombe Bien évidemment, s’il est possible de repeindre votre voiture avec une bombe de peinture, cette dernière n’est pas pour autant recommandée pour la peindre entièrement. Non pas que ça ne soit pas possible, mais cela pourrait prendre beaucoup plus de temps. Et il vous en faudra beaucoup pour venir à bout d’un véhicule en entier. Si faire des économies est le but recherché, autant oublier cette option. La bombe de peinture s’avère très économique lorsqu’elle vous évite de faire appel à un professionnel pour réparer une carrosserie rayée, rouillée, ou éraflée. Repeindre la voiture avec une bombe de peinture – Les règles de sécurité L'utilisation d'un masque de protection est fortement recommandée. Le local dans lequel vous travaillez doit aussi être bien ventilé pour éviter l'inhalation d'émanations qui peuvent être dangereuses. Et vous devez éviter d'être trop prêt des pulvérisations que vous faites avec votre bombe. Les yeux s'irritent facilement avec les gaz et les produits en suspension dans l'air quand vous pulvérisez sur une surface, aussi est-il recommandé de porter des lunettes de protection. Les gants doivent également faire partie de l'équipement de sécurité. Certaines peaux sensibles risquent de ne pas supporter les molécules des produits de peinture.
  18. L’amortisseur joue un rôle important dans le bon fonctionnement d’un véhicule. En plus d’assurer le confort de l’auto elle-même, il constitue également un élément de sécurité non négligeable, car il garantit la bonne tenue de route de la voiture. En gros, sa fonction est de garantir la liaison au sol du véhicule afin que le châssis de ce dernier puisse bien adhérer au terrain sur lequel il est en train de rouler. Quels amortisseurs pour ma voiture ? Quelle marque d'amortisseur choisir ? Quelles marques d'amortisseurs sont fiables ? Quels amortisseurs sont les plus confortables ? Amortisseur KYB, Monroe, Koni… voici un guide qui vous aidera choisir la marque d’un amortisseur. Principe de fonctionnement de l’amortisseur Le fonctionnement des amortisseurs est basé sur la collaboration de 3 éléments clés : Les cylindres L’huile (ou dans certains modèles, le gaz) Le piston L’absorption des chocs s’effectue lorsque les pistons perforés situés dans les cylindres se remplissent d’huile. Ainsi, le confort du véhicule est assuré par la souplesse des amortisseurs, tandis que l’amortissement des irrégularités sera pris en charge par leur raideur. Quant à la fermeté de l’élément, elle sera déterminée par la taille de l’ouverture des pistons. Durée de vie d’un kit amortisseur Comme tout élément d’un véhicule, les amortisseurs doivent, à un certain moment, être remplacés. Idéalement, le changement de ce genre d’équipement doit se faire une fois que la voiture aura parcouru les 80.000 kilomètres. Si l’état des amortisseurs n’est pas encore très alarmant, le véhicule pourrait encore rouler 20.000 kilomètres de plus. Mais au-delà des 100.000 kilomètres, le remplacement des équipements devient impératif afin d’éviter tout risque d’accident. Attention à la conduite sportive Comme chacun conduit à sa propre manière, certaines personnes sont plus brutales que d’autres lorsqu’elles sont au volant. Pourtant, plus la conduite est agressive, plus les éléments qui constituent le kit amortisseur ont tendance à s’user rapidement. Il est ainsi préconisé de bien gérer l’agressivité de la conduite afin de préserver chaque élément du véhicule. Il en va aussi bien de l’usure des équipements que de la sécurité des passagers et du conducteur lui-même. Le type de terrain impacte sur l’usure de l’amortisseur Tous les véhicules n’empruntent pas les mêmes chemins tous les jours. Si certaines voitures sont plutôt citadines et circulent sur des routes plutôt standard, d’autres roulent plus souvent sur des routes secondaires ou en montagne. Aussi, il est évident que les véhicules qui empruntent des routes plus cascadeuses sont plus souvent assujettis à des dommages matériels plus fréquents, notamment en ce qui concerne les amortisseurs. Dans ce cas, il est conseillé de vérifier l’état des amortisseurs chaque fois que le véhicule aura atteint les 20.000 kilomètres. Quelle marque d’amortisseur choisir ? Selon les statistiques, 40% des conducteurs français ne savent pas que leurs amortisseurs sont arrivés au terme de leur cycle de vie, et continuent malgré tout à rouler. Afin d’assurer une efficacité optimale, il est important de savoir choisir les équipements en fonction du type de véhicule, de la conduite, et du type de sol sur lequel le véhicule doit rouler le plus fréquemment. Les amortisseurs KYB La marque KYB propose une large gamme d’amortisseurs pour auto. En voici deux exemples : Le KYB K’lassic : c’est la gamme la plus récente proposée par la marque. A gaz ou à huile, cet équipement permet aux conducteurs de remplacer leurs amortisseurs à moindre coût. Le KYB K’lassic est destiné aux véhicules dont la date de mise en circulation dépasse les 15 ans. Il dispose d’un joint multi-lèvres, et d’un amortissement progressif double soufflet. Le piston est revêtu en teflon, tandis que le revêtement de la tige est en chrome dur. Le KYB Premium : c’est une gamme conçue afin que le véhicule tienne mieux la route et fournisse un maximum de confort aux passagers. Le modèle Premium offre un amortissement progressif à double effet grâce à son joint multi-lèvres. Les amortissements d’origine du véhicule peuvent être remplacés par ce genre d’équipement, sans que le propriétaire de la voiture ne dépense beaucoup d’argent. Les amortisseurs Monroe Ces amortisseurs sont les moins chers du marché. La marque dispose d’un grand choix de produits, à savoir : Monroe Adventure : qui dispose d’une jambe de suspension, d’un essieu arrière et fonctionne par pression à gaz. Monroe Sensatrac : qui présente un essieu arrière et réagit par pression à gaz. Monroe Van-Magnum : qui fonctionne par pression d’huile et qui est composé d’un essieu avant et d’une jambe de suspension. Les amortisseurs Koni Les amortisseurs Koni sont disponibles en différents modèles et gammes de produits. Leur choix s’effectue en fonction du type de véhicule. On distingue ainsi : Le Sport et tuning qui peut être réglable ou non. Ce type d’amortisseur est disponible en kits complets ou en élément simple pour assurer une bonne tenue de route au véhicule. Les amortisseurs Special Active et Special Active font partie de la gamme Performance, qui offre à la voiture un confort optimal et lui permet d’avoir une excellente tenue de route. Les amortisseurs Tout terrain optimisent la robustesse des véhicules 4x4, tandis que les équipements Course assurent une performance optimale pour les voitures de compétition.
  19. Il peut arriver que lorsque vous êtes engagé dans une entreprise vous allez avoir un véhicule de fonction qui vous servira pour les besoins professionnels et privés. C'est pour quoi aujourd'hui nous allons voir les avantages d'un employé à avoir un véhicule de fonction et ce que les patrons doivent prendre en charge et les avantages qu'ils en tirent. Qu'est-ce qu'un avantage en nature voiture ? Comment calculer l'avantage en nature d'une voiture de fonction ? Découvrez dans cet article tout ce qu'il faut savoir sur l'avantage en nature lorsqu'on a un véhicule de fonction et comment le calculer. L'avantage en nature Dans un premier temps, il faut savoir en quoi consiste l'avantage en nature. Définition L'avantage en nature c'est lorsque l'employeur fournit à ses salariés des biens et des services correspondant à des besoins personnels gratuitement ou moyennant une participation inférieure à la valeur réelle du bien ou du service. En plus résumé, c'est lorsque l'employeur vous fournit un bien ou un service qui vous servira d'une part professionnellement et d'autre part pour votre vie privée. Les frais engendrés sont pris en charge par l'employeur. Conditions Vous pouvez bénéficier de l'avantage en nature : En raison du poste ou de la fonction occupée De la vertus d'usage De façon ponctuelle liée à un événement particulier Avantage L'avantage en nature permet au salarié de faire des économies sur des coûts qu'il aurait dû normalement supporter. C'est un élément de la rémunération assujetti à la cotisation de la sécurité sociale et il doit être clairement indiqué sur la fiche de paie. Donc pour résumer le tout, l'avantage en nature est : Additionné au salaire en espèce pour déterminer si le SMIC est atteint Soumis aux cotisations et aux charges sociales Retranché en bas du bulletin car la prestation est déjà reçue Ce qui est intégré dans la base de calcul : L’indemnité de congés payé Le salaire à maintenir par l'employeur en cas de maladie, maternité, accident de travail si l'avantage n'est pas conservé durant cette période L’indemnité compensatrice L’indemnité de licenciement ou mis en retraite Le véhicule de fonction et l'avantage en nature L'avantage en nature pour un véhicule de fonction est lorsque vous utilisez un moyen de transport fourni par votre entreprise dans le cadre professionnel et privé. L'employeur peut considérer qu'aucun avantage en nature peut être appliqué lorsque : Le salarié restitue le véhicule lors de chaque repos hebdomadaire ou durant les périodes de congés Le salarié dispose de façon permanente véhicule utilitaire, catégorie particulière La voiture particulière est aménagée à des fins professionnelles Calcul de l'avantage en nature pour véhicule de fonction Le calcul de l'avantage en nature peut se faire par deux méthodes : En fonction des frais réels, c'est une méthode de calcul en valeur réelle De manière forfaitaire Méthode de calcul de l'avantage en nature en valeur réelle Valeur réelle du véhicule acheté = coût global annuel du véhicule x (kilométrage parcouru par le salarié en usage personnel / kilométrage total parcouru cette année) + les frais de carburant utilisés pour l’usage privé. Si l’entreprise est propriétaire du véhicule, le coût global est égal au montant de l’amortissement du véhicule toutes taxes comprises sur 5 ans (soit 20 % par an) + les frais d’assurance + les frais d’entretien. Lorsque le véhicule a plus de 5 ans, l’amortissement à retenir est de 10 % (et non pas de 20 %). Si l’entreprise loue le véhicule, le coût global annuel du véhicule est égal au prix de la location annuelle du véhicule + les frais d’assurance + les frais d’entretien TTC. Méthode de calcul de l'avantage en nature de manière forfaitaire Cas de figure n°1 : L’entreprise loue le véhicule, l’avantage forfaitaire sera de : 30 % du coût global annuel TTC si le salarié paie ses frais de carburant 30 % du coût global annuel TTC plus les frais réels de carburant si l’employeur paie le carburant utilisé à des fins personnelles 40 % du coût global annuel TTC + les frais réels de carburant (si l’employeur paie le carburant utilisé à des fins personnelles et professionnelles) Le coût global annuel TTC correspond à l'addition du prix de la location + l'entretien du véhicule + l'assurance. Cas de figure n°2 : L’entreprise a acheté le véhicule, l’avantage forfaitaire sera de : 9 % du prix d’achat TTC 6 % du prix d’achat TTC pour un véhicule de plus de 5 ans Le montant forfaitaire obtenu est plafonné. Il ne pourra excéder celui prévu pour l’avantage en nature lorsque le véhicule a été acheté par l’entreprise. Si l'employeur prend en charge les frais d'essence, le montant de l'avantage en nature change. Soit il est augmenté aux prix réel du carburant, soit amené à 12% du prix d'achat, soit amené à 9% du prix d'achat TTC pour les véhicules de plus de 5 ans. Dernière information: Attention : si l'employeur prend en charge l'assurance, si celle-ci fait défaut c'est le salarié qui est responsable du véhicule.
  20. Les voitures hybrides ont la côte. Depuis que les prix du carburant ont haussé, et avec les restrictions de circulation qui se mettent en place progressivement, les conducteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la voiture classique, pour opter pour la fameuse « hybride ». Un choix que de plus en plus de constructeurs semblent encourager. Puisqu’à ce jour, pas moins de 7 marques de renommées ont développé leur propre modèle. Et au premier rang les marques allemandes telles que BMW, Volkswagen, Porsche et Mercedes. Suivi de près par la marque japonaise Toyota qui compte à l’heure actuelle 16 hybrides. Les coréens aussi s’y sont mis avec un modèle seulement pour Kia et une seule voiture aussi pour Hyundai, de même que pour la Honda. Vous l’aurez compris, vous aurez l’embarras du choix. Il y en a pour tous les goûts, pour toutes les exigences et pour tous les budgets ! Quelles sont les meilleurs voitures hybrides ? Quel SUV hybride choisir en 2019 ? Quelle voiture hybride rechargeable choisir ? Découvrez notre comparatif des voitures hybrides pour 2019. Les voitures hybrides des marques allemandes Les marques allemandes se sont spécialisées dans les hybrides rechargeables, qui sont aujourd’hui même commercialisées sur le marché français. De grande qualité comme on pouvait s’y attendre, le prix des voitures hybrides allemandes est – sans surprise – particulièrement élevé. Si vous avez un budget compris entre 40 000 € et 150 000 € en conséquence, vous serez servi ! Voiture hybride BMW X5 xDrive45e Commençons par la version hybride de la fameuse BMW X5. Commercialisée en 2019, cette petite merveille carbure à l’essence et ne consomme que 2.1/100 km. Rechargeable tout naturellement, elle affiche une autonomie électrique de 80 km – ce qui représente deux fois, voire trois fois plus que l’autonomie de ses congénères. Ce qui explique sans doute son prix extrêmement élevé : à partir de 90 000 €. Voiture hybride BMW 225xe Active Tourer Pour un budget plus raisonnable, le modèle BMW 225xe Active Tourer propose un très bon compromis. Commercialisé en 2016, celui-ci carbure également à l’essence et consomme nettement moins que le modèle précédent. Elle affiche 2.01 l/100 km. Son autonomie électrique est moins importante : 40 km seulement, mais ça reste quand même intéressante par rapport à ce que d’autres modèles proposent. Vous pourrez vous procurer cette voiture hybride à partir de 40 000 €. Voiture hybride Volkswagen Golf GTE Pour le même budget, vous pouvez aussi vous procurer la version hybride de la Golf GTE. Commercialisé depuis 2017, cette voiture carbure à l’essence et ne consomme que très peu : 1.5 l/100 km seulement – ce qui est déjà un grand point. Avec ça, elle affiche une autonomie électrique de 50 km. Ce n’est pas beaucoup certes, mais c’est une très bonne moyenne quand on sait qu’on peut avoir le véhicule à partir de 40 000 € également. Les voitures hybrides Toyota Toyota domine le marché des voitures hybrides fonctionnant avec la technologie à dérivation de puissance. La marque japonaise compte le plus grand nombre de modèles disponibles sur le marché à l’heure actuelle, avec 16 voitures hybrides à son actif. C’est également la seule à avoir relevé le défi de proposer une citadine hybride avec sa Yaris. La Toyota Yaris La Toyota Yaris est l’hybride le plus vendu en France. Commercialisée depuis 2017, elle représente 77% des commandes. Et pour cause ? C’est la seule citadine polyvalente disponible sur le marché français pour le moment. Elle carbure à l’essence et consomme aux environs de 3.5 l/100 km. Elle est, également, l’une des moins chères avec un prix de base de 19 650 €. La Toyota C-HR Hybride Après la Toyota Yaris, c’est la Toyota C-HR Hybride qui séduit le plus les Français. Arborant un design moderne, ce SUV a été mis sur le marché en 2016 et a connu un franc succès depuis. En plus de son apparence originale, il ne consomme pas beaucoup : seulement 3.8 l/10 km. Et avec ça, il coûte moins de 30 000 €. Il est vendu à partir de 29 300 €. La Toyota RAV4 Hybride La Toyota RAV4 est l’une des dernières nées de la marque japonaise. Version hybride de la très appréciée RAV4 et désormais la seule version disponible pour la génération 2019, elle est sur le marché depuis le mois de janvier. Ses atouts : en dehors du fait qu’il s’agisse d’une hybride – ce qui est un avantage en soi – cette hybride consomme nettement moins : 4.5 l/100 km. Elle est commercialisée à partir de 34 950 €. Les autres voitures hybrides D’autres marques s’y sont également mises. Hyundai, Kia, Honda et Lexus… vous pourrez trouver également des voitures hybrides de ces constructeurs sur le marché. La Hyundai Ioniq Hybrid La Huyndai Ioniq ressemble de très près à la Toyota Prius tant par ses caractéristiques que par son design. Commercialisé depuis 2016, cet hybride rechargeable affiche la même consommation : 3.4 l/100 km. A la différence près que son pavillon bas est moins spacieux à l’arrière et l’hybride est moins onéreux. Il est commercialisé à partir de 27 050 €, soit 3000 € environ de différence. La Kia Niro Hybride La Kia Niro est jusqu’ici le seul modèle adoptant la technologie hybride construit par la marque japonaise. C’est une version améliorée du SUV dans le sens où rechargeable, il est aussi beaucoup plus économique. Sa consommation est de 3.8 l/100 km. La Kia Niro a été mise sur le marché en 2016. Le modèle était hybride-rechargeable. Mais depuis 2018, il a été remplacé par un véhicule 100% électrique. Il est commercialisé à partir de 27 450 €. La Honda CR-V Hybrid La Honda CR-V Hybrid n’est pas le premier véhicule hybride signé Honda, mais c’est celui qui est sans doute le plus apprécié. Adoptant un gabarit à peu près similaire à la Toyota RAV4 Hybride – considérée comme sa principale concurrente – elle est tout juste moins cher de quelques centaines d’euros. Ce SUV a été lancé sur le marché en 2018 et affiche une consommation de 5.3 l/100 km. Il est vendu à partir de 34 600 €.
  21. Les vacances d'été approchent, nous serons nombreux sur la route cet été. Une traversée de la France en voiture ne s'improvise pas. En plus du planning de vacances, il faut vous assurer que la voiture est prête pour vos vacances. C'est là-dessus que reposent nos vacances ! Comment préparer en long trajet en voiture ? Comment vérifier l'état de sa voiture avant un départ en vacances ? Quelles sont les révisions à faire avant le long voyage ? Dans cet article, nous vous listons toutes les révisions nécessaires pour bien préparer son véhicule pour un long trajet. Une voiture en bon état La voiture doit être en mesure de tenir le choc d'un long trajet. Je vous recommande de faire le maximum pour éviter la panne et ne pas gâcher ses vacances. Effectuer les révisions si besoin Jetez un coup d’œil sur votre carnet d'entretien et assurez-vous que votre voiture n'a pas besoin d'un entretien. Il peut être effectué en fonction du kilométrage du véhicule ou de la date de la dernière révision. (Prévoyez également des ampoules de rechange si jamais un feu de croisement vous lâche. Une vérification de l'usure des plaquettes ne sera de trop. ) Vérifier l'état des pneus Le caoutchouc de vos pneus doit être en bon état, le témoin d'usure ne doit pas être lisse. Si vous devez changer vos pneus, profitez en également pour effectuer une vérification du parallélisme. En général, cela va ensemble, vous ne devriez pas avoir de suppléments à payer (sauf si le parallélisme n'est pas bon). Vos pneus doivent être gonflés comme il faut. Ajustez la pression pour un véhicule chargé, votre voiture aura certainement des passagers et des valises. Une bonne pression vous permettra d'avoir une bonne tenue de route, ne pas avoir d'usures anormales des pneus et de ne pas surconsommer d'essence. Vous pouvez vous rendre dans une station de gonflage (c'est souvent gratuit et au pire des cas ça vous coûtera moins de 5 euros). Ajuster le niveau des liquides La semaine précédent le voyage est le moment idéal pour vérifier les liquides se trouvant sous le capot. Il faut ajuster le niveau d'huile, de lave-glace, de liquide de refroidissement et de liquide de frein. Vous pouvez être prévoyant en ayant toujours dans votre véhicule de quoi ajuster ces différents liquides. Une voiture équipée pour le conducteur et ses passagers Il est important de penser à l'ennui et au confort des passagers durant votre long trajet. Cela vous évitera d'être perturbé durant votre conduite. Être préparer à la chaleur En été la chaleur est épouvantable, surtout si vous souhaitez vous rendre dans le sud de la France. Le pare-soleil ne sera pas de trop ! Prévoyez également un pack d'eau et des brumisateurs. Bien entendu, n'oubliez pas vos lunettes de soleil ! Si vous n'avez de pare-soleil, vous pouvez également prévoir des casquettes. Prévoir des occupations pour les passagers Que vous voyagiez avec des enfants ou des adultes, l'ennui s'installera au bout de quelques heures. Vous pouvez prévoir de la musique mais pas sûr que cela plaise à tout le monde. Vous pouvez faire parler les adultes en vous racontant des histoires ou en vous posant des questions. Concernant les enfants, ce n'est pas toujours aussi simple. S'ils n'ont le mal au cœur vous pouvez prévoir des jeux de cartes ou de société (calmes). Dans le cas contraire, la musique sera votre meilleur allié. Si vous souhaitez une ambiance sereine durant votre trajet, vous pouvez endormir vos passagers en roulant à une vitesse constante et en leur mettant des coussins à disposition. Avec le paysage et une ambiance calme, ils seront très tentés de dormir. Prévoir le repas et les encas Quand c'est long et qu'on s'ennuie, on a très souvent faim. Si vous ne souhaitez pas entendre vos passagers se plaindre qu'ils ont faim, vous pouvez prévoir des chips ou des viennoiseries dans votre voiture. Ils apprécieront énormément ! Définissez entre vous à l'avance l'heure du repas et des différentes pauses. Cela vous évitera un bon nombre de questions agaçantes. Avoir l'énergie suffisante pour terminer le trajet Bien dormir les jours précédents les vacances Le sommeil est le secret pour ne pas être fatigué sur la route. Si vous souhaitez rouler de nuit pour éviter les bouchons de la journée, je vous recommande de bien dormir la journée et ne partir que si vous vous sentez en forme. Ne pensez pas que le café vous permettra de tenir sur la route ! Se renseigner sur le trafic Pour gagner du temps, renseignez-vous sur le trafic et adaptez votre trajet en fonction. En cas de journée noire, partir la veille ou le lendemain est une bonne idée si vous n'aimez pas rouler de nuit. Parfois, prendre la nationale peut vous éviter les bouchons de l'autoroute et vous faire gagner du temps (sans payer). Prévoir de prendre régulièrement de pauses Les pauses régulièrement (au moins toutes les 2 heures) sont primordiales pour tenir toute une journée. Cela vous évitera d'accumuler la fatigue et vous sentir engourdis. Les passagers apprécieront également les temps de pauses. Pour éviter d'avoir une heure d'arrivée faussée, il est important de prévoir les temps de pause.
  22. Démonter et réparer la boite de vitesse de sa voiture est parfois nécessaire. La boîte de vitesse n’est effectivement pas épargné par le temps et la distance qui – au bout d’un certain temps – finissent par l’user. Par conséquent, lorsque vous commencez à avoir du mal à passer d’un rapport à un autre, lorsque les pignons se mettent à siffler et lorsque vous entendez des craquements sinistres chaque fois que vous déplacez le levier, c’est le signe que la boîte doit être réparée. Vous devez toutefois savoir que démonter et réparer la boite de vitesse de sa voiture est une tâche particulièrement complexe. Sa réalisation requiert non seulement de solides connaissances en mécanique, mais nécessite également la possession et la maîtrise de certains outils spécifiques. Cela dit, il n’est pas impossible de le faire soi-même. Si vous remplissez les conditions suscitées, c’est même la solution idéale, car la plus économique. Comment démonter et réparer une boîte à vitesse de voiture ? Que faut-il savoir pour bien réparer la boite de vitesse soi-même ? Quelle réparation pour les problèmes de boite de vitesse les plus courants ? Suivez notre guide de réparation de la boîte de vitesse étape par étape. Les étapes pour démonter et réparer la boite de vitesse de sa voiture Comme vous pouvez vous y attendre, ce que vous voyez de la boîte de vitesse n’est que la partie visible de l’iceberg. Voilà pourquoi, pour pouvoir procéder à une éventuelle réparation, vous devez d’abord commencer par déposer le système en entier, et en fonction des réparations à effectuer, démonter. La dépose de la boîte de vitesse – comment faire ? La dépose de la boite de vitesse est une opération relativement simple. Il vous suffit de suivre les étapes suivantes : Retirez le tapis, le soufflet du levier de vitesse et les vis de fixation de la console, et détachez-la entièrement de la voiture. Retirez le levier de vitesse. Pour cela, vous devez tourner doucement le support de rotule supérieure et démonter entièrement le boulon de liaison inférieur. Dégagez l’arbre de transmission en retirant un par un ses boulons de fixation (au nombre de 4). Cette chose faite, vous pourrez le retirer de là juste en tirant doucement dessus. Détachez la boite de vitesse des silentblocs qui sont attachés à lui. Retirez le récepteur d’embrayage. Pour le faire, desserrez et retirez d’abord le boulon qui fixe le cylindre récepteur sur la cloche d’embrayage. Ensuite, tirez doucement sur le récepteur pour l’en sortir. Et pour terminer, retirez également l’écrou moleté du câble du compteur de vitesse. Pour terminer, dévissez et retirez également les boulons qui fixent la cloche d’embrayage sur le bloc-moteur. Tirez par la suite la boîte de vitesse pour le déloger complètement de là où il est. Comment démonter la boîte de vitesse de sa voiture ? Le démontage est plus complexe, et peut prendre beaucoup plus de temps. Voici les étapes à suivre : Prenez un chasse-goupille et chassez l’axe du levier de butée, puis retirez la butée ainsi que le levier. Retirez le carter supérieur en démontant les 5 vis qui le relie à la cloche d’embrayage au carter. Rangez-les quelque part où vous ne risquez pas de les perdre. Retirez le pignon en nylon en desserrant le vis qui le retient, et subséquemment, le câble du compteur de vitesse. Retirez l’arbre de transmission. Pour cela, bloquez l’arbre de sortie de boîte, desserrez le gros écrou qui le retient et faites-le glissez tout simplement pour le retirer. Retirez l’arrière du carter de la boîte de vitesse en dévissant les 7 vis qui la retient à la boîte de vitesse. A ce stade, vous pouvez aussi retirer le pignon de marche arrière simplement en le faisant suivre son axe. Sortez, par la suite, l’axe du carter après avoir enlevé le boulon qui le fixait à l’arbre du pignon de marche arrière. Et parallèlement, vous pouvez aussi retirer l’arbre secondaire. Retirez l’arbre d’entrée. Pour cela, prenez un jet de bronze et chassez son roulement vers l’extérieur. Retirez l’arbre principal en commençant par retirer le synchro 3e/4e, puis à l’aide d’une pince à circlip, retirez un par un les pignons, en prenant soin de bien d’en noter l’ordre de retrait pour ne pas vous tromper lors du remontage. Démontrez les gros roulements à billes maintenant l’arbre d’entrée et l’arbre principal. Pour cela, commencez par retirer le circlip. Cette chose faite, tapez sur l’extrémité de l’arbre pour le faire sortir du roulement, tout en veillant à ce que la cage extérieure ne bouge pas. Dans l’idéal, utilisez un étau pour la retenir. Comment réparer la boîte de vitesse de sa voiture ? Cela dépend du problème que vous rencontrez. Si vous remarquez une fuite d’huile sur la boîte de vitesse Vous devez noter que si une fuite d’huile n’est pas un problème très grave, ses conséquences peuvent être désastreuses. Vous devez donc agir rapidement. Une fuite d’huile est souvent le signe de la défaillance d’un ou de plusieurs joints homocinétiques, plus communément appelés « joints spi de transmission ». Pour procéder à la réparation, vous devez donc les remplacer. Et pour cela, vous devez procéder à la dépose de la transmission du côté où vous repérez le problème. Si vous remarquez qu’il est de plus en plus difficile de passer d’un rapport à un autre Si au moment de changer de vitesse, vous sentez qu’il y a une petite résistance ou des craquements, c’est le signe d’une défaillance au niveau des bagues de synchronisation qui manquent probablement d’huile, ou dont le fonctionnement est dérangé par de l’huile qui s’est dégradée. Pour régler le problème, vous devez donc procéder à la vidange de la boîte de vitesse et au remplacement de l’huile. Le démontage n’est donc pas nécessaire. Si vous remarquez qu’il n’est plus possible de changer de vitesse Si vous ne pouvez plus passer une ou plusieurs vitesses, le problème peut venir de la timonerie. Il s’agit du système qui a pour rôle d’assurer la transmission du mouvement du levier à la boîte. Pour régler le problème, vous devez donc changer la biellette ou les câbles en fonction du type de transmission dont la voiture dispose.
  23. Le prix d'une voiture neuve ne cesse baisser depuis que l'état facilite les reprises par le biais de différentes primes. Cependant cette baisse de prix rime en général avec une baisse de prestations. Les voitures à moins de 10 000 euros n'ont qu'un équipement basique et tout le reste est en option. Quelles sont les options qui facilitent la conduite et votre confort ? Quelles options choisir lors de l'achat d'une voiture ? Découvrez notre sélection des options de conduite qui vont vous faciliter la vie. Se garer sereinement devient possible On se gare à chaque fois que l'on utilise la voiture, selon les villes cela peut être un véritable calvaire. Des options vous permettent de vous garer en toute tranquillité. Le radar de recul Pour quelques centaines d'euros vous pourrez choisir cette option ou bien choisir de la faire installer dans un centre spécialisé. Il agace de nombreux conducteurs à cause du son très aigu à chaque recul. Cependant si vous n'avez pas la notion de distance, cela s'avère très utile. Vous pouvez reculez sans vous soucier de toucher quelque chose. Sachez qu'il est possible de désactiver manuellement cette option si vous n'en avez plus besoin. La caméra de recul Son utilisation peut être couplée avec le radar de recul. Vous verrez exactement ce qu'il y a derrière la voiture. C'est très pratique si quelqu'un passe rapidement derrière votre voiture (le radar de recul a tendance à régir 1 seconde trop tard). Si vous n'avez pas le radar de recul il peut très bien le remplacer (vous n'aurez plus le son agaçant). La caméra de recul haut de gamme vous proposera aussi un aperçu de votre trajectoire selon la position des roues. Plus besoin de faire sortir quelqu'un de la voiture pour vous guider, vous pourrez "aveuglément" suivre votre caméra (si vous lui faîtes confiance bien entendu). Stationnement automatique : Park Assist Le top du top ! Il vous permet de scanner les places disponibles sur le coté et vous indiquer si vous pouvez vous y garer. C'est vraiment pratique dans les villes où le stationnement est très difficile. Une fois la place trouvée, le volant tourne tout seul ! Il vous reste plus qu'à gérer le frein et les vitesses. Les personnes ayant une voiture automatique peuvent même descendre du véhicule ! Pas mal non? La voiture peut vous éviter l'inattention La fatigue ou tout simplement l'inattention peut vous pousser à commettre quelques erreurs. Certaines options pourront vous rappeler à l'ordre et vous reconcentrer sur la route. Le suivi de ligne blanche Si vous vacillez à cause de la fatigue ou d'une publicité qui a capté votre attention, vous risquez très certainement de tirer vers la droite ou la gauche. Ce franchissement de ligne blanche sera détecté par la voiture qui émet un son. Ce bip peut être agaçant pour les personnes qui rognent les lignes blanches dans les routes sinueuses. Ne vous inquiétez pas, vous pouvez le désactiver sans soucis à votre convenance. En cas de dépassement, le détecteur ne sonnera pas. Il ne détecte que les franchissements "involontaires". Le détecteur d'angles morts Avant de dépasser nous pensons tous à rétroviseur (en tout cas j'espère que c'est vraiment le cas pour vous). Cependant, dans le feu de l'action, nombreux sont ceux qui zappent leur angle mort et ne voient pas une moto ou une voiture. Ce détecteur fera clignoter un pictogramme si un véhicule se trouve dans votre angle mort. Bien entendu, cela n'empêche pas de vérifier mais au moins il permet d'être préparé à un véhicule caché. Les feux automatiques Lorsque la nuit tombe durant la conduite, notre vue s'adapte rapidement à l'obscurité. Si la ville est équipée de lumières, vous pouvez facilement oublier d'allumer vos feux de croisement. Certains modèles permettent d'avoir des feux de position allumé dès que la pénombre tombe. D'autres modèles permettent d'avoir des feux de route automatiques. Ils sont pratiques pour éviter de jongler entre feux de croisement (s'il y a une voiture en face) et feux de route. Connaitre la limitation de vitesse Si on n'active pas le GPS, on peut facilement oublier quelle est la vitesse maximale autorisée. Vous pouvez équiper votre voiture d'une caméra qui détecte les panneaux de vitesse. Malheureusement, il ne détecte pas les panneaux rectangulaires (entrée dans une agglomération) et les panneaux abîmés ou tagués. Je vous déconseille de vous y fier à 100% mais en cas de doute cela peut tout de même être très pratique. Certaines options comme des sièges chauffants ou un accoudoir peuvent vous donner envie d'investir dans une option. Si votre budget est limité, je vous conseille de réfléchir plutôt aux options qui faciliteront votre conduite, elles sont de plus en plus abordables. Et vous, quelles options vous ont fait craquer?
  24. Vous serez amené à changer la courroie de distribution à de nombreuses reprises. La courroie de distribution est effectivement une des pièces les plus sollicitées lorsque votre voiture est en marche. Elle a pour rôle de veiller à ce que tous les éléments du bas et du haut moteur fonctionnent bien. A savoir l’alignement du vilebrequin et des arbres à cames, et la synchronisation des pistons et des soupapes. La courroie de distribution est très sollicitée, malheureusement, elle n’est pas des plus solides. Faite de caoutchouc, au fil du temps, elle finit par sécher, par fléchir et peut même se casser si on ne fait pas attention. Or, vous l’aurez compris, toute détérioration au niveau de cette pièce peut avoir des conséquences graves sur la motorisation de votre véhicule. Et cela peut vous coûter très cher. Quelle est la durée de vie d'une courroie de distribution ? A quel kilométrage faut-il changer sa courroie ? Découvrez quand et comment changer sa courroie de distribution. Quand changer sa courroie de distribution ? Le changement de la courroie de distribution est nécessaire lorsque vous devez installer ou remplacer le joint de culasse ou la pompe à eau. Il est préconisé à partir du moment où vous constatez des signes d’usure. Et au bout d’un certain temps, usure ou pas, elle devient obligatoire. Changer de courroie de distribution – Les signes d’usure Votre courroie de distribution est usée et doit être changée dans les cas suivants : La voiture émet des bruits inhabituels, souvent saccadés lorsqu’on accélère. La voiture est souvent calée lorsqu’on s’arrête soudainement. La voiture est difficile à démarrer et semble présenter des soucis d’allumage. La voiture n’est plus aussi performante qu’avant. Si vous remarquez l’un des signes ci-dessus, cela veut dire que la courroie de distribution est trop vieille et que vous devez la changer. Changer de courroie de distribution en l’absence d’usure Même si aucun signe d’usure n’est constaté, changer sa courroie de distribution devient obligatoire au bout d’un certain temps, après une certaine distance parcourue. En règle générale, elle doit être remplacée tous les 5 ans à 10 ans, soit tous les 60 000 à 160 000 kilomètres. Et ce, en fonction du modèle de la voiture, de la marque et de son année de sortie. Voilà pourquoi, pour ne pas vous tromper, mieux vaut vous fier au carnet d’entretien du véhicule et au kilométrage préconisé par le constructeur à l’achat. La bonne nouvelle, c’est que chez les modèles récents, la courroie de distribution a été nettement améliorée. L’intervalle entre deux changements est donc plus importante. C’est le cas par exemple pour la Dacia Duster sortie en 2010. Le changement de sa courroie de distribution n’est conseillé que tous les 160 000 km. Alors que pour la Clio II de Renault qui date de 2001, ce changement doit se faire tous les 120 000 km. Comment changer sa courroie de distribution ? Vous pouvez changer vous-même votre courroie de distribution, à condition que vous soyez bien calée en mécanique. Si vous ne vous y prenez pas bien en effet, vous risquez de causer des dommages au moteur et la conséquence peut être désastreuse : des réparations coûteuses plus l’immobilisation de votre voiture pendant un long moment. Pensez-y donc à deux fois ! Si vous avez des doutes ou si vous pensez que vous n’allez pas y arriver, mieux vaut faire appel à un garagiste. Les étapes à suivre pour changer sa courroie de distribution Etape 1 Surélevez la voiture et retirez la roue sur le côté concerné, puis procédez à la dépose de la courroie d’accessoires et des caches de distribution. Prenez un feutre blanc ou une craie, et marquez la position des poulies. Ces choses faites, calez le moteur et procédez également à la dépose de la poulie dumper, desserrez le galet tendeur et retirez la courroie de distribution. Etape 2 Prenez la nouvelle courroie de distribution et à l’aide votre feutre blanc, marquez les repères prélevées sur l’ancienne. Puis, retirez les galets tendeurs, les enrouleurs ainsi que la pompe à eau. Etape 3 Installez la nouvelle pompe à eau et remettez les galets tendeurs et les enrouleurs à leur place. Posez la courroie en veillant à ce que tout soit bien à sa place en vous aidant des repères préalablement marqués. Serrez le galet tendeur, remettez la poulie dumper et reposez les caches de distribution. Etape 4 Le montage terminé, démarrez la voiture et accélérez. Si la voiture se met à vibrer et à émettre un bruit inhabituel lorsque vous décélérez, cela signifie que la tension de la courroie n’est pas encore la bonne. Si à l’accélération, la voiture émet un sifflement, cela signifie que la tension est trop forte et qu’il faut la diminuer. Lorsque vous aurez trouvé la bonne tension, remettez la roue en place et faite descendre la voiture. Le prix pour faire changer sa courroie de distribution par un professionnel Autant vous prévenir, faire changer votre kit de distribution par un garagiste n’est pas du tout donné. En particulier si le changement est motivé par une usure. En fonction du modèle de la voiture et des tâches à effectuer, vous devez prévoir entre 500€ et 1000€.
  25. Lorsque votre volant est droit, votre voiture est censée avancer tout droit. Si elle tire sur la gauche ou la droite c'est que quelque chose ne va pas. Si cela vous gêne lors de votre conduite, ne pensez pas que le problème sera résolu en tenant fermement le volant de votre véhicule. Il n'y a pas toujours besoin de consulter un mécanicien mais une vérification du véhicule s'impose. Aujourd'hui je vous présenterai les différentes raisons qui font que votre voiture a tendance à tirer à droite ou à gauche. Pourquoi ma voiture tire à droite ? Que faire si ma voiture tire à gauche ? Pourquoi une voiture tire à droite ou à gauche malgré les réglages de parallélisme ? Découvrez dans cet article toutes les causes possibles du fait que votre voiture tire à droite ou à gauche, ainsi que les solutions pour résoudre ce problème. La pression des pneus Vérifier la pression des pneus La pression des pneus est primordiale pour que votre véhicule puisse rouler convenablement. C'est un cas très classique et heureusement pour nous, cela coûte rien de vérifier et corriger la pression des pneus. Suivez les indications du constructeurs, en général elles se trouvent au niveau de la portière avant du conducteur. Les pneus avant n'ont pas la même pression que les pneus arrière. Cependant la pression des pneus avant droite et gauche doit être équivalente (idem pour les pneus arrière). Si ce n'est pas le cas, arrangez ça au plus vite. Cette différence influe fortement sur la route. Par exemple, si le pneu avant droit est plus dégonflé, il y a une forte probabilité que la voiture tire vers la droite. Ajuster la pression des pneus Il est très très simple d'ajuster la pression des pneus. De nombreuses stations services mettent à disposition des stations de gonflage (gratuite ou payante). Ajuster la pression des pneus en fonction des recommandations constructeur. Cette opération prend environ 1 minute par pneu. Vous pouvez porter des gants si vous ne voulez pas vous salir les doigts. Le parallélisme des roues Si la pression des pneus est bonne (ou si le problème n'est toujours pas résolu), cela signifie que le souci est ailleurs. Le parallélisme des pneus est primordiale pour avoir une bonne trajectoire. Des roues non alignées feront dévier votre véhicule. En général, un souci de parallélisme est visible sur les pneus. Si vous remarquez une usure extérieure ou intérieur au niveau des pneus c'est qu'il y a un défaut de parallélisme. Je vous conseille de vous rendre dans un magasin spécialisé pour effectuer le changement des pneus (s'ils ne sont plus en bon état) et demander de réajuster le parallélisme des pneus. Les amortisseurs Si les dos d'âne sont de plus en plus difficiles à passer (inconfort) c'est que vos amortisseurs sont certainement fatigués. L'usure des amortisseurs est souvent irrégulière. Cela peut se ressentir lors de votre trajet, votre voiture aura tendance à tirer vers le coté le plus usé. Il y a un moyen simple et rapide de voir si vos amortisseurs sont usés. Lorsque votre voiture est à l'arrêt, ouvrez votre coffre et poussez un coup sec avec votre pied. Si votre voiture est encore secouée au bout de 10 secondes c'est que les amortisseurs sont usés. Un mécanicien pourra vous le confirmer et vous changer les amortisseurs. Les roulements de roue Si votre roulement de roue est usé, la résistance à la route sera complètement faussée. Votre véhicule aura tendance à tirer vers le coté usé (ce sera donc toujours le même coté). Pour effectuer la vérification, il suffit d'être équipé d'un cric. Soulevez votre voiture et faites tourner la roue dans le vide. Si vous entendez un bruit anormal, plus besoin de chercher, le souci vient de là. Vous devriez entendre un bruit de frottement. Les trains roulants Si vous ne trouvez vraiment pas de solutions, ils restent une dernière chose à vérifier avant d'être désespéré. Vous pouvez vérifier (ou faire vérifier) les rotules, les biellettes de direction ou les silentblocs. Une quelconque usure peut modifier la géométrie du train avant et provoquer ainsi vos problèmes de trajectoires. Si vous rencontrez des soucis malgré toutes ces vérifications, cela signifie que votre cas n'est pas classique. N'hésitez pas à consulter un mécanicien ou un magasin spécialisé et précisez-leur toutes les vérifications effectuées. Donnez-leur un maximum d'informations, écoutez bien le bruit de votre voiture lorsque vous avez le souci. Plus vous aurez d'informations, au mieux vous trouverez les solutions adéquates. Si vous êtes amenés à transporter une charge importante, je vous conseille de placer le maximum de poids du coté où la voiture ne tire pas. Cela permettra d'équilibrer un peu.
×
×
  • Créer...