Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    136
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Eveline Luca

  1. Beaucoup sont ceux qui éprouvent de la difficulté dans le processus d’obtention d’un permis de conduire. Pourtant il s’agit d’un ticket en or qui peut ouvrir plusieurs portes d’opportunités. Pour venir en aide aux jeunes conducteurs, l’Apprentissage Anticipé de la Conduite (ACC) a été créé. C’est un système permettant aux apprentis conducteurs de conduire dès le plus jeune âge. Est-ce un avantage de commencer à conduire à cet âge-là ? Comment mettre en place une conduite accompagnée sur le long terme ? Cet article vous livre tout ce qu’il faut savoir sur ce concept qui devient de plus en plus recouru en France. Quelles sont les conditions pour la conduite accompagnée ? Tout adolescent est impatient de commencer à conduire. Cela lui donne l'impression de gagner en indépendance. L’âge du conducteur Au minimum pour une conduite accompagnée, l’apprenti doit avoir 15 ans. Sous réserve d’un accord émanant de ses représentants légaux puisqu’il est encore mineur : parents ou tuteurs. L’objectif de ce type de conduite est de se familiariser avec la conduite de voiture, tout en étant surveillé et assisté. Ceci permet d’acquérir une expérience au volant, avant même d’avoir le permis. Ce qui n’empêche pas les adultes de se prêter à la pratique, ils peuvent aussi bien en bénéficier. Ce peut être pour une mise à jour des acquis ou tout simplement pour s’améliorer. Il faut dire que les techniques évoluent avec le temps. Les accompagnateurs avec leurs expériences en la matière disposent certainement de nouvelles astuces pertinentes. Un cours théorique qui s’impose Il s’agit de la première étape. Des cours pendant lesquels, les apprentis conducteurs reçoivent des leçons sur les codes de la route. Ce qui est évident car aucun conducteur ne peut prétendre à ce titre sans maîtriser ces codes qui régissent le trafic. A la suite de quoi les élèves sont soumis à une évaluation. Le test se présente sous forme de QCM - le but étant de commettre le moins d’erreurs possible, car des notes sont attribuées à chaque candidat. Une notation susceptible de retarder les conduites. La moyenne est exigée. Les bases théoriques acquises, le conducteur novice bénéficiera d’une conduite supervisée. Celle-ci dure généralement 20h avec un moniteur, et 2 heures avec votre accompagnateur. Ensuite, le candidat peut s’inscrire auprès d’une auto-école de son choix pour un apprentissage anticipé. Quel budget prévoir pour la conduite accompagnée ? Généralement, le coût de la conduite accompagnée est moins cher par rapport à la formule classique, malgré le fait que celle-ci dure plus longtemps. Le prix peut changer d’une auto-école à une autre et d’une région à une autre. La conduite accompagnée proprement dite, varie entre 75€ et 100€. La formation avec le moniteur et les rendez-vous pédagogiques sont inclus dans ces frais. Concernant l’examen de code, le frais d’examen va de 300 € à 400 €. A noter qu’à part la formation elle-même, les charges administratives et les fournitures pédagogiques sont aussi incluse. Le coût total en vue d’obtention d’un permis de conduire, option conduite accompagnée est échelonné entre 1 200 € à 2 400 €. Quelques notes importantes Il est important de mettre en place un planning de conduite accompagnée. Cela va rassurer les parents et faire comprendre au futur conducteur qu'il y a des règles à suivre sur la route. L'accompagnateur, élément important dans la conduite accompagnée Comme son nom l’indique, une conduite accompagnée nécessite évidemment un accompagnateur. Celui-ci peut être un membre de la famille, ou une tierce personne. Il faut juste qu’il ait un permis B, pendant une durée de plus de 5 ans d’affilé - période pendant laquelle il ne devrait pas avoir commis une infraction grave. L’accompagnateur devrait être présent au cours de tous les déplacements du conducteur novice. Son rôle est de le guider au début d’apprentissage. L’objectif est d’aider l’apprenti conducteur à s’habituer à tous les gestes pratiques en cours de route. Son rôle ne s’arrête pas à l’accompagnement, il assiste, apprend, aide et supervises les conduites de son compagnon de route. De façon à faciliter l’obtention de son permis au moment voulu. Qu’en est-il de l’assurance? Le frais d’assurance est réduit en conduite accompagnée. L’assurance est une charge irréversible pour tout conducteur. Tous sommes à la recherche de prestataires moins chers mais fiables. Selon la tendance générale, une assurance jeune auto coûte plus cher qu’une assurance pour conducteur expérimenté. Les compagnies d’assurances considèrent que ceux qui ont bénéficié de ce type de conduite, commettent moins d’accidents qu’un conducteur novice. Contrairement à ce qu’on peut le croire, les assureurs offrent des tarifs plus alléchants aux conducteurs qui optent pour la conduite accompagnée. Ils confirment que les apprentis conducteurs, sont plus rodés sur route. Avantages et conseils Voici quelques conseils pour une conduite accompagnée sereine autant pour l'accompagnateur que pour le conducteur. Avantages de la conduite accompagné Le premier avantage, est la possibilité de conduire avant d’avoir même le permis. La probabilité de réussite au permis de conduire est ainsi élevée. Comme l’âge minimum requis est de 15 ans, le conducteur peut avoir son permis à 17 ans et demi. Tandis que pour un permis classique, il devrait attendre d’avoir 18 ans pour être assignée une autorisation de conduire. La période probatoire du permis pour accumuler les 12 points nécessaires est réduite en deux ans seulement. Tandis que pour la formule classique, ces points sont accumulés en trois ans. Grâce à cet apprentissage anticipé, le taux d’accidentologie des jeunes conducteurs est en baisse. Quelques conseils pratiques La rigueur est un point d’honneur à prioriser pour la réussite d’une conduite accompagnée. Car à vrai dire, à l’âge de 15 ans bon nombre d’adolescents ne sont pas encore assez matures. Ils sont alors pressés à l’idée de pouvoir conduire en avance. Cette excitation peut les amener à trop prendre confiance en eux pour ensuite tenter de rouler, seul ! Sans parler du fait qu’ils sont du genre à se lasser rapidement.
  2. Adeptes des longs voyages en voiture, vous aimerez amener votre tout-petit avec vous? Êtes-vous mitigé, en pensant qu’il est encore trop fragile? C’est normal que vous vous souciez de son confort. Dans ces cas, les parents craignent que leur bout de chou s’ennuie. Mais encore, cela peut être une source de stress pour lui. Ce guide pratique est dédié à ceux qui désirent se déplacer en voiture pour un long trajet, avec des enfants en bas âge. Comment voyager en voiture avec bébé ? Comment faire un long trajet en voiture avec bébé ? Cet article vous vous donne des informations pertinentes pour que votre bébé soit à son aise pendant toute la route. La préparation, un mot d’ordre Décider de voyager sur un coup de tête avec un bébé, c’est risqué. Il est vivement recommandé de laisser les voyages à l’improviste de côté. Vous êtes tenus de vous préparer méticuleusement. Essayez d’anticiper autant que possible tout ce qui va se passer. De sorte à ce qu’il n’y ait aucune surprise. Commencez par dresser une liste : des tâches à faire avant et pendant le trajet. Vous devez connaître en avance l’état de la route et le type trajet pour ensuite évaluer s’il serait bénéfique pour le petit passager. D’autre part, tâchez de prévoir l’endroit où vous allez prendre les pauses comme le restaurant où vous allez manger. Vous pouvez aussi vérifier sur internet les distractions en route : restaurants, aires d’autoroute... Car il vous faut opter pour un endroit adapté à un enfant en bas âge. Plus le voyage est bien préparé, plus ça ira mieux. Bien choisir l’horaire de départ limitera les ennuis. Le mieux c’est de partir très tôt le matin, ou pendant les heures de la sieste. Ainsi, il va s’endormir au bout de quelques heures après le départ. Un grand dodo est toujours un ticket gagnant pour les parents. Programmez aussi ce que vous allez faire une fois arrivés à destination. L’objectif est de préserver votre enfant autant que possible de toute mauvaise réaction face aux éventuels changements. Quoi emmener pour un long voyage en voiture avec bébé ? Les affaires dont bébé aura besoin doivent être listées, afin d’éviter tout oubli. En l’occurrence : Ses repas ; s’il boit encore que du lait, un chauffe-biberon est indispensable. Dans le cas où il mange du repas, optez pour des préparations digestes. Les petits pots de légumes sont idéals, avec du laitage et de la compote. Il faut avoir en réserve des collations, au cas où le voyage se tarde avec les bouchons. Les bouteilles d’eau sont importantes, non seulement pour bébé, mais pour vous les parents. Il faut se désaltérer pendant les kilomètres à parcourir, surtout en été. Concernant les vêtements, ils doivent être confortables. Bien choisir les matières avec lesquelles ils sont fabriqués. Tout habillement en jean, serré, avec des fermetures éclairs, n'est pas conseillé. Il est recommandé d’emmener des vêtements agréables aux bébés, avec des matières en coton, et en tissus extensibles. Pendant l’hiver, vous devez prévoir une petite couverture. Le sac à langer est très pratique. Vous pouvez y mettre : des vêtements de rechange, des couches, des lingettes, et de la crème. Quelques accessoires comme un doudou, un oreiller de voyage, un pare-solaire, et des jouets pourront aussi vous être utiles. Comment divertir votre bébé pendant le voyage ? Il est à rappeler que le bébé a peur du changement. De ce fait, il faut le mettre dans un environnement où il se sent à peu près comme chez lui. Étant encore petits, les bébés ne savent pas exprimer leur sentiment. D’habitude, quand le voyage est trop long, ils sont stressés. L’ennui génère de la frustration, et la frustration se manifeste par des pleurs chez les enfants en bas âge. La solution, c’est de les occuper, afin qu’ils ne sentent pas trop la durée du trajet. Le mieux est donc d’emmener son doudou ou bien un de ses jouets préférés. Tout en prévoyant d’autres joujoux car il se peut qu’il en ait assez. Des marionnettes, des livres faciles à feuilleter sont vivement conseillés. Organiser des jeux en famille est un autre moyen d’oublier la longue distance. Même si votre bébé est encore tout petit, il sentira les ondes positives dans la voiture pendant l’animation. Encore mieux, s’il est déjà assez grand pour participer. Écouter des comptines et des histoires pour enfants plaira à votre bout de chou. Cela va l’apaiser et l’amuser tout au long du trajet. Préparer une playlist s’impose alors. Quand prendre des pauses ? L’idéal, c’est de s’arrêter au bout de 2 heures à 3 heures de route. Ceci n’est pas une obligation, chacun a son propre rythme. Tout dépend de vous et de votre bébé. Si après 3 heures de voyage, il est encore endormi, n’hésitez pas à continuer la route. En cas de signe de fatigue du côté des parents, il faut tout suite s’arrêter, car votre sécurité de celle des autres passagers en dépend. Stoppez-vous dans une aire d’autoroute, avec de la verdure. Pendant les breaks, sortez votre bébé de la voiture. Si le petit est déjà en âge de marche, il faut le laisser gambader autant qu’il le veut. Ça va l’aider à se dégourdir les jambes. C’est le meilleur moment pour les encas. Profitez de l’arrêt pour donner à manger et à boire au bébé. La pause est également l’occasion parfaite pour vérifier les vêtements de vos petits. En cas de chaleur, ou de froid, il faut savoir adapter leur habillement à la température. N’oubliez pas de contrôler sa couche sale pour le laver à temps. Lors du break, les parents doivent par la même occasion se ressourcer au maximum. Un long voyage peut être une occasion de découvrir des expériences fortes, même si avec un bébé ce n’est pas si évident. Et c’est également loin d’être facile. Des préparatifs minutieux s’imposent et sont primordiaux. La rigueur, l’organisation ainsi que l’anticipation sont les bases d’un voyage réussi en compagnie d’un bébé. Du moment que vous suivrez ce guide, vos appréhensions du long trajet avec un tout petit disparaîtront petit à petit. Vous serez aptes à conduire avec sérénité. Votre tenue de route sera améliorée et vous serez en sécurité. Ainsi, vous pourriez savourer pleinement de ce moment en famille. Bébé sera habitué à voyager, et ne craindra aucun trajet.
  3. Désormais, l’accès aux circuits ne fait plus l’objet de plusieurs restrictions. Les journées circuit sont faites pour les passionnés d’automobile. Vous n’avez plus besoin d’avoir une voiture préparée comme les voitures de courses, d’une expérience signifiante de pilotage ou bien d’un investissement important. Une journée circuit est un moment idéal pour mettre à l’épreuve la performance de votre voiture. Souhaitez-vous vivre la meilleure expérience possible en pilotant votre propre voiture sur circuit ? Découvrez dans notre article les atouts de rouler sur circuit avec son véhicule personnel, les obligations légales en la matière, les assurances à souscrire et nos conseils pour choisir le circuit. Les bonnes raisons de rouler sur circuit avec sa propre voiture Piloter sa propre voiture sur circuit permet de découvrir la vitesse et la maniabilité de celle-ci. Elle aide à maîtriser mieux votre véhicule. Elles ne sont pas seulement dédiées aux propriétaires de voitures de courses. Vous pouvez emmener votre voiture pour faire un tour sur piste. Les journées circuit représentent une opportunité pour les pilotes de se rencontrer, un moment de partage entre les amoureux de l’automobile. Même si vous ne possédez pas une vocation pour les compétitions, vous pouvez profiter pleinement d’une journée circuit. Le but de la conduite sur circuit est d’offrir un maximum de plaisir au volant et non la compétition. Cela n’exclut pas les propriétaires de voiture de course, qui peuvent continuer à exploiter la capacité de leurs voitures. C’est une occasion de découvrir le potentiel de votre voiture. De nombreux passionnés de l’automobile se donnent rendez-vous pendant ces journées spéciales. Elles réunissent les amateurs des voitures de sport et des voitures de course. Un lieu d’échange adapté pour obtenir des conseils techniques ou pour tester un nouveau modèle de voiture. Les conditions à respecter Seulement certaines conditions doivent être respectées : un permis de conduire, une voiture en règle. Le pilote doit être âgé de 18 ans révolu. À part les assurances, le pilote doit s’assurer du bon fonctionnement de la voiture : frein, pneus, etc. Les autres conditions imposées varient d’une organisation à une autre. Afin de participer aux sessions, elle peut exiger que votre voiture soit révisée par un professionnel de manière régulièrement. La voiture ne doit pas émettre un niveau sonore qui dépasse les 90 décibels. De ce fait, il faudra un échappement adapté. Il n’existe pas de restriction quant aux catégories de voitures. Voitures de sport ou voitures de course, la majorité des voitures sont autorisées sur circuit. Profitez d’un moment de partage exceptionnel. Pour des raisons de sécurité, les conducteurs doivent assister à un briefing durant une vingtaine de minutes. Des séances de coaching sur les techniques de pilotages sont proposées aux conducteurs par les professionnels avant d’entrer sur la piste. Les stagiaires en pilotage sont accompagnés par un instructeur. Il lui donne des conseils, des corrections sur la position, le freinage ou bien la trajectoire. Il encadre les stagiaires. Quelles assurances pour piloter sur circuit ? Le roulage sur circuit est un divertissement risqué non seulement pour le conducteur, mais aussi pour les biens. On n’est pas épargné des risques d’accidents sur piste. Il faudra donc choisir une assurance performante. Les responsables du circuit contrôlent a priori votre assurance avant de vous passer le volant. Ils exigent une attestation valable qui couvre les dommages causés aux tiers. Afin de piloter en toute légalité, il faudra aussi souscrire à une assurance qui offre des garanties pour rouler en circuit. Il convient alors de vérifier si votre contrat d’assurance couvre le roulage sur circuit. En général, une formule basique ne prévoit pas une protection pour le pilotage sur circuit. Dans ce cas, vous êtes amené à souscrire une assurance Responsabilité Civile roulage circuit. Cette dernière couvre tous les dommages causés aux tiers dans le cadre des tours de piste. Si vous avez souscrit la formule tous risques, elle inclut en principe des garanties dommage. Toutefois, prenez le temps de vérifier le contenu de votre contrat d’assurance. Parfois, la conduite libre sur piste n’est pas exclue par le contrat d’assurance classique. Il protège les essais libres non chronométrés. Par contre, il ne couvre pas les compétitions ou roulage chronométré. Vous avez le droit d’obtenir une confirmation de la part de votre assureur sur l’étendue des couvertures. Selon votre budget, vous pouvez aussi souscrire une assurance qui couvre les dommages corporels du conducteur. Elle offre une protection en cas de blessures, invalidité ou de décès. Cette assurance est facultative tandis que l’assurance responsabilité civile est le minimum exigé par la réglementation. Les risques d’accidents sont plus élevés pour les stagiaires. Le circuit qui propose des stages de pilotage doit souscrire une assurance pour toutes les infrastructures, les véhicules utilisés et les spectateurs. Choisir le bon circuit Pour être à la page des différentes sessions de pilotage régionales, faire partie d’une association ou club reste la meilleure solution. Les clubs vous permettent de se renseigner sur les sorties et les actus autour des journées circuit. À cause de cette ouverture du circuit à un public plus élargi, une grande variété de voitures sont présentes lors d’une journée de roulage. Cependant, les organisateurs peuvent prévoir une répartition des pilotes selon la puissance des voitures. Vous avez aussi la possibilité de fixer un rendez-vous en ligne à cause du nombre de participants à ces événements. Il ne reste plus qu’à choisir votre circuit. Les offres de sortie circuit cartonnent sur Internet. Il faudra opter pour la bonne organisation surtout pour franchir les premiers pas. Pour faire le meilleur choix, il faut tenir compte de quelques critères. D’abord, les sorties à bas prix manquent généralement d’encadrement et se font avec plusieurs participants. Ainsi, il faut se méfier des tarifs très bas. Dans la pratique, ces offres sont plutôt adaptées aux conducteurs expérimentés, qui n’ont plus besoin d’accompagnement. On peut bénéficier des conseils et assistances les plus complets auprès d’un club. Le nombre de participants est limité. Pourtant, les prix des sorties sont plus chers. Ils varient selon les prestations fournies. Les services sont plutôt adaptés aux pilotes novices qui ont encore besoin d’instructeurs. Le club accueille des stagiaires en pilotage. Le bon organisateur est aussi celui qui prévoit des garanties de sécurité fiables. Pour terminer, le dernier critère est basé sur le type de circuit. Il existe des circuits qui ne sont pas faits pour les pilotes novices. D’autres ne sont pas adaptés à certaines catégories de voitures sportives. Les circuits pour les compétitions sont déconseillés aux débutants. Si vous avez décidé de tenter l’expérience et conduire votre auto sur un circuit, n’oubliez pas de souscrire à une assurance appropriée. Pour comparer les offres, vous pouvez utiliser ce comparateur d’assurances gratuit et sans engagement :
  4. Au bout d'un certain temps, les enjoliveurs de roues s’écaillent et sont endommagés. Au lieu de dépenser de l’argent pour acheter de nouveaux accessoires, vous pouvez décider de garder et repeindre vos enjoliveurs, une solution efficace pour économiser votre budget. Mais pourquoi repeindre les enjoliveurs de roues ? Ces équipements offrent principalement un atout esthétique pour votre voiture. Leur rôle décoratif implique qu’ils doivent être de bon état. De plus, ils assurent aussi un rôle de protection aux jantes de votre voiture. De ce fait, il faut les entretenir régulièrement. On distingue généralement un enjoliveur métallique et un enjoliveur en plastique. Les étapes de réparation sont les mêmes. La peinture requiert des travaux de préparation pour obtenir un meilleur résultat. De nombreux spécialistes de la voiture offrent des services de réparation de vos équipements. Cependant, vous pouvez vous-même effectuer ce petit bricolage chez vous. Il faudra rassembler les matériaux indispensables pour mener à bien les travaux. Alors comment procéder pour réparer et repeindre ses enjoliveurs ? Retrouvez dans notre article quelques instructions importantes à suivre. Démontage de l'enjoliveur Il faut commencer par le déclipsage. Cette première étape consiste à enlever d’un coup l’enjoliveur de votre voiture. Elle peut se faire avec un tournevis à tête plate et avec pression. Ce dernier va servir à retirer l’enjoliveur en glissant doucement la pointe du tournevis entre le couvercle et la roue. Vous pouvez aussi encastrer à la main les enjoliveurs. Un premier nettoyage est utile avant de poncer les enjoliveurs. Un dégraissage avec du phosphate trisodique fera l’affaire. Nettoyage Le dégraissage est incontournable avant tous travaux de peinture. Un nettoyage s’avère nécessaire pour un meilleur résultat. Il est indispensable pour éliminer les poussières et les saletés encrassées. Pour ce faire, il faut se munir de quelques matériels comme une éponge, un chiffon, une quantité d’eau importante pour le rinçage, un masque pour éviter les poussières et fumées toxiques. L’utilisation des produits naturels pour vos enjoliveurs vous permet de faire un peu d’économie pour l’entretien de votre voiture et offre en même temps des résultats satisfaisants. Cependant, les astuces naturelles nécessitent plusieurs applications. Il en est par exemple de vinaigre blanc ou du bicarbonate de soude. À titre d’illustration, vous pouvez utiliser pour le premier lavage, de l’eau tiède et du savon puis rincer. Faites un mouvement circulaire pour mieux nettoyer la surface. Un deuxième lavage avec des produits nettoyants permet d’enlever les résidus issus du ponçage et laisser sécher soigneusement avant de commencer la peinture. Ponçage Le ponçage est utile pour enlever les éraflures sur la surface de l’enjoliveur. Pour ce faire, vous avez besoin de papiers de verre. Il faut poncer le couvercle de la roue avec un papier à poncer afin d’obtenir une surface bien lisse. Sablez la partie endommagée par un papier de verre grain 320, puis utilisez un papier de verre grain 600 et terminez le ponçage avec un papier de verre 1000 à 1500. Il convient d’insister sur la zone qui comporte plus de rayures. Passez ensuite au deuxième nettoyage. Il n’est pas toujours utile. Vous pouvez seulement les essuyer avec un chiffon. La peinture Une fois les surfaces bien préparées, vous pouvez procéder à la peinture. Voici les étapes à suivre pour repeindre vos enjoliveurs. Opter pour un endroit bien aéré pour la peinture. Toutefois, évitez un lieu exposé au vent. Mettre les enjoliveurs sur des papiers journal. Recouvrir de scotch l’insigne de la marque de votre enjoliveur ou bien toute partie que vous ne souhaitez pas peindre. Une fois, la peinture finie, appliquez sur la partie couverte par le scotch un coton imbibé d’alcool qui va faire disparaître les traces des scotchs. Pour une meilleure tenue de la peinture, il convient d’appliquer un apprêt surtout pour les enjoliveurs en plastique. Un primaire spécial permet aussi de restaurer les éraflures issues du ponçage. Attendre 10 minutes et ajouter une deuxième couche d’apprêt. Laisser sécher l’apprêt. Appliquer la première couche de peinture avec une bombe aérosol de l’intérieur à l’extérieur. Secouer la bombe avant de peindre. La peinture en aérosol est plus facile à utiliser. C’est une solution efficace pour atteindre la partie moins accessible. Vous pouvez toujours opter pour une peinture par pulvérisation. Cette dernière offre un large choix de peintures fabriquées spécialement pour les plastiques automobiles. Peindre une deuxième et troisième fois la surface de l’enjoliveur. Un délai de séchage de 30 minutes est nécessaire avant la finition. Pour finir, il faudra mettre un revêtement transparent. Le vernis offre une finition plus résistante à votre enjoliveur. Passer jusqu’à trois couches de vernis pour un rendu bien lisse. Remontage Le temps de séchage dure au minimum 24 heures. Il faut attendre qu’il sèche complètement et passer au remontage. Ce dernier demande plus de vigilance. Les enjoliveurs en plastique restent fragiles et vous risquez de les abîmer. Il est recommandé de le faire à la main. Pour remonter les enjoliveurs, les armatures métalliques sont indispensables pour fixer l’enjoliveur sur la roue. Elles servent de croches et aussi à préserver la solidité de votre équipement. Après avoir fixé l’armature, il faut s’assurer que la valve et l’encoche se coïncident. Pour finir, clipsez l’enjoliveur et frappez sur toute la circonférence de la roue avec le poing jusqu’à ce qu’il soit fixé efficacement sur la roue.
  5. Savez-vous ce qu’est la puissance fiscale d’un véhicule ? Plus communément connue sous l’acronyme “CV”, elle informe sur le nombre de chevaux fiscaux de votre voiture. Qu’est-ce que la puissance fiscale ? A quoi ça sert ? Comment la calculer et où la trouver sur la carte grise ? Nous vous disons tout sur la puissance fiscale de votre véhicule. Qu’est-ce que la puissance fiscale d’un voiture ? Pour faire simple, la puissance fiscale ou le nombre de chevaux fiscaux d’une voiture définit la puissance de son moteur, mais uniquement en théorie. On a effectivement tendance à confondre la puissance fiscale et la puissance réelle du moteur. Or, il s’agit de deux choses complètement différentes. La puissance fiscale d’une voiture est exprimée en watts ou en kilowatts. Tandis que la puissance réelle elle, est exprimée en ch (chevaux-vapeur) et détermine vraiment la puissance du véhicule au niveau des roues. Puissance fiscale d’un véhicule - A quoi ça sert ? La puissance fiscale d’une voiture est nécessaire dans deux situations : pour déterminer le coût de la carte grise et pour déterminer la valeur de la prime d’assurance. La puissance fiscale d’un véhicule et la taxe d’immatriculation Le nombre de chevaux fiscaux est la donnée principale qui permet de calculer la taxe d’immatriculation de votre véhicule, en d’autres termes, le coût du certificat que l’on connaît sous l’appellation carte grise. Pour obtenir le prix total de votre certificat d’immatriculation, vous devez multiplier le coût de votre cheval fiscal dans votre région au nombre de chevaux fiscaux de votre voiture. Vous devez savoir en effet que le coût d’un cheval fiscal varie d’une région à l’autre en France. La puissance fiscale du véhicule et la prime d’assurance La puissance fiscale est également utilisée pour calculer le montant de la prime de votre assurance auto. Et ce, au même titre que la marque, le modèle, le lieu de stationnement et l’usage de votre voiture. Voilà pourquoi, on recommande souvent à l’acheteur - lors de l’achat d’un nouveau véhicule - d’intégrer le nombre de chevaux fiscaux dans la liste des critères de choix. Car plus un véhicule est puissant, plus il est capable de rouler vite, plus il risque de provoquer un accident. En conséquence, plus la prime d’assurance risque d’être élevée. Comment calculer la puissance fiscale d’un véhicule ? La puissance fiscale de votre voiture est indiquée au dos de votre certificat d’immatriculation (ou carte grise), plus précisément à droite, dans la case P6, en haut de la U1. Selon l’article 62 de la loi n° 98-546 du 2 juillet 1998, pour calculer le nombre de chevaux fiscaux pour une voiture donnée, vous devez appliquer la formule ci-dessous : PF = (Emission de CO2:45) + (Puissance du moteur: 40) * 1,6 L’émission de CO2 est exprimée en gr/Km La puissance du moteur est exprimée en kW, sachant que 0.736 kW est égale à 1 ch.
  6. Choisir un véhicule adéquat pour une famille nombreuse n'est pas toujours évident. Quelle voiture familiale acheter en 2019 ? Quel modèle choisir quand on cherche une voiture familiale idéale ? Voici un top 5 des meilleures voitures familiales en 2019 tenant compte des points suivants : l'usage, le confort, l'espace à bord, la sécurité et la performance du véhicule pour un meilleur choix. La Citroën C4 Picasso 7 places Parfait pour les familles nombreuses, ce monospace 7 places demeure un incontournable. L'habitabilité, la capacité de chargement ainsi que la modularité le situent à la hauteur des meilleurs monospaces compacts. Quatre adultes de taille moyenne peuvent s’installer à l'arrière place, les deux sièges de la dernière rangée sont adaptés aux enfants pour les longs trajets. En ce qui concerne le confort esthétique, la principale distinction de la Citroën C4 Picasso tient dans la présence d’un immense toit panoramique. Nombreux sont les équipements de sécurité qui sont intégrés dans ce modèle de voiture, dont notamment le système de freinage ABS, avec répartiteur électronique de freinage (REF) et assistance au freinage d’urgence (AFU). A l'appui il y a l’antipatinage, l’antidérapage, deux airbags frontaux pour le conducteur et les passager, deux airbags latéraux avant thorax, deux airbags rideaux avant et arrière, et enfin un airbag genoux. Les trois sièges arrières et la place passager disposent d'un système de fixation de sièges enfants ISOFIX 3 points. Idéal pour les road-trip en famille ! Le Grand Scénic 4 de Renault Avec un look moderne et dynamique, les nouveaux monospaces n'ont rien en commun avec les anciennes fabrications de la marque Renault. La preuve, avec le Grand Scénic IV. Elle dispose du nécessaire quand on parle de la sécurité (Isofix, 6 airbags, freinage d’urgence urbain autonome). La version Zen quant à elle est dotée d’un écran tactile, d’une climatisation automatique à deux zones, d’une banquette coulissante ainsi que d’un siège avant droit qui est rabattable. A la liste s’ajoute l’option “accès-démarrage sans clé”, le passage automatique des phares aux feux de croisement, l’alerte au franchissement de ligne et la reconnaissance des panneaux. La version SL Limited se distingue avec la teinte à deux tons et le système multimédia R-Link2, avec le GPS. Modulable pour recevoir 5 à 7 passagers, elle dispose d'un toit ouvrant. Pour ce qui en est de la sécurité, le Scenic dispose d’une caméra de recul avec les phares Full-LED qui surveille les angles morts. Sans parler des sièges avant électriques chauffants et massants. D’autres options font également toute sa différence, dont le maintien actif pendant la circulation, le régulateur adaptatif de vitesse, le stationnement semi-autonome ou, entre autres, le système audio Bose. Tout ce, dont une famille a besoin pour rouler dans le confort. Le Kia Stonic Le Stonic 5 places de la marque KIA est très prisé pour son look très urbain et dynamique. Mais en plus, pour le fait qu’il soit spacieux, que ce soit pour le volume de coffre , l'insonorisation, le confort des sièges, il est également apprécié pour sa modularité et la qualité de finition. Ce modèle a un aspect pratique particulier. En effet, l’éclairage de nuit, la visibilité vers l'extérieur (avant et arrière), la position de conduite ainsi que la hauteur du poste de conduite lui font gagner des points en praticité. D’autre part, l’ergonomie des commandes ainsi que l'équipement multimédia sont des gadgets qui le rendent unique. Vous remarquerez quelques couleurs vives et flashies, une silhouette sportive. Il a apparemment tout pour plaire à votre famille. Autre avantage, il est doté d'une plateforme légère et se contente ainsi de son petit moteur sans pour autant nuire à sa prouesse. A l'usage, son petit 3 cylindres turbo est parfaitement adapté au poids contenu du Stonic (1.260 kg) grâce à son turbo (couple maxi de 172 Nm). La boite à 6 rapports se révèle un peu longue sur les deux premiers rapports. Les performances routières sont d'ailleurs correctes entre 10,3 s au 0 à 100 km/h, tout comme la consommation homologuée à 5 l/100 km en cycle mixte, et constatée à 7 l/100 km après essai relativement dynamique. Le Land Rover Discovery Ce qui avantage le Discovery c’est sa conception mixte entre une vraie 4x4 tout terrain et une voiture familiale. Il dispose d’une capacité de 7 places et plaît pour son look sportif accompagné du design luxueux. Au chapitre du design extérieur, les évolutions sont discrètes. On note toutefois les nouveaux aspects sur les boucliers redessinés qui renforcent l'air de famille avec le nouveau Range Rover Les technophiles apprécieront les nouvelles commandes aux multiples fonctions, et l'écran tactile Touch Pro de 10,25 pouces qui remplace le petit écran des anciens modèles. Avec l’écran HD intégré au rétroviseur central couplé à une caméra pour voir l’arrière. D'autres caméras intégrées, sous les rétroviseurs extérieurs et dans la calandre, permettent d’afficher sur l’écran central une vision du sol sous les roues avant. Rien de plus sécuritaire que d'avoir une vue sur tous les axes. Pour la performance, le système hybride MHEV récupère et stocke l'énergie perdue lors du freinage, et la réutilise astucieusement pour assister le moteur. Un système Stop/Start intelligent est aussi intégré au véhicule. Ce dernier coupe automatiquement le moteur à la décélération, ce qui permet de réduire la consommation en carburant. Il y a de quoi allier passion pour la puissance des voitures ainsi que sa praticité en tant qu’automobile familial. L’Audi Q7 L’Audi Q7 est un excellent mélange entre technologie de pointe, design, confort et adaptabilité en tant qu’auto familiale. Ce véhicule peut recevoir jusqu’à 7 places : très pratique pour une famille nombreuse. La Q7 incarne un style plus moderne grâce au calandre Singleframe qui offre une conduite surélevée et un design sculptural. Vous avez la chance de renforcer votre sécurité et celle des autres avec les phares Audi Matrix LED. Ces feux semi-automatiques s’adaptent à tous types de situation et améliorent ainsi la vision. En option, il y a également la capacité d'ajouter des phares arrières à LED et des clignotants dynamiques. Vous pouvez aussi manier les options de la voiture en fonction de vos envies et besoins. En rabattant par exemple la troisième rangée de sièges grâce à un système électrique. Que ce soit pour un court ou un long trajet, l’Audi Q7 offre un confort optimal avec des sièges en cuir Valcona. Sans omettre la palette d’applications décoratives qui laisse libre cours à votre imagination pour que vous personnalisiez votre habitacle. Cette voiture fait plonger dans l’ère du digital avec l’Audi virtual cockpit et le tableau de bord digital avec un écran LCD HD de 12,3 pouces. Vous avez la possibilité de conduire en toute sérénité grâce à l’option Audi smartphone interface qui permet d'afficher toutes les informations de votre téléphone sur l’écran MMI. Et ce, tout en profitant du système audio unique 3D Bang & Olufsen pour que vous ayez la sensation d’embarquer un orchestre symphonique pendant tout le trajet. Petits et grands, membres de votre famille pourront tous en profiter!
  7. L’ABS ou système de freins antiblocage figure parmi la nouvelle génération d’équipements de sécurité, conçu pour assister le conducteur au freinage. On le retrouve sur les freins de la majorité des voitures neuves à ce jour. Qu’est-ce que le système ABS ? A quoi ça sert ? Comment ça fonctionne ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le système de freinage ABS. Qu’est-ce que le système ABS ? A quoi ça sert ? En règle générale, lorsque l’on freine un véhicule, les roues se bloquent. Il devient impossible de les manœuvrer et bien moins de les tourner. Bref, qui dit freinage dit donc perte du contrôle directionnel du véhicule. Ce qui peut s’avérer dangereux. L’ABS est un équipement de sécurité conçu pour révolutionner le système de freinage traditionnel. Les composants du système de freinage ABS Pour qu’il puisse remplir concrètement son rôle, le système ABS a été doté des composants suivants : Des capteurs de roues qui ont pour rôle de capter la vitesse des roues. Des vannes qui ont été conçues pour limiter au maximum le blocage des roues en cas de freinage. Une pompe conçue pour garantir l’équilibre des pressions entre les freins et la soupape. Une manette qui, par le biais d’une unité de contrôle électronique, utilise les informations venant des capteurs de vitesse pour adapter la pression adaptée pour le freinage. Vous l’aurez compris, chacune de ces pièces a été destinée à permettre au véhicule de freiner sans que les roues ne se retrouvent bloquées et avec le minimum de risque de dérapage. A quoi sert le système de freinage ABS ? Il est particulièrement difficile de garder le contrôle du véhicule en cas de freinage soudain. Et ce, surtout si l’on freine sur une route glissante ou mouillée. Dans la majorité des cas, le conducteur se retrouve à choisir entre deux options : soit il doit freiner, soit il doit manœuvrer pour éviter l’obstacle qui se trouve devant lui. Et ce, qu’il s’agisse d’un autre véhicule ou d’un animal qui traverse soudainement la route. L’ABS ou système de frein antiblocage a été conçu – comme son nom l’indique clairement - pour que le conducteur puisse faire les deux, c'est-à-dire freiner sans perdre le contrôle de la direction de la voiture. En d’autres termes, freiner et manœuvrer en même temps. Comment fonctionne le système de freinage ABS ? Attention, vous devez savoir que les systèmes ABS ne fonctionnent pas tous de la même manière, car ils n’ont pas toujours tous les mêmes configurations. Certains ont été conçus pour bloquer les 4 roues au freinage, tandis que d’autres ne permettent de bloquer que les 2 roues arrière. La technique du pompage de frein Mais en règle générale, tous les systèmes de freinage ABS fonctionnent de la même manière que la technique du « pompage de frein ». Sauf qu’ici, l’opération se fait plus rapidement et plus efficacement. Les capteurs de vitesse de roues vont surveiller la vitesse des roues constamment. Et si un blocage est détecté, ils vont relâcher la pression au niveau de la roue concernée et ce, afin de la débloquer. L’efficacité du système de freinage ABS L’objectif du système ABS est de réduire les accidents et les dérapages dus à la perte du contrôle directionnel au freinage. Il a été conçu dans le but de permettre au conducteur de pouvoir manœuvrer la voiture, et ce, même en cas de freinage brusque sur une route glissante. Et si l’on se réfère aux statistiques, ça marche ! En effet, une réduction notable des collisions frontales ont été constatées depuis que l’on utilise le système ABS : 35% sur route mouillée, et 9% sur route sèche. Une diminution de la distance d’arrêt a également été constatée. Mais il est important de noter qu’il s’agit d’un avantage supplémentaire, et que le système de freins antiblocage n’a pas du tout été conçu à cet seul effet.
  8. Eveline Luca

    Actualités Automobile

  9. La surchauffe moteur peut survenir à tout instant. A partir du moment où le circuit chargé de refroidir l’eau qui circule dans le moteur ne fonctionne plus normalement, celle-ci va se mettre à bouillir. Le moteur va alors se mettre à chauffer. Et quand cela arrive, il faut réagir très vite, car les conséquences peuvent être fatales. Comment reconnaître une surchauffe moteur ? Quelles peuvent-être les causes ? Comment réagir et que faire en cas de surchauffe ? Ce petit tutoriel vous apprendra à identifier les symptômes d'une surchauffe moteur et bien agir en conséquence. Les symptômes d’une surchauffe moteur Il est facile de détecter une surchauffe au niveau du moteur. En effet, celui-ci vous envoie des signaux impossibles à ignorer lorsque la température commence à augmenter. Le voyant de température du liquide de refroidissement Le premier indicateur auquel vous devez vous fier, c’est le voyant de température du liquide de refroidissement. Sur votre tableau de bord, il est généralement représenté par un thermomètre placé en haut de deux vagues. Lorsque tout va bien, ce voyant ne s’allume pas. Vous n’avez donc pas à vous inquiéter. Mais lorsqu’il s’allume, cela ne peut signifier que deux choses : soit le liquide est trop chaud, soit le capteur de température ne fonctionne pas très bien. Quoi qu’il en soit, quand ce voyant se met à s’allumer, c’est le signe qu’il y a un problème. Vous devez donc vous arrêter et vérifier. Les mouvements de l’aiguille de température La température normale du moteur oscille aux environs de 90°C à 100°C. Lorsqu’elle commence à monter au-delà, l'aiguille de température sur le tableau de bord s’affole. Elle va effectuer des mouvements de va-et-vient. Bon à savoir : une augmentation anormale de la température du moteur s’accompagne souvent d’une perte de puissance et de vitesse. Par conséquent, si en conduisant, vous le constatez, arrêtez la voiture et ouvrez le capot. Si une fumée blanche en ressort, le moteur a bien surchauffé. Les différentes causes d’une surchauffe moteur Plusieurs raisons peuvent expliquer et/ou entraîner une surchauffe du moteur. Une baisse du niveau du liquide de refroidissement Le liquide de refroidissement - comme son nom l’indique - a pour rôle de refroidir l’eau qui circule dans le moteur lorsqu’elle passe dans le radiateur. Quand ce liquide vient à manquer, il ne peut plus remplir son rôle correctement, ce qui peut entraîner une augmentation anormale de la température du moteur, voire une surchauffe. Pour vous en assurer, vérifiez donc le niveau de liquide de refroidissement. Si vous trouvez qu’il a baissé un peu trop vite par rapport à la normale, il est probable qu’il y ait une fuite quelque part. Recherchez donc cette dernière en vous appuyant sur les traces d’humidité sur le moteur, ou sur les gouttes d’eau qui tomberont en dessous de votre voiture. Une obstruction au niveau du radiateur Le radiateur a pour rôle de refroidir la chaleur amenée par le liquide de refroidissement. Au fil du temps cependant, des saletés peuvent s’y accumuler, l’empêchant de disposer d’assez d’espace et d’air pour bien remplir sa mission. Votre moteur est en surchauffe, vérifiez donc que votre radiateur ne soit pas encombré ou obstrué par des résidus ou autres saletés qui sont venus s’y loger. Une panne au niveau du ventilateur Le ventilateur a pour rôle d’empêcher la surchauffe du radiateur en faisant circuler de l’air frais sous le capot. Dès que la température augmente, il s’active automatiquement pour refroidir rapidement le radiateur, afin que celui-ci puisse également remplir son rôle qui est de refroidir le moteur. Aussi, en cas de surchauffe, assurez-vous également que les ventilateurs fonctionnent correctement. Des pales endommagées, des anomalies au niveau des branchements électriques, une panne au niveau du thermocontact peuvent empêcher le ventilateur de fonctionner normalement. Un problème au niveau du calorstat Le calorstat, plus connu sous l’appellation “thermostat” se trouve sur le carter moteur et a pour rôle de réguler la température de ce dernier. Lorsque le moteur est trop chaud, il va laisser le liquide de refroidissement passer pour qu’il puisse le rafraîchir rapidement. Et lorsque le moteur est trop froid, il va empêcher le passage du liquide de refroidissement pour que le moteur puisse se chauffer. Malheureusement, lorsque le thermostat est défectueux, il peut envoyer de fausses informations et empêcher le passage du liquide de refroidissement. Cela va entraîner la surchauffe du moteur. Que faire en cas de surchauffe du moteur ? En cas de surchauffe du moteur, vous devez adopter quelques réflexes qui permettront de préserver le moteur, et de limiter les dégâts autant que possible. Coupez le contact et stoppez le moteur Le premier réflexe que vous devez avoir est d’arrêter le moteur. Il est impératif en effet - tant que la cause de la surchauffe n’est pas identifiée - que vous stoppiez la combustion qui y a lieu. Il est préférable, bien entendu, que vous ne démarriez pas la voiture tant que vous n’ayez pas déterminé l’origine du problème. Mais si vous devez vraiment le faire, assurez-vous de deux choses : que la température est redescendue à la normale, que l’état du moteur vous permettra d’arriver à destination sans exploser. En cas de surchauffe moteur, n’ouvrez pas le capot ! Vous serez sans doute pressé d’ouvrir le capot pour savoir ce qui s’y passe vraiment. Mais ne vous précipitez pas dessus dès que le moteur est arrêté. Vous risquez en effet de recevoir de la vapeur bouillante en pleine figure. En particulier si vous tentez d’ouvrir le bouchon du vase d’expansion. Pour éviter cela, attendez donc que le moteur se soit refroidi avant d’effectuer les vérifications qui s’imposent. Et parallèlement, vous pouvez laisser le contact afin de permettre au ventilateur de se mettre en marche. Vous pouvez également allumer le chauffage à fond. Eh oui ! Le chauffage utilise la chaleur du moteur pour réchauffer l’intérieur de la voiture, et permet de le refroidir rapidement.
  10. La vidange figure parmi les opérations de maintenance qu’il ne faut surtout pas négliger. Mais il faut l’avouer, c’est une tâche assez complexe, coûteuse et qui en plus prend beaucoup de temps. La vidange par aspiration a été conçue pour solutionner ce problème. Considérée par beaucoup comme une solution révolutionnaire, elle vous permet de vidanger votre voiture plus facilement et plus rapidement. Bref, de réaliser la vidange vous-même ! Qu’est-ce que c’est ? En quoi ça consiste ? Quels sont les avantages de la vidange par aspiration ? Et quels sont les inconvénients ? Nous nous disons tout sur la vidange par aspiration. Qu’est-ce que la vidange par aspiration ? La vidange par aspiration est une technique mécanique qui permet également de vidanger l’huile moteur. Le procédé - Quelle différence avec la vidange classique ? La méthode classique, que l’on appelle également vidange par gravité, consiste à vidanger l’huile du moteur en passant par le réservoir de l’huile. Dans le cas d’une vidange par aspiration, l’opération est plus simple, car on passe directement au puits de la jauge c'est-à-dire à l’endroit que vous utilisez généralement pour vérifier le niveau d’huile. Comment ça marche ? C’est très simple. Il suffit d’introduire un tuyau dans la jauge et de faire marcher la pompe. Cette dernière va alors aspirer l’huile dans le moteur à partir du bouchon clapet au lieu du bouchon de vidange, et ce, jusqu’à ce qu’elle soit remplie. Dans quel cas, elle s’arrêtera automatiquement. Les matériels nécessaires pour réaliser une vidange par aspiration Pour réaliser une vidange par aspiration vous-même, vous aurez besoin : D’un filtre à huile D’un entonnoir D’une clé pour le filtre à huile De l’huile neuve D’une pompe à aspiration Sur le marché, vous aurez le choix entre deux types de pompe : la pompe à vidange électrique et la pompe à vidange manuelle. Les avantages et les inconvénients de la vidange par aspiration La vidange par aspiration est très appréciée. Utilisée aussi bien par les particuliers que les professionnels, elle n’offre cependant pas que des avantages. Les avantages de la vidange par aspiration Le principal avantage de cette technique de vidange est qu’elle est accessible à tous. Grâce à elle, vous n’aurez donc plus besoin de faire appel à un professionnel chaque fois que vous aurez besoin de vidanger l’huile du moteur. Elle est si simple à réaliser que vous pourrez la faire vous-même sans pour autant être un as de la mécanique. L’autre avantage, c’est la rapidité de l’opération. Avec la technique d’aspiration, vous n’aurez pas besoin d’un pont sur lequel vous devrez monter votre véhicule ; vous n’aurez pas non plus besoin de procéder à quelques démontages et manipulations afin d’accéder au bouchon de vidange. Vous ne serez donc pas obligé d’être immobilisé pendant des heures ! La vidange par aspiration peut également être la meilleure option si le bouchon de vidange est endommagé et que vous n’avez pas le temps de le réparer. De même, si votre véhicule ne dispose pas de bouchon de vidange, comme c’est le cas de certains modèles du constructeur Mercedes. Les inconvénients de la vidange par aspiration La vidange par aspiration s’avère très pratique dans bien des cas, mais attention, elle n’est pas recommandée par tous les professionnels. Opter pour cette solution présente en effet des risques qu’il faut également considérer. La vidange par aspiration, contrairement à la vidange par gravitation, ne permet pas d’examiner l’état de l’huile usagée. Cette dernière peut effectivement contenir des corps étrangers tels que du carburant, du liquide de refroidissement, voire même des particules métalliques. Et chacun de ces éléments permet à un professionnel de déterminer également l’état du moteur. Ce qui n’est donc pas possible lorsqu’on procède à une vidange par aspiration. Ce qui revient à vidanger le moteur sans se soucier du reste. La vidange par aspiration présente également le risque que tout le contenu du réservoir ne soit pas évacué. Du fait qu’il n’est pas possible de vérifier et de s’en assurer. Et on ne parle pas seulement de reste d’huile usagée, mais également des éléments lourds comme les particules métalliques. Et pour finir, dans le cas où le tuyau d’aspiration est endommagé, des morceaux de celui-ci peuvent tomber dans le carter. Et les conséquences seront graves et bien sûr, coûteuses. Quel est le prix d’une vidange par aspiration ? Dans la mesure où cette technique prend moins de temps, et est beaucoup plus simple à réaliser, on peut s’attendre à ce qu’elle soit moins chère. Mais ce n’est pas le cas. En vérité, si vous faites appel à un professionnel, qu’il s’agisse d’un centre auto, d’un mécanicien indépendant ou d’un concessionnaire, l’on vous facturera généralement au même prix d’une vidange classique, à savoir entre 30 € et 70 €, selon l’intervenant. Prenez quand même le temps de vous informer, car parfois, certains professionnels mal intentionnés profitent de l’ignorance des particuliers pour pratiquer une vidange par aspiration au prix d’une vidange par gravitation. N’hésitez donc pas, si vous ne voulez pas vous faire berner, à demander le prix pour chacune de ses opérations. Bien évidemment, vous ferez d’importantes économies si vous choisissez de réaliser la vidange par aspiration vous-même. Vous n’aurez alors qu’à dépenser pour les matériels nécessaires (cités ci-dessus). Mais avant d’opter pour cette alternative, analyser bien les dépenses et les risques que vous prenez. Si vous pensez que vous n’y arriverez pas malgré la relative simplicité de l’opération, mieux vaut ajouter quelques euros en plus et confier la tâche à un expert.
  11. Envisagez-vous d’acquérir une voiture neuve? Les innovations technologiques tendent à améliorer le confort à l’intérieur d’une voiture. Ils contribuent considérablement au bien-être du conducteur et des passagers. Les goûts concernant le design peuvent être différents d’une personne à une autre, mais les conditions de confort priment toujours surtout chez les personnes âgées. Les seniors sont plus exigeants en matière de confort et de sécurité. La notion de confort en automobile tient compte de nombreux éléments qu’il convient de connaître avant d’en acheter un. Comment choisir une voiture confortable ? Quelles sont les voitures les plus confortables ? Retrouvez dans notre article les différents critères à prendre en compte pour choisir une voiture confortable. Différentes catégories Il existe différentes catégories de voitures : les citadines, les voitures familiales, 4X4. Certes, le niveau de confort varie en fonction du modèle de voiture choisi. Si on se réfère à ce critère, une voiture confortable doit être facile à manier et à garer. De ce fait, les voitures de petite taille comme les citadines respectent ce premier critère. Comme son nom l’indique, les voitures familiales sont adaptées pour les familles nombreuses. Elles sont plus confortables que les citadines en termes d’espace. Dans notre article, nos conseils portent plutôt sur les équipements sans considération du modèle de voiture. A priori, une voiture confortable est une voiture bien équipée. Nos astuces vous permettent de déterminer alors : quels sont les équipements intégrés à une voiture qui apportent plus de confort ? Les options de confort d’une voiture Le choix des équipements a un impact important sur le confort d’un véhicule. Ils sont spécialement conçues par les constructeurs dans ce but. Les options de confort sont devenues standards dans les voitures neuves. Il en est par exemple de la climatisation, aide à la conduite… Il faut quand même vérifier avant de valider votre choix. Une direction plus facile à manier rend une voiture agréable à conduire au quotidien. Une direction précise augmente non seulement le niveau de confort, elle apporte une garantie plus importante de sécurité. Concernant les portières, opter pour un modèle trois portes offre une ligne plus épurée. Toutefois, l’accès à la banquette reste plus difficile. Les versions quatre portes sont plus pratiques pour les seniors et les enfants. La climatisation automatique participe à renforcer le niveau de confort d’une voiture. Rouler avec des vitres fermées protège le conducteur des bruits et contribue grandement à réduire la fatigue. Une bonne climatisation s’avère donc nécessaire. Toutefois, elle peut occasionner une forte hausse de la consommation d’énergie du véhicule. Une boîte automatique assure également une conduite plus confortable. De plus, les boites modernes ne présentent plus de risque de surconsommation. Les régulateurs de vitesse sont plutôt indispensables pour un long voyage. Une option qui vous permet de rouler à une vitesse constante sans vous dégourdir les jambes. Chez les personnes âgées, ils évitent les risques de crampe. Différents aides à la conduite sont également disponibles en séries ou en option selon les différents types de véhicules : une caméra de recul, aide au stationnement… Les packs options chez les concessionnaires sont constitués par un ensemble d’équipements pour garantir un confort de conduite à un coût moins élevé. Il convient alors de vérifier s’il contient les options de confort que vous recherchez. Sinon, vous pouvez toujours choisir une option et demander aux concessionnaires de l’installer à un prix généralement onéreux par rapport à un pack. Votre choix dépend certainement de votre budget. Afin d’optimiser votre budget, il est mieux de privilégier les équipements qui vous semblent les plus importantes en terme de confort. Des sièges autos confortables Les sièges apportent du confort au conducteur et aux passagers. En principe, ils sont conçus pour les adultes. L’idéal est d’acheter un siège auto spécial pour votre enfant. Dans la pratique, on trouve les sièges autos les plus confortables dans une voiture ultra luxe. Le confort des sièges est essentiel surtout pour une conduite de longue distance. Il doit s’adapter aux différents mouvements du conducteur. Un siège auto confortable vous aide à prévenir les problèmes de dos. Optez pour un siège ajustable pour obtenir un soutien maximal. Il est fortement recommandé de choisir un siège qui dispose d’un soutien lombaire. Il doit aussi supporter le poids des passagers et convenir à votre taille et à votre voiture. Un siège auto réglable en hauteur est donc conseillé. Il doit être fabriqué à partir de matériaux doux et résistants. Il en est ainsi des mousses de polyuréthane offrant plus d’ergonomie et d’amortissement. Désormais, des sièges massants sont conçus par les constructeurs. Ils soulagent le mal de dos. Ils allient la fonction de massage et de confort en même temps. Une voiture confortable pour les seniors Le niveau de confort recherché dépend de l’âge du conducteur. Chez les seniors, le niveau de confort recherché est plus élevé. On constate que la majorité des Français achètent une voiture neuve en moyenne à l’âge de 56 ans. Quand on vieillit, l’acuité visuelle, les conditions physiques se dégradent. Il faut trouver une voiture adaptée à votre état physique. De ce fait, il convient de privilégier une voiture avec une facilité d’accès. De nombreux modèles de voiture adaptés sont disponibles. On peut citer à titre d’illustration les portes coulissantes, les sièges pivotants, les sièges massants en cas de problème de dos. Avec l’âge, les conducteurs n’arrivent plus à utiliser convenablement leur jambe. La boîte de vitesses automatique est une solution efficace afin d’éviter d’utiliser la jambe gauche pour les pédales d’embrayage. Un limiteur de vitesse sur autoroutes vous permet de ne plus utiliser vos pieds pour les pédales d’accélérateur. De nouveaux modèles de voitures disposent d’un système intelligent comme l’aide au stationnement. Ce dernier met à votre disposition une caméra de recul pour placer votre voiture facilement.
  12. Tout engin motorisé est équipé de divers feux. La fonction principale de ces dispositifs d’éclairage est d’aider le conducteur à avoir une bonne visibilité. Parmi ces éléments d’éclairage, le phare, qui a une importance capitale dont chaque automobiliste doit tenir compte. Celui-ci émet de la lumière la nuit, ou lors d’une pluie. De ce fait, il est judicieux de vérifier régulièrement sa fonctionnalité afin de garantir la sécurité du conducteur et des passagers. En effet, pendant les trajets en ville comme sur les autoroutes, il arrive que le phare tombe en panne. Que faire dans ces cas? Pas de panique, voici quelques conseils pour vous aider à faire face à ce genre de tracas. Qu’est-ce qui peut causer la panne? Il est important de faire le point sur les causes de la panne pour ensuite évaluer l’ampleur du dégât. C’est à partir de cette constatation que l’on peut élaborer des solutions adéquates. Vous avez le choix entre faire appel à des professionnels du domaine, mais aussi le faire vous-même. De plus sortir de la voiture allégera le stress généré par le dérangement. Une altération du phare Au fils du temps, le phare peut se détériorer et n’éclaire plus correctement. Ce sont les intempéries telles que : la forte lumière solaire, la pluie, la neige, qui en sont très souvent responsables. Les ampoules ne sont pas ébréchées, mais ce sont les vitres qui ont perdu de la brillance et manque d’éclat. Un accrochage Un accrochage, est un léger accident matériel. La voiture a peut-être frotté une autre voiture, ou a subit un choc amorti, donc rien de grave. Il se peut que l’éclairage n’ait que des rayures, ou bien les vitres sont fissurées sans être complètement cassées. Il s’agit d’un problème extérieur, les ampoules et les autres pièces sont restées intactes. Le phare est encore en état de marche dans ce cas, cependant il n’est trop pas plaisant à voir. Deux trois petites bricoles suffisent, et en un rien de temps le phare redeviendra comme neuf. Quelles sont les formes de pannes? Dans le cas où l’un de ses deux cas se présentent, voici les constats que vous pourriez faire : Un phare fêlé Un phare fêlé est dû à une collision plus ou moins violent tel un frottement à une clôture par exemple. Les vitres sont trouées ou fissurées. Quelques morceaux sont éparpillés, mais le phare en général n’est pas encore en piteux état. Toute la structure à l’intérieur est encore en place, ou un peu déstabilisé, toutefois, il est encore en état de fonctionnement normal. Quelques machinations avec un bon tour de main feront l’affaire. Une cassure La cassure d’un phare a un impact sur la vitre, l’ampoule, ainsi que toutes les pièces à l’intérieur de celui-ci. Il est inutilisable, même s’il y a quelques pièces récupérables. Un accident grave peut en être l’origine. Il se peut que la voiture se soit cognée sur un mur ou à une autre voiture plus robuste. Ce qui a endommagé la totalité du phare. Quelles sont les alternatives de dépannage? Nombreux sont les recours qui s’offrent à vous. Dont notamment : La réparation Des rafistolages sont possibles pour les phares qui ont perdu leur limpidité, et également ceux qui ont subi des accrochages, fêlés. Pour ce faire, deux options sont disponibles. Le faire soi-même La première option, c’est de le faire soi-même. Nul besoin d’être un as du bricolage avec des produits trouvés dans le marché et le tour sera joué. Servez vous d’un dentifrice : A la portée de tous, la pâte à dentifrice est à appliquer sur les phares ternes avec de la brosse à dent. Avec un chiffon doux effectuer un mouvement circulaire, de sorte à enlever toutes saletés incrustées, laisser quelques minutes, puis rincer abondamment. Utilisez de la Colle époxy : Une colle époxy transparente ou à la résine et une spatule; l’essentiel, c’est de bien suivre les instructions pour l’utilisation, et le tour est joué. Pour ce faire, d’abord, il va falloir prendre soigneusement la colle avec la spatule, ensuite déposer la colle dans l’optique et enfin fixer les pièces manquantes. Youtube dépanne : L’on est souvent dépassé par la situation dans ces cas. Les tutoriels sur Youtube sont aujourd’hui en vogue et semblent être bien pratique. Pour le coup, il vous suffit de spécifier votre demande sur la barre de recherche, tel que sur Google. Faire appel aux professionnels Plus équipés et expérimentés, ils pourront recoller les morceaux en un rien de temps. Prise en charge par votre assureur Certaines assurances prennent en main la réparation ou le remplacement de ce genre de casse. Pour le savoir, il faut se renseigner auprès de l’agence en question. Chaque entreprise détient ses propres spécificités de contrat. Il est à noter que le phare est fabriqué avec du verre, de ce fait l’assurance bris de glace pourrait tenir compte de la casse. Évidemment, des établissements incluent la cassure de phare dans l’assurance bris de glace. Le client peut être dédommagé, seulement peu de gens sont au courant de cette éventualité. Procéder au remplacement Le remplacement est un dernier recours, à cause des prix élevés des phares. Un remplacement à moindre coût Il existe des vendeurs qui ont des offres plus alléchantes. Ils proposent des éclairages à prix réduits par rapport aux autres. Ce sont des pièces d’occasion avec des garanties. Les automobilistes qui veulent faire de l’économie se penchent vers cette offre. C’est principalement, la garantie qui séduit les acheteurs. Tous produits qui ne sont pas en bonne marche peuvent être échangés. Un remplacement onéreux mais assuré L’achat d’un optique neuf est onéreux, tout le monde ne peut pas s’offrir ce genre d’acquisition. La plupart du temps, c’est quand il n’y plus vraiment rien à faire que les conducteurs tendent vers l’achat d’un nouveau phare. Malgré les prix diversifiés, les utilisateurs ont du mal à trouver leur compte. Loin d’être un simple éclairage, la cassure d’un phare est passible d’une amende, voire même une interdiction de circuler, d’où la nécessité de chercher une solution aussi rapide que possible. Diagnostiquer l’état du phare est crucial, est-il en détérioration, a subi un accrochage, ou une cassure; ensuite, il faut adopter l’alternative convenable: réparation, assurance ou remplacement. Il est à rappeler que s’il s’agit d’un feu arrière, la contravention n’est pas systématique, par contre s’il en est des optiques avant, aucun compromis n’est admis.
  13. Auprès des familles nombreuses comme des moins nombreuses, les voitures familiales ont de nos jours le vent en poupe ! On aime les espaces qu’elles offrent, leurs moteurs non bruyants, leurs looks obsolètes… Mais comment choisir parmi le lot et la gamme de voitures familiales existantes sur le marché ? Quelle est la meilleure voiture familiale ? Suivez nos conseils pour choisir la voiture familiale qu’il vous faut ! Quelle voiture familiale choisir ? Qui dit voiture familiale, dit voiture ayant une capacité de transport de personnes importante. Dans cette catégorie, sur le marché, vous aurez notamment le choix entre les monospaces, les breaks et les SUV. Les monospaces, pionniers des voitures familiales Quand on parle de voitures familiales, on pense directement aux monospaces. Avec une motorisation importante, elles peuvent transporter un certain poids ce qui en fait l’allié incontournable des familles en vacances. Mais pour choisir, vous devez étudier l’espace offerte et la modularité de cette dernière. Posez-vous les questions suivantes : Y-a-t-il assez d’espace de recul pour les jambes dans la banquette arrière ? La banquette arrière peut-elle accueillir trois sièges bébés placés l’un à côté de l’autre ? Coffre simple ou coffre double ? Avez-vous besoin de la troisième rangée de sièges dans le coffre ? Et enfin, question design, portes coulissantes ou classiques ? Bien qu’elles ne soient pas très esthétiques, les portes coulissantes peuvent être très pratiques pour se garer en ville. Les breaks, un bon compromis Plus séduisants au niveau du design, avec son look à la fois berline et citadine, elles séduisent également de par la puissance de leurs moteurs. Les breaks font d’excellents compromis aux monospaces pour les familles moins nombreuses ne comptant que deux enfants au maximum. Elles constituent l’option idéale pour les petits chargements et les petits budgets. Si vous ne prévoyez en tout que des valises, et non des poussettes ou autres… les breaks sont faits pour vous ! Et en plus, leurs coffres avec leurs seuils assez bas, offrent un réel avantage lors des chargements des valises. Les SUV, les nouvelles voitures familiales Les SUV, les 4x4 urbains, figurent aujourd’hui parmi les nouvelles voitures familiales les plus prisées. Aussi bien adaptées pour la ville que pour les vacances, la majorité d’entre elles sont spécifiquement conçues pour partir à l’aventure, ce qui en fait l’une des alliées incontournables des familles en vacance. Si leur design extérieur séduit déjà le plus grand nombre, le confort et le luxe de leurs intérieurs font également de plus en plus d’adeptes. Banquettes modulables, sièges supplémentaires dans le coffre, sièges chauffantes… Autant d’options et d’équipements qui assurent le confort, mais qui valent aussi leur pesant d’or. Les SUV, en effet, sont plus chers que les autres voitures familiales. Si leur motorisation est puissante, leur consommation est également importante. Dans ce contexte, on recommande plus les modèles diesel, comparé aux motorisations essence de petite cylindrée. Si vous disposez d’un gros budget, les SUV sont faites pour vous ! Les critères de choix d’une voiture familiale Le choix d’une voiture familiale ne repose pas sur la forme ou la marque d’une voiture, mais sur plusieurs critères qui doivent être considérés lors de l’achat du véhicule : la taille du coffre, la modularité, le type et le nombre de portes, et le niveau de consommation. Le volume du coffre Le volume du coffre est la première chose que vous devez prendre en compte. En effet, il doit être assez grand pour accueillir affaires et bagages de toute la famille lorsque vous partez en vacances. Le coffre en question doit être capable de contenir aussi bien sacs, valises, qu’équipements de ski en hiver et matériel de plage en été. Les breaks ainsi que les monospaces offrent un coffre de plus de 500 litres. La modularité de la voiture familiale La modularité fait référence au volume de chargement. C’est la capacité d’un véhicule à offrir plus d’espace qu’il n’y parait. Dans certaines voitures, cela est possible en rabattant les sièges ou la banquette arrière. Le volume de chargement idéal est de 1 500 litres, ce qui équivaut à sept places assises. De cette manière, conducteur et passagers pourront disposer d’un espace important, et pourront se mouvoir comme bon leur semble. Le type et le nombre de portes Si vous avez des enfants en bas âge, un véhicule à 5 portes vous permettra de loger tout le monde et d’installer ou de désinstaller les sièges bébés en toute facilité. Les portes coulissantes constituent également d’excellentes options. Certaines breaks et monospaces offrent même la possibilité d’ouvrir les portes à distance. La consommation en carburant En dernier lieu et non le moindre, la consommation de la voiture familiale doit être prise en considération. Que vous souhaitez acheter une voiture familiale pour une utilisation quotidienne ou pour aller en vacances, vous pouvez faire des économies sur vos carburants en optant pour les voitures haut de gamme. En outre, les monospaces à moteur diesel sont également assez économiques et ne consomment que 6 à 7 litres/100 kilomètres.
  14. Aménager son garage en atelier est tout à fait possible ! Avec l’espace qu’il vous permet de disposer, votre garage est même l’endroit qui s’apprête le plus à accueillir un atelier où bricoler. En outre, le bricolage n’est-il pas une seconde vocation qu’on attribue à cette espace ? N’est-ce pas là qu’on répare et qu’on bidouille à peu près tout ? Le seul souci c’est qu’il est souvent, voire toujours encombré. Après le grenier, c’est là aussi qu’on dépose généralement ce qui ne sert pas. Mais sachez que vous pouvez tirer le meilleur parti de votre garage en le transformant en atelier. Comment bien organiser son garage et y installer son atelier de bricoleur ? On vous donne ici quelques conseils pour vous aider à réaliser l’atelier de vos rêves dans votre garage ! Aménager son garage en atelier - Désencombrez ! La première chose à faire, bien entendu, c’est de désencombrer ! Faites le plein de rangement ! Débarrassez-vous de tout ce qui ne vous sert plus, et de tout ce qui encombre ! Exit les vieux meubles que vous n’utilisez plus, si vous n’êtes pas sûr qu’il vous servira encore dans votre futur atelier. Ici, on pense minimalisme. On ne garde vraiment que l’essentiel, et on donne ou on vend ceux qui peuvent être utiles à d’autres personnes. Plus vous enlèverez, plus vous gagnerez de l’espace et plus vous aurez de liberté dans l’aménagement. Faites un plan d’aménagement Une fois que vous aurez tout vidé, commencez par faire un plan de votre garage, et de ce que vous souhaitez y réaliser. Vous pouvez vous inspirer des idées d’aménagements proposées sur internet et entrevoir vos propres besoins en matière de mobilier ou d’accessoires de rangement. Vous pouvez également trouver en ligne des sites qui vous permettront de concevoir, puis de visualiser en 3D les plans d’aménagements que vous souhaitez réaliser, la façon dont vous souhaitez disposer meubles, armoires, établis, outils et équipements. Aménager son garage en atelier - Quel rangement ? Pensez à des boîtes de rangements mobiles ou des caissons à roulettes que vous pourriez glisser en dessous des tables lorsque vous ne les utilisez pas. Préférez l’établi mobile ou encore à roulettes à la grande table fixe. Vous pourrez toujours le déplacer pour garer votre voiture sans aucun souci ! La dimension idéale fait 90 cm de profondeur, de manière à disposer une surface de travail assez grande. Prévoyez des étagères vitrées en hauteur ainsi que de multiples tiroirs en bas pour ranger et classer les petits outils. Vous trouverez également dans les grandes surfaces et les magasins spécialisés en bricolage des meubles spécifiquement dédiés aux ateliers. Vous en trouverez en bois, en métal ou en PVC. Utilisez des supports muraux de rangement ou des panneaux perforés que vous trouverez également auprès des spécialistes et sur lesquels vous pourrez accrocher vos outils électriques, échelle, balayeuse, corde, etc. Vous pouvez configurer ces murs à outils à votre convenance. Procurez-vous des meubles bas pour accueillir les objets lourds et encombrants, ainsi qu’une armoire avec un plan de travail intégré qui pourra aussi bien servir au rangement qu'à l’installation de certaines machines. Préférez les meubles équipés de portes verrouillables, que vous pourrez fixer au mur en hauteur sont plus que recommandés. Les outils et les équipements accessibles peuvent être dangereux pour les enfants. Aménager son garage en atelier : isolation, chauffage et électricité Faire de son garage un atelier, c’est aussi transformer cet endroit austère en un endroit agréable à vivre. Pour cela, on commence par les murs que vous pouvez repeindre. Sinon, le style parpaing donnera également à votre garage le charme d’un loft industriel. Pensez également à recouvrir le sol : lino lessivable, dalles de PVC, béton ciré, sol antidérapant, etc. Pour le confort thermique, l’installation du chauffage et du réseau électrique, l’isolation thermique et phonique des murs de votre garage sont essentiels. Cela vous permettra de travailler en toute tranquillité, sans entendre tout ce qui se passe chez votre voisin et sans que vos éventuels bruits ne les dérangent aussi. En hiver, l’isolation de la porte de votre garage vous permettra de travailler sans frissonner de froid. Enfin, pour aérer et apporter plus de lumière dans votre garage, ajoutez dans la mesure du possible des fenêtres, des baies vitrées ou encore des porte-verrières et n'hésitez pas à investir dans des luminaires agréables !
  15. Il n’est pas rare, lorsqu’on gare sa voiture près ou en dessous d’un arbre, de retrouver des taches de résine ou de sève d’arbres sur la carrosserie de la voiture. Ces petites taches disgracieuses, on a tendance à vouloir enlever à la main… Mais attention ! Ce petit réflexe peut coûter cher dans la mesure où vous risquez par ce geste d’enrayer la peinture de votre voiture. Pour enlever de la résine sur une voiture, plusieurs passages au station de lavage ne suffiront pas. C’est, en effet, une tâche fastidieuse qui demande du travail et de la patience. Comment enlever de la résine sur une voiture ? On vous en livre les secrets ! Solution 1 : Enlever de la résine grâce au lavage au savon et à l’eau chaude Cette méthode est à appliquer aussitôt que la résine a pris place sur votre carrosserie. Vous devez savoir que plus la résine sèche, plus elle devient difficile à enlever. Si vous avez donc la possibilité d’agir dans les plus brefs délais, vous pouvez appliquer cette méthode. Elle consiste à laver votre voiture avec de l’eau chaude et du savon. Elle demande un minimum d’efforts et vient à bout des sèves, des crottes d’oiseaux, des restes d’insectes, et autres substances similaires. Solution 2: Enlever de la résine sur la voiture en l’humidifiant Si par contre votre tache de résine est là depuis longtemps, vous devez humidifier la résine. Pour ce faire, prenez un papier absorbant comme de l’essuie-tout, par exemple, et saturez-le d’eau savonneuse. Puis disposez-le sur chaque point de sève. Laissez reposer pendant quelques minutes. Le contact prolongé de la résine avec l’eau savonneuse a pour effet de ramollir cette dernière. Tout ce que vous aurez à faire après, c’est d’essuyer simplement la surface concernée. Pas besoin de frotter ni de gratter. Et l’avantage c’est que cette méthode fonctionne même sur des taches de résine anciennes. Solution 3 : Enlever de la résine sur une voiture avec un tissu en microfibre et de l’eau savonneuse Utilisez un chiffon en microfibre que vous allez imbiber d’eau chaude savonneuse. L’eau que vous utiliserez devra être la plus chaude possible afin qu’elle agisse au mieux sur la résine. Frottez ensuite la surface de la voiture avec votre chiffon tout en vous assurant au fur et à mesure que votre chiffon reste propre pendant le lavage. Rincez-le aussi souvent que possible et assurez-vous qu’il ne garde pas de débris qui risque de rayer votre carrosserie. Solution 4 : Enlever de la résine avec un détachant commercial Vous trouverez également dans les grands magasins, dans les stations-service ou auprès des garagistes des détachants spécifiquement dédiés aux résines et aux sèves. Vous pouvez les utiliser en suivant les instructions après avoir préalablement lavé votre voiture avec de l’eau chaude et du savon. Enfin, quelle que soit la méthode choisie pour enlever la résine de votre carrosserie, rincez abondamment la surface que vous avez nettoyée. Séchez et lustrez votre voiture une fois la sève enlevée.
  16. La voiture à hydrogène n’est désormais plus un mythe, mais bien une réalité. S’il y a quelques années encore, conduire une voiture fonctionnant avec une pile combustible relevait encore du rêve à dormir debout, aujourd’hui, les constructeurs automobiles rivalisent pour créer celle qui révolutionnera le monde auto, et qui renversera de son trône la fameuse voiture électrique. Et avec déjà sur le marché la Huyandai Nexus, la Toyota Mirai, la Honda Clarity Full Cell, la Mercedes-Benz GLC, et bien d’autres encore, il faut dire que la concurrence est particulièrement rude. Qu’est-ce qu’une voiture à hydrogène ? Comment ça fonctionne ? Quel est le principe ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Zoom sur la voiture à hydrogène. Qu’est-ce qu’une voiture à hydrogène ? Comme son nom l’indique, la voiture à hydrogène est une voiture qui utilise comme source d’énergie l’hydrogène. Le principe de la voiture à hydrogène Le principe de la voiture à hydrogène est simple : ne plus utiliser les combustibles fossiles à l’instar des voitures classiques, et pouvoir produire sa propre électricité, à l’instar des voitures électriques. Comment ? La voiture à hydrogène va utiliser une pile à combustible pour faire fonctionner un moteur électrique. La pile qui aura pour rôle de provoquer l’oxydation du dihydrogène présent dans son réservoir et du dioxygène provenant de l’extérieur, ce qui a pour conséquence de produire de l’électricité. Et c’est cette source d’énergie qui va faire alimenter le moteur. Vous l’aurez compris, la différence entre une voiture électrique et une voiture à hydrogène est que celle-ci a été conçue pour produire elle-même l’électricité dont elle a besoin pour fonctionner. Le fonctionnement de la voiture à hydrogène Dans la majorité des cas, les voitures à hydrogène embarquent une pile à combustible qui fonctionne exactement de la même manière qu’une batterie électrique. En d’autres termes, elle dispose d’une anode, d’une cathode, et renferme de l’électrolyte. Cette pile en combustible va transformer l’hydrogène qu’elle reçoit en ions et en électrons. Et ce sont ces dernières qui vont apporter au moteur l’énergie électrique qui lui permettra de marcher. Une fois HS, cette même pile pourra être rechargée en gaz hydrogène auprès de stations services spécialisés, exactement comme les voitures électriques. Pour le recharger, il suffit de placer la pompe à la prise conçue pour cet usage. Normalement, il faut 700 bars pour que la recharge se fasse, mais certains modèles peuvent être rechargés avec la moitié de cette pression. Les avantages et les inconvénients de la voiture à hydrogène La voiture à hydrogène se veut pallier les faiblesses de la voiture classique et de la voiture électrique. Mais attention, elle n’offre pas que des avantages. Elle présente également quelques inconvénients, que vous devrez prendre en compte au moment de choisir votre voiture. Les avantages de la voiture à hydrogène Le principal avantage offert par la voiture à hydrogène est le fait qu’elle utilise un carburant alternatif, considéré comme une énergie propre. Son utilisation n’a donc aucun impact sur l’environnement. Parce qu’elle n’utilise pas d’énergies fossiles, elle ne produit pas de dioxyde de carbone, et ne pollue pas l’atmosphère à cause des gaz d’échappement. A la place, elle produit des vapeurs d’eau. On gagne également en temps de charge, car certaines voitures à hydrogène peuvent se charger en moins de 10 minutes (le cas de la Honda Clarity), alors qu’il faut généralement 4 fois plus de temps pour charger une voiture électrique. Et toujours par rapport aux hybrides, les voitures à hydrogène n’ont rien à leur envier quant au coût. Ils sont, à peu près, commercialisés au même prix. Les inconvénients de la voiture à hydrogène La première chose qu’on peut reprocher aux voitures à hydrogène est la manière dont on produit justement l’hydrogène utilisé. Si la voiture est bien écologique, les gaz libérés pour leur fabrication sont loin de l’être. Dans un premier temps, parce que la production d’H2 requiert la consommation d’un très grand nombre d’énergies : hydrocarbures, uranium, etc. Et pour couronner le tout, les centrales thermiques ayant pour rôle d’extraire l’hydrogène sont bien connues pour libérer un grand nombre de gaz à effet de serre. Le stockage reste également un très gros souci. L’hydrogène est effectivement léger et s’avère très difficile à stocker et à transporter sous forme de gaz. Plusieurs conditions – notamment une haute pression (700 bars), une température basse, un plus grand espace – sont requises, et il est compliqué pour les distributeurs de les respecter non sans proposer l’hydrogène à un coût élevé. Combien coûte une voiture à hydrogène ? Le prix de la voiture à hydrogène est extrêmement varié. En fonction de la marque distributrice, il peut aller de 20 000 € à plus de 80 000 €. La Toyota Mirai est, par exemple, commercialisée à partir de 65 000 €. La SUV de Nexo, quant à elle, à partir de 72 000 €. La Hyundai Nexus à partir de 69 000 €. La Honda Clarity Fuel Cell à partir de 60 000 €. La Mercedes GLC F-Cell à partir de 70 000 €.
  17. Le chargement de voiture est soumis à des réglementations très strictes en France. Certes, dans certaines situations, le coffre et l’habitacle ne suffisent pas pour transporter « vos bagages ». Si bien que pour tout transporter, on se retrouve obliger d’ajouter des accessoires sur le toit du véhicule, voire même d’utiliser des dispositifs d’attelage pour obtenir des espaces supplémentaires. Mais vous devez savoir qu’un surplus de charge peut avoir des impacts directs sur la voiture. Et que si certaines règles ne sont pas respectées, cela peut également déranger la circulation. Et donc, engendrer des problèmes de sécurité. Vous voulez charger votre véhicule ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur les réglementations et les solutions possibles en cas de chargement de voiture. Chargement de voiture – Ce qu’en dit la loi A priori, il n’existe pas de loi vous interdisant d’utiliser des accessoires pour avoir des espaces supplémentaires sur votre véhicule. Vous pouvez, par exemple, fixer un porte-vélo sur le toit ou à l’arrière pour pouvoir transporter, justement, votre vélo. Mais pour des raisons de sécurité, vous devez notamment vous assurer que votre chargement ne constitue pas un danger pour vous-même, pour vos passagers et pour les autres usagers de la route. Le poids du chargement Lorsque vous chargez des bagages volumineux sur votre voiture, vous devez veiller avant tout à ce que le poids des chargements ne dépasse pas le PTAC prévu. Tout chargement peut effectivement avoir des conséquences directes sur les résistances aérodynamiques de la voiture, en particulier, s’il est placé sur le toit. Cela peut donc sérieusement impacter sur votre consommation de carburant, ce qui est moindre, mais surtout, sur la tenue de route, et donc sur votre sécurité. Par ailleurs, pour tout chargement supérieur à 500 kg, vous devez pouvoir fournir – en cas de contrôle – des documents vous autorisant à transporter de telles charges. Il peut s’agir de certificat d’immatriculation ou d’une déclaration à l’assurance. Les dimensions du chargement Toujours pour des raisons de sécurité, et pour ne pas avoir des problèmes avec les autorités routières, vous devez également vous assurer que le chargement respecte les règles suivantes : Il ne doit pas dépasser l’aplomb à l’avant du véhicule, pour ne pas gêner la visibilité du conducteur. Il ne doit pas faire plus de 2.55 mètres de largeur, pour ne pas perturber le mouvement de la voiture. Il ne doit pas faire plus de 3 mètres de longueur à l’arrière du véhicule, pour ne pas dissimuler les phares et la plaque d’immatriculation, et gêner aussi la circulation. Au-delà du mètre de dépassement réglementaire, il est obligatoire de placer des signalisations bien voyantes. Il n’y a, en revanche, aucune limite prévue pour la hauteur du chargement. Mais vous devez rester prudent si vous voulez pouvoir passer sous certains tunnels, ponts, parkings et péages où les hauteurs sont souvent limitées. Chargement de voiture – La vitesse On n’y fait rarement attention, et pourtant, la vitesse à laquelle vous roulez doit être revue lorsque vous portez une charge supplémentaire. Dans la mesure où la tenue de route ne sera pas la même à vide et chargé, vous devez donc partir du principe que les choses sont les mêmes pour la vitesse. Vous ne devez pas rouler à votre vitesse habituelle lorsque vous modifiez le poids de votre véhicule. Chargement de voiture – Les solutions possibles Les solutions qui vous permettront de transporter des bagages volumineux sans vous attirer les foudres de la police de la route sont nombreuses. Vous aurez notamment le choix entre : Les barres de toit, pour attacher facilement vos bagages sur le haut du véhicule. Les coffres de toit, très pratiques pendant les saisons pluvieuses et en cas de famille nombreuse. Les portes-vélos, si vous avez un ou plusieurs vélos que vous ne pourrez évidemment pas fourrer ni dans l’habitacle ni dans le coffre. La remorque si vous comptez transporter un chargement conséquent, pouvant aller jusqu’à plus de 750 kg, à condition que vous soyez titulaire d’un permis B. Bon à savoir : si vous optez pour la remorque, assurez-vous que le PTRA (Poids total roulant accepté) soit bien respecté. La valeur du PTRA égale à la somme du poids de la marque et de celui de la voiture. Et en règle générale, pour un permis B, celle-ci est limitée à 3500 kg. Au-delà, vous devrez suivre une formation en B96 si vous ne voulez vous faire taper sur les doigts.
  18. L’utilisation du siège auto est obligatoire en France. Et ce, pour tout enfant de moins de 10 ans, ou du moins, jusqu’à ce qu’il ait atteint la taille qui lui permettra d’utiliser seul la ceinture de sécurité, soit plus d’1m35. En d’autres termes, dès votre sortie de la maternité, vous devez en avoir un où vous pourrez installer votre bébé. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez le protéger efficacement à chaque trajet en voiture. Vous avez un bébé à bord ? Donc oui, vous avez besoin d’un siège auto. Mais la vraie question qui se pose est : lequel choisir ? Le marché en regorge et il est particulièrement difficile de savoir vers quel modèle se tourner. Voilà pourquoi, nous avons créé ce comparatif. Découvrez, sans plus tarder, notre sélection des meilleurs sièges auto pour 2019. Le Maxi Cosi Rock pour les moins de 12 mois Vous voulez le meilleur pour votre bébé ? Impossible de parler de siège auto sans penser à Maxi Cosi. Devenue une référence en la matière, comme tous les produits de la marque, le modèle Rock fait honneur à son constructeur. Le Maxi Cosi Rock allie à la perfection praticité, douceur et sécurité. C’est le siège auto idéal pour les enfants dès la naissance jusqu’à 12 ans. Et ce, grâce au rembourrage spécial dont la marque l’a dotée. Mais aussi à cause des mesures de sécurité qu’elle a prises pour assurer une protection optimale pour bébé. Au rendez-vous : l’installation obligatoire dos à la route prévu pour le protéger efficacement en cas de choc frontal ou latéral ; un système de fixation au choix (Isofix 2wayfix ou aux 3 points de la ceinture de sécurité de l’auto); et une protection supplémentaire pour protéger bébé du soleil. Le Maxi Cosi Rock répond également aux besoins des parents en termes d’ergonomie et de gain de temps. Très facile à démonter grâce à sa housse détachable et à l’absence de sangle, ce siège auto peut être clipsé directement sur la poussette. Plus besoin donc de déplacer bébé à la fin du trajet, au risque de le réveiller. Le siège auto TRIO de MyCarSit pour les moins de 6 ans Le siège auto Trio de MyCarSit fait l’unanimité auprès des parents. Et pour cause ? Dans cette catégorie d’âge, c’est celui qui offre le meilleur rapport qualité/prix. C’est un modèle deux en un qui peut supporter un poids maximal de 25 kg. En d’autres termes, vous pourrez l’utiliser dès la naissance de votre bout de choux, jusqu’à ce qu’il ait 6 ans environ. Ses atouts : un siège de marque française, certifiée aux normes ECE R44/04 ; une housse confortable, amovible et lavable – même à la main ; des rembourrages à la fois épais et doux, pour protéger efficacement l’enfant du choc ; et un harnais de sécurité à 3 points. Mais ce qui séduit le plus, c’est sa multifonctionnalité. Car ce siège auto peut aussi bien être fixé dos ou face à la route, en fonction de l’âge de l’enfant. Et tout cela, pour moins de 50 euros ! Le siège auto Discovery SL de Britax Römer pour les plus de 6 ans Fabriqué par l’illustre marque britannique Britax Römer, qui est quand même le fournisseur principal de siège auto en Grande-Bretagne et en Allemagne, le Discovery SL est le modèle idéal pour les enfants à partir de 6 ans. Conçu pour apporter confort et sécurité à votre enfant jusqu’à ses 12 ans, c’est un rehausseur qui peut supporter jusqu’à 36 kg de poids maximal. Vous l’apprécierez pour sa coque légère et compact, qui rend son transport facile, pour son dossier mobile qui lui permet de s’adapter à n’importe quelle voiture ; ses parois rembourrés expressément pour une protection optimale contre les chocs latéraux ; pour sa repose-tête règlable en hauteur qui lui permet de s’adapter à la taille de votre enfant : mais aussi pour son système de fixation multifonctionnel, qui vous donne le choix entre l’Isofix et Isofit Soft-Latch, dans le cas où le premier soit difficile d’accès. Etant donné ses capacités, on s’attend à avoir un rehausseur de grande taille, et encombrant de surcroît. Mais c’est tout le contraire ! Pesant à peine 4 kg, ce modèle au design irréprochable est étonnamment compact. Il prend nettement moins de place et permettra même à quelques frères et sœurs de s’installer à ses côtés. Et tout cela, à un prix défiant toute concurrence : moins de 100 euros !
  19. Avez-vous déjà entendu parler du permis C ? Très peu connu du grand public, surtout par rapport au permis B, il s’agit pourtant d’un des permis les plus demandés dans la catégorie des « Poids lourds » à ce jour. Selon les chiffres délivrés par la Sécurité Routière, il représente plus de la moitié des permis délivrés courant 2016 en France. Et ce, à côté des permis CE et D. Qu’est-ce que le permis C ? À quoi ça sert ? Combien coûte le permis de conduire C poids-lourd ? Comment l’obtenir ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le permis C. Tout savoir sur le permis C Les professionnels du transport routier sont dans l'obligation de conduire des poids-lourds afin de transporter leur cargaison dans toute la France et même à l'étranger. La conduite de poids lourds requiert des aptitudes particulières, notamment à cause du gabarit hors normes de ces véhicule. Voilà pourquoi, pour pouvoir conduire un véhicule lourd, destiné à être un « porteur », il est obligatoire de détenir un permis de la catégorie C. Qu’est-ce que le permis C poids lourds ? Le permis C est le document administratif donnant à son titulaire le droit de conduire un poids lourds. De façon plus exacte, le permis C permet de conduire des véhicules équipés d'une remorque pour le transport de marchandises et de matériels. En France, il peut être délivré à toute personne parlant et écrivant le Français et qui respecte les conditions suivantes : Etre âgée de 21 ans minimum. Etre titulaire du permis B. Etre jugé apte lors de la visite médicale. Contrairement aux permis voiture et moto, le permis C a une validité limitée dans le temps en fonction de l'âge du conducteur. Cette différence s'explique par le métier de transport routier qui nécessite des aptitudes spécifiques. Il est donc essentiel de vérifier la bonne capacité et santé d'un conducteur de poids-lourds ponctuellement. Sa durée varie en fonction de l’âge de son titulaire : 5 ans pour les moins de 60 ans. 2 ans pour les moins de 76 ans. 1 an pour les plus de 76 ans. Pour en savoir plus sur la durée de validité du permis poids-lourd en fonction de l'âge du chauffeur, voici la documentation officielle. À la fin de la durée de validité, le chauffeur devra valider son état physique lors d'un contrôle médical afin d'obtenir le renouvellement de son permis C. Pourquoi passer le permis C ? Le permis C est obligatoire si vous voulez conduire des poids lourds. Plus précisément, des véhicules porteurs de marchandises dont le PTAC (Poids total autorisé en charge) est supérieur à 3.5 tonnes, avec une remorque pouvant transporter jusqu’à 750 kg. Par conséquent, le passage du permis C est avant tout une question de besoin professionnel. Les transporteurs de marchandises en ont besoin pour pouvoir travailler. Voici la catégorie des véhicules pouvant être conduits grâce à un permis C : Les camions d’une capacité de 3.5 à 7.5 tonnes. Les camions à 2 essieux d’une capacité de 19 tonnes. Les camions à 3 essieux d’une capacité de 26 tonnes. Les camions à 4 essieux d’une capacité de 32 tonnes. Les tracteurs routiers sans remorque. Une personne qui envisage d'exercer le métier de chauffeur de poids-lourd devra donc obligatoirement passer son permis poids lourd pour pouvoir conduire ce type de véhicule. Mais selon le type exact de poids-lourd à conduire, le permis C se décline en plusieurs catégories. Liste des permis poids-lourds de la catégorie C Comme pour d'autres types de permis de conduire, le permis C se décline en plusieurs catégories. On peut répertorier plusieurs types de permis dans la catégorie C : le permis C, le permis C1, le permis C1E et le permis CE. Voici le guide des différents permis C qu'il est possible de passer en France pour le transport de marchandises. Permis de catégorie C Types de véhicule poids-lourd Le permis C Le permis C permet de conduire un poids lourd dont le PTAC est supérieur à 7.5 tonnes, et dont la remorque peut transporter 750 kg. Le permis C1 Le permis C1 permet de conduire un poids lourd dont le PTAC n’excède pas 7.5 tonnes, et dont la remorque peut transporter 750 kg. Le permis CE Le permis CE permet de conduire un poids lourd dont le PTAC est supérieur à 7.5 tonnes, et dont la remorque peut transporter plus de 750 kg. Le permis C1E Le permis C1E permet de conduire un poids lourd dont le PTAC n’excède pas 7.5 tonnes, et dont la remorque peut transporter plus de 750 kg. Combien coûte le permis de conduire C poids-lourd ? Il est difficile de donner le coût du permis C avec précision. Le tarif dépend en effet et avant tout de l’auto-école que vous contacterez et de la capacité du candidat à réussir rapidement les épreuves du permis C. Mais vous devez savoir que le budget dont vous aurez besoin doit comprendre : Le coût de la formation. Le coût du code de la route. Le coût de la visite médicale. Le coût de la FIMO. Le prix de la formation au permis C Mais à titre indicatif, pour passer votre permis de conduire C poids-lourd, vous devez débourser entre 2.300€ et 3.000€. À cela, vous devez également ajouter quelques dépenses supplémentaires, à savoir : 30 € pour la présentation à l'épreuve du code, si vous ne l’avez pas encore passé. 36 € pour la visite médicale qui doit être effectuée par un médecin désigné par la préfecture. Toutefois, le passage du permis C est souvent pris en charge par l'employeur qui finance alors cette formation. D'ailleurs, ce permis peut être financé via votre compte personnel de formation (CPF). Le coût de la FIMO Et pour finir, vous devez vous acquitter des frais de la FIMO (Formation Initiale Minimale Obligatoire). Comme son nom l’indique, il s’agit d’une formation que vous devez suivre si vous souhaitez obtenir votre permis C. Obligatoire, elle est dispensée par le Ministère des Transports et a pour objectif de perfectionner vos connaissances en matière de conduite, et ce, aussi bien en théorie qu’en pratique. A la fin de cette formation, vous obtiendrez une attestation. Mais avant cela, vous devrez payer aux environs de 2.000€. Aides financières pour le passage du permis C Vous l’aurez constaté, pour obtenir votre permis C et avoir le droit de conduire un poids-lourd, ou exercer le métier de conducteur routier de marchandises, vous aurez besoin d’un budget moyen de 5000 € environ. C’est assez conséquent, mais la bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui, il vous est possible d’obtenir des aides financières qui vous permettront d’alléger ce budget. Le financement du permis C par Pôle Emploi Pôle Emploi propose une aide financière à toute personne, à la recherche de travail, et souhaitant passer le permis C. Pour bénéficier de cette aide, vous devez remplir les conditions suivantes : Vous devez être demandeur d’emploi (indemnisé ou non). Vous devez prendre un rendez-vous avec un conseiller Pôle Emploi. Vous devez présenter votre projet. En fonction de votre situation, et du marché, Pôle Emploi pourra vous offrir un budget pour vous aider à payer la formation au permis C. En sus, il pourra aussi vous offrir : Une allocation de retour à l’emploi formation si vous êtes demandeur d’emploi indemnisé. Une rémunération de Formation Pôle Emploi si vous êtes demandeur d’emploi non indemnisé. Le financement du permis C par l’employeur Vous pouvez également demander à l’entreprise dans laquelle vous travaillez de financer une partie de la formation. Vous pourriez avoir gain de cause si celle-ci a besoin d’un chauffeur, et que vous souhaitez donc obtenir votre permis C, pour pouvoir répondre à cette demande. Il est fréquent de voir des patrons financer le permis C à de jeunes travailleurs qu'ils souhaitent embaucher. Vous pouvez également demander à ce que la formation soit, en partie, financée grâce au Projet de Transition Professionnelle (ex Compte Individuel de Formation). Si vous n’avez pas encore épuisé les heures de formation auxquelles vous avez droit, notez que vous pouvez aussi puiser dans votre compte de formation pour financer l’obtention de votre permis de conduire. Comment se former au permis du groupe C ? La formation du permis C est composée d'étapes théoriques et pratiques qui se terminent ensuite par une série d'examens afin d'évaluer vos compétences à conduire un camion poids-lourd. Bien évidemment, pour obtenir votre permis C, vous devez suivre une formation en vous inscrivant dans une école de conduite spécialisées. La formation est plus encadrée pour pour une voiture classique en raison des risques d'accident plus importants lors de l’apprentissage de la conduite d'un camion ou d'un bus par exemple. Où se former pour passer le permis C ? Il existe des écoles et organismes de formations spécialisés dans la formation aux permis de catégorie C. Vous pourrez suivre la formation pour le permis de conduire C au centre que vous voulez. Vous aurez le choix entre les centres de formation et les auto-écoles. Une fois inscrit, vous aurez normalement le droit de choisir le type de formation que vous voulez : la formation classique ou la formation accélérée. Comment se déroule la formation et l’examen du permis C ? La formation se divise en deux parties : La formation théorique, hors circulation, qui vous permet d’apprendre tout ce qu’il y a à savoir sur les règles et les techniques spécifiques à la conduite d’un poids-lourd ; mais aussi de vous habituer progressivement au gabarit du véhicule. La formation pratique, en circulation, qui vous permet de mettre en pratique ce que l’on vous a enseignés en théorie. L’examen, quant à lui, se divise en trois parties : L’épreuve du code (obligatoire si vous l’avez passé il y a plus de 5 ans). L’épreuve hors circulation, qui dure 30 minutes environ et qui comprend un test oral ; un test écrit ; un test sur le véhicule, pour déterminer vos connaissances en la matière ; et un test sur plateau qui permet de tester vos compétences en maniabilité (marche arrière, arrêt de précision, mise à quai, stationnement en zone matérialisée). L’épreuve en circulation, qui dure 60 minutes environ et qui permet de tester vos aptitudes en conduite. L’examen est considéré comme réussi lorsque vous obtenez plus de 17 points. La durée moyenne pour obtenir le permis C La formation pour obtenir le permis de conduire C dure généralement entre 2 à 4 semaines. La durée de la formation dépend de votre disponibilité et de la validité de votre dernier examen de code. Sans code, vous aurez besoin d’une centaine d’heures environ. Mais si vous devez le repasser, la formation peut prendre jusqu’à 140 heures. Mais notez aussi que vous n’êtes pas obligé de suivre une formation classique. Il est possible de raccourcir la durée de la formation en suivant des cours intensifs et accélérés.
  20. Accessoire indispensable pendant la saison estivale, le pare-soleil de voiture diffère selon le besoin des automobilistes. Toutefois, il convient de se focaliser sur quelques points afin de faire le bon choix. Quel pare-soleil de voiture est meilleur ? Comment bien choisir son pare-soleil ? Cet article zoome sur les avantages du pare-soleil et cite les différents modèles qui existent. Alors quel sera le vôtre ? L’intérêt d’un pare-soleil de voiture Capital pour tout véhicule, sommes-nous nous déjà demandés les raisons pour lesquelles le pare-brise automobile nous est nécessaire. Voici les avantages dont un simple article de voiture de ce genre peut apporter. Garant d’une longue vie La principale fonction d’un pare-soleil de voiture, c’est de protéger contre les rayons ultraviolets (ou UV) qui nuisent la santé. Étant donné que la plupart des pare-brise sont faits avec des vitres claires, les rayons UV transpercent facilement la vitre et entrent en quelques secondes dans la voiture. Rappelons que les UV sont des composants de la lumière du soleil, imperceptibles à l’œil nu, et responsables de certains cancers de la peau, du bronzage de la peau, du vieillissement du cristallin, de la cataracte, de la faiblesse du système immunitaire... Assure la sérénité au volant Le pare-soleil de voiture aide également le conducteur à se mettre à l’aise dans son véhicule en maintenant une température convenable, autant pour les courses en ville durant les embouteillages, que pour les longs voyages. Un chauffeur qui ne sent pas bien au volant à cause d’une chaleur excessive risque d’avoir un malaise et de provoquer un accident par la suite ; d’où l’importance de faire le bon choix d’un pare-soleil de voiture. Garantit la sécurité des voyageurs L’utilisation d’un pare-soleil de voiture n’est pas seulement pour l’intérêt du conducteur, il en est de même pour les passagers, notamment pour les enfants, car ceux-ci sont plus sensibles aux rayons UV par rapport aux adultes. La peau des enfants étant fragile, est plus réactive à ce genre de rayon. De ce fait, les enfants sont plus sujets au cancer de la peau avec une exposition prolongée au soleil. Économiquement avantageux Substitut de la climatisation, le pare-soleil de voiture est une bonne alternative, car celui-ci ne consomme aucune énergie. Une climatisation qui marche constamment en cours de route est coûteuse et considérée comme une superflue, tandis qu’un pare-soleil procure un état de fraîcheur naturel et inégalé dans la voiture. Il est clair que ce choix est porté par nombreux automobilistes. Différents modèles de pare-soleil de voiture Allant des plus simples vers les plus perfectionnés, une panoplie de modèles de pare-soleil de voiture s’offrent aux utilisateurs et ce, sous différents formats. Il est judicieux de les présenter tous, de sorte que chacun y trouve son compte. Le pare-soleil de voiture classique Il est malléable et se pose facilement sur le pare-brise en seulement quelques minutes. Le souci pour ce genre de pare-solaire, c’est qu’il n’est seulement conçu que pour le pare-brise, de fait les vitres latérales des véhicules ne sont pas protégées, ou il nécessite une certaine machination qui n’est pas trop commode pour son adaptation. A part cela, ce dernier n’est pas compatible à tout type de véhicule. Le pare-soleil de voiture rétractable Celui-ci est fixé par des ventouses sur les vitres de voiture, de sorte que l'utilisateur n’a pas besoin de déballer le pare-soleil à chaque utilisation. Cette version n’occupe pas d’espace dans la voiture, et ne risque pas de se perdre. Cela convient aux automobilistes qui ont tendance à vite oublier les endroits où ils rangent leurs affaires. Le pare-soleil SPF Le SPF ou Signifiant Sun Protection Factor est un outil d’évaluation de protection contre les UVB. De ce fait, le type de pare-soleil de voiture qui procure cette option est de plus en plus apprécié, car celui-ci offre encore une protection maximale. Les automobilistes se sentent plus en sécurité et rassuré en utilisant ce genre de pare-soleil de voiture. L’option «sur-mesure» Des recherches ont été faites et il existe actuellement des pare-soleil de voiture bien plus innovants. Ils s’adaptent à n’importe quel type de voiture, car bon nombre d’utilisateurs se plaignent de ne pas avoir la bonne taille de pare-soleil de voiture qui couvre entièrement tout le pare-brise. Ce qui règle le problème. Dernièrement, on trouve des pare-soleil conçus pour les vitres latérales de voiture, et les vitres arrière qui ont été souvent négligées par les concepteurs de pare-soleil de voiture d’avant. Le pare-soleil de voiture écologique Ce type de ce pare-soleil de voiture a été inventé pour les soucieux de l’environnement. Ce qui le spécifie des autres ce sont les matières premières avec lesquelles on les a fabriqués, elles ont été scrupuleusement sélectionnées pour respecter l’environnement. Ils sont faits avec des tissus souples, résistants, et inoffensifs pour la santé. Le genre résistant L’un des premiers critères pour le choix de tout accessoire de voiture est sa résistance, il en est de même pour le pare-soleil. Chaque automobiliste doit se préoccuper de la durée de vie de son pare-soleil afin d’éviter les surprises en cours de route. Un pare-soleil qui s’abîme tout d’un coup pendant le trajet peut générer un gène chez le conducteur, ainsi les voyageurs ne sont pas à l’abri de l’accident. Le modèle personnalisé Au-delà d’être un moyen de protection solaire pour les voitures, le pare-soleil de voiture est de nos jours personnalisable, ainsi chaque automobiliste peut l’acquérir à la façon dont il le veut, coloré, avec des imprimés, ceci pour stimuler la concertation en cours de route. La version personnalisée peut aussi distraire les passagers, spécialement les enfants, avec les pare-soleil imprimés de dessins animés, ils ne risquent pas de s’ennuyer en cours de route. Le pare-soleil de voiture discret Il va sans dire que la discrétion est aussi une des qualités associées au pare-soleil, outre son rôle protecteur. Ce pare-soleil est une sorte de barrière pour les passagers. Il est teinté, de sorte que les gens de l’extérieur ne puissent voir ce qui se passe à l’intérieur des voitures. Autant dire que ce sont les options qui diffèrent chaque modèle. Cela dit, leur fonction principale demeure le même. Malgré les efforts déployés par les concepteurs d’accessoires de voiture en combinant les diverses fonctionnalités en un seul produit, il est difficile pour les automobilistes de trouver le pare-soleil idéal. L’essentiel est de trouver ce qui convient à vos attentes.
  21. Entre le porte vélo et le porte bagage, le choix est vite fait lorsqu’on est cycliste. Pouvoir emporter son vélo partout, savoir plus avoir à le monter et à le descendre du toit du véhicule à chaque fois, et sans devoir encombrer la malle, ce sont les avantages principaux du porte vélo. Pratique et facile à utiliser, il se fixe sur votre véhicule en deux temps trois mouvements. Et le meilleur : il peut être placé aussi bien sur le toit, sur le coffre que sur l’attelage. Comment bien choisir son porte vélo ? Quel modèle et quelle marche de porte vélo choisir ? Vous trouverez les réponses à ces questions dans notre petit guide d'achat. Comment bien choisir son porte vélo ? Le porte vélo, comme le laisse clairement indiquer son nom, est un dispositif conçu pour faciliter le transport de deux roues par un autre moyen de transport. Destiné à être fixé à une voiture généralement, il se fixe – grâce à des systèmes de fixation et de sangles – directement sur le véhicule. Ce qui permet de le transporter n’importe où, et ce, sans devoir le démonter. Les différents types de porte vélo Sur le marché, on peut distinguer 3 types de porte vélo. Le porte-vélo d’attelage C’est le plus facile à utiliser, car il se fixe très simplement à l’arrière de la voiture grâce à des sangles. Le vélo doit, par la suite, être installé sur les rails. Le porte vélo d’attelage offre également l’avantage d’être pratique. Que vous choisissiez le modèle fixe ou mobile, cet équipement offre une grande stabilité, et se distingue par le fait qu’il a une grande capacité. Pouvant porter jusqu’à 6 vélos en effet, c’est le modèle idéal si vous partez en vacances en famille et que vous prévoyez de faire des balades en vélo tous ensemble. Le porte vélo de toit Le porte vélo de toit est – comme son nom l’indique – un équipement qui doit être installé aux barres de toit de votre voiture. Son principal avantage par rapport au porte-bagage : la fixation du vélo se fait très simplement. Il suffit d’attacher les sangles sur les barres et de poser le vélo sur les rails et le tour est joué ! Le principal avantage de ce modèle est qu’il est très stable. Et ce, malgré l’absence de cordes avec lesquelles on pourrait attacher le vélo. Il a également une grande capacité, car il peut transporter jusqu’à 4 vélos. Le porte vélo « sac à dos » Le porte vélo « sac à dos » se place - comme vous pouvez vous y attendre – à l’arrière de la voiture. Il se fixe généralement sur le coffre. Ses particularités : il est, sans aucun doute, l’équipement de transport de vélo le plus facile à utiliser. C’est également le modèle qui offre le maximum de stabilité. Il est également très peu encombrant. Le seul souci, c’est que vous aurez du mal à ouvrir votre coffre si vous optez pour ce modèle. Les critères à prendre pour bien choisir un porte vélo Les portes vélos ne sont pas particulièrement nombreux sur le marché. Choisir entre les modèles disponibles ne devrait donc pas être difficile. Cependant, pour éviter de dépenser pour rien, la prudence reste de mise. Mieux vaut prendre le temps de bien choisir, et ce, en se basant avant tout sur vos besoins, c'est-à-dire en fonction : Du nombre de vélos dont vous disposez. C’est ce paramètre qui définit la capacité de portage que vous devez choisir pour votre porte vélo, sachant qu’en fonction du modèle, celui-ci peut transporter jusqu’à 6 deux roues. Il est important que ce dernier puisse au moins permettre le transport des vélos de toute la famille. Du système de fixation, parce qu’il peut aussi être différent pour chaque modèle. L’essentiel est de choisir celui qui va s’adapter le plus à votre véhicule, et qui vous semblera le plus simple possible. Et tout cela, tout en vous apportant le maximum de stabilité, de fiabilité et de sécurité. De la polyvalence de l’équipement, car tous les vélos que vous transporterez ne seront pas forcément les mêmes. Il est donc important que le porte vélo choisi puisse s’adapter à n’importe quelles deux roues. Des options supplémentaires, car ils peuvent rendre votre porte-vélo encore plus pratique, et ils peuvent faire une grande différence. Aujourd’hui, vous pouvez opter pour un modèle basique. Mais vous pouvez également choisir ceux qui peuvent s’incliner, ceux qui peuvent être fixés sur le coffre sans le bloquer, ceux qui ne cachent pas le numéro d’immatriculation, ceux qui peuvent basculer, etc. Quel porte vélo choisir ? Voici notre sélection des 3 meilleurs porte vélos pour 2019. Le porte-vélo basculant d’Eufab Le porte-vélo d’Eufab figure parmi les plus appréciés. Il s’agit d’un modèle basculant de grande qualité qui se fixe facilement et rapidement, et qui dispose en supplément d’un système anti-vol. Livré avec les accessoires complets (cadres, sangles, rampe d’éclairage), il a une capacité de portage particulièrement élevée : il peut supporter une charge maximale de 70 kg, l’équivalent de 4 vélos. Le porte-vélo attelage de Thule Hangon Le porte-vélo attelage de Thule Hangon offre un bon compromis entre la qualité et le prix. Pour moins de 150 euros, ce modèle propose de nombreuses options rendant son utilisation le plus simple possible. C’est un porte-vélo basculable proposant une solution de transport sur boule d’attelage caravane, qui se caractérise par un système de fixation résistant et pré-réglable, ainsi qu’une hauteur de chargement facile d’accès. A fixer sur l’arrière de votre véhicule, ce porte-vélo peut porter jusqu’à 4 vélos et a aussi été conçu pour offrir un maximum de praticité. Une fois installé, il ne bloque pas le coffre. Et il se range également très aisément. Le porte vélo pas cher et rabattable de Mottez Ce porte vélo pas cher de Mottez est l’idéal si vous avez un budget limité. C’est un modèle compact de haute qualité, offrant de nombreux avantages : il est rabattable, le coffre n’est donc pas bloqué ; il propose une fixation sans outils et sans réglables, il se fixe donc en deux temps trois mouvements ; il peut aussi se régler à l’horizontal et dispose d’un système de verrouillage antivol. Le porte vélo de Mottez peut supporter une charge maximale de 45 kg, soit l’équivalent de 3 vélos.
  22. Il est facile de démarrer une voiture en situation normale. C’est même la première chose qu’on nous enseigne quand on apprend à conduire. Cependant, il se peut que des fois, votre batterie se décharge ou tombe en panne. Vous avez beau essayer de démarrer en y mettant votre énergie, mais cela n’a rien donné ? Il vous faudra recourir à d’autres méthodes pour y arriver. Si vous ne savez pas comment faire, nous allons vous le montrer. Vous découvrirez dans cet article comment démarrer une voiture avec des câbles. Les précautions à prendre Avant d’entrer les détails, voici quelques mesures de précautions que vous devez prendre afin d’éviter tout incident. Bien entendu, vous aurez besoin d’une autre voiture pour vous dépanner. Essayer de placer cette dernière le plus proche possible devant la vôtre. Cependant, veillez à ce qu’elles n’entrent pas en contact. Ce n’est pas toujours évident, n’oubliez pas de vérifier l’emplacement de la batterie sur chacune des deux voitures. Pour certains véhicules, celle-ci ne se trouve pas sous le capot. Il va de soi que la batterie avec laquelle vous allez dépanner la vôtre doit être au moins de puissance égale. Comme vous aurez à brancher les batteries de deux voitures, soyez prudent et vigilant. Si vous avez des gants et/ou des lunettes dans votre boîte à gants, c’est le moment de les utiliser pour vous protéger. Mieux vaut prévenir que guérir, n’est ce pas ? Par ailleurs, si vous vous trouvez au beau milieu de la route, placez un panneau de triangle et portez votre gilet jaune pour signaler votre présence aux autres conducteurs. Cela les mettra en garde et leur permettra d’adopter la bonne attitude de conduite en roulant à côté de vous. Procédez au dépannage avec sécurité Une fois que vous avez ouvert le capot, enlevez les caches de votre batterie ainsi que celles de l’autre voiture. Ensuite, identifiez les bornes « + » et « - » de chaque batterie pour ne pas les confondre. Vous pouvez commencer à dérouler les câbles de démarrage. De préférence, choisissez des câbles d’une longueur suffisante pour ne pas vous gêner pendant l’intervention. N’essayez pas de rallonger les câbles, car le courant qui y circule est d’une très haute intensité. Difficile de prédire ce qui pourrait se passer si vous les touchez par inadvertance. Par ailleurs, utilisez des câbles adaptés à votre type de voiture. Ces derniers sont munis de pinces crocodiles à leur extrémité. Rappelez-vous que le câble rouge correspond à la cosse positive et le câble noir va de pair avec la cosse négative. Veillez à bien respecter la polarité quand vous placez les pinces de ces câbles. De même, il faut toujours connecter les pinces rouges avant les pinces noires. Ainsi, vous pouvez être sûr de ne pas provoquer un court-circuit. Comment effectuer le dépannage Rappelons d’abord qu’il faut brancher les câbles rouges sur les bornes « + » et ce avant les noirs. Par contre pour les pinces noires, vous placez celle du véhicule à dépanner sur la borne négative. Concernant le câble noir de la voiture de secours, branchez-le à une partie métallique du véhicule. C’est-à-dire sur un boulon ou sur la carrosserie elle-même. Mettez la voiture en état de marche au point mort. Puis serrez bien les freins avant de la démarrer. Laissez son moteur tourner au ralenti pour que sa batterie recharge la vôtre. Après quelques minutes, vous pouvez essayer de démarrer votre voiture pour voir si la méthode fonctionne. Si après cette première tentative votre voiture refuse encore de démarrer, pensez à vérifier si les pinces ont bien été connectées. Autrement, soit il y a un souci avec l’alternateur, soit c’est votre batterie qui est endommagée. Une fois que la voiture a démarré, attendez quelques instants avant de remballer vos outils. Juste le temps de vous assurer qu’il n’y a plus aucun problème. Appuyez un peu sur la pédale de l’accélérateur pour que l’alternateur puisse bien recharger votre batterie. Soyez toujours vigilant même après le dépannage Pour enlever les câbles, vous devez toujours procéder par étape, mais cette fois dans l’ordre inverse. Commencez par débrancher la pince du câble noir reliée au boulon de la voiture en panne. Puis, continuez avec celle de l’autre voiture. Pareil pour les pinces du câble rouge. Toutefois, faites attention à ne pas toucher des appareils mécaniques de la voiture en retirant les pinces. Cela pourrait causer un court-circuit et provoquer un incendie. Enfin, il ne vous reste plus qu’à remettre les caches sur les batteries. Vérifiez l’état de votre batterie avant de reprendre la route Pour plus d’assurance, éteignez votre moteur et démarrez à nouveau pour voir si votre batterie arrive à tenir le coup. Il se pourrait que celle-ci présente d’autres problèmes pour lesquels vous pourriez encore avoir besoin d’une assistance. Ce serait dommage de laisser partir la voiture qui vous a dépanné alors que votre batterie ne marche pas encore très bien. À moins qu’il ne s’agisse du véhicule d’une personne que vous connaissez. Là c’est différent, vous pourrez toujours l’appeler pour vous donner un coup de main. Rappelez-vous, au fur et à mesure que le moteur tourne, votre batterie recevra davantage de charge. Donc, ne le coupez plus. Si possible, roulez un peu pour recharger complètement votre batterie. Bonne route ! Avouez que ce n’est pas si compliqué de démarrer une voiture avec des câbles. Il vous fallait juste connaître les démarches à suivre. Mais avant de toucher à quoi que ce soit, n’oubliez pas de vérifier que c’est bien au niveau de la batterie où se situe le problème. Si tel est le cas, mettez en pratique tout ce que vous avez appris dans cet article. Toutefois, n’hésitez pas à faire appel à un proche qui s’y connaît mieux que vous si vous avez peur de faire un court-circuit. Espérons que votre batterie ne vous lâchera pas juste au moment où vous êtes pressé. La prochaine fois, assurez-vous d’avoir bien éteint les feux avant de quitter votre voiture. Il serait également judicieux de revoir le circuit de charge de votre batterie. Sur ce, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne route ! Et surtout, prenez bien soin de votre batterie pour ne pas tomber en panne quand vous voyagerez loin.
  23. La technologie de l’industrie de l’automobile a beaucoup évolué pendant ces deux dernières décennies. Les passionnés de voitures ont du mal à faire leur choix avec plusieurs modèles sur le marché. Sans parler des différentes options dont les véhicules d’aujourd’hui sont équipés. Les SUV sont incontestablement devenus à la mode et ont conquis un grand nombre d’amateurs de véhicules utilitaires. Mais la question qui se pose est : « Quel SUV choisir pour l’année 2019 ? » C’est ce que nous allons voir dans cette revue, en espérant qu’elle vous sera utile pour vous aider à faire votre choix. C’est quoi d’abord un SUV ? Beaucoup de gens ont entendu parler de SUV et veulent en acquérir un sans vraiment savoir à quoi cela ressemble. Tout d’abord, SUV est l’abréviation de Sport Utility Vehicle ou véhicule utilitaire sport. C’est une voiture monospace qui a les mêmes caractéristiques que celles d’un 4x4. Elle a aussi une hauteur de position de conduite assez importante avec une performance assez remarquable. Ce type de voiture peut rouler en ville, tout comme sur des terrains difficiles. Toutefois, il faut préciser que certains SUV ne sont pas équipés de quatre roues motrices. Par ailleurs, presque tous les modèles actuels de SUV comportent cinq portes. Le Peugeot 3008/5008 Ce modèle de voiture séduit particulièrement les Français grâce à sa forme géométrique élégante et son intérieur moderne. La technologie et le confort de ce véhicule vous donnent l’impression d’être à l’intérieur d’une Mercedes ou une Audi. Ce n’est pas pour rien que plusieurs magazines lui ont décerné le prix de la meilleure voiture dans leurs classements. Le modèle 5008 est juste en fait une version plus longue du Peugeot 3008, donc plus d’espace. Celui-ci convient parfaitement aux familles nombreuses qui ont besoin de plus de places pour voyager. Le Dacia Duster Cette voiture de la marque Renault est remarquable par sa petite taille charmante et raffinée. Elle figure aussi sur la liste des SUV les plus appréciés des automobilistes. Pour preuve, le Dacia Duster est le modèle le mieux vendu par le groupe Renault en 2014. D’un confort inégalable, il garantit une conduite facile. Et pourtant, c’est le SUV low-cost de Renault, et même le moins cher du marché. Ce modèle est populaire et séduit beaucoup de gens. C’est la voiture idéale pour aller au travail ou tout simplement pour se promener en ville. Le Renault Kadjar Le Renault Kadjar figure sur la liste des voitures SUV les plus vendues en France, juste après le Duster. Avec un intérieur qui comprend un habitacle confortable et spacieux, ce SUV procure une agréable sensation de bien-être. Que vous vous trouviez à la place du conducteur ou celle du passager, les sièges sont luxueux et bien épais. Sans oublier que cette voiture dispose d’une technologie bien avancée avec un large écran tactile sur le tableau de bord. C’est le véhicule des temps modernes pour ceux qui recherchent du confort et de la technologie. Le Citroën C5 Aircross C’est la nouvelle version familiale de Citroën qui garantit le confort total aux voituriers. Le C5 Aircross est en compétition avec le SUV Kadjar de Renault. Citroën a ajouté une petite touche de technologie à sa création pour aider davantage les automobilistes dans leur conduite. Bien entendu, c’est dans le but de mieux les apprivoiser. Apparemment, c’est bien réussi. Beaucoup de gens semblent être attirés par cette merveille de Citroën. L’habitacle comprend des sièges larges et épais pour assurer plus de confort. Sans oublier les suspensions à butée hydraulique progressive que la marque a intégrées à ce nouveau modèle. Le Toyota C-HR Ce SUV a un design moderne séduisant avec une touche de noblesse et d’élégance. C’est une version robuste et à la fois puissante du SUV que Toyota nous montre là. Son look unique donne à cette voiture un style urbain dynamique et souple. Les sièges en cuir offrent un confort de conduite agréable. De plus, ce véhicule est écologique. Sa faible émission de C02 aide à préserver la nature contre la dégradation de la planète. Rien qu’en voyant ce modèle, vous serez conquis. La Mercedes-Benz GLC La marque allemande veut nous impressionner avec son nouveau SUV hybride rechargeable. Eh oui, Mercedes entre dans la compétition tout en respectant la nature. Il ne faut pas le cacher, c’est un point avantageux pour cette voiture de Mercedes face à ses nombreux concurrents sur le marché. Elle a même affiché un nombre de ventes assez spectaculaire en 2018. Mais ce n’est pas tout ; ce modèle a aussi d’autres atouts qui le mettent en valeur. On reconnaît bien, entre autres, la signature de la marque Mercedes grâce au niveau de confort et d’élégance de ce Mercedes-Benz GLC. L’Alfa Romeo Stelvio Le créateur de ce véhicule a misé gros sur ce modèle. Celui-ci reflète beaucoup d’originalité dans le style avec une image de sportivité. À première vue, cette voiture attire beaucoup l’attention sur la carrosserie qui a été conçue avec un design époustouflant. Si on rentre un peu dans les détails, on remarque quelques défauts dans la finition. Mais ce sont des points qui ne changent rien quant au charme et à l’élégance de la voiture. Le Volkswagen Tiguan Avec la dernière technologie inventée par le groupe VAG, le Volkswagen Tiguan n’a rien à envier aux autres voitures SUV. En effet, il est équipé d’un écran tactile 8 pouces qui peut être contrôlé à distance par des commandes gestuelles. En tout, ce SUV comprend 24 fonctions qui vous étonneront, les unes comme les autres. Par ailleurs, ce modèle est disponible en une plus longue version, le Tiguan Allspace. Pouvant accueillir 7 passagers, ce dernier dispose d’un coffre qui peut contenir jusqu’à 700 litres. Le Mazda CX-5 Le Mazda CX-5 privilégie beaucoup plus l’aisance de conduite. L’emplacement des pédales, le siège ainsi que le tableau de bord lui permettent d’être en parfaite harmonie avec le véhicule. Mais les passagers n’en sont pas pour autant défavorisés. L’habitacle est à la fois spacieux et confortable avec un bruit de motorisation discret. C’est le SUV familial par excellence. C’est un réel plaisir de rouler en voiture à l’intérieur de ce Mazda CX-R. C’est vrai que les SUV constituent une excellente option pour rouler en ville et effectuer vos courses. Ils sont aussi parfaits pour partir à l’aventure et découvrir des terres inconnues. Nous avons passé en revue les meilleurs SUV 2019. Espérons que cette liste vous a été d’une grande utilité dans votre choix de SUV pour 2019.
  24. La garantie « dépannage auto » n’est pas obligatoire, mais dans certaines circonstances, elle peut s’avérer pratique. Si vous vous retrouvez avec un pneu crevé alors que vous n’avez pas de roue de secours, si votre batterie tombe soudainement à plat, si vous avez eu un accident… Il n’y a rien de pire que de se retrouver en plein milieu de nulle part, avec une voiture qui ne peut pas rouler. Certes, vous pouvez faire appel à un dépanneur et faire remorquer votre auto. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? Car une chose est sûre, les frais que vous allez devoir payer pour faire transporter votre voiture au garage le plus proche vont être élevés. Heureusement, les compagnies d’assurance l’ont compris et ont anticipé ce genre de situation avec la garantie « assistance ». Qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ? Quels sont les avantages à en souscrire une ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur la garantie « dépannage auto ». Qu’est-ce que la garantie « dépannage auto » ? Le dépannage auto fait partie des garanties de base déjà assorties à votre assurance auto. Il est généralement inclus que vous ayez souscrit une assurance au tiers ou une assurance tous risques. Le principe de la garantie dépannage auto La garantie assistance vous permet de bénéficier d’un service de dépannage auto en cas de besoin, et ce, à tout moment. En d’autres termes, si vous vous retrouvez en panne quelque part, grâce à cette garantie, vous pourrez bénéficier des services d’un dépanneur professionnel et agréé, pour transporter votre voiture de là où elle est à l’endroit que vous souhaitez (chez vous ou un garage). Et tout cela, aux frais de votre assureur. Concrètement, si vous êtes bloqué quelque part, vous devez juste contacter votre assureur en utilisant le numéro de téléphone indiqué dans votre certificat d’assurance. Ce dernier se chargera de vous envoyer un dépanneur : Soit pour réparer votre voiture sur place, de sorte que vous puissiez l’utiliser à nouveau après réparation. Soit pour remorquer votre voiture à l’endroit de choix, si la réparation n’est pas possible sur place. Quand faire appel à votre garantie assistance ? En règle générale, la garantie assistance vous permet de bénéficier des services de dépannage auto 24h/24, et ce, dans les situations suivantes : Si vous avez eu un accident Si votre voiture tombe en panne Si votre pneu est crevé Si votre batterie est HS Si votre réservoir est à sec Si vous rencontrez un problème de clé (perdu, volé, cassé, enfermé, bloqué, etc.) Si vous êtes victime d’un bris de glace Que couvre la garantie « assistance » ? La garantie assistance ou « dépannage auto » propose une couverture à la fois matérielle et logistique. Du niveau de cette dernière va dépendre l’étendue des services dont vous allez bénéficier en cas de sinistre. En règle générale, une garantie assistance basique inclut : La réparation de la voiture sur place. Le remorquage de la voiture. La récupération de la voiture après réparation. Mais si vous souscrivez une garantie « dépannage auto » complète, vous pouvez également bénéficier ! La prise en charge du transport du conducteur et des passagers. La prise en charge de l’hébergement du conducteur et des passagers. La mise à disposition d’un véhicule de remplacement en attendant que la voiture soit réparée. Les services vont également dépendre d’un assureur à un autre. Aussi, n’hésitez pas à vous renseigner et à comparer avant de souscrire votre contrat d’assurance auto. Quelles sont les limites de la garantie « dépannage auto » ? Vous devez être extrêmement vigilent. Car s’il est vrai que la garantie assistance fait partie des prestations de base dont vous bénéficiez automatiquement lorsque vous souscrivez une assurance auto, comme dit précédemment, la couverture peut différer d’un assureur à un autre. En particulier si vous souscrivez une assurance « au tiers ». Les services qu’on vous offrira peuvent être très limités. Pour éviter les mauvaises surprises en conséquence, avant de souscrire, prenez le temps de vérifier certains points. La franchise kilométrique Vérifiez bien que la garantie souscrite n’est pas limitée par une franchise kilométrique. L’idéal serait de souscrire un contrat proposant une assistance avec une formule « 0 kilomètre ». Cela signifie que vous pourrez bénéficier des services de dépannage auto sans aucune limite quant à la distance. En revanche, si on vous propose une formule « 50 kilomètres », cela signifie que vous ne serez pas dépanné si vous vous trouvez à moins de 50 km de chez vous. Et que si vous demandez une assistance, vous devrez vous acquitter d’une franchise kilométrique. Autrement dit, vous devrez probablement payer une partie des frais de dépannage et de remorquage. Les véhicules de remplacement Dans le cas où la réparation sur place n’est pas possible, assurez-vous que vous pourrez bénéficier d’un véhicule de remplacement pour pouvoir circuler, et ce, même si votre voiture est en panne. En règle générale, ce service est inclus si vous avez souscrit une assurance tous risques, mais prenez quand même le temps de vérifier. L’hébergement Vérifiez également si votre garantie dépannage auto vous permettra de bénéficier d’une prise en charge de l’hébergement. De même, portez une attention particulière au forfait proposé, car en règle générale, il y a une limite à ne pas dépasser.
  25. Une butée d’embrayage HS ? Une seule solution s’impose : il faut la changer. Et malheureusement, pas la butée défectueuse uniquement, mais le kit en entier. Tout simplement parce que si la défaillance de la butée vient du système, la changer ne sert strictement à rien. Tant que la source du problème n’est pas détectée et réglée, la nouvelle butée subira le même sort que la première. Qu’est-ce qu’une butée ? A quoi ça sert ? Comment savoir s’il faut la changer et comment la remplacer ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour changer une butée d’embrayage HS. Qu’est-ce qu’une butée d’embrayage ? Quel est son rôle ? La butée est un roulement qui fait partie intégrante du kit d’embrayage, au même titre que le disque du volant moteur et le disque d’embrayage. Son rôle est très simple : c’est elle qui permet le passage d’une vitesse à une autre, de manière précise, fluide et rapide. Bref, en toute sécurité ! Plus simplement, cela se passe ainsi : lorsque vous passez une vitesse, la fourchette va exercer une pression sur la butée qui, à son tour, va enclencher le mécanisme d’embrayage. On peut distinguer deux types de butée : La butée tirée ou classique, dont le rôle est d’actionner le mécanisme d’embrayage en tirant sur le disque. On la trouve généralement chez les voitures anciennes. La butée hydraulique, plus moderne, dont le rôle est d’actionner le mécanisme d’embrayage grâce – comme son nom l’indique – à une pression hydraulique. On la trouve généralement chez les voitures récentes. Butée d’embrayage HS – Quand faut-il la changer ? Une butée d’embrayage doit être changée dès qu’elle présente des signes de défaillance. Et ces derniers sont particulièrement nombreux. Le bruit d’une butée d’embrayage HS Une butée d’embrayage HS va généralement émettre un bruit caractéristique qui ressemble de très près à un grelot lorsque le moteur tourne. Vous reconnaîtrez que le souci vient bien de la défaillance de la butée lorsque le bruit s’arrête quand vous appuyez sur la pédale d’embrayage. Les difficultés au débrayage Lorsque la butée est défectueuse, elle ne pourra plus remplir son rôle correctement. Et cela va provoquer des difficultés au débrayage. Par conséquent, si vous avez l’impression qu’il vous faut beaucoup d’efforts pour débrayer, ou si vous ressentez une sorte d’à-coups sous le pied au débrayage, cela signifie que la butée est défaillante et qu’il faut la remplacer. Et probablement, tous le système avec. Une pédale d’embrayage sans résistance Si vous avez une butée hydraulique, vous pourrez aussi reconnaître une butée HS lorsque vous appuyez sur la pédale et qu’elle n’offre aucune résistance. Ce symptôme s’accompagne presque toujours de l’impossibilité de passer d’un rapport à un autre. Si vous faites face à ce genre de situation, cela signifie que la butée n’est plus étanche et que de l’air s’est infiltré dans le circuit. Le remplacement est obligatoire. Une pédale d’embrayage bloquée C’est l’un des signes typiques d’une butée d’embrayage HS. Lorsque vous appuyez sur la pédale et qu’elle ne remonte plus, et reste collée sur le plancher de la voiture, cela signifie que la butée est défaillante. Et pas elle uniquement : c’est l’ensemble fourche, butée et lamelles de plaque de pression qui doit être révisé, voire remplacé. Butée d’embrayage HS – Comment bien la changer ? Pour remplacer la butée d’embrayage HS, il faut avant tout procéder au démontage de la boîte de vitesse. Et pendant le remplacement, vous devez veiller sur certains points importants : Assurez-vous que la nouvelle butée coulisse bien sur la douille. Assurez-vous que la graisse utilisée est bien adaptée. Pour éviter les erreurs, n’utilisez que la graisse fournie avec la butée. Dans le cas contraire, mieux vaut procéder à un montage à sec plutôt que d’utiliser une graisse non compatible. Assurez-vous que la butée soit bien installée et bien encliquetée avec la fourchette, pour éviter qu’elle ne se décroche lorsqu’il faudra remonter la boîte de vitesse. Et comme dit précédemment, le remplacement de la butée d’embrayage HS suppose souvent le remplacement du système d’embrayage en entier. A moins que vous n’ayez dépassé la période préconisée pour son changement en effet, il peut être très risqué d’installer une butée neuve sur un système potentiellement défectueux. Dans le doute, il est préférable d’installer un système entièrement neuf. Butée d’embrayage HS – Comment le prévenir ? Bien sûr, tôt ou tard, votre butée d’embrayage va finir par s’user. Vous n’en réchapperez pas. En revanche, vous pouvez faire quelque chose pour retarder le moment du remplacement le maximum possible. Primo, n’attendez pas que la butée soit complètement HS avant de la remplacer. Car sa défaillance pourrait entraîner des problèmes plus graves, et beaucoup plus coûteux. Si on suppose qu’un système d’embrayage a une durée de vie de 100 à 150 000 km, procédez au remplacement le moment venu. Entre-temps, n’hésitez pas à ménager votre butée en évitant le maximum possible le démarrage pour ne pas la solliciter au-delà du nécessaire. Pensez également à adopter une conduite moins agressive, car plus vous aurez tendance à passer agressivement d’un rapport à l’autre, plus vous malmènerez votre butée et risquerez de l’endommager. Évitez également, lorsque vous êtes à l’arrêt, d’exercer une pression constante sur la pédale d’embrayage.
×
×
  • Créer...