Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    115
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Eveline Luca

  1. Il est facile de démarrer une voiture en situation normale. C’est même la première chose qu’on nous enseigne quand on apprend à conduire. Cependant, il se peut que des fois, votre batterie se décharge ou tombe en panne. Vous avez beau essayer de démarrer en y mettant votre énergie, mais cela n’a rien donné ? Il vous faudra recourir à d’autres méthodes pour y arriver. Si vous ne savez pas comment faire, nous allons vous le montrer. Vous découvrirez dans cet article comment démarrer une voiture avec des câbles. Les précautions à prendre Avant d’entrer les détails, voici quelques mesures de précautions que vous devez prendre afin d’éviter tout incident. Bien entendu, vous aurez besoin d’une autre voiture pour vous dépanner. Essayer de placer cette dernière le plus proche possible devant la vôtre. Cependant, veillez à ce qu’elles n’entrent pas en contact. Ce n’est pas toujours évident, n’oubliez pas de vérifier l’emplacement de la batterie sur chacune des deux voitures. Pour certains véhicules, celle-ci ne se trouve pas sous le capot. Il va de soi que la batterie avec laquelle vous allez dépanner la vôtre doit être au moins de puissance égale. Comme vous aurez à brancher les batteries de deux voitures, soyez prudent et vigilant. Si vous avez des gants et/ou des lunettes dans votre boîte à gants, c’est le moment de les utiliser pour vous protéger. Mieux vaut prévenir que guérir, n’est ce pas ? Par ailleurs, si vous vous trouvez au beau milieu de la route, placez un panneau de triangle et portez votre gilet jaune pour signaler votre présence aux autres conducteurs. Cela les mettra en garde et leur permettra d’adopter la bonne attitude de conduite en roulant à côté de vous. Procédez au dépannage avec sécurité Une fois que vous avez ouvert le capot, enlevez les caches de votre batterie ainsi que celles de l’autre voiture. Ensuite, identifiez les bornes « + » et « - » de chaque batterie pour ne pas les confondre. Vous pouvez commencer à dérouler les câbles de démarrage. De préférence, choisissez des câbles d’une longueur suffisante pour ne pas vous gêner pendant l’intervention. N’essayez pas de rallonger les câbles, car le courant qui y circule est d’une très haute intensité. Difficile de prédire ce qui pourrait se passer si vous les touchez par inadvertance. Par ailleurs, utilisez des câbles adaptés à votre type de voiture. Ces derniers sont munis de pinces crocodiles à leur extrémité. Rappelez-vous que le câble rouge correspond à la cosse positive et le câble noir va de pair avec la cosse négative. Veillez à bien respecter la polarité quand vous placez les pinces de ces câbles. De même, il faut toujours connecter les pinces rouges avant les pinces noires. Ainsi, vous pouvez être sûr de ne pas provoquer un court-circuit. Comment effectuer le dépannage Rappelons d’abord qu’il faut brancher les câbles rouges sur les bornes « + » et ce avant les noirs. Par contre pour les pinces noires, vous placez celle du véhicule à dépanner sur la borne négative. Concernant le câble noir de la voiture de secours, branchez-le à une partie métallique du véhicule. C’est-à-dire sur un boulon ou sur la carrosserie elle-même. Mettez la voiture en état de marche au point mort. Puis serrez bien les freins avant de la démarrer. Laissez son moteur tourner au ralenti pour que sa batterie recharge la vôtre. Après quelques minutes, vous pouvez essayer de démarrer votre voiture pour voir si la méthode fonctionne. Si après cette première tentative votre voiture refuse encore de démarrer, pensez à vérifier si les pinces ont bien été connectées. Autrement, soit il y a un souci avec l’alternateur, soit c’est votre batterie qui est endommagée. Une fois que la voiture a démarré, attendez quelques instants avant de remballer vos outils. Juste le temps de vous assurer qu’il n’y a plus aucun problème. Appuyez un peu sur la pédale de l’accélérateur pour que l’alternateur puisse bien recharger votre batterie. Soyez toujours vigilant même après le dépannage Pour enlever les câbles, vous devez toujours procéder par étape, mais cette fois dans l’ordre inverse. Commencez par débrancher la pince du câble noir reliée au boulon de la voiture en panne. Puis, continuez avec celle de l’autre voiture. Pareil pour les pinces du câble rouge. Toutefois, faites attention à ne pas toucher des appareils mécaniques de la voiture en retirant les pinces. Cela pourrait causer un court-circuit et provoquer un incendie. Enfin, il ne vous reste plus qu’à remettre les caches sur les batteries. Vérifiez l’état de votre batterie avant de reprendre la route Pour plus d’assurance, éteignez votre moteur et démarrez à nouveau pour voir si votre batterie arrive à tenir le coup. Il se pourrait que celle-ci présente d’autres problèmes pour lesquels vous pourriez encore avoir besoin d’une assistance. Ce serait dommage de laisser partir la voiture qui vous a dépanné alors que votre batterie ne marche pas encore très bien. À moins qu’il ne s’agisse du véhicule d’une personne que vous connaissez. Là c’est différent, vous pourrez toujours l’appeler pour vous donner un coup de main. Rappelez-vous, au fur et à mesure que le moteur tourne, votre batterie recevra davantage de charge. Donc, ne le coupez plus. Si possible, roulez un peu pour recharger complètement votre batterie. Bonne route ! Avouez que ce n’est pas si compliqué de démarrer une voiture avec des câbles. Il vous fallait juste connaître les démarches à suivre. Mais avant de toucher à quoi que ce soit, n’oubliez pas de vérifier que c’est bien au niveau de la batterie où se situe le problème. Si tel est le cas, mettez en pratique tout ce que vous avez appris dans cet article. Toutefois, n’hésitez pas à faire appel à un proche qui s’y connaît mieux que vous si vous avez peur de faire un court-circuit. Espérons que votre batterie ne vous lâchera pas juste au moment où vous êtes pressé. La prochaine fois, assurez-vous d’avoir bien éteint les feux avant de quitter votre voiture. Il serait également judicieux de revoir le circuit de charge de votre batterie. Sur ce, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne route ! Et surtout, prenez bien soin de votre batterie pour ne pas tomber en panne quand vous voyagerez loin.
  2. La technologie de l’industrie de l’automobile a beaucoup évolué pendant ces deux dernières décennies. Les passionnés de voitures ont du mal à faire leur choix avec plusieurs modèles sur le marché. Sans parler des différentes options dont les véhicules d’aujourd’hui sont équipés. Les SUV sont incontestablement devenus à la mode et ont conquis un grand nombre d’amateurs de véhicules utilitaires. Mais la question qui se pose est : « Quel SUV choisir pour l’année 2019 ? » C’est ce que nous allons voir dans cette revue, en espérant qu’elle vous sera utile pour vous aider à faire votre choix. C’est quoi d’abord un SUV ? Beaucoup de gens ont entendu parler de SUV et veulent en acquérir un sans vraiment savoir à quoi cela ressemble. Tout d’abord, SUV est l’abréviation de Sport Utility Vehicle ou véhicule utilitaire sport. C’est une voiture monospace qui a les mêmes caractéristiques que celles d’un 4x4. Elle a aussi une hauteur de position de conduite assez importante avec une performance assez remarquable. Ce type de voiture peut rouler en ville, tout comme sur des terrains difficiles. Toutefois, il faut préciser que certains SUV ne sont pas équipés de quatre roues motrices. Par ailleurs, presque tous les modèles actuels de SUV comportent cinq portes. Le Peugeot 3008/5008 Ce modèle de voiture séduit particulièrement les Français grâce à sa forme géométrique élégante et son intérieur moderne. La technologie et le confort de ce véhicule vous donnent l’impression d’être à l’intérieur d’une Mercedes ou une Audi. Ce n’est pas pour rien que plusieurs magazines lui ont décerné le prix de la meilleure voiture dans leurs classements. Le modèle 5008 est juste en fait une version plus longue du Peugeot 3008, donc plus d’espace. Celui-ci convient parfaitement aux familles nombreuses qui ont besoin de plus de places pour voyager. Le Dacia Duster Cette voiture de la marque Renault est remarquable par sa petite taille charmante et raffinée. Elle figure aussi sur la liste des SUV les plus appréciés des automobilistes. Pour preuve, le Dacia Duster est le modèle le mieux vendu par le groupe Renault en 2014. D’un confort inégalable, il garantit une conduite facile. Et pourtant, c’est le SUV low-cost de Renault, et même le moins cher du marché. Ce modèle est populaire et séduit beaucoup de gens. C’est la voiture idéale pour aller au travail ou tout simplement pour se promener en ville. Le Renault Kadjar Le Renault Kadjar figure sur la liste des voitures SUV les plus vendues en France, juste après le Duster. Avec un intérieur qui comprend un habitacle confortable et spacieux, ce SUV procure une agréable sensation de bien-être. Que vous vous trouviez à la place du conducteur ou celle du passager, les sièges sont luxueux et bien épais. Sans oublier que cette voiture dispose d’une technologie bien avancée avec un large écran tactile sur le tableau de bord. C’est le véhicule des temps modernes pour ceux qui recherchent du confort et de la technologie. Le Citroën C5 Aircross C’est la nouvelle version familiale de Citroën qui garantit le confort total aux voituriers. Le C5 Aircross est en compétition avec le SUV Kadjar de Renault. Citroën a ajouté une petite touche de technologie à sa création pour aider davantage les automobilistes dans leur conduite. Bien entendu, c’est dans le but de mieux les apprivoiser. Apparemment, c’est bien réussi. Beaucoup de gens semblent être attirés par cette merveille de Citroën. L’habitacle comprend des sièges larges et épais pour assurer plus de confort. Sans oublier les suspensions à butée hydraulique progressive que la marque a intégrées à ce nouveau modèle. Le Toyota C-HR Ce SUV a un design moderne séduisant avec une touche de noblesse et d’élégance. C’est une version robuste et à la fois puissante du SUV que Toyota nous montre là. Son look unique donne à cette voiture un style urbain dynamique et souple. Les sièges en cuir offrent un confort de conduite agréable. De plus, ce véhicule est écologique. Sa faible émission de C02 aide à préserver la nature contre la dégradation de la planète. Rien qu’en voyant ce modèle, vous serez conquis. La Mercedes-Benz GLC La marque allemande veut nous impressionner avec son nouveau SUV hybride rechargeable. Eh oui, Mercedes entre dans la compétition tout en respectant la nature. Il ne faut pas le cacher, c’est un point avantageux pour cette voiture de Mercedes face à ses nombreux concurrents sur le marché. Elle a même affiché un nombre de ventes assez spectaculaire en 2018. Mais ce n’est pas tout ; ce modèle a aussi d’autres atouts qui le mettent en valeur. On reconnaît bien, entre autres, la signature de la marque Mercedes grâce au niveau de confort et d’élégance de ce Mercedes-Benz GLC. L’Alfa Romeo Stelvio Le créateur de ce véhicule a misé gros sur ce modèle. Celui-ci reflète beaucoup d’originalité dans le style avec une image de sportivité. À première vue, cette voiture attire beaucoup l’attention sur la carrosserie qui a été conçue avec un design époustouflant. Si on rentre un peu dans les détails, on remarque quelques défauts dans la finition. Mais ce sont des points qui ne changent rien quant au charme et à l’élégance de la voiture. Le Volkswagen Tiguan Avec la dernière technologie inventée par le groupe VAG, le Volkswagen Tiguan n’a rien à envier aux autres voitures SUV. En effet, il est équipé d’un écran tactile 8 pouces qui peut être contrôlé à distance par des commandes gestuelles. En tout, ce SUV comprend 24 fonctions qui vous étonneront, les unes comme les autres. Par ailleurs, ce modèle est disponible en une plus longue version, le Tiguan Allspace. Pouvant accueillir 7 passagers, ce dernier dispose d’un coffre qui peut contenir jusqu’à 700 litres. Le Mazda CX-5 Le Mazda CX-5 privilégie beaucoup plus l’aisance de conduite. L’emplacement des pédales, le siège ainsi que le tableau de bord lui permettent d’être en parfaite harmonie avec le véhicule. Mais les passagers n’en sont pas pour autant défavorisés. L’habitacle est à la fois spacieux et confortable avec un bruit de motorisation discret. C’est le SUV familial par excellence. C’est un réel plaisir de rouler en voiture à l’intérieur de ce Mazda CX-R. C’est vrai que les SUV constituent une excellente option pour rouler en ville et effectuer vos courses. Ils sont aussi parfaits pour partir à l’aventure et découvrir des terres inconnues. Nous avons passé en revue les meilleurs SUV 2019. Espérons que cette liste vous a été d’une grande utilité dans votre choix de SUV pour 2019.
  3. La garantie « dépannage auto » n’est pas obligatoire, mais dans certaines circonstances, elle peut s’avérer pratique. Si vous vous retrouvez avec un pneu crevé alors que vous n’avez pas de roue de secours, si votre batterie tombe soudainement à plat, si vous avez eu un accident… Il n’y a rien de pire que de se retrouver en plein milieu de nulle part, avec une voiture qui ne peut pas rouler. Certes, vous pouvez faire appel à un dépanneur et faire remorquer votre auto. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? Car une chose est sûre, les frais que vous allez devoir payer pour faire transporter votre voiture au garage le plus proche vont être élevés. Heureusement, les compagnies d’assurance l’ont compris et ont anticipé ce genre de situation avec la garantie « assistance ». Qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ? Quels sont les avantages à en souscrire une ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur la garantie « dépannage auto ». Qu’est-ce que la garantie « dépannage auto » ? Le dépannage auto fait partie des garanties de base déjà assorties à votre assurance auto. Il est généralement inclus que vous ayez souscrit une assurance au tiers ou une assurance tous risques. Le principe de la garantie dépannage auto La garantie assistance vous permet de bénéficier d’un service de dépannage auto en cas de besoin, et ce, à tout moment. En d’autres termes, si vous vous retrouvez en panne quelque part, grâce à cette garantie, vous pourrez bénéficier des services d’un dépanneur professionnel et agréé, pour transporter votre voiture de là où elle est à l’endroit que vous souhaitez (chez vous ou un garage). Et tout cela, aux frais de votre assureur. Concrètement, si vous êtes bloqué quelque part, vous devez juste contacter votre assureur en utilisant le numéro de téléphone indiqué dans votre certificat d’assurance. Ce dernier se chargera de vous envoyer un dépanneur : Soit pour réparer votre voiture sur place, de sorte que vous puissiez l’utiliser à nouveau après réparation. Soit pour remorquer votre voiture à l’endroit de choix, si la réparation n’est pas possible sur place. Quand faire appel à votre garantie assistance ? En règle générale, la garantie assistance vous permet de bénéficier des services de dépannage auto 24h/24, et ce, dans les situations suivantes : Si vous avez eu un accident Si votre voiture tombe en panne Si votre pneu est crevé Si votre batterie est HS Si votre réservoir est à sec Si vous rencontrez un problème de clé (perdu, volé, cassé, enfermé, bloqué, etc.) Si vous êtes victime d’un bris de glace Que couvre la garantie « assistance » ? La garantie assistance ou « dépannage auto » propose une couverture à la fois matérielle et logistique. Du niveau de cette dernière va dépendre l’étendue des services dont vous allez bénéficier en cas de sinistre. En règle générale, une garantie assistance basique inclut : La réparation de la voiture sur place. Le remorquage de la voiture. La récupération de la voiture après réparation. Mais si vous souscrivez une garantie « dépannage auto » complète, vous pouvez également bénéficier ! La prise en charge du transport du conducteur et des passagers. La prise en charge de l’hébergement du conducteur et des passagers. La mise à disposition d’un véhicule de remplacement en attendant que la voiture soit réparée. Les services vont également dépendre d’un assureur à un autre. Aussi, n’hésitez pas à vous renseigner et à comparer avant de souscrire votre contrat d’assurance auto. Quelles sont les limites de la garantie « dépannage auto » ? Vous devez être extrêmement vigilent. Car s’il est vrai que la garantie assistance fait partie des prestations de base dont vous bénéficiez automatiquement lorsque vous souscrivez une assurance auto, comme dit précédemment, la couverture peut différer d’un assureur à un autre. En particulier si vous souscrivez une assurance « au tiers ». Les services qu’on vous offrira peuvent être très limités. Pour éviter les mauvaises surprises en conséquence, avant de souscrire, prenez le temps de vérifier certains points. La franchise kilométrique Vérifiez bien que la garantie souscrite n’est pas limitée par une franchise kilométrique. L’idéal serait de souscrire un contrat proposant une assistance avec une formule « 0 kilomètre ». Cela signifie que vous pourrez bénéficier des services de dépannage auto sans aucune limite quant à la distance. En revanche, si on vous propose une formule « 50 kilomètres », cela signifie que vous ne serez pas dépanné si vous vous trouvez à moins de 50 km de chez vous. Et que si vous demandez une assistance, vous devrez vous acquitter d’une franchise kilométrique. Autrement dit, vous devrez probablement payer une partie des frais de dépannage et de remorquage. Les véhicules de remplacement Dans le cas où la réparation sur place n’est pas possible, assurez-vous que vous pourrez bénéficier d’un véhicule de remplacement pour pouvoir circuler, et ce, même si votre voiture est en panne. En règle générale, ce service est inclus si vous avez souscrit une assurance tous risques, mais prenez quand même le temps de vérifier. L’hébergement Vérifiez également si votre garantie dépannage auto vous permettra de bénéficier d’une prise en charge de l’hébergement. De même, portez une attention particulière au forfait proposé, car en règle générale, il y a une limite à ne pas dépasser.
  4. Une butée d’embrayage HS ? Une seule solution s’impose : il faut la changer. Et malheureusement, pas la butée défectueuse uniquement, mais le kit en entier. Tout simplement parce que si la défaillance de la butée vient du système, la changer ne sert strictement à rien. Tant que la source du problème n’est pas détectée et réglée, la nouvelle butée subira le même sort que la première. Qu’est-ce qu’une butée ? A quoi ça sert ? Comment savoir s’il faut la changer et comment la remplacer ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour changer une butée d’embrayage HS. Qu’est-ce qu’une butée d’embrayage ? Quel est son rôle ? La butée est un roulement qui fait partie intégrante du kit d’embrayage, au même titre que le disque du volant moteur et le disque d’embrayage. Son rôle est très simple : c’est elle qui permet le passage d’une vitesse à une autre, de manière précise, fluide et rapide. Bref, en toute sécurité ! Plus simplement, cela se passe ainsi : lorsque vous passez une vitesse, la fourchette va exercer une pression sur la butée qui, à son tour, va enclencher le mécanisme d’embrayage. On peut distinguer deux types de butée : La butée tirée ou classique, dont le rôle est d’actionner le mécanisme d’embrayage en tirant sur le disque. On la trouve généralement chez les voitures anciennes. La butée hydraulique, plus moderne, dont le rôle est d’actionner le mécanisme d’embrayage grâce – comme son nom l’indique – à une pression hydraulique. On la trouve généralement chez les voitures récentes. Butée d’embrayage HS – Quand faut-il la changer ? Une butée d’embrayage doit être changée dès qu’elle présente des signes de défaillance. Et ces derniers sont particulièrement nombreux. Le bruit d’une butée d’embrayage HS Une butée d’embrayage HS va généralement émettre un bruit caractéristique qui ressemble de très près à un grelot lorsque le moteur tourne. Vous reconnaîtrez que le souci vient bien de la défaillance de la butée lorsque le bruit s’arrête quand vous appuyez sur la pédale d’embrayage. Les difficultés au débrayage Lorsque la butée est défectueuse, elle ne pourra plus remplir son rôle correctement. Et cela va provoquer des difficultés au débrayage. Par conséquent, si vous avez l’impression qu’il vous faut beaucoup d’efforts pour débrayer, ou si vous ressentez une sorte d’à-coups sous le pied au débrayage, cela signifie que la butée est défaillante et qu’il faut la remplacer. Et probablement, tous le système avec. Une pédale d’embrayage sans résistance Si vous avez une butée hydraulique, vous pourrez aussi reconnaître une butée HS lorsque vous appuyez sur la pédale et qu’elle n’offre aucune résistance. Ce symptôme s’accompagne presque toujours de l’impossibilité de passer d’un rapport à un autre. Si vous faites face à ce genre de situation, cela signifie que la butée n’est plus étanche et que de l’air s’est infiltré dans le circuit. Le remplacement est obligatoire. Une pédale d’embrayage bloquée C’est l’un des signes typiques d’une butée d’embrayage HS. Lorsque vous appuyez sur la pédale et qu’elle ne remonte plus, et reste collée sur le plancher de la voiture, cela signifie que la butée est défaillante. Et pas elle uniquement : c’est l’ensemble fourche, butée et lamelles de plaque de pression qui doit être révisé, voire remplacé. Butée d’embrayage HS – Comment bien la changer ? Pour remplacer la butée d’embrayage HS, il faut avant tout procéder au démontage de la boîte de vitesse. Et pendant le remplacement, vous devez veiller sur certains points importants : Assurez-vous que la nouvelle butée coulisse bien sur la douille. Assurez-vous que la graisse utilisée est bien adaptée. Pour éviter les erreurs, n’utilisez que la graisse fournie avec la butée. Dans le cas contraire, mieux vaut procéder à un montage à sec plutôt que d’utiliser une graisse non compatible. Assurez-vous que la butée soit bien installée et bien encliquetée avec la fourchette, pour éviter qu’elle ne se décroche lorsqu’il faudra remonter la boîte de vitesse. Et comme dit précédemment, le remplacement de la butée d’embrayage HS suppose souvent le remplacement du système d’embrayage en entier. A moins que vous n’ayez dépassé la période préconisée pour son changement en effet, il peut être très risqué d’installer une butée neuve sur un système potentiellement défectueux. Dans le doute, il est préférable d’installer un système entièrement neuf. Butée d’embrayage HS – Comment le prévenir ? Bien sûr, tôt ou tard, votre butée d’embrayage va finir par s’user. Vous n’en réchapperez pas. En revanche, vous pouvez faire quelque chose pour retarder le moment du remplacement le maximum possible. Primo, n’attendez pas que la butée soit complètement HS avant de la remplacer. Car sa défaillance pourrait entraîner des problèmes plus graves, et beaucoup plus coûteux. Si on suppose qu’un système d’embrayage a une durée de vie de 100 à 150 000 km, procédez au remplacement le moment venu. Entre-temps, n’hésitez pas à ménager votre butée en évitant le maximum possible le démarrage pour ne pas la solliciter au-delà du nécessaire. Pensez également à adopter une conduite moins agressive, car plus vous aurez tendance à passer agressivement d’un rapport à l’autre, plus vous malmènerez votre butée et risquerez de l’endommager. Évitez également, lorsque vous êtes à l’arrêt, d’exercer une pression constante sur la pédale d’embrayage.
  5. Un bruit d’amortisseurs n’est pas toujours le signe d’un problème grave. Cependant, lorsque votre amortisseur se met à faire des bruits, cela signifie généralement qu’il y a quelque chose qui ne va pas quelque part. Pour éviter que le problème ne s’aggrave, pire, qu’il n’y ait accident, mieux vaut agir vite. Pourquoi vos amortisseurs grincent ? D’où vient exactement le bruit, et qu’est-ce que cela implique ? Découvrez ce que vous devez faire en cas de bruit d’amortisseurs. Bruit d’amortisseurs : les causes possibles Les amortisseurs peuvent émettre des bruits divers, en fonction de son origine. C’est donc en examinant vous-même le bruit émis que vous pourrez déterminer d’où il vient. Pour mieux l’entendre, commencez par faire un test : roulez tout doucement toutes fenêtres ouvertes et écoutez. Bruit d’amortisseurs : coups ou chocs Si vous entendez des coups ou des chocs lorsque vous roulez sur des bosses, le problème vient probablement de vos biellettes. Vérifiez donc qu’elles soient bien en place, car il est possible qu’elles ne soient pas très fixées, d’où les bruits. Bruit d’amortisseurs : grincement et son métallique Si les amortisseurs grincent ou s’ils émettent des bruits métalliques lorsque vous roulez sur des bosses, sur un dos d’âne, sur une route déformée ou lorsque vous négociez des virages assez serrés, c’est généralement le signe que le problème vient directement des amortisseurs. Vous avez alors 4 possibilités : Les amortisseurs sont endommagés (déformation de la pièce, oxydation des ressorts de suspension, défaillance des bras de suspension, etc.) L’huile n’est plus assez fluide, ce qui occasionne des frottements secs et violents, et donc, du bruit. La présence d’une fuite d’huile au niveau de la tige d’amortisseur. Bruit d’amortisseurs constants avec ou sans vitesse Si vous entendez un bruit constant et qui s’intensifie lorsque vous roulez plus vite, le problème peut venir des roulements. Ces derniers peuvent en effet être endommagés et doivent être soit réparés soit remplacés. En revanche, si le bruit est constant et persiste et ce, malgré la vitesse, l’état de la route, la manière de conduire et les circonstances extérieures, le problème peut venir des pneus. Si ces derniers sont endommagés, ils peuvent également entraîner la détérioration des amortisseurs. Bruit d’amortisseurs : que faire ? Comment réagir ? La première chose à faire, si vous entendez des bruits provenant des amortisseurs, est de contrôler l’état de la suspension. C’est seulement après que vous pourrez procéder aux réparations nécessaires. Bruits d’amortisseurs : comment vérifier les suspensions ? Pour contrôler les suspensions, placez-vous au niveau de chaque roue et exercez une pression importante sur la carrosserie. Si la voiture se met à balancer un moment et s’arrête presqu’instantanément après, vous pouvez être rassuré. Le bras de suspension est en bon état. Si la voiture se met à balancer un bon moment après la pression que vous aviez exercée, cela signifie que le bras de suspension est en mauvais état. Dans ce dernier cas, en fonction de l’importance du problème, un remplacement des suspensions et/ou des amortisseurs défectueux est à envisager. Les autres signes pouvant indiquer des amortisseurs endommagés En plus des bruits, vous pourrez également reconnaître une défaillance au niveau des amortisseurs aux signes suivants : Des difficultés à contrôler la voiture, plus particulièrement dans les virages. Des vibrations ressenties au niveau du volant. Des chocs qui sont de moins en moins amortis. L’usure des pneus. Les réparations à faire en cas de bruit d’amortisseurs Les réparations à faire vont dépendre de l’origine du bruit. Dans le cas où il s’agirait d’amortisseurs défectueux, la meilleure chose à faire est de procéder au remplacement. Et ce, afin d’éviter que les problèmes n’atteignent la suspension. Notez également qu’il n’est pas nécessaire d’attendre que l’amortisseur fasse des bruits pour le remplacer. Pour préserver la suspension et les pneumatiques, il est nécessaire de le contrôler tous les 20 000 km. Et avec ou sans signe de défaillance, le remplacement doit être réalisé tous les 80 000 km.
  6. La garantie "bris de glace" n'est pas obligatoire. Mais il peut être intéressant de l'intégrer à votre assurance auto dans la mesure où vous n'êtes pas à l'abri d'une fissure sur la pare-brise, d'une projection de pierre sur les lunettes arrière, ou d'un vol des rétroviseurs. Et malheureusement, les réparations peuvent coûter très chères. Qu'est-ce que la garantie bris de glace ? Est-elle obligatoire ? Qu'est-ce qu'elle couvre ? Comment en souscrire une ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur la garantie bris de glace de l'assurance auto. Qu'est-ce que la garantie bris de glace ? La garantie bris de glace est un type de couverture qui vous permet de bénéficier d'une indemnisation en cas de dommages survenus sur certaines parties "vitrées" de votre voiture. La garantie bris de glace est-elle obligatoire ? Vous devez savoir que cette garantie ne fait pas partie des couvertures de base dont vous pourrez bénéficier lorsque vous souscrivez une assurance auto, à savoir la garantie au tiers, la garantie intermédiaire ou l'assurance tous risques. Elle n'est donc pas obligatoire. Mais si vous souhaitez couvrir les parties vitrées de votre auto, sachant qu'elles sont fragiles et qu'elles sont constamment exposées, vous pouvez ajouter la garantie bris de glace en option. Quel effet sur votre bonus-malus ? Et qu'en est-il de la franchise ? L'ajout de la garantie bris de glace à votre assurance auto n'a aucun impact sur le calcul de votre bonus-manlus. En cas de survenance du risque couvert, vous bénéficierez tout simplement de la couverture à hauteur de ce qui a été convenue dans le contrat. Les choses sont différentes pour la franchise, car cette garantie - bien qu'optionnelle - est bien assortie d'une franchise. En d'autres termes, une partie des dommages subis ne sera pas supportée par l'assureur, Pensez donc à vous renseigner sur le montant de la franchise avant de souscrire. La couverture offerte par une garantie bris de glace Vous devez savoir que la couverture va dépendre d'une assurance à une autre. Avant de souscrire en conséquence, prenez le temps de vous renseigner sur l'étendue de la garantie, ainsi que sur ses modalités d'application. Les sinistres La garantie bris de glace intervient en cas de fissure, de casse, de bris, d'alteration ou d'un impact sur une surface vitrée. Et ce, que le sinistre soit survenu lors d'un acte de vandalisme, d'une projection de cailloux, d'un accident, d'un accrochage ou d'une collision. Les éléments concernés par la garantie bris de glace La garantie "bris de glace" couvre généralement tout ce qui est "vitré" sur la voiture, autrement dit : le pare-brise, la lunette arrière, les rétroviseurs, les vitres latérales, mais également le toit ouvrant, les clignotants, les feux et les phrares. Certains assureurs proposeront une couverture complète pour toutes les parties vitrées de votre voiture. D'autres, en revanche, se contenteront de couvrir les éléments essentiels comme la pare-brise, la lunette arrière et les retroviseurs. Comment se faire indemniser grâce à la garantie bris de glace ? Prenez bien le temps de vous informer auprès de votre assureur avant de souscrire une garantie bris de glace. Car si la protection offerte a l'air simple, son application peut être complexe. Les conditions pour bénéficier de l'indemnisation bris de glace En réalité, l'indemnisation va dépendre de la manière dont le sinistre a été subi. S'il est survenu dans le cadre d'un vol par exemple, l'assureur peut refuser de prendre en charge les réparations ou les dépenses occasionnées, car le dommage subi était en réalité le cambriolage. Et il existe une garantie spécifique pour cela. Plus simplement, dans ce genre de situation, vous ne pouvez faire valoir la garantie bris de glace que lorsque le sinistre subi constitue un dommage exclusif. C'est-à-dire qu'il est survenu indépendamment d'autres circonstances, comme les accidents ou les intempéries par exemple. Les différents types d'indemnisation possible En fonction du contrat que vous avez souscrit, vous pouvez être indemnisé de deux manières: Les frais de réparation ou de remplacement sont avancés par l'assuré, qui enverra, par la fuite, la facture à son assureur qui la remboursera. La réparation ou le remplacement est assuré par un professionnel agréé par l'assureur qui va directement en supporter les frais occasionnés.
  7. Au début, le télépéage a été inventé par la Sanef, uniquement pour la gare de péage sur l’autoroute A1 sur Senlis-Bonsecours. Actuellement, elle se généralise et touche l’ensemble des autoroutes françaises. Le télépéage est une solution efficace afin d’éviter les files sur les autoroutes. Son principal atout réside dans le fait de gagner de temps considérable pour chaque paiement chez une gare de péage. Le nombre d’abonnés à ce service ne cesse d’augmenter. Cependant, il a un coût important. Découvrez dans notre article les différents systèmes de fonctionnement de télépéage ainsi que les prix d’abonnement. Mais avant tout, à quoi sert un télépéage ? Et comment fonctionne t-il ? L’organisation du télépéage Elle fonctionne en principe à partir d’un boîtier électronique se trouvant à l’intérieur de la voiture. Le boîtier envoie un signal à distance à travers un récepteur sur la barrière de péage. L’identification du conducteur se fait en une fraction de seconde et autorise l’ouverture de la barrière. Commander un badge de télépéage Le badge est connu sous le nom de Liber-t, le boîtier de télépéage se présente sous forme de badge. L’obtention requiert le paiement d’un prix d’abonnement. Avant d’entrer sur les détails sur les prix, il convient de comprendre le principal mode de fonctionnement de télépéage. Ce sont les sociétés émettrices, membres de l’Association des sociétés françaises d’autoroutes qui fournissent les badges. Ces sociétés se sont mises d’accord pour mettre en place un système unique. Il consiste à utiliser un boîtier unique pour toutes les autoroutes payantes de France. Le badge permet aussi de passer par les différents ouvrages de péage comme les ponts. Il facilite le mode de souscription, qui peut se faire chez l’une des sociétés émettrices. La commande de badge peut se faire par téléphone ou sur Internet. Il est livré en moins d’une semaine sauf en cas de dysfonctionnement des services. Vous n’êtes pas obligé de souscrire à votre abonnement chez une société de péage fixe. Le badge peut également vous donner accès à certains parkings. Les atouts des services de télépéage Les équipements de télépéage procurent de nombreux avantages. Citons en premier lieu le fait d’éviter les bouchons. Il n’y a plus de ticket à prendre, de vitre à baisser ou de paiement pour passer. Vous n’avez qu’à rouler lentement et prendre une distance de 4 mètres de la voiture qui vous précède. Le boîtier émet le bip au récepteur et commande de lever la barrière. Le badge est apposé sur le pare-brise derrière le rétroviseur central. Rappelons seulement que le badge est actif sur les voies signalées par un « t ». Le système enregistre chaque passage à un péage et vous sera facturé ultérieurement. Le prix inclut généralement le frais d’abonnement et le coût du péage. Le paiement se fait par intervalle régulier et se fait automatiquement quand l’automobiliste franchit le péage. Rares sont les concessionnaires qui proposent un frais d’abonnement gratuit. Cette gratuité est soumise souvent aux respects de quelques conditions. Comment choisir mon abonnement ? Le critère de comparaison le plus important reste la fréquence de vos déplacements. Le montant à payer prend en compte les frais de non-utilisation. Avant de décider, prenez le temps de prévoir vos déplacements afin de faciliter votre choix. Un abonnement mensuel pour des déplacements occasionnels Gagner en confort a un prix. On fait la différence entre le prix d’abonnement mensuel, annuel, et les réductions. Un abonnement mensuel correspond à un passage ponctuel dans un péage dans un mois. Le prix est plus élevé que le tarif annuel. L’abonnement mensuel est plus adapté aux vacanciers ou des utilisateurs occasionnels. Pour les besoins ponctuels, il faut prévoir 1,5 euro par mois. Mais elle est majorée par les différents frais de souscription, la livraison du badge… Le coût s’élève à 25 euros. Opter pour un abonnement annuel à un prix moins coûteux L’abonnement annuel présente un avantage sur l’ensemble du montant de péage. C’est un abonnement avec engagement de 12 mois. Il existe deux formules pour un abonnement régulier : régulier national et régulier régional. Idéal pour les conducteurs qui empruntent les autoroutes plus d’une fois par mois. C’est évident que les usages occasionnels sont plus chers que l’utilisation régulière. Pour les usagers réguliers, le montant à payer atteint les 35 euros et ajout d’une somme de 18 euros pour autres dépenses. Les concessionnaires d’autoroutes proposent des tarifs variés. L’abonnement annuel est parfois assorti de réduction, mais cela n’est pas systématique. De ce fait, c’est une occasion de bénéficier d’une réduction par exemple de 20 % pour un parcours déterminé. Vous pouvez profiter des réductions non-négligeables proposées par les sociétés. Utiliser un comparateur d’abonnements en ligne Afin de dénicher les meilleures offres, les comparateurs de prix de télépéage sont désormais disponibles en ligne. Ces comparateurs travaillent avec nombreuses sociétés de télépéage. À partir des bases de données dont ils disposent, ils vous accompagneront pour trouver une offre qui répond à vos besoins. Un site comparateur offre en principe des services gratuits. Vous pouvez dresser facilement un comparatif des offres. Certains sites comparateurs proposent leur avis sur les tarifs d’abonnement d’autres proposent des offres selon les trajets que vous souhaitez effectuer. Une fois sur le site, vous n’avez qu’à vous renseigner de votre profil et le type de trajet. Choisissez un comparateur qui travaille avec plusieurs sociétés d’autoroutes pour avoir un large choix. Les services de télépéages sont adaptés à ceux qui empruntent les autoroutes régulièrement ou rarement. Il suffit de bien choisir l’offre qui répond à vos besoins.
  8. Une fuite d’huile ne doit pas être négligée. Signe d’un problème d’étanchéité, si elle n’est pas identifiée et réparée à temps, elle peut entraîner des problèmes plus graves, dont notamment une contre-visite. Votre voiture laisse des traces d’huile partout où vous vous arrêtez ? Elle consomme plus d’huile que d’habitude ? Elle dégage une odeur forte d’huile chaque fois que vous ne roulez pas ? Découvrez comment réagir en cas de fuite d’huile. Etape 1 : Déterminez d’où vient la fuite d’huile La première chose à faire si vous constatez une fuite d’huile est d’en déterminer l’origine. Il n’y a effectivement que deux endroits d’où l’huile peut provenir : le moteur et la boîte de vitesse. Pour savoir d’où vient l’huile qui fuit, vous devez donc recueillir l’huile qui se perd sous la voiture en plaçant dessous un carton ou un récipient assez large. Comment reconnaître une fuite d’huile moteur ? Si l’huile recueillie est de couleur foncée, presque noir et semble sale, elle vient certainement du moteur. Vous reconnaîtrez également une fuite d’huile venant du moteur lorsqu’elle s’accompagne d’une consommation excessive d’huile, ainsi que de la présence d’huiles suintantes un peu partout sur la carrosserie du véhicule. Comment reconnaître une fuite d’huile de la boîte de vitesse ? Cela dépend de la boîte de vitesse en question : L’huile d’une boîte de vitesse manuelle revêt une couleur légèrement cuivrée. Elle est rarement sale et elle est particulièrement épaisse. Elle dégage également une odeur un peu piquante. Lorsqu’elle fuit, on a souvent l’impression que le levier saute. L’huile d’une boîte de vitesse automatique se reconnaît facilement par sa couleur rouge, et par sa texture légère et liquide. Lorsqu’elle fuit, elle s’accompagne généralement d’une grande difficulté à manier le volant au tournant. Etape 2 : Déterminez où se fait la fuite ? Attention, déterminez l’origine de la fuite et l’endroit où l’huile fuit, c’est deux choses bien différentes. Une fois que vous aurez découvert la source de la fuite, vous devez repérer où se situe exactement le problème. Comment procéder ? Essayez de localiser d’où vient précisément l’huile en suivant la direction qu’elle a suivi, mais à l’envers. Bien entendu, l’entreprise risque d’être difficile, voilà pourquoi, il est souvent recommandé dans ce genre de situation de procéder au nettoyage du groupe motopropulseur. Faites rouler la voiture par la suite, et une fois qu’elle s’arrêtera, vous pourrez facilement remonter à la source. Les origines possibles d’une fuite d’huile moteur Dans le cas du moteur, voici les endroits les plus susceptibles de souffrir d’une fuite d’huile : le bouchon de vidange d’huile, les joints de carter, le joint de culasse, les bagues d’étanchéités du vilebrequin et les bagues d’étanchéité d’arbre à cames. C’est la fuite est particulièrement importante, regardez du coté du filtre à huile et du manocontact d’huile, car ils sont en contact avec le circuit de pression d’huile. Les origines possibles d’une fuite d’huile de la boîte de vitesse Si l’huile provient de la boîte de vitesse, vérifiez du côté du bouton de vidange, des bagues d’étanchéité des transmissions, et des bagues d’étanchéité du pignon d’arbre primaire. Etape 3 : Réparez la fuite d’huile Une fois que vous aurez repéré d’où vient exactement la fuite, vous devez procéder à la réparation. Cette réparation peut être faite soit par vous-même, soit par un garagiste. Cela dépend de l’importance de la fuite, et en conséquence, de la gravité du problème. Avant de procéder à la réparation par conséquent, prenez le temps de faire une petite évaluation. Si la fuite est minime et que le niveau d’huile à froid est encore loin de la limite minimale, commencez par surveiller l’évolution de la fuite. Sinon, vous pouvez réparer vous-même, en particulier, si la fuite concerne : le bouchon de vidange, le manocontact d’huile, le filtre à huile et le joint de cache arbre à cames. Si le niveau de l’huile est extrêmement bas, cela laisse présager une fuite importante. La meilleure chose à faire est d’amener votre voiture chez le garagiste. Vous devez également faire la même chose si la fuite provient d’une détérioration du joint de culasse, du carter moteur ou du joint de cache-culbuteurs.
  9. Au moment d’ouvrir la porte de votre voiture, vous vous rendez compte que votre clé n’est plus dans votre poche. Ce sont des choses qui arrivent et cela ne devrait pas gâcher votre journée. Comment régler ce souci rapidement ? Et surtout de quelle manière ? Vous devez vous ressaisir et prendre vos responsabilités. Nous avons quelques conseils à vous donner pour vous aider à résoudre votre problème. Vous ne devrez plus avoir de souci à vous faire en suivant les démarches que nous allons vous proposer. Déclarer la perte de ses clés auprès des services de l’ordre Cela ne vous servira à rien de paniquer lorsque vous perdez votre clé de voiture. Avant toute chose, vous devez faire votre déclaration auprès de la gendarmerie ou de la police la plus proche de chez vous. Vous recevrez alors une attestation de vol ou de perte qui vous servira de justificatif quand vous procéderez à la reproduction de vos clés. De même, vous pourrez vous en servir pour vous défendre et vous protéger en cas de vol sans effraction de votre véhicule. Il ne faut pas négliger de faire la déclaration de perte, car elle vous sera utile pour différentes raisons. Passer une commande de reproduction de ses clés La deuxième chose à faire après votre déclaration de perte est de faire la commande d’une nouvelle clé. Passez votre commande le plus tôt possible si vous voulez recevoir votre nouvelle clef dans les plus brefs délais. Il arrive des fois que cela prenne une, voire deux semaines, alors ne perdez pas de temps. Le mieux serait d’opter pour une nouvelle serrure afin d’éviter l’éventualité d’un vol. Dans ce cas, l’assurance auto pourrait décliner votre demande de prise en charge. En passant, il est essentiel de souligner que les frais de la reproduction de clé ne font pas partie des engagements de l’assurance en cas de perte. À qui confier la reproduction de ses clés Cela dépend du type de clé. Si celle-ci est standard, c’est-à-dire qu’elle n’est pas équipée d’un dispositif électronique complexe, vous pouvez confier cette tâche à un serrurier. Autant que possible, demandez-lui de se déplacer pour éviter les frais de remorquage de votre voiture. Vous pourrez ensuite lui proposer de le raccompagner une fois que vous aurez votre clé pour conduire votre auto. Par contre, vous devrez faire appel à un serrurier spécialisé ou à un concessionnaire s’il s’agit d’une clé encodée ou équipée d’un système de sécurité à transpondeur. Dans les deux cas, n’oubliez pas de vous munir de la carte grise de votre véhicule et de la déclaration de perte que vous allez présenter comme pièces justificatives. Ce serait dommage que vous ne puissiez pas faire votre commande, juste parce que vous ne les avez pas apportées. Le coût d’une reproduction de clé Le coût de reproduction varie en fonction du type de clef en question. Certaines sont plus simples et donc plus faciles à copier. D’autres, par contre, sont très difficiles à reproduire. Vous devrez prévoir une somme comprise entre 50 et 300 €, selon le modèle de votre auto et la technicité de la clé. Ces derniers dépendent en général de l’âge du véhicule. La clé des véhicules anciens ne sert en fait qu’à démarrer la voiture ainsi qu’à ouvrir et à fermer manuellement la porte. Dans ce cas, vous pouvez recourir au service d’un serrurier par exemple. Le prix devrait être raisonnable. Encore mieux si vous avez un double de votre clef, la duplication ne prendra que quelques minutes. Pour les voitures dont la clé est équipée d’un transpondeur crypto, que ce soit de la première ou de la nouvelle génération, vous aurez à dépenser un peu plus. Il y a entre autres les frais de ré-encodage de la nouvelle clé. Sa copie plus complexe demande du temps et coûte plus cher. Ce qui est sûr, c’est qu’on vous demandera le numéro de code de la clé, donc ne l’oubliez pas. En ce qui concerne les responsabilités de l’assurance auto L’assureur ne garantit pas la prise en charge de la reproduction de votre clé de voiture ou de tout ce que cela pourrait entraîner. Donc, ne vous attendez pas à ce que votre assurance auto paie les frais de duplication de votre clé. Toutefois, sur votre demande, il est possible d’inclure dans le contrat une clause de garantie assistance. Grâce à cette dernière, vous pourrez bénéficier de certaines prestations comme le dépannage de votre véhicule jusqu’à votre domicile ou au garage le plus proche. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a de nombreuses assurances auto qui proposent ce type de service à leurs clients de nos jours. Prendre les dispositions nécessaires pour éviter ce genre d’incident Dorénavant, c’est sûr que vous ferez plus attention à votre clef de voiture. Vous venez de découvrir les responsabilités, la peine et le coût que cela nécessite pour remplacer sa clé. Ne serait-ce que pour le coût de la fabrication d’une nouvelle, sans parler de l’attente qui peut aller jusqu’à quelques semaines. Au cas où vous ne l’auriez pas encore fait, placez vos clés dans un endroit précis afin de ne plus les perdre à chaque fois. Ainsi, il vous sera plus facile de les retrouver et vous n’aurez plus à en vous soucier. Tâchez juste de prendre la bonne habitude de les mettre à leur place en rentrant chez vous. Par ailleurs, nous vous suggérons de vous renseigner auprès des assurances bancaires afin d’obtenir plus d’informations. Demandez-leur la possibilité de recouvrement des frais de reproduction d’une clef de voiture. Cela pourrait largement réduire les frais que vous aurez à prendre en charge. C’est pourquoi vous devez également le rajouter sur la liste des tâches à effectuer en cas de perte de votre clé.
  10. Le refus de constat à l’amiable ne constitue pas un délit en soi. En cas d’accident, il peut arriver que le conducteur ne soit pas enclin à la discussion et refuse de remplir et de signer le constat. Il est possible également qu’il fuit tout simplement les lieux de l’accident, ne vous donnant même pas l’occasion d’échanger avec lui. Que faire lorsque l’autre conducteur refuse de signer le constat à l’amiable ? Comment réagir si l’autre conducteur a commis un délit de fuite ? Découvrez ce que vous devez faire en cas de refus de constat à l’amiable. Dans quel cas il y a refus de constat à l’amiable ? On parle de refus de constat à l’amiable lorsque les deux situations suivantes se présentent : Le conducteur s’arrête, mais refuse de remplir et de signer un constat Notez bien qu’il ne commet pas de délit en faisant cela. En réalité, contrairement aux idées reçues, il a tout à fait le droit de refuser de le faire. Il peut choisir de le faire plus tard, ou pas du tout. Et malheureusement, vous ne pouvez pas l’y contraindre, et bien moins des représentants des forces de l’ordre. Le conducteur ne s’arrête pas et disparaît dans la nature Si le conducteur ne s’arrête carrément et choisit de s’enfuit, on parle alors de délit de fuite. Il s’agit d’une effraction grave, répréhensible par la loi. Comment réagir face à un refus de constat à l’amiable ? Lorsque l’autre conducteur refuse de remplir et de signer un constat à l’amiable, la première chose que vous devez faire est de garder votre calme. Il ne sert strictement à rien de lui crier dessus pour l’y obliger. Ne perdez pas non plus votre temps à appeler les forces de l’ordre, car ils ne pourront rien faire. Ce qu’il faut faire en cas de refus de constat à l’amiable La meilleure chose à faire dans ce genre de situation, c’est de remplir votre constat à vous. Et ce, en veillant à collecter : Les informations qui concernent l’autre véhicule : marque, modèle, couleur, numéro d’immatriculation, etc. Les photos de l’accident : des dégâts subis, du point d’impact, de l’environnement, etc. Les coordonnées de l’autre conducteur. Les témoignages de ceux qui ont assisté à l’accident. Ce qu’il faut faire en cas de délit de fuite Dans le cas d’un délit de fuite, vous devez toujours remplir votre constat à vous. Et vous devez noter le comportement de l’autre conducteur dans la partie « Observation ». Une fois le constat rempli, rendez-vous au commissariat de police le plus proche et déposez une plainte contre X. Bon à savoir : l’autre conducteur a le droit de refuser de remplir un constat à l’amiable. Il n'a cependant pas le droit de refuser de vous donner les informations dont vous avez besoin pour remplir le vôtre. Par conséquent, s’il refuse de coopérer et ne vous donne pas les informations le concernant et concernant son véhicule, il commettra ce que l’on appelle « un délit de fuite caractérisé ». Qu’en est-il de l’indemnisation en cas de refus de constat à l’amiable ? L’indemnisation va dépendre du constat reçu par l’assureur. Si l’autre conducteur remplit son constat plus tard Si l’autre conducteur a quand même rempli son constat à l’amiable plus tard et qu’il le remet à son assureur, les deux compagnies vont confronter les constats reçus et vont se concerter pour déterminer le responsable. Dans le cas où elles n’arrivent pas à s’entendre, elles opteront pour une responsabilité partagée. Vous recevrez alors l’indemnisation prévue à cet effet. Si l’autre conducteur ne remplit pas de constat du tout Si l’autre conducteur n’a pas rempli de constat, alors les deux compagnies d’assureurs devront s’en tenir à votre seule version. Et la responsabilité de l’accident sera incombé à l’auteur du refus de constat à l’amiable. Ce sera donc à sa couverture au tiers de couvrir toutes les dépenses liées à la réparation de votre véhicule, et aux soins que l’on vous apportera en cas de blessure.
  11. Des applications pour planifier l’itinéraire de votre voyage, oui, ça existe ! Aujourd’hui, vous n’avez plus besoin de trainer et de consulter des cartes routières incompréhensibles pour vous repérer sur la route, pour trouver un bon endroit où dormir, pour trouver un bon coin pour manger ou pour déterminer où se trouve les prochaines toilettes, ou la prochaine station d’essence. Aujourd’hui, vous pouvez faire tout cela et sans difficulté avec une application. Et cette dernière peut même faire mieux, elle peut vous montrer jusqu’aux endroits que vous devriez absolument visiter pour chaque région où vous passerez. Vous préparez un road trip ? Découvrez les meilleures applications pour planifier l’itinéraire de votre voyage. L’application gratuite Triplt Triplt est une application gratuite qui a été conçue pour concevoir automatiquement votre itinéraire de voyage, et ce, à partir des réservations que vous aviez faites. Très pratique pour se repérer et s’orienter, c’est un véritable agent virtuel qui va organiser vos déplacements d’une main maître. Pour bénéficier de ses services, il vous suffit de lui transférer tous les courriels de confirmation de vols, de réservation d’hôtels, de location de voiture et tout ce qui concerne votre voyage. Il constituera votre itinéraire à partir des données collectées. Vous pourrez par la suite le consulter à tout moment pour vous repérer, mais aussi le partager. L’application Triplt peut être utilisée sur Android et iOS. L’application Trello L’application Trello ne vous permet pas seulement de mettre en place l’itinéraire pour votre voyage. Elle vous permet de planifier et d’organiser carrément vos vacances dans les moindres détails. Elle met, pour cela, à votre disposition, plusieurs outils dont les tableaux. Vous pouvez les créer vous-même et dans chacun d’eux, vous pourrez noter toutes les tâches à faire, avec l'état de chacune d'elles : " A faire", "En cours" ou "Réalisé". Vous avez également à votre disposition la fonction Checklist qui vous permet de vérifier si les bagages de vos enfants sont bien complets et prêts, si vous avez bien emporté tous les papiers nécessaires (passeports, billets, assurance, etc.). Cette application peut être utilisée sur un Android, une iOS, mais aussi sur le net. Google Trips pour planifier l’itinéraire de votre voyage Eh oui ! Jamais à l’arrière, Google a également conçu un outil qui permet d’organiser des voyages plus facilement et plus rapidement : Google Trips. Il s’agit d’une application qui fonctionne un peu de la même manière que Triplt. Une fois que vous vous connectez à votre compte gmail, il vous suffit d’importer les messages contenant vos vols et réservations. L’application va les arranger et les organiser par ordre chronologique, et mettra à votre disposition un itinéraire accessible en ligne ou hors ligne, que vous pourrez même partager. Intuitif, Google Trips vous recommandera également les lieux que vous pourrez visiter sur votre passage. L’application Tripcase Dans le même acabit que les applications précédentes, vous avez également Tripcase. Une fois que vous aurez enregistré toutes les données reçues par le biais de vos emails de réservations et de vols dans cette application, elle va automatiquement préparer votre itinéraire, et organiser votre voyage. La particularité de Tripcase est qu’elle travaille en étroite collaboration avec plusieurs complexes hôteliers, agences de voyage et compagnies aériennes. Par conséquent, si vous réservez auprès d’un de ses nombreux partenaires, vous n’aurez même pas besoin de le faire, les informations concernant votre voyage seront automatiquement transférées dans l’application.
  12. Une fumée qui se dégage du pot d’échappement est un phénomène normal venant d’un véhicule. Cependant, une voiture qui fume constamment et trop témoigne d’ un problème. Une fumée excessive vous expose au paiement d’amende ou d’autres sanctions plus sévères. Fumée blanche, noire ou bleue, elle donne une alerte à certaines défaillances techniques ou dysfonctionnements des équipements. Selon la couleur de la fumée, quelles sont les solutions adéquates? Découvrez dans l’article quelques causes majeures à l’origine des fumées et les solutions adéquates pour y remédier. Voiture qui fume blanc Un dégagement de fumée blanche est normal au démarrage. Si la fumée blanche s’échappe constamment, elle peut être liée à la défectuosité du joint de culasse. Fumée blanche : causes possibles La fumée blanche s’apparente à un nuage, une vapeur dense qui sort du pot d’échappement. Elle entraîne une fuite du liquide de refroidissement. Cet équipement sert de séparation entre les circuits d’huile et d’eau de refroidissement. La fumée blanche s’échappe quand elle n’est plus étanche, et conduit les fluides à se mélanger. La source du problème peut également se trouver dans le réglage de la pompe à injection. Une voiture qui fume blanc est due aussi à une paroi de cylindre endommagée. Que faire ? La première chose à faire consiste à vérifier les sources du problème. Vous pouvez recourir à un professionnel qualifié pour être sûr de son origine. L’entretien du véhicule est la solution la plus efficace pour prévenir les difficultés. Pour les équipements défectueux, il convient de les remplacer. Il en est par exemple des joints de culasse. Parfois, un examen de la voiture s’avère indispensable. Effectuer aussi un contrôle régulier du niveau du liquide de refroidissement, s’il y a une diminution importante, n'hésitez pas à demander à votre garagiste. Pour les pompes à injection, il faut faire appel à un spécialiste pour régler le problème. Voiture qui fume noir La fumée noire affecte en majorité les voitures diesels, due en grande partie à un souci de pompe d’injection. Les moteurs à essence peuvent avoir le même problème. Fumée noire : causes possibles C’est le cas par exemple d’un starter obstrué. Il assure un rôle important dans le démarrage d’un moteur à froid à travers le mélange de carburant et de l’air. La présence de calamines dans votre moteur est à l’origine des fumées noires. Les hydrocarbures non brûlés se forment et s’accumulent sur les parois du moteur. Le dysfonctionnement d’un régulateur de pression provoque aussi l’échappement de fumée noire. Cet équipement joue un rôle de régulateur de la quantité d’essence envoyée au moteur. Sa défaillance provoquera une surconsommation accompagnée de fumées noires. Elle est détectable en cas de baisse du kilométrage de la voiture. Une fumée noire s’échappe aussi quand il y a dysfonctionnement du carburateur qui provoque une mauvaise combustion du carburant. Elle est aussi liée à un filtre à air colmaté. Dans ce cas, le dégagement de fumée noire se présente à l’accélération. Elle conduit à une consommation excessive de carburant. Le filtre à air n’arrive plus à contenir les particules dans l’air. La défectuosité des injecteurs peut causer également la fumée noire. Elle favorise la pollution et surtout une surconsommation de carburant. La défaillance de la sonde de température reste l’une des origines des volutes noires. Elle est dite défectueuse quand elle laisse passer une quantité trop importante de carburant à la combustion. On peut la détecter à travers un voyant de surchauffe allumé au moment de démarrage. Votre style de conduite peut aussi être à l’origine de la fumée noire. À titre d’illustration, une accélération à froid entraîne l’accumulation des particules dans votre moteur. Que faire ? Rappelons toujours la solution idéale, l’entretien régulier de la voiture. Le remplacement du filtre à air doit se faire chaque année, le filtre à carburant tous les 20 000 km. Les injecteurs doivent faire l’objet d’un entretien permanent. Faire appel à un garagiste vous épargnera de tous ces tâches souvent fastidieuses. Pour les équipements bouchés, vous pouvez faire un nettoyage avec des produits spécialisés. Ils sont disponibles dans les magasins spécialisés. Attention, il est fortement conseillé d’acheter un produit plus cher, mais efficace. Concernant la conduite, pensez à accélérer franchement afin de brûler les dépôts de particules dans le moteur. Voiture qui fume bleu L’on rencontre rarement le dégagement de fumée bleue chez une voiture. Elle est due à une consommation excessive d’huile. Fumée bleue : cause possible Il faudra alors contrôler le niveau d’huile. Une partie du carburant qui entre dans les chambres de combustion des moteurs est aussi à l’origine des fumées bleues. À la longue, la surconsommation d’huile provoque la défectuosité du moteur. Il convient alors de réparer le plus rapidement possible. L’altération des injecteurs et système d’allumage conduit aussi à l’échappement de fumée bleue. Parfois, il faut aussi vérifier le reniflard, s’il est obstrué, il n’arrive plus à dégager les vapeurs d’huile chauffée venant du carburateur. De ce fait, les vapeurs sortiront à travers le pot d’échappement sous forme de fumée bleue. Que faire ? Il faut éviter à tout prix d’endommager le moteur. Si vous avez décelé l’origine du problème, recourir à un garagiste en urgence est la meilleure prévention. Une voiture qui fume bleu exige une réparation rapide. Des devis en ligne sont maintenant disponibles afin de préparer votre budget. Un spécialiste saura évaluer les dégâts et les réparations à faire.
  13. Quel autoradio choisir ? Il est vrai que la majeure partie du temps, la question ne se pose pas. Cet équipement est presque toujours fourni avec l’auto à l’achat. Mais il peut arriver aussi que ça ne soit pas le cas – notamment lorsque vous optez pour une voiture d’occasion. Et bien évidemment, il est tout à fait possible que vous ne soyez tout simplement pas satisfait de celui qui est intégré à votre voiture. Quels sont les critères à prendre en compte pour faire le bon choix ? Quel modèle choisir ? Découvrez quelques conseils pour bien choisir votre autoradio. Quel autoradio choisir ? Les différents types L’essentiel, pour faire le bon choix, c’est avant tout de vous baser sur vos besoins. Il y a des autoradios de toutes sortes sur le marché, des plus classiques au plus modernes. Et leurs fonctionnalités peuvent toutes être différentes. A vous donc de décider lequel correspond le plus à vos attentes. Vous aurez le choix entre trois types d’autoradio : le modèle classique et le modèle avancé. Le modèle classique Le modèle classique est un équipement assez simple, généralement de forme rectangulaire, et qui s’encastre à la manière d’une cassette dans l’emplacement destiné à cet usage sur le tableau de votre auto. En règle générale, ce type d’autoradio n’embarque que les fonctionnalités de base, à savoir la radio, la lecture de CD audio et la lecture de fichier audio et MP3 à partir d’un port USB, et éventuellement d’une carte SD. Le modèle avancé (multimédia) L’autoradio multimédia est un modèle plus récent, et embarque des fonctionnalités plus sophistiquées. Comme son nom l’indique, il a une particularité : il est numérique. Autrement dit, en sus des fonctionnalités de base d’un autoradio, il intègre un système Bluetooth qui lui permet de lire des fichiers dans des terminaux externes comme votre Smartphone par exemple ; des haut-parleurs et un microphone qui vous permettent de passer et de prendre des appels téléphoniques sans avoir à toucher votre téléphone ; un écran tactile de taille considérable pour visionner vos vidéos ; et une fonction GPS. Certains modèles affichent même les images de la caméra de recul. Quel autoradio choisir – Les critères à prendre en compte Les fonctionnalités ne sont pas les seuls critères à considérer au moment de choisir votre autoradio. Car elles ne font pas tout. A quoi bon d'avoir un autoradio à haute performance s’il est HS au bout de deux semaines ? Un équipement dont la puissance n’est pas compatible avec les haut-parleurs de votre auto est un investissement inutile. Voici donc les points importants à considérer au moment de choisir. La puissance de l’autoradio De la puissance de l’équipement va dépendre la qualité du son qu’il va produire. Plus l’autoradio sera puissant, plus il pourra émettre un son à la fois net et pur. Au moment de choisir, pour faire le bon choix, veillez à respecter les deux critères suivants : un autoradio dont la puissance est supérieure à 50 watts et inférieure ou égale à la puissance des haut-parleurs – qui est de 120 watts au maximum. Les options et les fonctionnalités de l’autoradio Ne négligez pas les fonctionnalités. C’est vrai, les autoradios d’aujourd’hui offrent tellement d’options plus avancées que celui de lire des fichiers depuis un lecteur ou via un USB. Ils ne se contentent plus de divertir les occupants de la voiture, mais se dotent de fonctionnalités destinées à rendre la conduite à la fois pratique et agréable : GPS, Bluetooth, lecteur DVD, kit mains libres, caméra de recul, etc. Pensez aussi à choisir un modèle pouvant capter aussi bien une fréquence AM que FM. Ainsi, non seulement, vous pourrez écouter la radio nationale, mais aussi internationale. Pour aller plus loin, notez qu’aujourd’hui, vous pourrez trouver des autoradios capables d’enregistrer près de 30 fréquences. Cela peut être très pratique. Quel autoradio choisir ? N’oubliez pas la connectique ! La connectique est aussi un élément essentiel, car elle définit la manière dont vous souhaitez écouter votre musique. Et aujourd’hui, les autoradios proposent plusieurs options : lecteur CD, clé USB, port SD, lecteur DVD avec écran tactile ou LCD, Bluetooth. A vous de voir lesquelles de ces options vous souhaitez voir embarquer sur le modèle que vous choisirez.
  14. Vous comptez partir en vacances ou à la découverte du monde à bord d’un camping-car ? Il vous faudra en louer un pour cela. Vous devrez également préparer les équipements nécessaires pour que votre voyage se déroule sans encombre, le plus confortablement possible. Ce guide vous permettra de faire le choix de votre camping-car et de connaître les critères que vous devrez prendre en considération. Vous saurez ainsi les détails importants qu’il ne faudra pas négliger avant de faire votre location de camping-car, à commencer par le choix de votre véhicule. Le camping-car convenable à votre voyage En effet, le choix du camping-car est la première chose à ne pas oublier. Le confort et le plaisir que vous aurez tout au long de votre voyage en dépendent. Pour ce faire, l’état du véhicule est la première chose que vous devrez vérifier. Vous n’aurez pas à effectuer des réparations ou à vous préoccuper de votre consommation et de votre sécurité en optant pour un camping-car en bon état. Ne vous pressez pas de prendre la route avant de vous être assuré que le moteur ainsi que tous les équipements de votre voiture fonctionnent normalement. Choisir son camping-car en fonction du budget Si vous avez décidé de louer un camping-car, c’est que vous aimez les conduire. Toutefois, vous devez établir un budget approprié à vos moyens, à moins que vous n’ayez déjà mis de côté un certain montant pour votre périple. Optez pour un véhicule moins cher mais confortable et spacieux. De même, n’oubliez pas de faire le calcul pour votre consommation de carburant, surtout si vous envisagez de voyager loin. Vous constaterez que vous pourrez économiser beaucoup sur une longue distance si votre voiture consomme moins. Par ailleurs, songez à choisir un véhicule équipé d’une cuisine et de couchettes afin de vous éviter de dépenser pour un restaurant et un hôtel. Opter pour la taille adéquate en fonction du nombre de passagers Il faut également tenir compte du nombre de passagers pour le choix de la taille de votre véhicule. Il est tout à fait logique que vous n’ayez pas besoin d’un grand camping-car si vous voyagez à deux. De même, il serait absurde d’en louer un qui soit petit alors que vous êtes plusieurs à partir pour l’aventure. Donc, prenez le temps de visiter l’intérieur et l’espace de l’habitacle de nombreux camping-cars avant de vous décider. Cela ne servira à rien de vous précipiter, car vous devez passer chaque détail en revue. Un camping-car qui garantit une conduite facile et confortable Avez-vous déjà fait l’expérience d’une conduite difficile et inconfortable au cours d’un long voyage ? Même si ce n’était pas au volant d’un camping-car. Si oui, alors vous avez sûrement dû vous jurer de ne plus jamais revivre une pareille situation. C’est très important pour le conducteur de se sentir à l’aise et confortable au volant afin d’éviter de commettre un accident. Vérifiez que les freins sont fonctionnels et que le levier de vitesse ne bloque pas. Ainsi, tout le monde pourra profiter pleinement du voyage en toute sécurité, que ce soit le conducteur ou les passagers. Les détails insignifiants qui font toute la différence Beaucoup de campeurs négligent les autres équipements installés sur leur véhicule comme des portes-vélos à l’arrière. Et pourtant, c’est très utile dans bien des cas. Ainsi, même si vous devez vous rendre à un endroit inaccessible en voiture, vous pourrez toujours vous déplacer à bicyclette. Prenez également en considération la boîte de vitesses du camping-car que vous allez louer. Il se pourrait que celle-ci soit manuelle alors que vous avez l’habitude de conduire une voiture à boîte de vitesses automatique, ou le contraire. Faire le constat de l’état général du véhicule avant de se décider Avant d’effectuer la location de votre camping-car, observez bien en détail l’état du véhicule avec le propriétaire. Cela vous évitera d’avoir à payer les frais de réparation des dégâts qui ont déjà été présents bien avant votre location. Il en est de même pour tous les équipements comme le réfrigérateur, la télé, le climatiseur, si votre véhicule en est équipé. Inspectez minutieusement les moindres détails en commençant par l’état général de l’extérieur et en terminant par l’intérieur du camping-car. Faites le tour pour ne rien laisser passer et prenez note de tout ce qui vous semble anormal. Remarquez bien s’il y a des rayures sur la carrosserie, une fissure du pare-brise. Comme on dit si bien : « La confiance n’exclut pas le contrôle. » Respecter la réglementation et les normes requises pour les camping-cars C’est le plus important qu’il ne faut pas omettre de mentionner, ce qui est d’ailleurs valable pour tout véhicule qui entre en circulation. N’oubliez pas de vous assurer que les papiers du camping-car sont en règle et que le système d’éclairage vous permettra de rouler sans problème de jour comme de nuit. Rappelez-vous que c’est plus par mesure de sécurité. Il est dans votre intérêt, et vous en avez bien le droit, de ne pas accepter les clés du camping-car tant qu’il y a encore quelque chose qui cloche. Tenir en compte les caractéristiques et les équipements du camping-car Nous n’avons pas tous les mêmes raisons de partir en vacances à bord d’un camping-car. Il y en a ceux qui veulent s’évader de leur rythme quotidien et changer de mode de vie pendant cette courte période. D’autres, par contre, ont juste envie de découvrir d’autres endroits tout en gardant leurs vieilles habitudes de tous les jours. Il est donc capital de bien noter si vous avez besoin d’équipements élémentaires comme un réfrigérateur, un poste de télévision, une cuisinière à gaz et pourquoi pas de wifi pour rester connecté même en pleine nature. L’important est que vous dressiez une liste de vos besoins pour voir ce qui vous sera utile pour votre aventure. Par exemple, vous aurez sûrement besoin de chauffage en période d’hiver glacial. Quelle que soit la saison, une douche, des toilettes et un réservoir d’eau usée devraient également faire partie de la liste des équipements nécessaires pour votre hygiène. Enfin, vous pourrez toujours demander toutes les options pour les rideaux et leurs couleurs si vous voulez assurer la décoration et donner un plus de style à l’intérieur de votre van.
  15. Depuis l’album : Actualités Automobile

    La part de marché des voitures hybrides, hybrides rechargeables et électriques dans 15 pays d’Europe.
  16. Eveline Luca

    Actualités Automobile

  17. Il est important de nettoyer régulièrement son véhicule et ses accessoires. On confond souvent les enjoliveurs et les jantes qui sont fixées sur les roues. En principe, les premiers servent de décoration et de protection aux seconds. Les graisses ainsi que des taches de rouille peuvent facilement se déposer sur vos jantes. Au bout d’un certain temps, des couches de goudron et poussière se collent sur ces équipements. Ainsi, il ne faut pas attendre qu’ils soient trop sales pour les nettoyer. Un dépôt de poussière trop important sur votre jante peut causer un dysfonctionnement de votre pneumatique. La dégradation de ces éléments peut être à l’origine d’accidents, une fois sur la route. Les roues de la voiture se salissent rapidement alors que leur nettoyage demande du temps. Comment laver les jantes d'une voiture ? Comment nettoyer les enjoliveurs ? Découvrez ici quelques méthodes pour vous aider à entretenir vos enjoliveurs et jantes en un rien de temps. Nettoyer vos équipements régulièrement Les jantes et les enjoliveurs qui sont fixés sur les roues de la voiture requièrent un nettoyage soigné, mais aussi régulier afin d’éviter les traces indélébiles. En général, le lavage des accessoires doit se faire tous les 15 jours au minimum. Les fabricants peuvent vous indiquer une fréquence de nettoyage particulière qu’il est bon de respecter. Les précautions à prendre avant le lavage Avant toute opération de nettoyage, il faut placer votre voiture dans un lieu qui laisse l’eau circuler librement. Vous pouvez opter pour un garage, la cours de votre maison ou tout autre endroit permettant une évacuation d’eau. Pensez à protéger vos disques de freins des produits nettoyants. S’ils se déposent sur vos disques, cela risque de diminuer l’efficacité de votre système de freinage. Le lavage de vos jantes peut se faire directement sur votre véhicule sans que le démontage des roues ne soit nécessaire. Cependant, cela reste inconfortable. Le matériel nécessaire La première chose à faire consiste à rassembler tous les matériels essentiels pour le lavage. Vous avez besoin en général d’une éponge et de l’eau, une brosse souple ou pinceau pour dégraisser les recoins difficilement accessibles. Un jet d’eau est nécessaire pour bien rincer et désincruster les grosses salissures. Si vous choisissez d’utiliser une brosse, optez pour des brosses souples pour ne pas détériorer la surface avec les petites rayures. Certaines personnes recommandent également le port de masque de protection pour prévenir le cancer de la plèvre causé par les poussières issues des plaquettes de frein. Les enjoliveurs doivent être lavés à part. Ainsi, il faut d’abord les encastrer à la main ou par des tournevis. Économisez avec des produits naturels Les astuces naturelles restent également intéressantes pour faire briller vos jantes et enjoliveurs. Les produits naturels offrent des résultats satisfaisants. L’utilisation du vinaigre blanc est une solution idéale, économique et écologique pour redonner un coup d’éclat à vos roues. Il suffit seulement de bien rincer après l’application. Le bicarbonate de soude est appliqué surtout sur les taches les plus tenaces. En fait, les astuces naturelles présentent moins de risques que les produits de commerce en matière de toxicité. Si vos jantes ne sont pas trop encrassées, le nettoyage peut se faire par une éponge imbibée de bicarbonate de soude et d’eau, rincez puis séchez soigneusement. Le lavage avec du savon liquide est suffisant en cas de petites taches. Au contraire, un mélange d’eau et d’acide chlorhydrique pour les jantes trop barbouillées. Toutefois, il faut éviter les contacts de l’acide avec la peau. Ainsi, une paire de gants en latex est donc indispensable. L’eau tiède offre également un meilleur résultat pour enlever les salissures. Un chiffon propre ou des lingettes multi-usages fera l’affaire pour essuyer vos jantes et ne pas laisser des marques. Cependant, le nettoyage avec des produits naturels demande plus de temps, parce que le premier lavage n’est pas suffisant, il faudra effectuer un deuxième avec du savon liquide, voire même un troisième avec une brosse et une crème à récurer, très pratique pour le dégraissage de vos jantes. Quels produits nettoyants choisir De nombreux produits de nettoyage sont maintenant disponibles sur le marché. Vous pouvez acheter vos produits en grandes surfaces, l’achat en ligne est également possible. Les nettoyants renferment parfois des produits toxiques. Les produits écologiques attirent beaucoup les automobilistes. Les produits riches en acide agissent efficacement, mais ils présentent quelques risques de dégradations de vos accessoires. Si vous optez pour des nettoyants chimiques, prenez le temps de vérifier les notices et la compatibilité avec vos équipements. Il existe des jantes alu, en alliage et en acier. Si vous choisissez un produit de commerce, appliquez-le d’abord sur une partie de la jante, de préférence à l’arrière afin de faire un test, évitant d’abîmer tous vos accessoires. Dans la pratique, les produits liquides sont les plus recommandés. Il suffit de les pulvériser sur la surface de vos jantes. Il existe aussi des nettoyants en gel très efficaces pour le dégraissage. Choisissez des produits contenant des agents protecteurs pour entretenir vos pneumatiques. Des produits spécifiques sont aussi disponibles qui permettent de rénover vos jantes efficacement. Si vous disposez d’un souffleur électronique, vous pouvez vous servir avant le nettoyage avec vos produits. Pour un meilleur résultat, certains produits préconisent un temps de pause afin de laisser agir le produit. La durée varie d’un produit à un autre. Il faut respecter minutieusement ce temps de pause au risque d’endommager le vernis de vos jantes. Un lustreur est une solution efficace pour redonner de la brillance à vos enjoliveurs et jantes. Il se présente sous forme de crème appliquée sur les jantes. Les produits de commerce ne requièrent pas un deuxième lavage, il suffit d’appliquer le produit et assécher vos équipements. Toutefois, si vous n’êtes pas satisfait du résultat, vous pouvez effectuer une autre application. Une fois tous les travaux finis, vous pouvez remonter les enjoliveurs et les jantes.
  18. Les sportives françaises mythiques – ou considérées comme telles – sont sorties entre l’après-guerre et les années 90. Et elles ont toute une particularité commune : elles ont marqué non seulement leur époque, mais également l’esprit durant des générations. La preuve ? Aujourd’hui encore, bon nombre d’entre elles sont appréciées, et certaines sont même en passe de devenir des voitures de collection. Découvrez notre sélection des meilleures sportives françaises qui ont marqué l’histoire et sont devenues des légendes. La Peugeot 205 GTI Parmi les voitures sportives sorties dans les années 80, la Peugeot 205 GTI est celle qui a rencontré le plus de succès. Considérée comme la meilleure dans la catégorie des GTI, elle a été lancée sur le marché des particuliers en 1984 et n’a cessé de faire des passionnés depuis. Avec ses 4 cylindres et ses 115 chevaux en effet, entre 1984 et 1994, le constructeur hexagonal a commercialisé plus de 300 000 exemplaires. Et malgré les années, aujourd’hui encore, bon nombre de conducteurs – notamment les jeunes – se l’arrachent comme des petits pains. La Renault Super 5 Juste derrière la Peugeot 205, on retrouve sans grande surprise la Renault Supercinq. Ayant succédée à la Renault 5, également considérée comme une sportive française mythique, il s’agit ni plus ni moins du modèle le plus vendu en France entre 1986 et 1989. Elle a été vendue en 3 436 6501 exemplaires, mais sa production a été arrêtée en 1996, pour faire place à un nouveau modèle : la Renault Clio. La Renault Clio Williams Parmi les voitures françaises mythiques les plus appréciées, on retrouve également la Renault Clio Williams. Version multivitaminée de la Clio classique, il s’agit avant tout d’un modèle historique. Non contente d’être la première version sportive en effet, elle a aussi été développée suite au succès de la Renault Williams en F1 en 1993. Du haut de ces 150 chevaux, c’est sans surprise que la Renault Clio Williams ait été vendue en 12 600 exemplaires et qu’elle soit devenue la meilleure « hot hatch » à son époque. L’Alpine A110 Sous ses airs de petite voiture de luxe, ce n’est pourtant pas son design qui a fait de l’illustre berlinette Alpine A110 l’une des plus grandes figures des sportives françaises mythiques. C’est le fait qu’elle ait remporté le championnat du monde des Rallyes à deux reprises ! Cette petite merveille dispose en effet de 4 cylindres, et affiche une puissance maximale pouvant aller jusqu’à 200 chevaux, pour une vitesse maximale pouvant aller jusqu’à 200 km/h. La Renault 5 Turbo La Renault 5 Turbo est définitivement considérée comme une voiture de collection aujourd’hui. Mise sur le marché à partir de 1986, elle a fait des envieux aussi bien sur la route que sur les circuits de compétition. Et ce, parce qu’elle n’a été produite qu’à 600 exemplaires seulement. La Renault 5 Turbo se démarque par son moteur 1.4 l de 160 chevaux, qui lui permet de passer de 0 à 100 kilomètres en seulement 6 secondes. Toujours aussi appréciée à l’époque qu’aujourd’hui, le petit bolide a récemment été estimé à plus de 130 000 € lors d’une vente aux enchères en Italie. La Simca 1000 rallye 2 La Simca 1000 rallye 2 figure parmi les sportives françaises mythiques les plus appréciées. Et pour cause ? Elle a facilement gagné sa place dans la catégorie des voitures de collection depuis longtemps. Et chose incroyable, les modèles encore sur le marché sont – pour la majorité – en excellent état. La Simca Rallye 2 embarque un moteur Poissy de 1294 cm3. Affichant une puissance de 82 chevaux, sa vitesse maximale est de 162 km/h. La Peugeot 309 GTI Malgré un design souvent critiqué, la Peugeot 309 GTI a marqué son époque et fait encore des envieux à ce jour. Et ce, grâce à sa légendaire mécanique. Ce véhicule léger aux finitions angulaires embarque en effet le même moteur que celui utilisé dans la 205 GTI, c'est-à-dire une puissante machine de 1.9L et de 130 chevaux. Affichant une vitesse de pointe de 206 km/h, il passe de 0 à 100 km en seulement 8 secondes. La Renault 19 16S Lancée en 1990, la Renault 19 16S succède à la Renault 9 Turbo et à la Renault 11 qu’elle a remplacé. Seule sportive de la gamme « Renault 19 », il s’agit ni plus ni moins de la principale concurrente de la Peugeot 309 GTI. A l’instar de ces prédécesseurs, la Renault 19 16S se dote d’un moteur de type F et affiche un alésage supérieur : 1 764 cm3 pour 16 soupapes. Le moteur de 1.8 L se dote de 137 chevaux, ce qui permet au véhicule de passer de 0 à 100 km/h en seulement 8.4 secondes. La Citroën Xsara VTS Lancée sur le marché il y a une vingtaine d’années, la Citroën Xsara VTS reste indémodable. Animée par un moteur de 2.0 L et affichant 167 chevaux, elle est capable de rouler jusqu’à une vitesse maximale de 221 km/h. D’une valeur d’une trentaine de milliers d’euros environ aujourd’hui, elle fut considérée comme la principale concurrente de la Peugeot 306 16S. La Renault 12 Gordini La Renault 12 Gordini figure parmi les sportives françaises mythiques les plus anciennes. Produite et commercialisée au début des années 70, elle fut l’une des voitures les plus vendues en France en 1973, suivant de près la Simca 1100. La Renault 12 Gordini est animée par le Cléon-Alu de 1 565 cm3.
  19. L’additif Adblue, vous connaissez ? Obligatoire depuis 2006, il s’agit d’une solution biodégradable et soluble dans l’eau, conçue spécifiquement pour les poids-lourds. Destinée aux moteurs diesels, elle a été développée dans le but de réduire l’émission d’oxydes d’azote chez les moteurs disposant d’un système SRC (Réduction catalytique sélective), et subséquemment, pour contourner la fameuse taxe diesel imposée par l’Etat, par le respect des normes Euro concernant la réduction d’émissions polluantes. Comment ça fonctionne ? Quelle quantité sera nécessaire à votre camion ? Combien ça coûte ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le fonctionnement, la consommation et le prix de l’additif AdBlue. Additif AdBlue – Comment ça marche ? Il est important de préciser que comme son nom l’indique, AdBlue est un additif est non un carburant. Disposant de son propre réservoir sous le capot, il se compose essentiellement d’urée et d’eau déminéralisée. Comment fonctionne l’additif Adblue ? Le catalyseur SCR du moteur diesel émet normalement des oxydes d’azote (NOx) en grande quantité. Or, ceux-ci sont connus pour leur propriété polluante, toxique et dangereuse pour l’atmosphère. Pour réduire cette émission, on utilise alors l’additif Adblue. Une fois dans le catalyseur en effet, sous l’influence de la température, l’urée qu’il contient va provoquer une réaction chimique : elle va provoquer la décomposition du NOx. Ce dernier va être évacué dans le tuyau d’échappement sous la forme d’azote (N) et de vapeur d’eau (H2O), les deux étant totalement inoffensifs pour l’environnement. Comment utiliser l’additif AdBlue ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’AdBlue ne doit pas être mélangé au carburant. Il doit être versé dans un réservoir spécifique dont sont aujourd’hui dotés tous les poids-lourds fonctionnant avec cet additif. Ce réservoir est directement relié au tuyau d’échappement d’un côté et de l’autre, au catalyseur CSR. Et ce, de manière à ce que les oxydes d’azote puissent être traités avant d’être évacués sous la forme d’eau et de gaz. La consommation de l’additif AdBlue La consommation en additif Adblue dépend du type de véhicule. Développé à la base pour les poids-lourds en effet, l’additif est aujourd’hui utilisé par la majorité des véhicules disposant d’un moteur diesel embarquant le système SRC : berlines, minibus, 4x4, camping-cars, etc. Et nombreux sont les constructeurs qui développent à ce jour des modèles d’origine fonctionnant directement avec AdBlue, et qui sont donc équipés de son fameux réservoir bleu. Mais en règle générale, quelle que soit la voiture et sa marque (Renauld, Audi, Mercedes Benz, Fort, Opel, Peugeot, Toyota, Citroën ou Mazda), la consommation moyenne d’Adblue est de 3 à 5% du gasoil consommé. Si donc votre voiture consomme 100 litres de carburant, il aura besoin de 3 à 5 litres d’Adblue. Autrement dit, plus votre véhicule sera imposant et consommera du carburant, plus il se montrera gourmand en termes d’additif. En règle générale, pour une consommation de 100 litres, il faut : 3 à 5 litres d’Adblue pour un camion 4 à 10 litres d’Adblue pour une voiture légère 5 à 7 litres d’Adblue pour un véhicule agricole (tracteur) Attention, la consommation peut aussi augmenter en fonction de la manière dont vous conduisez le véhicule. Le coût de l’additif Adblue L’additif Ablue est commercialisé sur le marché en vrac, en bidon, en fut, en cuve IBC. Vous pourrez également en acheter dans les stations services au même titre que les carburants. Mais il sera plus onéreux. Son prix va donc dépendre de la manière dont vous allez vous le procurer, mais également de la quantité achetée : En bidon, comptez aux environs de 10 € pour 5 litres et jusqu’à 30 € pour 10 litres ; soit une moyenne de 1 € à 3 € le litre. En fut, le prix va diminuer avec la quantité. Mais vous devez compter aux environs de 0.60 € le litre pour un fut de 210 litres. En cuve IBC de 1000 litres, vous pouvez compter aux environs de 0.56 € le litre. En vrac, le litre de l’additif Adblue démarre à 0.25 € le litre.
  20. La batterie de voiture électrique est la raison pour laquelle les VE ont autant de succès. En transformant l’énergie chimique en énergie électrique en effet, elle a rendu le rêve de nombreux conducteurs possibles – celle de conduire une voiture silencieuse, économique, qui ne nécessite que très peu d’entretien, et pour couronner le tout, qui ne pollue pas l’environnement. La batterie de voiture électrique n’offre cependant pas que des avantages. Outre son autonomie plus ou moins limitée, on lui a aussi souvent reproché son manque de robustesse. Mais il semble que grâce aux multiples efforts des constructeurs, ce souci ne soit bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Quelle est la durée de vie de la batterie de voiture électrique ? Que faut-il faire pour prolonger sa durée de vie ? Et quel est son prix ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur la batterie de voiture électrique. La durée de vie de la batterie de voiture électrique La durée de vie de la batterie a souvent été critiquée. Et pour cause ? Elle a, de toujours, été limitée à quelques années seulement, ou selon un nombre de cycles de recharge/décharge défini à l’avance. La durée de vie de la batterie voiture électrique en année La durée de vie de la batterie d’une VE varie entre 8 à 15 ans, et ce, en fonction du type. La NiCd fut sans doute la plus robuste, car elle affichait une durée de vie de 15 ans. Malheureusement, en raison de la haute toxicité du Cadmium - son composant principal – elle a été retirée du marché en 2006 et est interdite d’utilisation depuis. Les autres batteries VE, notamment celles qui fonctionnent au plomb, le Lithium-Ion, le lithium-ion polymère et autres dérivées n’ont pu dépasser une durée de vie maximale de 8 ans jusqu’à ce jour. La durée de vie de la batterie de voiture électrique en cycle Si l’on veut vraiment déterminer la robustesse d’une batterie VE, il faut se baser sur le nombre de cycles qu’elle peut supporter. Et ce, sachant qu’un cycle correspond à un temps de décharge et de recharge. C’est donc la quantité de recharge qu’elle peut subir avant d’être complètement HS qui doit être prise en compte. Le fait est que plus elle sera rechargée, plus la batterie VE se détériorera. Et l’on remarque que plus elle est chargée à 100%, plus la détérioration est accélérée. Voilà pourquoi, on recommande souvent d’arrêter la recharge à 80%. Si au tout début, le nombre de cycles charge/décharge était limité à moins de 100 chez certains modèles, aujourd’hui, on peut trouver des batteries de voiture électriques affichant jusqu’à 3000 cycles. Comment prolonger la durée de vie d’une batterie voiture électrique ? Malgré toutes les innovations accomplies par les constructeurs pour prolonger le plus longtemps possible la durée de vie de la batterie VE, c’est finalement la manière dont on l’utilise qui permet de la préserver. Vous pouvez en effet adopter des gestes simples qui permettront de retarder au maximum sa détérioration : Évitez de l’exposer à une température trop élevée. A partir de 30°C, on peut déjà noter une perte de performance considérable. Mais une exposition prolongée et répétée peut causer des dommages irréparables. Évitez d’accélérer ou de freiner trop soudainement la voiture, car ces actions entraînent une surchauffe au niveau de la batterie. Évitez de recharger la batterie à une fréquence régulière et à petite intervalle, car plus elle sera chargée, plus vite elle se détériorera. Évitez la recharge à une puissance élevée, de manière à pouvoir la recharger la batterie rapidement, car cela entraîne également une surchauffe. Évitez la recharge complète, surtout s’il s’agit d’une batterie au plomb ou au lithium. Cela peut endommager totalement les accumulateurs. Le prix d’une batterie voiture électrique La batterie d’une voiture électrique coûte extrêmement cher. Son prix est estimé à 10 000 € environ si vous l’achetez indépendamment du véhicule. Si vous l’achetez avec la voiture électrique cependant, on peut dire qu’elle est fournie gratuitement. Son prix est généralement déduit du « bonus écologique » dont vous fait bénéficier l’état lorsque vous achetez ce type de véhicule.
  21. Le joint de culasse est l’une des pièces les moins chères de la voiture. Et pourtant, c’est l’un des éléments vraiment indispensables. Tout dysfonctionnement survenant à son niveau a effectivement des conséquences directes sur le moteur. Outre une perte de puissance inexpliquée et soudaine, ainsi qu’une hyperconsommation d’huile au niveau du moteur, un problème au niveau du joint de culasse peut entraîner une panne totale de celui-ci. Et malheureusement, cela peut coûter extrêmement cher. Comment fonctionne le joint de culasse ? Quel est son rôle ? Comment déceler une panne et à combien s’élèvent les réparations ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur le joint de culasse. Fonctionnement du joint de culasse : qu’est-ce que c’est ? A quoi ça sert ? Le joint de culasse se reconnaît facilement : de forme rectangulaire, c’est une sorte de plaque en métal pas trop épaisse, caractérisée par des trous de taille considérable, dont le nombre correspond à la quantité de cylindres (4 en général). Comme son nom l’indique, cette pièce a pour rôle de faire le lien entre la culasse – qui se trouve en haut du moteur – et le bloc moteur. C’est lui qui fait en sorte que la chambre de combustion demeure étanche pour qu’elle puisse supporter les explosions qui y ont lieu lorsque le moteur est en marche. C’est donc le joint de culasse qui veille à ce qu’il y ait compression dans le moteur. Pannes du joint de culasse : quels symptômes ? Quelles réparations ? Le joint de culasse – comme tous les éléments qui composent le moteur – n’est pas infaillible. Bien que fait de matières assez solides (métal ou amiante), il est toutefois soumis à des agressions à la fois chimiques, thermiques et mécaniques. L’usure et le temps peuvent donc avoir raison de lui. Et dès lors que les premiers signes de détérioration pointent leur nez, pour éviter que les problèmes ne s’aggravent, vous devez agir vite. Comment reconnaître une panne du joint de culasse ? Le premier signe indiquant une défaillance du joint de culasse est la présence de fumée blanche qui sort du pot d’échappement. Cela signifie généralement qu’il y a une fuite d’eau dans le cylindre, et que celle-ci est évaporée. En règle générale, sans réparation, ce premier symptôme va automatiquement entraîner : La surchauffe du moteur due au fait que le joint de culasse n’est plus capable d’assurer l’étanchéité de la chambre de combustion Baisse importante du niveau du liquide de refroidissement Une baisse soudaine du niveau d’huile moteur Vous pouvez également remarquer une perte de puissance de la voiture. Et dans les cas les plus graves, l’arrêt complet du moteur. On parle généralement de « CASSE MOTEUR », conséquence de la perte d’eau dans les cylindres. Comment réparer un joint de culasse ? Autant vous prévenir, à moins d’intervenir dès l’apparition des premiers symptômes, vous ne pourrez pas réparer le joint de culasse. Bien que robuste, une fois que cette pièce se détériore, il n’y a généralement pas d’autre option que de la remplacer. Notez toutefois que si le problème est encore moindre, la réparation n’est pas exclue. Vous pouvez même essayer de réparer vous-même en utilisant un produit spécial que vous trouverez sur le marché. Généralement, il suffit de verser ce produit dans le liquide de refroidissement pour régler le problème. Notez néanmoins que cette solution est généralement provisoire et que si la détérioration est vraiment importante, elle peut ne pas fonctionner du tout. Il est plus prudent de se référer à un mécanicien professionnel pour être fixé. Le prix du joint de culasse Le joint de culasse figure parmi les éléments du moteur les moins chers du marché. En fonction de la matière avec laquelle il a été fabriqué, son prix est compris entre 30 € et 100 €. Notez néanmoins que c’est le coût de la réparation que l’on redoute le plus. Car pour un remplacement, il est possible de dépenser dix fois, voire trente fois plus ! Pourquoi un tel prix ? Pour la simple raison que pour remplacer un joint de culasse, c’est tout le moteur qu’il faut démonter. Et selon la gravité du problème et ses conséquences, il faut aussi envisager le remplacement ou la réparation d’autres éléments du moteur – notamment la culasse. La facture peut facilement aller jusqu’à 3000 €. Voilà pourquoi, en cas de panne de joint de culasse, la majorité des automobilistes préfèrent changer de voiture carrément !
  22. La vidange de la boîte de vitesses et du pont auto est aussi importante que la vidange du moteur. Vidanger l’huile qui s’y trouve permet en effet de bien graisser le système « boîte de vitesse et pont différentiel », ce qui garantit un bon contrôle de leur température, et subséquemment, de s’assurer de leur bon fonctionnement. Quand faire la vidange de boîte de vitesse et pont auto ? Comment la réaliser et à quel prix ? Découvrez tout ce que vous devez sur la vidange de la boîte de vitesse et pont auto. Vidange de boîte de vitesse et pont auto – Quand ? Contrairement à l’huile du moteur qui doit être remplacée selon une période bien précise, l’huile de la boîte de vitesse n’a pas besoin d’être changée régulièrement. Cela dit, au fil du temps, elle devient de moins en moins performante. Elle finit par perdre en viscosité et se remplit de résidus métalliques provenant des pignons. Résultat : elle n’est plus aussi résistante à la chaleur. D’où l’intérêt de la changer, et ce, qu’il s’agisse d’une boîte manuelle ou automatique. Quand vidanger la boite de vitesse automatique ? La vidange de la boîte de vitesse doit se faire. La fréquence et la périodicité va dépendre de la marque de la voiture – pensez donc à vous référer au manuel du constructeur. Mais en règle générale, la moyenne est à chaque 60 000 km. Vous devez également penser à vidanger la boîte de vitesse automatique lorsque vous notez les signes suivants : • La voiture met beaucoup de temps à démarrer. • Le passage d’un rapport à un autre devient difficile, voire impossible. Dans les deux cas, cela peut signifier que l’huile n’est plus assez visqueuse, ou qu’il y a une fuite quelque part. La vidange doit alors être fait impérativement, car ces « petits soucis » peuvent – à la longue – entraîner la détérioration irrémédiable de la boîte. Bon à savoir : quand réaliser la vidange de la boite de vitesse manuelle ? La boîte de vitesse manuelle a rarement besoin d’être vidangée, contrairement à la boîte de vitesse automatique. Pour la majorité des modèles, la boîte a effectivement été conçue de manière à ne pas manquer de lubrification. Pour d’autres, les constructeurs préconisent souvent une vidange tous les 250 000 km. Il se peut donc – si vous comptez vendre votre voiture – que vous n’ayez même besoin de changer l’huile de la boîte de vitesse pendant toute la période où vous utiliserez votre voiture. Cela dit, la vidange peut s’avérer nécessaire si vous constatez quelques anomalies au niveau de la boîte de vitesse, comme : • Des difficultés de passage de rapport ; • Des craquements qui se font entendre lorsque vous passez une vitesse ; • Des vitesses que vous n’arrivez pas à engager. Dans tous les cas, ces soucis traduisent soit une perte de viscosité de l’huile, soit une fuite. La vidange est alors nécessaire. Mais vous pouvez également prévenir ces soucis en procédant à la vidange lorsque vous devez changer de cardans ou lorsque vous devez effectuer des réparations sur les embrayages. Comment réaliser la vidange de boîte de vitesse et pont auto ? Vidanger la boîte de vitesse et pont automatique n’est pas particulièrement difficile. En suivant les instructions données dans le manuel du constructeur, il se peut que vous puissiez le faire vous-même. Vidange de boîte de vitesse et pont auto - Quand faire appel à un professionnel ? Lorsque la vidange doit être réalisée suite à des problèmes que vous avez rencontrés avec la boite de vitesse, il est plus prudent de confier la tâche à un concessionnaire. Le fait est qu’il est nécessaire de déterminer l’origine des soucis rencontrés – perte de viscosité ou fuite d’huile – avant de pouvoir y remédier. Un diagnostic peut donc être nécessaire, et à moins de disposer de l’outil vous-même et de savoir l’utiliser, vous avez tout intérêt à passer par un professionnel. Comment vidanger sa boîte de vitesse et pont soi-même ? Notez avant tout qu’il est préférable de procéder à la vidange le moteur à chaud. Cela permet de faire couler l’huile plus rapidement, et vous permettra de gagner plus de temps. La première chose que vous devez faire, c’est donc de rouler quelques minutes. Il vous suffit, par la suite, de suivre les étapes suivantes : Surélevez la voiture à l’aide d’un cric et posez-la sur des chandelles. Repérez le bouchon de vidange, placez un bac dessous et ouvrez-le. Nettoyez le bouchon de vidange en veillant à ce qu’il soit débarrassé de toutes crasses, traces d’huiles, etc. Laissez l’huile couler jusqu’à la dernière goutte. Remettez le bouchon de vidange nettoyé en place et ouvrez le bouchon de remplissage. Remplissez la boîte de la nouvelle huile à l’aide d’une seringue en veillant à bien respecter la quantité recommandée. Remettez le bouchon de remplissage en place, revissez-le de même que le bouchon de vidange. Quand vous aurez terminé, refaites la même opération sur tous les ponts.
  23. Protéger la voiture de la corrosion est indispensable. Malgré les progrès réalisés à ce jour en effet, les voitures se composent toujours essentiellement de tôle d’acier. Ce matériau n’a pas son pareil en termes résistance et offre l’avantage d’être transformable à froid. Malheureusement, il se compose essentiellement de fer et est, en conséquence, plus exposé à la rouille. C’est donc votre carrosserie qui est le plus en danger. Et le pire c’est qu’une fois que cette petite tache orange fait son apparition, il est très difficile de l’en déloger, voire même de l’arrêter. Elle se propage à une vitesse grand V. Comment préserver votre carrosserie de la rouille ? Comment empêcher une rouille de se propager ? Découvrez comment bien protéger votre voiture de la corrosion. Les solutions naturelles pour protéger la voiture de la corrosion Vous devez comprendre avant tout que la corrosion est en grande partie due aux intempéries. Bien sûr, la carrosserie de votre voiture a été conçue et traitée pour résister aux agressions extérieures. Toutefois, une soumission régulière à l’humidité, à une température élevée, aux poussières, aux saletés et aux sels de route, tout cela peut venir à bout de la carrosserie la plus résistante. Vous ne voulez pas que votre voiture prenne la rouille ? C’est de ces agressions que vous devez la protéger ! Un nettoyage et un lavage régulier Entretenir votre voiture est la meilleure manière de la protéger de la corrosion. Prenez donc le temps de laver votre véhicule régulièrement, et de le débarrasser de toutes les saletés. En particulier pendant l’hiver où l’humidité s’installe facilement dans les moindres recoins chauffés par le moteur. Il en va de même pendant les périodes de pluie où les éclaboussures de boues peuvent s’incruster un peu partout. Une vérification régulière des zones les plus sensibles Un lavage régulier est donc nécessaire, mais aussi une vérification fréquente des endroits où la rouille risque le plus de se développer, à savoir toute la partie basse de la voiture comme le châssis ; les zones les plus exposées à l’humidité et à la saleté, comme la ligne du pot d’échappement et le fond du coffre ; et les zones les plus soumises à des frottements comme le bas des portières et le passage des roues. Vous devez savoir que la rouille commence à s’installer, il va être très difficile de s’en débarrasser. Cette vérification vous permettra d’agir à temps. Les produits anticorrosion pour prévenir l’apparition de rouille En plus d’un entretien et d’une vérification régulière, pour protéger efficacement la voiture de la corrosion, vous pouvez aussi appliquer des produits anticorrosion sur les zones les plus sensibles, notamment les parties métalliques. Sur le marché, il existe toute une panoplie de traitements antirouilles que vous pourrez utiliser à titre préventif : shampoing, revêtements spéciaux, cires, huiles liquides, spray, vous trouverez même des dispositifs électroniques. Certains peuvent être utilisés sur toute la carrosserie, mais d’autres, plus spécifiques, ont été conçus pour des zones bien précises comme le châssis ou les endroits creux. Protéger la voiture de la corrosion – Et s’il était trop tard ? Vous avez remarqué des taches oranges sur certaines parties métalliques de la carrosserie ? Pas de panique ! Si la rouille ne s’est pas encore propagée, vous pouvez encore faire quelque chose pour l’arrêter. Mais vous devez agir vite. Comment ? Vous devez appliquer des inhibiteurs de corrosion dessus. Vous en trouverez facilement sur le marché sous forme d’aérosols à pulvériser ou de crèmes à appliquer sur la zone rouillée. Une fois ce produit appliqué, prenez le temps de poncer la zone concernée, et de la reboucher avec du mastic si le fer a sérieusement été rongé par la rouille. Et pour le traitement, recouvrez le tout d’une peinture neuve, et on n’y verra que du feu !
  24. Le radar de recul a la côte. Déjà installé sur la majorité des voitures neuves, cet accessoire qui peut également être installé en seconde monte s’arrache comme des petits pains et fait le bonheur des automobilistes. Et pour cause ? La marche arrière n’a jamais été aussi facile ! Plus d’erreurs de calcul ni de fausses manœuvres, Grâce à ces capteurs installés à l’arrière du véhicule, les obstacles sont automatiquement détectés et signalés au conducteur. Résultat : les risques de collisions et d’accidents diminuent de beaucoup. Vous voulez installer un radar de recul sur votre voiture ? Découvrez comment l’installer et à quel prix. Petit rappel sur le radar de recul – Qu’est-ce que c’est ? Le radar de recul est un système composé de 2 à 4 capteurs, voire plus. Installés de part et d’autre sur le pare-choc de la voiture, ils ont pour but de détecter les différents obstacles se trouvant dans le champ arrière de celle-ci, les côtés y compris. Le radar de recul est directement relié au contacteur de marche arrière. Ce qui explique pourquoi, lorsque le conducteur actionne la marche arrière, il l’enclenche automatiquement. Et une fois activée, dès lors que les capteurs détectent des obstacles, un bip sonore va se faire entendre dans la voiture. Ce signalement va généralement se déclencher dès que l’arrière de la voiture se trouve à 30 cm de l’obstacle. Il deviendra de plus en plus insistant au fur et à mesure que cette distance diminue. Comment installer le radar de recul ? Le radar de recul s’installe facilement. Le dispositif est souvent fourni avec un manuel qui décrit en détails comment l’installer sur une voiture en seconde monte. Vous pouvez donc vous charger de son installation vous-même à condition d’avoir quelques connaissances en électricité et un peu de mécanique auto aussi. Vous devez savoir aussi que les capteurs doivent être placés à des points stratégiques pour que le radar remplisse son rôle de signalisation efficacement. Pour garantir votre sécurité, vous devez donc porter une attention particulière au choix de leur emplacement. Au besoin, demandez conseil à des professionnels. Les professionnels justement que vous ne devrez surtout pas hésiter à solliciter si vous estimez que vous n’arriverez pas à bout de l’installation seul. Mieux vaut en effet confier la tâche à des experts, que prendre le risque de ne pas bien faire les choses. Un professionnel pourra installer votre radar de recul en moins de deux heures. Quel budget prévoir pour avoir un radar de recul ? On parle effectivement de budget, car à moins d’acquérir une voiture neuve et d’acheter l’option « radar de recul », vous devrez prévoir des dépenses aussi bien pour l’achat du dispositif que pour sa pose. Le prix d’un radar de recul Vous pourrez trouver des radars de recul en accessoire à partir de 50 €, mais ce prix peut très vite augmenter selon les fonctionnalités du dispositif et le nombre de capteurs. En règle générale, vous aurez le choix entre 4 types de radar de recul sur le marché, en fonction de votre budget : Le modèle basique avec 2 à 4 capteurs à partir de 50 € ; Le modèle avec bande électromagnétique donc sans perçage à partir de 70 € ; Le modèle sans fil avec affichage LED à partir de 90 € ; Le modèle avec lecture de distance « tête haute » qui vous permettra de visionner la distance et la vitesse du véhicule directement à partir de votre pare-brise, à partir de 200 €. Le prix de pose d’un radar de recul Sur une voiture neuve, le radar de recul peut coûter entre 250 € et 500 €, fourniture et pose incluses. En accessoire pour une seconde monte cependant, si vous faites appel à un professionnel, la main-d’œuvre va varier d’un intervenant à un autre. Certains vous factureront à la prestation, d’autres au tarif horaire. Mais en règle générale, prévoyez entre 75 € à 200 € le tarif pour la pose de votre dispositif.
  25. Si vous souhaitez vendre votre voiture, il est important de le mettre au bon prix. Une voiture au bon prix pourra se vendre plus rapidement. Les critéres du prix de vente sont nombreux. Comment calculer le prix de sa voiture d'occasion ? Qu'est ce que la côte à l'argus ? Les estimations en ligne sont-elles fiables ? Voici tout ce que ce vous avez besoin de savoir pour calculer le prix de votre voiture d'occasion. Estimer le prix sa voiture d'occasion Voici quelques critéres à prendre en compte pour déterminer la valeur de votre véhicule d'occasion. Ancienneté du véhicule Malheureusement pour nous en tant que vendeur, au bout de 2 à 4 ans, la voiture neuve perd environ la moitié de sa valeur. Cette généralité peut être nuancée par le modèle de la voiture ou par son kilométrage. Certaines voitures ont bonne réputation (comme les Mercedes) et perdront moins de valeur. Pour les modèles de plus de 10 ans, il se peut que cela ne soit intéressant de revendre sa voiture d'occasion à un particulier. Consulter des annonces de voitures similaires à la votre Pour s'assurer que nous sommes dans la bonne fourchette de prix, il n'y a rien de mieux que de regarder ce qu'il y a déjà sur le marché. Votre estimation ne doit pas excéder le montant d'une voiture ayant le même modèle et en meilleur état. Si vous n'êtes pas pressé de vendre, vous pouvez vous caler dans la moyenne des annonces. Si au contraire vous êtes pressé par le temps, n'hésitez pas à mettre un prix se situant dans la fourchette basse. Une voiture au bon prix se vend très vite. Etat de la mécanique du véhicule d'occasion Plus votre voiture aura des kilomètres à son compteur et plus sa côte va baisser. Le kilométrage est un indicateur pour l'acheteur de l'état potentiel de la mécanique de votre véhicule. Plus le kilométrage est élevé et plus votre voiture aura besoin de réparations (et donc l'acheteur tentera de faire baisser le prix). Il est important d'avoir rempli son carnet d'entretien minutieusement, il peut être utilisé comme argument de vente. La côte à l'argus: une base de l'estimation d'un véhicule d'occasion Si vous ne savez pas vraiment à quoi correspond la côte à l'argus, voici quelques explications. Qu'est ce que la côte à l'argus? La côte à l'argus est en quelque sorte la valeur de référence des véhicules d'occasions (en France). En fonction du prix neuf du véhicule et des achats des véhicules d'occasion, certaines voitures perdent plus de valeur que d'autres. Il nous est difficile de calculer cette côte par nous-même, je vous invite à vous rendre sur largus.fr Impact de la côte à l'argus Ce montant est reconnu aussi par les professionnels que les particuliers. Si vous tentez une reprise par un garage, il va forcément chercher cette côte afin de calculer le bénéfice qu'il pourrait en tirer. Vous pouvez le considérer comme le prix minimum de vente de votre véhicule. Les estimations : fiabilité De nombreux sites vous proposent d'estimer votre véhicule, faut-il s'y fier? L'estimation en ligne devrait être proche de la vôtre Après avoir toutes les informations, vous devriez obtenir rapidement une estimation. Elle est calculée en fonction de la côte à l'Argus mais pas forcément de l'état de votre véhicule. Le kilométrage et l'année d'achat sont par contre toujours demandées. Si l'écart entre votre estimation et celle du site est trop important, je pense que vous pouvez remettre en question votre estimation. L'estimation d'un garage Certains garages peuvent vous reprendre un véhicule si vous en achetez un chez eux, c'est le principe de la reprise. Le garage rachètera votre véhicule ce qui permettra d'avoir un véhicule neuf pour beaucoup moins cher. Les primes à la conversion s'ajoutent à ce prix. Cela peut valoir le coup pour les véhicules de plus de 12 ans. Au contraire, si votre véhicule est récent, tentez de le vendre à un particulier directement. Le calcul du prix de sa voiture d'occasion est plutôt délicat. Il dépend de son ancienneté, de son kilométrage mais aussi de si vous souhaitez ou non racheter un véhicule ou non ensuite. Je vous conseille de faire estimer votre voiture en ligne et par votre garage (dans le cas d'une reprise).
×
×
  • Créer...