Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    220
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Eveline Luca a gagné pour la dernière fois le 10 janvier

Eveline Luca a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 Neutral

Visiteurs récents du profil

7 381 visualisations du profil
  1. Vous vous êtes stationné là où il ne fallait pas ? Vous aviez entravé ou perturbé la circulation ? Vous aviez laissé votre voiture sur la voie publique ou sur une propriété privée ? Vous aviez dépassé la vitesse maximale autorisée ? Vous aviez roulé sans assurance, sans certificat d’immatriculation ou sans visite technique ? Les articles L325-1 à L325-1-2 du Code de la route sont unanimes : tout acte entraînant une perturbation de la circulation et/ou de la tranquillité et de la sécurité publique peut entraîner la mise en fourrière immédiate du véhicule concerné. Malheureusement, cette décision étant prise ou ordonnée par des autorités compétentes (maire, procureur de la République, préfet ou agent de police), la récupération ne va pas être un jeu d’enfant. Non seulement, vous devez la récupérer dans les plus brefs délais, mais en plus, vous devez payer pour cela. Découvrez comment faire pour récupérer une voiture mise en fourrière. Récupérer une voiture mise en fourrière : la démarche à suivre Attention, contrairement à ce que vous voyez à la télé, vous ne pourrez pas récupérer votre voiture en vous rendant à la fourrière, en donnant le numéro matricule et en payant quelques billets. Malheureusement, ce n’est pas comme ça que ça marche. Pour qu'elle sorte, vous devez d’abord obtenir une “autorisation de sortie définitive de fourrière” que vous pourrez obtenir grâce à une décision de main levée. Et vous devrez, une fois à la fourrière, vous acquitter des frais occasionnés par sa garde. Comment obtenir une décision de mainlevée ? Pour que votre voiture puisse sortir de la fourrière, vous devez d’abord obtenir une décision de mainlevée de la part de l’autorité compétente qui a ordonnée sa mise en fourrière. Seule cette décision peut vous permettre d’obtenir l’autorisation d’enlèvement, qui n’est autre que le document juridique que vous devrez présenter au gardien de la fourrière. Vous l’aurez compris, sans cette dernière, vous ne pourrez donc jamais récupérer votre véhicule. Pour obtenir ce document, vous devez en faire la demande soit auprès de la gendarmerie, soit auprès de la police, municipale ou nationale. Et ce, muni d’une pièce d’identité ainsi que du certificat d’immatriculation de la voiture. Le paiement des frais de la fourrière Vous avez obtenu votre décision de mainlevée ? Attention, vous n’êtes pas sorti de l’auberge pour autant. Une fois que vous aurez obtenu votre autorisation de sortie définitive, rendez-vous directement à la fourrière où votre voiture est gardée. Vous devez présenter ce document au gardien, avec votre permis de conduire et une attestation d’assurance. Et pour finir, vous devez également régler la note. Eh oui ! Vous devez savoir que la mise en fourrière engendre de nombreux frais. Ceux de la pose de sabot et de l’enlèvement varient en fonction de nombreux critères, dont la distance notamment. Les frais de garde, quant à eux, s’élèvent aux environs de 6 euros à 10 euros par jour en fonction de la marque et du modèle. Et tous seront à votre charge si vous êtes propriétaire du véhicule concerné. Quand récupérer une voiture mise en fourrière ? Vous devez savoir ceci : il est important que vous récupériez votre véhicule le plus rapidement possible. Au-delà du fait que plus le temps passe, plus les frais de garde risquent d’être élevés, sachez aussi que plus vous attendrez, plus la procédure à suivre pour la récupération risque d’être compliquée. Avant 3 jours, vous aurez juste besoin de suivre la procédure habituelle expliquée ci-dessus pour faire sortir votre voiture. Après 3 jours, en plus de la procédure habituelle, vous devrez également payer un expert, car votre voiture devra subir une expertise. Si elle s’avère être en bon état, vous ne pourrez la récupérer que dans un délai d’un mois. Dans le cas contraire, vous n’obtiendrez votre bon de sortie que lorsque les réparations nécessaires auront été faites. A noter que les frais que cela occasionneraient seront également à votre charge. Après 10 jours, votre véhicule sera considéré comme “abandonné. S’il est en très mauvais état, l’Etat se réservera le droit de le détruire. S’il est en bon état en revanche, ce délai sera rallongé jusqu’à 30 jours.
  2. La garantie constructeur est une assurance un peu particulière. Comme son nom l’indique, elle n’est pas proposée par votre assureur auto habituel. Elle est plutôt proposée par le constructeur de votre véhicule, et ce, en cas d’achat en neuf. Et elle vous permet de bénéficier d’une couverture s’il subit une panne pendant la période déterminée par le vendeur. En règle générale, la majorité des constructeurs proposent une garantie moyenne de 2 ans. Mais certains d’entre eux, comme la marque coréenne KIA par exemple, propose une prise en charge en cas pour une durée de 7 ans. Vous avez acheté une voiture neuve ? Découvrez comment faire fonctionner la garantie constructeur. Les conditions pour faire fonctionner la garantie constructeur Contrairement à l’assurance auto classique, la garantie constructeur est facultative. De même, elle n’est soumise à aucune loi. Par conséquent, chaque constructeur est libre d’en définir les conditions auxquelles elle est soumise, et ce, en termes de prises en charge pour commencer : panne mécanique, panne électrique ou panne électronique. Mais également en termes de durée de la couverture, de coût et bien sûr, d’exclusion. Faites donc très attention, car si vous ne respectez pas les conditions énoncées par votre constructeur, il est tout à fait possible que ce dernier vous refuse la prise en charge. Faire fonctionner la garantie constructeur : les entretiens Pour qu’un constructeur accepte de vous faire bénéficier de la garantie constructeur, vous devez lui faire comprendre que vous n’avez pas négligé le véhicule, c’est-à-dire que vous l’avez bien entretenu. Comment ? Tout simplement en réalisant les entretiens périodiques et en respectant les préconisations faites par le constructeur lui-même : vidange, remplacement de pièces usagées, révision, etc. Vous trouverez la liste de tous les entretiens nécessaires, de la simple révision ou à une tâche plus complexe, dans le carnet d’entretien généralement fourni au moment où vous aviez acheté votre voiture. Garantie constructeur : les pièces de rechange acceptées Certains constructeurs peuvent se montrer très strictes quant aux pièces de remplacement utilisées sur leur véhicule. Si vous tombez sur un, particulièrement exigeant, il est possible qu’il refuse de couvrir vos dépenses si vous aviez utilisé une pièce d’occasion au lieu d’une pièce neuve par exemple. Mais aussi, si vous utilisez une pièce qui n’est pas de la même marque que la voiture. Assurez-vous donc de lire d’abord les conditions du contrat avant de signer quoi que ce soit. Et même si cela n’est pas mentionné dans l’assurance, pour ne pas courir le risque d’acheter une pièce de remplacement pour rien, vérifiez d’abord lesquelles sont acceptées ou non par le constructeur. Certains d’entre eux refusent en effet de prendre en charge les pièces qui ne sont pas de la même marque que la voiture, ou qui n’ont pas la même qualité. Les démarches à suivre pour faire fonctionner la garantie constructeur Il n’est pas compliqué de faire fonctionner la garantie constructeur au moment où vous en avez besoin. Les démarches sont même très simples : il suffit de faire une déclaration au constructeur. Les pièces justificatifs nécessaires pour faire fonctionner la garantie constructeur Pour faire fonctionner la garantie constructeur, vous devez déclaration la panne à votre constructeur. Et vous devez, à ce moment-là, lui fournir des documents prouvant ce que vous déclarez. En règle générale, vous devez d’abord payer les pièces de rechange ou les frais de réparation. Vous devez, par la suite, donner la facture au constructeur qui remboursera ce que vous avez dépensé. En l’absence de ce document, vous pouvez également présenter un ticket de caisse ou un bon de livraison. Renseignez-vous également auprès de votre constructeur, car certains peuvent - à défaut d’un remboursement – vous offrir carrément la pièce dont vous avez besoin. Garantie constructeur : que faire en cas de litige ? Normalement, si vous avez respecté toutes les conditions énoncées par le constructeur dans le contrat d’assurance, celui-ci est tenu de faire appliquer la garantie constructeur au moment où vous en aurez le besoin. S’il refuse de vous rembourser ou de prendre en charge les frais en cas de panne cependant, vous avez trois solutions : Soit, vous procédez à une mise en demeure. Il vous suffit pour cela d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à votre constructeur. Soit, vous sollicitez les services d’un médiateur juridique. Si vous n’avez aucune connaissance des démarches à suivre pour obtenir gain de cause et ce qui vous revient de droit, il pourra s’en charger pour vous. Soit, vous portez plainte et exigez de recevoir des dommages et intérêts pour le préjudice causé par l’immobilisation de votre voiture, due justement au fait que votre constructeur n’a pas respecté ses engagements.
  3. Excellent compromis entre la citadine et la SUV, la berline se démarque par le confort et la sécurité qu'elle offre pendant la conduite, mais aussi pour son design, pour son élégance et bien sûr, pour l'espace supplémentaire qu'elle offre. Ce qui fait d'elle la voiture familiale par excellence si vous souhaitez voyager sans forcément utiliser une voiture à la taille imposante. Choisir une berline est donc judicieux, mais choisir une berline qui ne consomme pas l'est encore plus. Et cela vaut aussi bien que vous choisissiez un modèle essence ou diesel. Le prix à la pompe ne cessant d'augmenter, il est dans votre intérêt, si vous voulez faire des économies, de choisir celle qui est la plus sobre. Voici donc une sélection des berlines qui consomment le moins. Les berlines essence qui consomment le moins Les berlines embarquant une motorisation essence coûtent moins chères à l'achat, en raison du coût particulièrement élevé du carburant utilisé. Elles sont ainsi recommandées pour un usage en milieu urbain, mais peuvent être intéressantes également sur route, car certains modèles sont particulièrement sobres. Berline qui consomme le moins : la Seat Leon La majorité des modèles essance de la gamme Seat Leon ont été conçues pour être peu gourmandes. Elles consomment en moyenne 4,4 à 5,1l/100km. Vous aurez ainsi l'embarras du choix, et pourrez aisément choisir en fonction de vos besoins, mais également de votre budget. On citera deux modèles en particulier : La Seat Leon business 1.0 tsi, propulsée par un moteur 3 cylindres en ligne d'une puissance de 115 ch, et embarquant une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports. La Seat Leon 1.5 TSI, propulsée par un moteur TSI de 4 cylindres et d'une puissance de 150 ch, et embarquant une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports. Berlines qui consomment le moins : les Opel Astra L'Opel Astra d'aujourd'hui se dote de nouvelles phares plus modernes, les fameuses phares matrix adaptatifs InteliLux LED; mais également de sièges plus confortables, avec comme fonctionnalité la ventilation et le massage. Tout comme la Seat Leon, elle affiche également une consommation très faible : une moyenne de 4,5 à 6,2l/100km. Et ce, quel que soit la puissance du moteur 1.2 Turbo BVA que vous choisissez : 11O, 130 ou 145. La Skoda Rapid Spaceback La Rapid Spaceback de Skoda affiche une consommation très appréciable de 4,6 à 4,9l/100km. Le modèle à essence embarque deux types de moteur : 1.0 litre de 3 cylindres et à injection directe turbo, d'une puissance variant entre 95 à 110 ch; et un 1.2 litre à injection directe turbo également, d'une puissance variant entre 95 à 120 ch. Les berlines qui consomment le moins à motorisation diesel Si vous prévoyez d'utiliser votre berline pour de longs trajets routiers, vous tourner vers un moteur diesel à faible consommation est la meilleure solution. La Ford Focus Conduire une Ford Focus - si l'on en croit les avis de nombreux utilisateurs - est une expérience unique. Cette berline a, en effet, été dotée de tous les équipements possibles : régulateur de vitesse, aide au maintien dans la voie, etc. Et ce, pour rendre la conduite fluide, intuitive, voire même agréable. Et pour couronner le tout, la Ford Focus ne consomme que très peu. Propulsée par un moteur Ecoblue d'une puissance variant entre 95 et 150 ch, c'est, sans doute, la berline à motorisation diesel la plus économe qui soit avec une consommation moyenne de 3,5l/100km. La Peugeot 308 Récemment rénovée et revisitée par Peugeot, la 308 a, aujourd’hui, tout pour plaire. Un design plus caractériel; un intérieur amélioré avec le fameux i-Cockpit; une conduite rendue plus agréable et plus fluide en partie grâce à un volant compact et un écran tactile capacitif; les nouveautés qui viennent s’ajouter à cette voiture, lancée sur le marché il y plus d’une dizaine d’années, sont nombreuses et n’ont qu’un seul but : rendre l’expérience inoubliable pour le conducteur. Et à toutes ces nouveautés, vous serez heureux d’apprendre que la consommation n’a pas changé. L’une des raisons pour lesquelles la 308 a toujours été appréciée est le fait qu’elle consommait peu. C’est toujours le cas aujourd’hui avec ses 3,5l/100km en moyenne.
  4. Quand on parle de SUV, on l’associe rarement à une faible consommation. On s’attend presque toujours à ce que ce type de véhicule, qu’il soit destiné à un usage urbain, routier ou sur autoroute, consomme une grande quantité de carburant. Raison pour laquelle sans doute, si le design, les options et la performance sont autant de critères à prendre en compte au moment de choisir un SUV, la consommation est presque toujours reléguée aux oubliettes. Et pourtant, des SUV qui consomment moins, ça existe bel et bien ! La majorité des constructeurs ont rivalisé d’intelligence pour pouvoir proposer aux consommateurs des voitures à la fois puissants, performants, confortables et réellement économiques. Et ce, qu’ils soient destinés à des usages en ville ou sur route. Découvrez notre sélection des 6 SUV qui consomment le moins. Les SUV qui consomment le moins avec un moteur à essence Quand on parle de consommation de carburant, les voitures ayant une motorisation essence sont celles que l’on redoute le plus. Et pour cause ? L’essence coûte extrêmement chère. Voilà pourquoi, la majorité des acheteurs préfèrent sacrifier les modèles sportifs et puissantes, au profit d’un modèle diesel – nettement moins onéreux. Pour éviter cela, de nombreux constructeurs ont développé des SUV essence qui ne consomment pas. Et ce, sans qu’il ne s’agisse de voiture Hybride ou rechargeable. Les SUV urbains qui consomment le moins Dans la catégorie des SUV compacts et sobres, deux constructeurs sortent du lot de par une consommation exceptionnellement faible en ville. La Peugeot 2008 PureTech 130 La Peugeot 2008 figure parmi les SUV les plus sobres qui soit. Propulsée par un moteur 1.2 PureTech, de 3 cylindres et de 90 chevaux, il consomme en moyenne entre 4.4 l et 5.1 l/100 km en milieu urbain. Raison pour laquelle, bien qu’elle ne soit pas née de la dernière pluie, elle reste, à ce jour, l‘une des SUV les plus appréciés et utilisés. La Suzuki Ignis A la fois léger, compact et sobre, la Suzuki Ignis gagne la première place des SUV qui consomment le moins. Propulsée par un 1.2 Dualjet atmosphérique de 4 cylindres et de 90 chevaux, elle affiche une consommation moyenne comprise entre 4.6 l et 5.3 l/100 km en ville. Les SUV qui consomment le moins sur route Dans la catégories des SUV qui consomment le moins sur route, un véhicule s’est démarqué : la BMW XI La BMW XI La BMW XI a connu un franc succès depuis sa sortie. Elle figure en première liste des voitures les plus vendues sur le territoire européen depuis son lancement en 2019. Propulsée par un moteur sDrive 18d BVA de 150 ch, elle consomme en moyenne 5.4 l/100 km sur route. Les SUV qui consomment le moins avec un moteur diesel Parce qu’un SUV consomme forcément plus, un SUV diesel ne peut qu'être plus apprécié. Bien que le coût de ce carburant ait augmenté en effet, il n’en demeure pas moins qu’il coûte toujours moins cher que l’essence d’un côté, et qu’un SUV qui carbure au gasoil consomme toujours moins d’un autre. Et cette règle vaut aussi bien en ville que sur route. Il faut aussi noter que ce type de véhicule émet moins de CO2. Les SUV urbains diesel qui consomment le moins Si vous recherchez une SUV qui consomme peu pour un usage en ville, vous aurez l’embarras du choix. Il y en a au moins une vingtaine parmi lesquelles vous pourrez sélectionner en tenant compte – non pas seulement de la consommation – mais aussi de l’esthétique et des performances. Pour notre part, nous avons sélectionné pour vous les deux véhicules affichant la plus faible consommation. La Renault Captur dCi 110 Energy Intens Cette SUV en fait rêver plus d’un. Lancée en 2015 et bien qu’elle ne soit plus commercialisée depuis, les versions d’occasion de la Renault Capture dCI 110 Energy Intens s’arrachent encore comme des petits pains. Et pour cause ? Propulsée par un moteur 4 cylindres de 110 ch, cette petite merveille dotée d’un réservoir de 45 litres ne consomme que 3.7 l/100 km en milieu urbain. La Peugeot 2008 1.5 BlueHDi 100 Qu’elle soit dotée d’un moteur essence ou diesel, la Peugeot 2008 brille par sa faible consommation. Le modèle 1.5 BlueHDi 100, sorti en 2020 nous intéresse particulièrement. Véhicule à vitesse manuelle, propulsé par un moteur d’une capacité de 1.5 litres, de 4 cylindres et d’une puissance de 100 ch, il ne consomme en moyenne entre 3.60 et 4.2 l/100 km en milieu urbain, et encore moins, c’est-à-dire en moyenne 3.30 l/100 km sur route. Les SUV qui consomment le moins sur route avec une motorisation diesel Dans la catégorie des SUV à motorisation diesel à faible consommation, u véhicule sort du lot : la Nissan Qashqai. La Nissan Qashqai figure dans la top 10 des voitures les plus vendues dans le monde. Présentée pour la première fois lors du salon de Genève de 2004, le modèle embarquant un moteur 1.5 dCi d’une puissance de 115 ch affiche une consommation plus que raisonnable sur toute : 5.7 l/100 km seulement !
  5. Vous êtes à la recherche de la bonne plateforme numérique pour passer une petite annonce concernant une vente de véhicule d’occasion ? Ou serait-ce plutôt pour en acheter ? Sachez que, quelle que soit la raison pour laquelle vous êtes en quête des meilleurs sites de petites annonces, vous en trouverez effectivement en ligne jouissant d’une très bonne réputation auprès du public. Mais pour y arriver et espérer des issues favorables, il vous faut au préalable connaître ces sites. Pour vous alléger la tâche, on a visité les plus populaires, et voici notre sélection des meilleurs parmi la bonne dizaine que nous avons visités. La Centrale, le site parfait pour de petites annonces automobiles La notoriété et le sérieux que ce site inspire aux annonceurs viennent en partie du fait qu’à l’origine, la Centrale était un journal hebdomadaire de petites annonces automobiles avant d’être aujourd’hui un site internet. A cette époque, elle portait l’appellation de « La Centrale des particuliers ». C’est à partir de l’année 2009, que la version papier du journal a cessé d’exister. Créé depuis l’année 1999, le site est à ce jour un modèle parmi tant d’autres pour tout acheteur et vendeur de voitures d’occasion. Il n’est donc pas étonnant d’apprendre que ce site avec Caradisiac ont à leur actif près de 2,48 millions de visiteurs uniques de façon mensuelle. Leboncoin, le site incontournable où passer les petites annonces d’automobiles Il n’est pas possible de parler des meilleurs sites de petites annonces sans évoquer Leboncoin. En effet, depuis sa création en 2006, cette plateforme numérique n’a cessé de mettre en confiance plusieurs vendeurs et acquéreurs de véhicules d’occasion. Il est tout à fait normal que ce site soit devenu au bout de presque quinze ans d’existence, une référence sur le marché de l’achat et de la vente de voitures d’occasion. La preuve, professionnels et particuliers n’hésitent pas à y déposer leurs annonces. Cela dit, si vous êtes un professionnel, il vous faudra payer une commission avant de pouvoir faire passer vos annonces sur ce site. Cette règle est entrée en vigueur à partir de novembre 2014. Cette mesure témoigne du professionnalisme du site, car malgré elle, le site arrive à totaliser chaque mois des millions de visites uniques. Auto Sélection, un site de petites annonces français Créée en 2005, ce site français est à ce jour l’un des plus utilisés par les français pour passer leurs petites annonces automobiles. Une petite visite du site vous permettra de vous rendre compte de sa notoriété. Vous y trouverez plus de 120 000 annonces de voitures, parmi lesquelles figurent en très grande majorité les véhicules d’occasion. Par ailleurs, cette plateforme n’a pas été exclusivement créée pour les petites annonces. Elle fournit également d’autres services comme les fiches techniques, la côte mais aussi la documentation automobile. ParuVendu, un site fiable dont les prestations sont bonnes Quand on connaît l’histoire particulièrement agitée de ParuVendu, on comprend tout de suite qu’il s’agit d’un vrai survivant. Si les nombreuses sociétés de presse gratuite du groupe Hersant Média qui contribuaient à faire vivre le site ont été contraintes par la baisse de leurs chiffres d’affaires en 2011 à mettre la clé sous la porte, le site a par contre réussi à survivre grâce à son rachat par Digital Virgo. Depuis lors, le site créé en 1998 ne cesse de se faire davantage connaître par sa rubrique dédiée à l’automobile où des petites annonces de particuliers et de professionnels sont régulièrement publiées. Déjà en 2013, conformément aux chiffres avancés par Médiamétrie, ParuVendu avait réussi à totaliser plus de 1,35 millions de visiteurs uniques mensuellement. Un exploit qu’il n’a d’ailleurs pas cessé de rééditer. L’Argus pour des petites annonces de voitures d’occasion percutantes Voici un site qui est très certainement l’un des plus vieux à proposer des contenus relatifs à l’automobile. Il est fonctionnel depuis 1927 et a été conçu par L’Argus de l’automobile et des locomotions. Cela dit, il a fallu attendre les années 80 pour voir l’Argus mettre davantage l’accent sur les questions relatives à l’achat et à la vente des voitures. C’est ainsi que chemin faisant, cette revue en est arrivée depuis le début des années 2000 à proposer des services sur internet. De nos jours, elle s’illustre beaucoup plus en tant que site complet en traitant divers sujets d’actualité se rapportant à l’automobile mais aussi et surtout en passant des petites annonces automobiles. Tout ceci fait de la Côte Argus, un modèle incontournable sur le marché de l’automobile. Du coup, les particuliers comme les professionnels n’hésitent pas à y recourir pour déposer leurs petites annonces automobiles. Plus de 160 000 petites annonces de voitures d’occasion y sont publiées en moyenne chaque mois. Ouest France Auto Comme on peut aisément le comprendre en lisant son nom, ce site est la déclinaison web des petites annonces se rapportant aux véhicules d’occasion du groupe de presse Ouest France. Pour ceux qui l’ignorent, il s’agit du quotidien le plus vendu en France jusqu’à ce jour. Avec sa popularité, ce site arrive sans problème à totaliser plus de 100 000 petites annonces automobiles. C’est donc un site qui offrira assurément une très bonne visibilité à vos petites annonces si vous choisissiez de l’utiliser. Vivastreet Créé en 2004, le site Vivastreet est un site de petites annonces auto qui bien qu’il ne pèse pas autant que ses concurrents arrive tout de même à proposer au public des annonces de véhicules d’occasion en provenance de plus de 14 pays différents. En ce qui concerne la France, vous y trouverez environ 8000 annonces auto par mois. Vous pourrez maximiser vos chances de trouver rapidement un preneur pour votre véhicule en faisant le choix d’y déposer votre annonce. Ce top des sept sites de petites annonces consacrés aux véhicules d’occasion est propre à la France. Avec le développement d’internet et du commerce en ligne, les sites de petites annonces ont progressivement remplacé et rendu caducs les magazines et autres journaux spécialisés.
  6. Une voiture est beaucoup plus qu’un simple moyen de déplacement pour certaines personnes. Elle représente en effet, une deuxième maison et de ce fait, elle doit être entretenue comme telle. Au fil du temps, le nettoyage automobile, en particulier celui de la voiture a connu plusieurs évolutions. On assiste surtout aujourd’hui à l’utilisation des nettoyeurs vapeur pour voiture qui sont très sollicités parce que très pratiques. Où trouver un nettoyeur vapeur pour voiture ? Sur quels critères se baser pour choisir un bon nettoyeur pour voiture ? Trouvez les réponses à ces interrogations dans le guide minutieusement présenté dans cet article. Que savoir sur le nettoyeur vapeur pour voiture ? Nettoyer sa voiture n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui ! Grâce au nettoyeur vapeur, vous pouvez facilement prendre soin de votre voiture aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Rôle du nettoyeur à vapeur pour voiture Le nettoyeur à vapeur pour voiture, comme son nom l’indique est destiné à l’entretien des voitures. C’est un dispositif qui permet de faire un nettoyage avancé de la voiture. Il permet notamment de désinfecter l’intérieur de la voiture et d’éliminer les mauvaises odeurs qui s’y trouvent. Que ce soit au niveau du toit de la voiture recouverte de poussière, au niveau des sièges remplis de saletés laissées par les enfants ou les animaux domestiques, ou encore au niveau des vitres de la voiture, le nettoyage est indispensable. Quelques avantages du nettoyeur à vapeur pour voiture Le nettoyage à vapeur pour les voitures est un moyen économique et écologique pour toute personne qui l’utilise pour nettoyer sa voiture. Il ne nécessite l’utilisation d’aucune substance chimique, donc ne laisse ni trace, ni odeur d’une potentielle substance. Ce nettoyage est fait grâce à de l’eau chauffée à une haute température et qui permet d’éliminer la majeure partie des bactéries qui se logent dans vos sièges. Le nettoyage à vapeur est une alternative qui réhydrate les revêtements de vos sièges et leur donne un aspect tout neuf. Elle vous fait gagner du temps et dissout la saleté à travers la chaleur émise. Pour finir, vos systèmes de ventilation sont bien dépoussiérés et vous êtes éloignés des allergènes pour un bon moment. Où acheter un nettoyeur vapeur pour voiture ? Machine de nettoyage de plus en plus populaire, le nettoyeur vapeur peut être acheté partout. Vous pourrez donc en trouver aussi bien en ligne sur internet que dans des boutiques physiques situées non loin de votre lieu quotidien de vie. Aller sur le site de Amazon Pour acheter ce dispositif de nettoyage pour voiture, vous pouvez consulter les offres présentes sur Amazon. Vous y trouverez un guide et une description du produit que vous analyserez ensuite, avant de lancer votre commande. Rechercher d’autres boutiques en ligne Il existe plusieurs autres sites marchands en dehors du géant américain Amazon. Plusieurs entreprises de vente de ces appareils sont visibles en ligne. Vous pouvez regarder leur catalogue et les contacter pour avoir plus d’informations au besoin. Aller vers les différentes enseignes qui existent Cela devrait être normalement le premier réflexe, mais vu que nous sommes à l’ère du numérique, l’achat en ligne est beaucoup plus sollicité. Donc, vous pouvez trouver un nettoyeur vapeur pour voiture dans les surfaces de bricolage (Castorama par exemple), les entreprises spécialisées en vente d’appareils électroménagers (But, Darty, …), ainsi que les surfaces généralistes (Carrefour, Leclerc, …). Comment choisir son nettoyeur à vapeur pour voiture ? Les nettoyeurs à vapeur existent sous plusieurs modèles et il n’est donc pas si aisé de se prononcer sur un choix. Mais il y a un minimum de critères sur lesquels il faut se baser pour choisir son nettoyeur à vapeur pour voiture. Connaître les types de nettoyeur à vapeur Pour bien choisir votre appareil, il faut savoir ce que vous voulez en faire. Plus vous en avez une idée et mieux vous serez redirigé vers un type précis de nettoyeur à vapeur. Plusieurs nettoyeurs à vapeur existent et ont chacun leurs spécificités. On distingue en effet les nettoyeurs vapeur traineau, les nettoyeurs vapeur à main, les nettoyeurs vapeur balai et les nettoyeurs vapeur 2-en-1. Le tout dernier groupe, le plus récent d’ailleurs est à la fois un aspirateur et un nettoyeur à vapeur. Même s’il a un poids considérable, il est doté d’une grande polyvalence. Veiller à la maniabilité du dispositif Il est important de tenir compte de la maniabilité du nettoyeur à vapeur pour voiture avant de l’acheter. Par exemple, il s’agira de vérifier les roulettes pour les traîneaux, le poids ou tout autre élément que vous-même jugez indispensable à une utilisation optimale de la machine. Observer la nature du réservoir Le réservoir du nettoyeur à vapeur pour voiture présente un aspect que vous devez prendre en compte avant de procéder à son achat. Il existe deux formes de réservoirs parmi lesquels vous devez choisir : les réservoirs amovibles et transparents. Lorsqu’un réservoir est opaque, il n’est pas vraiment pratique car il est difficile de connaître le niveau de l’eau. Par contre, si le réservoir est transparent ou encore amovible, vous pouvez facilement apprécier le niveau d’eau et agir en conséquence, c’est-à-dire augmenter l’eau dès que le besoin se ferait sentir. Faire attention à la longueur du fil C’est important de vérifier la longueur du fil de votre nettoyeur vapeur pour voiture. Plus ce fil est long, plus vous aurez de la facilité à nettoyer votre voiture sans faire des débranchements ou à vous servir de rallonges. Prendre en considération la facilité de rangement du dispositif Vérifiez ici s’il y a possibilité d’enrouler le fil autour du balai afin de faciliter son rangement. Pour les modèles de nettoyeur à balai vapeur, assurez-vous simplement que le dispositif peut se ranger en position verticale. Ne pas oublier la pression et le débit vapeur Une pression vapeur représente la force exercée par la vapeur pour décrasser la partie à nettoyer. Quelle que soit l’utilisation qui en sera faite, elle devrait se situer entre 3 et 5 bars. Quant au débit, il est mesuré en g/mn et constitue la vitesse à laquelle la vapeur traverse le nettoyeur pour la partie à nettoyer. Plus ce débit est élevé, plus le nettoyage est efficace. Le nettoyeur vapeur pour voiture est de plus en plus utilisé de nos jours. Simple, économique et pratique, il permet de faire un nettoyage en profondeur de votre voiture. Maintenant que vous savez ce sur quoi il faut s’appesantir pour opérer un bon choix de cet appareil, n’hésitez plus pour en acheter un si vous avez besoin.
  7. La Peugeot 2008 est une version plus élégante, plus pratique et plus moderne de la 208. Gardant de cette citadine les caractéristiques mécaniques, les deux véhicules diffèrent cependant l’une de l’autre par leur design. En plus de quitter définitivement l’allure de break de la 208, la 2008 arbore en plus des ailes élargies, des sabots de protection, des arches de roues, un capot horizontal, une calandre verticale, une hauteur plus importante, une largeur plus imposante et un coffre encore plus volumineux. La 2008 mesure 1.56 mètre de hauteur, et pèse entre 1080 et 1205 kilogrammes, en fonction de la version. Elle existe en effet en plusieurs versions différentes. Vous pourrez choisir votre modèle en fonction de sa motorisation, du type de boîte de vitesse, du carburant utilisé, mais également de la finition et des options. Vous voulez acheter une Peugeot 2008 ? Découvrez les différentes versions parmi lesquelles vous pourrez choisir. Les différents moteurs de la Peugeot 2008 Vous aurez le choix entre 6 types de moteur, dont trois essence, deux Diesel et une électrique. Les moteurs essence de la Peugeot 2008 Pour la 2008, Peugeot propose au choix trois moteurs essence sans plomb à 3 cylindres 1,2 litre “Puretech”, ayant obtenu le titre de moteur de l’année depuis 2015. Tous trois affichent une consommation moyenne de 5 à 5,5 litres/100 km de carburant. Le moteur Puretech 82 ch Il s’agit d’un moteur atmosphérique de 82 ch/116 Nm. C’est la version la plus simple et la moins puissante, car elle a été conçue pour un usage en milieu urbain. Par conséquent, si vous voulez utiliser votre Peugeot 2008 en ville, c’est le moteur le plus adapté. Le moteur Puretech 110 ch Le moteur Puretech 110 ch est la première version turbo. Avec ses 110 ch/205 Nm, celui-ci est beaucoup plus robuste, et nettement plus puissant. C’est le moteur idéal si vous comptez utiliser votre Peugeot 2008 pour voyager, pour effectuer des parcours longue distance régulièrement. Le moteur Puretech 130 ch Deuxième version Turbo, le moteur Puretech 130 ch/230 Nm confèrera à votre véhicule une grande puissance. Il est recommandé à tous ceux qui ont besoin d’un véhicule à la fois robuste et puissant. Les moteurs diesel de la Peugeot 2008 Peugeot 2008 propose au choix deux moteurs 4 cylindres 1.5 litre “BlueHDi”. Ces derniers consomment en moyenne 3.9 litres à 4 litres/100 km et rejettent entre 98 à 101 grammes de CO2 par kilomètre. Le moteur BlueHDi 100 ch C'est un moteur diesel de 4 cylindres en ligne, ayant une puissance de 100 ch à 3 500 tr/mn et une puissance fiscale de 5 CV. Consommant entre 3.6 à 4.5 l/km, c’est un moteur assez puissant, très souple et apprécié pour sa polyvalence. Il fonctionne avec une boîte de vitesse manuelle à six rapports et convient donc à ceux qui souhaitent conduire une Peugeot 2008 à vitesse manuelle et qui consomme peu. Le moteur BlueHDi 130 ch C’est un moteur diesel de 4 cylindres en ligne, ayant une puissance de 130 ch à 3 500 tr/mn et une puissance fiscale de 6 CV. Plus puissant, et donc plus gourmand, il consomme entre 4.73 à 5 litres au 100 km. C’est un moteur indéniablement puissant, destiné à un véhicule que l’on sollicite régulièrement pour de longs trajets routiers, mais aussi pour sa vitesse. Il fonctionne avec une boîte de vitesse automatique. La motorisation électrique de la Peugeot 2008 Eh oui! Vous pourrez également opter pour la version électrique de la Peugeot 2008. Celle-ci fonctionne avec un bloc électrique de 50 kWh, équivalent de 136 ch de puissance, et de 2CV de puissance fiscale. Avec une autonomie estimée à 310 km environ, le véhicule n’est cependant pas fait pour de longs trajets sur la route. Economique et écologique en revanche, il sera parfait pour un usage en milieu urbain. Les boîtes de vitesse et les transmissions possibles pour la Peugeot 2008 Il y a pour tout le monde et pour tous les goûts. Il semble que la marque ait fait le nécessaire pour que chaque version puisse fonctionner soit avec une boîte de vitesse manuelle, soit avec une boîte de vitesse automatique. La Peugeot 2008 à vitesse manuelle Si vous avez une préférence pour les véhicules à vitesse manuelle, Peugeot vous propose un choix large entre les vitesses à 5 et à 6 rapports. La vitesse manuelle à 5 rapports La vitesse manuelle à 5 rapports équipe notamment la version BlueHDi 100 ch, la PureTech 82 ch et la Puretech 110 ch. La vitesse manuelle à 6 rapports La vitesse manuelle à 6 rapports est trouvée sur la BlueHDi 120 ch et la Puretech 130 ch. La Peugeot 2008 à vitesse automatique Si vous préférez les véhicules à vitesse automatique, là encore, vous pourrez être servis. Peugeot vous laisse choisir entre la vitesse automatique ETG5 uniquement disponible sur la Puretech 82 ch et la EAT6, embarquée sur la Puretech 110 ch. Les finitions possibles pour la Peugeot 2008 Peugeot nous propose de choisir entre 5 finitions possibles pour la 2008 : Access, Active, Allure, GT Line et Crossway. Peugeot 2008 Access La finition Access est la version de base de la voiture. Avec cette formule, vous pourrez donc bénéficier d’une Peugeot 2008 basique, livrée avec le minimum d’option, c’est-à-dire un ordinateur de bord et un régulateur et un limiteur de vitesse seulement. Peugeot 2008 Active Pour 2000€ environ de plus, vous pourrez passer à la formule Active. Avec cette dernière, vous pourrez doter votre Peugeot 2008 d’options de confort : un autoradio avec connexion Bluethooth, une prise USB, la climatisation, l’écran tactile ainsi que des projecteurs antibrouillard. Peugeot 2008 Allure Si vous ajoutez 2000€ supplémentaire, vous pourrez profiter d’une formule encore plus complète : Allure. Cette dernière propose toute une panoplie d’options et d’équipements modernes tels que les fonctions MirrorLink et Apple CarPlay, la climatisation automatique, le radar de recul, les phares et les essuie-glaces automatiques. Peugeot 2008 GT Line La formule GT Line propose exactement les mêmes options et équipements que la formule Allure : climatisation, phares et essuie-glaces automatiques; radar de recul, fonctions MirrorLink et Apple CarPlay, etc. Son petit plus : un design plus soigné et plus moderne qui explique le supplément de 1000€. Peugeot 2008 Crossway La formule Crossway s’adresse à un public particulier : à ceux qui aiment les aventures. La 2008 Crossway se dote effectivement d’une motricité améliorée grâce au Grip Control, mais aussi d’un toit panoramique en verre, d’un GPS, d’une sellerie Alcantara et bien sûr, d’une caméra de recul. Peugeot 2008 : les options supplémentaires possibles Vous avez choisi votre motorisation, et la finition que vous souhaitez pour votre voiture ? Sachez qu’il est possible de la personnaliser encore plus grâce à des options facultatives, et qui ne sont pas forcément inclues dans les finitions. Voici les plus intéressantes : Le Grip Control, uniquement proposé pour la finition Allure, et qui un système antipatinage très pratique quand on est amené à rouler sur des terrains accidentés. Pour l’avoir, il faut payer 300€ environ en supplément. Le Pack Urbain, très pratique en ville, et qui permet de bénéficier de deux accessoires en particulier : le radar de recul, les vitres arrières électriques et les rétroviseurs rabattables électriques. Et tout cela, pour environ 560€ de plus. Le Pack Adamantium, qui permet de bénéficier d’une sellerie Mi-TEP en similicuir, une nouvelle couleur de la planche de bord et contre-portes ornées de garnitures texturées. Ces options sont proposées uniquement dans la formule Allure. Vous pouvez également demander à avoir un toit panoramique en verre, ainsi qu’un écran tactile Mirror Screem. Ce dernier vous permettra de profiter de toutes les applicaitons présentes sur votre smartphone.
  8. Précédemment annoncée pour cette année 2020, la nouvelle Dacia électrique qui devait être présentée au grand public au cours du salon de l’automobile de Genève, ne devrait finalement pas être dévoilée avant 2021. Ce report de date qui n’est pas imputable à la firme filiale du français Renault, est plutôt dû à l’annulation dudit salon de l’automobile. Toutefois, au regard des informations qui ont été glanées ici et là, il est déjà possible d’en savoir et d’en dire suffisamment sur ce modèle révolutionnaire de voiture électrique. A quoi ressemblera la Dacia électrique 2021 ? Quelles seront ses performances ? Et à quel prix cette voiture écologique sera-t-elle achetable ? A quoi ressemblera la Dacia électrique 2021 ? En se basant sur les informations fournies par le groupe Renault, on peut dire que cette première voiture électrique de la marque Dacia sera quasi identique à la Renault K-ZE dévoilée en Chine l’année dernière. Mais jusqu’à quel point cette ressemblance ira t-elle ? Un modèle de véhicule calqué sur la Renault K-ZE La Dacia Spring sera certainement une citadine pouvant accueillir en moyenne cinq passagers. Son concessionnaire l’a voulu à la fois pratique et simple afin de la rendre accessible à un grand nombre de conducteurs. Pour cela, il l’a équipée de cinq portes. Il est ici inutile de préciser qu’à l’instar de la Renault K-ZE sur laquelle elle est calquée, la Dacia fonctionnera exclusivement grâce à l’énergie électrique. Elle a également une forme compacte mais devrait être plus élégante que le modèle qu’elle imite. La Dacia Spring et sa séduisante carrosserie Elégante, c’est le moins qu’on puisse dire. En effet, le constructeur a su bien harmoniser la couleur grise dominante de la carrosserie avec des inserts orange fluo qui mettent le tout en valeur et confèrent ainsi au véhicule un look moderne et intemporel. Par ailleurs, ayant voulu tout faire avec minutie et doigté, le constructeur a aussi misé sur une garde au sol surélevée et des pare-chocs très affirmés. Des caractéristiques que les baroudeurs ne manqueront probablement pas de trouver à leur goût. De même, lorsqu’on observe de plus près la Dacia électrique, on ne tarde pas à remarquer que le concessionnaire a innové sur les fonctions d’éclairage. En effet, il est le tout premier constructeur à avoir eu la fabuleuse idée d’équiper son véhicule de projecteurs 100 % LED. Lesdits projecteurs sont répartis sur deux niveaux à l’avant. Deux phares en ligne horizontale sont disposés sur chacun des côtés de la voiture dans sa partie supérieure. Au niveau inférieur, six petits éléments de forme presque ronde sont intégrés à son bouclier de manière à en avoir trois de chacun des côtés du bouclier. Pour ce qui concerne l’arrière, on retrouve quatre feux en forme de Y mais couchés sur le côté. Mais qu’en est-il des performances de ce véhicule ? Quelles sont les performances de la Dacia électrique 2021 ? Depuis l’annonce de sa sortie, la Dacia électrique suscite une grande curiosité. De nombreuses personnes cherchent en effet à connaître les performances de cette voiture innovante. Pendant ce temps, le fabricant préfère opter pour une discrétion totale. C’est pourquoi aucune information formelle et précise n’est jusque-là disponible en ce qui concerne la capacité énergétique de la batterie, les options de recharge, la consommation énergétique du véhicule, ainsi que sa puissance motrice. Mais que sait-on à ce jour au sujet de la Dacia électrique ? Même si pour le moment rien n’est encore sûr, on sait tout au moins que la citadine Dacia électrique sera un petit SUV qui contrairement à bien d’autres répondra parfaitement aux règles européennes en termes d’émissions de CO2. Puis qu’elle est l’imitation d’un mini-SUV électrique du marché chinois (la Renault K-ZE), on pourrait bien s’attendre à ce qu’elle soit équipée d’un moteur électrique dont les performances avoisinent les 33 kW de puissance et les 45 chevaux de cette K-ZE. Suivant cette logique, la Dacia devrait pouvoir vous offrir une autonomie vous permettant de parcourir environ les 271 kilomètres que propose la K-ZE. Mais qu’en sera-t-il réellement ? Quelle distance pourra-t-on effectivement parcourir avec la Dacia électrique ? D’après les informations dont on dispose sur la Dacia électrique, c’est une voiture qui est spécialement destinée à un usage urbain. Vous pourrez donc l’utiliser sans problème pour faire toutes vos courses en ville. Néanmoins, il ne vous sera pas possible de l‘utiliser pour effectuer des voyages impliquant de rouler sur de longues distances. Et ceci pour la simple raison qu’elle ne pourra pas dépasser les 200 kilomètres WLPT. Et puisque jusque-là on ne sait encore rien des possibilités de recharge de sa batterie et de sa consommation, il serait un peu risqué de considérer ce kilométrage comme étant certain. Mais que sait-on à propos de son prix de vente ? A quel prix sera mis en vente la Dacia électrique 2021 ? Jusqu’à ce jour, le constructeur low-cost n’a fait aucune communication concernant le coût de la Dacia électrique. Nombreuses sont par contre les rumeurs qui courent au sujet de la valeur marchande de cette nouvelle voiture de Dacia. Que retenir alors ? Un prix conforme aux valeurs et à la philosophie du concessionnaire low-cost Le constructeur low-cost s’est jusque-là illustré par ses prix de véhicule qui sont pour le moins accessibles au grand public. Comme, il le rappelait pendant une communication : « Dacia Spring Electric s’inscrit dans la vision du Groupe Renault de fournir une mobilité durable accessible à tous, tout en respectant les valeurs et la philosophie de la marque Dacia ». Ainsi, même si on n’a encore aucune idée de ce que coûtera la Dacia électrique à sa sortie en 2021, l’on peut être certain qu’elle sera mis en vente à un prix accessible reflétant les valeurs et la philosophie du constructeur low-cost. Oui mais peut-on avoir une estimation ? Les rumeurs confirment bel et bien que la futur SUV Dacia électrique aura l’avantage du prix contrairement à d’autres voitures électriques dont le coût est généralement élevé. Mais de combien parle-t-on exactement ? Selon certaines presses bien renseignées, le prix de vente de la Dacia électrique ne devrait pas dépasser la barre des 15.000 € bonus écologique non inclus. Autrement, elle devrait coûter normalement au final entre 10.000 et 11.000€.
  9. La voiture est l’un des moyens de transport les plus utilisés en milieu urbain. Elle protège contre les intempéries et permet de se déplacer en famille dans des conditions confortables. Avoir une voiture, c’est très utile. Mais avoir une voiture, c’est aussi pouvoir assurer les frais de carburation, d’assurance sans oublier ceux liés à la maintenance et l’entretien. Ces divers frais peuvent vider le porte-monnaie quand on n’y prend pas garde. Qu’est-ce que l’entretien auto ? En quoi est-il important ? Comment faire pour réduire autant que possible les frais liés à l’entretien de votre auto ? L'entretien de votre auto Si vous comptez prendre une auto pour faciliter vos déplacements, soyez prêts à assumer de nombreux frais dont l’entretien. Définition de l’entretien auto L’entretien auto est l’ensemble des opérations destinées à assurer le bon fonctionnement de votre auto en tout temps. Il ne se résume pas uniquement au lavage de votre véhicule, à la vérification des pneus et aux autres éléments extérieurs. En effet, l’entretien auto, c’est aussi le contrôle du fonctionnement de tout ce que votre véhicule a dans le ventre (système électrique, mécaniques, hydraulique, etc). Cette vérification inclut donc le contrôle des liquides, le changement de certaines pièces et d’autres réparations diverses. Les différents types d’entretien Vous souhaitez sans doute jouir d’un véhicule en bon état pendant longtemps. Voici donc une petite liste des opérations d’entretien que vous êtes appelé à effectuer. Entretien journalier : vérification de l’état des pneus, phares, clignotants. Entretien hebdomadaire : vérification des divers liquides et huiles (liquide à frein, huile à moteur, liquide de lave glace), nettoyage de la carrosserie, des vitres du pare-brise et contrôle des essuies glaces. Entretien mensuel : vérification de la pression des pneus qui peuvent être affectés par la hausse ou la baisse de température. Entretien périodique : contrôle et remplacement de pièces suite à l’usage sur un nombre de kilomètres ou un nombre d’heures. Entretien curatif : réparations en cas de pannes ou d’accident. Les conséquences du non-entretien de votre auto Ne pas entretenir son auto, c’est grave. Votre auto pourrait vous lâcher n’importe où et n’importe quand. Avec un véhicule non entretenu, vous êtes comme un criminel en liberté. Vous pourriez en effet perdre le contrôle et causer des accidents. Votre vie et celle des autres passagers n’est pas en sécurité. Si votre auto n’est pas entretenue, elle sera moins performante avec le temps, et consommera plus de carburant. La conduite vous sera moins aisée et l’intérieur de l’auto peu confortable. Le manque d’entretien vous conduira à des pannes fréquentes et posséder ledit véhicule deviendra déplaisant et désagréable. Comment réduire le coût d’entretien de votre véhicule Vous avez sans doute compris que vous avez l’obligation et la responsabilité d’entretenir votre automobile. Mais qui parle d’entretien parle aussi de dépenses d’argent. Voici quelques conseils et astuces qui allègent sûrement le budget consacré à l’entretien de votre auto. Le contrôle technique Ce contrôle permet d’identifier les défaillances de votre auto, ceci afin qu’elle ne constitue plus un danger pour vous, les autres usagers de la route ainsi que l’environnement. En d’autres termes, ce contrôle vous évite des dépenses inutiles liées aux défaillances potentielles de votre engin. Le contrôle technique permet de maintenir votre véhicule dans un état sain et neuf. Vous savez sûrement qu’une auto neuve et saine vous fait peu dépenser. Ne ratez donc pas le contrôle technique afin de garder votre auto dans le meilleur état possible. Optez pour la réservation et le paiement en ligne du contrôle technique. Les centres de contrôle font des réductions considérables pour les inscriptions en ligne. L’auto entretien régulier Avoir une auto, c’est une responsabilité. N’attendez donc pas le mécanicien pour vérifier les niveaux d’huile, de liquide essuie-glace et de liquide à frein. Vous pouvez aussi contrôler le niveau de charge de votre batterie et l’état de vos pneus. Aussi, vous devez connaître les spécifications techniques de votre voiture. Vous devez savoir à quelle fréquence faire la vidange afin de maintenir votre moteur en bon état. Ce n’est pas à votre mécanicien de vous le rappeler ou de vous le proposer. Veillez à ce que la vidange de votre auto soit faite en temps opportun, et ceci par des experts qualifiés. En effet, ces derniers vous conseilleront l’huile appropriée et le filtre adéquat. Privilégier les garages indépendants ou self garage Les garages indépendants sont moins chers que ceux des grandes marques. Avec le self garage, vous pouvez effectuer vous-mêmes vos réparations avec l’assistance d’un mécanicien. Et ceci, moyennant la location des outils utilisés à prix cassé. Cette option réduit considérablement les frais de main d’œuvre. En outre si l’entretien est complexe, vous pouvez le confier entièrement à votre garage indépendant. Le prix demeurera moins cher que celui des garages classiques. L’achat en ligne Vous aurez besoin de pièces détachées dans la cadre de l’entretien de votre auto. Vous pouvez en trouver de bonne qualité des sites agréés. Les expériences ont prouvé que l’achat de pièces détachées en ligne fait moins dépenser. Les accessoires autos indispensables Gardez toujours vos accessoires dans votre véhicule et maîtrisez leur usage. Il s’agit, entre autres, du gilet jaune et du triangle de signalisation, de l’extincteur, de la coupe ceinture, des câbles de batterie, du marteau brise-vitre, du chargeur de batterie, du cric, etc. En cas de petite panne, vous n’aurez pas nécessairement besoin de l’intervention d’un mécanicien. Ainsi, vous gagnez en temps et vous économiserez également de l’argent. La conduite responsable en tout temps Adoptez toujours une conduite responsable. Suivez les règles du code de la route et conduisez prudemment pour éviter les accidents. Les dommages créés en cas de chocs peuvent être importants et la facture salée. L’entretien de votre auto n’est pas facultatif. Il assure sa longévité et sa performance. Il constitue une dépense nécessaire pour votre sécurité, celle de vos passagers et des autres usagers de la route. Pour l’amoindrir, vous pouvez faire usage de nos conseils. Passez-vous un peu du mécanicien et mettez la main à la pâte. Faites vos contrôles régulièrement, priorisez les services en ligne et conduisez prudemment. Faites tout ceci et vous pourrez par vous-même constater après un certain temps que l’entretien de votre automobile vous coûte vraiment moins cher que par le passé.
  10. Pour devenir moniteur d’auto-école, vous devez remplir certaines conditions strictes. Il ne s’agit effectivement pas d’un métier comme les autres. Le moniteur d’auto-école a pour rôle d’enseigner le Code de la route aussi bien en pratique qu'en théorie. Et ce, afin de permettre aux candidats d’obtenir leur permis de conduire, mais aussi de les rendre aptes à conduire un véhicule motorisé sans représenter un danger potentiel pour les autres usagers de la route. Voilà pourquoi, on le surnomme également “enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière”. Vous voulez devenir moniteur d’auto-école ? Par où commencer ? Quel diplôme obtenir ? Faisons le tour de la question. Les conditions à remplir pour devenir moniteur d’auto-école Les conditions pour devenir moniteur d’auto-école ne se limitent pas à l’obtention d’un diplôme ou d’un certificat. Car en réalité, vous ne pourrez même pas passer les épreuves qui permettent d’en obtenir si vous ne remplissez pas les critères suivants : Vous devez être âgé de 20 ans au minimum ; Vous devez être titulaire d’un permis B d’une validité de deux ans minimum ; Vous ne devez plus être en délai probatoire ; Vous devez avoir un casier judiciaire vierge ; Vous devez obtenir un certificat médical délivré par un médecin suite à une visite médicale, et qui certifie que vous êtes apte à exercer ce métier ; Vous devez détenir une autorisation d’enseigner que vous pourrez demander auprès de votre préfet. Quels diplômes pour devenir moniteur d’auto-école Le métier de moniteur d’auto-école est réglementé. Pour l’exercer, vous devez donc être titulaire d’un diplôme d’Etat ou d’un certificat équivalent. Depuis la reforme en 2019 en effet, l’obtention d’un diplôme n’est pas requis. Le Bepecaser a été remplacé par le CCP ECSR. Devenir moniteur d’auto-école : qu’est-ce que le CCP ECSR ? Le CCP ECSR ou Certificat de compétence professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière est titre professionnel homologué par l’Etat. Il se compose de deux certificats de compétence : Le CCP1 : formation consacrée à l’apprentissage de la conduite Le CCP2 : formation consacrée à la sensibilisation à la sécurité routière A noter que le CCP ECSR ne requiert aucun diplôme en particulier. Equivalent d’un bac + 2, à partir du moment où vous remplissez les conditions précitées ci-dessus, vous pouvez passer les épreuves en vue d’obtenir ces deux certificats. Comment obtenir le CCP ECSR pour devenir moniteur d’auto-école ? Pour obtenir le titre professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière, vous devez avoir les deux certificats du CCP ECSR. Aucun diplôme ni examen d’accès n’est requis pour que vous puissiez y accéder. En revanche, pour avoir le titre, vous devez obtenir ces certificats dans un délai de 5 ans. Le CCP ECSR comprend : 910 heures de cours dans une centre de formation agréée 280 heures de stage en entreprise Une fois que le candidat aura remplit ces heures de cours (en moins de 5 ans), il pourra passer l’examen qui comporte trois épreuves : une mise en situation professionnelle, un entretien technique et un entretien final. Devenir moniteur d’auto-école et après ? Une fois le Titre professionnel obtenu, le candidat pourra donc exercer le métier de moniteur d’auto-école. Le salaire de base pour cette profession est de 1550 euros brut. Mais il peut rapidement augmenter en fonction du statut du moniteur et de l’évolution de sa carrière. Moniteur d’auto-école : le statut L’enseignant de la conduite et de la sécurité routière peut endosser plusieurs statuts différents. Ce n’est pas parce qu’on devient moniteur d’auto-école qu’on doit obligatoirement ouvrir une école justement. D’ailleurs, cela n’est pas possible avant 2 ans. De nombreux enseignants peuvent ainsi offrir leur service dans des auto-écoles qui ne leur appartiennent pas. Et c’est à eux de choisir le statut qu’ils souhaitent endosser : « indépendants » ou « salariés » . L’évolution de carrière du moniteur d’auto-école Un moniteur d’auto-école n’est pas voué à rester « enseignant » toute sa vie. Au bout de deux ans, s’il remplit 3 800 h d’enseignement, il peut devenir « exploitant d’auto-école » . En d’autres termes, il pourra ouvrir son propre centre de formation. A condition, bien sûr, qu’il obtienne un agrément de la part du préfet. Il pourra également tenter d’obtenir le BAFM (Brevet d’aptitude à la formation des moniteurs). S’il l’obtient, il pourra, à son tour, former de futurs enseignants ou diriger des stages à destination des conducteurs ayant perdu des points sur leur permis. Sinon, il aura également la possibilité de participer au concours pour devenir inspecteur du permis de conduire.
  11. Élément essentiel à la sécurité de la voiture et de ses occupants, les feux de stop peuvent tomber en panne du jour au lendemain. Si cela vous arrive soudainement, pour ne pas en subir les conséquences lors de vos déplacements, connaissez les bons gestes pour y faire face et les réparer. A quoi servent les feux de stop ? Dispositif de sécurité qui permet d’alerter le conducteur du freinage ou du ralentissement du véhicule devant lui, les feux de stop doivent rester fonctionnels sur la route. Pour une raison ou une autre, il arrive pourtant qu’ils cessent de fonctionner intempestivement. C’est la raison pour laquelle, il faut savoir les réparer soi-même si jamais on ne peut pas confier cette tâche à un mécanicien. La législation sur les feux de stop Selon le Code de la route, les feux de stop d’un véhicule doivent fonctionner une fois qu’on actionne son dispositif de freinage principal. Ils doivent aussi s’allumer lors des conditions de signalisation de freinage d’urgence, même sans l’intervention du conducteur. Cela vient du fonctionnement synchrone de tous les feux de stop ou des feux indicateurs de direction. Tout véhicule à moteur ou toute remorque dont le PTC fait plus de demi-tonne doit ainsi en disposer 2 ou 3 à l’arrière. Ceux-ci doivent émettre une lumière rouge non réverbérante avec une intensité lumineuse plus élevée que celle des feux de position. Il en est de même pour les motocyclettes, les tricycles à moteur, les quadricycles à moteur et les cyclomoteurs à 3 roues de plus de 1 min 30 s de long. Les pannes courantes de feux de stop Diverses causes peuvent être à l’origine de la défaillance de vos feux de stop. Les connaître ou savoir les dénicher vous permet de les réparer rapidement et sûrement. Feux de stop en panne : une ampoule grillée La plupart du temps, ces pannes viennent de la défaillance des ampoules utilisées, que le remplacement par de nouvelles permet de rendre les feux de stop fonctionnels. Faites toutefois attention à bien choisir le même modèle, une ampoule à 2 filaments 5w/21w à baïonnettes détrompées est conseillée. Délaissez ainsi les coffrets d’ampoules de rechange qui ne portent aucune marque, elles risquent de griller en un rien de temps. Au cas où ces ampoules tombent en panne au même moment, c’est le signe d’un problème au niveau du fusible ou de l’interrupteur de frein. Une vérification du courant au niveau du contacteur de la lampe de feu de stop s’impose. Pour vous en assurer, demandez à une autre personne de tourner la clé de contact, d’appuyer sur le pédale de frein et de tester le connecteur à l’aide d’une lampe témoin. Feux de stop en panne : un fusible claqué Le problème peut aussi venir d’un fusible claqué ou grillé à cause d’une surcharge électrique ou d’un dysfonctionnement de l’un de ses composants. Quand ils sont exposés à de fortes chaleurs ou à des vibrations excessives, les fusibles peuvent aussi s’user rapidement. Pour éviter ce genre de situation, effectuez régulièrement un diagnostic des systèmes électriques, dont des fusibles, de votre voiture. Ainsi, vous gagnez en temps et en argent si jamais, vous confiez leur réparation à un tiers professionnel. Vous pouvez toutefois le faire vous-même en consultant le manuel du propriétaire pour trouver l’emplacement exact des fusibles. Le panneau des fusibles situés sous le tableau de bord du côté passager ou du conducteur ou encore dans la boîte à gant ou sous le compartiment du moteur vous aidera. Feux de stop en panne : une cosse endommagée Quand ils sont endommagés, les cosses sont aussi susceptibles de provoquer un dysfonctionnement des feux de stop. Les cosses anciens modèles peuvent en effet s’oxyder et ne plus se fixer solidement, ce qui nécessiterait de les remplacer. Dans certains cas, les débrancher et rebrancher peut suffire, tout en passant du papier de verre fin sur les pièces. Feux de stop en panne : une panne d’interrupteur Comme dit auparavant, une panne de l’interrupteur qui se trouve devant ou au-dessus de la pédale de frein peut aussi avoir des conséquences fâcheuses sur les feux de stop. Assurez-vous-en à l’aide d’une lampe témoin ou d’un ohm-mètre et si tel est le cas, remplacez-le. Réglez-le aussi minutieusement pour qu’il se déclenche et allume immédiatement les feux de stop, même si le pied touche à peine la pédale. Remplacez-le aussi par le même modèle que l’original. Feux de stop en panne : un circuit électrique défaillant Outre la défaillance de ces précédents éléments, des fils endommagés risquent aussi de provoquer des dysfonctionnements au niveau des feux de stop. Vérifiez ainsi le circuit électrique de votre véhicule en vous servant de voltmètre calibre 20 V courant continu pour trouver l’origine de la panne. Un ohm-mètre vous sera aussi d’une grande aide.
  12. Acheter un véhicule électrique ? C’est une bonne idée, mais ce n’est pas une mince affaire pour autant. Si elle vous permet de protéger l’environnement tout en réalisant d’importantes économies en effet – elle coûte quand même trois moins cher qu’une voiture classique au quotidien – la voiture électrique demeure coûteuse. Avec le prix de la voiture elle-même ajouté au prix de la batterie qui doit être achetée à part, la facture risque très vite d’exploser. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de profiter de nombreuses aides à l’achat de véhicule électrique. Les aides financières à l’achat d’un véhicule électrique Afin d’encourager les usagers de la route à utiliser une voiture plus écologique, le gouvernement français a notamment prévu deux aides financières : le bonus écologique et le super bonus écologique. Aides à l’achat d’un véhicule électrique : le bonus écologique Le bonus écologique figure parmi les premières mesures prises suite au Grenelle de l’environnement, qui s’est tenu fin d’année 2007. Il consiste pour l’Etat en l’octroi d’une prime à l’achat d’une voiture électrique. Les conditions pour obtenir un bonus écologique Le bonus écologique est octroyé en cas d’achat ou en cas de location longue durée avec option d’achat de voiture électrique neuve, dont l’émission de CO2 ne dépasse pas 20 g/km. Le montant du bonus écologique Le montant octroyé par l’Etat va dépendre du coût de la voiture électrique. Il est généralement compris entre 3 000€ et 6 000€ : 3 000€ pour les véhicules coûtant entre 45 000€ et 60 000 €, et ce, qu’il s’agisse d’une voiture légère ou d’un utilitaire; et jusqu’à 6 000 € pour les véhicules qui coûtent moins de 45 000 €, à raison de 27% du coût de la voiture. Le super bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique En plus du bonus écologique, l’Etat français prévoit une aide financière supplémentaire à toute personne remplaçant sa voiture diesel ou essence contre un modèle électrique. Mise en place en avril 2015, il s’agit d’une prime à la conversion surnommée le super bonus écologique. Les conditions pour obtenir un super bonus écologique Pour bénéficier de ce super bonus, le propriétaire doit accepter de mettre sa voiture de plus de 15 ans à la casse, et d’acquérir une voiture électrique dont la valeur ne dépasse pas les 60 000 €. Il pourra alors recevoir un bonus écologique et un bonus supplémentaire. Le montant du super bonus écologique Le super bonus permet au bénéficiaire de recevoir 2 500 €. En d’autres termes, si le propriétaire accepte de remplacer sa voiture essence ou diesel par une voiture électrique, il pourra bénéficier d’un bonus écologique compris entre 3 000 € et 6 000 €, et d’un super bonus de 2 500 €. Il recevra donc en moyenne 8 500 € à l’achat d’un véhicule électrique. Les autres aides à l’achat d’un véhicule électrique La réduction de l’émission de CO2 étant un combat commun à tout un chacun, l’Etat français n’est pas le seul à vouloir encourager la conduite écologique par le biais de dispositifs d’aides financières. En d’autres termes, il est possible de bénéficier d’autres aides à l’achat d’un véhicule électrique. Les aides régionales et départementales De nombreuses régions et départements prévoient également une aide financière à toute personne achetant une voiture électrique. Ces aides régionales et/ou départementales pourront également être ajoutées au bonus et/ou au super bonus écologique. Le montant de ces aides vont dépendre de la région ou du département qui les offre. En Île-de-France par exemple, le montant de la prime peut aller jusqu’à 50% du coût d’achat de la voiture, une fois les aides de l’Etat déduites. Selon le prix du véhicule en conséquence, l’acheteur peut avoir entre 1 500 € et 6 000 €. En Normandie et en Occitanie, le montant de la prime est compris entre 1 000 € et 2 000 €. Et dans les Bouches-du-Rhône, il peut aller jusqu’à 5 000 €. Les aides non-financières à l’achat d’un véhicule électrique L’achat d’un véhicule électrique ouvre droit à de nombreux avantages pratiques dans certaines villes de France. En plus des aides financières, le propriétaire de véhicule électrique pourra également profiter de stationnement gratuit dans certaines villes et communes, comme c’est le cas à Paris et à Nice. A Marseille et à Lyon, les propriétaires de voitures électriques peuvent bénéficier d’une réduction sur l’abonnement annuel au stationnement. Dans d’autres villes comme Bordeaux, en plus du stationnement, on propose également des bornes de recharge gratuites.
  13. Intérieur de voiture en cuir ou en tissu ? Choisir la matière qui va parer l’intérieur de la voiture peut être un vrai dilemme. Mine de rien, c’est en effet un détail que l’on ne doit pourtant pas négliger. D’un côté, parce qu’on va y passer beaucoup de temps. Il faut donc veiller à ce que ça soit confortable. Et d’un autre, parce que la matière choisie y restera pendant un bon bout de temps. Il est donc tout aussi important qu’elle soit agréable. La question se pose donc : Sellerie en cuir ou en tissu ? Les deux matières diffèrent sur tous les plans : l’aspect, l’esthétique, la praticité et le prix. Elles ont chacune leurs avantages et les inconvénients. Les avantages et les inconvénients d’un intérieur de voiture en cuir La sellerie en cuir offre de nombreux avantages. On apprécie son élégance, la valeur ajoutée qu’elle apporte à l’intérieur de l’habitacle, mais également sa robustesse. Mais attention, elle n’a pas que des qualités. Les avantages de la sellerie en cuir Le cuir est une matière noble. Il est à la fois élégant, doux et robuste. Par conséquent, si vous recherchez quelque chose de confortable pour des longs trajets en voiture, c’est l’idéal. De même, si vous n’avez pas l’intention de changer de sellerie tous les mois pour cause d’usure ou de déchirure, le cuir est tout désigné. Il est très résistant et à moins que vous ne plantiez un objet vraiment pointu dedans, il se déchire rarement. Le cuir est également facile à entretenir. Et pour cause ? Il ne se salit pas, surtout si vous choisissez une couleur sombre. Et il ne prend pas facilement de tâche. Inutile donc de prévoir un lavage complet tous les deux ou trois jours. Autre point non-négligeable, on peut désormais trouver du “cuir vegan” sur le marché. Eh oui ! Fabriqué à partir de matières recyclées, il a toutes les qualités d’un cuir classique. A la différence près qu’il est écologique, et qu’il ne nécessite pas que l’on tue des animaux pour sa fabrication. Les inconvénients d’une intérieure de voiture en cuir L’inconvénient majeur du cuir est le fait qu’il coûte extrêmement cher par rapport au tissu. Au-delà du coût, il peut aussi devenir très inconfortable. Lorsqu’il fait chaud par exemple, la matière se chauffe également, et peut même devenir brûlante au contact du soleil. Si vous avez tendance à suer en conséquence, le cuir va lui aussi devenir humide et va vous coller à la peau. Et lorsqu’il fait froid, il devient glacé également. Par conséquent, si vous n’avez pas une option siège chauffante, vous risquez de geler sur place. Dans tous les cas, ça ne risque pas d’être très agréable surtout pour de longs trajets. Si le cuir n’a pas besoin de beaucoup d’entretien, il reste cependant une matière fragile. Il est fortement déconseillé de laisser vos animaux domestiques entrer dans votre voiture si votre sellerie est en cuir. Leurs griffes vont laisser des trace que vous risquez de ne pas apprécier. Les avantages et les inconvénients d’un intérieur de voiture en tissu Il est vrai qu’une sellerie en tissu n’est pas très résistant. Mais il faut avouer qu’elle offre également des bénéfices non-négligeables. Les avantages d’un intérieur de voiture en tissu Un intérieur en tissu est particulièrement intéressant aussi bien sur le plan esthétique qu’économique. D’un point de vue esthétique dans un premier temps, parce que la sellerie en tissu a beaucoup de charme. Elle peut se décliner en plusieurs coloris et motifs. Vous pouvez choisir un tissu à couleur unie ou imprimée, de différentes matières également. Vous avez donc un très large choix quant au design que vous souhaitez donner à l’intérieur de votre voiture. D’un point de vue économique, le tissu est plus intéressant, car il coûte moins cher. Certes, il se salit et prend des tâches facilement, mais même ses frais d’entretien sont peu élevés. Et autre atout majeur, il ne redoute pas les griffes de votre animal de compagnie. Une sellerie en tissu est aussi très confortable. Car il ne chauffe pas en été, et il garde au chaud en hiver. Autre point important : en cas d’extrême chaleur, il ne risque pas de vous coller à la peau ou de vous brûler. Les inconvénients d’un intérieur de voiture en tissu On dit souvent que le tissu est une matière résistante. Certes, mais ce n’est pas une matière qui a été faite pour une utilisation sur le long terme. Si vous versez accidentellement du liquide dessus, elle va se mouiller et contrairement au cuir, elle mettra du temps à sécher. Si vous la tâchez, vous devrez la laver entièrement ou la remplacer carrément si la tâche ne part pas. Et pire, on peut facilement le déchirer. Alors oui, le tissu ne redoute pas les griffes des animaux de compagnie. En revanche, il va être difficile de déloger tous les poils d’animaux qui vont la recouvrir. Intérieur de voiture cuir ou tissu : lequel choisir ? Vous connaissez maintenant les avantages et les inconvénients de chacune de ces matières. A vous de peser le pour et le contre, et de déterminer lequel vous convient mieux et répond le plus à vos besoins. Car en fin de compte, c’est le principal critère à prendre en compte. En tissu ou en cuir, l’essentiel est que vous ayez un intérieur qui vous ressemble, et qui vous plaît. Après, c’est à vous de voir si la matière que vous allez choisir est compatible avec l’usage que vous faites de votre véhicule. Mais aussi des passagers que vous avez l’habitude de transporter (humain, animaux, etc.).
  14. La garantie panne mécanique figure parmi les options les plus intéressantes proposées par les assureurs. Optionnelle cependant, elle est rarement connue des assurés. Raison pour laquelle, on n’en entend que très peu parlé. Et pourtant, elle offre un avantage non-négligeable. Cette garantie permet notamment à l’assuré de bénéficier d’une prise en charge en cas de panne. Quel genre de panne ? Que couvre cette garantie concrètement ? Quand en souscrire et combien ça coûte ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la garantie panne mécanique. Garantie panne mécanique : qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qu’elle couvre ? La garantie panne mécanique est une option proposée dans votre contrat d’assurance auto. C’est donc une garantie optionnelle, c’est-à-dire qu’elle est facultative et n’est pas inclue dans les garanties de base dont vous bénéficiez lorsque vous souscrivez une assurance. Mais vous pouvez l'ajouter en supplément, et ce, que vous aviez souscrite une formule tiers, intermédiaire ou tout risque. Le principe de la garantie panne mécanique La couverture offerte par un contrat d’assurance est rarement complète. Quelle que soit la formule choisie en effet, elle n’intervient qu’en cas de survenance du risque couvert, c’est-à-dire en cas d’accident dans la majorité des cas. Et pourtant, l’assuré peut être confronté à de nombreuses autres situations, tout aussi coûteuses et pour lesquelles une bonne couverture serait la bienvenue. La panne en fait partie. Remettre une voiture en marche après une panne peut effectivement coûter très cher. Mais c’est là tout l’intérêt de la garantie panne mécanique. Elle va permettre à l’assuré de bénéficier d’une prise en charge pour la réparation du véhicule. Cela inclut aussi bien le remplacement ou la réparation de pièces défectueuses, que la main-d'œuvre. Les couvertures offertes par la garantie panne mécanique Comme son nom l’indique, cette garantie couvre avant tout toute dépense liée à une panne mécanique, c’est-à-dire toute réparation touchant le moteur, l’embrayage, la boîte de vitesses, le turbo, l’injection et la climatisation. Mais en fonction de l’assureur, cette garantie peut également couvrir : Les pannes électriques, qui touchent le démarreur, le calculateur et/ou l’alternateur. Les pannés électroniques, qui touchent le GPS, l’ordinateur de bord, les alarmes ou la caméra de recul. Les pannes périphériques, qui concernent surtout les options telles que le verrouillage centralisé, le système de toit ouvrant, ou les rétroviseurs. Attention ! Les couvertures proposées par la garantie panne mécanique dépendent essentiellement de l’assureur choisi. Pour être sûr de bénéficier de la couverture la plus complète, prenez le temps de bien examiner le contrat d’assurance que l’on vous propose. Et vérifiez, en premier lieu, les exclusions de garantie s’il y en a. Quand souscrire une garantie panne mécanique ? Il n’y a pas de bon moment pour souscrire une garantie panne mécanique. Que vous ayez une voiture neuve ou une voiture d’occasion, nul n’est à l’abri d’une panne éventuelle. Bénéficier d’une garantie vous permet de faire face à toutes dépenses imprévues. Souscrire une assurance panne mécanique avant la fin de la garantie constructeur Si vous achetez un véhicule neuf, vous bénéficiez automatiquement de la garantie constructeur. Qu’est-ce que c’est ? En gros, avec cette garantie, le constructeur est tenu de prendre en charge tous les frais relatifs à la réparation de votre voiture. En d’autres termes, en cas de souci mécanique, électrique ou électronique, vous n’aurez pas à payer. C’est lui qui s’en chargera. La garantie constructeur n’est cependant valable que pendant une durée limitée de 2 ans en général. Et une fois qu’elle arrive à expiration, sans garantie spécifique, vous devrez payer les frais de votre poche en cas de panne. Pour éviter cela, vous pouvez souscrire une garantie panne mécanique. Mais pour être prise en charge dans l’immédiat en cas de besoin, n’attendez pas la fin de la garantie constructeur. Renseignez-vous d’abord sur le délai de carence appliqué par votre compagnie d’assurance, et souscrivez en fonction de cela. Si le délai de carence est d’un an par exemple, souscrivez votre garantie panne mécanique un an avant la fin de la garantie constructeur. Ainsi, à la fin de cette dernière, la nouvelle garantie prendra de suite le relais. Vous serez ainsi couvert sans interruption. Souscrire une garantie panne mécanique pour votre voiture d’occasion La garantie panne mécanique est indispensable lorsque vous achetez une voiture d’occasion. N’étant pas neuves en effet, ces véhicules risquent plus d’être sujets à des pannes. Ils peuvent donc vous coûter cher en réparation si vous n’êtes pas couverts. Vous devez savoir néanmoins que toutes les voitures d’occasion ne sont pas éligibles à l’assurance panne mécanique. Les assureurs n’acceptent de vous couvrir que si votre véhicule remplit quelques conditions, concernant notamment son âge et son kilométrage. Dans la majorité des cas, la voiture assurée doit avoir moins de 15 ans et ne doit pas avoir dépassé les 200 000 km au compteur. Combien coûte une garantie panne mécanique ? La valeur de la prime pour une assurance panne mécanique va dépendre de l’assureur que vous aurez contacté. Prenez donc le temps de demander plusieurs devis et de comparer les offres pour obtenir le prix le plus juste pour une telle couverture. A titre indicatif, une garantie panne mécanique peut coûter entre 100€ à 150€ en une année.
  15. Il suffit de quelques étapes pour réussir à fixer votre plaque d’immatriculation vous-même sans l’aide d’un professionnel. Mais avant tout bricolage, assurez-vous que vous avez tout le matériel nécessaire. Laissez de côté votre marteau et votre tournevis, et munissez-vous de deux éléments seulement : une perceuse ayant une mèche de 5 millimètres pour ôter les anciens rivets et pour percer les nouvelles plaques ; et une pince à rivets ou une riveteuse électrique de 2 ou 4 rivets en aluminium ou en acier. Fixer soi-même une plaque d’immatriculation : l’importance des rivets Il est à noter que vous devez utiliser des rivets et non des vis, car il y des normes qu’il faut suivre. Il vous faut deux rivets pour chaque plaque. Attention, vous ne pouvez pas utiliser n’importe lequel. La couleur des embouts doit être semblable à celle de la partie de la plaque où vous allez les poser. Pensez à utiliser des rivets aveugles, ils ont l’avantage de ne pas nécessiter de double accès. Fixer soi-même une plaque d’immatriculation : la préparation Une fois les outils complets, voici maintenant les étapes à suivre pour fixer votre plaque d’immatriculation. Quelques minutes suffisent pour les réaliser. Enlevez vos anciennes plaques d’immatriculation Il ne faut pas attendre que vos plaques d’immatriculation se détériorent complètement pour penser à les remplacer. Une plaque d’immatriculation abîmée, mal installée, ou qui est non conforme aux normes signifie une contre visite lors du contrôle technique. Détacher votre ancienne plaque d’immatriculation n’est pas du tout compliqué. Il suffit tout simplement de faire sauter les têtes des anciens rivets. Pour cela, utilisez la perceuse et le foret. Placez le foret au-dessus de la tête du rivet et percez. Mais attention, évitez de percer trop fort pour ne pas trop élargir les trous si vous comptez les réutiliser. Une fois les rivets retirés, vos plaques devraient se désolidariser facilement de votre véhicule. Vérifiez bien que les rivets ne sont pas coincés dans le pare-choc. Choisissez bien l’emplacement des rivets Certaines plaques sont dotées de repères pour le perçage et d’autres non. Si les vôtres ne le sont pas, ne vous inquiétez pas, vous pouvez le faire vous-même. Vous pouvez utiliser l’ancienne plaque comme gabarit pour repérer l’emplacement des trous sur les nouvelles. D’ailleurs, c’est la meilleure chose à faire. Placez l’ancienne plaque au-dessus de la nouvelle et vous aurez les repères nécessaires. Toutefois, si vous choisissez de changer l’emplacement des rivets, il vous faut de nouveaux repères. Pour cela, il faut que vous fassiez attention. Il faut bien respecter les mesures. Il ne faut pas gâcher les plaques ou transformer la carrosserie de votre véhicule en un véritable tamis. Si vous pensez jeter les anciennes plaques, assurez-vous qu’elles soient inutilisables pour que personne ne puisse les récupérer et les utiliser de manière illégale. Comment fixer une plaque d’immatriculation ? Maintenant, il y a de la place pour vos nouvelles plaques, et avez déjà les outils nécessaires à votre disposition pour les installer. Les prochaines étapes sont très faciles à réaliser et ne prennent pas beaucoup de temps. Percez la nouvelle plaque d’immatriculation et le pare-choc Une fois l’emplacement des rivets repéré, passez maintenant au perçage. Pour chaque plaque, percez deux trous : l’un à droite et l’autre à gauche. Attention, ce n’est pas la peine d’aller très profond, il en faut juste assez pour que le rivet traverse la plaque, le pare choc et le châssis. Fixez les rivets Arrive enfin le moment ultime de votre travail : la fixation. Une fois que vous avez bien vérifié que les trous de fixation des deux parties, c’est-à-dire la plaque et le pare-choc, concordent, il est temps de les fixer. Pour se faire, préparez d’abord les rivets et la riveteuse électrique. Commencez par insérer le rivet dans l’embout adéquat de la pince. Alignez bien les trous de la plaque avec ceux du pare-choc et positionnez le rivet dedans. Une fois cela fait, pressez le pince à rivet pour qu’il s’enclenche. Réitérez cette opération sur les deux côtés de la plaque et le tour est joué. Et voilà, votre nouvelle plaque est fixée ! Pas besoin d’un professionnel pour réussir à le faire si vous avez les bons matériaux et du temps ! Pour faire plus joli, vous pouvez même couvrir les rivets avec des caches blancs.
×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.