Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    50
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

Visiteurs récents du profil

704 visualisations du profil
  1. La boîte de vitesse est le mécanisme qui permet au véhicule de rouler. Pouvant être mécanique ou hydraulique, elle a pour rôle de transmettre aux roues motrices la couple et la puissance du moteur, et ce, grâce à la transmission (arbre u demi-arbre). En d’autres termes, c’est elle qui permet de donner aux roues la vitesse commandée, exigée et imposée par le moteur. On peut répertorier trois types de boîte de vitesse principalement utilisés dans les véhicules : Les boîtes de vitesse manuelles ou mécaniques Les boîtes de vitesse automatiques Les boîtes de vitesse séquentielles ou robotisées La boîte de vitesse manuelle La boîte de vitesse manuelle est la plus utilisée sur les véhicules européens. Egalement surnommée « vitesse mécanique » ou vitesse « à engrenages », elle se compose de 3 arbres et peut compter jusqu’à 6 rapports. Chacun de ces derniers comportant leurs propres pignons, synchroniseurs et crabots. Le fonctionnement de la boîte de vitesse manuelle Chaque arbre qui compose la vitesse mécanique remplit un rôle précis : L’arbre primaire assure la transmission du mouvement du vilebrequin en utilisant l’embrayage. L’arbre secondaire qui porte les pignons, les crabots et les synchroniseurs assure la transmission du mouvement aux roues motrices. Le troisième arbre relie les deux arbres précédents et assure la synchronisation de la vitesse du moteur et des roues. La vitesse manuelle se caractérise par l’utilisation de l’embrayage. Celui-ci doit être utilisé à chaque fois pour réussir un changement de vitesse, et donc de rapport. Les avantages de la vitesse manuelle Le principal avantage de la vitesse mécanique est la possibilité pour le conducteur d’adapter la vitesse du véhicule en fonction des situations, et subséquemment, du régime du moteur. Il peut passer d’une conduite sportive, c'est-à-dire à haut régime ; à une conduite plus tranquille, c’est-à-dire à bas régime selon les besoins. L ’autre avantage, c’est que la vitesse manuelle permet d’adapter la conduite de manière à réduire la consommation de carburant. Chose qui est quasiment impossible avec une boîte de vitesse automatique ou séquentielle. Les inconvénients de la vitesse manuelle La vitesse manuelle n’est pas très confortable et ne s’avère pas très pratique en cas de conduite en ville. Il faut de l’adresse et beaucoup de dextérité pour pouvoir passer d’un rapport à l’autre au moment opportun. Sans expérience, vous risquez de vous retrouver « calé » en plein embouteillage. Et c’est loin d’être amusant. Par ailleurs, en cas de dommages ou de pannes, les réparations peuvent s’avérer coûteuses. La boîte de vitesse automatique Réservée aux véhicules haut de gamme il y a quelques années, la boîte de vitesse automatique est de plus en plus utilisée aujourd’hui. Contrairement à la vitesse manuelle, comme son nom l’indique clairement par ailleurs, la vitesse automatique se compose de trains épicycloïdaux et dispose d’un convertisseur de couple hydraulique à la place de l’embrayage. Voilà pourquoi, on ne le retrouve pas sur les véhicules ayant une boîte de vitesse automatique. Le fonctionnement d’une boîte de vitesse automatique La boîte de vitesse automatique ne détermine pas la vitesse du véhicule. Elle vous permet plutôt d’indiquer le monde de conduite que vous souhaitez adopter. Et ce, seulement en déplaçant le levier et en le positionnant sur le rapport souhaité : P pour parking D pour la marche avant R pour la marche arrière N pour le point mort S pour une conduite sportive Les véhicules ayant une boîte de vitesse automatique n’utilisent que deux rapports : le 1 pour la première vitesse ; et le 2 pour une conduite tranquille nécessitant l’usage du frein moteur. Les avantages de la boîte de vitesse automatique La boîte de vitesse automatique est très pratique, surtout en ville. Il n’est plus nécessaire d’effectuer des manœuvres pour changer de rapports, cela se fait en quelques secondes seulement. Cela permet ainsi au conducteur de se concentrer plus sur la conduite. La boîte de vitesse automatique propose également plus de rapports que le modèle manuel. Cela permet de préserver le véhicule tout en optimisant son rendement. Les inconvénients de la boîte de vitesse automatique Comme il est impossible d’adapter la conduite selon des besoins précis, il est donc impossible également de conduire de manière à ce que le véhicule consomme moins. Voilà pourquoi, les voitures automatiques sont connues pour être plus énergivores que les voitures à vitesse manuelle. En cas de dommages ou de pannes, la réparation ou le remplacement peut également coûter cher. La boîte de vitesse séquentielle La boîte de vitesse séquentielle combine les propriétés de la vitesse manuelle et de la vitesse automatique. La boîte de vitesse robotisée est très récente sur le marché. Les premiers modèles ont vu le jour en 1990, mais aujourd’hui, de plus en plus de véhicules en sont dotés. Le fonctionnement de la boîte de vitesse robotisée Egalement surnommée boîte de vitesse robotisée, elle dispose d’un levier pour le changement de rapport automatique, ainsi qu’une commande sur le volant pour le changement de vitesse manuelle. La voiture qui en est équipée est également dépourvue d’embrayage. Pour changer de vitesse, il doit actionner la commande droite, et pour rétrograder, il doit actionner la commande gauche. Les avantages de la boîte de vitesse séquentielle La boîte de vitesse robotisée est très pratique, sans doute la plus pratique des trois modèles. Proposant tous les avantages des vitesses manuelles et automatiques en effet, elle limite les pertes de puissance à chaque changement de rapport. Elle favorise ainsi une conduite plus facile et plus réactive. Les inconvénients de la boîte de vitesse robotisée Les premiers modèles de boîte de vitesse séquentielle manquent de performances. Ils sont lents et provoquent des pertes de puissance entre les rapports. Les modèles les plus récents sont en revanche très performants. Mais ils ne sont installés que sur les voitures sportives.
  2. Les sites d'annonces en ligne sont nombreux comme Leboncoin, Vivastreet ou même le marketplace de Facebook. En général, ces sites regorgent de superbes affaires, les voitures d'occasion en font partie. Cependant les arnaqueurs sont nombreux, nous entendons souvent des histoires d'acheteurs abusés. Quels sont les risques d'acheter sa voiture en ligne? Comment ne pas se faire arnaquer? Les arnaques courantes du Marketplace Tout d'abord, il faut se méfier des annonces proposant une voiture à 1 euro ou gratuite (contre quelque chose). Cela paraît évident mais ce genre d'arnaques se pratique encore. Soyons un minimum réaliste, cela peut s'accompagner d'une histoire touchante, votre sensibilité (ou naïveté) sera utilisée par votre arnaqueur. Dans le pire des cas, il peut s'agir d'une voiture volée, donc attention aux offres trop alléchantes ! Les bonnes affaires ça existe mais le prix doit tout de même être réaliste. L'arnaque la plus courante est celle d'une voiture n'étant pas à proximité. Il vous est demandé de payer les frais de livraison, le transporteur n'accepte pas d'argent en espèces. Le vendeur proposera un paiement par coupons que l'on achète au tabac ou par Western Union. Si cela vous arrive, vous ne verrez jamais votre voiture et aurez payé pour rien les coupons. Pour les plus chanceux, l'arnaque se trouve dans la voiture. Un vendeur peut vous vendre une voiture d'apparence en bon état. Cependant la mécanique peut être très usée, des anomalies sont potentiellement dissimulées. Selon les cas, cela peut même être très dangereux pour vous. N'hésitez donc pas à demander à un ami mécano (ou qui s'y connait un peu) de venir vérifier la voiture avec vous. Essayez également le véhicule et écoutez bien le moteur. Identifier une arnaque lors de l'achat de sa voiture d'occasion Les arnaqueurs utilisent toujours de faux profils (bien sûr qu'ils ne vont pas utiliser leur vrai nom !). Sur Facebook, ils utilisent même des comptes volés. Regarder son profil ne suffit pas pour s'assurer de la fiabilité du vendeur (à moins qu'il ait du contenu récent ou une vie active sur Facebook). Et le téléphone? Il peut lui aussi être falsifié, il peut vous appeler depuis un numéro temporaire. N'hésitez pas à le rappeler plusieurs jours plus tard pour vous assurer que le numéro de téléphone est toujours correcte. Le paiement est un moment sensible de la vente. C'est l'étape qui vous permet de récupérer en suite la voiture. La règle est pourtant simple, garder une traçabilité du paiement. On peut donc dire au revoir au paiement par espèces, Paypal, Western Union, Mandat Cash et autres. Ces moyens de paiements sont fiables mais ne permettent pas du tout de prouver l'achat du véhicule. Sachez qu'un vendeur n'a pas le droit de vous demander d’acomptes (surtout si vous n'avez jamais vu la voiture). La voiture vendue peut être avoir été volée. Ne vous inquiétez, il existe un moyen fiable pour s'assurer que la voiture appartient au vendeur. Vous avez le droit de réclamer le gravage. Il s'agit d'une série de chiffres présentes sur chaque vitre du véhicule, sur le chassis et la plaque constructeur. Elle doit être identique partout. Le véhicule est enregistré sur le fichier national ARGOS. Ce n'est pas un dispositif obligatoire mais il est fortement recommandé. Cette opération coûte 80 euros. Les conseils pour vous éviter des arnaques Vous pouvez demander au vendeur sa pièce d'identité. Si c'est un vrai vendeur il ne devrait pas se sentir vexé. Il n'est pas obligé de vous l'envoyer par message, mais cela permettra d'établir une relation de confiance. Lorsque vous contactez le vendeur pour son annonce, si celui-ci baisse le prix sans lui avoir demandé de le faire, je vous conseille de fuir. Il paraît en général très sympathique et arrangeant. Ne rêvez pas, un vrai vendeur cherchera toujours à vendre sa voiture au prix qu'il a proposé. La transaction finale doit s'effectuer chez le vendeur. C'est le meilleur moyen de s'assurer que la voiture appartient bien au propriétaire. C'est cette adresse qui doit figurer sur la carte grise. Il est obligatoire que l'adresse de la carte soit à jour. Je conseille le paiement par virement, il est traçable et rapide ! Le paiement par chèque est également recommandé mais il n'est pas très apprécié du vendeur. Vous avez désormais toutes les ficelles pour ne pas vous faire avoir sur les Marketplace. Les arnaques sont beaucoup trop nombreuses, donc méfiez vous. Déceler une arnaque rapidement vous permettra de ne pas perdre votre temps et aussi votre argent dans certains cas.
  3. Laver sa voiture est une étape importante dans l'entretien de la voiture, elle permet d'augmenter la durée de vie de celle-ci en préservant l'intérieur et l'extérieur de l'usage quotidien. C'est pourquoi dans l'article d'aujourd'hui nous allons voir comment bien laver sa voiture. Outils pour laver sa voiture Pour pouvoir bien laver votre voiture, il va falloir vous équiper. Trois conseils avant de démarrer : Le premier conseil que nous pouvons vous donner c'est d'arrêter les rouleaux ! C'est certes parfois pratique mais en réalité il y a pas mieux pour abîmer votre carrosserie. Il vaut mieux que vous laviez votre voiture vous-même et que vous puissiez surveiller les petits aléas que peuvent avoir la carrosserie ou l'intérieur de la voiture. Cela vous permettra de réagir en temps et en heure sans avoir à perdre un bras. Le second conseil est le prélavage, si vous pouvez ne sautez pas cette étape. Elle vous permettra d'enlever les premières saletés. Pour cela utilisez une station haute pression, c'est le plus efficace qui soit, pour un premier coup d'eau sur votre automobile. Le troisième conseil est de garer votre voiture à l'abri du soleil pour la laver, ce sera plus agréable pour vous et pour la voiture ça vous permettra de ne pas avoir de traces d'eau lors du séchage. Les outils : Un seau d'eau chaude savonneuse (produit spécial pour la voiture, shampoing, liquide vaisselle) Un seau d'eau froide pour rincer (essayez de vous mettre près d'un robinet ou d'un tuyau pour plus de facilité) Une éponge Des chiffons microfibres Une serviette De la cire ou ou du vernis Une mousse spécial pour enlever les taches (si besoin) Air comprimé et des brosses fines Rénovateur plastique Solution avec du vinaigre blanc et de l'eau chaude Une brosse de nettoyage pour les roues et enjoliveurs ou un tissu Voilà pour tout ce que vous devez avoir pour pouvoir laver correctement votre voiture. Laver l'intérieur de la voiture Commençons par le lavage de l'intérieur de la voiture : Pour commencer vous devez enlever toutes les moquettes, tapis et house de protection de la voiture et les mettre à l'extérieur. Il sera plus facile pour vous d'aspirer votre automobile. Inspectez votre voiture, si vous avez des taches sur vos tapis, moquettes ou house de protection, mettez de la mousse. Laissez agir puis rincez. Lavez à l'eau savonneuse le coté caoutchouteux de vos tapis et laissez les sécher. Appliquez un antidérapant sur les tapis surtout du coté conducteur, on va éviter les glissades. Pour les ventilations, boutons de fenêtres ou même les vide-poches, utilisez l'air comprimé pour enlever les poussières. Si vous voyez des saletés encore incrustées alors utilisez les brosses fines pour les nettoyer de fond en comble. Pour les surfaces intérieur dures, nettoyez-les avec le rénovateur plastique qui redonnera une brillance à votre intérieur. Pour les vitres et les miroirs, utilisez la solution vinaigre blanc et eau chaude. Mettez-en sur un chiffon doux ou microfibre et nettoyez vos vitres intérieurs et vos miroirs. Enfin passez un bon coup d'aspirateur dans votre automobile. Pensez à bien passer dans les zones un peu plus difficiles d'accès pour que votre voiture soit propre comme un sou neuf. Remettez les tapis, moquettes et house de protection. Et voilà votre intérieur est tout propre, une fois que l'intérieur est fait vous pouvez passer à l'extérieur de votre voiture. Laver l'extérieur de la voiture Pour laver l'extérieur de votre voiture, nous vous conseillons le prélavage pour enlever une première fois les saletés incrustées. Ensuite assurez-vous que votre voiture soit bien fermée. Vérifiez les vitres et les portes que de l'eau ne rentre pas à l'intérieur de votre voiture. Prenez deux seaux, un avec de l'eau chaude savonneuse et l'autre avec de l'eau froide pour rincer vos éponges et chiffons. Placez-les à proximité de vous pour éviter de vous faire des allers-retours inutiles. Prenez l'éponge ou le chiffon et plongez-le dans l'eau chaude savonneuse. Lavez votre voiture du haut jusqu'au bas. Rincez votre éponge ou chiffon régulièrement. Chaque partie que vous nettoyez, vous devez la rincer à l'eau froide, soit avec le seau d'eau froide soit avec le tuyau. Cela dépend de la méthode que vous utilisez. Petit conseil : la voiture doit rester humide pour éviter les traces. La partie basse de la voiture doit être la dernière partie du lavage extérieur, c'est celle qui est la plus sale. Les roues et les enjoliveurs doivent être nettoyés avec une brosse de nettoyage ou un tissu selon ce que vous avez sous la main. Cependant la brosse de nettoyage est plus efficace. Séchez votre voiture avec une serviette propre pour éviter toutes traces. Appliquez de la cire ou du vernis pour une finition parfaite (optionnel). Et voilà pour l'extérieur de la voiture! L'avantage de laver votre voiture vous-même c'est de pouvoir surveiller les usures liées à l'utilisation quotidienne mais aussi voir les rayures ou les accrocs que les autres usagers ont pu vous faire. Vous pourrez donc réparer tout ce qu'il y a à réparer en temps et en heure. Si vous ne souhaitez pas laver votre voiture, vous pouvez faire appel à un professionnel qui vous le fera tout aussi bien mais vous coûtera peut-être un peu plus cher que de le faire vous-même selon les tarifs.
  4. La voiture sans permis 4 places répond aux besoins d’un très grand nombre de conducteurs. Notamment ceux qui n’ont pas encore obtenu cette autorisation, et ceux dont le permis a été retiré ou suspendu. Mais permet-elle réellement de conduire une voiture sans avoir de permis ? Quels sont ses caractéristiques et à quelles conditions peut-on l’utiliser ? Voici tout ce que vous devez savoir sur la voiture sans permis 4 places. Les caractéristiques de la voiture sans permis 4 places La voiture sans permis 4 places est en vérité un quadricycle lourd à moteur. A la différence des quadricycles légers (voiture sans permis 2 places), elle est caractérisée par : La présence d’une banquette à l’arrière permettant le transport de deux personnes supplémentaires. Elle dispose donc de 4 sièges. Un poids à vide de 400 kg, contre 350 kg pour le modèle de 2 places. Une puissance maximale de 15 kW, soit 20 chevaux ; contre 5.6 chevaux seulement pour le modèle léger. Une vitesse pouvant aller jusqu’à 80 km/h contre seulement 45 km/h pour le 2 places. Une boîte manuelle à la place de la boîte automatique. Les conditions pour pouvoir conduire une voiture sans permis 4 places Vous devez savoir une chose : comme tous les véhicules appartenant à la catégorie des quadricycles lourds à moteur, la voiture sans permis 4 places ne peut être conduite que sous certaines conditions. Voiture sans permis 4 places : l’âge du conducteur Bonne nouvelle pour les mineurs, la voiture sans permis à 4 places peut être conduite par tout conducteur à partir de l’âge de 16 ans. Voiture sans permis 4 places : le permis Eh bien oui ! La voiture sans permis 4 places ne vous exempte pas de permis. Pour pouvoir la conduire, le conducteur doit être détenteur d’un permis B1, celui-même qui est exigé pour rouler sur une moto de 125 m3. Aussi que si vous êtes né après 1987 et que le B1 est le premier permis que vous allez passer, vous ne pourrez conduire la voiture sans permis 4 places que si vous obtenez également une attestation de sécurité routière, ou à défaut une attestation scolaire de sécurité routière. La connaissance du Code de la route est également souhaitée, de même que quelques cours de conduite. Combien coûte une voiture sans permis 4 places ? Une voiture sans permis 4 places coûte entre 12 000€ et 25 000€, en fonction du modèle et du carburant/de l’énergie qu’il consomme. En règle générale, le modèle électrique est toujours le plus cher du marché. En règle générale, selon qu’il s’agisse d’un véhicule diesel, essence ou électrique, la citadine coûtera en moyenne entre 12 000€ et 18 000€. Tandis que l’utilitaire coûtera entre 12 000 € et 25 000€. Qu’en est-il de l’assurance ? La voiture sans permis 4 places n’échappe pas aux règles soumises à tout engin destiné à emprunter la route. Si vous voulez rouler avec, vous devez souscrire une assurance auto. Les contrats et les garanties ne diffèrent guère d’une assurance auto classique : la VSP 4 places doit au moins être couverte par une garantie de responsabilité civile. Cette assurance permettra au conducteur de bénéficier d’une couverture pour les dommages causés au tiers en cas d’accident. Pour un maximum de couverture cependant, vous pouvez également souscrire des garanties supplémentaires comme : La garantie personnelle du conducteur qui vous permettra aussi d’être couvert si vous subissez des dommages corporels. La garantie contre le vol.
  5. Bosses, rayures, fissures, trous, corrosions… les jantes alu ne sont pas à l’abri d’éventuels dommages. Une mauvaise manœuvre pour se garer, et c’est des dépenses imprévues de plus à verser en réparation. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez réparer vos jantes alu vous-même. Si vous avez les matériels nécessaires et si vous avez du temps à revendre, vous pouvez tout à fait remettre votre jante alu endommagée en état. Découvrez comment réparer ses jantes alu soi-même. Quand réparer ses jantes alu soi-même ? La question se pose en effet, car vous devez savoir qu’il est certains dommages que vous ne pourrez pas réparer vous-même, et que même un professionnel en la matière pourrait refuser de réparer lui-même. Avant de commencer les opérations de réparation par conséquent, vérifiez bien quel type de dommage la jante a subi. Les dommages réparables L’une de vos jantes a été râpée par le bord du trottoir ? La réparation est possible si vous constatez que la jante n’a pas subi une déformation majeure. Autrement dit, vous pourrez réparer vous-même en cas de : Rayures Entailles Eraflures Les dommages irréparables Vous l’aurez compris, dès lors que le dommage subi a déformé la jante, la réparation n’est pas possible. Du moins, par vous. S’il y a déformation de la structure, vous devez contacter un professionnel qui décidera s’il est possible de réparer ou si la seule solution est de remplacer. Ces options sont possibles en cas de : Bosses Fissures Trous Déchirures Cassures Comment réparer ses jantes alu soi-même ? Pour réparer vos jantes alu vous-même, vous devez commencer par le nettoyage. Vous devrez par la suite adapter la réparation en fonction des dommages subis. Le nettoyage de la jante alu Le nettoyage est une étape indispensable. Il garantit en effet le succès de votre opération dans la mesure où sur une jante sale, des détails peuvent vous échapper. La première chose à faire est donc de démonter les jantes et de le poser par terre. Ne perdez pas de temps à démonter les pneus, le nettoyage et la réparation peuvent se faire avec. Et ça vous fera gagner du temps. Pour le nettoyage, vous pouvez utiliser de l’eau froide mélangée avec du détergent, mais vous devez savoir que c’est beaucoup mieux avec de l’eau chaude. De même, si vous avez chez vous une brosse nettoyante, c’est l’idéal. Mais dans le cas contraire, vous pouvez frotter la jante avec une éponge ou un chiffon humide. Ils feront très bien l’affaire. Comment réparer ses jantes alu soi-même en cas de rayures ? En cas de rayures ou d’éraflures, vous devez faire en sorte que les parties endommagées retrouvent la même apparence que les parties intactes. Et pour cela, un seul mot d’ordre : ponçage. Pour commencer, vous devez utiliser un appareil électrique. C’est plus pratique, c’est plus rapide, mais c’est surtout plus efficace. Mais vous devez faire très attention, car s’il entre en contact avec le pneu, vous risquez de l’endommager aussi. Par conséquent, si vous êtes un brin maladroit, mieux vaut perdre du temps en retirant le pneu, quitte à le remettre après. Et ce, plutôt que de se risquer à acheter un pneu neuf. Après ce premier ponçage, lorsque les dommages auront tous disparus, vous remarquerez quand même une différence. Pour y pallier, prenez un papier abrasif et poncez de nouveau. Pour obtenir une surface bien uniforme, commencez par les parties endommagées d’abord et dirigez le papier vers les parties intactes après. Pour terminer en beauté, si vous voulez vernir vos jantes, vous pouvez, mais notez que ce n’est pas obligatoire. En tous les cas, pensez à protéger vos pneus en les enveloppant avant de commencer. Prenez ensuite un spray de silicone et nettoyez de nouveau la jante avec, puis appliquer votre vernis. Comment réparer ses jantes alu en cas de corrosion ? Vous avez remarqué des points de rouille sur vos jantes ? Vous pouvez camoufler cela grâce à une couche de peinture. Voici comment vous devez procéder : A l’aide d’un papier abrasif, poncez toute la surface de votre jante de manière à obtenir une apparence uniforme et lisse. Prenez de l’acétone et mettez-en sur la jante pour retirer toute trace de graisse. Laissez sécher. Prenez un spray de silicone pour nettoyer la jante et la débarrasser des résidus. Vous pouvez également utiliser un compresseur. Prenez l’apprêt en bombe et appliquez-le sur la jante. Laissez sécher. Prenez la bombe et pulvérisez. Pour une finition encore plus réussie, une fois que la peinture aura séchée, appliquer du vernis dessus.
  6. Nombreux d'entre vous ont déjà subi la situation de crevaison. Et d'autres ont espoir que cela n'arrive jamais. A travers cet article, vous découvrirez comment faire face à un pneu crevé ainsi que des conseils pour être préparé. Anticiper la crevaison Dans un premier temps, il est important de connaître les principales causes de ce fléau : les chocs violents contre un trottoir (pouvant percer votre pneu), le sous gonflage (accentuant l'usure du pneu) et les pierres pointues, clous, vis. Pour éviter la crevaison il est donc vivement conseillé de surveiller le gonflage des pneus. Une conduite prudente vous permettra d'éviter les chocs violents contre les trottoirs et de pouvoir contourner tout obstacle sur la route. Il est fortement conseillé d'avoir le kit de survie en cas de crevaison ! Voici la liste des choses à toujours avoir dans la voiture pour survivre à une crevaison sereinement: Le cric : c'est comme dans les films, il servira à soulever votre véhicule. La clé en croix : avoir de quoi démonter le pneu c'est toujours sympa. Bombe anti-crevaison : très pratique en cas de petite crevaison. Il suffit de vider la bombe dans le trou pour pouvoir rouler jusqu'au garage le plus proche. Compresseur électrique : il peut se brancher au niveau de l'allume-cigare, il servira à regonfler le pneu (réparé avec la bombe anti-crevaison). Roue de secours : ça paraît évident mais sans roue de secours, le démontage de la roue ne sert à rien... Pensez aussi à la gonfler lorsque vous gonflez vos roues. Lampe de poche : de nuit cela peut être très pratique, achetez-en une de bonne qualité (qui éclaire mieux que la lampe torche du téléphone). Paire de gants : toujours pratique pour ne pas avoir les mains noires à la fin de la manœuvre. Mon pneu est crevé Surtout ne paniquez pas ! Ralentissez en lâchant l'accélérateur. Il faut vraiment éviter de freiner. Rabattez-vous sur le bas côté. Évitez de rouler à plat sur de longues distances. Rouler trop longtemps avec un pneu endommagerait l'enjoliveur et ce ne sera pas du tout le même prix pour les réparations. Pensez également à activer vos feux de détresse. L'idéal est de pouvoir d'arrêter à plat et de ne pas avoir le pneu crevé du coté de la route. Une fois arrêté, enclenchez le frein à la main et mettez une vitesse. Installez ensuite tranquillement votre triangle afin que vous soyez en sécurité. Vous êtes désormais en situation de pouvoir évaluer la situation. Cette étape consiste à vérifier l'état du pneu crevé. Si c'est un petit trou, estimez-vous chanceux, c'est le moment d'utiliser le kit de survie (vous serez bien content de l'avoir à ce moment-là !). Videz la bombe et adaptez la pression du pneu avec le compresseur. Voici les étapes de changement d'un pneu : Enlevez l'enjoliveur Desserrez les boulons de la roue Positionnez le cric Levez la voiture d'au moins 15 cm Dévissez les boulons Retirez la roue crevée Positionnez la roue de secours Vissez les boulons en diagonale Enlevez le cric La roue de secours est montée Une fois réparée, ce n'est pas encore fini malheureusement.. Vous devez redoubler de prudence. Votre vitesse ne doit pas dépasser les 80 km/h, si vous êtes sur une voie rapide ou sur l'autoroute, restez sur la file de droite. Il est important que vous vous rendiez à un garage à proximité, la roue de secours n'est qu'une solution temporaire ! C'est également le cas pour un pneu réparé avec la bombe anti-crevaison. Diverses solutions Bridgestone DriveGuard : un pneu Runflat révolutionnaire from Allopneus on Vimeo. Vous avez certainement vu sur le marché le pneu Run-flat. Il a l'avantage de pouvoir continuer de rouler même si son pneu est crevé. Plus besoin de transporter la roue de secours ainsi que le kit de survie. Ils sont tout de même bien plus chers qu'un pneu standard et vous n’échapperez pas à la case garage. Une fois crevé il sera difficilement possible de parcourir plus de 250km. Vous ne pourrez pas dépasser les 80 km/h. Sur le marché vous pourrez trouver des kits de survie à un prix avoisinant les 50 euros. Ces kits sont très complets et surtout très pratiques. Vous n'aurez pas à vous soucier d'avoir oublier quelque chose. Faites-lui de la place dans le coffre. Vous ne le regretterez certainement pas ! Enfin une dernière solution pour ceux qui font un blocage en mécanique ou si vous n'avez tout simplement pas envie de vous prendre la tête, investissez dans une bonne assurance auto. Elle vous dépannera au moment de la crevaison. La voiture sera amenée au garage le plus proche. Selon votre package vous pouvez même avoir droit à une voiture de secours ou au moins à un rapatriement chez vous. J'espère qu'avec cet article vous saurez vous sortir du cas de la crevaison. Je vous conseille d'anticiper la crevaison, vous y serez mieux préparé !
  7. Les LOA et LLD séduisent de plus en plus de Français aujourd’hui. C’est vrai, pouvoir disposer d’une voiture neuve en contrepartie d’un loyer, et ce, pendant 3 à 5 ans est un luxe qu’on pensait ne jamais pouvoir s’offrir il y a encore quelques années. Le concept est d’autant plus tentant qu’à la fin du contrat, on a la possibilité de garder ladite voiture, ou d’en changer pour une autre, neuve de surcroît. Mais attention, si la Location avec Option d’Achat et la Location Longue Durée offrent de nombreux avantages pour les particuliers et les professionnels, elles le sont d’autant pour le constructeur. Vous êtes tenté par les LOA et les LLD ? Découvrez les pièges que vous devez absolument éviter. LOA et LLD : les pièges à éviter avant la signature du contrat Même si on ne le dit pas, le leasing est en réalité un crédit parmi tant d’autres, avec la possibilité à la fin du contrat, de garder ou non la voiture. Et comme tout crédit, derrière une apparence bien lisse et lustrée, peut se cacher des pièges. Vous devez les détecter bien avant la signature du contrat. Ne vous fiez jamais aux promesses des publicités Les publicités en elles-mêmes sont des pièges, un véritable attrape-nigaud ! Pourquoi ? On ne vous y montre que ce que vous avez envie de voir, à savoir une belle voiture, haut de gamme et toute option. Et tout ça, en contrepartie d’un loyer qui, à côté de vos revenus mensuels, représente une bagatelle. Forcément, vous êtes intéressé. Mais méfiez-vous, car la réalité est souvent toute autre. La plupart du temps, on vous montre le meilleur modèle du parc automobile, avec le prix du modèle de base. Si vous voulez éviter les mauvaises surprises, prenez le temps de bien vous informer sur l’offre proposée. Méfiez-vous des loyers trop bas… On vous propose de payer une centaine d’euros par mois pour une voiture neuve et haut de gamme ? Il y a peut-être anguille sous roche. Les constructeurs ne gagnent rien à vous brader un modèle de qualité et neuf de surcroît. S’ils vous proposent un loyer qui vous semble déraisonnablement bas, vous devez vous méfier. Quel est le risque ? Qui dit loyer bas dit souvent apport conséquent. Autrement dit, on exigera de vous que vous payez un premier loyer majoré pouvant aller jusqu’à 35% de la valeur réelle de la voiture. La règle est très simple en réalité : plus le premier apport est élevé, moins sera important le loyer. Un leasing avec tout simplement un loyer très bas, ça n’existe pas. Pour éviter les pièges, vous devez vous baser uniquement sur le coût total du contrat. Autrement dit, sur la totale que vous aurez à payer pour louer la voiture pendant une période déterminée. Surveillez de près l’assurance… Il y a des primes d’assurance à payer ? Bien sûr, mais les constructeurs annoncent rarement quelles sont les risques qu’ils couvrent. Il est donc indispensable que vous vous renseignez sur les garanties proposées. Car en cas de vol ou d’accident, vous risquez de payer une fortune, malgré l’indemnisation proposée par l’assureur. Quelle est la garantie indispensable ? En plus d’un contrat tout risque, l’idéal serait de souscrire également à la garantie « perte financière ». Ainsi, en cas de sinistre, vous n’aurez pas à payer la différence si ce que vous devez au bailleur est encore supérieur à la valeur de la voiture. LOA et LLD : les pièges à éviter pendant la location Vous devez comprendre une chose : dans les contrats de leasing, plusieurs détails qui – de prime abord – paraissent sans importance peuvent au final vous coûter une petite fortune. Un dépassement du kilométrage, une petite rayure sur la carrosserie, etc. Pensez donc à vous renseigner sur ces détails et à faire très attention pendant toute la durée de la location si vous ne voulez pas avoir à payer plus que nécessaire. Portez une attention particulière au kilométrage Un prix intéressant peut également cacher un plafond de kilométrage ridiculement bas. Le bailleur n’a effectivement aucun intérêt à ce que vous lui rendiez une voiture « potable », qui a déjà fait plusieurs kilomètres. En contrepartie d’un loyer bas, il va ainsi limiter le kilométrage. Certains exigeront un kilométrage annuel de 5000 km maximum par exemple, d’autres proposeront un plafond de kilométrage à ne pas dépasser durant toute la durée du contrat. 5000 km par an, vous conviendrez que ça ne suffit pas. Et le piège est justement là : vous devrez payer pour chaque kilomètre dépassé. LOA et LLD : assurez-vous que la voiture est en bon état Au terme de votre contrat, en particulier si vous n’envisagez pas d’acheter la voiture, celle-ci subira un chek-up complet. Les bailleurs vont mandater des experts pour l’inspecter sous toutes les coutures. Et là, en fonction de ce qui était stipulé comme tolérable ou intolérable dans le contrat, ils vont estimer les dégâts. Vous l’aurez deviné : tout ce qui est à réparer, à refaire ou à retaper, seront à votre charge. Et puisque le constructeur n’acceptera pas que les réparations soient faites par n’importe qui, mais par un professionnel de son choix, vous devez vous attendre à des prestations surfacturées. Pour éviter cela, pensez donc à vous assurer que la voiture que vous louez est impeccable en tout point. Qu’il n’y a pas quelques imperfections quelque part qui risquent de se détériorer encore plus pendant la durée du contrat, et qui seront – par la suite – réparées à vos frais.
  8. Certes, avec une bonne assurance auto, vous êtes couvert en cas d’accident. Selon les garanties souscrites, non seulement, vous pourrez obtenir indemnisation pour les dommages causés aux tiers et aux matériels. Mais en plus, vous pourrez également bénéficier vous-même d’une bonne couverture. Mais attention, les choses ne sont pas aussi simples si vous êtes vous-même le responsable de l’accident. Afin de responsabiliser les conducteurs et subséquemment, de prévenir les accidents routiers, les assureurs ont mis en place des systèmes de récompense et de pénalisation assortis à l’assurance auto : la franchise et le bonus malus. Si vous êtes à l’origine de l’accident, ainsi vous risquez de payer plus que prévu, et cela risque même d’augmenter vos cotisations pour la prochaine année. Comment ces systèmes fonctionnent-ils ? Quand êtes-vous récompensé ? Quand êtes-vous pénalisé ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la franchise et le bonus malus. Tout savoir sur la franchise d’assurance L’assurance auto ne rembourse pas entièrement les dépenses occasionnées par un sinistre. Elle prendra en charge la majeure partie et laissera aux soins de l’assuré de payer le reste. Ce montant restant à la charge de l’assuré est appelé « Franchise ». A quoi sert la franchise ? La franchise a été mise en place pour faire comprendre aux conducteurs que malgré une assurance auto, l’imprudence au volant a toujours son prix. Malgré la couverture en effet, si les frais de réparation sont élevés, le montant de la franchise risque également d’augmenter. Autrement dit, l’assuré pourra malgré tout se retrouver avec une facture salée à payer. Comment se calcule le montant de la franchise ? Il n’y a pas de formule précise, car le montant de la franchise va dépendre de plusieurs critères, mais surtout du contrat d’assurance souscrit. Voilà pourquoi, avant de signer, il est conseillé de se renseigner sur la manière dont la franchise sera calculée. On peut en effet répertorier plusieurs types de franchise : La franchise fixe. L’assurance proposera un montant fixe. Et en cas de sinistre, quelle que soit la valeur de l’indemnisation, la somme due par l’assuré restera toujours la même. Concrètement, si la franchise précisée dans le contrat est de 250€ et que le remboursement s’élève à 1000€, l’assurance ne versera que 750€. La franchise proportionnelle. L’assurance proposera alors de calculer la franchise à partir d’un pourcentage du montant du remboursement. Concrètement, si celle-ci est de 25%, si le sinistre s’élève à 1000€, alors l’assurance ne remboursera que 750€. La franchise relative ou simple. L’assurance va proposer un plafond qui servira de repère. Si celui-ci n’est pas dépassé, l’assuré ne recevra aucune indemnisation. Si celui-ci est dépassé, l’assuré ne paiera strictement rien. Concrètement, si la franchise est de 250€, et que le sinistre s’élève à 200€, l’assurance ne paiera rien. Mais si le sinistre s’élève à 1000€, l’assurance remboursera tout dans son intégralité. Il existe également d’autres franchises - non obligatoires, mais qui peuvent être ajoutées au contrat – qui peuvent s’appliquer dans le cas où la voiture n’a pas été conduite par le conducteur assuré. Il s’agit notamment de la franchise conduite exclusive et de la franchise jeune conducteur. Et attention, elles sont particulièrement élevées, car le montant dû par l’assuré peut aller jusqu’à 1500€. Tout savoir sur le bonus malus Le bonus malus est un système qui permet de récompenser ou de pénaliser le conducteur assuré en fonction de son comportement au volant. Et ce, grâce à des bonus ou des malus que l’on va appliquer sur sa prime d’assurance. Comment fonctionne le bonus malus ? Egalement appelé « Clause de Réduction-Majoration », le bonus malus est obligatoire depuis 1976. Il fonctionne très simplement en réalité : Si vous ne causez aucun accident pendant une année, vous recevez des points de bonus qui vont permettre de réduire votre prime d’assurance pour l’année suivante. Si vous causez un accident au cours de l’année du contrat, vous recevez des points de malus qui vont augmenter votre prime d’assurance pour l’année suivante. Comment calculer le bonus ? Dans le cas où l’assuré n’a pas causé d’accident en un an, c'est-à-dire à partir du jour où il a signé son contrat jusqu’à l’anniversaire de celui-ci, il va obtenir un bonus de 5%, ce qui correspond à un coefficient de 0.95. Les bonus obtenus sont cumulables. C'est-à-dire que si l’année qui suit, il n’a causé aucun accident, il va encore obtenir un bonus de 0.95 et voir encore une fois sa prime d’assurance réduite de 5%. Et ainsi de suite. Un conducteur « prudent » peut accumuler jusqu’à 0.50 coefficient, ce qui correspond à 14 années sans accident. Comment calculer le malus ? Pour déterminer la valeur du malus, il suffit de multiplier la valeur du coefficient précédent par 1.25, ce qui correspond à un malus de 25%. Là encore, les malus sont cumulables. Par conséquent, si vous causez un accident chaque année, votre prime d’assurance augmentera tous les ans. Le coefficient maximum est de 3.50. La valeur du malus peut également dépendre de la situation : Si vous êtes le seul responsable de l’accident, le malus auto augmente de 25%. La prime d’assurance va alors augmenter de 1.25. Si la responsabilité est partagée, le malus auto va être divisé en deux, soit 12.5%. Si vous avez déjà bénéficié d’un bonus de 0.5 durant les 3 années qui ont précédé l’accident, le malus sera de 0%.
  9. Nous voyons des voitures tous les jours, nous remarquons des modèles plus populaires que d'autres. Vous vous êtes certainement déjà demandés quelles sont les voitures les plus vendues dans le monde ? Voici le top 10 : Toyota Corolla Cette voiture a été vendue à plus de 40 millions d'exemplaires. Ce modèle a connu au total 11 générations. Elle répond aux besoins des automobilistes désirant une voiture petite et économique. Elle est réputée pour être fiable et économique. C'est la voiture la plus vendue en 1976. Elle est énormément populaire aux USA et au Canada. Ford F Series Créé en 1948, c'est un pick-up léger vendu à plus de 34 millions d'exemplaires. Ford a toujours su moderniser son modèle. Elle a su se démarquer de la concurrence. Les premiers modèles sont très allongés. Le dernier modèle est le Raptor 2012. Il est destiné aux amateurs de off road. Il a les chassis renforcés et 4 roues motrices. Volkswagen Golf Cette voiture culte est lancée en 1974. C'est une voiture familiale dotée d'une excellente robustesse. Sa conduite économique séduit énormément les automobilistes. La golfe GTI débarque en 1976. Ce modèle plutôt sportif connait un grand succès en France. Le pic de vente a lieu vers la fin des année 90. La 4ème génération (1999) a su proposer des fonctionnalités novatrices comme l'aide au freinage d'urgence. Ce modèle s'est vendu à plus de 33 millions d'exemplaires. Volkswagen Coccinelle Cette voiture devenue légendaire est pensée par Ferdinand Porsche à la demande d'Hitler, sous le nom de "voiture du peuple". Lancée en 1938, il lui faudra du temps avant de plaire (à cause de la seconde guerre mondiale). Malgré un démarrage un peu mou, elle a su rebondir, elle ne cesse d'évoluer entre 1950 et 1970. Grace aux productions Disney, la Coccinelle devient le chouchou du grand public. Elle a été vendue à 21,5 millions d'exemplaires. En 1978, la production s'arrête en Europe. La concurrence de la Golf lui aura été fatale. Fiat 124 La Fiat 124 est à la base destinée pour la petite bourgeoisie italienne. Lancée en 1966, elle devait leur permettre de se déplacer confortablement. L'idée principale a été de minimiser l'espace extérieur afin d'optimiser l'intérieur. Son succès fut immédiat, c'est LA voiture européenne de l'année 1967. Le succès est donc au rendez-vous, même au cinéma (dans le film "La casse" en 1971). Elle aura été vendue à plus de 20 millions d'exemplaires. En 2016 elle est remplacée par la 124 Spider. Ford Escort C'est une voiture de rallye créée en 1968. Elle est peu esthétique mais mécaniquement très fiable. Elle balaye ses concurrents durant les compétitions de rallye, comme à Mexico en 1970. Elle remporte un énorme succès médiatique. Elle a su se placer sur le podium de nombreuses courses jusqu'à la fin des années 90. Ce modèle sera vendu à 20 millions d'exemplaires. Lada Niva Ce modèle est un mythique 4x4 d'origine russe. Elle est créée en 1980. Sa carrosserie est compacte. Ce véhicule a été pensé pour résister au froid sibérien. Son nom signifie "champs de blé". Elle est rendue célèbre grâce au Paris Dakar. Ce modèle a été vendu à 20 millions d'exemplaires. Opel Corsa Cette voiture citadine très populaire en France fait ses débuts en 1982. Elle possède un excellent rapport qualité prix. Malgré son coté citadin, elle est également adaptée pour les longs trajets. Elle ne cesse d'évoluer en présentant régulièrement de nouveaux modèles. Aujourd’hui, la modernité et la sécurité ont pris le dessus. Elle coûte plus cher qu'à ses débuts mais continue de conserver sa popularité. Depuis sa création, il s'est tout de même écoulé 18 millions d'exemplaires. Honda Civic Cette voiture a été vendue à 16,5 millions d'exemplaires. C'est à la base un modèle sportif et économique créé en 1972. Avec les années, elle s'est transformée en voiture familiale. Je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous présentant les différents modèles. Elle ne dure qu'une minute. Ford Model T C'est la voiture la plus influente au monde du début du XXème siècle. Cette voiture mythique créée en 1908 sera vendue à 16 482 040 exemplaires. Sa vitesse maximum est de 70 km/h. Sa conception est plutôt simple. Cette simplicité permettra même à la marque de révolutionner le domaine de la production automobile. La production à la chaîne est en train de naître. Ce type de production permet de réduire le coût et le temps de création d'une voiture. Ce top est désormais terminé, nous pouvons remarquer les nombreux modèles populaires en France malgré les années.
  10. L’assurance d’une voiture électrique est différente de celle d’une voiture classique. Dans la mesure où le modèle électrique coûte beaucoup plus cher aussi bien à l’achat qu’à la réparation, il est essentiel de souscrire la bonne assurance pour pouvoir – en cas de sinistre – bénéficier d’une bonne couverture. Et ce, autant pour couvrir les dommages subis par le véhicule que ceux causés aux personnes. La bonne nouvelle, c’est que l’acquisition d’une voiture électrique n’est pas seulement encouragée par le gouvernement. Elle l’est également par les assureurs qui apprécient son autonomie et sa vitesse. Toutes deux étant limitées en effet, la voiture électrique présente moins de risque d’accident que les voitures thermiques. Voilà pourquoi, ils proposent aujourd’hui des garanties spécifiques à des conditions plus qu’intéressantes pour ce type de voiture. Découvrez comment bien choisir l’assurance d’une voiture électrique. Les différents types de contrats d’assurance pour voiture électrique Vous venez d’acheter une voiture électrique ? Pour qu’elle puisse circuler, vous devez commencer par l’assurer. Et comme c’est le cas pour toute assurance auto, vous avez le choix entre trois types de contrats : L’assurance au tiers L’assurance vol et incendie L’assurance tout risque L’assurance au tiers pour voiture électrique L’assurance au tiers offre le minimum de protection exigé par la loi. Elle s’accompagne automatiquement de la garantie Responsabilité Civile, et est obligatoire aussi bien pour les véhicules qui circulent que pour ceux qui ne roulent pas. L’assurance au tiers garantit une indemnisation du tiers en cas de dommages corporels et/ou matériels. Et ce, que le sinistre ait été causé par l’assuré ou par une autre personne dont l’identité n’a pas pu être établie. En revanche, elle ne couvre pas l’assuré – d’où l’intérêt de souscrire des garanties complémentaires. Car ce contrat est personnalisable. L’assurance vol et incendie pour voiture électrique Ce type d’assurance n’est pas obligatoire, mais elle est vivement recommandée. La voiture électrique coûte en effet extrêmement cher. Et dans la mesure où personne n’est à l’abri d’un danger éventuel, il peut être intéressant – voire prudent, d’être couvert dans le cas où le véhicule ferait l’objet d’un vol, et soit victime d’un incendie. L’assurance vol et incendie pour voiture électrique couvre par ailleurs tous les cas de sinistre. En plus du vol et de l’incendie, elle garantit également une indemnisation pour tous dommages causés par la grêle, la tempête, etc. L’assurance tout risque L’assurance tout risque offre la protection la plus complète. Elle inclut les garanties au tiers et la Responsabilité Civile, l’indemnisation en cas de vol et d’incendie, mais aussi une couverture pour l’assuré – qu’il soit ou non à l’origine du sinistre. L’assurance tout risque est très intéressante dans la mesure où en plus des garanties basiques à l’auto classique, elle propose également des garanties spécifiques aux voitures électriques : assurance batterie, assistance panne électrique 0 km, assistance remorquage, garantie « Valeur à neuf », etc. Bien choisir l’assurance d’une voiture électrique – Les garanties à prendre en compte Pour bien choisir l’assurance pour votre voiture électrique, vous devez porter une attention particulière aux garanties. Elles peuvent en effet être différentes d’un contrat à l’autre, et bien sûr, d’un assureur à un autre. La garantie « Assistance panne électrique 0 km » Ce n’est un secret pour personne, l’autonomie n’est pas le point fort d’une voiture électrique. Il y a donc un risque que vous tombiez en panne au milieu de nulle part, loin d’une borne de recharge. La garantie Assistance 0 Km vous permet de bénéficier d’une assistance en cas de panne due à une batterie HS. La garantie « Batterie supplémentaire » La batterie de la voiture électrique est rarement vendue avec. La plupart du temps, elle est louée par le concessionnaire. Voilà pourquoi, vous devez faire très attention, car elle coûte très cher, et en cas de panne ou d’altération, vous risquez de le payer cher. Pour éviter cela, assurez-vous de bien choisir une assurance voiture électrique qui couvre les dommages subis par la batterie. Certaines assurances proposent comme garantie le remplacement de celle-ci. Les autres garanties qui peuvent être intéressantes… La garantie « services d’assistance » Cette garantie vous permet de bénéficier d’un service de remorquage dans le cas où vous tomberiez en panne quelque part. Votre voiture sera transportée jusqu’à la borne la plus proche. La prise en charge de la réparation Certaines assurances proposent également de rembourser les frais liés à la réparation de la voiture si la panne est due à des problèmes électriques.
  11. A une époque où le prix du carburant crève les plafonds, les voitures électriques sont perçues comme la solution économique idéale. Certes, elles sont particulièrement chères à l’achat. Mais leur prix d’achat élevé est très vite amorti par le faible coût de l’entretien, et par le coût de charge, nettement plus abordable que celui de l’essence. Mais qu’en est-il vraiment ? Avant d’investir dans une voiture électrique, il est plus prudent de creuser la question en profondeur. Vous devez savoir avant tout qu’en France, vous pouvez recharger la batterie de votre voiture de deux manières : à domicile ou sur les bornes de recharge publique. Vous devez aussi noter qu’il est possible de charger sa voiture électrique gratuitement. Mais la plupart du temps, la recharge sera payante. Découvrez donc quel est le coût de recharge d’une voiture électrique. Le coût de recharge d’une voiture électrique à domicile C’est là tout l’avantage d’avoir une voiture électrique : vous pouvez le recharger chez vous ! A quel prix ? Cela dépend en grande partie de la source que vous utiliserez : prise murale domestique de type E ou borne murale. Le budget à prévoir pour la recharge sur une prise de type E Vous pouvez recharger votre voiture électrique sur une prise murale de type E. C’est sans doute la solution la plus économique, car si vous optez pour un modèle non-dédié, vous n’aurez rien à payer du tout. Il y en a sûrement dans votre garage. Dans quel cas, le coût de la recharge sera celui inscrit sur votre facture énergétique mensuelle. Si vous préférez la prise de type E dédiée – ce qui est préférable selon les spécialistes – il vous faudra en installer une. Un budget de 50 euros environ devrait suffire pour la pose et la fourniture. En termes de consommation d’électricité, la recharge d’une voiture électrique par prise électrique est à peu près la même que le courant consommé par un appareil électroménager. Le budget à prévoir pour la recharge sur une wall-box La wall-box est évidemment ce qui se fait de mieux dans le domaine. Cette borne murale a en effet été conçue spécifiquement pour les voitures électriques. Et en plus d’une charge rapide, elle offre l’avantage d’être programmable. Vous pouvez programmer son démarrage pendant les heures creuses. Certaines d’entre elles peuvent même être programmées pour fonctionner seulement dans les moments où l’électricité est la moins onéreuse. Mais bien entendu, avec de telles fonctionnalités, le prix de la wall-box n’est pas donné. En optant pour cette solution de qualité, vous devrez ajouter au coût de recharge de votre voiture électrique la somme conséquente de 800 € au double, pour l’achat et l’installation de la borne. En termes de prix, la consommation en électricité est à peu près la même que celle des prises de type E. Comment calculer le coût de recharge d’une voiture électrique à domicile ? Vous l’aurez compris, que vous optiez pour une prise de type E ou pour une borne murale, la consommation électrique sera à peu près la même. Vous ne verrez donc pas de différence sur votre facture énergétique. Pour calculer le coût de la recharge de votre voiture électrique chez vous, vous devez juste multiplier le tarif au kWh de votre courant par la consommation de base de votre voiture au kWh/100km. Bon à savoir : Le coût du courant au kWh va varier en fonction des heures, creuses ou pleines. Pensez donc à faire votre calcul en tenant ces valeurs en compte. Exemple : Votre voiture électrique consomme 15 kWh/100 km. Le tarif au kWh de votre fournisseur d’énergie est de 0.146€/kWh en heure pleine. Le coût de recharge de votre voiture est donc de 2.20€/100 km. Le coût de recharge d’une voiture électrique sur les bornes de recharge publiques Le coût de recharge sur les bornes publiques va dépendre de plusieurs critères : la puissance de la voiture, le réseau auquel la borne est affiliée, la durée de la recharge. Le coût de recharge d’une voiture électrique de 3 à 22 kW Le coût peut varier entre 0.25€ à 5€/15 minutes en fonction du réseau : Belib : entre 0.25€/15mn à 4€/15mn ; gratuit la nuit à partir de 20h. Autolib : entre 1€/60mn à 3€/60mn après le paiement d’un droit d’inscription unique de 15€. Le coût de recharge d’une voiture électrique de 50 kW Les bornes de recharge destinées aux voitures électriques de cette puissance sont spécifiques. D’une grande puissance bien entendu, ce sont des bornes dites « rapides tri-standard » qui permettent de charger un véhicule en une demi-heure. Le coût de recharge peut varier entre 3 à 5€/demi-heure en fonction du réseau : Superchargeurs Tesla : crédit annuel de 400 kWh offert, puis 0.20€/kWh à l’épuisement de celui-ci. Corri-Door de Sodetrel : 0.5€ à 0.7€/5 minutes. CNR (Compagnie National du Rhône) : 5€/45 minutes. Où recharger gratuitement votre voiture électrique ? Il est possible de recharger gratuitement les voitures électriques dans certains centres commerciaux. Vous pourrez, par exemple, trouver des bornes de recharge publiques et gratuites chez Lidl, Ikea, Leclerc ou Auchan. Mais attention, vous ne pourrez recharger votre véhicule qu’à la condition que vous fassiez vos courses dans la dite enseigne.
  12. La voiture électrique a tout autant besoin d’entretien que la voiture traditionnelle. Pour garantir sa robustesse et sa longévité, il est nécessaire de l’entretenir régulièrement, à la fréquence recommandée par le constructeur. A quel prix ? Cela va surtout dépendre de la marque du véhicule, du modèle, de sa puissance et de son année de circulation. Mais dans tous les cas, le coût d’entretien d’une voiture électrique n’est pas aussi élevé que celui d’une voiture classique. Pourquoi ? Découvrez tout de suite combien vous pourrez dépenser pour l’entretien de votre voiture électrique. Le coût d’entretien d’une voiture électrique – Des dépenses minimes Vous avez une voiture électrique ? Vous serez sans doute heureux d’apprendre que vous ne dépenserez pas autant que pour une voiture à essence ou diesel pour son entretien. Dans la mesure où elle ne dispose que d’une dizaine de pièces contre des milliers pour les thermiques en effet, les travaux d’entretien sont moins importants. Et évidemment, elles génèrent beaucoup moins de dépenses. Pas de moteur à entretenir… La plus grande différence avec la voiture traditionnelle réside dans le fait que la voiture électrique ne possède pas de moteur à combustion. Puisqu’elle n’utilise pas de carburants ni d’huiles lubrifiants, vous aurez donc déjà moins de travaux d’entretien à faire : Pas de vidange Pas de filtre à remplacer Pas de pot d’échappement à vérifier régulièrement Une batterie plus robuste La batterie d’une voiture électrique donne beaucoup moins de fil à retordre que celle d’une voiture thermique. Elle est rechargeable, et à ce jour, les modèles sont de plus en plus autonomes. Leur principal atout : elles n’ont pas besoin d’être régulièrement entretenus, ce qui explique en grande partie pourquoi le coût d’entretien d’une voiture électrique est moins élevé. Et malgré cela, elles sont également robustes. Elles peuvent avoir une durée de vie allant jusqu’à 10 ans si un contrôle est réalisé tous les ans. Un seul réducteur pour la boîte de transmission Alors oui, il y a bien une boîte de transmission, mais elle n’a qu’un seul réducteur, contre 2 pour les voitures thermiques. Du coup, même pour remplacer l’huile, vous divisez vos dépenses par deux. Après, le remplacement d’huile n’est nécessaire que tous les 60 000 à 100 000 kilomètres. Entre-temps, vous n’aurez donc pas à faire des dépenses. Pas d’entretien pour la boîte de vitesse et le démarrage Vous l’aurez sans doute remarqué, la voiture électrique ne dispose pas de boîte de vitesse. Vous n’aurez donc pas non plus à redouter une usure sur ce plan. Sachant que pour une voiture traditionnelle, l’entretien de la boîte vitesse coûte aux environs de 100€ en fonction du modèle, c’est encore une dépense en moins que vous pourrez soustraire au coût de l’entretien de votre voiture électrique. Comme la voiture électrique n’a pas non plus de démarrage, vous pouvez également économiser sur l’entretien des balais d’alternateur, des courroies et des roulements, parce qu’elle n’en dispose pas. Le coût d’entretien d’une voiture électrique – Les pièces à remplacer La voiture électrique ne contient même pas 10% des pièces qui composent la voiture traditionnelle. Il y a donc moins de pièces à remplacer en cas de pannes, et pour l’entretien, elles ne concernent en réalité que les « consommables » : Les pneus Les plaquettes de freins Les essuie-glaces Les amortisseurs Les plaquettes de frein Etc. Le remplacement ne se fait pas à intervalle régulier, mais seulement au besoin, en fonction de la distance parcourue et de la façon dont la voiture est conduite. Autrement dit, ça se passe exactement comme on le ferait pour une voiture thermique. Pour les plaquettes de frein par exemple, étant donné que certains véhicules électriques utilisent l’énergie qu’il produit, les plaquettes ne sont que rarement sollicitées. Il peut donc se passer un long moment avant que vous n’ayez besoin de les remplacer. Quel est le coût d’entretien d’une voiture électrique ? Le budget pour l’entretien de votre voiture électrique va surtout dépendre des travaux d’entretien que vous allez réaliser. Le mieux est donc de vous référer au constructeur ou à des concessionnaires. Selon les experts en la matière, il faudrait prévoir aux environs de 200 € par an pour entretenir une voiture électrique. Ce qui représente seulement 15% environ de budget annuel pour l’entretien d’une voiture traditionnelle, dont le coût peut aller jusqu’à 1600€ par an.
  13. Les dépenses réalisées dans le cadre de l’exercice de votre travail – tels que les frais de repas et les frais kilométriques entre autres – ne sont pas imposables en France. Voilà pourquoi, lorsque l’Etat calcule votre impôt sur le revenu, il applique un abattement forfaitaire de 10% automatiquement. Malheureusement, ces 10% ne reflètent pas toujours les frais professionnels réellement déductibles. S’ils sont supérieurs, c’est tant mieux. Mais la plupart du temps, et pour une certaine catégorie socioprofessionnelle, les frais sont en réalité beaucoup plus élevés. Dans quel cas, il devient plus intéressant de passer aux frais réels. Découvrez comment vous pouvez faire baisser vos impôts avec les frais kilométriques réels. Les frais kilométriques réels, c’est quoi ? Les frais réels kilométriques représentent la distance que vous devez parcourir dans le cadre de votre travail. Il concerne généralement : La distance à parcourir pendant le travail si les frais ne sont pas remboursés La distance entre votre domicile et votre lieu de travail Il s’agit en réalité du trajet en kilomètre que vous devez parcourir chaque jour pour aller travailler et pour revenir chez vous. Et ce, qu’il soit réalisé avec une voiture ou une deux roues. En règle générale, le fisc se base sur une distance de 40 km par défaut, ce qui fait un trajet en aller/retour de 80km. Et ce sont les frais inhérents à ce trajet qu’il déduit de votre impôt sur revenu. Par conséquent, si vous habitez plus près de votre domicile, c’est tout bénef pour vous. En revanche, si vous habitez plus loin et que vous parcourez plus de 80 km par jour, vous perdez dans l’histoire. Car à priori, les excédents ne sont pas pris en compte. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez faire en sorte que les frais réels kilométriques soient déduits en totalité. Comment faire baisser ses impôts grâce aux frais kilométriques réels ? Vous habitez loin de votre lieu de travail ? Votre lieu de travail se trouve à plus de 40 km de votre domicile ? Vous parcourez plus de 80 km quotidiennement pour travailler ? La première chose que vous devez est de le dire aux impôts. Comment déclarer les frais réels kilométriques au fisc ? Faites la somme des dépenses liées aux frais réels kilométriques et inscrivez-la dans la fiche de déclaration de revenus. Si vous êtes un salarié, vous devrez la noter dans la rubrique « Traitements, salaires, pensions et rentes », plus précisément dans la case 1AK. Si vous exercez une profession libérale, que ce soit à Bénéfices Industriels et Commerciaux, ou à Bénéfices Non Commerciaux, vous devez remplir la case « Revenus exonérés » pour les frais déductibles. Comment faire si la distance est supérieure à 40km ? Si vous devez parcourir plus de 40km, c'est-à-dire si vous faites un trajet de plus de 80km, vous devrez justifier cette distance avant de pouvoir déclarer les frais kilométriques qui excèdent afin de réduire vos impôts grâce à cela. Vous bénéficiez de la réduction d’impôts grâce aux frais kilométriques si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes : Vous n’avez pas trouvé un travail plus proche de chez vous Votre état de santé vous oblige à travailler à cette distance Vous devez vous occuper d’un proche malade et qui habite à proximité de votre lieu de travail Vous avez été muté Vous avez obtenu une promotion L’entreprise dans laquelle vous travailliez a déménagé Vous occupez un poste précaire (CDD, poste saisonnier, stage…) Votre conjoint travaille à proximité de votre domicile Vous exercez une fonction élective Le coût du logement vous oblige à rester là où vous résidez actuellement Bon à savoir : Pour bénéficier d’une réduction d’impôt grâce aux frais réels kilométriques, vous devez absolument fournir une preuve de votre situation.
  14. Quand on est jeune conducteur, qu'on vient d'obtenir son permis, on ne sait pas forcément vers quel véhicule se tourner. Quelle voiture peut convenir à un jeune conducteur ? Dans cet article nous allons voir ce qu'il faut savoir avant d'acheter sa première voiture. Voiture neuve ou d'occasion Lors de l'obtention du permis conduire, il est plus que tentant d'acheter une voiture neuve mais la plupart du temps le budget ne nous le permet pas. En effet le budget moyen d'un jeune conducteur est de 2000 euros, les voitures neuves sont beaucoup plus onéreuses et pour l'assurer il faut prévoir un budget assez conséquent. Il faut donc se tourner vers une voiture d'occasion, le mieux est de prendre un véhicule d'occasion chez un concessionnaire pour éviter les mauvaises surprises. Pourquoi d'occasion ? La réponse est simple, la voiture vous coûtera beaucoup moins cher, quant à l'assurance elle sera un objet beaucoup plus abordable pour le jeune conducteur que vous êtes. Une voiture d'occasion vous permettra aussi de vous faire la main dessus, s'il vous arrive d'avoir un petit accrochage il vaut mieux que ça soit sur une voiture d'occasion que sur une voiture neuve. Usage du véhicule Avant tout, il va falloir déterminer l'usage que vous aller avoir avec votre voiture. C'est-à-dire qu'il va falloir déterminer si vous allez faire des trajets courts ou des longs trajets par exemple. D'autres données sont à prendre en compte : le nombre de passagers que vous aller avoir quotidiennement et le type de route que vous allez emprunter. Allez-vous emprunter des routes de campagne ou juste des routes en ville ? Il est important de se poser toutes ces questions car ça vous permettra de déterminer le type de voiture que vous voulez. 4 choix s'offrent à vous, vous pouvez opter pour : Une micro-urbaine de type Smart, elle sont de petite taille et très pratiques dans les grandes villes. La citadine, parfaite pour une conduite en ville. Les compactes, elles sont plus grandes mais aussi plus puissantes. Parfaites pour une circulation en milieu urbain. Les SUV ou Crossover sont plus grands et plus larges. Parfaits pour un usage familiale. Déterminez le budget Votre voiture dépendra du budget que vous avez mis en place pour le véhicule et les frais à coté. Il est d'autant plus important de choisir votre voiture en fonction de la sécurité que pour les options qui vous ne serviront pas à grand chose, pensez à votre sécurité avant tout. Choisissez une voiture qui a l'ABS, les airbags etc. Voici un petit récapitulatif des frais d'achats que vous aller avoir pour votre première voiture : Voiture - environ 2000 euros. Carte grise - environ 100 euros selon la puissance fiscale et le département. Equipement obligatoire - environ 20 euros. Ampoules de rechange - environ 20 euros. Éthylotest - environ 5 euros. La puissance du véhicule Avec le marché automobile bien portant, en étant jeune conducteur nous sommes tentés de prendre une voiture avec une grosse puissance et qu'il nous plait. Le problème c'est que plus la voiture est une grosse cylindrée, plus l'assurance est chère. Il est donc plus judicieux de prendre une voiture de faible cylindrée de type Twingo, pour que l'assurance soit beaucoup plus abordable. Prenez le temps de vous faire la main avec la faible cylindrée, et plus tard vous pourrez d'autant plus apprécier votre grosse cylindrée. Diesel ou essence Le type de voiture que vous allez prendre est important, il va falloir choisir entre deux type de carburant. L'un est plus onéreux que l'autre. En général il est conseillé de prendre une essence comme première voiture, ça vous coûtera moins cher qu'une diesel. Voici des exemples de voitures que les jeunes conducteurs choisissent comme premier véhicule : Citroën Saxo Peugeot 106 Renault Twingo Volkswagen Polo Fiat Panda Renault Mégane Peugeot 307 Peugeot 207 Smart Fortwo Nissan Micra Opel corsa En résumé, la voiture idéale pour un jeune conducteur, est un véhicule correspondant aux besoins du jeune conducteur. Pour pouvoir être sur de l'achat de votre voiture, il faudra bien déterminer l'usage du véhicule, le budget, si vous la voulez neuve ou d'occasion (même si nous vous conseillons de commencer avec une voiture d'occasion); le type de carburant que vous souhaitez utiliser et la puissance de votre voiture. Le tout est de penser à votre sécurité avant tout et non aux options pas souvent utiles que voudriez avoir.
  15. De nos jours peu importe l'achat que vous devez faire, un choix énorme s'offre à nous et nous sommes vite perdus au milieu de toutes les marques proposées. Il se trouve que pour les batteries voiture nous nous retrouvons dans la même situation, c'est pour cela qu'aujourd'hui nous allons voir quelle est la meilleure marque de batterie voiture. Comment choisir sa batterie de voiture ? Avant de vous parler de la meilleure marque de batterie en fonction du véhicule que vous avez nous allons vous donnez quelques petites astuces pour bien choisir votre batterie. Il est important avant de faire tout achat de mesurer le socle de votre batterie pour éviter toute mauvaise surprise lors de l'installation de celle-ci. Ensuite il faut que vous vérifiez la puissance requise, elle est indiqué en CCA et en CA, ça correspond au démarrage à froid et au démarrage standard donc plus il y a de CCA mieux c'est. La capacité totale de la batterie est aussi à vérifier, elle est exprimé en AH. Plus le chiffre est grand et moins vous avez de chance de tomber en panne. Enfin, faites attention à l'état de la batterie, il est indiqué par un code et une lettre la date de la batterie. Il est donc essentielle de bien regarder avant tout achat. Attention : Ne prenez pas une batterie dont la date est dépassée de plus de 6 mois. Dernière petite astuce, faites attention à la garantie. Si la batterie vous lâche alors que vous venez de l'acheter vous serez content d'en avoir une. La Hankook 12V série MF5 C'est la moins chère du marché et elle est de très bonne qualité. C'est une batterie de type standard, sans entretien. De plus elle a une bonne durée de vie et est dotée d'un indicateur de niveau de charge. Elle est parfaite pour tous les véhicules anciens comme les nouveaux, les puissants comme les économiques. Les fabricants commercialisent de plus en plus de déclinaisons de cette batterie dans un prix très avantageux. La Bosch S5 Cette marque de batterie regroupe toutes les batteries de type AGM. Elles répondent aux véhicules les plus exigents en terme de puissance et de fonctionnalités. Cette batterie est parfaite pour les véhicules récents et haut de gamme, ceux qui ont une fonction start and stop sont eux aussi compatibles avec ce type de batterie. De plus, elles sont connues pour leur durée, elles se déchargent beaucoup moins rapidement que les autres et elles subissent mieux les décharges. Pour finir, elles sont sans entretien et leur gamme de prix est assez abordable. Varta toutes séries Cette marque de batterie convient à tous les véhicules conventionnels, ceux qui ont le start and stop mais aussi au hybride électrique. Sa durée de vie est assez longue, le vrai bonus c'est que la batterie convient aux véhicules nouvelle génération de type hybride. Hankook AGM série SA C'est une batterie de type AGM que vous pouvez vous procurer à moindre coût. Elle est pratique et coûte 2 fois moins chèr qu'une batterie AGM lambda. Cette marque de batterie convient pour les véhicules anciens et récents. Elle améliore les démarrages par temps de froid, c'est l'une des batteries qui supporte le mieux le temps hivernal et les périodes d'inactivité. Les voitures ayant la fonction start and stop sont compatibles avec ce type de batterie. En général les batterie de type AGM vous permettent d'avoir une puissance accrue en temps de froid, elles ont une plus grande durée de vie et une recharge beaucoup plus rapide. Le point fort de ce type-là est sa résistance, en effet elle résiste aux chocs et aux vibrations. Vous ne risquez pas de fuite et elle résiste très bien aux décharges. Optima Red top RTU (AGM) Si vous recherchez une batterie qui a une capacité de démarrage puissante alors tournez-vous vers celle-ci. Sa capacité à démarrer même par temps de froid est très puissante. Elle est très résistante à des lancements brusques, des virages soudains et extrêmes. Les véhicules compatibles avec ce type de batterie sont les camions, les SUV et les voitures de compétition. C'est la batterie la plus populaire du milieu, elle a conquis de nombreux utilisateurs par sa bonne durée de vie et sa performance qui est proche de la perfection. Odyssey PC 1230 La dernière marque que nous vous présentons est l'Odyssey, elle convient aux véhicules sport motorisés. Elle a une durée de vie 70% plus longue, supporte les 400 cycles à une profondeur de décharges de 80%. Sa résistance est très puissante, elle résiste au chaleur extrême. Sa plaque de fibre de verre absorbante la rend imperméable aux débordements et permet de la monter ou de la manipuler de n'importe quel sens.
×
×
  • Créer...