Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Eveline Luca

Membres
  • Compteur de contenus

    342
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Eveline Luca a gagné pour la dernière fois le 19 avril 2020

Eveline Luca a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

2 Neutral

Visiteurs récents du profil

42 028 visualisations du profil
  1. Les tambours de frein sont un système de freinage utilisé pour les freins arrière sur les berlines et les citadines. C’est une pièce importante du système de frein de votre véhicule, car en cas de défaillance, votre voiture peinera à freiner. Il est donc crucial de bien l’entretenir et le remplacer au besoin. Qu’est-ce qu’un tambour de frein ? Pourquoi faut-il le changer ? Quand faut-il le changer ? Notre spécialiste vous présente dans cet article, les différentes étapes pour changer vos tambours de frein. Présentation des tambours de frein Les tambours de frein sont des dispositifs de freinage utilisés depuis longtemps sur les automobiles ainsi que les avions. Même s’ils sont de moins en moins utilisés, on les retrouve quand même sur certains modèles de véhicule. Ils sont composés de certains éléments à savoir : quatre mâchoires de frein en arc-en-ciel mobile, les garnitures, deux cylindres de roues et les ressorts. Sous la pression du liquide de frein, les deux cylindres de roues écartent les quatre mâchoires de frein associées aux garnitures. Cette action crée un mouvement de friction à l’intérieur du tambour. Les tambours de frein sont également composés d’un système de rattrapage qui permet de maintenir les mâchoires très près des parois intérieures du tambour, au fur et à mesure que les garnitures s’usent. Les mâchoires sont enfin reliées au câble de frein à main afin de garantir le frein de stationnement. Il existe plusieurs types de tambours de frein parmi lesquels nous comptons, le tambour avec moyeu de roulement et le tambour sans moyeu de roulement. Les tambours de frein sont importants pour le bon fonctionnement du système de freinage de votre véhicule. Par ailleurs, il est donc nécessaire de s’assurer qu’il soit toujours fonctionnel. Quand faut-il changer ses tambours de frein ? Remplacez vos tambours de frein à temps parce que leur défaillance entraînera un problème de freinage au niveau de votre automobile, ce qui est très dangereux pour votre sécurité. C’est un élément primordial du système de freinage, votre automobile peut avoir du mal à s’arrêter, voire ne pas s’arrêter du tout. Cela peut mettre le conducteur ainsi que les autres usagers de la route en danger. Il n’y a pas de délai fixe pour remplacer ses tambours de frein. Cependant, il faut plutôt se fier aux recommandations du constructeur. Mais, de façon générale, les tambours de frein ont une durée de vie comprise entre 80 000 km et 100 000 km. Au-delà de 100 000 km, vous devez impérativement changer les tambours de frein de votre véhicule. Outre ce critère de durée, il convient de relever que certains symptômes peuvent vous alerter et vous faire comprendre qu’il est temps de changer les tambours de frein. En effet, en cas de freinage difficile, ou de jeu excessif dans le manche du frein à main, vous devez penser à vérifier l’état de vos tambours de frein. De même, lorsque vous constatez qu’il y a une différence de freinage au niveau des deux côtés du véhicule, il peut s’agir d’un problème de fuite du liquide de frein, qui impacte négativement les tambours de frein. Vous pouvez également être alerté par les bruits au moment du freinage. Cette situation est sans doute liée à un problème des garnitures. Une fois que vous détectez ces anomalies, il est recommandé d’effectuer un diagnostic de vos tambours de frein, afin de contrôler leur état et de les changer si nécessaire. Comment changer ses tambours de frein ? Vous pouvez changer vos tambours de frein tout seul si vous disposez du matériel requis et si vous avez des notions de mécaniques. Le matériel à utiliser Pour effectuer le changement, vous aurez besoin des chandelles, d’un cric, d’une revue technique et d’un bac de vidange. Vous devez également vous munir d’un nettoyant frein et d’une caisse à outils complète. Par ailleurs, il est conseillé de toujours effectuer un changement du kit complet du tambour de frein. Cela vous évitera d’avoir à faire une purge. Les différentes étapes du changement du tambour de frein Pour remplacer votre tambour de frein, vous devez avant tout démonter le kit de frein installé. Commencez donc par installer votre voiture sur une chandelle, puis démontez les roues de l’essieu concerné. Relâchez votre frein à main, puis démontez le tambour afin d’avoir accès à l’intérieur des freins. Après avoir retiré le tambour, visualisez et de repérer la position de chaque pièce pour ne pas avoir de difficultés lors du remontage. Vous pouvez photographier pour ne pas oublier les emplacements. Il faut ensuite retirer les mâchoires, en dégageant le câble et les ressorts qui les maintiennent. À l’aide d’une clé à tuyauter, dévisser le tuyau de frein du cylindre. Placez à présent le bac à vidange pour que le liquide de frein y coule. Retirez enfin le cylindre de roue en retirant les vis qui le maintiennent. La première étape qui consiste à démonter le kit de frein à tambour installé est ainsi terminée. Vous pouvez donc installer le nouveau kit de frein. Avant de commencer la pose du kit de frein à tambour, nettoyez la flasque de frein à l’aide d’un nettoyant frein. Une fois que c’est propre, placez le nouveau cylindre de roue, puis revissez le tuyau de frein au cylindre. Le kit contient une graisse, à passer sur les surfaces de contact des mâchoires. Après avoir enduit les surfaces, remontez les mâchoires et verrouillez les brides de maintien des mâchoires. Nettoyez et remontez enfin le tambour. N’oubliez pas de faire la purge afin de nettoyer tout le système de frein à tambour. S’agissant du système de rattrapage, vous devez vous fier aux instructions données dans la revue technique. Pour conclure, les tambours de frein sont des dispositifs de freinage arrière de certaines voitures. Ce système de freinage est de plus en plus délaissé pour les freins à disque. Si votre automobile est équipée d’un tambour de frein, pensez à le changer régulièrement en suivant les différentes étapes présentées.
  2. La climatisation est importante pour conduire dans un certain confort. Son utilisation est encore plus utile en été, car il permet au conducteur de ne pas sentir la chaleur. Les avantages de cet équipement de véhicule ne sont donc pas négligés. Cependant, utiliser la climatisation dans votre voiture pourrait augmenter la consommation du carburant. Selon certaines études, actionner la climatisation en roulant pourrait augmenter la consommation du carburant jusqu’à 20 %. L’utilisation de la climatisation a-t-elle un véritable impact sur la consommation du carburant ? Que faire pour réduire la consommation du carburant ? Comment entretenir le système de climatisation de son véhicule ? Lisez cet article pour obtenir toutes les réponses à ces questions. Impact de la climatisation sur la consommation du carburant Vous souhaitez savoir pourquoi la climatisation aurait un impact sur la consommation du carburant. Il faut savoir que pour fonctionner, la climatisation repose sur un système très complexe, composé de plusieurs pièces. Au sein de ce système circule un gaz spécial appelé réfrigérant. Celui-ci voit sa pression transformée en air grâce à une compression et grâce à plusieurs autres pièces du système. Or le compresseur demande une puissance conséquente pour compresser le gaz réfrigérant afin d’avoir le résultat. De ce fait, le moteur demande plus d’efforts, en produisant une énergie supplémentaire. Il doit donc tourner beaucoup plus longtemps lorsque la climatisation est enclenchée, ce qui va entraîner une surconsommation du carburant. Par ailleurs, vous devez ainsi prévoir des frais supplémentaires si vous décidez de profiter de la climatisation au cours de vos trajets. À quel point la climatisation affecte-t-elle la consommation du carburant ? S’il est évident qu’actionner la climatisation durant la conduite faire augmenter la consommation du carburant, sachez que le niveau de consommation varie en fonction de plusieurs facteurs. Généralement, la climatisation peut faire croitre la consommation du carburant jusqu’à 0,5 L/100 km. Cela peut augmenter selon que vous rouliez sur l’autoroute ou en agglomération. De même, la consommation varie selon la taille du moteur, de la marque et du modèle de voiture. Aussi, plus votre habitacle est grand, plus la climatisation consommera afin d’assurer le maximum de confort. Mieux, le niveau de consommation dépendra de l’état de votre moteur et de votre climatisation. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est conseillé d’entretenir convenablement son moteur ainsi que toutes les pièces du véhicule. Outre l’utilisation de la climatisation, d’autres facteurs peuvent favoriser la surconsommation du carburant. Il s’agit entre autres de l’ancienneté de la voiture, de la qualité de votre conduite et aussi la qualité des routes emprunter. Astuces pour réduire la consommation du carburant Les frais qu’engendre l’utilisation de la climatisation sont très élevés, et vous pouvez vous retrouver avec de grosses factures de carburant en fin du mois. Pour cela, nous vous donnons quelques conseils pour réduire la consommation du carburant. En effet, plus la climatisation fournit de l’effort, plus elle consomme du carburant. Ainsi, mettez la ventilation en mode recyclage notamment lors des embouteillages, et vous pourrez remettre la ventilation en mode normal régulièrement lors du trajet. Toutefois, le mode recyclage ne doit pas être laissé longtemps, car il permet en réalité d’avoir un air préfiltré. Cet air préfiltré contient du CO₂, ce qui est nuisible pour votre santé en cas de longue exposition. Une autre astuce pour réduire la consommation du carburant est de ne pas allumer la climatisation tout au long du trajet. Vous pouvez la laisser allumer pendant un moment, le temps de vous rafraîchir et vous pouvez ensuite l’éteindre. De plus, pour les longs trajets, vous n’avez pas obligatoirement besoin d’allumer la climatisation. En effet, vous pouvez laisser les vitres ouvertes afin de profiter de l’air naturel. Cette astuce vous permettra de vous rafraîchir sans dépenser plus de carburant. En plus d’économiser, ne pas utiliser la climatisation lors de vos trajets permet de participer à la protection de l’environnement. En utilisant la climatisation, votre voiture dégage beaucoup plus de polluants dont les hydrocarbures, le monoxyde de carbone ou encore les oxydes d’azote. Mieux, le réfrigérant contenu dans le système de climatisation est un gaz qui présente de nombreux impacts négatifs sur l’environnement. Par ailleurs, il existe aujourd’hui une climatisation électrique. Ce type de climatisation est de plus en plus présent sur les modèles récents de voiture. Contrairement à la climatisation traditionnelle qui fonctionne à partir du moteur, la climatisation électrique fonctionne à partir de la batterie du véhicule. En optant pour ce type de climatisation, vous n’aurez plus à dépenser du carburant supplémentaire. Enfin, pensez à entretenir régulièrement la climatisation de votre véhicule, car en cas de défaillance, elle pourrait augmenter la consommation de l’essence. Comment entretenir la climatisation de son véhicule ? Pour entretenir la climatisation de votre véhicule, il est nécessaire de l’utiliser à une fréquence régulière. Vous devez donc faire l’effort de l’actionner au moins une fois par mois, pendant 15 minutes et même en hiver. Cela permet de roder le cycle du gaz réfrigérant et de garantir le bon fonctionnement des pièces. Aussi, il est important d’être attentif à tous les signes de défaillance afin d’agir au plus vite. Par exemple, vous devez faire contrôler l’état de la climatisation lorsque vous remarquez qu’elle est plus faible que d’habitude ou lorsqu’il y a une mauvaise odeur quand elle est actionnée. N’attendez pas que la climatisation arrête de fonctionner pour solliciter les services d’un professionnel, car les réparations peuvent être coûteuses. Pour cela, révisez le système de climatisation tous les 3 ans au minimum par un professionnel. Pour un bon entretien de la climatisation, vous devez également la recharger tous les 2 ans en moyenne en fonction de votre utilisation. Enfin, vous aurez compris que la climatisation a un impact sur la consommation du carburant. Elle favorise une surconsommation, et il est donc nécessaire de prévoir un budget supplémentaire si vous décidez de l’utiliser. Toutefois, certaines astuces peuvent vous permettre de vous rafraîchir en été sans augmenter votre facture d’essence.
  3. Souhaitez-vous conserver le rendement du moteur de votre voiture ? Le décalaminage moteur est parfaitement ce qu’il vous faut. Il s’agit d’une opération qui permet de supprimer la calamine du moteur. Cette technique encore peu connue des conducteurs permet au moteur de maintenir sa puissance. Il existe plusieurs techniques de décalaminage moteur, avec des tarifs variant en fonction de la technique utilisée. Qu’est-ce qu’un décalaminage moteur ? Quelles sont les différentes méthodes de décalaminage ? À combien s’élève cette opération ? Nous vous expliquons tout dans cet article. Le décalaminage moteur : qu’est-ce que c’est ? La calamine est une matière composée d’oxyde de fer qui s’accumule au niveau du moteur en raison des hydrocarbures mal brûlés. Tous les résidus s’agglomèrent autour du moteur jusqu’à ce que celui-ci s’encrasse. Le risque d’encrassement est encore plus élevé si vous utilisez un carburant de mauvaise qualité et si vous avez l’habitude de rouler à bas régime. Cet encrassement du moteur a un impact sur son fonctionnement. Il ne sera plus très performant et vous constaterez une perte de puissance. La calamine entrave, en effet, le passage de l’air à l’entrée du moteur et l’évacuation des gaz d’échappement. Le décalaminage consiste donc à retirer la calamine afin de désencrasser le moteur. Plusieurs signes peuvent vous faire comprendre que votre moteur est encrassé et que vous devez procéder au décalaminage. Par exemple, lorsque le démarrage est difficile et vous constatez une surconsommation du carburant, pensez à vérifier l’état du moteur. De même, en cas de problème de contrôle technique ainsi qu’une réduction des performances motrices du véhicule, il est nécessaire de décalaminer le moteur. Les avantages du décalaminage moteur Relevons que le décalaminage est très important, car non seulement il permet d’optimiser les performances du véhicule, mais il favorise également la réduction de gaz polluants de même que la consommation du carburant. Optimiser les performances du véhicule Après un décalaminage moteur, votre véhicule sera plus performant. Fini les problèmes de démarrage du moteur, de perte de puissance, de trous à l’accélération ou de voyants du tableau de bord constamment allumés. Cette opération permet à votre moteur de retrouver ses performances d’origine. Elle redonne du souffle au moteur et lui assure de regagner quelques chevaux. De plus, le décalaminage aide à allonger la durée de vie de votre moteur ainsi que de ses composants. La réduction de gaz polluants Le décalaminage aide à réduire l’émission de gaz polluants. Il permet à votre voiture de rejeter 50 % de CO2 en moins, ce qui facilite une conduite beaucoup plus écologique. Mieux, grâce au décalaminage, le passage au contrôle technique devient beaucoup plus facile, car le niveau de pollution de votre véhicule est très bas. Réduction de la consommation du carburant Avec le décalaminage moteur, vous économiserez sur votre consommation du carburant. Votre consommation sera réduite jusqu’à 15 %. Les différentes méthodes de décalaminage moteur Il existe surtout trois méthodes de décalaminage moteur. L’opération peut être effectuée manuellement, par injection d’hydrogène, ou à travers l’utilisation de produits de décalaminage. Le décalaminage manuel Le décalaminage manuel consiste à retirer la calamine étouffant le moteur de façon manuelle. Pour ce faire, tous les composants touchés par la calamine sont démontés. Un véritable nettoyage est donc effectué sur chacun de ces composants. Une fois qu’ils sont propres, ils sont ensuite remontés. Le décalaminage est un travail fastidieux qui nécessite beaucoup de temps. Le temps utilisé dépend également du niveau d’encrassement du moteur. Cette méthode de décalaminage est recommandée lorsque le moteur a subi des dommages. Il permettra au moteur de retrouver ses performances. Le décalaminage par injection d’hydrogène Le décalaminage par injection d’hydrogène est de plus en plus pratiqué par les professionnels. Cette dernière nécessite l’utilisation d’appareil spécifique, doté de technologies particulières. Elle consiste à injecter un mélange d’hydrogène et d’oxygène dans l’admission d’air pendant 30 à 90 minutes, avec le moteur tournant au ralenti. L’action de l’hydrogène va permettre d’éliminer et de dissoudre la calamine, les particules de suie et les résidus huileux. Tous ces résidus seront ensuite évacués par l’échappement. C’est une méthode très performante et qui fait d’ailleurs parler d’elle en ce moment. Si cette technique est de plus en plus privilégiée, c’est bien parce qu’elle est écologique. Non agressive, elle ne nécessite aucun produit chimique ou corrosif. Elle est effectuée uniquement avec de l’eau. Le décalaminage par injection d’hydrogène favorise l’optimisation du fonctionnement de certains composants du moteur à savoir, le turbocompresseur, le filtre à particules et la vanne EGR. L’utilisation des produits de décalaminage Si vous remarquez que le moteur n’est pas très endommagé, vous pouvez utiliser des produits de décalaminage pour le nettoyer. Il existe aujourd’hui sur le marché plusieurs produits qui permettront à votre moteur de retrouver sa puissance en quelques minutes. L’avantage de ces produits est qu’ils sont enfantins à utiliser. Ainsi, vous n’avez qu’à verser le produit dans le réservoir, puis conduire pendant une bonne distance afin de lui donner le temps d’agir. Toutefois, vous devez prendre garde à la qualité du produit acheté. Un produit de mauvaise qualité pourrait endommager davantage votre moteur. Précisons également que cette méthode n’est efficace que si votre moteur n’est pas trop encrassé. Le tarif du décalaminage moteur Le tarif du décalaminage dépend de la méthode utilisée. Le décalaminage manuel étant le plus fastidieux, son tarif est un peu plus élevé. Il coûte entre 100 et 250 euros. Le prix peut varier en fonction du temps utilisé pour effectuer le décalaminage. Quant au décalaminage par injection d’hydrogène, prévoyez entre 60 et 100 euros pour l’opération. Enfin, l’utilisation des produits de décalaminage est la méthode la plus abordable. Les produits coûtent entre 20 et 80 euros compte tenu des quantités et de la qualité. Il vous revient de choisir le produit qui correspond à votre budget, tout en prenant le soin de vérifier la qualité. Voici présenter les différentes méthodes de décalaminage et leur tarif. Demandez conseil chez un professionnel sur la méthode la mieux adaptée au problème de votre moteur.
  4. Sonde lambda défectueuse : diagnostic et remplacement La Sonde lambda est une pièce importante présente sur tous les véhicules. Son rôle est de réduire la consommation du carburant. Comme toute pièce mécanique, la sonde lambda peut s’user avec le temps, ce qui aura certaines conséquences sur votre automobile. À quoi sert une sonde lambda ? Comment savoir qu’elle est défectueuse ? Comment la remplacer ? Nous vous apportons toutes les informations sur la sonde lambda dans cet article. À quoi sert une sonde lambda ? Encore appelée sonde à oxygène, la sonde lambda se situe dans le système d’échappement de la voiture entre le catalyseur et le collecteur d’échappement. Elle se charge de réguler le mélange air-carburant, ce qui favorise un meilleur fonctionnement du moteur du véhicule. En effet, elle transmet les informations liées à la teneur en oxygène au boîtier du moteur, et ce dernier en déduit la quantité d’essence à injecter dans les cylindres afin d’avoir un parfait mélange air-carburant. Grâce à son action sur les performances du moteur, la sonde lambda favorise une réduction de la consommation du carburant, et par la même occasion, l’émission des particules et gaz polluants. Les véhicules les plus récents disposent d’une seconde sonde lambda après le catalyseur, afin de se conformer aux nouvelles réglementations antipollution. En cas de défaillance de cette pièce mécanique, cela affecte négativement les performances de votre moteur. Vous devez donc être en mesure de détecter quand elle est défectueuse pour la remplacer au plus vite. Comment détecter une sonde lambda défectueuse ? Plusieurs symptômes peuvent vous permettre de savoir que la sonde lambda de votre voiture est défectueuse. Précisons que les sondes lambda sont surveillées par le système de contrôle du moteur. Ainsi, lorsqu’une erreur est détectée par l’unité de commande du moteur, le voyant gestion moteur va s’allumer au cours de la conduite. Lorsque ce témoin d’anomalie s’allume, pensez à vérifier l’état de vos sondes. De même, vous pouvez ressentir des tremblements ou des vibrations en cours de la conduite quand la sonde lambda de votre véhicule est défectueuse. L’usure se manifeste également par une consommation accrue du carburant, une perte de puissance du moteur lorsque vous accélérez ou encore la sortie de fumées au niveau de l’échappement. Par ailleurs, il est recommandé de changer la sonde lambda tous les km. En présence de tous ces symptômes d’usure de la sonde lambda, vous devez effectuer un diagnostic afin de déterminer la sonde lambda à remplacer. Diagnostic d’une sonde lambda Le diagnostic de la sonde lambda est effectué par un professionnel, qui utilise des outils de diagnostic adaptés pour déterminer si la sonde lambda est usée ou non. Ce diagnostic se réalise en branchant l’outil de diagnostic constructeur sur le véhicule. Il est donc obligatoire de se rendre chez un professionnel pour un diagnostic précis de la sonde lambda de votre véhicule. Toutefois, un examen visuel de la sonde peut vous permettre d’avoir une idée sur la cause éventuelle de la défaillance de la sonde. Par exemple, lorsque la sonde lambda est déformée, c’est sans doute lié à un mauvais montage lors de l’installation. Lorsque vous constatez la présence de calamine qui bouche les orifices sur la sonde, la cause peut être due à des fuites sur le système d’échappement, ou encore l’usure du moteur. Aussi, en cas de dépôts blancs et gris sur la sonde, il s’agit sans doute d’un problème de qualité du carburant. Le carburant que vous utilisez est composé d’additifs. Il peut également s’agir d’un problème au niveau de l’huile à moteur. Quoi qu’il en soit, prenez rendez-vous chez un professionnel pour un bon diagnostic et pour connaître les causes de l’usure de la sonde lambda. Comment remplacer une sonde lambda défectueuse ? Le remplacement de la sonde n’est pas toujours nécessaire en cas de problème au niveau de la sonde lambda. Lorsqu’elle est encrassée, un simple nettoyage est suffisant pour lui permettre de fonctionner convenablement. Quand l’usure est grave et qu’il n’y a plus aucune alternative, vous devez remplacer la sonde lambda. En principe, le remplacement doit être fait par un professionnel pour plus de sécurité. Toutefois, si vous disposez de compétences mécaniques, vous pouvez le faire à la maison. Matériels à utiliser Pour remplacer la sonde, vous aurez besoin d’une nouvelle sonde lambda, d’une caisse à outils et d’un dégrippant. Vous aurez également besoin d’un lubrifiant et des gants de protection. Démonter la sonde lambda défectueuse Pour effectuer le changement, vous devez avant tout identifier la sonde lambda usée, car certains véhicules disposent de deux sondes lambda. Pour cela, vous devez utiliser un outil de diagnostic constructeur. Après avoir identifié la sonde lambda défectueuse, débranchez votre batterie, puis calez le véhicule afin de pouvoir repérer l’emplacement de la sonde lambda à changer. Une fois l’emplacement repéré, débranchez les connecteurs de la sonde ainsi que les vis qui la maintiennent à l’aide d’un dégrippant. Vous pouvez ensuite retirer la sonde lambda puis la déposer. Installer la nouvelle sonde Prenez le soin de comparer la sonde lambda démontée à la nouvelle sonde à installer. Les deux pièces doivent être identiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il faut faire attention au moment du choix de votre nouvelle sonde lambda. Aussi, avant d’installer la nouvelle sonde, il est recommandé de vérifier l’état de fonctionnement des injecteurs et de la pompe à injection. Contrôlez également l’état du catalyseur et du moteur de votre véhicule. Après avoir pris toutes ces précautions, lubrifiez le filetage de la sonde lambda, puis placez-la dans son emplacement. Revissez convenablement la sonde à la ligne d’échappement et branchez le connecteur. Rebranchez enfin la batterie, puis fermez le capot. À la fin de votre opération, effectuez un nouveau diagnostic afin de vous assurer que la nouvelle sonde lambda installée ne présente aucune défaillance. Lancez votre moteur et vérifiez qu’aucun témoin n’est allumé sur le tableau de bord. Vous avez à présent toutes les informations pour vérifier l’état de la sonde à lambda de votre véhicule et la remplacer. Prenez le soin de bien entretenir cette pièce et changez-la fréquemment.
  5. Le système d’injection est un système qui permet de mélanger convenablement le carburant et l’air afin d’optimiser la consommation du carburant. Il est important de comprendre le fonctionnement de ce système pour détecter les principales pannes qui peuvent en découler. Comment fonctionne le système d’injection ? Quelles sont les fréquentes pannes auxquelles il est exposé ? Lisez cet article pour en savoir plus. Fonctionnement du système d’injection Le système d’injection a pour rôle de proportionner le rapport carburant/air du moteur afin d’avoir une bonne combustion. Vous n’êtes pas sans savoir que pour fonctionner, le moteur a besoin de carburant et d’étincelle. Cette étincelle est produite grâce à la combustion. En effet, le carburant est composé essentiellement de carbone et d’hydrogène. Quant à l’air, elle est composée d’azote qui est un gaz neutre, et d’oxygène. Grâce à l’effet de la chaleur, les molécules du carburant se cassent en raison de l’action de l’oxygène de l’air sur le carbone du carburant, ce qui favorise une réaction chimique qui dégage beaucoup de chaleur et d’énergie. C’est ce qui permet à votre moteur de tourner lorsque vous tournez la clé. C’est la raison pour laquelle votre voiture reste silencieuse ou consomme beaucoup plus lorsque le système d’injection est défaillant. Composition du système d’injection moteur et rôle des injecteurs Le système d’injection est composé d’une pompe à carburant haute pression, chargée de conduire le carburant à la rampe commune. Quant à la rampe commune, elle facilite la montée de l’essence à haute pression. Le système est également composé de plusieurs injecteurs qui envoient le carburant dans les cylindres, ainsi que des durits de retour qui favorisent la circulation du carburant. Il faut rappeler que la combustion était assurée par des carburateurs sur les anciens modèles de voitures. Mais dans le but de lutter contre la pollution et de réduire la consommation du carburant notamment dans ce contexte de préservation de l’environnement, les constructeurs automobiles ont décidé de remplacer les carburateurs par les injecteurs. Ceux-ci permettent d’avoir une combustion quasi complète, avec moins de résidus et par conséquent la réduction de la production des molécules dangereuses. Les cylindres du système sont dotés chacun d’une injection, qui assure la fusion du carburant et de l’air dans la chambre à combustion. Le mélange donne généralement un résultat parfait, car ce mécanisme est contrôlé par l’électronique de la voiture. Cela permet donc d’avoir une combustion précise. Les causes d’une panne du système d’injection Le système d’injection de votre voiture peut être objet de pannes. Vous pouvez facilement l’identifier à travers certains symptômes. Lorsque votre véhicule consomme beaucoup plus que d’habitude, pensez à vérifier l’état du système d’injection. De plus, lorsque vous avez des difficultés à démarrer ou que votre moteur a des ratés au moment de l’accélération, il s’agit sans doute d’un problème d’injection. Enfin, la panne du système d’injection peut également se manifester par une perte de puissance du véhicule ainsi que le dégagement d’une odeur de carburant dans l’habitacle. Les principales pannes d’un système d’injection Les pannes fréquentes auxquelles est exposé le système d’injection de votre véhicule sont entre autres l’encrassement de l’injecteur moteur, la fuite de l’injecteur, ou encore la détérioration d’un turbocompresseur. Injecteur moteur encrassé L’encrassement de l’injecteur est dû aux dépôts de saletés, à un carburant de mauvaise qualité ou des résidus de combustion. N’oubliez pas que l’injecteur joue un rôle important dans la proportionnalité du rapport air/carburant. De ce fait, lorsqu’il est encrassé, la combustion ne sera plus satisfaisante. Lorsque l’injecteur est encrassé, vous remarquerez que les ralentis effectués au cours de la conduite sont instables, et vous noterez une perte de performance du moteur. Un injecteur encrassé n’a pas besoin d’être changé. Il faut plutôt le nettoyer, afin de lui permettre de continuer à jouer son rôle convenablement. Plusieurs solutions permettent de nettoyer efficacement l’injecteur. Toutefois, le traitement doit être fait avec beaucoup de précautions. Si malgré le nettoyage, les problèmes persistent, vous serez obligé de changer l’injecteur défaillant. Cette opération est cependant onéreuse, car il faut prévoir environ 300 euros pour un seul injecteur. Fuite de l’injecteur La fuite de l’injecteur est généralement due à une usure des joints qui composent l’injecteur. La fuite est beaucoup plus fréquente sur les injecteurs Diesel que sur les injecteurs essence. Un injecteur qui fuit est signalé par un voyant moteur allumé sur le tableau de bord. Il se manifeste également par la présence de fumée noire à l’échappement ainsi que le dégagement de forte odeur de carburant dans l’habitacle. Dès que vous remarquez que l’injecteur fuite, il est conseillé de vous rendre immédiatement dans un garage afin d’éviter d’autres dégâts supplémentaires. Le garagiste pourrait vous demander de changer le joint usé ou de remplacer l’injecteur lui-même en fonction de la gravité de la panne. Turbocompresseur cassé Lorsque le turbocompresseur se casse, le système électronique du véhicule ne fonctionne plus, et ne transmet plus les paramètres adéquats. Cela entraîne donc une baisse des performances du véhicule, un sifflement bruyant du turbo et des fumées d’échappement anormales. La casse du turbocompresseur peut être due à plusieurs facteurs donc un choc violent du véhicule ainsi que la présence d’une huile encrassée au niveau du turbo. Le turbocompresseur peut également se casser si vous avez l’habitude d’arrêter votre automobile à chaud, ou de l’utiliser alors que le moteur manque d’huile. Lorsque le turbocompresseur, il est préférable de le remplacer par un nouveau. Par ailleurs, cette opération doit être confiée à un professionnel. Conseils pour réduire les risques de panne du système d’injection Vous avez sans doute compris l’importance du circuit d’injection ainsi que tous les éléments qui le composent. Pour cela, il est important de veiller à ce qu’il ne soit pas objet de pannes. Nous vous recommandons donc d’adopter de bons gestes tels que l’utilisation d’un carburant de très bonne qualité. De plus, évitez de laisser le réservoir presque vide, puis optez pour une huile à moteur de bonne qualité. Par ailleurs, rendez-vous chez un garagiste dès que vous constatez des signes de défaillance du système d’injection.
  6. Avec l’avancée de la technologie et surtout après plusieurs efforts de recherche, les constructeurs automobiles proposent désormais un nouveau type de boîte de vitesses : la boîte de vitesses automatique. Cette boîte de vitesses est plus performante et rend la conduite très facile. Elle est plus pratique et plus simple qu’une boîte de vitesses manuelle. Comment fonctionne une boîte de vitesses automatique ? Quels sont les différents types de boîtes de vitesses automatiques ? Quels sont les avantages et inconvénients de ce type de boîte ? Si vous êtes un amateur d’automobiles, alors vous prendrez plaisir à lire cet article. Nous vous donnons toutes les informations à savoir sur les boîtes de vitesses automatiques. Fonctionnement d’une boîte de vitesses automatique Comme son nom l’indique, la boîte de vitesses automatique favorise le passage de rapport de façon automatique. Le conducteur n’a plus besoin d’appuyer sur l’embrayage comme c’était le cas avec la boîte de vitesses manuelle. La pédale d’embrayage est d’ailleurs supprimée avec les boîtes de vitesses automatiques et il ne reste que deux pédales afin de mettre le conducteur dans le maximum de confort. Le moteur de ce type de boîte de vitesses fonctionne en étant connecté à un convertisseur de couple, ce qui permet au véhicule de toujours fonctionner sans nécessiter l’embrayage. Le fonctionnement de cette boîte est très simple. Les quatre éléments dont elle est composée, à savoir deux engrenages et deux supports d’engrenages sont en rotation permanente autour d’un anneau central. Ils sont également capables de pivoter, et de ce fait, le véhicule peut passer n’importe quelle vitesse à n’importe quel moment. Ce type de boîte favorise donc une conduite souple et aisée, sans utilisation de l’embrayage pour passer les vitesses. La boîte automatique est de plus en plus utilisée, et la boîte manuelle pourrait même disparaître à l’avenir. Les différents types de boîtes de vitesses automatiques Il existe principalement quatre types de boîtes de vitesses automatiques. Il s’agit de la boîte de vitesses automatique à simple embrayage, à double embrayage, à convertisseur de couple et à variation continue. La boîte de vitesses automatique à simple embrayage Encore appelée boîte de vitesses automatique robotisée, c’est la boîte la plus courante. Elle fonctionne comme une boîte de vitesses classique à la différence que les actions du conducteur en ce qui concerne l’embrayage pour passer les vitesses sont désormais réalisées par des robots. En d’autres termes, c’est une boîte de vitesses classique assistée par des robots. C’est un modèle qui s’entretient facilement, peu onéreux et qui se remplace facilement. Cependant, c’est une boîte lente, avec une durée de vie limitée. La boîte de vitesses automatique à double embrayage La boîte de vitesses à double embrayage est généralement conçue pour les voitures de haut de gamme. Elle est très performante et très puissante. Cependant, elle est beaucoup plus complexe et s’élève à un prix très élevé. C’est une boîte de vitesses ayant deux embrayages. Ces derniers fonctionnent de façon complémentaire, de sorte qu’on n’assiste pas à une coupure de puissance. C’est donc une boîte de vitesses qui rend la conduite très fluide et confortable. Très fiable et très efficace, la boîte de vitesses automatique à double embrayage a une espérance de vie allongée. La boîte de vitesses automatique à convertisseur de couple Le fonctionnement de la boîte de vitesses automatique à convertisseur de couple est similaire à celui de la boîte de vitesses à simple embrayage. Cependant, il ne dispose pas d’embrayage, mais plutôt d’un convertisseur de couple. C’est celui-ci qui fait passer la puissance du moteur à la boîte de vitesses. Ce type de boîte de vitesses automatique est beaucoup plus utilisé dans les voitures américaines, et dans certaines voitures européennes. Elle est quand même plus onéreuse que la boîte robotisée. La boîte de vitesses automatique à variation continue Le fonctionnement de cette boîte de vitesses est différent des trois autres présentés. Elle est d’ailleurs très peu courante. Elle est utilisée principalement par les Japonais, raison pour laquelle on la retrouve sur les Toyota. Celle-ci ne dispose pas de vitesse, mais plutôt d’une poulie, qui tourne. La poulie fait tourner le moteur exactement comme les vitesses, car le moteur peut à 3000 tours être à 50 km/h sans aucune coupure de gaz. Cette boîte de vitesses automatique est celle utilisée par les scooters et les quads. Quels sont les avantages d’une boîte de vitesses automatique ? Le premier avantage qu’offre la boîte de vitesses automatique, c’est le confort et la facilité de conduite. Le conducteur n’utilise que deux pédales, ce qui lui rend la tâche simple. De plus, cette boîte permet de mieux maintenir le volant, et donc de conduire en toute sécurité. Effectivement, le conducteur n’aura plus à manipuler le levier de vitesse pour changer les rapports. Il aura donc ses deux mains sur le volant, et toute son attention sur la conduite. Il sera plus concentré et pourra voir plus facilement les dangers sur la route. Mieux, si vous trouvez la boîte manuelle difficile à utiliser, la boîte automatique vous conviendra parfaitement. Aussi, la conduite avec une boîte de vitesses automatique est moins fatigante, car les pieds ne font pas trop de mouvements. D’ailleurs, seul le pied droit est utilisé. Le pied gauche reste toujours au repos. Quels sont les inconvénients d’une boîte de vitesses automatique ? Un véhicule à boîte de vitesses automatique consomme beaucoup plus de carburant qu’un véhicule manuel. De plus, les voitures avec une boîte de vitesses automatique sont à des prix très élevés. Pour profiter de ce type de boîte, vous devez l’entretenir régulièrement. Cet entretien est d’ailleurs très onéreux. Le frein moteur d’une voiture à boîte automatique ne peut être utilisé au risque d’user les plaquettes de frein plus rapidement. Enfin, vous aurez compris que les boîtes de vitesses automatiques sont une très grande innovation pour faciliter la conduite. Il existe plusieurs types, avec des performances et des puissances différentes. Bien que cette boîte de vitesses ait assez d’avantages, elle présente également des inconvénients.
  7. Les plaquettes de frein sont indispensables pour un freinage optimal, et par ricochet pour la sécurité de tous les passagers du véhicule. Une défaillance du frein pour être lié à un problème des plaquettes de frein. Cet accessoire doit donc être choisi avec beaucoup de précautions pour un meilleur fonctionnement du système de freinage de votre automobile. Face à la variété des modèles de plaquettes de frein ainsi que des marques disponibles aujourd’hui, vous pouvez facilement faire face à un embarras. Comment choisir ses plaquettes de frein ? Quelles sont les meilleures marques ? Zoom sur cet accessoire dans cet article. Présentation des plaquettes de frein Situées à l’intérieur de l’étrier, les plaquettes de frein s’activent lorsque vous appuyez sur les freins. Il y a un frottement entre les plaquettes de frein et le disque de frein qui permet de ralentir le véhicule. Bien qu’aujourd’hui les systèmes de freinages soient assez développés, cette synergie entre les plaquettes de frein et le disque de frein reste importante pour favoriser un bon freinage sur la plupart des modèles. Sur le système de freinage d’un véhicule, les plaquettes de frein représentent l’accessoire qui s’use le plus rapidement. Vous pourrez donc être amené à le changer fréquemment. Les différents types de plaquettes de frein Il existe plusieurs types de plaquettes de frein, catégorisés en fonction du matériau de fabrication. Nous distinguons des plaquettes de frein métalliques, des plaquettes de frein semi-métalliques, des plaquettes de frein en céramique et des plaquettes de frein biologiques. Les plaquettes de frein métalliques Comme le nom l’indique, les plaquettes de frein métalliques sont fabriquées entièrement avec du métal. Ce type de plaquettes de frein est très pratique et surtout efficace dans les conditions difficiles. Il permet de ralentir parfaitement que ce soit sur un terrain boueux ou humide. Les plaquettes de frein métalliques sont utilisées sur les voitures, les camions, mais on les retrouve davantage sur les motos et les VTT. Les plaquettes de frein semi-métalliques Ces plaquettes sont fabriquées à partir d’un mélange du métal, du graphite et d’autres matériaux minéraux. Grâce au métal qu’elles contiennent, ces plaquettes sont puissantes et efficaces. Elles sont polyvalentes, car elles sont adaptées à la conduite quotidienne ainsi qu’aux hautes performances. Toutefois, après une longue utilisation, ces plaquettes se chauffent, ce qui augmente le risque d’usure. De plus, elles peuvent se montrer très bruyantes et dégager assez de poussière. Les plaquettes de frein en céramique Les plaquettes de frein sont très récentes, et ne sont pas encore très connues de tous. Ce type de plaquette est conçu à partir d’un mélange de matériaux céramiques avec du graphite, et d’autres matériaux en métal. C’est le type de plaquettes de frein le plus cher du marché. Très efficaces et réellement puissantes, elles sont plus résistantes que les autres modèles de plaquettes de frein. Elles font moins de bruit et offrent de très bonnes performances. Ces plaquettes ne dégagent d’ailleurs aucune poussière. Les plaquettes de frein biologiques Elles sont fabriquées à partir du carbone, du caoutchouc, des fibres ou encore du verre. C’est le modèle de plaquette le plus répandu que l’on retrouve sur la plupart des véhicules. Peu bruyantes, ces plaquettes offrent l’avantage d’être à un prix abordable. Toutefois, elles s’usent facilement et vous serez obligés de les changer fréquemment. Elles ne sont pas adaptées pour les hautes performances, et surtout sur des sols nécessitant un freinage intensif. Les meilleures marques de plaquettes de frein Afin de vous permettre de bien choisir vos plaquettes de frein, nous vous présentons les quatre meilleures marques disponibles sur le marché. Ces marques vous proposent des plaquettes de frein performantes, adaptées à tous les véhicules. Bosch La marque Bosch est reconnue comme étant l’une des meilleures en ce qui concerne la fabrication des plaquettes de frein. Elle propose des plaquettes métalliques, semi-métalliques et en céramiques. La qualité de ces plaquettes de frein n’est plus à démontrer, et elle fait d’ailleurs l’unanimité auprès de nombreux usagers. La particularité des plaquettes de frein de cette marque réside dans le fait qu’elles sont intégrées de la technologie de garniture de frein moulée, ce qui garantit une stabilité élevée. Cette technologie se retrouve exclusivement sur les plaquettes de frein de la marque Bosch. Toutefois, les plaquettes de frein de cette marque sont à des prix élevés. Wagner La marque Wagner est spécialisée dans les produits d’éclairage et de freinage. Elle est mondialement reconnue pour ses performances dans le domaine. Les plaquettes de frein de la marque Wagner ont sans doute le meilleur rapport qualité/prix. Ses prix sont, en effet, plus abordables que la plupart des autres marques réputées. Cette marque est reconnue pour ses plaquettes en céramiques Thermoquiet. Ce modèle a l’avantage de dissiper la chaleur, ce qui le rend plus résistant. De plus, avec son freinage puissant, il est adapté à tous les circuits, même les plus difficiles. Acdelco Acdelco est la meilleure marque en termes de précision, de qualité, de performances et de durabilité d’utilisation. Les plaquettes de frein de cette marque sont conçues en céramique, en métal et semi-métallique. Elles sont faciles à installer et sont adaptées à de nombreux véhicules. Mieux, les plaquettes de frein Acdelco sont certifiées et testées selon la norme SAE J2784. Elle produit une excellente puissance de freinage, avec peu de bruits et sans poussière. Si vous recherchez des plaquettes de frein d’excellente qualité, nous vous recommandons sans hésiter les plaquettes de frein Acdelco. Très résistantes, vous pouvez utiliser ces plaquettes pendant une longue période sans risque d’usure. Les facteurs d’usure ainsi que la durabilité ont été en effet, testés afin de vous garantir la bonne qualité de ces plaquettes de frein. Centric Les plaquettes de frein de la marque Centric sont fabriquées à partir de matériaux de haute qualité. Elles sont fabriquées à l’aide d’un processus de moulage actif, ce qui garantit une résistance, avec des performances exceptionnelles. Elles s’installent très facilement et offrent une excellente puissance de freinage. Cependant, ces plaquettes de frein génèrent beaucoup de poussière lors des frottements. Vous pouvez à présent choisir vos plaquettes de frein en toute sérénité. Assurez-vous que le modèle soit compatible avec votre véhicule.
  8. Avez-vous remarqué la présence de nouveaux panneaux sur les autoroutes ? Ces panneaux ont été installés afin de sensibiliser les usagers de la route à respecter la règle du corridor de sécurité. Cette règle encore peu appliquée par les conducteurs exige que ces derniers laissent une voie d’écart entre leur véhicule et ceux en arrêt sur la bande d’arrêt d’urgence. En quoi consiste la règle de corridor de sécurité ? Quelle est la signification des nouveaux panneaux présents sur les autoroutes ? Nous vous donnons toutes les explications dans cet article. En quoi consiste la règle de corridor de sécurité ? La règle de corridor de sécurité consiste à ce que les conducteurs changent de voie lorsqu’ils constatent une intervention en cours sur une voie d’autoroute. Ainsi, lorsqu’une voiture est arrêtée sur la voie de droite sur la bande d’arrêt d’urgence, le conducteur doit se déporter sur la gauche. Le conducteur doit également ralentir en s’approchant du véhicule à l’arrêt, et laisser si possible une de libre entre son véhicule et le danger. En cas d’impossibilité de changer de voie, le conducteur peut circuler dans sa voie, mais en collant le bord opposé à celui en arrêt. Le respect de cette règle permet d’éviter au maximum les risques de collision avec le véhicule en arrêt. Bien qu’elle ait été codifiée en 2018, cette règle n’est pas respectée par les conducteurs. Les agents d’intervention font l’objet de plusieurs accidents, et en 2020, sur 131 accidents dont ils ont été victimes, un sur quatre est intervenu sur une bande d’arrêt d’urgence. Le non-respect de cette règle crée donc des dégâts conséquents pour les agents d’intervention. Les campagnes d’affichages en vue de sensibiliser les conducteurs n’ont pas permis d’avoir les résultats escomptés. Pour ce faire, une autre opération de sensibilisation a été lancée à travers l’installation des panneaux pédagogiques sur les autoroutes. Signification des nouveaux panneaux sur les autoroutes Cette nouvelle campagne de sensibilisation est effectuée à travers trois grands panneaux de type SR, de forme rectangulaire, à fond gris, avec un listel jaune et des inscriptions blanches. Ils sont implantés sur les sept autoroutes les plus fréquentées. Séparé de 300 m, chacun de ces panneaux a une signification particulière. Les nouveaux panneaux sont installés sur le Réseau des Autoroutes du Sud sur l’A7 dans les Bouches-du-Rhône, sur l’A7 au sud de Lyon, sur l’A10 en Gironde, sur l’A62 avant le péage de Saint-Selve et sur l’A63 dans les landes. Ces panneaux sont également installés sur le réseau Cofiroute au début de l’A11 dans les Yvelines. Enfin, vous les trouvez aussi sur le réseau Escota, sur l’A8 dans les Bouches-du-Rhône. Ces derniers résument le fonctionnement du corridor de sécurité. Le premier panneau informe le conducteur de la voie droite qu’il doit ralentir, le second lui rappelle qu’il doit mettre son clignotant et changer de voie. Et le dernier l’informe qu’il s’agit de la règle du corridor de sécurité. Les trois panneaux sont indissociables. Ils seront testés pendant 3 ans, afin de voir si les conducteurs respectent le corridor de sécurité. Quels sont les risques pour un conducteur qui ne respecte pas le corridor de sécurité ? Même si de nombreux conducteurs l’ignorent, le non-respect de cette règle de sécurité est sanctionné par une contravention de quatrième classe, composé d’une amende forfaitaire de 135 euros. Ainsi que du retrait d’un point sur le permis de conduire en fonction de la gravité de l’infraction constatée par les policiers ou les gendarmes. Pour rappel, cette règle est inscrite dans le Code de la route depuis le 18 septembre 2018 par le décret 2018-795 du 17 septembre 2018. Les panneaux sur les autoroutes seront-ils efficaces ? La question qui se pose est de savoir si l’installation de ces panneaux sur les autoroutes permettra d’affecter véritablement les conducteurs et les amener à mieux respecter le corridor de sécurité. Les panneaux ayant été installés en avril 2022, on ne saurait pas déjà évaluer son impact. Toutefois, trois études différentes seront effectuées afin de mesurer son impact. L’étude sur l’évolution du comportement des conducteurs Cette étude permettra de savoir si l’installation des nouveaux panneaux sur les autoroutes a permis aux usagers de prendre conscience de l’importance du corridor de sécurité et donc de mieux le respecter. Elles seront réalisées par un établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique en s'établissant sur des observations du terrain. Des simulations seront effectuées sur le terrain d’une part, avec un véhicule d’intervention arrêté sur la bande d’arrêt d’urgence avec ses feux spéciaux en marche. Et d’autre part, avec une voiture simple avec ses feux de détresse allumés. Ces simulations permettront d’évaluer le taux de conducteurs qui respectent effectivement le corridor de sécurité. Une étude d’impact L’étude d’impact sera réalisée grâce au Baromètre de la Fondation de l’entreprise Vinci Autoroute. Cette enquête effectuée de façon périodique aidera à évaluer l’évolution de la connaissance de la règle du corridor de sécurité. Les différentes enquêtes seront réalisées auprès des conducteurs pour vérifier le taux d’usagers qui connaît le corridor de sécurité au fil des mois. L’enquête de compréhension L’enquête de compréhension consiste à interroger une quantité définie de conducteurs utilisant régulièrement l’autoroute afin d’analyser leur niveau de compréhension de la règle du corridor de sécurité. L’enquête de compréhension peut être également effectuée à travers des questionnaires en ligne auprès des abonnés. Ces différentes études d’évaluations seront réalisées sur 3 ans et un rapport final d’évaluation devrait être établi en 2025. En cas de bilan positif, cela voudra dire que la majorité des usagers ont compris l’importance de cette règle et la respecte. Les panneaux de sensibilisation pourraient donc être généralisés à l’ensemble du territoire. En cas d’échec, l’entreprise Vinci autoroute devra trouver un autre moyen de sensibiliser les conducteurs afin de les amener à respecter le corridor de sécurité. Vous aurez sans doute compris que les nouveaux panneaux installés sur les autoroutes sont des panneaux de sensibilisation des usagers pour un respect du corridor de sécurité. Le respect de cette règle est important pour limiter les accidents sur la bande d’arrêt d’urgence.
  9. Nous ne le dirons jamais assez, l’entretien de votre voiture est primordial pour lui permettre de tenir longtemps. En effet, un véhicule soumis à un entretien régulier fournira de meilleures performances, roulera plus longtemps, et aura plus de la valeur au moment de la revente. Sachez que vous n’avez pas besoin de toujours vous rendre dans un garage pour entretenir votre automobile. Vous pouvez le faire à domicile avec certains outils dédiés. Pourquoi est-il important d’entretenir sa voiture ? Quels sont les outils incontournables pour un bon entretien ? Retrouvez dans cet article une liste des outils à absolument avoir pour bien entretenir son véhicule. Pourquoi est-il important d’entretenir sa voiture ? La meilleure astuce pour garder votre véhicule le plus longtemps possible est de bien l’entretenir. Non seulement il permet de rallonger sa durée de vie, mais il permet également de vite détecter certains problèmes afin d’éviter les grands dommages. Rallonger la durée de vie de votre automobile Si vous souhaitez utiliser votre engin pendant longtemps, sans vous rendre tout le temps dans les garages automobiles pour des pannes, nous vous recommandons d’entretenir convenablement votre voiture. L’entretien prend en compte aussi bien de l’intérieur et de l’extérieur de l’automobile. Le nettoyage de l’extérieur permet d’enlever les saletés accumulées, et de toujours donner à votre engin un aspect brillant et attirant. Quant à l’entretien de l’intérieur, il consiste à vérifier si certains éléments tels que le moteur sont en bon état. Pour un meilleur entretien de l’intérieur de votre véhicule, référez-vous aux prescriptions du constructeur. Tous ces soins permettront de rallonger la durée de vie de votre automobile. Détecter tôt certaines pannes Un entretien régulier permet aussi de détecter toutes anomalies au niveau de votre voiture. De ce fait, vous pourrez prendre toutes les dispositions nécessaires pour que ces petites pannes ne s’aggravent pas. Cela vous permettra de faire des économies, car nous savons tous combien de fois les grosses pannes de voiture peuvent nécessiter beaucoup d’argent pour leur réparation. Pour cela, il vous faut faire des contrôles réguliers dans un garage ou à défaut fait l’entretien à la maison avec certains outils spécifiques. Les outils indispensables pour l’entretien de sa voiture Avant de parler des outils nécessaires pour l’entretien de l’automobile, le conducteur doit avoir avant tout une caisse à outils. C’est dans ce contenant qu’il mettra tous les outils indispensables pour l’entretien de son automobile. La caisse à outils La caisse à outils est un contenant dans lequel sont placés tous les outillages de voiture. Cette boîte à l’avantage d’être mobile. Vous pouvez donc la transporter dans votre véhicule à tout moment. Il existe plusieurs types de caisses à outils. Certaines sont en plastique ou en métal, et dans toutes les tailles. Optez pour une caisse capable de contenir tous vos outils et que vous n’aurez pas du mal à transporter. On distingue également des caisses à outils avec roulettes, ou sans roulettes selon vos préférences. Nous vous recommandons de choisir une caisse bien solide, avec suffisamment de compartiments pour plus de praticité. Une fois la caisse choisie, nous pouvons à présent passer aux outils. Ensemble de clés et douilles Ces éléments sont incontournables dans toutes caisses à outils. C’est la base même pour bien entretenir votre voiture. En effet, il arrive que certaines pièces se desserrent. Avec vos clés et douilles, le problème est vite résolu. Cela vous évitera d’aller perdre du temps et de l’argent dans un garage. Nous vous recommandons d’avoir dans votre caisse des clés à pipe de 6 à 24 mm et de différentes tailles. Les clés à cliquets seront également utiles, car elles sont plus pratiques. Pensez également à avoir des contre-coudées pour pouvoir atteindre facilement les endroits difficiles d’accès. En ce qui concerne les douilles, optez pour un ensemble de différentes tailles. Mais de façon générale, les modèles de 4 à 32 mm vous permettront de résoudre la plupart de problèmes. Ensemble de tournevis Votre caisse à outils ne jouera pas convenablement son rôle sans tournevis. Cet outil est très important pour entretenir votre véhicule. Il peut même servir pour d’autres fins autres que l’entretien du véhicule. Dans une voiture, il existe différentes formes et dimensions de vis. Pour plus de flexibilité, nous vous recommandons d’avoir dans votre caisse des tournevis de différentes formes. Cela vous permettra d’intervenir face à n’importe quelle vis. En ce qui concerne les tailles, pensez à choisir des tournevis de la taille 10 à la taille 50. Les pinces et les coupe-fils Avec les nombreuses pièces électroniques reliées entre elles par des câbles contenues dans les véhicules, vous aurez sans doute besoin d’une pince et d’un coupe-fil pour les remplacer en cas de défaillance. Pour ce faire, votre caisse à outils doit être équipée au moins d’une pince multiprise et d’une pince universelle. Ces deux types de pinces sont indispensables pour une bonne caisse. Pour un entretien plus efficace, vous pouvez également disposer d’une pince coupante et d’une pince à étau. Ces outils peuvent aussi vous être utiles pour l’installation de divers articles. Par ailleurs, nous recommandons de toujours vous assurer que l’alimentation est éteinte avant de couper un fil. Lampe de travail La lampe de travail est utile pour que vous puissiez bien voir toutes les pièces de votre véhicule ainsi que ce qui se passe en dessous. Rassurez-vous, la lampe de travail est importante de jour comme de nuit. Certaines personnes ont l’habitude d’utiliser la torche ou le flash du téléphone, ce qui n’est pas suffisant. En effet, l’éclairage du téléphone n’est pas très puissant, et vous pourrez commettre des erreurs. L’idéal serait donc d’avoir dans votre caisse à outils une lampe de travail. Le compresseur d’air Votre pneu peut se dégonfler à tout moment, parfois même au cours d’un trajet. Or, vous savez qu’il est très dangereux de rouler avec des pneus dégonflés. Le compresseur d’air permet de gonfler vos pneus dès que nécessaire. Cet outil est très pratique et vous permet de prendre la route en toute sérénité.
  10. La pompe à injection permet de pomper et de monter le carburant en pression. Elle est primordiale pour le bon fonctionnement d’une voiture. Comme tout organe, elle peut connaitre des pannes. L’une des pannes les plus courantes est la fuite de la pompe à injection. C’est une panne désagréable qui peut entraîner un dysfonctionnement du moteur, voire l’endommager. Quelles sont les origines de fuite de la pompe à injection ? Comment réparer la fuite ? À combien s’élève la réparation d’une fuite de la pompe à injection ? Notre expert vous fournira toutes les réponses dans cet article. Présentation de la pompe à injection Le rôle de la pompe à injection est de créer une pression constante qui permet de distribuer du carburant à tous les injecteurs du moteur. Elle est nécessaire pour la combustion du véhicule. Il existe plusieurs types de pompes à injection en fonction du type de véhicule. Pour les véhicules essence, on distingue l’injection directe, l’injection monopoint et l’injection multipoints. En ce qui concerne les véhicules diesel, il existe la pompe d’injection rotative, la pompe d’injection haute pression à rampe continue et la pompe d’injection haute pression à injecteurs pompe. De plus en plus les véhicules sont équipés d’une pompe à haute pression. C’est le modèle le plus utilisé et le plus répandu. Cette pompe favorise un meilleur dosage du carburant, ce qui réduit grandement la pollution. Les causes de fuite de la pompe à injection Les causes de la fuite varient en fonction du type de pompe à injection. Nous vous présentons les origines de la fuite d’une pompe à injection rotative et d’une pompe à haute pression ainsi que les conséquences de cette panne sur le système de votre véhicule. La fuite de la pompe à injection rotative On retrouve de moins en moins ce type de pompe à injection sur les voitures. Elle était utilisée pour les anciennes voitures diesel à injection indirecte. Avec ce type de pompe, il peut s’agir d’une fuite au niveau du palier avant ou encore d’une fuite au niveau du couvercle de pompe. La fuite au palier avant est très souvent due à un déboitement du joint à lèvres, chargé d’assurer l’étanchéité interne de la pompe. Cette fuite entraîne un écoulement du gazole à l’extérieur, favorisant ainsi la détérioration de la courroie de distribution. Dans certains cas plus graves, la fuite au palier avant peut endommager le moteur. Avec cette fuite, l’air peut rentrer dans la pompe, ce qui peut alors perturber l’alimentation du gazole moteur. En ce qui concerne le couvercle de pompe, il s’agit d’un couvercle supérieur intégré à la pompe à injection. Il est traversé par un axe d’accélération et un axe d’arrêt soutenus par des joints, très fréquemment objet de fuite. Tout comme la fuite au palier avant, la fuite au niveau du couvercle de pompe favorise un écoulement du gazole à l’extérieur. De plus, elle affecte rarement le fonctionnement du moteur, mais votre automobile peut dégager une odeur de carburant très désagréable. La fuite d’une pompe à haute pression Comme nous l’avons mentionné un peu plus haut, ce type de pompe est le plus répandu aujourd’hui. Elle équipe les véhicules diesel à injection directe. Les risques de fuite se situent au niveau du palier avant. Parfois, le corps de pompe rempli de gazole peut suinter. Cette fuite entraîne un endommagement du corps de la pompe. Par ailleurs, la fuite peut être liée à une très haute pression. Dans ce cas, la fuite intervient au niveau du tuyau haute pression. En cas de fuite d’une pompe à haute pression, vous devez remplacer la pompe. Comment réparer une fuite de la pompe à injection ? La réparation à effectuer dépendra bien entendu de l’origine de la fuite. Dans certains cas, le remplacement de quelques accessoires est suffisant pour régler la fuite. Mais, occasionnellement, un changement de la pompe par une neuve est nécessaire. Remplacement des joints Lorsque la fuite est localisée au niveau du joint à lèvres, vous devez remplacer cet accessoire. De temps en temps, il faut également changer le roulement de palier. Sachez qu’une dépose-pose de la pompe à injection est indispensable en cas de fuite au niveau du joint à lèvres. Il est en de même des joints toriques des axes au niveau du couvercle de pompe. Le remplacement des joints n’est pas contraignant, et ne vous prendra pas beaucoup de temps. Changement de la pompe à injection Le changement de la pompe à injection doit se faire de préférence dans un garage automobile. Certains modèles obligent à remplacer l’ensemble du circuit de carburation. Il est donc nécessaire de confier votre engin à un professionnel. Pour le changement, vous devez acheter une nouvelle pompe à injection. Un démontage de la pompe sera effectué afin de placer la nouvelle. Les travaux peuvent ainsi durer environ 3 heures en fonction des modèles. Ce temps peut varier notamment lorsque la pompe est difficile d’accès. Combien coûte une réparation de la fuite de la pompe à injection ? Lorsque la fuite se situe au niveau d’un joint qui a perdu son étanchéité, il faut simplement réparer l’accessoire ou le changer. Pour cela, prévoyez un montant d’environ 500 euros. Cependant, lorsqu’il faut remplacer complètement la pompe à injection, cela peut vous revenir très cher. D’abord, le prix de la pièce elle-même est élevé. Il faut encore y ajouter le coût horaire de la main-d’œuvre. Ainsi, le changement d’une pompe à injection vous coûtera entre 1 000 et 3 000 euros, main-d’œuvre comprise. En outre, vous pouvez opter pour une pièce d’occasion afin de réduire la facture. Assurez-vous que la pièce soit en bon état et convienne au modèle de votre automobile. Vous l’aurez compris, la fuite d’une pompe à injection peut présenter de lourdes conséquences sur votre moteur. Vous devez donc la réparer au plus vite lorsque vous identifiez la fuite. Rendez-vous dans un garage, afin qu’un diagnostic soit réalisé et pour qu’une réparation adéquate vous soit proposée. Enfin, pour éviter les pannes de la pompe à injection, vous devez l’entretenir convenablement. Conformez-vous aux recommandations du constructeur.
  11. Les phares de votre voiture sont en panne ? Sachez que vous pouvez rapidement identifier l’origine de la panne que ce soit pour les phares principaux, les clignotants ou les feux-arrières. Vérifiez l’état des composants de votre phare. Il vous revient de détecter son origine afin de le résoudre. Comment trouver l’origine d’une panne de phare ? Que faire pour résoudre ce problème ? Lisez cet article pour obtenir les réponses à toutes ces préoccupations. Contrôler les composants du phare La panne des phares de votre véhicule peut être liée à une défaillance de l’ampoule, des contacts, des connexions ou encore des fusibles. L’origine de la panne peut-être également le commodo de la voiture. Vous devez prendre le soin de vérifier l’état de toutes ces pièces afin de les réparer au besoin. Vérification des ampoules Les ampoules constituent la première origine de panne des phares du véhicule. Dans 90 % des cas, la panne au niveau des phares est liée à un problème d’ampoules. Vous devez donc commencer à vérifier leur état pour avoir le cœur net. Pour cela, démontez le cache avec un tournevis cruciforme, afin d’y retirer l’ampoule. Après avoir enlevé l’ampoule de sa douille, prenez le temps de faire une inspection visuelle du filament dans le but de détecter des signes de défaillance. Si le filament est coupé, il est sans doute la cause de la panne de vos phares. Dans ce cas, remplacez-le et vos phares refonctionneront convenablement. Votre ampoule peut également être grillée, ce qui explique le problème au niveau de vos phares. Vous devez alors remplacer l’ampoule en veillant à opter pour une nouvelle de même puissance. La puissance des ampoules est inscrite à la base de l’ampoule sur le culot. Par ailleurs, nous vous recommandons de toujours garder des ampoules de rechange dans votre voiture. Vérification des contacts Si vos ampoules sont en bon état, ensuite, contrôlez les contacts. Inspectez vos contacts afin de vous assurer qu’ils sont propres. En effet, lorsque les contacts sont encombrés par des tâches d’oxydation, ils empêchent les phares de fonctionner convenablement. La présence d’oxydation signifie que vos contacts sont humides. Pour cela, vous devez nettoyer vos contacts si vous y voyez de la saleté ou des traces d’oxydation. Pour un bon nettoyage, munissez-vous d’un morceau de papier de verre et frottez les contacts afin d’enlever toutes traces d’oxydation. Prenez ensuite un chiffon propre pour nettoyer tous les dépôts. Finissez votre opération en vaporisant de la bombe contact sur les contacts. La bombe contact est disponible dans les centres auto. Vérification des fusibles Les fusibles peuvent être la cause de la panne des phares surtout si vous avez la confirmation que les ampoules et les contacts sont en très bon état. Le fusible permet d’éviter la surchauffe des fils en cas de court-circuit. Le fusible contrôle les ampoules et évite les incendies. Pour contrôler l’état des fusibles, vous devez l’enlever de son emplacement. Pour cela, utilisez le manuel d’utilisation de l’automobile pour localiser la boîte à fusibles, qui regroupe tous les fusibles du véhicule. Sa position peut varier en fonction des constructeurs automobiles, mais elle se situe généralement du côté conducteur, à gauche au-dessus de vos jambes. Vous devez ensuite localiser le fusible relié à l’ampoule défectueuse. La notice du véhicule présente un tableau des fusibles et de leurs affectations. Vous pouvez donc l’utiliser pour mieux vous orienter. Une fois le fusible détecté, sortez-le de son logement. Si vous remarquez que le filament situé en haut du fusible est cassé, cela voudra dire le fusible est HS. Remplacez-le par un autre de même type. La caractéristique du fusible est inscrite dessus. C’est un chiffre suivi de la lettre A. Après l’installation du nouveau fusible, allumée l’ampoule usée. Si elle s’allume, la panne réparée. Dans le cas contraire, vérifiez le fusible que vous avez remplacé puis réessayez. Si le résultat est toujours le même, alors la panne de vos phares est sans doute liée à un court-circuit. Confiez votre automobile à un professionnel afin qu’il effectue la réparation. Vérification des connexions électriques La panne des phares de votre véhicule peut résulter des connexions électriques. Celles-ci doivent, en effet, être bien serrées pour un meilleur éclairage des phares. Vérifiez donc que vos connexions ne sont pas desserrées. Pour le contrôle, ouvrez le capot du véhicule et vérifiez que les fils branchés sur la cosse+ de la batterie sont bien serrés. Vérification du commodo Le commodo est le bouton qui permet d’allumer les phares du véhicule. La panne de vos phares peut être liée à une défaillance de la manette. Vous devez vérifier que le commodo n’est pas défectueux. Il est très facile d’accès et vous pouvez le démonter avec une lame ou un tournevis. En outre, sachez que lorsqu’il s’agit d’une panne du commodo, les ampoules qui marchent par paires ou par trois telles que les feux-stops sont inactifs ensemble. Ainsi, si l’un des deux continus de s’allumer alors, l’origine de la panne n’est pas liée au commodo. Que faire en cas de panne des phares ? L’idéal en cas de panne des phares d’une voiture est d’identifier l’origine de la panne afin de remplacer la pièce défaillante. Vous devez donc prendre le soin d’effectuer toutes les vérifications comme présentées ci-dessus. Si malgré toutes vos vérifications vous n’arrivez pas à trouver une solution, alors il faudra solliciter les services d’un professionnel. Il se chargera de réparer les phares de votre automobile. Par ailleurs, il est important de bien entretenir les phares du véhicule afin de limiter les risques d’usure. Vous devez changer fréquemment les ampoules de l’automobile sans attendre qu’une panne intervienne. Cela vous dispensera de certaines dépenses liées à la réparation des phares. Enfin, trouver l’origine d’une panne des phares de votre voiture n’est pas chose compliquée. Cela nécessite de faire certaines vérifications sur l’ensemble du système. Veuillez consulter un professionnel si vous peinez à identifier l’origine de la panne.
  12. Généralement située à l’avant du véhicule, la calandre d’une voiture est une partie de la carrosserie, qui permet de faire entrer de l’air. Cet équipement de l’automobile permet également de rendre le véhicule plus esthétique. En raison de son importance et du rôle capital qu’il joue, nous avons décidé de vous présenter cet équipement dans cet article. Qu’est-ce que la calandre d’une voiture ? Quels sont les différents types de calandres ? Comment l’entretenir ? Zoom sur cet accessoire de la voiture. Qu’est-ce qu’une calandre de voiture ? La calandre se présente sous la forme d’une grille. Elle est située à l’avant du véhicule, plus précisément à l’avant du capot, juste au-dessus du pare-chocs. Autrefois, son rôle était de protéger le radiateur des corps étrangers, et de réduire les risques de surchauffe. Aujourd’hui, la calandre joue beaucoup plus un rôle esthétique. Elle apporte une touche particulière à la voiture, et la rend plus élégante. Plus qu’un accessoire, la calandre est devenue la marque de fabrique de certaines marques telles que BMW avec ses doubles calandre avant et de Jeep avec sa calandre à six barres. Certaines marques déposent leur logo sur la calandre. C’est donc un moyen de mettre encore plus en valeur le logo, pour donner un design attirant au véhicule. Le design, la forme et la taille des calandres varient d’un constructeur à un autre. Les différents types de calandres Il existe plusieurs types de calandres en fonction de leur emplacement. On compte essentiellement quatre modèles de calandres à savoir les calandres hermétiques, les calandres situées au niveau du bouclier avant, les calandres de coffre et les calandres situées au niveau du capot. Les calandres hermétiques Ce type de calandre est le plus connu et le plus répandu sur le marché. Les calandres hermétiques sont placées à l’avant du véhicule sous forme de grille de ventilation sous le pare-chocs. Elles protègent parfaitement le radiateur. Elles permettent au constructeur de personnaliser l’automobile avec un design particulier. Les calandres situées au niveau du bouclier avant Comme son nom l’indique, ce modèle de calandre est intégré directement dans le bouclier avant du pare-chocs. Il est de plus en plus utilisé en raison de son esthétique et de son élégance. Il permet de mieux mettre en valeur le logo du constructeur et de rendre le véhicule plus attirant. Les calandres de ce type sont parfaites pour améliorer l’esthétique du véhicule. Les calandres situées au niveau du capot Ces calandres font partie intégrante de la continuité du capot. Il s’agit souvent des capots situés du côté de baie de pare-brise. Les calandres situées au niveau du capot sont de moins en moins utilisées, et on les retrouve d’ailleurs rarement sur les voitures modernes. Les calandres de coffre Encore appelée calandre de toit, la calandre de coffre n’est pas très répandue. Elle est utilisée exclusivement sur les voitures avec un moteur situé à l’arrière. En dehors du critère d’emplacement, les calandres sont également classées en fonction de la matière de fabrication. On distingue les calandres en métal, les calandres en plastique ainsi que certains modèles fabriqués avec des matériaux technologiques tels que l’ABS, les polyamides et la fibre de carbone. Les calandres sont aussi disponibles en plusieurs coloris. De façon générale, le coloris de la calandre est assorti à celui du véhicule. Comment entretenir la calandre d’une voiture ? Quel que soit le type de calandre, celui-ci doit être entretenu convenablement. L’entretien de la calandre est semblable à celui de la carrosserie du véhicule. Nous vous recommandons de nettoyer votre calandre avec un dégraissant. Il existe plusieurs types de dégraissants sur le marché, et il vous revient de choisir le produit adapté à la calandre. Après le dégraissage, pensez à faire briller la calandre à l’aide d’un vernis ou d’un polish. Rappelons que vous devez nettoyer régulièrement les calandres de votre voiture afin qu’elles restent attirantes et esthétiques. Par ailleurs, il est recommandé de confier l’entretien de la calandre de votre voiture à un professionnel. Quel est le prix d’une calandre de voiture ? Le prix d’une calandre de voiture varie en fonction du modèle et de la marque. Prévoyez un budget compris entre 30 et 200 euros. Pour le changement d’une calandre, vous devez solliciter l’intervention d’un professionnel. Cela vous coûtera entre 50 et 300 euros. Cependant, vous pouvez réaliser vous-même le changement de la calandre à la maison. Comment changer la calandre de voiture ? Lorsque vous remarquez que votre calandre est en piètre état, et n’est plus esthétique, vous pouvez la changer. Pour cela, vous devez vous munir d’un certain nombre d’outils et suivre les différentes étapes qui vous seront présentées ci-dessous. Matériel nécessaire Pour changer la calandre de la voiture, vous aurez besoin des gants de protection, des lunettes de protection, une boite à outils et une calandre neuve. Identifiez l’emplacement de la calandre Pour changer une calandre, il est nécessaire de la démonter puis la remplacer par une neuve. Avant de démonter la calandre, vous devez être en mesure de la localiser. L’emplacement de la cadre varie en fonction du modèle. Mais de façon générale, vous devez ouvrir le capot du véhicule pour avoir accès à la calandre. Cependant, avant toute opération sur la calandre, assurez-vous que le moteur du véhicule soit complètement refroidi. Démontez la calandre Pour démonter la calandre en mauvais état, il suffit d’enlever les attaches et dévisser les vis de fixation. Vous pourrez ensuite la retirer de son emplacement. Placez la nouvelle calandre Assurez-vous de choisir un modèle adapté au design et à la couleur de la voiture afin que le résultat soit élégant. Vous pouvez opter pour une calandre d’origine qui est la plus recommandée, ou pour une calandre adaptée qui est généralement à un prix réduit. Vous pouvez également opter pour une calandre personnalisée, qui répondra exactement à vos goûts. Pour placer la nouvelle calandre, installez-la dans son emplacement, puis maintenez-la à l’aide des attaches et des vis de fixation. Une fois la calandre bien fixée, vous pouvez enfin fermer le capot. N’oubliez pas de vous assurer que la calandre est bien installée.
  13. Le stationnement est une manœuvre que redoutent la plupart des conducteurs, notamment les jeunes permis. C’est d’ailleurs l’une des bêtes noires des usagers de la route en France. Afin de faciliter cette manœuvre, le park assist se développe de plus en plus sur les véhicules. Il s’agit, en effet, d’une aide électronique qui permet de stationner sans grande difficulté. Qu’est-ce que le park assist ? Comment fonctionne-t-il ? Comment l’utiliser ? Quels sont les véhicules équipés d’un park assist ? Découvrez dans cet article toutes les informations nécessaires pour comprendre le fonctionnement ce dispositif d’aide au stationnement. Qu’est-ce que le park assist ? Encore appelé aide électronique au stationnement, le park assist est un dispositif électronique intégré à certains véhicules, qui permet de savoir si une place de parking est suffisamment large pour accueillir l’automobile. Dès qu’une place libre correspondant aux dimensions du véhicule est détectée, le conducteur n’a qu’à appuyer sur un bouton afin de sélectionner le type de stationnement voulu, puis le park assist se charge d’effectuer le nécessaire pour le stationnement. Le park assist s’assure donc de détecter une place sur le parking et d’effectuer les manœuvres nécessaires pour le stationnement. Cette aide électronique est une véritable prouesse qui a facilité la vie de nombreux conducteurs, car ils n’ont plus grande chose à gérer pour le stationnement de leurs véhicules. Ce système s’avère plus avantageux en ville, où le stationnement est difficile. La version expérimentale de ce dispositif est sortie pour la première fois chez Toyota en 2003. Il a été ensuite démocratisé chez la plupart des constructeurs notamment, Volkswagen, Peugeot, BMW ou encore Audi à partir de 2006. Les constructeurs promettent de nouvelles avancées du park assist dans les années à venir. Comment fonctionne le park assist ? Le park assist fonctionne grâce à un ensemble de capteurs, disposés aux quatre coins de la voiture. L’action de ces capteurs est combinée avec les radars de recul avant et arrière. Le véhicule bénéficie de ce fait d’une reconnaissance à 360 ° de tout l’environnement. Avec cette vue d’ensemble sur l’environnement, le dispositif peut donc détecter facilement si une place du parking peut permettre le stationnement du véhicule. Si tel est le cas, le park assist s’occupe de la direction du véhicule, laissant la boîte de vitesses et les pédales au conducteur. Ce dernier n’a alors qu’à appuyer sur le pédalier et la boîte de vitesses. Par ailleurs, certains modèles de park assist prennent également en charge la manœuvre des pédales et de la boîte de vitesses. Dans ce cas, le conducteur n’a plus aucune manœuvre à faire que de mettre la boîte de vitesses sur la position neutre et lâcher les pédales. Mieux, ce système électronique peut aussi aider à sortir du parking sans difficulté. Comment utiliser le park assist ? Ce dispositif électronique est très facile à utiliser. Le conducteur doit suivre simplement les instructions du park assist. Il s’utilise à travers le GPS disponible sur le tableau de bord du véhicule. Le conducteur doit d’abord repérer une place libre sur le parking. Il doit ensuite réduire la vitesse puis appuyez sur le bouton « park assist », situé à gauche du volant ou sur le tableau de bord. Pour enclencher le stationnement, l’usager doit sélectionner s’il s’agit d’une entrée ou d’une sortie de stationnement. Afin que le park assist puisse analyser l’environnement, le conducteur est obligé d'avancer le long des places jusqu’à ce que le système indique « stationnement possible, avancez ! » et « stationnement possible, reculez ! ». Le dispositif demandera également de sélectionner le type de stationnement voulu. Rappelons qu’il existe trois types de stationnements à savoir, le stationnement en bataille, en épi et en créneau. Enfin, enclenchez la marche arrière, appuyez sur les pédales puis relâchez le volant. Le park assist se charge de la manœuvre automatique de stationnement. À la fin du stationnement, le système indique « stationnement terminé, reprenez la main ! » accompagné d’un signalement sonore. Les voitures équipées d’un park assist Aujourd’hui de nombreuses voitures sont équipées d’un park assist. Le système est de plus en plus répandu compte tenu de sa praticité. Il est intégré essentiellement aux voitures haut de gamme. Nous vous proposons une liste non exhaustive de certains modèles de voitures équipées du park assist. Toute la gamme BMW dispose d’un park assist ainsi que les modèles Audi à partir de l’A3. Il en est de même des C4 de Citroën. Les Rangs Rover sont aussi dotés d’un park assist. Les marques telles que Peugeot, Volkswagen, Toyota présentent plusieurs modèles de voitures équipées d’un park assist. Afin de vous assurer que votre automobile dispose de ce système électronique, prenez le temps de lire ses caractéristiques avant l’achat. Toutefois, sachez que même si votre véhicule n’est pas équipé d’un park assist, il est possible d’avoir ce dispositif en option. Le prix varie entre 400 et 700 euros, en fonction des marques et des modèles. Les évolutions annoncées par les marques De grandes marques continuent de travailler sur certaines évolutions du park assist afin qu’elle soulage encore plus les usagers. Certains constructeurs souhaitent aller plus loin un park assist automatique, qui pourra permettre le stationnement du véhicule de façon autonome sans même que le conducteur ne soit dans la voiture. D’autres réflexions tendent à rendre le park assist plus collaboratif, c’est-à-dire lui permettre de partager les informations recueillies au moment de l’analyse de l’environnement avec l’usager. À titre d’exemple, Volkswagen travaille sur un système capable d’être commandé à distance grâce à un smartphone. Quant à Nissan, elle travaille sur un système susceptible d’afficher le véhicule sur une vision aérienne à 360 °. Vous savez à présent tout sur le park assist notamment sur son fonctionnement. Vous avez sans doute compris que c’est un dispositif facile à utiliser, très pratique et qui peut vous êtes d’une grande utilité pour le stationnement. Bien qu’il ne soit disponible que sur quelques véhicules haut de gamme, il est tout à fait possible de l’avoir en option. Vous n’avez qu’à débourser quelques euros de plus pour équiper votre véhicule du park assist.
  14. Vous remarquez depuis un certain moment que votre véhicule consomme du carburant plus que d’habitude ? Vous êtes obligés de faire le plein plus souvent que d’ordinaire ? La surconsommation du carburant peut être due à plusieurs raisons. Il peut s’agir d’un problème de carburation, d’entretien, d’un dysfonctionnement technique ou encore d’un problème de conduite. Lorsque vous remarquez une consommation excessive du carburant de votre voiture, vous devez pouvoir identifier la cause, afin de trouver une solution. Quelles sont les causes essentielles de la surconsommation de carburant ? Comment réduire la consommation du carburant ? Lisez cet article pour obtenir les réponses adéquates. Un mauvais entretien du moteur La principale cause qui peut exposer votre automobile à une consommation excessive du carburant est un entretien du moteur inadapté. En effet, le moteur doit être bien entretenu pour une utilisation optimale du véhicule. L’entretien du moteur suppose d’accorder une attention particulière à certains équipements à savoir le filtre à air, les bougies et la carburation. Un filtre à air vieux et encrassé Le filtre à air permet de débarrasser l’air provenant de l’extérieur des saletés. Cela permet au moteur de recevoir un air pur. Lorsque le filtre à air n’est pas en bon état, il ne sera plus en mesure de jouer convenablement son rôle. Votre moteur ne pourra donc plus être performant, ce qui favorisera une surconsommation du carburant. Pour cela, il est conseillé de vérifier régulièrement l’état du filtre à air de votre engin. Lorsqu’il est trop vieux, pensez à le changer. De même, lorsque vous remarquez qu’il est encrassé, nous vous recommandons de le remplacer par un neuf. Les bougies d’allumage détériorées Les bougies d’allumage sont nécessaires pour favoriser une bonne combustion. Lorsqu’elles sont usées, elles agissent directement sur le moteur qui ne peut plus fonctionner de façon optimale. Il y aura une baisse des performances du moteur, et ainsi une augmentation de la consommation du carburant. Vous devez changer vos bougies d’allumage lorsqu’elles sont défectueuses. Mieux, si l’une d’entre elles est usée, vous devez impérativement la remplacer. Par ailleurs, il est conseillé de changer vos bougies lors des grosses interventions sur le véhicule. Une mauvaise carburation du moteur La carburation du moteur est un mélange entre air et essence au cours du fonctionnement du moteur. La carburation doit être parfaite pour un fonctionnement optimal du moteur. Autrement dit, la quantité d’essence et d’air doit être proportionnelle. Cependant, lorsque la carburation est imparfaite, c’est-à-dire qu’il y a trop d’air et pas assez d’essence, ou vice-versa, le moteur peut consommer plus de carburant. Vous remarquerez d’ailleurs que votre automobile pollue davantage. Lorsque la carburation de votre véhicule est défaillante, vous devez vous rendre dans un garage afin qu’un réglage d’injection soit réalisé. Les pneus sous-gonflés Pour votre sécurité et pour une bonne conduite, vos pneus doivent être gonflés convenablement. Lorsqu’ils sont sous-gonflés, cela entraîne une mauvaise adhérence ainsi qu’une surconsommation du carburant. Pour cela, il est important de vérifier la pression des pneus. Ils doivent être bien gonflés, pour une réduction de la consommation du carburant. Prenez également le soin d’utiliser les pneus appropriés aux saisons. Par exemple, l’usage des pneus hiver en été peut être la cause de la consommation excessive du carburant. Une utilisation irresponsable du climatiseur  Savez-vous que le climatiseur est un facteur d’augmentation de la consommation du carburant ? En effet, même si le climatiseur permet de rouler dans un certain confort, notamment en temps de chaleur, il peut amputer le moteur de 3 à 10 CV. Pour cela, vous devez utiliser la climatisation de votre voiture à bon escient. Utilisez-la de façon responsable tout en prenant le soin d’éviter le gaspillage. Mettez la climatisation en mode éco, puis ventilez votre voiture avant de commencer à l’utiliser. Une mauvaise conduite du véhicule Il est important de retenir que la manière dont vous conduisez la voiture peut favoriser l’augmentation de la consommation du carburant. Par exemple, lorsque vous roulez en excès de vitesse, cela peut avoir un impact sur la consommation du carburant. De plus, lorsque vous avez une conduite moins souple que d’habitude, vous ne freinez pas quand il le faut, vous ne passez pas les vitesses convenablement ou vous manquez d’anticipation, vous pouvez voir la consommation du carburant s’élever. Nous vous conseillons d’adopter une bonne conduite. Respectez les limitations de vitesse, voire environ 10 km/h de moins par rapport aux limitations. Une huile à moteur de mauvaise qualité L’huile à moteur est indispensable pour le bon fonctionnement du moteur. Elle permet de maintenir le moteur lubrifié, afin d’éviter qu’il ne s’abîme. Lorsque vous utilisez une huile à moteur de piètre qualité, elle peut empêcher le moteur de bien tourner, et elle peut favoriser la casse de certaines pièces. Cela pourrait avoir un impact négatif sur la consommation du carburant. Pour cela, assurez-vous d’utiliser une huile en adéquation avec les prescriptions du constructeur. Les accessoires énergivores Certains accessoires ont le mérite de consommer beaucoup d’énergie. Les accessoires électriques à forte consommation peuvent agir sur la consommation du carburant de votre véhicule. Il s’agit, par exemple, des sièges chauffants, du GPS ou des feux additionnels. L’utilisation de ces accessoires électriques doit être modérée. De plus, les accessoires de transport tels que les barres de toit, la galerie de toit qui sont généralement montés à l’extérieur de la voiture peuvent augmenter considérablement la consommation du carburant de l’automobile. Ils augmentent le poids du véhicule, ce qui rend les manipulations et la conduite difficiles. Pour cela, démontez ces accessoires lorsque vous ne les utilisez pas. Évitez au maximum de surcharger votre automobile au cours de la conduite. En résumé, les causes de la surconsommation du carburant sont très variées. À travers les causes présentées ci-dessus ainsi que les conseils donnés, vous pourrez aisément réduire la consommation de votre voiture. Assurez-vous d’entretenir convenablement le moteur de même que tous les accessoires qui participent au bon fonctionnement du véhicule. Adoptez enfin une bonne conduite, en limitant au maximum l’utilisation des accessoires énergivores.
  15. Le système de suspension du véhicule participe fortement à une bonne conduite. Elle favorise une bonne tenue de route, ainsi que le confort du conducteur. Tous les véhicules disposent d’un système de suspension. Il en existe de plusieurs types, avec des caractéristiques et des modes de fonctionnement bien distinct. La suspension pneumatique qui est l’objet de cet article constitue l’un des meilleurs systèmes de suspension. Comment fonctionne-t-elle ? Quels sont ses avantages ? Elle est utilisée sur quels véhicules ? Lisez cet article pour obtenir des réponses à toutes ces interrogations. Présentation de la suspension pneumatique Apparue dans les années 1920, la suspension pneumatique a été utilisée pour la première fois sur un véhicule en 1950. C’est sans doute l’une des meilleures suspensions, car elle garantit une parfaite tenue de la route ainsi que le confort du conducteur tout au long du trajet. Elle favorise la stabilité du véhicule. Ce type de suspension est utilisé généralement sur des véhicules utilitaires. Par ailleurs, on distingue deux principaux types de suspensions pneumatiques : la suspension pneumatique intégrale et la suspension pneumatique de renfort. La suspension pneumatique intégrale La suspension pneumatique intégrale remplace la suspension traditionnelle du véhicule. Cela permet d’avoir une meilleure stabilité du véhicule, et par conséquent le confort du conducteur. Les inégalités de la route sont adoucies, ce qui facilite une meilleure tenue de route. La suspension pneumatique de renfort La suspension pneumatique de renfort permet de renforcer le système de suspension actuel du véhicule. Elle vient assister le système de suspension existant. Elle se présente sous la forme d’un coussin d’air situé entre l’essieu arrière et le châssis. La suspension pneumatique de renfort est généralement utilisée sur les voitures poids lourds tels que les camping-cars. Fonctionnement de la suspension pneumatique La suspension pneumatique fonctionne par un principe d’élasticité du gaz. Les ressorts métalliques sont remplacés par des coussins d’air. L’air est ainsi compressé pour que la suspension dure plus longtemps. La suspension pneumatique est composée de certains éléments, participant chacun à son bon fonctionnement. Les pièces constituant la suspension pneumatique La suspension pneumatique est composée d’un compresseur électrique, d’un calculateur, des capteurs de hauteur et des ressorts pneumatiques. Elle est également composée d’une électrovanne de commande ainsi que d’une électrovanne d’échappement. Le calculateur joue un rôle primordial dans le fonctionnement de la suspension pneumatique. Il coordonne, en effet, l’ensemble du système. Les capteurs de hauteurs situés sous le véhicule envoient un signal électrique au calculateur, en fonction de la hauteur du châssis, et celui-ci peut donc modifier la hauteur de caisse de la voiture grâce à l’action des électrovannes. Le compresseur comme son nom fournit la pression d’air, qui est acheminé aux ressorts par les canalisations pneumatiques. Les modes de fonctionnement La suspension pneumatique peut fonctionner de façon manuelle ou de façon automatique. Lorsqu’elle fonctionne en mode manuelle, un module de commande manuel est installé dans le véhicule, ce qui permet au conducteur d’ajuster la hauteur de sa suspension à volonté. En ce qui concerne le fonctionnement automatique, c’est le calculateur qui se charge de tout le travail sans aucune manipulation du conducteur. Le calculateur contrôle et ajuste donc la hauteur de la suspension. Les avantages d’une suspension pneumatique Si la suspension pneumatique est autant plébiscitée, c’est bien parce qu’elle offre de nombreux avantages. Son principal intérêt est sans doute la tenue de route. En effet, la tenue de route est excellente avec ce type de suspension. Elle permet de moduler la hauteur de la caisse afin de faciliter la tâche au conducteur. Ce dernier bénéficie d’une meilleure sécurité au bord du véhicule. Il est en de même des passagers, car avec la suspension pneumatique, l’assiette du véhicule est corrigée dans les virages ou lorsqu’il est chargé. La suspension pneumatique favorise également le confort dans le véhicule. La suspension par air est, en effet, plus douce qu’une suspension métallique. Parcourir de longs trajets avec un véhicule à suspension pneumatique est par ailleurs moins fatigant. Le véhicule consommera moins de carburant et aura moins de risques d’avoir un problème de débattement de la suspension. Mieux, elle peut être utilisée en renforcement du système de suspension traditionnelle, ou en tant que système à part entière. Cependant, le coût de ce type de suspension est élevé, ce qui ne le rend pas accessible à tous. Il faut dire que la suspension pneumatique est disponible uniquement sur quelques types de voitures. Les véhicules équipés d’une suspension pneumatique La suspension pneumatique est intégrée seulement à l’arrière du véhicule. Par ailleurs, on la retrouve comme nous l’avons dit précédemment sur des voitures utilitaires. Les véhicules de secours en sont également équipés, ainsi que les 4×4 et les camping-cars. Dans la catégorie des 4×4, nous pouvons citer certaines marques qui l’intègrent à leurs véhicules tels que Lexus, Ford, Rolls-Royce et Volkswagen. Certaines voitures de tourisme en sont aussi équipées. La suspension pneumatique permet à toutes ces voitures poids lourds de conserver l’assiette de la voiture. L’assiette de la voiture reste constante, même lorsqu’il y a beaucoup de chargement. De plus, elle permet à ces véhicules de franchir facilement certains obstacles. Le coût d’une suspension pneumatique À l’achat, la suspension pneumatique coûte entre 150 euros et 500 euros. À ces frais d’achat, vous devez ajouter les frais de son installation. En effet, il est vivement recommandé que l’installation soit faite par un professionnel. Le temps de travail peut aller de 3 heures à 6 heures selon qu’il s’agit d’une suspension pneumatique de renfort ou une suspension pneumatique intégrale. La facture du professionnel peut donc être comprise entre 300 euros et 700 euros. Il faut ainsi prévoir un budget compris entre 450 euros et 1 200 euros pour installer une suspension pneumatique sur un véhicule. La suspension pneumatique est inéluctablement l’un des meilleurs systèmes de suspension. Par ailleurs, elle garantit la tenue de route ainsi que le confort du conducteur. Très sécurisée, elle facilite grandement la tâche au conducteur. À présent que vous maîtrisez son fonctionnement, équipez-vous d’un modèle qui correspond à votre véhicule utilitaire ou à votre 4×4.
×
×
  • Créer...