Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
loisirbug

importation de buggy

Messages recommandés

Les importateurs n'ont pas de mal à persuader les concessionnaires de distribuer leurs modèles. Car en plus des prix cassés qui attirent la clientèle, ils leur proposent aussi des niveaux de marge bien supérieurs à celles offertes par les grandes marques. Les marges d'un concessionnaire Yamaha, Honda ou Piaggio se situent entre 10 et 20% du prix hors taxes, primes comprises. Un distributeur de scooter chinois atteint 25%, voire 30%. Si bien que certains concessionnaires, liés par des contrats d'exclusivité avec des marques n'hésitent pas à ouvrir une seconde boutique pour vendre des deux roues en provenance de Chine ! Ainsi, après deux ans de présence sur Internet, Scoot Discount vient d'ouvrir sa première boutique à Paris.

- Entre 20 et 30 constructeurs disparaissent chaque année
Toutefois, le marché n'est pas encore régulé. "L'un des principaux problèmes pour les importateurs est de trouver le bon constructeur. Car bon nombre de constructeurs ne sont en fait que des assembleurs ; ils ne disposent pas de bureaux d'études, ne conçoivent ni moteur, ni châssis et se contentent d'assembler des pièces achetées chez différents sous-traitants" explique Paul Monnery, directeur commercial de Greentech Industries, un importateur qui a choisi de vendre les deux roues venus de Chine sous ses propres marques. Moins de 10% des constructeurs chinois disposent de bureaux d'études. Et même lorsque l'on a trouvé le bon fabricant, on n'est jamais à l'abri d'une défaillance. "Entre 20 et 30 constructeurs disparaissent chaque année. L'un de nos précédents fabricants a vendu son activité et le nouveau propriétaire a décidé de se concentrer sur son activité première, les climatiseurs !" se rappelle Pierre Laurent-Chauvet de Sidam Europe. Sa société a donc plusieurs fournisseurs pour se prémunir de ce genre de problème. Quant au gouvernement chinois, il a, en début d'année, interdit d'exportation les fabricants de moins de 50.000 unités par an. Un moyen comme un autre d'écarter les entreprises les moins solides financièrement.

- les problèmes surgissent aussi du côté des importateurs. Certains se sont fait la spécialité d'acheter des deux roues en quantité, de les écouler rapidement et de… disparaître. Sans assurer la garantie légale et sans fournir les pièces détachées nécessaires aux diverses révisions de leurs modèles. "Pour éviter ce genre de problèmes, nous travaillons uniquement avec des importateurs qui nous garantissent qu'ils font venir suffisamment de pièces détachées pour que nous puissions assurer les maintenances par la suite" explique Noël Rizzo, fondateur du concessionnaire Scoot Discount. Un importateur se montre aussi sévère avec la grande distribution : "pour faire des coups, la grande distribution n'hésite pas à faire venir 10.000 pièces achetées directement sur la foire de Canton. Mais lorsque le propriétaire de l'un de ces deux roues voudra faire changer sa chaîne de distribution, il va aller à l'accueil du supermarché ?

- Malgré ces problèmes, les constructeurs chinois ne reculent pas. Bien au contraire, après s'être restreints au marché des 50 et 125 cm3, ils prévoient d'attaquer les plus grosses cylindrées. Des modèles à 650 cm3 devraient apparaître prochainement. Et les grandes marques ? Leur réaction est tout simplement de travailler avec des constructeurs chinois pour proposer, elles aussi, des modèles à bas prix…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
loisirbug a écrit:
Les importateurs n'ont pas de mal à persuader les concessionnaires de distribuer leurs modèles. Car en plus des prix cassés qui attirent la clientèle, ils leur proposent aussi des niveaux de marge bien supérieurs à celles offertes par les grandes marques. Les marges d'un concessionnaire Yamaha, Honda ou Piaggio se situent entre 10 et 20% du prix hors taxes, primes comprises. Un distributeur de scooter chinois atteint 25%, voire 30%. Si bien que certains concessionnaires, liés par des contrats d'exclusivité avec des marques n'hésitent pas à ouvrir une seconde boutique pour vendre des deux roues en provenance de Chine ! Ainsi, après deux ans de présence sur Internet, Scoot Discount vient d'ouvrir sa première boutique à Paris.

- Entre 20 et 30 constructeurs disparaissent chaque année
Toutefois, le marché n'est pas encore régulé. "L'un des principaux problèmes pour les importateurs est de trouver le bon constructeur. Car bon nombre de constructeurs ne sont en fait que des assembleurs ; ils ne disposent pas de bureaux d'études, ne conçoivent ni moteur, ni châssis et se contentent d'assembler des pièces achetées chez différents sous-traitants" explique Paul Monnery, directeur commercial de Greentech Industries, un importateur qui a choisi de vendre les deux roues venus de Chine sous ses propres marques. Moins de 10% des constructeurs chinois disposent de bureaux d'études. Et même lorsque l'on a trouvé le bon fabricant, on n'est jamais à l'abri d'une défaillance. "Entre 20 et 30 constructeurs disparaissent chaque année. L'un de nos précédents fabricants a vendu son activité et le nouveau propriétaire a décidé de se concentrer sur son activité première, les climatiseurs !" se rappelle Pierre Laurent-Chauvet de Sidam Europe. Sa société a donc plusieurs fournisseurs pour se prémunir de ce genre de problème. Quant au gouvernement chinois, il a, en début d'année, interdit d'exportation les fabricants de moins de 50.000 unités par an. Un moyen comme un autre d'écarter les entreprises les moins solides financièrement.

- les problèmes surgissent aussi du côté des importateurs. Certains se sont fait la spécialité d'acheter des deux roues en quantité, de les écouler rapidement et de… disparaître. Sans assurer la garantie légale et sans fournir les pièces détachées nécessaires aux diverses révisions de leurs modèles. "Pour éviter ce genre de problèmes, nous travaillons uniquement avec des importateurs qui nous garantissent qu'ils font venir suffisamment de pièces détachées pour que nous puissions assurer les maintenances par la suite" explique Noël Rizzo, fondateur du concessionnaire Scoot Discount. Un importateur se montre aussi sévère avec la grande distribution : "pour faire des coups, la grande distribution n'hésite pas à faire venir 10.000 pièces achetées directement sur la foire de Canton. Mais lorsque le propriétaire de l'un de ces deux roues voudra faire changer sa chaîne de distribution, il va aller à l'accueil du supermarché ?

- Malgré ces problèmes, les constructeurs chinois ne reculent pas. Bien au contraire, après s'être restreints au marché des 50 et 125 cm3, ils prévoient d'attaquer les plus grosses cylindrées. Des modèles à 650 cm3 devraient apparaître prochainement. Et les grandes marques ? Leur réaction est tout simplement de travailler avec des constructeurs chinois pour proposer, elles aussi, des modèles à bas prix…

+1
C'est pour cela que je ne roule qu'en auto Européenne bien qu'ils est notoirement reconnu qu'a l'inverse des Buggy, les autos côté soleil levant soient plus fiable que les nôtres. Le problème est que la plupart des gens croient bien faire pour son porte feuille en achetant là bas, mais en réalité cela se retourne toujours contre nous . AXR va redenir totalement jaune car la concurrence chinoise n'a pas permis à AXR de vendre les quantités de bug espérer. Donc nous voici avec des chomeurs, que nous travailleurs, allons "payer" parce que la tentation d'acheter "jaune" nous semblait plus économique !coluche

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.