Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

David Robache

Membres
  • Compteur de contenus

    1 127
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

David Robache a gagné pour la dernière fois le 4 février 2019

David Robache a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 Neutral

À propos de David Robache

  • Date de naissance 14/05/1969

Visiteurs récents du profil

914 visualisations du profil
  1. Mirage Racing annonce son programme 2020 par Vincent Forte d’une première campagne prometteuse en Championnat de France FFSA GT, Mirage Racing veut confirmer sa présence aux avant-postes en confiant l’une de ses Alpine A110 GT4 à Morgan Moullin Traffort et Philippe Giauque. Transfuge du Mitjet 2L où elle avait été sacrée en 2018, Mirage Racing s’est rapidement imposée parmi les ténors du GT4 sur la scène nationale en intégrant le cercle des vainqueurs dès sa première saison. Désormais plus expérimentée, la structure toulousaine visera encore plus haut sous l’impulsion de l’emblématique duo formé par Morgan Moullin Traffort et Philippe Giauque. Sept ans après son sacre, Morgan Moullin Traffort tentera ainsi de récupérer sa couronne avec une voiture et une écurie qu’il a pu découvrir l’an dernier au Castellet. Immédiatement dans le rythme au volant de l’Alpine A110 GT4, le Toulousain avait démontré qu’il n’avait rien perdu de son talent ou de son panache lors des deux courses. Reconnu comme l’un des concurrents les plus redoutables du sport automobile français, Morgan Moullin Traffort aura aussi à cœur de retrouver les avant-postes avec un partenaire qu’il connaît parfaitement en Philippe Giauque. En moins de dix-huit mois, les deux hommes avaient joué le titre en 2014 et 2015 et reformeront donc un équipage ayant signé trois victoires et onze podiums, la plupart sur des tracés toujours présents au calendrier ! Avant ses retrouvailles en piste, le duo profitera du confinement pour parfaire sa préparation et ajuster ses automatismes pour défendre fièrement les couleurs de Mirage Racing dès le coup d’envoi de la saison prévu sur le Circuit de Lédenon (19-21 juin). Pour mémoire, voici le Calendrier 2020 du Championnat de France FFSA GT 18-21 juin - Circuit de Lédenon 10-12 juillet : Circuit Paul Armagnac de Nogaro 17-19 juillet : Circuit de Spa-Francorchamps 11-13 septembre : Circuit Nevers Magny-Cours 3-4 octobre : Circuit Paul Ricard À confirmer : Circuit de Pau-Ville source: CP Mirage Racing Pour en savoir plus sur l'Alpine A110 GT4, toutes les infos sont à retrouver ici ! Alpine A110 GT4
  2. Alpine A110 Rally: rencontre avec le Team FJ par François-Xavier En marge du Shakedown du Rallye du Touquet 2020, le Team FJ nous a invité a vivre à leurs côtés la préparation de la nouvelle Alpine A110 Rally. En cette journée de test grandeur nature, nous avons pu interviewer Jean Galpin, responsable du Team FJ, avant le grand bain de la compétition. Jean Galpin du Team FJ et l'équipe des Alpinistes interview de Jean Galpin [Les Alpinistes] Comment vous vous êtes préparé avec l'arrivée de la nouvelle Alpine ? Il faut tout d'abord expliquer la position de Signatech par rapport à Alpine et celle de la Team FJ. En Février 2018, Philippe Sinault me contact en m'annonçant qu'Alpine, le constructeur, a décidé de revenir en rallye. Tout ce qui est circuit je connais par cœur, le LMP2, la CUP et le GT4 on connait. Par contre rallye n'est pas du tout notre culture. Il me dit que peut-on faire ensemble. Qu'attends-tu de nous ? On a pas mal discuté et on s'est mis d'accord sur un contrat de 3 ans. Ce contrat de trois ans a trois phases. La première phase c'est notre rôle de conseil rallye, car nous y sommes depuis 25 ans. Nous lui avons apporté tout notre savoir-faire en essayant de lui donner des conseils par rapport à la future voiture. On s'occupait sur le terrain de tout ce qui était développement. Près de 4500 kilomètres. On s'occupait de tout ce qui était base, de l'infrastructure, des camions avec Laurent Pellier et Manu Guigou et un peu François Delecour. On fait rouler d'autres pilotes tels que Yoann Bonato et Nicolas Ciamin. Ils nous ont tous dit qu’ils arrivaient avec un apriori d'une GT propulsion, qu'en gros ça allait être une Porsche, qui est moins lourde mais probablement un peu plus vive. Que l'on va avoir les mêmes problèmes avec le sac à dos à l'arrière. Là ils ont dit: "on ne comprend pas, la voiture est toujours droite, toujours en ligne par rapport à tout ce que l'on a vu tout à l'heure." François Delecour qui est un homme d'expérience, c'est pour ça qu'on la mis là-dedans, nous dit: "Je n'ai jamais piloté une propulsion aussi intelligente". La dernière phase, c'est la commercialisation. A ce jour, sur 10 autos achetées, nous en avons vendu 8 et ça va se développer. En matière de commercialisation, je pense que nous avons fait la phase la plus facile. C'est à dire quelque soit l'auto, à 80% aujourd’hui les gens à qui on a vendu ça, ils l’auraient acheté pour rouler en Alpine. Là c'est le mythe, ça c'est facile c'est le travail de nos antécédents. Maintenant on va attaquer une deuxième clientèle qui va attendre un chrono. Ils ne vont acheter que si c'est performant. Nous sommes très très confiant à ce sujet. [Les Alpinistes] Qu'avez-vous apporté à cette version rallye ? Énormément de choses... Un exemple précis, dans leurs têtes (Signatech), une propulsion devait chausser plus large à l'arrière qu'à l'avant (comme une Porsche). Ça a été la première chose à corriger. A l'arrière tu vas avoir un pneu large qui ne bénéficie pas de toute l'évolution des manufacturiers, parce que la seule dimension qui existe en WRC Mondial, en R5 c'est le 20/65-18 que se soit chez Pirelli, chez Michelin ou ailleurs... Dans cette gamme il est très développé. Pour le reste, les autres gommes ont 10 ans de retard. Mais après ça, comment passer les 300 cv sur les roues arrières ? Avec un pneu aussi large à l'avant qu'à l'arrière. C'est là où Lionel Chevalier (Ingénieur en Chef de Signatech) est un ingénieur extraordinaire, vraiment brillant, il a compensé tout ça par l'électronique. On a un anti-patinage très performant, sur un terrain boueux et compliqué comme celui-ci, on pourrait penser qu'une propulsion pourrait être complètement larguée. Certes, on ne va pas se battre pour le scratch, il ne faut pas rêver non plus, mais je pense que même sur un terrain comme ça on va surprendre. Le volant de l'Alpine A110 Rally [Les Alpinistes] Pour quelles raisons la gestion de l'électronique sur l'Alpine A110 Rally est performante ? Nous avons cinq positions d'ALS (Anti-Lag System), elle gère la puissance moteur et cinq positions pour l'antipatinage. Le but étant de trouver la bonne balance entre puissance et antipatinage. Si vous avez une puissance importante et que la roue patine à l'arrière ça n'apporte rien. On six position d'ABS, c'est une grosse nouveauté en rallye. François Delecour qui est un vrai rallyman depuis la nuit des temps, il s'est toujours servi de son cerveau pour freiner. Sur un terrain glissant on freine, l'homme fait tout. Tu as la sensibilité du pneu et du terrain. Là, vous montez à pieds joints sur la pédale de frein, tout est géré par l'électronique. Un pas en avant formidable. [Les Alpinistes] Quelle différence en terme de cartographie face à une CUP ou une GT4 ? Ça n'a rien à voir, ils ont fait une cartographie chez Magneti Marelli avec le grand contrôle de Signatech. Une cartographie bien adaptée au rallye, le moteur est extrêmement coupleux. Il redémarre très bas, il a une plage d'utilisation relativement large. Le passage des rapports c'est comme votre interrupteur électrique, d'une douceur et d'une fluidité fantastique. [Les Alpinistes] Signatech est présent pour la préparation du Rallye du Touquet ? Lionel Chevalier, l'ingénieur en chef est présent qui est le père de cette auto ainsi que Dylan l'ingénieur cartographie. [Les Alpinistes] Comment se répartit les réglages de l'auto entre Team FJ et Signatech ? Nous on gère la partie moins pointue. Dylan gère, c'est l'électronicien. François a eu des réglages un peu différent des autres pilotes. [Les Alpinistes] Et comment travaillez vous avec le Team Bonneton ? Le Team Bonneton a eu la deuxième voiture, on a beaucoup travaillé pour que ce programme là soit monté. On voulait un deuxième étalon par rapport à François Delecour et proposer à la première épreuve (au Touquet) une belle image. Nous aurions pu mettre deux gentlemans drivers mais aujourd'hui c'est pas ça dont nous avons besoin, on a besoin de chronos. Il nous faut de vrais pilotes. Et là nous en avons deux... Jean-Claude Andruet de passage chez le Team FJ Alpine A110 [Les Alpinistes] Vous parliez d'héritage tout à l'heure, vous n'avez pas la pression face à ça ? Le retour d'Alpine en rallye... Énorme ! On aura une grosse satisfaction demain matin en voyant les deux autos sortir du parc et on aura une grosse angoisse au point stop. Merci à Jean Galpin et la Team FJ pour leur accueil Nos photos aux côtés du Team FJ Rallye Touquet 2020 RGT A110 rally teamFJ signatech
  3. l’Alpine A110 Légende GT en Bleu Abysse et en Noir profond par François-Xavier Limitée à 400 exemplaires dans le monde Contraste élégant des éléments or pale avec les teintes de carrosserie Bleu abysse et Noir profond Disponible à la réservation via l’application Alpine Début Mars, Alpine a présenté l’A110 Légende GT. Limitée à seulement 400 exemplaires dans le monde, l'A110 Légende sublime l’A110 en lui conférant une élégance inédite. Ses éléments de style conçus sur mesure dans l’habitacle comme sur la carrosserie lui donnent une allure sophistiquée et harmonieuse. Présentée au public dans une nouvelle teinte Argent Mercure, l’A110 Légende GT est également disponible avec les teintes Bleu abysse et Noir profond. Les monogrammes Alpine de couleur or pâle et les jantes 18 pouces Serac, également en finition or pâle, offrent un contraste subtil avec les deux couleurs de carrosserie. Les feux arrière LED blancs translucides distinguent l’A110 Légende GT des autres A110. Alpine A110 Légende GT Bleu Abysse 2020 Alpine A110 Légende GT Bleu Abysse 2020 Alpine A110 Légende GT Noir Profond 2020 Alpine A110 Légende GT Noir Profond 2020 Dans l’habitacle, les sièges Sabelt confortables et réglables sur 6 positions présentent une finition chaleureuse en cuir ambré – une teinte de sellerie conçue sur mesure – assortie au cuir des garnitures de porte. Des surpiqûres marron, un marquage assorti du point milieu sur le volant et des éléments en fibre de carbone au tissage unique au fini cuivré composent un intérieur accueillant et luxueux. Sur la console centrale, la plaque numérotée, par ordre de fabrication, apporte par ailleurs une marque d’authenticité. Afin de souligner son aspect pratique au quotidien et son caractère de GT raffinée, l’A110 Légende GT est proposée avec un ensemble de bagages personnalisé. Présentant la même teinte chaleureuse que la sellerie, cet ensemble composé de trois pièces maximise l’espace disponible dans le coffre arrière. Un nouvel espace de rangement situé entre les sièges permet en outre de conserver les effets personnels. Réservations avec l’application Alpine L’A110 Légende GT, comme toutes les autres versions de l’A110, est disponible à la réservation via l’application Alpine. Pour ce faire, téléchargez l’application depuis les stores iOS / Android app puis créez votre compte. Une fois votre compte créé, vous avez accès à toutes les fonctionnalités de l’application Alpine, y compris la réception des notifications sur les dernières nouveautés d’Alpine ou la réservation de votre voiture. La réservation peut être réalisée en un clic et si vous changez d’avis, vous obtenez à tout moment le remboursement intégral de votre dépôt, sans frais. Ensuite, sélectionnez le centre Alpine de votre choix dans lequel vous devrez vous rendre pour transformer votre réservation en commande. A ce stade, vous avez encore la possibilité de changer les caractéristiques de votre voiture. Une fois la commande passée, vous devenez un nouveau membre de la famille Alpine.
  4. L’Usine Alpine de Dieppe fait don de ses masques ! par François-Xavier Si il y a une chose à revenir de ces tragiques événements, c'est l'élan de solidarité des sociétés françaises à fabriquer ou à donner ses propres stocks de masques à destination des professionnels de santé. L'usine Alpine de Dieppe ne déroge pas à la règle en faisant un don de 300 masques et de 1000 paires de gants pour le personnel soignant. 2017 - Fabrication de l'Alpine A110 à l'usine de Dieppe La marque Dieppoise ayant fermé son usine depuis mi-mars, les stocks de protections seront distribués vers trois établissements de santé: L'Hôpital de Dieppe Le CHU de Rouen et la Croix-Rouge Cette action paraît bien normale en cette période de crise, mais il est toujours bon de saluer les actes de solidarité des sociétés de l'hexagone.
  5. Alpine A110 GT4: La livrée de Gaël Castelli 2020 par François-Xavier Annoncée la semaine dernière, le championEuropa CUP Gaël Castelli et le Team CMRprésentent la nouvelle livrée de son Alpine A110 GT4. Composée de jaune (propre à Gaël Castelli) et le bleu, signe distinctif de la marque, l'Alpine propose des couleurs sobres et efficaces. Pour rappel, Gaël s'engagera sur la grille aux côtés de Rodolphe Wallgren, le second pilote du Team. Nicolas Prost sera également de la partie chez le team CMR. Le fils d'Alain Prost sera aux côtés du gentleman-driver Christopher Campbell, septième du Pro-Am en 2019 sur une BMW M4 et vainqueur du FFSA GT en 2007. Pour ce qui est du Championnat GT4 organisé par SRO, à Nogaro, les Coupes de Pâques sont repoussées aux 10, 11 et 12 juillet 2020 pour sa première épreuve. Il n'y a plus qu'à espérer que la situation sanitaire du pays s'améliore, car un report supplémentaire pourrait être fatal pour tout l'univers du sport automobile. Livrée Alpine A110 GT4 - Team CMR 2020 Alpine A110 GT4 Gaël Castelli Livrée 2020 Alpine A110 GT4 Gaël Castelli Livrée 2020 Alpine A110 GT4 Gaël Castelli Livrée 2020 Alpine A110 GT4 Gaël Castelli Livrée 2020 Alpine A110 GT4 Gaël Castelli Livrée 2020 La vidéo promotionnelle de Gaël Castelli
  6. par François-Xavier « Les Alpinistes » Seulement trois mois après avoir annoncé son engagement avec Alpine, le Team FJ fait déjà parler de lui avec la nouvelle Alpine A110 Rally. Avec un double engagement au Rallye du Touquet Pas-de-Calais, la nouvelle Alpine A110 Rally a réalisé des performances de premier ordre au sein du peloton. A notre que l'Alpine venait d'obtenir son homologation FFSA Tout commence avec un duo de pilotes connu et reconnu dans le milieu du rallye, François Delecour et Jean-Rodolphe Guigonnet. Engagée en catégorie 2 roues motrices, l'Alpine A110 n'a fait qu'une bouchée de la concurrence. L'équipe se permettra même de se plazcer devant quelques "R5" équipées de quatre roues motrices. Alpine A110 Rally Alpine A110 Rally Alpine A110 Rally L'Alpine A110 Rally du Team FJ pour sa première sortie terminera finalement à la 11ème place au général malgré des conditions météorologiques bien difficiles. A espérer que la Dieppoise puisse se défendre sur d'autres épreuves du Championnat de France des Rallyes en cette période bien trouble... A ce jour les rallyes sont "repoussés" jusqu'à nouvelle date. Le championnat est plus que compromis. Ils ont dit L'Alpine A110 Rally du Team FJ et François Delecour au Touquet 2020 François Delecour souligne la performance du Team FJ pour sa première participation avec l'A110: Jean Galpin (Team FJ) et Lionel Chevalier (Signatech) Jean Galpin, Team Principal ajoute: La réussite ne se résume pas seulement au Team FJ, Signatech a pleinement assuré son rôle de constructeur: Philippe Sinault, Directeur de Signatech qui n'était pas présent lors du Rallye du Touquet, confirme sa satisfaction face à une A110 Rally bien née:
  7. PORTRAITS 5 MINUTES DE LECTURE Alpine A110 : celle qui n’aurait jamais dû naître. Entretien avec Bernard Ollivier PAR PAUL CLÉMENT-COLLIN 25 FÉVR. 2020 Décembre 2017 : ça y est, j’y suis. Fraîchement débarqué de l’avion, je m’apprête à rejoindre le château La Coste et à enfin prendre le volant de la toute nouvelle Alpine A110, parmi les happy fewde ce lancement presse. C’est là que je croise pour la première fois furtivement Bernard Ollivier, directeur général des automobiles Alpine. Je ressors bluffé de ces essais. Deux ans et quelques mois plus tard, l’occasion se présente : interroger Bernard sur cette folle aventure que fut le relancement d’Alpine. L’homme est charmant, passionné, et regorge d’anecdotes pour satisfaire ma passion des petites histoires dans la grande Histoire. Bernard Ollivier et Philippe Sinault, patron de Signatech Une renaissance impossible ? Faire renaître une marque comme Alpine après tant d’années de sommeil n’est pas une mince affaire. Directeur Général de Renault Sport Technologies au début des années 2000 (il a notamment travaillé sur la Clio V6 Phase II puis les Mégane RS avec un certain Carlos Tavares alors chef de produit Mégane), Bernard Ollivier a souvent rêvé de faire revivre la marque. Plusieurs propositions seront faites à Renault sans jamais qu’une fenêtre de tir ne s’ouvre réellement. “À chaque fois, cela a coincé sur les aspects économiques et j’ai fini par croire, à un moment, que jamais Alpine ne renaîtrait de ses cendres” se rappelle-t-il. Bernard voit le temps passer et les chances d’un renouveau s’éloigner chaque jour un peu plus. Le chronomètre joue contre Alpine : la marque s’est éteinte en 1995 avec l’A610 qui ne s’était vendue qu’à 818 exemplaires. “Ceux qui avaient connu l’A110 d’antan sur les routes ou en compétition vieillissaient à vue d’oeil et bientôt, Alpine n’aurait été qu’un lointain souvenir impossible à faire revivre” poursuit-il. Seul un miracle pouvait changer la donne : “et ce miracle eut lieu, enfin, en 2011, grâce à un certain Tony Fernandes”. Tony Fernandes entre en scène et tout devient possible Car Bernard l’assure, le déclic viendra d’une lettre étonnante et culottée, envoyée à Carlos Ghosn par l’homme d’affaires malaisien Tony Fernandes. Ce dernier a d’abord fait ses armes (et s’est constitué un matelas) chez Virgin Group puis Warner dont il a dirigé la division Asie du Sud-Est avant de quitter l’entreprise et reprendre la compagnie aérienne Air Asia. Passionné par l’automobile, il rachète d’abord une écurie de Formule 3 qui parviendra à rejoindre l’élite de la Formule 1 sous le nom de Lotus (grâce à un accord avec le malaisien Proton, propriétaire de la marque). En 2011, Fernandes s’offre la petite marque anglaise Caterham et contacte donc Carlos Ghosn avec une idée simple : s’allier pour construire à deux (et partager les frais) une petite sportive. Les sketchs de l’Alpine Célébration, présentée en 2015 Là encore, comme le dit Bernard Ollivier, “les planètes bleues sont toutes alignées”. Cette année-là, Renault a connu d’excellents résultats et sa trésorerie est pleine. Des investissements jusqu’alors jugés non prioritaires peuvent être faits. Autre chance nous raconte Bernard, “malgré la défiance qui règne entre les deux Carlos, Ghosn va transmettre la lettre à Tavares, charge à lui d’initier le projet”. Peut-être le grand patron de Renault a-t-il une stratégie en tête : connaissant la passion de Tavares pour l’automobile sportive, seul ce dernier pourra s’engager à fond dans le projet. En cas d’échec, ce sera alors un bon moyen de se débarrasser d’un numéro 2 aux dents longues. Maquettes en clay pour les essais en soufflerie Carlos Tavares en charge du projet Tavares va donc charger Renault Sport et Bernard Ollivier de mener à bien le projet d’une sportive en co-entreprise avec Caterham. Les deux hommes se connaissent bien, ont déjà travaillé ensemble. Il faudra quelques temps pour que soit décidé si la future sportive s’appellera Renault Sport ou Alpine, mais dès 2011, un dessin venu du centre de design Renault de Roumanie esquisse une future Alpine dans une version néo-rétro particulièrement convaincante. Il sera bien entendu retravaillé, mais les bases de l’A110 “NG” sont déjà là. L’accord avec Caterham est officialisé en novembre 2012 et la société des Automobiles Alpine Caterham est créée. Bernard Ollivier en prend la direction. “Rétrospectivement, et malgré les nombreux problèmes que nous avons connus, cette situation était idéale : je n’avais plus de donneurs d’ordres, mais des actionnaires n’entrant pas dans l’opérationnel, cantonnés au rôle de financiers. Certes il fallait batailler pour obtenir les fonds, particulièrement avec Tony Fernandes qui ne lâchait les chèques qu’au compte-goutte, mais cela a permis de s’affranchir des lourdeurs d’un groupe comme Renault”. Par exemple, l’entreprise française voyait d’un mauvais oeil l’utilisation intensive de l’aluminium : “on m’a dit que j’étais fou, qu’on n’y connaissait rien en alu”. Mais la chance a voulu (encore l’alignement des planètes bleues) que dans les équipes de Caterham se trouve l’ingénieur qui avait conçu le châssis en aluminium de la Lotus Elise. L’A110 sera la première voiture intégralement en aluminium avec le châssis et la carrosserie collés. Maquette en clay de l’intérieur, pour un premier jet. De difficiles relations entre Caterham et Renault Entre Caterham et Renault, tout ne va pas aller si facilement : au départ, l’officine anglaise voulait un moteur à l’avant, tandis que l’héritage Alpine s’orientait plutôt vers un moteur en porte-à-faux arrière. La négociation fut ardue, car il était impossible de créer un châssis “réversible” et hors de question de développer deux châssis ! Un consensus fut pourtant trouvé : le moteur serait en position centrale arrière (et non en porte-à-faux) tandis que le design de la Caterham donnerait l’impression d’un capot avant plus long, respectant la tradition des longs capots des descendantes de la Lotus Seven (le dessin présente d’ailleurs des similitudes avec la Caterham 21, tentative de sportive moderne dans les années 90). La Caterham C102 telle qu’elle aurait pu être… Malgré des progrès considérables grâce à des équipes sur-motivées, notamment celles venues de Renault Sport, les embûches s’accumulent. Dans un premier temps, Renault tente d’imposer le 1.6 Turbo de 220 chevaux de la Clio RS, mais on estime que ce n’est pas suffisant. Pour Caterham peu importait, sa clientèle habituelle aurait accepté une voiture dépouillée, très légère, mais sans puissance démesurée. Chez Renault on se dit que c’est trop peu, mais hors de question de développer un coûteux nouveau moteur. Là encore, “après une discussion téléphonique entre Carlos Tavares, Tony Fernandes (en retard de deux heures sans prévenir) et moi” précise Bernard Ollivier, une solution de compromis fut trouvée : augmenter la cylindrée à 1.8 litres pour mécaniquement obtenir les 252 chevaux jugés nécessaires chez Alpine. Des retards et des difficultés La sortie officielle de l’A110 et de sa jumelle anglaise, la Caterham C102 (ou parfois annoncée C120), était prévue pour 2015. Les délais étaient courts, certes, mais faisables ! Avec le départ de Carlos Tavares pour prendre la direction de PSA en août 2013, Bernard Ollivier devient le seul interlocuteur de Carlos Ghosn, mais il se retrouve face à un gros problème : l’allié anglais ne verse plus un sou, il fallait commander les outillages et Renault freinait des quatre fers pour financer seul. Bernard prend alors une décision folle : “on a décidé de passer en slow mod, une façon de faire la grève et de dire stop aux emmerdes entre actionnaires”. Malgré une forte démobilisation des équipes (et quelques départs), “j’ai fini par gagner, au bout de 6 mois”. La solution a été trouvée simplement : Caterham, incapable de financer à 50/50 un tel projet, se retire, officiellement, en mars 2014. Commémoration des 60 ans d’Alpine, en 2015, avec la présentation de l’Alpine Célébration et toute l’équipe Signatech-Alpine. La partie n’est pourtant pas gagnée : “Ghosn voulait arrêter le projet, mais ne voulait pas endosser la responsabilité. Il attendait que je me plante, et pour cela, me fixait des objectifs a priori inatteignables” poursuit Bernard Ollivier. Il faut dire que ceux qui sont restés sont désormais “ultra-motivés”, dans un esprit très “start-up”, trouvant des solutions à tous les problèmes, et Dieu sait s’il y en a eu ! David Twohig, ingénieur en chef et que j’ai pu rencontrer à de nombreuses reprises, en est la preuve vivante : même encore aujourd’hui, alors qu’il est parti chez Byton après le lancement de l’A110, il parle avec passion et enthousiasme de “son bébé”. L’Alpine Célébration Retour en compétition et validation du projet A110 Entre-temps, en 2013, Bernard Ollivier, en passionné de sport automobile qu’il est, nouait un partenariat avec l’écurie Signatech pour faire revivre Alpine en Endurance (WEC), avec succès. La complicité qui unit Bernard et Philippe Sinault, patron de l’écurie berruyère, n’est pas feinte. Tavares aussi, au point de rester fidèle à Signatech pour la production des Peugeot 308 Racing Cup quelques mois plus tard, une fois chez PSA. Alpine connaîtra la victoire avec Signatech, redorant ainsi son blason en compétition, et finira par lui confier, quelques années plus tard, la production des Alpine A110 Cup, GT4 et Rallye. L’Alpine Vision présentée en 2016, très proche de la version de série. En avril 2015, le projet est définitivement validé par Carlos Ghosn : il n’est désormais plus possible de revenir en arrière même si le microcosme des journalistes automobiles commence à s’impatienter. Pour Bernard Ollivier, il faut continuer malgré la grogne avec un seul leitmotiv : mettre en pratique la définition de ce que doit être – en trois mots – une Alpine et livrée par Jacques Cheinisse, ancien pilote maison, lors d’une confidence datant de 2013 : “un concentré de plaisir”. Le poids, c’est l’ennemi Comment transformer ces mots en cahier des charges ? “L’avantage, rappelle Bernard Ollivier, c’est qu’on partait d’une feuille blanche, loin des contingences industrielles habituelles chez Renault. On a pu prendre le meilleur du losange, mais faire appel aux meilleurs prestataires extérieurs pour ce qui nous semblait indispensable”. L’objectif principal reste celui de Caterham, commun à Alpine : la légèreté. L’objectif des 1 000 kg ne sera pas atteint (la version définitive pèsera 1 080 kg), mais le travail effectué reste extraordinaire. Ainsi, on choisit des sièges extrêmement légers (chez Sabelt), des étriers de freins arrière en alu (pour une double fonction frein et parking), un lave glace étonnant (des petits trous dans les lames d’essuie-glace permettant un meilleur nettoyage, et par conséquent un plus petit réservoir), ou bien un unique échappement central, plus léger que deux à chaque extrémité de la poupe. En revanche, Bernard Ollivier a dévié du carnet de route initial de Carlos Tavares. En sportif puriste, il se moquait du confort et les premiers intérieurs étaient tout bonnement ceux de la Mégane. Dès le départ de Tavares chez PSA, Ollivier fait travailler ses équipes sur un nouvel intérieur plus conforme au standing de l’Alpine (malgré quelques concessions à la grande série, comme les commandes radio bien connues des conducteurs de Renault, ou bien la carte de contact). En revanche, le multimédia est spécifique (“hors de question d’avoir l’Air Link dans cette voiture”), tout comme le système audio venu du producteur français Focal ! La presse salue la nouvelle Alpine Un premier prototype avait été présenté en 2015, sous le nom de Célébration, puis fin 2016, l’Alpine Vision Concept révélait enfin une version très proche de ce que serait l’A110. À partir du Salon de Genève 2017 (où j’avais pu rencontrer Michael Van der Sande à ce sujet), les pré-commandes sont ouvertes pour réserver l’un des 1 955 exemplaires de l’A110 “Première Édition”, tandis que les essais presse se déroulent en décembre de la même année. Bernard se rappelle : “nous étions très inquiets des réactions des journalistes qui semblaient trouver un peu légers les 252 chevaux”. Ils seront pourtant unanimes sur les qualités de la voiture, particulièrement les Anglais et les Allemands, pourtant habitués aux sportives dans leurs pays respectifs. En mars 2018, Alpine livre sa première voiture et quelques temps plus tard, Bernard Ollivier prend une retraite bien méritée, avec le sentiment du devoir accompli. L’A110 a des défauts, comme toute voiture, mais “elle a dépassé toutes nos espérances initiales, tout en restant dans une zone de prix acceptable”. Bernard est intarissable et ce n’est pas un hasard s’il a sorti un livre, “Alpine, la renaissance”, aux Éditions Solar. Un succès en librairie puisqu’il s’en est déjà écoulé 5 000 exemplaires sans publicité : preuve que les alpinistes sont encore nombreux. Merci à Bernard Ollivier pour son temps précieux, sa réactivité, et ses photos et anecdotes parfois exclusives ! Pour commander le livre de Bernard Ollivier, c’est ici : Alpine, la renaissance Images : Renault, Bernard Ollivier, DR, Solar
  8. Par Guillaume « Les Alpinistes » Comparer la GTA à un soufflé est une comparaison hasardeuse, mais dans sa version V6, la création de la marque dieppoise tient ses promesses malgré une conception à l’économie et une image en deçà des attentes. Après la prise de contrôle d’Alpine, Renault est seul aux commandes et veut monter en gamme en nourrissant l’espoir de faire d’Alpine, un Porsche français. La Renault-Alpine V6 GTA (pour Grand Tourisme Alpine) est la première Alpine développée à 100% par Renault. Apparue en 1985, la GTA à la mission d’être plus haut de gamme et atteindre Porsche et sa 944. Alpine V6 GT V6 GT : NOUVEL ÈRE POUR ALPINE Avec la disparition de l’A310, Alpine souhaite faire table rase du passé et de l’empreinte de son fondateur, Jean Redélé. La GTA est voulue dans un esprit GT, sportive et luxueuse: loin de l’esprit berlinette des précédents modèles. Pour la conception de la GTA, Alpine dispose d’un budget serré comme un café noir. La marque se fournira en grande partie dans la banque d’organes de Renault. Ce qui n’empêche pas Alpine de prévoir deux versions : V6 atmosphérique et Turbo. La première sera équipée du V6 PRV (développé par le partenariat entre Peugeot, Renault et Volvo) et l’autre une pure sportive équipée du V6 PRV gavé au turbo. Les fondamentaux structurels d’Alpine sont conservés malgré quelques petits changements par rapport à l’A310. La carrosserie en polyester de la GTA n’est plus moulée en un seul élément mais, en plusieurs morceaux assemblés par collage. La structure monocoque en polyester stratifiée est dotée d’une excellente étanchéité entre les pièces de carrosserie qui sont scellées à un châssis poutre réalisé en acier. L’un des objectifs prioritaires des techniciens est de réduire voir supprimer l’effet tout-à-l’arrière et un important porte-à-faux qui influence fortement sur le comportement routier. Force est de constater que le travail réalisé a atteint cet objectif dans la version atmosphérique. La GTA profite d’un nouveau châssis allongé qui offre un empattement et des voies augmentées. Étude design de l’Alpine GTA Étude design de l’Alpine GTA Le dessin de la GT est signé par Heuliez et modifié par l’équipe du BEREX (Centre d’étude Alpine-Renault). Les équipes ont tout misé sur un aérodynamique poussé et sur une véritable chasse aux kilos (1140 Kg). On constate un embonpoint de 122 kilos entre une A310 pour la version la plus lourde et la V6 GT de base. UN DESIGN ACÉRÉ, UNE GT FUTURISTE Dès la conception du cahier des charges, l’aérodynamique fait partie des pré-requis. Les essais en soufflerie et les premières simulations par ordinateur mèneront à des choix radicaux: avec un Cx de 0,28 et un Scx de 0,48, c’est un record mondial à l’époque ! En outre, c’est Heuliez et l’équipe de Gerard Godfroy et le BEREX avec Yves Legal qui signent le design du coupé GT puisque les lignes sont gelées dès 1983. La GT V6 dispose d’éléments forts avec une ligne acérée, un pare-brise très incliné à 67°. L’ingéniosité des bureaux de design d’Heuliez et du Berex est de signer une ligne dynamique et en cohérence avec le modèle qu’elle remplace. L’avant est typique des Renault des années 80 avec un carénage façon Espace, lancée l’année précédente. La visibilité médiocre à l’arrière de l’A310 est améliorée sur la GT V6 avec un vitrage enveloppant l’habitacle. On remarque l’intégration des optiques avants avec les boucliers intégrés à l’ensemble de manière fluide, le vitrage est affleurant avec des joints réduits aux stricts minimum, comme pour les poignées de portes affleurantes. Le design est soigné et fluide pour un aérodynamique exceptionnel. La presse lui reprochera un dessin mièvre et pas assez dynamique. Avec un Cx de 0.28, Renault a travaillé les flux d’airs qui sont canalisés à l’arrière, derrière le vitrage latérale, pour refroidir le moteur. On retrouve d’autres grilles disséminées dans le spoiler , un autre au-dessus de l’aileron arrière et enfin un troisième entre les feux arrière. L’admission d’air arrive au niveau de la grille de l’aileron arrière. L’air du compartiment moteur est expulsé au niveau des ouïes latérales derrière les vitres. MÉLI-MÉLO SAUCE RENAULT Si la carrosserie est soignée, les dessous sont piochés dans l’ensemble de la gamme Renault. Le train avant emprunte les suspensions de la R25 avec des bras supérieurs et triangles inférieurs en tôles embouties. Le train arrière dérive étroitement de l’ancienne A310 V6, qui lui aussi provenait déjà de la R5 Turbo 2. C’est toujours l’Alpine A310 V6 qui va fournir ses quatre disques ventilés identiques sur les quatre roues. Plus exotique, la direction à crémaillère est issue de la Fuego. Sous le capot on retrouve le V6 PRV atmosphérique avec un carburateur Solex simple corps de 2.7 litres (2849 cm3), déjà connu sous l’A310, avec la petite puissance de 160 ch à 5750 tr/mn contre 150 ch à 6000 tr/mn pour l’Alpine A310 V6, un gain de 10 ch, qui ne pulvérise pas la Porsche 944 et ses 163 ch aidés par son injection électronique dans sa configuration de base. Tandis que Renault reste sur une injection à air qui fait tâche. Malgré tout, la GTA annonce 235 km/h en vitesse de pointe (!) avec un 0 à 100 km/h en 8,5 secondes un kilomètre DA en 28,5 secondes. Un score plus qu’honorable dans les années 80. La V6 GT annonce 23 mkg disponible dès 3500 tr/mn. Équipée d’une boîte à 5 rapports, dérivée de son aînée, est montée avec un embrayage renforcé. Les efforts pour contrecarrer le comportement tout à l’arrière porte ses fruits. La GTA V6 est nettement moins piégeuse que l’A310. Dépasser les 200 km/h à son volant n’inquiétera plus son pilote. Avec les pneus d’origine, la tenue de cap est plus aléatoire. Heureusement il était possible d’installer les jantes de la Turbo qui apportait une meilleure stabilité. Moins sportive qu’une A310, sa philosophie est plus grand tourisme. PRÉSENTATION À GENÈVE Renault-Alpine présente sa petite dernière lors du salon de Genève en 1985. Seule la V6 GT est présentée au salon helvétique alors que tout le monde attendait de voir la version Turbo. Le soufflé va commencer à tomber, on peut parler d’un lancement à deux vitesses. En effet, avant sa présentation, les rumeurs parlaient d’une version Turbo du V6 pour aller mieux chercher les allemands. Quelle déception de découvrir uniquement un V6 atmosphérique. Faisant suite à la présentation, le service presse invita de nombreux clients Alpine à l’essai de la nouvelle GTA sur le circuit privé Pioneer près de Paris. Alpine GTA – V6 GT Alpine GTA – V6 GT De plus, La V6 GT, n’est pas une Alpine à proprement parler : les premières Alpinepardon Renault n’arbore pas le sigle de la marque de Dieppe mais uniquement le losange sur la calandre avant (ce qui fut le cas dès l’A310). Alpine apparaît à l’arrière avec la mention Renault-Alpine, grave erreur de marketing que Renault va payer cher. On n’achète pas une Renault comme on achète une Alpine. A partir de la série limité « Mille Miles » le logo Alpine réapparaît. Il est désormais trop tard, le navire coule. Au Royaume-Unis la situation est tout autre, c’est Sunbeam puis Talbot qui détiennent le nom Alpine, le coupé sera baptisé sobrement GTA en outre-manche. Quid des performances ? UNE ALPINE PRESQUE SANS FAUTES L’Alpine GTA V6 GT offrait alors des performances honnêtes pour seulement 175000 francs (soit 26700€). Pas si mal en 1985, surtout face sa rivale germanique, la Porsche 944 qui est moins performante et pour un prix supérieur. Côtés habitabilité, c’est un record pour la catégorie. La position de conduite ? Confortable, tout tombe sous la main… Presque un sans fautes si l’on oublie la qualité de finition calamiteuse et indigne d’Alpine et d’une GT. Le design du tableau de bord est né du coups de crayon de Marcello Gandini (Ou Piero Stroppa selon certains) qui déjà à l’époque ne faisait pas l’unanimité, il faisait déjà daté et surtout trop sombre. Les fameux sièges » Drap Cendre » La sellerie ? Celle dite « Drap Cendre » était fragile, rugueuse et inesthétique. La plupart des clients ont pris les options supérieures « Velours » ou « Cuir ». Ne tournons pas autour du pot, côté mécanique, le moteur n’est pas une franche réussite (dixit les journalistes de l’époque). Diverses modifications furent apportées pour le rendre plus performant. Il gagnera en disponibilité et en souplesse pour un usage polyvalent, plus Grand Tourisme. Pétrie de qualité, la GTA permet de mettre un premier pas dans l’univers Alpine par le biais d’une GT à la française. Moins excentrique qu’une Venturi, la GTA s’apprécie par ses qualités routières et son esprit bien moins sportive que les autres Alpine. Il sera trop tard pour lancé une GT en 1985, la concurrence ne s’est pas reposée et Porsche dégaine son iconique 911, plus sportive et puissante elle enterre la GTA V6. La GT française pourtant pétrie de qualité s’adresse avant tout aux amateurs de GT luxueuses… … Une GT qui mérite que l’on s’y intéresse de part ses performances, sa ligne, son côté « collection décalé » et un futur collector à venir. La GTA s’adresse à ceux qui souhaitent acquérir un morceau d’histoire de la marque au A Fléché, sans avoir une voiture radicale et assez accessible dans sa conduite, une automobile atypique à plus d’un titre. Vous trouvez que cette GTA manque de piment ? La version Turbo en 1986 corrigera de nombreux défauts, nous y reviendront… Côté bourse, on trouve des exemplaires de GTA V6 à partir de 20 000€ voire au-dessus de 50 000€ pour les séries spéciales. CHIFFRES DE PRODUCTION (VERSION GT) 1984 : 191 exemplaires 1985 : 639 exemplaires 1986 : 264 exemplaires 1987 : 139 exemplaires 1988 : 164 exemplaires 1989 : 81 exemplaires 1990 : 31 exemplaires TOTAL : 1509 exemplaires
  9. L’Alpine Elf Europa Cup attentive à la situation Face aux mesures prises par différents gouvernements pour contenir la pandémie du Covid-19, le Groupe Signature souhaite rassurer l’ensemble des acteurs évoluant en Alpine Elf Europa Cup. Conscient de la crise sanitaire actuelle et de ses répercussions inédites, le Groupe Signature désire réaffirmer sa préoccupation envers la santé de ses membres, mais aussi celle des équipes, pilotes et spectateurs impliqués en Alpine Elf Europa Cup. En ce sens, le Groupe Signature a déjà appuyé le report des Coupes de Pâques de Nogaro, le meeting d’ouverture de la saison, aux 10, 11 et 12 juillet. Le Groupe Signature continue de surveiller avec la plus grande attention l’évolution de la situation et veut remercier ses partenaires, dont le soutien, la confiance et la solidarité sont tout particulièrement appréciables en ces temps difficiles. À ce jour, le calendrier révisé la semaine dernière et détaillé ci-dessous est maintenu. Étant donné le contexte évolutif de la pandémie, celui-ci pourrait toutefois être amené à évoluer afin de prévenir tout risque de propagation. Le Groupe Signature tient à rappeler aux concurrents de l’Alpine Elf Europa Cup que des solutions alternatives sont d’ores et déjà à l’étude avec différents organisateurs, promoteurs et autorités locales pour préserver six rendez-vous de qualité en toute sécurité. Le Groupe Signature reste également à la disposition de ses clients et pilotes pour répondre à leurs questions et les informera régulièrement de la moindre décision importante devant être portée à leur connaissance. Philippe Sinault, Directeur du Groupe Signature : « Le Groupe Signature fait de la santé de ses membres et des équipes, participants et spectateurs de l’Alpine Elf Europa Cup sa priorité absolue. Cette situation sans précédent provoque de nouveaux défis, mais nous sommes prêts à prendre nos responsabilités pour assurer toute la sécurité nécessaire à l’ensemble de nos acteurs. Nous l’avons déjà fait en soutenant le report du meeting de Nogaro, et nous le referons sans hésiter si les conditions sanitaires l’imposent sur d’autres événements. Nous leur souhaitons bon courage dans cette période difficile et nous leur demandons de ne prendre aucun risque et de respecter les consignes afin que nous puissions tous nous retrouver au plus vite et au grand complet dès que les conditions seront réunies. » Calendrier provisoire 2020 5-7 juin : Spa-Francorchamps (Belgique) - GT Open 3-5 juillet : Misano (Italie) - GT World Challenge Europe 10-12 juillet : Nogaro (France) - FFSA GT 4-5 septembre : Barcelona-Catalunya (Espagne) - 24 Heures de Barcelone 2-4 octobre : Le Castellet (France) - FFSA GT 16-18 octobre : Portimao (Portugal) - ELMS Website Facebook Twitter Instagram Contact Alpine Europa Cup : Alexandra Jentet - alexandra@alpineeuropacup.com Cette newsletter vous est adressée par Signatech Parc Esprit - 1 rue Michel Faraday - 18000 Bourges - Tel : +33 248 666 648 Vous pouvez modifier vos préférences ou vous désabonner de cette liste.
  10. L’Alpine A110 Rally victorieuse d’entrée ! Doublement présente le week-end dernier au Rallye Le Touquet Pas-de-Calais, l’Alpine A110 Rally a su mêler performances et fiabilité pour permettre à François Delecour et Jean-Rodolphe Guigonnet de s’imposer dans la catégorie deux-roues motrices. Trois jours seulement après avoir reçu leur homologation par la FFSA, deux Alpine A110 Rally confiées à François Delecour (Team FJ) et Cédric Robert (Team Bonneton-HDG Yacco) étaient au départ de la manche d’ouverture du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte. Très rapidement, l’Alpine A110 démontrait son potentiel sous l’impulsion du vice-Champion du Monde des Rallyes 1993 avec des temps le plaçant régulièrement devant plusieurs R5 quatre-roues motrices. Le Nordiste monopolisait ainsi les scratches tant en deux-roues motrices qu’en Trophée Michelin lors de la première étape. Si Cédric Robert connaissait moins de réussite en voyant sa transmission le lâcher à la réception d’une bosse, le Stéphanois se montrait performant dès son nouveau départ le lendemain. Dans des conditions extrêmement difficiles et boueuses, le multiple vainqueur de coupes de marque s’offrait sept spéciales contre deux à François Delecour pour sceller le grand chelem des Alpine A110 Rally. Profitant de l’épreuve pour découvrir sa nouvelle monture, Cédric Robert soulignait également la marge de progression de l’Alpine A110 Rally en intégrant le top dix toutes catégories confondues des cinq derniers secteurs chronométrés. Avec une victoire de catégorie dès sa première sortie, l'Alpine A110 Rally pilotée par François Delecour termine à une belle onzième place au général, sur un terrain pourtant peu favorable en raison des conditions d'adhérence. Cette nouvelle déclinaison sportive de l'A110 poursuivra son engagement sur les manches du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte et sur les différents rallyes auxquels elle est éligible dans l'Hexagone. Philippe Sinault, Directeur de Signatech : « Comme la version GT4 en 2018, l’Alpine A110 Rally aura attendu moins d’une semaine après son baptême du feu pour dévoiler l’étendue de son potentiel avec une première victoire. Ce résultat confirme que la voiture est bien née, fiable et performante, même dans des conditions aussi délicates pour une deux-roues motrices que celles du Touquet ce week-end. Il vient également récompenser le long travail de développement mené avec succès par Lionel Chevalier, Directeur Technique de Signatech Automobiles, et son équipe en leur offrant une belle source de satisfaction. Nous remercions le Team FJ et le Team Bonneton pour leur confiance en ayant été les premiers à aligner l’Alpine A110 Rally en compétition. Nous avons désormais hâte de voir ce que l’avenir nous réserve avec l’entrée en scène de toujours plus d’exemplaires et le lancement du Trophée Alpine Elf Rally dès que le contexte sera plus favorable. »
  11. Débuts en compétition programmés pour l’Alpine A110 Rally Ce mardi, l’Alpine A110 Rally a reçu son homologation de la part de la Fédération Française du Sport Automobile. Cette nouvelle étape permet à la dernière création de la marque de se présenter au départ de tous les rallyes organisés dans l’Hexagone, à commencer par le Rallye Le Touquet Pas-de-Calais cette semaine. Arrivée au terme de son processus d’homologation avec la FFSA, l’Alpine A110 Rally sera doublement présente sur la manche d’ouverture du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte puisque deux exemplaires seront engagés sur le Rallye Le Touquet Pas-de-Calais (12-14 mars). L’un d’eux sera confié par le Team Bonneton-HDG Yacco à Cédric Robert, vainqueur en titre du Trophée Michelin et multiple lauréat de coupes de marque disputées en France. L’autre, exploité par le Team FJ, sera placé entre les mains de François Delecour, vice-Champion du Monde des Rallyes 1993. Cette présence au Touquet mettra fin à l’attente de tous les passionnés d’Alpine et amateurs de sport automobile avides de découvrir le potentiel de ce modèle annoncé en mai dernier et dévoilé sur certaines épreuves nationales. Conçue par Signatech à partir du cadre général défini par Alpine, la version Rally de l’Alpine A110 répond à tous les défis de son nouveau terrain de jeu. À ce titre, elle reprend le châssis aluminium léger et agile dérivé de la série vu sur les Alpine A110 GT4 et Cup, ainsi que son moteur 4 cylindres turbo 1,8 litre porté à plus de 310 chevaux, entre autres modifications spécifiques au rallye. Après cette première apparition dans les Hauts-de-France, d’autres Alpine A110 Rally rejoindront les parcs d’assistance français, à l’instar de Manu Guigou dès le Rallye Lyon-Charbonnières ou des futurs concurrents du Trophée Alpine Elf Rally, organisé à partir du mois de mai sur cinq manches phares du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte. Philippe Sinault, Directeur de Signatech : « Cette homologation nationale récompense l’énorme travail accompli durant la genèse de l’Alpine A110 Rally. Nous sommes très fiers du produit que nous proposons puisqu’il reprend les gènes de l’Alpine A110 de série et ceux de l’emblématique Berlinette avec une voiture dont les maîtres mots sont plaisir, accessibilité et performances. L’Alpine A110 répond donc parfaitement au cahier des charges que nous nous étions fixés. Nous tenons à remercier les équipes de la Fédération Française du Sport Automobile et celles de Renault Sport Racing nous ayant épaulés dans ce processus. La prochaine étape concerne désormais l’homologation FIA R-GT prévue début juillet, mais l’Alpine A110 Rally sera présente dès aujourd'hui au Touquet avec nos deux premiers clients, deux noms prestigieux en François Delecour et Cédric Robert. Nous essaierons de les soutenir autant que possible et notre plus grande satisfaction serait de les voir tous deux à l’arrivée samedi soir. » Régis Fricotté, Directeur Commercial et Compétition Alpine : « L’Alpine A110 Rally vient compléter notre programme compétition avec l’A110, déjà engagée sur l’Alpine Elf Europa Cup et en GT4. Toujours aussi facile de prise en main, agile et très performante, l’Alpine 110 s’exprime désormais sur tous les terrains de la compétition. Je tiens à féliciter les équipes de Signatech pour la travail réalisé avec l’A110 Rally. » Calendrier 2020 du Trophée Alpine Elf Rally 15-17 mai : Rallye Antibes Côte d’Azur 9-11 juillet : Rallye Aveyron Rouergue Occitanie 3-5 septembre : Rallye Mont-Blanc Morzine 2-4 octobre : Rallye Cœur de France 27-29 novembre : Rallye du Var Pour plus de renseignements : alix@signature-team.com SIGNATURE TECHNOLOGIES AUTOMOBILES 19 Rue Michaël Faraday - Parc Esprit 1 - 18000 BOURGES SARL au capital de 10 000 euros - Siret 500 132 584 000 11 - APE 742 C - RCS Bourges 500 132 584
  12. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les Éditions Histoire & Collections vous rappellent la parution de l’ouvrage ci-dessous : Alpine. Le retour en compétition Par l’équipe des Alpinistes composée de François-Xavier de Gébert, Vincent Fleurette, Pierre-Emmanuel Alain et de Fabien Cuvillier. Caractéristiques : ISBN 978-2-35250-520-4 – relié, format 23 x 31 cm - 160 pages, 39 € Fidèle à sa tradition sportive, Alpine ne pouvait renaître que par la compétition. Revivez cette renaissance de l’année 2012 à aujourd’hui, avec l’engagement d’Alpine en ELMS, WEC, Alpine Elf Europa Cup, GT4 et le R-GT. Cet ouvrage a été rédigé par des passionnés pour des passionnés, tout en restant accessible aux nouvelles générations. Les Alpinistes sont fiers de vous conter cette belle aventure vécue de l’intérieur… Les Alpinistes : Lancé en mai 2015, Alpine Planet, devenu Les Alpinistes en 2020, est un média français indépendant consacré à la marque Alpine. Avec la passion pour moteur, l’équipe des Alpinistes conjugue la marque Alpine à tous les temps. Que vous soyez véritable passionné, fervent amateur, ou simple curieux, nous vous proposons de revivre le retour à la compétition d’Alpine avec son partenaire Signatech. Nous sommes certains que cet ouvrage intéressera vos lecteurs et vous serions reconnaissants si vous pouviez l’annoncer dans vos colonnes. Pour le recevoir en service de presse, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail : adeniel@to-groupe.com. Nous vous remercions de l'accueil que vous réserverez à ce titre. Meilleures salutations, Annick DENIEL Services de presse ~ adeniel@to-groupe.com Ligne Directe : 01 45 78 33 87 HISTOIRE & COLLECTIONS 5, avenue de la République • 75011 Paris Tél : 33 (0)1 45 78 33 80 www.histoireetcollections.com
  13. Mardi 10 Mars, aura lieu en présence du pilote Jean François Delecour l'essai de la nouvelle Alpine Rallye à st Waast la vallée prés de Bavay à partir de 10h sur la place. On attend également des Alpine classiques.
  14. https://www.largus.fr/actualite-automobile/alpine-a110-ses-29-nouvelles-couleurs-en-details-10255395-12268400-photos.html#photos-main-title-anchor
  15. Manu Guigou vise de nouveaux sommets avec l’Alpine A110 Rally Pour son grand retour sur la scène nationale, Manu Guigou aura pour objectif le Championnat de France dans la catégorie deux roues motrices des Rallyes Asphalte avec la nouvelle Alpine A110 Rally. Fort d’une année rythmée par le développement et la mise au point de l’Alpine A110 Rally, Manu Guigou s’apprête à retrouver le verdict du chronomètre en engageant l’un des modèles conçus par Signatech sur les plus belles routes de l’Hexagone. Neuf fois vainqueur de la catégorie deux roues motrices, Manu Guigou, ambassadeur de l’Alpine A110 Rally, sera incontestablement l’un des pilotes à suivre pour les débuts en compétition de la dernière-née d’Alpine, dont il confiera l’exploitation et l’entretien au Team Joffroy. « Après six mois au cœur de son processus de développement sur différents terrains, j’ai la chance de prendre le volant de l’Alpine A110 Rally en compétition grâce au soutien de mes fidèles partenaires », se réjouit Manu Guigou, déjà à l’œuvre lors de la première apparition publique dynamique de la voiture au Rallye Cœur de France. « L’objectif sera d’obtenir un dixième titre dans la catégorie deux roues motrices et je suis convaincu que le savoir-faire des hommes de Romain Joffroy me permettra d’atteindre ce but. » « Nous sommes très heureux de collaborer avec Manu Guigou dans une aventure qui s’annonce chargée d’histoire puisque mon père roulait avec une Alpine A110 il y a cinquante-deux ans », ajoute Romain Joffroy, directeur du Team Joffroy. « Nous retrouvons désormais la marque avec l’Alpine A110 Rally, une voiture possédant une forte identité en étant à la fois belle, ludique, plaisante, adaptée à tous les pilotes et surtout performante. Tout cela nous motive d’autant plus à relever un nouveau défi en propulsion et nous avons hâte que la saison commence ! » Afin de mettre toutes les chances de son côté, Manu Guigou s’appuiera sur la dernière gamme introduite en compétition par Pirelli, victorieuse en WRC2 dès ses débuts au Tour de Corse en 2019. « Je suis très content de collaborer avec Pirelli pour la première fois depuis 2011 », rappelle-t-il. « Les pneumatiques P Zero RA ont déjà fait preuve de leur efficacité et je pense que leur conception est particulièrement adaptée à l’équilibre de l’Alpine A110 Rally. J’ai donc hâte de travailler en étroite collaboration avec Ivalto, le distributeur officiel et exclusif des pneus Pirelli Compétition en France, afin de tirer toute la quintessence de ce potentiel. » Dans l’habitacle aussi, il sera également question de retrouvailles puisque l’ambassadeur de l’Alpine A110 Rally s’entendra annoncer les notes par Alexandre Coria : « Je me réjouis de retrouver Alexandre à ma droite. Notre relation est déjà bien établie puisque nous avons roulé ensemble sur quelques épreuves ces dernières années, avec notamment des victoires de classe à la clé au Cœur de France 2017 et au Tour de Corse 2019. » Comme la tradition le veut depuis plusieurs années, le coup d’envoi de la saison du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte sera donné sur les routes du Touquet (12-14 mars), un rendez-vous que Manu Guigou juge toujours piégeux malgré douze participations à son actif. « Le Rallye du Touquet est une épreuve rapide, où il est important de savoir lire le terrain et l’adhérence au sol, et encore plus dans les spéciales de nuit », résume Manu Guigou. « C’est un rallye de spécialistes, mais l’un de ceux que j’apprécie le plus pour sa diversité. Tous les ingrédients faisant le charme et l’atmosphère de notre sport s’y retrouvent. Depuis mon dernier départ en 2018, le parcours a en partie changé avec notamment deux spéciales qui seront inédites, mais le reste de l’itinéraire se compose de nombreuses portions déjà empruntées dans un sens ou dans l’autre. » Loin d’évoluer dans l’inconnu la semaine prochaine, Manu Guigou retrouvera exceptionnellement une Renault Clio R3T, avec laquelle il s’est déjà offert deux victoires dans la classe R3 dans le Pas-de-Calais, avant de sceller définitivement sa transition de la traction à la propulsion. « En accord avec Philippe Sinault, le directeur de Signatech, j’ai décidé de décaler mes débuts en compétition dans mon rôle d’ambassadeur de l’Alpine A110 Rally », conclut Manu Guigou. « Je ressens une pointe de déception puisque notre saison ne commencera véritablement qu’au Rallye Lyon-Charbonnières, mais j’avais à cœur d’être au Touquet pour me remettre dans l’ambiance de la compétition. La Renault Clio R3T est une voiture que je connais bien et cet engagement est un acte de présence indispensable pour lancer mon année sur un pied d’égalité avec la concurrence. Cette campagne sera longue et il faudra régulièrement marquer des points puisqu’il n’y a aucun joker en deux roues motrices. » Disputé en ouverture du Championnat de France FFSA des Rallyes Asphalte, le Rallye Le Touquet Pas-de-Calais débutera jeudi 12 marspar un shakedown à Clenleu. Les débats s’ouvriront vendredi avec quatre spéciales négociées à deux reprises, puis deux nouveaux tours de cinq tests le lendemain. Après un parcours total de 592,27 kilomètres, dont 217,14 chronométrés, l’arrivée sera donnée samedi à 18h23. Suivez Manu Guigou sur les réseaux !
×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.