Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Pat

Admins
  • Compteur de contenus

    179
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    6

Réputation sur la communauté

8 Neutral

Visiteurs récents du profil

39 171 visualisations du profil
  1. De plus en plus, les voitures électriques sont dans l'air du temps : efficacité, énergie renouvelable, conduite agréable, et coups de pouce économique à l'achat, nombreux sont les atouts qui poussent à sauter le pas ! Néanmoins, les questions pratiques ont aussi leur importance, et représentent celles sur lesquelles les doutes subsistent parfois le plus. Or, pour les véhicules électriques, la problématique s'articule autour de leur autonomie et de l'accès aux bornes de recharge. Quelle est l'autonomie des véhicules électriques ? Les batteries sont totalement chargées et vous êtes prêts à vous élancer sur les routes au volant de votre voiture électrique ? Les valises sont dans le coffre, tout le monde est installé, mais une question subsiste : jusqu'où pouvez-vous aller avant de devoir faire une pause au prochain point de recharge. De nombreux tests ont été effectués par des professionnels sur de multiples modèles afin de mesurer, en conditions réelles, la consommation et l'autonomie des véhicules électriques. Les résultats sont étroitement liés à la capacité des batteries, les plus grosses étant destinées à des voitures de tailles importantes, et les plus petites à des citadines. De plus, notons que pour ce qui est de la puissance de charge, l'ensemble des voitures testées peut ici se recharger entre 5 et 80 % dans un laps de temps compris entre 30 et 40 minutes, lors d'une charge HPC (High Power Charging) ultra-rapide. Pour un véhicule électrique vendu autour de 43 000 €, vous pouvez compter sur une autonomie de 325 km avec une batterie de 72,6 kWh. Un modèle intermédiaire dans une fourchette comprise entre 50 000 et 60 000 € s'ouvre sur un éventail d'autonomies comprises entre 330 et 380 km, la puissance des batteries oscillant entre 70,0 et 80,0 kWh. Enfin, un véhicule haut de gamme pouvant grimper jusqu'à plus de 150 000 €, vous permet d'atteindre une autonomie plus conséquente en mesure de dépasser 410 km, grâce à des batteries de plus de 100,0 kWh. Il convient de souligner que, dans l'ensemble des tests réalisés, la différence entre l'autonomie mesurée et celle mentionnée par le constructeur automobile est systématiquement comprise entre -30 et -40 %. Une donnée intéressante à connaître lors de l'achat. Source : Unsplash Tout savoir sur l'accès au réseau de bornes de recharges Prévoir des points de recharge pour votre voiture électrique Si le fait de charger son véhicule à domicile se fait simplement pour les trajets du quotidien, lors de voyages plus longs, une petite préparation s'impose. Une fois l'autonomie du véhicule identifiée, il est temps de planifier le trajet pour organiser les pauses nécessaires à la recharge des batteries. La France est actuellement lancée dans un véritable sprint pour équiper le plus possible le pays de bornes de recharge. En février 2022, selon le baromètre national des infrastructures de recharge ouvertes au public, 55 000 points étaient accessibles sur le territoire, soit une borne pour 10 véhicules électriques. Une cadence qui ne cesse de s'accélérer. Bien que toutes les régions ne soient pas logées à la même enseigne, l'Île-de-France totalise 10 210 bornes de recharges contre seulement 1 082 pour les Pays de la Loire. Une meilleure distribution permettant de réaliser des trajets sans encombre. Le coût évolue en fonction des capacités de la batterie, et n'est pas le même sur une borne publique, semi-privée ou une colonne de recharge ultra rapide HPC. Pour ces dernières, le prix est fixé en fonction du modèle de votre véhicule. Néanmoins, des abonnements sont proposés par les opérateurs, ainsi que des remises selon la marque du constructeur, des économies qui peuvent dépasser les 50 %. En fonction de votre voiture et de la zone de votre domicile, il convient de vous renseigner des différents abonnements envisageables, et des partenariats qu'ils ont signé avec les autres opérateurs. Source : Unsplash Un trajet long : Paris – Marseille en voiture électrique Pour effectuer le trajet de Paris à Marseille avec votre véhicule électrique, il vous faudra compter moins de 8h, comme pour un véhicule thermique : ni plus, ni moins. Cet itinéraire comprend deux pauses sur l'A6 et l'A7 afin de recharger le véhicule, pauses nécessaires lors de tout voyage, comme le préconise la sécurité routière. Pour ce qui est du coût, selon votre conduite, le modèle et son optimisation, il faut compter environ 37 € pour un véhicule électrique. N'hésitez pas à en apprendre davantage sur le coût de recharge des batteries électriques qui équipent les voiture électriques. En revanche, pour une voiture thermique, le prix de l'essence est estimé à 75€. Les automobiles électriques ne cessent de s'améliorer pour proposer des performances en mesure de répondre aux besoins de chacun, en conciliant la mobilité avec les impératifs écologiques. Bon à savoir : L’éco-conduite est une pratique qui prône une conduite souple en privilégiant de petites accélérations et ralentissements quand la situation le rend possible. Elle permet de diminuer sa consommation de carburants.
  2. Les voitures électriques sont de plus en plus populaires en France. Il faut dire que la hausse continue du prix de l’essence et du diesel pousse de nombreux conducteurs à revoir leur mode de transport. Dans ce contexte, l’achat d’un véhicule électrique semble être la solution toute trouvée. Mais le prix d’achat d’un tel véhicule est élevé. Il faut également prévoir une autre dépense : le coût de l’assurance d’une voiture électrique. Alors, quelle assurance pour une voiture électrique ? Une assurance pour véhicule électrique coûte-t-elle plus cher que pour un véhicule standard ? Quelles sont les garanties essentielles pour une voiture électrique ? Assurance d'une voiture électrique : retrouvez les critères de choix et les estimations de prix des assurances auto pour véhicules électriques. Assurer une voiture électrique vs essence ou diesel : est-ce différent ? Dans les faits, il n'y a pas de grande différence entre les voitures électriques, à essence, au diesel, au bio-éthanol ou encore hydrides. Il s'agit d'un moyen de locomotion permettant de rouler sur les routes françaises et de transporter le plus souvent jusqu'à 4 passagers en plus du conducteur. On peut noter l'absence de bruit du moteur ou le montant du "plein" très bas pour la recharge dans le cas d'une voiture électrique mais pour le reste, les risques qu'encourent les assureurs sont identiques : accident, panne, réservoir à sec ou batterie à plat, vol ou dégradation du véhicule, … C'est pourquoi les véhicules à moteur électrique s'assurent de la même façon qu'un véhicule classique. Encore aujourd'hui, peu de compagnies d'assurance proposent à leurs clients des contrats spécifiques à ces voitures. Vous pouvez néanmoins retrouver des contrats plus personnalisés sur le service en ligne Mieux Assuré par exemple. Toutes les assurances auto acceptent-elles les véhicules électriques ? Tout véhicule qui circulent sur les routes publiques françaises doit être obligatoirement assuré (au minimum au tiers pour bénéficier de la responsabilité civile). La voiture électrique n'y fait pas exception. Les compagnies d'assurance ne font pas la différence entre une voiture électrique et une voiture essence ou diesel à quelques exceptions près. En effet, le contrat d'assurance prennent principalement en compte le profil du conducteur et le modèle du véhicule n'est qu'une variable permettant d'ajuster le cout de l'assurance. En tant que propriétaire d'une voiture électrique, il est donc possible de souscrire un contrat d'assurance pour voiture électrique auprès de n'importe quelle compagnie d'assurance en France. Vous aurez le choix entre les formules habituelles : assurance au tiers, intermédiaire ou tous risques. C'est le même constat pour les voitures à motorisation hybride. Certaines assurances auto proposent des options personnalisées pour les voitures électriques afin de pallier des risques propres à cette motorisation. C'est notamment le cas de certaines options visant à assurer les batteries électriques qui sont un des éléments les plus coûteux sur ces modèles. Pour en savoir plus sur ces garanties optionnelles dédiés aux voitures 100% électriques, le mieux est de se renseigner en faisant des devis assurance auto électrique. Est-il plus coûteux d'assurer une voiture électrique ? En théorie, il est tentant de répondre non à cette question. Malheureusement, une assurance pour voiture électrique coûte généralement plus cher à l'année qu'un véhicule normal pour un modèle équivalent à motorisation différente et un même profil de conducteur. Ce "surcoût" 'est logique car il est causé par la valeur plus élevée d'une voiture électrique. En effet à modèle équivalent, la valeur du véhicule électrique sera plus importante qu'une motorisation essence ou diesel. En fonction des garanties souscrites, la compagnie d'assurance va couvrir jusqu'à la valeur à neuf du véhicule en cas de grave accident. Soit un remboursement plus élevé dans ce cas, ce qui impacte logiquement le montant de la prime d'assurance. Comme pour les contrats classiques, il est possible de désactiver certaines options pour faire baisser la note (assistance dépannage en cas de batterie déchargée, vol de la batterie ou de la voiture, remboursement à la valeur d'achat) ou encore de choisir des contrats plus contraignants comme une assurance au kilomètre si vous roulez peu. Qu'est-ce que la garantie batterie des assurances auto électrique ? Pour stocker l'électricité nécessaire à son fonctionnement, une voiture électrique est équipée de grosses batteries. En plus d'être indispensables, ces batteries font partie des éléments les plus coûteux lors de la fabrication. Autant dire qu'en cas de remplacement, la facture sera élevée car le montant représentera environ un tiers du coût global du véhicule. Soit plusieurs milliers d'euro ! Fort heureusement, la garantie constructeur couvre les dysfonctionnements des batteries pour les voitures 100% électriques. Le plus souvent, les constructeurs couvrent les batteries jusqu'à 8 ans de garantie ou 160.000 km. Certains constructeurs proposent même de base ou en extension de garantie une utilisation plus élevée. En complément de la garantie constructeur, vous pouvez optez pour une garantie optionnelle couvrant les batteries de votre véhicule électrique en cas de vol ou d'accident. Quel est le coût moyen d'une assurance pour une voiture électrique ? Comme tout contrat d'assurance, le montant à payer dépend de nombreux facteurs dont principalement le profil de l'assuré et le modèle en question. Le montant sera donc d'autant plus élevé que le profil semble risqué ou que la valeur du véhicule à assurer est élevée. D'autres facteurs sont également pris en considération par les assureurs : le bonus ou le malus, la couverture d'un second conducteur, le lieu d'habitation (et le risque de vol lié), les options souhaitées, … Pour vous donner une estimation dans le cas d'un véhicule 100% électrique, il faut compter en moyenne entre 400€ et 500€ pour une formule au tiers, entre 600€ et 700€ pour une formule tous risques. Mais vous l'aurez compris, pour calculer le tarif d'une assurance pour voiture électrique, il est nécessaire de se rapprocher de plusieurs compagnies et de comparer les offres. Vous pourrez alors identifier la meilleure proposition d'assurance auto. Existe-t-il des aides financières pour l'assurance d'une voiture électrique ? L'acquisition d'une voiture électrique bénéficie de nombreuses aides financières du gouvernement et des collectivités locales pour aider les français à financer cet achat. Quant à l'assurance auto, aucune aide n'est disponible. En effet, il n'existe aucun coup de pouce visant à vous rembourser une partie de votre prime d'assurance ou à baisser le montant total.
  3. Vous envisagez d’acheter une voiture neuve ? La première bonne nouvelle, c’est que votre choix ne sera pas limité. Ici, pas de concessions comme c’est souvent le cas quand on achète une voiture d’occasion. Vous pourrez choisir la marque, le modèle, les caractéristiques, les fonctionnalités et même la couleur. Mais une voiture neuve coûte également plus cher à l’achat. Quelles sont les solutions de financement d’un véhicule neuf ? Quel moyen de financement est-il le plus rentable quand on achète une nouvelle voiture ? Pour vous aider, nous allons donc aborder dans cet article comment financer l’achat d’une voiture neuve. Les avantages de choisir un véhicule neuf Il existe de nombreuses raisons d’opter pour un véhicule neuf : Il est toujours assorti d’une garantie constructeur. Il bénéficie des dernières technologies. Il est en accord avec les dernières normes imposées. Pour couronner le tout, il est plus économique, car un véhicule neuf ne nécessite que peu d’entretien au début de sa vie (en dehors des révisions et visites imposées par les constructeurs). Et dans la mesure où il n’a jamais été utilisé auparavant, il est aussi moins énergivore. Bref, une voiture neuve, c’est - comme on dit - une affaire qui roule. Mais attention, qui dit neuf dit également prix élevé. Il s’agit d’un investissement conséquent pour beaucoup de ménages français. Voilà pourquoi, il faut préalablement penser au financement et ce n’est pas toujours évident. Certains services peuvent vous conseiller et vous apporter des solutions pour vous permettre d'avoir le budget nécessaire à cet achat, c'est le cas en contractant votre crédit auto sur MeilleurTaux par exemple. Acheter une voiture : la problématique du financement Qu’elle soit neuve ou d’occasion, lorsqu’on décide d’acheter une voiture, on doit s’apprêter à débourser une grosse somme d’argent. Mais il faut l’avouer, le prix d’un véhicule est nettement plus élevé lorsqu’il est neuf. Selon les derniers classements, la voiture neuve la moins chère du marché coûterait près de 11.000€ en France. Mais il faut noter également que le coût va obligatoirement varier selon la marque et le modèle que vous allez choisir. En fonction de ces seuls critères, le prix de la voiture peut donc tripler, voire quadrupler. Voilà pourquoi, lorsqu’on opte pour cette solution, la question du financement revient toujours. Il est primordial de s’y préparer tôt. Car le vrai problème n’est pas de savoir si on a les moyens ou pas. C’est plutôt de pouvoir s’offrir cette voiture neuve tout en conservant une bonne partie de ses économies ou du moins, sans se retrouver sans un sou après. Les différents moyens d'acheter une voiture neuve Eh oui ! Contrairement à ce qu’on peut penser, le prêt bancaire n’est pas la seule option possible. En réalité, il y a plusieurs moyens de financer l’achat d’une voiture neuve. A vous de voir lequel convient le plus à vos besoins et à votre budget. Achat en fonds propres d'une nouvelle voiture La première alternative, et sans doute la plus simple, est d’acheter votre voiture avec vos fonds propres. En payant comptant, la transaction se fait sans intermédiaire. Vous traitez directement avec le vendeur ou le concessionnaire. Vous allez en retirer de nombreux avantages : Les démarches sont simplifiées. La voiture vous appartient immédiatement. Le prix est moins élevé, car vous n’avez pas à payer les intérêts d’un prêt. L’achat ne va pas entacher votre ratio d’endettement. Mais attention, c’est une bonne solution, mais elle n’est pas toujours l’idéale. En effet, contracter un prêt bancaire avec intérêt est engageant sur la durée et ajoute un surcoût (frais de dossier et intérêts à payer). Le crédit à la consommation n’est pas du tout recommandé si vos ressources sont limitées. Vous risquez : De tarir votre épargne. De limiter votre pouvoir d’achat. Réfléchissez donc à deux fois avant de vous lancer. Assurez-vous qu’une fois l’achat effectué, vous aurez encore assez de liquidités pour vivre décemment, voire pour rester solvable (vital si vous envisagez de souscrire un prêt hypothécaire par exemple). Achat à crédit d'une voiture neuve via un prêt auto ou un crédit personnel Bien qu’un peu plus coûteux, les prêts bancaires demeurent les solutions les plus pratiques. Certes, avec les intérêts, son prix va encore augmenter. Vous aurez sans doute droit à des mensualités élevées. Mais au moins, vous pourrez payer votre voiture progressivement, à votre rythme et selon vos moyens. Pour financer l’achat d’une voiture neuve, vous pouvez souscrire : Un crédit personnel. Dans la mesure où il s’agit d’un prêt à la consommation, il n’est donc pas affecté. Vous pouvez l’utiliser pour tous vos projets - dont l’achat d’une voiture si vous le souhaitez. L’avantage, c’est que vous pouvez emprunter plus, et utiliser le surplus pour d’autres besoins également. Un crédit auto. C’est un prêt affecté accordé par un établissement prêteur, bancaire ou non (le concessionnaire également) - qui versera la somme empruntée directement au vendeur. Elle sera donc utilisée pour l’achat du véhicule concerné uniquement. Pour ce qui est de savoir s’il faut souscrire un prêt avec ou sans apport, tout dépend de vous : Sans apport si vous envisagez d’utiliser l’emprunt pour financer la totalité de l’achat. Avec apport si vous envisagez d’utiliser l’emprunt pour compléter votre budget. Ou vice-versa, si le montant de l’emprunt ne suffit pas pour financer l’achat. Achat avec reprise de l'ancien véhicule La reprise est également une bonne solution pour financer l’achat d’une voiture neuve. En proposant au concessionnaire de reprendre votre ancien véhicule, vous allez faire baisser le montant que vous allez débourser. Surtout, vous gagnerez du temps car vous n’aurez pas besoin de vous occuper de la vente de votre voiture actuelle. Mais faites attention, l’opération n’est pas toujours intéressante. Tout dépend du montant de la reprise. C’est de ce dernier que va dépendre la valeur du montant restant, qu’il faudra quand même payer. Pour obtenir la meilleure reprise possible, il convient de négocier avec son concessionnaire sur le montant de cette reprise mais également le coût d’achat du nouveau véhicule ou encore des options offertes. Bien choisir la solution de crédit auto au meilleur taux Si vous avez choisi de souscrire un prêt auto pour financer l’achat de votre voiture, notez bien ceci : tous les crédits ne se valent pas. Aussi, ne vous focalisez pas uniquement sur l’objectif final - qui est d’acquérir un véhicule neuf. Car le montant de la somme empruntée n’est que la face visible de l’iceberg. Derrière une offre qui paraît particulièrement alléchante, il faut toujours se renseigner clairement sur les points suivants et ne peut hésiter à comparer les offres entre elles : Un taux d’intérêt plus élevé (TAEG). Une mensualité trop importante. Un délai de remboursement trop long. Bref, pour ne pas tomber dans le piège, choisissez votre prêt non pas en tenant compte d’un seul de ces critères, mais de l’ensemble. Choisissez en considérant le coût total du crédit, c’est-à-dire avec les divers frais et les intérêts inclus. Pour faire le bon choix, n’hésitez pas à déposer des dossiers dans de nombreux établissements et à comparer leurs offres. Si vous n’avez pas le temps de vous déplacer, utilisez un comparateur sur internet. Ces outils sont nombreux et accessibles sur la toile. Ils vous permettent de simuler une demande de crédit en ligne et de déterminer par la même occasion vos possibilités de financement, ainsi que leurs coûts éventuels. Les conseils pour bien financer l'achat d'une auto neuve Vous l’aurez compris, les solutions de financement sont nombreuses. Il vous appartient d’étudier et d’analyser chaque option sous toutes les coutures et de choisir laquelle vous convient le mieux. Si vous optez pour le prêt, n’oubliez pas que vous devez choisir : Le type de crédit : crédit affecté (prêt auto) ou crédit non affecté (crédit personnel). L’établissement prêteur : banque, concessionnaire, mandataire auto, organisme de financement en ligne, organisme de rachat de crédit, organisme de leasing auto, etc. Achat de voiture neuve ou Leasing : quel est le choix le plus intéressant ? Le leasing est également une solution possible. Il s’avère même intéressant si vous n’avez pas un grand budget et si vous ne voulez pas contracter un prêt, pour une raison ou pour une autre. Il vous permet de disposer d’une voiture neuve pendant une période donnée, avec la possibilité d’en devenir propriétaire à la fin de cette période. Avec le leasing, vous avez le choix entre deux options : Le LOA ou leasing avec option d’achat. Dans ce cas de figure, vous pouvez choisir la voiture que vous voulez - neuve et récente dans la majorité des cas. Vous payez des frais de location pendant un temps déterminé, avec les frais d’entretien et de réparation qui s’imposent en cas de besoin. A la fin du contrat, la voiture vous appartiendra. Le LLD ou location longue durée. Dans ce cas de figure, vous pouvez choisir et utiliser une voiture neuve et récente également. Elle sera à votre entière disposition en contrepartie de frais de location. En revanche, l’assurance, les frais d’entretien et de réparation ne seront pas à votre charge. A la fin du contrat de location, vous devrez restituer le véhicule. Les aides possibles pour réduire le budget C’est un fait, l’achat d’une voiture - neuve de surcroît - représente un investissement considérable quand on a des revenus bas ou moyens. Aujourd’hui heureusement, le gouvernement et parfois les associations et les initiatives locales peuvent vous aider à financer votre projet. Leur octroi et le montant de l’aide va toutefois dépendre de certaines conditions. Voici les aides auxquelles vous pourrez prétendre : La prime à la casse. Vous pouvez obtenir cette aide si vous envisagez d’acheter une nouvelle voiture peu polluante, en remplacement d’une voiture diesel immatriculée avant 2006, ou une voiture essence immatriculée avant 2001 - que vous allez envoyer à la casse. En fonction du véhicule que vous allez acheter et de votre situation fiscale, vous pouvez obtenir une aide allant de 1.500€ à 5.000€. Le bonus écologique. Vous pouvez obtenir cette aide gouvernementale si vous êtes majeur, domicilié en France et que vous envisagez d’acheter une voiture électrique neuve. Vous pouvez obtenir jusqu’à 7.000€ et bonne nouvelle, vous pouvez le combiner avec la prime à la casse. Pour finir, si vous voulez acheter au meilleur prix, n’hésitez pas à négocier pour obtenir des remises. La négociation lors de l’achat d’un véhicule neuf est le meilleur moyen de faire des économies.
  4. Les jeunes conducteurs, aussi appelés conducteurs novices, représentent ceux qui n'ont pas d'expérience au volant. En principe, ils ont obtenu leur permis il y a moins de trois ans. Ils sont facilement repérables sur la route, car un disque rouge avec la lettre A est apposé sur la lunette arrière de leur véhicule. L'assurance considère cette catégorie de conducteurs comme étant « à risque » du fait de leur manque d'expérience. Ainsi, ils sont plus susceptibles de causer des accidents de la route. Qu'est-ce qu'une assurance auto pour jeune conducteur ? Existe-t-il des assurances spéciales pour les conducteurs débutants ? Pourquoi les jeunes conducteurs payent-ils une surprime ? Nous vous invitons à découvrir ce qu'il y a à savoir sur l'assurance auto pour les jeunes conducteurs à travers cet article. Comment fonctionne l'assurance automobile ? Il est important de souligner l'importance d'une assurance auto pour jeune conducteur, quel que soit l'âge de celui-ci : ainsi, pour bien cerner la notion, il faut d'abord connaître comment fonctionne une assurance automobile. Pour cela, nous devons nous pencher sur les démarches nécessaires à la souscription et les modifications du contrat. Pour rappel pour conduire un véhicule en France, il est obligatoire que ce dernier soit assuré. Les démarches pour souscrire une assurance auto Il est possible de souscrire une assurance auto auprès d'un agent général d'assurances, d'un courtier ou d'une compagnie d'assurances. Vous pouvez vous adresser simultanément à tous ces organismes et comparer ensuite les propositions afin de bénéficier de la meilleure offre. Cependant, vous devez toujours indiquer le type de garantie que vous désirez obtenir à l'assureur avec lequel vous avez conclu un contrat. Si vous désirez changer de compagnie d'assurance, il est nécessaire de transmettre certains documents à votre nouvel assureur. Il s'agit notamment d'un relevé d'informations délivré par l'ancienne compagnie. Dans certains cas, la souscription implique également de répondre à un questionnaire. Cela est souvent nécessaire pour évaluer les risques et calculer le montant de la prime. Sachez que vous devez également signaler certaines situations à votre assurance. Il s'agit notamment de mentionner si vous utilisez votre voiture pour aller au travail. Vous devez également faire part de l'identité du ou des conducteurs habituels du véhicule. En outre, n'oubliez pas d'évoquer les accidents importants et les sanctions subis au volant dans le passé. L'objectif de votre assureur est d'obtenir des renseignements exacts de votre part. D'ailleurs, une fausse déclaration ou une omission de certaines informations peut entraîner des conséquences lourdes ou être considérée comme une escroquerie. En l'occurrence, les indemnités que vous aurez pu toucher peuvent être réduites et vous pouvez être tenu d'indemniser vous-même les victimes en cas d'accident. Si vous faites une mauvaise déclaration, le contrat peut également devenir caduc. À cet effet, l'assurance n'interviendra pas si un sinistre survient, mais gardera tout de même les cotisations déjà versées. La modification du contrat d'assurance auto Vous devez toujours signaler toute modification de votre situation à votre assureur. En effet, tout changement peut affecter le risque assuré : un accident responsable ou non, un changement d'adresse, la conduite de la voiture par un second conducteur, … À cet effet, celui-ci peut diminuer ou s'aggraver. Les modifications sont à notifier à votre assureur par lettre recommandée avec accusé de réception. En l'occurrence, vous devez mentionner votre situation familiale après un mariage ou un divorce. Vous devez également indiquer votre situation professionnelle en cas de changement d'activité, de départ à la retraite, etc. Enfin, n'oubliez pas de confirmer votre nouvelle adresse en cas de déménagement. Sachez qu'il est également possible de demander la résiliation du contrat si la modification de la situation influe sur le risque couvert. Les différents types de couvertures d'assurance automobile Il existe de nombreuses couvertures en matière d'assurance automobile. Elles sont regroupées dans les trois catégories suivantes. En fonction du véhicule, du profil de l'assuré et des garanties optionnelles souhaitées ou non, ces différents niveaux d'assurance auront une incidence sur la tarification appliquée. En tant que jeune conducteur, le budget auto est souvent limité. Il est d'autant plus important de comparer ces différentes couvertures pour savoir laquelle propose le meilleur ratio couverture et prix. La couverture responsabilité civile Il s'agit de la couverture d'assurance minimale. Elle est obligatoire pour tout conducteur, qu'il soit expérimenté ou non. Elle garantit une assurance des dommages occasionnés aux usagers de la route ou à leur véhicule en cas d'accident de la circulation. Les couvertures complémentaires en assurance auto Ces couvertures servent à mieux vous protéger si vous êtes responsable d'un accident de la circulation. D'abord, nous pouvons distinguer la couverture protection du conducteur. Elle offre une garantie en cas de collision avec un véhicule, un piéton ou un animal. Cependant, cela s'applique uniquement lorsque ceux-ci sont identifiés. Cette garantie couvre aussi les dommages corporels que vous avez subis au volant suite à un accident. Ensuite, nous pouvons trouver la garantie contre les risques d'incendie, de vol et de vandalisme. Il existe également une offre d'assurance qui couvre les risques de bris de glace. Elle indemnise notamment les vitres et les rétroviseurs s'ils se brisent. Sachez que votre véhicule peut également être couvert contre les tempêtes ainsi que les catastrophes technologiques ou naturelles. Enfin, nous pouvons citer la couverture tous risques. Si vous souscrivez cette garantie, vous serez assuré en toutes circonstances. Cela s'applique même si vous, en tant que conducteur, êtes le responsable de l'accident. Les couvertures facultatives de service Il existe de nombreuses couvertures supplémentaires en assurance automobile. Vous pouvez choisir la protection juridique par exemple. Ici, la compagnie d'assurance vous représente en cas de procédure judiciaire face à un tiers. Vous pouvez également choisir la couverture assistance dépannage. Elle implique de vous assister et de vous protéger en cas de panne. Comment obtenir la meilleure offre en matière d'assurance automobile ? Il ne suffit pas de se contenter de quelques recherches pour obtenir la meilleure offre en matière d'assurance automobile. Voici ce que vous devez faire. Définissez vos besoins Avant de choisir une offre d'assurance auto, il est important de considérer ce dont vous avez réellement besoin. Pour cela, il faut d'abord tenir compte de votre véhicule (d'occasion, neuf, puissant, etc.). Ensuite, vous devez considérer votre profil (senior, jeune conducteur, résilié, à risque, etc.). Le lieu où vous garez votre voiture est également important. Cela peut être dans votre garage, à l'extérieur, dans un espace privé, dans un lieu public ou ailleurs. N'oubliez pas non plus le coefficient bonus-malus et le nombre de sinistres accumulés dans le passé. Enfin, prenez en considération la fréquence à laquelle vous utilisez votre voiture. Ces éléments permettront de trier les formules d'assurance proposées. Votre assureur en tiendra également compte pour fixer le montant de la prime. Prenez en compte les exclusions de garantie et les franchises Une exclusion de garantie trop stricte risque grandement de vous décourager. En effet, certaines assurances restreignent la couverture même, ce qui les rend inutiles. Les clauses d'exclusion sont écrites noir sur blanc dans les contrats. Quant aux franchises, faites attention aux montants indiqués. Sinon, en cas de sinistre, vous risquez de participer à l'indemnisation. Le montant de la franchise représente la somme d'argent à la charge de l'assuré. Plus elle est élevée, moins le prix de la prime le sera. Comparez les offres d'assurance auto Sachez qu'il ne faut surtout pas directement choisir l'offre la plus économique en matière d'assurance auto. En effet, certaines formules peuvent sembler alléchantes, mais cachent des frais supplémentaires astronomiques. Désormais, lorsque vous trouvez une garantie abordable, penchez-vous sur le prix de la franchise. Cela vous permettra de savoir quelles protections vous allez payer. Les comparateurs d'assurance peuvent également vous aider à affiner vos recherches. N'hésitez donc pas à les utiliser pour trouver l'offre qui correspond le mieux à votre profil. Considérez les petits détails Les formules que les compagnies d'assurance proposent sont souvent les mêmes. Il est donc important de se pencher sur les options supplémentaires proposées par l'assureur pour trouver la meilleure offre. En l'occurrence, certains assureurs peuvent vous proposer de mettre à votre disposition une voiture de remplacement. Cela s'applique si la vôtre n'est pas disponible pour différentes raisons. Sachez aussi que de nombreuses sociétés d'assurances proposent des offres selon certains types de profil. À cet effet, il existe des offres pour les conducteurs malussés ou les jeunes conducteurs. Il est donc nécessaire de faire quelques recherches afin de trouver ce type de garantie si vous figurez dans une catégorie spécifique. Conseils aux jeunes conducteurs pour maintenir leurs tarifs à un niveau bas En tant que jeune conducteur, il n'est pas évident de trouver une assurance auto bon marché. Les assureurs ont tendance à appliquer des tarifs élevés pour les conducteurs débutants à cause des risques encourus. Avec le permis, l'achat de la première voiture et l'assurance, être jeune conducteur implique généralement de disposer d'un budget conséquent. Voici ce que vous devez faire pour maintenir les tarifs à un niveau bas : Passez votre permis de conduire accompagné ou supervisé : ainsi, la compagnie d'assurance vous considèrera moins comme « à risque ». Vous pourrez également bénéficier d'une réduction de votre prime annuelle d'environ 5 %. Inscrivez-vous en tant que second conducteur : les trois premières années du permis, vous, en tant que jeune conducteur, n'avez pas forcément besoin d'acheter une voiture. À cet effet, vous pouvez vous faire ajouter aux contrats d'assurance auto de vos parents en tant que second conducteur. Dans le futur, lorsque vous vous inscrirez en tant que conducteur principal, vous pourrez bénéficier de bonus plus avantageux et de cotisations mensuelles plus basses. Optez pour les assurances qui proposent le système « pay as you drive » : il fonctionne à l'aide d'un boîtier connecté au véhicule et d'une application mobile. Grâce à cela, vous pouvez obtenir chaque mois un score de conduite. Si cette dernière s'avère responsable, votre score sera élevé. Vous pourrez ainsi bénéficier d'une réduction allant jusqu'à -40 % sur votre prime d'assurance. Soyez stratégique dans le choix de votre voiture : sachez que plus un véhicule est puissant, plus le risque d'accident est élevé. D'ailleurs, une voiture neuve suréquipée est plus chère à réparer. Optez donc pour un véhicule dont la valeur et la puissance sont faibles. Il s'agit d'une liste non exhaustive de ce que vous avez la possibilité de faire pour maintenir le tarif de l'assurance auto à un niveau bas. Vous pouvez trouver d'autres conseils en vous renseignant davantage sur Internet. De même si vous ne souhaitez pas payer trop cher votre assurance en tant que jeune conducteur, une solution consiste à choisir une voiture dont la valeur est peu élevée. Découvrez nos conseils pour bien choisir sa première voiture quand on vient d'avoir le permis B.
  5. L'achat d'une nouvelle voiture, neuve ou d'occasion, se fait souvent en remplacement d'un véhicule actuel. La reprise de véhicule est alors une solution pratique si l’on veut vendre sa voiture facilement et en obtenir une nouvelle à bon prix. C’est une alternative plus qu’intéressante, surtout s’il s’agit d’un véhicule d’occasion. Si vous vous y prenez bien, vous pourrez faire baisser votre montant dû au maximum. La première chose à faire est d’estimer la valeur réelle de votre voiture. Pour cela, vous devez comprendre certaines choses : comment le prix d’un véhicule est-il estimé ? Quels sont les critères et les éléments pris en compte pour évaluer son coût ? Qu’en est-il de l’argus ? Que calcule un professionnel auto pour la reprise de votre véhicule ? Retrouvez toutes les informations et méthodes pour calculer le montant de reprise d'un véhicule et savoir combien vaut votre voiture. L'importance de bien calculer la reprise d'un véhicule Le projet de remplacement d'une voiture se déroule généralement en 2 étapes, dont l'ordre dépend pour beaucoup de votre trésorerie : Il faut trouver le nouveau véhicule. Il faut vendre l'ancienne voiture. Dans certaines conditions, il est possible que le vendeur du nouveau véhicule vous propose une offre de reprise. Avoir la possibilité d’échanger une voiture d’occasion contre une nouvelle voiture, potentiellement neuve… c’est très tentant. Entre le gain de temps et la simplification des démarches, cette opération a des avantages. Mais dans ce genre de situation, il est important que vous gardiez la tête froide et que vous ne vous laissiez pas séduire par une offre qui semble intéressante. Une offre de reprise peut en effet cacher de nombreux pièges, notamment financiers. Si vous ne prenez pas le temps de l’examiner de plus près, vous risquez de vendre votre voiture à un prix dérisoire, c’est-à-dire pour bien moins que ce qu’elle vaut réellement. Vous voulez faire une bonne affaire ? Pour cela, il est indispensable d'obtenir le meilleur prix de reprise possible. Il faut donc commencer à s'informer sur le montant que vaut une voiture d'occasion via hopauto reprise voiture par exemple. Calculez la prise de votre voiture en veillant à ce qu’elle réponde à deux besoins majeurs : Vous vendez votre voiture au bon prix, c’est-à-dire le meilleur que vous pouvez obtenir sur le marché. Vous vendez votre voiture facilement et rapidement, chose qui peut s’avérer difficile si sa côte est élevée et qu’elle coûte, par conséquent, chère. Les critères à prendre en compte pour calculer la valeur d'une voiture Le prix de revente de votre voiture, à un particulier ou dans le cadre d'une reprise, dépend avant toute chose de sa cote sur le marché automobile. Mais certains facteurs viennent augmenter ou diminuer cette estimation. Pour estimer la valeur d’un véhicule au plus juste, plusieurs critères sont considérés : la marque, le modèle et bien d’autres éléments. Le millésime de la voiture La valeur d’un véhicule dépend, dans un premier temps, de son millésime. Les professionnels déterminent son ancienneté en se basant sur la date de première mise en circulation - précisée sur la carte grise de la voiture. La règle est simple : plus elle est ancienne, plus la voiture risque de perdre de la valeur. Voilà pourquoi une voiture neuve a automatiquement une cote plus élevée. Pour connaître la décote de votre véhicule avant la reprise, basez-vous sur ce petit calcul : une voiture perd 15% à 20% de sa valeur chaque année. Le kilométrage affiché au compteur Le kilométrage joue un rôle essentiel dans l’estimation de la valeur de votre véhicule. Vous devez vous y attendre, cette dernière décroît avec le nombre de kilomètres parcourus. Combiné à l’ancienneté, il permet en effet de déterminer quel genre d’automobiliste vous êtes. Notez toutefois que si la voiture est ancienne, mais qu’elle affiche malgré tout un faible kilométrage, cela pourrait jouer en votre faveur. La cote pourrait augmenter car le repreneur aura plus de facilité à lui-même vendre un véhicule avec un faible kilométrage. L’état général de la voiture L’état de la voiture va forcément avoir une influence sur sa valeur, et donc sur l’offre de reprise. Un esthétique irréprochable, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, peut vous faire gagner des points importants. En revanche, une carrosserie usée, avec une peinture écaillée et des parties toutes cabossées, ça risque de ne pas trop vous servir. Les choses pourraient s’empirer si l’intérieur n’est pas mieux : tâches sur les sièges, trous dans la moquette, etc. La motorisation du véhicule Les professionnels font rarement l’impasse sur le moteur. Un automobiliste lambda peut avoir du mal à donner un avis objectif sur son état. Mais ce n’est pas le cas des experts qui, lors de l’évaluation, vont utiliser la moindre faille pour faire baisser la valeur de votre voiture. Vous l’aurez compris, l’état du moteur et ses particularités : consommation, traces ou non d’huile, état du joint de culasse, etc. tous ces détails peuvent complètement changer la donne. Les entretiens réalisés et l'état des consommables Vous vous en doutez, le fait qu’il s’agisse d’une voiture d’occasion ne va pas vraiment servir vos intérêts. Et cela, surtout si le véhicule en question n’est pas de “1ère main”. Sa valeur va diminuer avec le nombre de mains par lequel il est passé, vous devez vous y préparer. Mais vous pouvez améliorer les choses en présentant une voiture très bien entretenue. Le fait est que le professionnel qui va la reprendre va aussi évaluer les réparations qu’il devra effectuer pour pouvoir la vendre après. Moins il y aura de devoirs à faire, moins elle risque de perdre de la valeur. Pensez donc à présenter un carnet d’entretien à jour et détaillé. De même, l'état des consommables tels que les pneumatiques et les freins sont des éléments à prendre en compte. Comment calculer le prix d'une voiture d'occasion ? Si vous voulez vendre ou si vous voulez opter pour la reprise d’une voiture d’occasion, n’attendez pas pour calculer son prix. N’oubliez pas que le temps joue contre vous. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de procéder à ce calcul à l’avance et estimer la valeur de reprise de son voiture soi-même. Calculez le prix de votre voiture d’occasion vous-même Vous pouvez d’ailleurs le faire vous-même si vous disposez d’un peu de temps. Pour cela, vous pouvez procéder à une analyse du marché. Renseignez-vous sur le prix pratiqué pour le même modèle en consultant et en comparant les petites annonces. En parcourant les petites annonces sur des sites populaires comme Leboncoin ou La Centrale, vous pourrez vous faire une idée assez précise de combien vaut votre voiture. Vous pouvez également déterminer la valeur de votre voiture en ligne en vous fiant à la Cote Argus. Sur le site, les évaluations sont effectuées par des coteurs professionnels, qui en connaissent un rayon sur le marché de l’auto. Ils peuvent vous fournir une valeur plus ou moins précise de son prix. Les résultats obtenus vous aideront à négocier à la hausse la valeur de reprise de votre voiture. Faites calculer le prix de la voiture d’occasion par un professionnel Autant vous le dire tout de suite, calculer le prix de votre véhicule peut être fastidieux. Et les résultats que vous obtenez peuvent aussi ne pas être fiables à 100%. Voilà pourquoi, si vous voulez une estimation précise, proche de la réalité du marché, mieux vaut confier cette tâche directement à un professionnel. Il est possible, par exemple, de demander à ce que l’estimation soit faite par un concessionnaire ou un garagiste. L’expertise sera donc réalisée sur place, et vous pourrez recevoir directement une offre de reprise. Mais attention, ce type de service n’est généralement pas gratuit. Les frais d’examen seront déduits du prix de la reprise. Sinon, certains sites revendeurs mettent à disposition des internautes des outils d’évaluation simples et gratuits. Dans la majorité des cas, il suffit de remplir un formulaire pour recevoir une simulation de la reprise. Vous obtenez la valeur de votre voiture en quelques clics. Rachat d'un véhicule d'occasion par un professionnel : l'argus professionnel Si vous vendez votre véhicule à un professionnel de l'automobile, il estimera sa valeur en se basant sur l’argus professionnel. Qu’est-ce que c’est ? Plus connu sous l’appellation “Cote Argus”, il s’agit de la valeur de référence de la voiture d’occasion pour les professionnels. Ces valeurs diffèrent du marché de l'occasion standard et sont généralement plus basses. Elle est généralement établie par le site L’Argus. Mais comme son nom l’indique, elle peut aussi être établie par un professionnel. Comme dit précédemment, il est possible de faire faire l’expertise par un garagiste ou un concessionnaire - de préférence là où vous souhaitez effectuer la reprise. Néanmoins, vous devez savoir qu’en cas de reprise d’une voiture d’occasion par un professionnel, la côte est toujours revue à la baisse. Le montant de la reprise est toujours inférieur au prix du marché. La raison est simple : le professionnel doit encore remettre le véhicule en état afin de pouvoir le revendre et lui-même dégager une marge sur cette vente. Bien sûr, il est possible de négocier son prix à la hausse quand on achète une voiture neuve chez un concessionnaire auto. D'autant plus quand on est un client fidèle ! Vous aurez un peu plus de chance si vous la vendez pour pouvoir acheter une voiture neuve auprès du même professionnel. En cas d'achat d'une voiture neuve avec reprise d'un ancien véhicule, vous pourrez également négocier soit sur le montant de la reprise, soit sur le prix du nouveau véhicule, soit sur des options offertes pour ce dernier par exemple. Vendre au meilleur prix sa voiture : les conseils Vous l’aurez compris, vous avez tout intérêt à vendre votre voiture au meilleur prix, surtout s’il est d’occasion et que la reprise va se faire avec un professionnel. Ci-dessous quelques recommandations qui vous permettront d’augmenter la valeur de votre voiture et subséquemment, de payer le moins de montant dû possible : Prenez le temps d’estimer correctement votre véhicule. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’Argus pour connaître sa cote. Prenez le temps de comparer les prix proposés sur le marché, dans les petites annonces. Utilisez les outils d’évaluation en ligne si nécessaire. Préparez-vous à la négociation. Réunissez toutes les informations concernant votre voiture (année d’achat, millésime, dernière révision, etc.). Faites une liste de tous ses points forts. Si vous pouvez faire quelques réparations vous-même pour améliorer son état, n’hésitez pas. Préparez le carnet d’entretien. Pensez à présenter une historique détaillée des réparations et des révisions. Et pour terminer, planifiez la reprise. Ne vendez pas sur un coup de tête et bien moins dans l’urgence.
  6. L'achat d'une nouvelle voiture sonne comme une nécessité lorsque l'ancienne tombe fréquemment en panne ou devient inadaptée. C'est aussi une bonne décision lorsque la famille s'agrandit ou les priorités changent. Pour réaliser la transaction en toute quiétude, il vous faut un vendeur fiable. Nombreux sont les professionnels de l'automobile qui commercialisent des voitures neuves ou d'occasion. De même, les particuliers qui désirent vendre leur automobile les mettent sur le marché de l'occasion. Parmi la multitude de vendeurs potentiels, le choix d'un concessionnaire reste le plus avantageux sur bien des aspects. Quels sont les avantages d'acheter une voiture chez un concessionnaire ? Découvrez pourquoi il est recommandé de passer par un concessionnaire pour l'achat d'une nouvelle voiture. Concessionnaires auto : trouvez divers modèles de voiture Le recours à un concessionnaire pour acheter une automobile est idéal si vous savez déjà quelle marque choisir. Car généralement, une concession est dédiée à une marque automobile. Chez lui, vous avez donc le choix entre divers modèles de la marque concernée. C'est un professionnel qui est en partenariat avec un constructeur. Représentant local de ce dernier, le concessionnaire automobile met à disposition de la clientèle tous ses modèles de véhicules. De plus en plus de professionnels créent des réseaux afin de proposer des véhicules de différentes marques. Comme vous pouvez le voir sur le site du Groupe Palau, vous avez la possibilité de trouver de nombreux modèles de voitures dans des concessions partenaires. Si vous ne retrouvez pas le modèle d'automobile que vous recherchez dans une concession, le groupe de concessionnaires vous indiquera où vous devez vous rendre. Acteur clé du marché automobile, le concessionnaire s'assure de toujours avoir sur son parc, les véhicules les plus demandés. Il vous offre également l'occasion de passer la commande d'une voiture dont il ne dispose pas. Étant en relation directe avec les marques, il peut parvenir à obtenir le véhicule en un temps record. Les modèles récents comme les plus vieux sont généralement disponibles chez ce professionnel de l'automobile. Disponibles en ligne via leurs sites internet, les concessionnaires vous donnent l'opportunité de réserver votre voiture. Il vous faut simplement faire votre choix et le valider en quelques clics seulement. Accédez à plusieurs gammes de voitures et motorisations La diversité des gammes de voitures disponibles chez les concessionnaires est l'une des bonnes raisons de passer par eux pour un achat. Désirez-vous une automobile classique qui s'assimile à la masse ? Souhaitez-vous plutôt acquérir un véhicule qui se démarque des autres par ses fonctionnalités de dernière technologie ? Un concessionnaire saura vous apporter satisfaction. Dans le but d'augmenter son chiffre d'affaires, il noue un partenariat avec des marques phares : Peugeot, Renault, Mercedes, Audi ou encore BMW pour ne citer qu'elles. Quelle que soit la marque à laquelle vous pensez, vous trouverez ses modèles de véhicules en concession. Les différentes séries produites par les marques emblématiques sont proposées, ce qui multiplie les options. En dehors des traditionnelles voitures, le concessionnaire met sur le marché des automobiles à motorisation électrique et hybride. Vous avez donc la possibilité d'acheter une nouvelle voiture selon votre budget et/ou engagement en faveur de la nature. Le professionnel de la concession vous donne tous les détails sur la motorisation de chacun des véhicules. C'est donc en connaissance de cause que vous achèterez une automobile à moteur thermique, électrique ou hybride. Si vous ne savez pas encore comment se déroule la conduite d'une voiture électrique, vous pouvez demander à effectuer un essai sur route. Vous vous ferez alors une idée avant de faire votre choix. Faites un achat à prix réduit en concession automobile L'intérêt de l'achat d'une voiture par l'intermédiaire d'un concessionnaire est en partie économique. Cette catégorie de professionnels de l'automobile est connue pour ses prix assez réduits par rapport aux tarifs pratiqués en moyenne sur le marché. Le partenariat de la concession automobile avec un constructeur lui offre le privilège de négocier les prix. Il essaie en effet d'obtenir quelques réductions au profit de sa clientèle. Les concessionnaires rendent leurs tarifs concurrentiels afin d'écouler le plus tôt possible leur stock de voitures. Vous pouvez ainsi faire des économies sur votre achat en passant par lui. Par ailleurs, la plupart de ces professionnels offrent le service de reprise automobile. La concession reprend votre ancien véhicule et vous en obtenez un neuf en déduisant un prix fixé pour votre ancienne voiture. Vous devrez débourser un montant donné pour atteindre la valeur de la nouvelle voiture. Outre la traditionnelle négociation avec le vendeur, certaines périodes de l'année sont propices à l'achat d'un véhicule en concession automobile. C'est le cas de la fin d'année pendant laquelle les concessionnaires ont souvent un listing de véhicules à vendre à prix très intéressant afin d'atteindre leurs objectifs commerciaux mais aussi d'écouler le stock de voitures invendus de l'année. La sortie d'une nouvelle génération d'un modèle existant est également le moment idéal pour obtenir des prix très avantageux sur la génération précédente. Pour effectuer un achat encore plus intéressant, les concessionnaires automobiles peuvent vous proposer une reprise pour l'achat d'une voiture neuve par exemple. Concession automobile : personnalisez votre voiture Si vous avez tendance à vouloir vous distinguer des autres, la personnalisation de voiture devrait vous intéresser. Cette possibilité vous est donnée par les concessions automobiles. En ayant recours à un concessionnaire, vous pouvez acheter une voiture qui vous ressemble. Les constructeurs automobiles font d'ailleurs de la personnalisation un atout pour se positionner au mieux par rapport à la concurrence. Par l'intermédiaire d'un concessionnaire, vous pouvez ajouter des options supplémentaires à votre véhicule moyennant finance : couleur et effet de la peinture, habitacle, motorisation et autres options sont donc au choix de l'acheteur. La technologie est mise à profit pour optimiser la personnalisation des voitures. En quelques clics, vous pouvez donner des indications sur ce que vous désirez. Sur bien des sites de concessionnaires, vous trouverez un configurateur servant à remodeler votre véhicule comme vous l'imaginez. Vous avez la possibilité de changer la couleur en fonction de la palette proposée. Selon le constructeur, vous pouvez modifier la couleur de la carrosserie, des jantes, de l'intérieur. Certains concessionnaires mettent à votre disposition un catalogue dédié à la personnalisation. Grâce à ce support, vous aurez une idée des possibilités de personnalisation. Profitez de l'accompagnement du professionnel de la concession Un concessionnaire automobile n'est pas simplement un vendeur qui cherche à écouler ses marchandises. Il se met à l'écoute du client pour comprendre son besoin et lui trouver exactement ce qu'il recherche. Qualifié pour accompagner sa clientèle, c'est un professionnel de confiance et fiable. En vous orientant vers une concession, vous avez droit à l'expertise d'un spécialiste du domaine automobile. Il vous fournit des informations complètes sur chacune des voitures qu'il propose. Vous pouvez aussi lui poser des questions sur des véhicules de la marque qu'il représente mais qui ne sont pas exposés. Les concessionnaires allègent la tâche aux acheteurs en se chargeant souvent de la plupart des démarches administratives. Ils se rendent par exemple disponibles pour la demande du certificat d'immatriculation. Après obtention du numéro d'immatriculation, ils peuvent s'occuper de la pose de la plaque minéralogique. Vous avez la possibilité de recourir à votre concessionnaire en cas de problème sur le véhicule après la conclusion de la vente. Assurant un service après-vente, il s'occupera des dysfonctionnements. Le suivi des voitures vendues par le concessionnaire se manifeste également par les services d'entretien qu'il propose. Trouvez des voitures d'occasion en bon état Le concessionnaire commercialise le plus souvent des voitures neuves. Quelques-uns proposent également des véhicules d'occasion. L'achat d'une voiture d'occasion chez un concessionnaire vous offre des garanties en termes de qualité. Les concessions veillent à ne mettre en vente que des voitures fiables. Ils soumettent tous leurs produits à une expertise technique avant de les rendre disponibles pour la clientèle. La plupart du temps, il s'agit de véhicules récents peu utilisés. Auprès d'un concessionnaire, vous avez des chances de trouver des voitures à 0 km au compteur. Ce sont des automobiles qui n'ont parcouru que quelques kilomètres. Souvent, elles sont mises sur le marché après une exposition, un salon ou un test automobile. Les concessionnaires s'assurent de respecter les obligations de tout vendeur de véhicules d'occasion telles que définies par la réglementation. Il fait donc preuve de transparence en mettant tous les documents obligatoires et importants à votre disposition. Un autre avantage de l'achat de voiture d'occasion en passant par un concessionnaire est d'ordre financier. Vous avez l'opportunité d'acheter un véhicule dans un état optimal à moindre coût. Bon nombre de concessionnaires proposent des facilités de paiement pour l'achat d'une voiture. Vous pouvez par exemple contracter un prêt auprès du vendeur. Dans la plupart des cas, le contrat de crédit va de pair avec une remise sur le prix du véhicule.
  7. Les rayures et dégradations esthétiques sont la hantise de nombreux automobilistes qui aiment conduire une voiture en parfait état. Il faut dire que quand une rayure a été repérée sur la carrosserie, le regard a tendance à ne voir plus qu'elle. Si les dommages sont superficiels, une simple retouche peut suffire pour réparer les dégâts. Et pour retaper des pièces de carrosserie sans faire appel à un carrossier professionnel, rien de mieux que la bombe de peinture pour carrosserie. Pourquoi appliquer une peinture en bombe aérosol ? Comment choisir sa bombe de peinture pour carrosserie ? Comment trouver la bonne couleur ? Comment appliquer une peinture en bombe RAL ? Dans cet article, nous répondons à toutes vos questions sur les bombes de peinture pour carrosserie et pare-choc. Avantages des bombes de peinture aérosol pour carrosserie auto Il est malheureusement fréquent de retrouver la carrosserie de sa voiture abîmée à la suite d'un stationnement sur un parking public. Entre les coups de clés, les frottements et les chocs avec d'autres véhicules qui tentent de se garer, les occasions sont nombreuses. Cette situation est toujours gênante, surtout quand on aime prendre soin de l'apparence de sa voiture. En cas de rayures, d’éraflures, de rouilles ou d’altérations plus ou moins légères de la peinture de votre voiture, la bombe de peinture aérosol semble être la solution idéale. Dans ce genre de situation, elle offre en effet de nombreux avantages par rapport à la peinture classique. Disponible à l'achat dans les garages et magasins automobiles ainsi que sur les sites Internet spécialisés, il est facile de se procurer une bombe peinture auto. Bombe aérosol : une peinture de haute qualité Si vous cherchez une peinture de qualité, qui ne va pas s’effacer au bout de quelques lavages, la bombe aérosol est la solution toute indiquée. En effet, la bombe de peinture auto possède les qualités suivantes : Elle est ultra résistante. Elle s’applique facilement, mais elle est très difficile à enlever. Elle est polyvalente. Elle s’adapte à n’importe quelle surface et matière. Vous pouvez l’appliquer sur le métal, sur le plastique et même sur le bois. Son pouvoir couvrant est très élevé. Elle a un haut pouvoir couvrant et permet de recouvrir de grande surface de manière optimale. Elle est prête à l'emploi. Il suffit de la secouer avant de l'utiliser. Application plus pratique et plus rapide Contrairement à la peinture classique, la peinture aérosol est plus facile à appliquer bien que son maniement requière de faire quelques essais au préalable. La bombe se manie aisément ce qui fait que contrairement à un pinceau, elle permet subséquemment de travailler plus vite et plus précisément. En choisissant cette solution, non seulement vous allez gagner du temps, mais en plus, vous pourrez couvrir une plus grande surface sans fournir des efforts considérables. Ce type de peinture sèche aussi très vite. Vous ne serez donc pas obligé d’attendre des jours que la couche précédente sèche avant d’en remettre. Vous pourrez faire plusieurs couches, et procéder à la finition en une journée. Bien entendu, le rendu dépendra de l'utilisation de la bombe aérosol. Pour éviter les coulures et autres défauts d'application, il est recommandé de s'informer sur son utilisation afin d'acquérir les bons gestes. Plus efficace en terme de pouvoir couvrant et de rendu La bombe de peinture vous permet d’obtenir des résultats plus satisfaisants. Vous savez combien il est difficile de trouver la couleur qui correspond à l’originale lorsqu’il s’agit de peinture classique. C’est la raison pour laquelle, on est souvent obligé de repeindre entièrement la voiture lorsqu’on choisit cette solution. Avec la peinture voiture en bombe, vous n’avez pas besoin d’en venir à de telles extrémités. Elle est disponible dans plusieurs nuances, RAL et finitions. Vous n’aurez aucune difficulté à trouver la teinte qui correspond exactement à la couleur de votre véhicule. Mieux encore, ce type de peinture contient une substance qui va couvrir la carrosserie, tout en la traitant. L'assurance de protéger la carrosserie de la voiture contre la corrosion. Et ce, de manière à ce que le résultat soit identique à la peinture initiale. Quels supports de voiture sont compatibles avec la peinture à la bombe ? La peinture aérosol peut être utilisée sur de nombreux supports. Il est compatible avec des matériaux variés comme le plastique, le métal et l’aluminium. Vous pouvez donc l’appliquer sur n’importe quel endroit endommagé de votre véhicule : Les pièces de carrosserie : capot, aile, porte ou encore coffre et toit. Le pare-choc avant ou arrière. Les jantes. Les étriers de frein pour personnaliser le look de son véhicule. Dans tous les cas, il faut se référer à la liste des supports compatibles détaillée par le fabricant. Vous pouvez trouver sur le commerce différents types de peinture, compatibles avec chacun de ses supports. Pensez à choisir le bon au moment de l’achat. Dans quels cas appliquer une peinture aérosol sur la carrosserie ? On peut appliquer une peinture aérosol dans deux cas : pour réparer la carrosserie ou pour la personnaliser. Réparer la carrosserie avec une bombe de peinture L’utilisation de la peinture aérosol est surtout recommandée pour réparer ou camoufler des dommages plus ou moins importants, occasionnés par de gros impacts. Il peut s’agir : De rayures. D’éraflures. D’écorchures. Cependant dans le cadre d'une réparation plus importante (rayure profonde ou carrosserie enfoncée), des étapes préalables peuvent être nécessaires avant d'appliquer la peinture. L'aide d'un carrossier peut alors être utile pour faire disparaitre une rayure. Il est aussi possible de l’utiliser pour dissimuler des traces de rouilles ou pour prévenir l’oxydation. L’application de la peinture bombe rendra la surface lisse et uniforme. Personnaliser la carrosserie avec une peinture aérosol Vous pouvez aussi utiliser une peinture aérosol si vous souhaitez personnaliser certaines pièces de votre voiture. Grâce aux substances qui la composent, ce type de peinture peut embellir les surfaces et rendre scintillantes les parties que vous voulez mettre en valeur. Vous pouvez donc l’utiliser pour mettre en valeur les parties que vous souhaitez “embellir” sur votre carrosserie. Comment trouver le code couleur d'une carrosserie automobile ? Vous le savez sans doute déjà, même pour une petite rayure, la correction doit être faite avec une peinture dont la couleur est exactement la même que celle de la carrosserie. Autrement, ça fera tâche. Raison pour laquelle, avant de choisir votre bombe, identifiez d’abord le code couleur de votre voiture. Pour le trouver, vous devez vous référer au RAL. Qu’est-ce que le RAL ? Le RAL est un nuancier de couleurs. Diminutif de l’allemand "Reichsausschuß für Lieferbedingungen", qui signifie “Comité impérial pour les conditions de livraison”, c’est un système de codification et de correspondance de couleur développé par l’institut allemand pour l’assurance qualité et le marque associé. Ce nuancier comporte plus de 200 couleurs répertoriés et reconnus par l’Union européenne. Chaque couleur correspond à un code de quatre chiffres. Pour le jaune melon par exemple, le code est RAL 1028. Pour le bleu Cobalt, c’est le RAL 5013. Le RAL est surtout utilisé dans l’industrie de la peinture de bâtiment, de la décoration et de la carrosserie. Il a été conçu pour permettre une identification et une reproduction rapide et exacte de chaque teinte codifiée. Où trouver le code couleur de votre voiture ? Vous trouverez le code couleur de la carrosserie de votre véhicule sur la plaque constructeur. L’emplacement de cette dernière peut être différent d’un modèle et d’une marque de voiture à une autre. Mais en règle générale, elle est toujours placée soit sous le coffre, soit sous le capot, soit dans la boîte à gants, soit à l’intérieur de la porte de devant (chauffeur ou passager). Si vous rencontrez des difficultés à trouver le code peinture voiture, il est possible de se rendre dans un garage automobile ou d'utiliser des services en ligne spécialisés qui vous donnent le RAL avec le numéro d'immatriculation. Bien choisir une bombe de peinture pour voiture : nos conseils Pour obtenir un résultat optimal une fois la peinture sèche, et pour éviter les mauvaises surprises également, vous devez prendre le temps de choisir la bombe de peinture que vous allez utiliser sur votre voiture. Pour faire le bon choix, notez avant tout que vous devez prendre une pompe de peinture spéciale auto. Elle a été conçue pour couvrir efficacement les imperfections. Après, vous devez prendre en compte les critères suivants : La couleur d’origine de la carrosserie, en vous basant sur le RAL inscrit sur la plaque du constructeur. Le support que vous souhaitez colorer. C’est à partir de cette information que vous allez savoir si vous avez besoin d’une peinture ayant un rendu brillant ou mat, pouvant supporter la chaleur ou non, pouvant résister à l’eau ou non, etc. L’objectif que vous voulez atteindre : éliminer les traces de rouille, prévenir l’oxydation, corriger une rayure, etc. Le type de finitions : apprêt, avec effet, en bombe, etc. A noter que le résultat final ne va pas seulement dépendre de votre choix, mais aussi de la manière dont vous allez appliquer la peinture. Et cela, ce n’est pas évident lorsqu’on n’a jamais peint à la bombe. Dans quel cas, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel ou à vous entraîner sur du carton pour prendre le coup de main.
  8. Dès lors que vous possédez une voiture, vous devez vous attendre à faire des entretiens et à acheter des pièces de rechange à tout moment. En effet, une voiture comprend de nombreuses pièces qui doivent être remplacées de façon périodique à cause de l'usure ou qui peuvent tomber en panne. Seul problème : il peut parfois être difficile de trouver des pièces de rechange en raison du foisonnement des offres sur le marché. Un minimum de connaissance est donc requis pour trouver la pièce détachée recherchée qui correspond bien au modèle de votre voiture. Comment trouver le nom d'une pièce détachée auto ? Comment trouver des pièces compatible avec sa voiture ? Sur quel site fiable peut-on commander des pièces auto de rechange ? Dans cet article, découvrez les différents types de pièces détachées auto. Les pièces auto neuves d'origine Les pièces neuves d'origine proviennent directement du constructeur. Les constructeurs auto ont pour obligation de fournir des pièces détachée pendant une période de minimum 10 ans. Pour en trouver, vous pouvez par exemple visiter clickandparts.com qui est spécialisé dans la vente de pièces d'origine constructeur. Pour reconnaitre une pièce neuve d'origine, il suffit de trouver la marque et la référence du constructeur. Elles sont mentionnées sur les emballages ainsi que sur les pièces elles-mêmes. Notez que les pièces neuves sont équivalentes aux premières pièces installées sur le véhicule depuis l'usine. Les pièces auto détachées neuves adaptables Ces pièces sont identiques aux pièces neuves d'origine à un détail près : elles coûtent moins cher. Les pièces détachées neuves adaptables sont commercialisées par les équipements automobiles. Cependant, les éléments de fonctionnement ne sont pas disponibles sous cette forme. Tel est notamment le cas de la boîte de vitesses et du moteur. Les pièces auto d'occasion Les pièces d'occasion se présentent comme une solution pratique et économique. De plus en plus nombreuses sur le marché actuel, elles vous permettent d'acquérir des pièces auto à la fois robustes et de bonne qualité. Précision importante : aucune loi n'interdit la vente de pièces d'occasion. Il existe d'ailleurs plusieurs sites de petites annonces qui proposent ce type de pièce auto. Vous pouvez également vous en procurer auprès de particuliers. N'oubliez cependant pas que cette alternative ne présente aucune garantie (notamment sur la qualité des pièces). Comme l'usure de la pièce n'est pas visible durant l'achat, vous risquez de perdre de l'argent et du temps. Si vous recherchez des pièces d'occasion pour vos freins ou vos équipements auto de sécurité, l'idéal est de vous adresser à un magasin spécialisé. Il propose un large choix de produits parfaitement adaptés à vos besoins et à votre budget. Il est intéressant de savoir que depuis 2019, la réglementation impose aux réparateurs professionnels tels que les garages de proposer le remplacement des pièces défectueuses par des pièces automobiles d'occasion. Il s'agit des pièces auto de l'économie circulaire (PIEC) qui ont l'avantage de faire baisser le montant de la facture des garagistes. Cependant, toutes les pièces auto ne sont pas concernées. Les pièces auto reconditionnées Lorsqu'on parle de pièces reconditionnées, on fait surtout référence aux pièces de réemploi. Autrement dit, ce sont des produits de seconde main remis à neuf. On retrouve généralement ce type de pièce auto chez des professionnels dans le domaine. Les pièces auto reconditionnées font l'objet de plusieurs vérifications et tests avant leur commercialisation. Dans certains cas, elles peuvent être consignées. Cela signifie que vous pouvez renvoyer la pièce et l'échanger contre une autre. De plus, vous bénéficiez d'une remise sur le prix et d'un remboursement en cas de problème. Les pièces reconditionnées constituent ainsi un investissement intéressant. Comment savoir si une pièce auto détachée est compatible avec votre véhicule ? Avant de remplacer une pièce usée ou défectueuse sur sa voiture, il convient de vérifier que la pièce de rechange est bien compatible avec le modèle exact de votre voiture. Il faut savoir que pour un même modèle, les pièces changent en fonction de la motorisation ou des options qui équipent le véhicule. C'est pourquoi, il est conseillé d'opter pour des pièces de rechange identiques à celles d'origine ou de vérifier la compatibilité. fort heureusement, il existe des solutions simples et fiables pour savoir si une pièce auto détachée est compatible avec votre véhicule ou non. Et ce, sans avoir à démonter la pièce en question ou sans avoir de connaissances particulières en mécanique. La solution la plus simple consiste à faire quelques vérifications en vous référant à votre carte grise. Cela vous évitera d'acheter une pièce qui est totalement incompatible avec votre véhicule. Pensez à : vous renseigner sur le type mine du véhicule (vous trouverez cette information sur les rubriques D.2 et D.1 de votre carte grise), bien identifier le modèle, la motorisation, le millésime et la marque de votre voiture, vérifier la date exacte de fabrication de la pièce en question (il se peut que le constructeur modifie les caractéristiques de la pièce détachée d'une série), vérifier la référence constructeur de la pièce (numéro OEM). Quel canal de distribution choisir pour l'achat de votre pièce auto détachée ? Il existe aujourd'hui de nombreux distributeurs de pièces détachées. Certains disposent d'une boutique physique, tandis que d'autres interviennent uniquement en ligne. Il n'est également pas rare de trouver des distributeurs possédant à la fois une boutique physique et un site de vente en ligne. Découvrez les avantages et les inconvénients de chacun. Les concessionnaires agréés Un distributeur agréé est particulièrement fiable. Il vous propose des pièces de rechange qui proviennent directement des centrales d'achat auto. De ce fait, vous ne risquerez pas de tomber sur une pièce défaillante. Cependant, les concessionnaires agréés ne disposent que d'un stock limité. Les centres auto Les centres spécialisés dans la vente de pièces détachées sont particulièrement intéressants, surtout si vous voulez trouver rapidement une pièce de rechange. Ils possèdent d'importants stocks et proposent un large panel de choix. Pour les pièces courantes (comme les batteries et les balais d'essuie-glace), vous pouvez bien évidemment opter pour les grandes surfaces. Toutefois, le choix sera plutôt limité. Les sites de petites annonces en ligne Ce sont les particuliers qui vendent des pièces détachées sur ces sites web. Même si cette alternative se veut plus économique, ne privilégiez ce type d'achat que pour des pièces secondaires (notamment les rétroviseurs). En effet, vous ne bénéficierez d'aucune garantie quant à la fiabilité et à la provenance des pièces de rechange vendues sur les sites de petites annonces en ligne. Conseil : pour être sûr d'acquérir une pièce détachée fiable et de qualité, prenez le temps de faire toutes les vérifications nécessaires. Assurez-vous par exemple que la pièce soit conforme aux normes européennes. Les sites internet dédiés L'achat de pièces détachées sur un site internet dédié présente de nombreux avantages, dont : les stocks importants, la rapidité de livraison, la logistique, la diversité des offres. Pour éviter les mauvaises surprises, optez néanmoins pour un site fiable. Faites toutes les vérifications nécessaires, y compris les garanties proposées, avant de conclure l'achat. Accordez également une attention particulière au service après-vente ainsi qu'aux avis des clients. Les casses auto OUI, vous pouvez très bien vous procurer des pièces neuves et d'occasion dans les casses automobiles. Son principal atout : l'abordabilité. Peu importe les pièces que vous recherchez (pare-chocs, boîte de vitesses, optiques de phare…), vous en trouverez à prix réduit. Les casses auto prennent en charge toutes les voitures qui ne sont plus en mesure de circuler après un dommage trop important. En plus de dépolluer les véhicules hors d'usage, elles les déconstruisent également pour ne conserver au final que les pièces réutilisables.
  9. L'achat d'une voiture d’occasion offre de nombreux avantages, surtout d’un point de vue économique. Mais ce n'est pas toujours un acte sans risque. Dans la mesure où le véhicule n’est pas neuf et qu’il a déjà été utilisé, on n’est jamais à l’abri des mauvaises surprises : plaquettes de freins usées, moteurs trafiqués et autres vices apparents après acquisition. Voilà pourquoi, faire tout ce qu’il faut pour être sûr d’avoir fait une bonne affaire ne suffit pas. Avant l’achat, renseignez-vous aussi de manière à trouver une porte de sortie si cela s’avère nécessaire. Car dans certains cas précis, il est possible de procéder à l’annulation d’une vente. Dans quelles circonstances peut-on se rétracter après l'achat d'une voiture d'occasion ? Comment faire pour annuler la vente d'une voiture d'occasion ? Quels sont les recours possibles après l'achat d'une voiture d'occasion ? Nous vous invitons à découvrir comment et dans quels cas il est possible d'annuler l’achat d’une voiture d’occasion. Les risques d’acquérir un véhicule d’occasion Acheter quelque chose qui a déjà été utilisé n’est jamais sans risque. Qui dit "déjà utilisé" laisse forcément entendre que le véhicule a subi une usure. Et ce, qu’elle soit ou pas apparente. Lorsque vous achetez une voiture d’occasion en conséquence, vous acceptez donc le risque d’acquérir un bien plus ou moins usé. Dans le cas du marché automobile d'occasion, il convient de prendre connaissance des principaux risques liés à l'acquisition d'un véhicule d'occasion. Ainsi, vous pourrez rechercher la bonne affaire en étant un minimum informé. L’absence de garantie en cas de problème après achat La plus grande crainte de tout acheteur de voiture d’occasion est celui de tomber en panne après l’achat – et c’est compréhensible. Vous achetez une voiture pour pouvoir rouler avec, et non pas pour dépenser encore plus en la réparant. Malheureusement, comme dit précédemment, en achetant un bien de seconde main, c’est un risque que vous avez accepté. Il n’y a aucune garantie quant à l’état de ce que vous avez acheté, en particulier en cas d’achat à un particulier. Sauf dans le cas d'un véhicule de moins de 2 ans, ou plus ancien si l'ancien propriétaire a opté pour une extension de garantie, qui profite alors de la garantie constructeur à condition que les entretiens soient à jour. Si vous avez acheté auprès d’un concessionnaire, ou d’un professionnel, l’achat est souvent assorti d’une garantie. Mais cette dernière ne court que sur quelques semaines, quelques mois tout au plus. En cas de pépin après la période couverte en conséquence, il n’y a pas grand-chose à faire que d’accepter l’évidence. Une astuce utile pour éviter de choisir un véhicule à problème consiste à vous informer sur les marques et modèles de voiture les plus fiables du marché. Et inversement, vous pouvez vous renseigner sur les modèles ou millésimes à éviter car réputés pour tomber en panne ou autre. L’absence de réelle transparence de la part de certains vendeurs Lors de l'achat d'un véhicule d'occasion, il n'est pas toujours facile d'obtenir toutes les informations sur l'état réel et les entretiens réalisés. En effet, l’acheteur obtient rarement des informations exactes sur l’état réel de la voiture d’occasion. Le vendeur peut vous dire quelles sont les menues réparations à faire. Il ne va pas vous expliquer, en détail, l’historique des réparations déjà effectuées, surtout si ces dernières peuvent vous dissuader d’acheter. C'est pourquoi, il est toujours préférable d'opter pour un véhicule d'occasion dont le vendeur détient toutes les factures (achat, entretien, changement des pneus et plaquettes, …). Ces documents attestent que le véhicule a été correctement révisé et maintenu en bon état. Il ne va pas non plus vous dire qu’il y a des soucis particuliers, surtout s’ils sont récurrents, ou que le véhicule a fait l’objet d’un mauvais entretien. La bonne nouvelle, c’est que la loi protège les acheteurs contre certains défauts ou tentative de tromperies. Est-il possible d’annuler l’achat ou la vente d’un véhicule d’occasion ? Oui, vous pouvez annuler l’achat d’une voiture d’occasion. La loi française vous y autorise, mais uniquement dans des cas précis, et sous certaines conditions : Par décision des deux parties. En invoquant la garantie légale des vices cachés. En invoquant la garantie du vice de consentement (dol). En invoquant le droit de rétractation. Notez cependant que les solutions qui s’offrent vont également dépendre de plusieurs critères : Vous avez acheté le véhicule d'occasion à un particulier ou à un professionnel. Vous avez acheté en direct ou à distance (sur Internet). Vous avez acheté cash ou en effectuant un prêt. Vous avez payé un acompte ou payé en totalité. Les cas permettant d’annuler l’achat d’une voiture d’occasion auprès d’un vendeur particulier Il est important que vous sachiez, pour commencer, que l’achat d’une voiture d’occasion auprès d’un particulier comporte beaucoup plus de risques. Pour la simple raison que vous ne disposez que de très peu de marges de manœuvre en cas de litiges. Aussi, l'annulation de la vente dans le cas d'une acquisition entre particuliers est plus problématique. Annuler l’achat d’une voiture d’occasion par décision bilatérale A priori, l’annulation ne peut se faire seulement parce que vous avez changé d’avis. Vous devez fournir un motif valable et encore, elle ne peut se faire que suite à une décision des deux parties. La demande doit être acceptée par le vendeur et l'annulation est donc soumise au bon vouloir du vendeur dans un premier temps. Cela est obligatoire dans les deux cas suivants : Vous avez payé un acompte. Vous avez effectué un paiement complet. Vous avez une chance d’annuler toutefois si la transaction n’a pas été finalisée. Si vous avez signé une promesse de vente, et versé des arrhes, vous pouvez changer d’avis. Dans quel cas, le vendeur conservera les arrhes à titre de compensation. La garantie légale de vices cachés Si vous avez acheté votre voiture auprès d’un particulier, il existe heureusement un recours. Vous pouvez utiliser la garantie légale de vices cachés pour demander l’annulation. Ce motif est valable si vous découvrez des soucis mécaniques importants pendant la transaction. Et si vous êtes en mesure de prouver que la voiture a des défauts. Cela, à condition qu’il s’agisse de dysfonctionnements qui n’ont pas été portés à votre connaissance par le vendeur. Et souvent, dont il n’était pas au courant lui-même. En d’autres termes, selon la loi, cette garantie peut être invoquée si le défaut : Rend le véhicule impropre à usage routier. A existé avant la vente et n’était pas apparent au moment de l’achat. Diminue l’usage du véhicule si bien qu’il aurait dissuadé l’acheteur d’acheter s’il avait eu connaissance de son existence. Les manœuvres et procédures dolosives Un particulier peut également demander à annuler l’achat d’une voiture d’occasion s’il a été victime de dol. Selon l’article 1137 du Code civil, le dol est défini comme toute manœuvre trompeuse réalisée expressément par le vendeur dans le but d’inciter une personne à acheter. La différence avec les vices cachés, c’est que dans ce cas en particulier, le vendeur a fait preuve de malhonnêteté. Et ce, soit en dissimulant intentionnellement des défauts, soit en les camouflant. Est ainsi considéré comme des manœuvres dolosives le fait de trafiquer le compteur, de dissimuler des dommages majeurs par la réparation, ou de modifier les caractéristiques réelles du véhicule. Si l’acheteur est en mesure de prouver ces actes de mauvaise foi, il sera en droit de d’invoquer la garantie du vice de consentement pour demander l’annulation de l’achat dans un délai de 5 ans. Les cas permettant d'annuler l'achat d'une voiture d'occasion auprès d'un vendeur professionnel Si vous avez acheté votre véhicule de seconde main auprès d’un professionnel, il sera plus facile de procéder à l’annulation. En effet, des lois encadrent la transaction et protègent davantage l'acheteur. Le délai de rétractation de 14 jours Si vous avez acheté auprès d’un vendeur professionnel, vous êtes soumis au Code de consommation qui vous donne droit à un délai de rétractation de 14 jours. Vous pouvez invoquer ce droit sous deux circonstances : Vous avez acheté votre voiture d’occasion via un service en ligne. Vous avez acheté votre voiture d'occasion à la suite d’un démarchage au téléphone par exemple. Une fois que vous informez le vendeur de votre décision – qui doit se faire par lettre recommandée avec accusé de réception, il dispose de 14 jours pour vous rembourser. Au-delà de ce délai, il devra s’acquitter de frais de retard auprès de vous. À noter que le délai de rétractation ne s’applique pas si vous avez acheté la voiture de seconde main auprès d’un particulier, à moins d’évoquer le motif de vices cachés. Dans ce cas, l’annulation ne peut se faire que par décision bilatérale. L’achat d’une voiture d’occasion via un crédit auto Si vous avez acheté la voiture chez un concessionnaire, vous pouvez également annuler l’achat en invoquant votre droit au délai de rétractation. Les acheteurs qui optent pour le paiement à crédit disposent en effet d’un délai de 7 jours, c’est-à-dire d’une semaine après l’achat, pour se rétracter. Par conséquent, si vous changez d’avis durant cette période, le vendeur n’aura d’autre choix que de respecter votre choix. Il ne pourra pas exiger d’indemnité de rétractation de votre part et devra vous restituer les paiements déjà effectués – s’il y en a eu au moment de la vente – dans un délai de 7 jours également. La garantie légale de vices cachés La garantie légale de vices cachés s’applique également aux professionnels. Selon l’article 1641 du Code civil, le vendeur doit se montrer honnête. Il a le devoir de dévoiler tout défaut non apparent qui pourrait diminuer l’usage du véhicule, ou le rendre impropre à l’usage auquel le destine le potentiel acheteur. Dans le cas contraire, si ce dernier venait à découvrir des défauts cachés – intentionnellement ou pas, il aurait le droit de se rétracter. Et ce, particulièrement si les défauts en question auraient pu influencer sa décision d’achat s’ils les avaient connus à l’avance. En réalité, dès lors que la voiture n’est pas exactement conforme à ce qui était décrit dans l’acte de vente, l’acquéreur peut annuler l’achat d’une voiture d’occasion. Il dispose d’un délai de deux ans après la découverte des vices pour procéder à l’annulation. Procédure d’annulation d’une vente de voiture d’occasion : recours amiable ou judiciaire ? Pour annuler l’achat sans litige et ainsi vous faire rembourser du prix du véhicule d'occasion, vous devez avant tout respecter certains délais : 14 jours pour le droit de rétractation. 2 ans pour une annulation par la garantie légale des vices cachés. 5 ans pour une annulation par la garantie du vice de consentement. Dans les deux derniers cas, deux possibilités s’offrent à vous : L’arrangement à l’amiable. Vous essayez d’arranger les choses avec le vendeur. Il devra restituer la somme payée et accepter l’annulation de la transaction. Dans le cas contraire, vous pouvez lui adresser une mise en demeure. Il aura alors 8 jours pour répondre favorablement à votre demande. La poursuite judiciaire. Dans le cas où l’arrangement à l’amiable n’aboutit à rien, vous pouvez saisir les autorités compétentes et plaider votre cause devant la justice.
  10. L'achat d'une voiture, qu'elle soit neuve ou d'occasion, constitue un investissement important. Il est alors essentiel de bien s'informer au préalable. En plus des questions que vous poserez à votre concessionnaire, il convient aussi de connaître à l'avance les marques et les modèles les plus fiables. En effet, il ne sert à rien d'acheter une voiture à petit prix puis de dépenser tout son argent à la faire réparer. Cette fiabilité s'estime notamment par le bon fonctionnement de la voiture dans le temps. Quel est le classement des marques automobiles les plus fiables ? Quelle est la voiture la plus fiable du marché ? Les marques auto françaises sont-elles fiables ? Dans cet article, nous établissons le palmarès de fiabilité auto qui pourra vous aider dans votre choix. Les critères de fiabilité en matière d'automobile Lorsqu'on est sur le point de s'offrir un véhicule, on a le choix entre une multitude de modèles. De nombreux critères entrent alors en compte comme le prix, la marque, ou encore le type d'énergie utilisé. La fiabilité est aussi l'un des points les plus essentiels. Elle se base sur le bon fonctionnement de l'auto dans la durée. Ce bon fonctionnement concerne notamment les éléments mécaniques : moteur, direction, boîte de vitesse. Cela concerne également les fonctions électroniques : l'affichage, le GPS, la climatisation, etc. Les voitures d'une marque sont également considérées comme fiables lorsque leur carrosserie, leur habitacle mais aussi leur confort de conduite ne se détériore pas rapidement au fil des utilisations. En se basant sur ces paramètres, il est alors possible d'établir un classement des marques les plus fiables. Dans cet article, nous nous sommes également basés sur différentes études, notamment celles réalisées chaque année par Consumer Reports, un organisme américain qui fait le point sur la fiabilité des véhicules, mais également celles du magazine Que Choisir, ou encore les analystes de J. D. Power, société d'étude américaine. Ces différents organismes se basent sur différents critères comme les essais routiers, la sécurité et bien sûr la satisfaction des propriétaires. Les véhicules Peugeot : une montée en gamme qui paie Depuis de nombreuses années, la marque tricolore a montré sa volonté de monter en gamme. Aujourd'hui, choisir une Peugeot d'occasion est donc un excellent moyen d'acquérir un véhicule fiable et à bon prix. Peugeot soigne particulièrement sa qualité de fabrication. Le constructeur français a d'ailleurs remporté par le passé le titre de marque la plus fiable au Grand Prix des Marques Automobiles 2020, selon les chiffres révélés par le CCFA (Comité des Constructeurs Français d'Automobiles). De nombreux modèles emblématiques de la marque représentent ce critère de fiabilité. La Peugeot 308 et la Peugeot 3008 ont par exemple déjà remporté le trophée européen de la voiture de l'année. La marque au lion présente également tous les modèles dont on peut avoir besoin : citadines, compactes, berlines, breaks, SUV, familiales, ludospaces, ou encore utilitaires. La fiabilité, la robustesse et la qualité des modèles Peugeot en font des modèles particulièrement prisés sur le marché de l'occasion, contrairement aux autres tricolores qui font souvent pâle figure. Acheter d'occasion est d'ailleurs l'option privilégiée par de nombreux consommateurs. En effet, les modèles récents ne sont pas entièrement fiabilisés par les constructeurs. Les dysfonctionnements ne font leur apparition qu'au bout de quelques mois ou années d'utilisation, ce qui débouche sur certains rappels discrets des marques. Une voiture de moins de deux ans ne peut donc pas encore être considérée comme fiable, car elle n'a pas encore reçu de correctif. Les marques automobiles asiatiques continuent de tirer leur épingle du jeu Les marques asiatiques sont depuis longtemps connues pour leur résistance. Les méthodes de construction innovantes utilisées contribuent notamment à cette tendance. Les statistiques montrent en effet que ces modèles tombent moins souvent en panne que les autres. Les constructeurs japonais tels que Lexus, ou encore Toyota avec ses modèles hybrides et Suzuki sont notamment connues en la matière et arrivent en tête de classement. Ils sont connus pour la bonne tenue de leurs modèles. Les constructeurs coréens comme Kia ou Hyundai sont également bien connus. Les marques asiatiques proposent souvent des modèles de qualité à prix concurrentiels. Kia, la marque auto coréenne qui se démarque La marque coréenne Kia est aujourd'hui une marque qui monte, avec des ventes record réalisées. La marque n'a jamais été aussi populaire grâce à une gamme électrifiée extrêmement complète avec des SUV, des berlines, ou plus récemment des crossovers avec la nouvelle EV6. Kia propose des voitures avec des designs très recherchés, de nombreuses technologies innovantes et le tout avec des tarifs agressifs. Les SUV de la marque se détachent notamment. Le Niro, apparue en 2016, se distingue de la concurrence avec des motorisation hybride, hybride rechargeables et 100% électrique. Avec une forte dotation technologique, la gamme Niro est plus accessible que la concurrence tout en étant moins chère. Le nouveau Sportage, sorti en 2022, profite de nombreux points-forts pour se frotter à une concurrence bien installée dans laquelle nous retrouvons notamment le Peugeot 3008. Une technologie à jour, des équipements au-dessus de la moyenne, des prix inférieurs à ceux pratiqués par la concurrence et des designs originaux permettent à Kia d'assoeir sa nouvelle image et force et de constater que cela fonctionne puisque la forte n'a jamais profité d'une telle évolution dans les parts en part de marché . Avec une garantie de 7 ans incluse, signe d'une excellente fiabilité, il est fort probable que vous trouviez un modèle d'occasion encore sous garantie. Les marques allemandes, toujours une valeur sûre ? En Europe, outre la France, les marques allemandes constituent toujours pour les consommateurs une valeur sûre, même si elles proposent souvent des modèles plus chers. Dans cette catégorie, on retrouve notamment Mercedes, Volkswagen, BMW, Porsche ou encore Audi. Ces constructeurs reviennent souvent dans les classements des marques les plus fiables. Leurs véhicules sont également appréciés pour leur aspect haut de gamme. Malgré tout, la cote des voitures allemandes est peu à peu descendue ces dernières années. Les autres marques françaises ne sont pas en reste Les marques françaises ont depuis des années de mauvaises notes dans les différentes études de fiabilité. Malgré tout, certains constructeurs parviennent à bien se classer. Dacia se trouve notamment au 17e rang du classement Consumer Reports, même si elle a perdu quelques positions par rapport à son dernier classement. Citroën se trouve, quant à elle, à la 24e place du classement de l'organisme américain. La C3 s'en tire avec les honneurs, tandis que la C5 Aircross a été élue par l'édition 2019 des Trophées de « L'Automobile & L'Entreprise » comme le SUV de l'année. La marque s'est d'ailleurs renouvelée et a misé sur l'innovation ces dernières années, ne serait-ce que par le design de ses modèles. Elle est suivie de Renault. La marque au losange n'a cessé de s'améliorer depuis les années 2000 durant lesquelles les problèmes électroniques et les soucis sur les véhicules Diesel lui ont valu une mauvaise réputation. Une grande majorité des propriétaires de véhicules Renault envisageraient ainsi d'acheter de nouveaux véhicules de la même marque. Avec des nouveaux venus, notamment les marques asiatiques, qui proposent des années et des années de garantie, la marque a bien été obligée de renforcer la fiabilité de ses modèles. La fiabilité des voitures par catégorie Le magazine de l'Association de consommateurs Que Choisir publie également chaque année un classement des véhicules les plus fiables, grâce aux retours des automobilistes eux-mêmes. En termes de catégorie, les compactes sont celles que l'on considère avec une fiabilité plutôt bonne, suivies des SUV. Les citadines sont en revanche considérées comme peu fiables. Ces dernières sont en effet sujettes à des démarrages à froid fréquents et de petits trajets, ce qui se répercute sur leur indice de fiabilité. Les routières obtiennent quant à elles des résultats décevants, malgré leurs équipements de qualité et haut de gamme. Dans cette catégorie, ce sont les modèles allemands qui sont considérés comme les plus fiables. Même si les modèles proposés par ces marques sont connus pour leur fiabilité, leur entretien joue également en grande partie dans la longévité et le bon fonctionnement de chaque voiture dans le temps.
  11. Lors de la souscription d'une assurance pour un véhicule, il y a une garantie qui nous est imposée de facto par l'assureur : la responsabilité civile. Connue pour être la couverture la moins chère, le rôle de la responsabilité civile dans l'assurance auto est pourtant méconnue par de nombreux automobilistes. Comment définir la responsabilité civile d'une assurance auto ? Pourquoi est-elle obligatoire en France ? Dans quelles situations ne s'applique-t-elle pas ? En cas de sinistre, qui peut être indemnisé ? Quelles sont les sanctions encourues en cas de défaut de responsabilité civile et comment fonctionne-t-elle à l'étranger ? Retrouvez toutes les informations utiles sur la responsabilité civile ou garantie au tiers. Comment définir la responsabilité civile ? La responsabilité civile est la garantie minimale incluse dans toutes les polices d’assurance auto. Si l'assuré est responsable d'un sinistre, cette garantie va permettre d'indemniser les dommages causés aux victimes et les dégradations issues de l'accident. La responsabilité civile d'une assurance auto couvre aussi les dommages causés aux tiers par un véhicule sans l'intervention d'une personne. Par exemple, si le frein à main n'est pas correctement enclenché et que le véhicule bouge tout seul. Pour pouvoir souscrire une responsabilité civile auprès d'une compagnie d'assurance, le conducteur fournit le certificat d'immatriculation du véhicule (plus couramment appelé carte grise), son permis de conduire et son relevé d'information (sauf s'il s'agit d'un conducteur novice). Ces documents sont exigés par toutes les compagnies d'assurance afin de pouvoir assurer une voiture. L'assurance responsabilité civile : une garantie obligatoire En vertu de la loi n°58-208 du 27 février 1958, tout propriétaire d’un véhicule à moteur doit obligatoirement souscrire une garantie responsabilité civile dans son contrat d'assurance auto pour pouvoir circuler légalement en France. Il s'agit de la couverture de base obligatoire pour pouvoir circuler sur les routes françaises. Ce caractère obligatoire s'explique par le large champ d'indemnisation qu'englobe la responsabilité civile en cas de sinistre : elle couvre toutes les fautes commises par le conducteur assuré responsable d’un sinistre, ainsi que l'intégralité des préjudices corporels et matériels subis par les victimes (dommages matériels, décès, blessure, maladie, …). En cas d'accident, tous les dommages causés par le conducteur assuré, ses ayants droit (conjoint, enfants, …) ou un conducteur occasionnel à qui le conducteur prêterait le véhicule sont couverts. Qui peut être indemnisé grâce à la responsabilité civile ? La responsabilité civile indemnise toutes les victimes potentielles d'un accident. Il peut s'agir des passagers présents dans le véhicule de l'assuré, des conducteurs et des passagers des autres véhicules, des propriétaires de biens endommagés (personnes physiques ou personnes morales telles que des entreprises), des piétons, … En revanche, les dommages corporels ou matériels subis par le conducteur assuré et son véhicule ne sont pas couverts par la responsabilité civile, car celle-ci correspond à la formule d'assurance minimale (assurance « au tiers »). Par conséquent, si l'assuré souhaite une protection plus large, il doit souscrire une assurance auto adaptée. Il opte alors pour une assurance « tous risques » ou demande à son assureur une étendue de garantie pour couvrir également certains risques : bris de glace, vol, incendie, garantie personnelle du conducteur, … Toutefois, en fonction des assureurs, une simple assurance auto « au tiers » comprend automatiquement plusieurs garanties utiles, comme la protection du conducteur (qui indemnise par exemple les dommages corporels subis par le conducteur responsable d'un accident), l'assistance juridique ou l'assistance auto accident. Sanctions en cas de défaut de responsabilité civile Si des forces de l’ordre l'arrêtent pour le contrôler, le conducteur doit prouver sa souscription à un contrat d'assurance auto. À cet effet, il pose la vignette détachable de la carte verte sur son pare-brise et doit emporter avec lui son certificat d’assurance (appelé communément vignette verte ou carte verte) chaque fois qu'il conduit son véhicule. Depuis le 1er janvier 2019, les forces de l’ordre ont accès au Fichier des véhicules assurés (FVA) : en cas de contrôle ou d’infraction, elles peuvent vérifier si un véhicule est bel et bien assuré. En outre, les lecteurs automatiques de plaques d’immatriculation sont capables de déceler toute voiture non assurée. Conduire sans assurance auto est un délit. Les forces de l'ordre sanctionnent l'automobiliste fautif d’une amende pouvant atteindre un montant de 3 750 € et/ou confisquent immédiatement son véhicule. Le conducteur peut aussi être condamné à effectuer certaines peines complémentaires, comme un travail d'intérêt général ou l'interdiction de conduire certains véhicules pendant une période déterminée (5 ans maximum). La responsabilité civile à l'étranger : le fonctionnement La responsabilité civile existe dans tous les pays. Mais un contrat d'assurance automobile incluant une responsabilité civile n'est pas valable dans tous les pays. Outre en France, un tel contrat sera reconnu dans les pays de l’Union européenne, dans ceux qui sont adhérents à l’Espace économique européen, ainsi que dans d’autres pays hors Europe adhérents au système carte verte. L’ensemble de ces pays est repris sur la carte verte, si votre assureur exclut la garantie responsabilité civile dans l’un de ces pays, celui-ci sera barré sur la carte verte. Retrouvez les prises en charge possibles en cas d'accident. N.B. Si vous louez une voiture dans un pays étranger, vérifiez qu'il existe bien une garantie responsabilité civile prévue dans le contrat de location automobile, ainsi que son montant (qui varie parfois sensiblement d'un loueur à un autre). Le loueur doit vous fournir les documents justificatifs de l'assurance.
  12. Suite au confinement occasionné par la crise sanitaire du Covid-19, le nombre de retraits de points de permis a drastiquement diminué. Selon l'ONISR (observatoire national interministériel de la sécurité routière), le bilan d'accidentalité routière ne connaît pourtant aucune évolution positive, avec 5602 cas en septembre 2021, comparé à 5226 en septembre 2020 et à 5127 en septembre 2019. Face à cela, le gouvernement prévoit un renforcement des sanctions pour 2022 et les années à venir. En d'autres mots, il y aura beaucoup plus de retraits que de restitutions de points. Pour éviter une suspension ou une invalidation de permis, les conducteurs doivent doubler de vigilance au volant et surtout récupérer au plus vite les points manquants en effectuant des stages de sensibilisation. Comment fonctionne le retrait de points pour un permis auto ? Quelles sont les infractions qui occasionnent la perte de points ? Retrouvez toutes les informations sur la législation du permis à points en France ainsi que le renforcement des sanctions prévu pour les automobilistes français. La hausse des lettres de retrait de points de permis prévue pour 2022 et 2023 L'année 2020 a été très atypique en matière de circulation routière. Plusieurs facteurs ont engendré une diminution de l'utilisation des voies publiques : confinement, distanciation sociale, télétravail, digitalisation du secteur commercial, etc. Cela explique également la réduction du nombre de retraits de points de permis durant cette année de crise (7,5 millions de lettres envoyées en 2020 contre 8,6 millions en 2019). Après la levée des restrictions sanitaires, le gouvernement anticipe une reprise du trafic routier accompagnée d'une augmentation du nombre d'infractions. Une annexe à la loi de finances pour 2022 confirme l'accentuation des pénalités pour tout accident corporel et non-respect du Code de la route. Ce projet budgétaire consiste alors à hausser le nombre de lettres de retrait envoyées jusqu'à 8,7 millions pour 2022 et 13 millions pour 2023. Les membres de la Ligue de Défense des Conducteurs n'apprécient point cette initiative de l'État. Selon eux, si l'objectif est d'optimiser la sécurité routière, cette méthode s'avère contre-productive parce que trop de retraits de points impliqueraient plusieurs permis suspendus et invalidés. Par conséquent, le nombre de conducteurs sans permis risque encore d'augmenter, alors qu'il est déjà d'environ 770 000 en 2021 d'après l'ONISR. Les stages de récupération de points de permis comme solution rapide Ne plus avoir de points sur son permis signifie une invalidation de celui-ci. Pour continuer à circuler sur la route, il convient de les récupérer avant d'arriver à ce stade. À noter qu'après quelques années de conduite sans infraction, les points seront restitués automatiquement. Cependant, le gouvernement projette déjà de ralentir ce processus pour donner place à plus de retraits. La solution la plus judicieuse est donc de récupérer des points sur son permis en assistant à des stages de sensibilisation à la sécurité routière. L'inscription à un stage de récupération de points En règle générale, il est conseillé de faire un stage de récupération dès que le capital du permis tombe à 8 points. Un conducteur peut y participer volontairement. Le Ministère de l'intérieur peut aussi envoyer une lettre 48N ou 48M qui informe une perte de points tout en recommandant ou obligeant la personne concernée à passer le stage. Les conditions sont de posséder un permis encore valide (avec au moins 1 point) et de ne pas avoir fait de stage depuis 1 an et 1 jour. Le conducteur est libre de choisir le centre qui lui convient, mais celui-ci doit être agréé par l'État. Sur des sites spécialisés, il est possible de trouver les offres de stage les plus proches en précisant le nom de la ville ou le code postal dans la barre de recherche. Il suffit ensuite de présenter le permis et de remplir le formulaire d'inscription pour réserver une place. Le déroulement d'un stage de récupération de points Le stage de récupération de points de permis se fait sur 2 journées, à raison de 7 h par jour. Il n'y aura aucun examen, mais la présence et la participation active du conducteur sur toute la durée sont requises pour le valider. C'est pour ça qu'il est aussi connu sous le nom de « stage de sensibilisation à la sécurité routière ». Des moniteurs diplômés et des psychologues agréés supervisent le bon déroulement des séances. L'objectif du stage de récupération de points est d'apprendre aux conducteurs les bonnes habitudes au volant, les risques et les divers facteurs d'insécurité routière (environnement, vitesse, alcoolisme…). Le nombre de points récupérés après un stage Une fois le stage validé, le participant reçoit une attestation et récupère 4 points sur son permis. Ces derniers seront effectifs dès le lendemain de la formation, mais il faut attendre le traitement administratif du dossier pour que le site du ministère soit mis à jour. Pour les jeunes conducteurs avec un permis probatoire, il est possible de demander un remboursement de l'amende. À noter qu'un permis de conduire peut contenir jusqu'à 12 points. S'il en manque encore, il faut attendre 1 an et un jour avant de pouvoir repasser un autre stage de récupération. Les infractions qui causent le retrait de points sur le permis Quel que soit le nombre de points de permis restant, la vigilance est de mise pour éviter tous risques d'accidents et de fautes. Dans cette optique, il convient de rappeler les infractions qui peuvent causer le retrait de points. En effet, certaines infractions pourtant fréquentes ont pour conséquence la perte de nombreux points sur un permis de conduire. On pense par exemple à l'utilisation du téléphone au volant qui est une infraction fréquente et pourtant coûteuse pour les automobilistes. Retrouvez la liste des infractions routières avec le montant des amendes et le nombre de points perdus. Les fautes qui peuvent occasionner un retrait de 1 ou de 2 points de permis Les fautes occasionnant le retrait de 1 point de permis sont notamment l'excès de vitesse d'entre 1 et 20 km/h de plus que la limitation, le chevauchement d'une ligne continue ou d'une ligne d'arrêt d'urgence ainsi que le non-port de gants lors de la conduite à moto. Un conducteur perdra 2 points sur son permis s'il accélère encore quand un autre véhicule souhaite le dépasser, s'il dépasse une limitation de vitesse de plus de 20 à 30 km/h ou encore s'il circule ou stationne sur le terre-plein central d'une autoroute. Les fautes qui peuvent mener à un retrait de 3 ou de 4 points de permis Pour ne pas perdre 3 points de permis, il faut éviter les dépassements ou les stationnements dangereux, le franchissement d'une ligne continue, l'utilisation d'un téléphone au volant, les changements de direction sans clignotants, le non-port de ceinture de sécurité et les excès de vitesse entre 30 à 40 km/h de plus que la limitation. Pour un véhicule motorisé à 2 roues, le non-port de casque est aussi une infraction qui entraîne un retrait de 3 points. La perte de 4 points sur le permis peut être causée par la circulation en sens interdit, le non-respect des règles de priorité, lorsqu'on grille un feu rouge ou un panneau stop, l'excès de vitesse d'entre 40 et 50 km/h de plus et la marche arrière ou le demi-tour sur une autoroute. Les fautes qui peuvent occasionner un retrait de 6 points de permis Il n'existe pas de faute qui engendre un retrait exact de 5 points de permis. Un tel cas peut toutefois résulter d'une cumulation de plusieurs infractions. Le nombre maximal de points qui peut être retiré pour une seule erreur est de 6. En cause, il y a entre autres l'excès de vitesse de plus de 50 km/h, la conduite en état d'ivresse, l'usage de fausses plaques d'immatriculation, les accidents occasionnant des blessures graves, l'homicide involontaire et le délit de fuite. En définitive, les sanctions pour les infractions routières seront de plus en plus sévères pour les années à venir. Le gouvernement envisage de retirer plus de points de permis que d'en restituer. Tous les conducteurs devront donc faire beaucoup plus attention pour éviter le retrait de points, qui est aussi synonyme d'une contravention. Il reste toutefois possible de récupérer 4 points grâce aux stages de récupération organisés par les centres agréés.
  13. Intégrée au dispositif législatif français depuis 1985, la loi Montagne poursuit plusieurs objectifs, dont la maîtrise de l'urbanisation des zones montagneuses. En 2016, elle a été complétée par la loi de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne. Celle-ci est nommée « loi Montagne II ». Dans l'ensemble, la disposition légale indique certaines règles que doivent respecter les conducteurs dans certaines régions. Le but est de limiter les risques d'accident ainsi que les embouteillages de la circulation routière. Que dit la Loi Montagne ? Qu'est-ce que la loi Montagne II ? Quelles sont les obligations qui s'imposent aux automobilistes dans les zones montagneuses ? Voici ce que vous devez savoir pour équiper votre véhicule pour la période hivernale selon la loi Montagne. Que retenir de la loi Montagne II pour la conduite de véhicules en hiver ? La loi Montagne II, votée en décembre 2016, est mise en application depuis le 1er novembre 2021. C'est en réalité une obligation d'équipements qui s'applique aux véhicules légers et utilitaires. La loi Montagne et la sécurité routière En hiver, les routes couvertes de neige ou de verglas sont glissantes. L'adhérence des pneus au sol est faible, ce qui rend le freinage problématique. La conséquence est que les risques d'accident accroissent. Par mesure de sécurité, les conducteurs se voient contraints de rouler lentement, ce qui occasionne des bouchons lorsqu'il y a de l'affluence sur la route. La loi Montagne II a pour vocation de tenir compte des particularités des régions de montagne afin d'assurer la sécurité sur les routes montagneuses en hiver. Elle indique les dispositifs dont les usagers de la route doivent doter leurs véhicules pour circuler dans certaines zones. Les zones concernées par la loi Montagne La loi Montagne II définit un certain nombre d'équipements à installer sur un véhicule de 4 roues au moins en hiver. Il s'agit notamment de pneus et de chaînes à neige métalliques. La loi s'applique dans les régions des six massifs montagneux de France que sont : le Massif central, le Massif vosgien, le Massif jurassien, la Corse, les Pyrénées, les Alpes. La disposition légale s'applique dans 48 départements appartenant à ces régions. Toutefois, elle ne concerne précisément que les communes dans lesquelles se trouvent des routes montagneuses. Depuis le 1er novembre 2021, la loi Montagne donne lieu à l'usage d'une nouvelle signalisation qui indiquera l'entrée et la sortie d'une zone de montagne. Les équipements à utiliser dans les zones concernées sont schématisés sur le panneau. Pour en savoir plus sur la loi Montagne et sa signalisation, il convient alors de bien connaître les équipements à poser sur les pneus au moment de rouler dans ces zones. Les pneus hiver : des indispensables pour la sécurité routière en zone montagneuse La loi Montagne II rend obligatoire l'usage de pneus hiver ou de chaînes à neige sur les routes en montagne pendant toute la période hivernale (entre le 1er novembre et le 31 mars de l'année suivante). Ce type de pneus est spécialement conçu pour faire face aux rigueurs climatiques en hiver. En réalité, les pneus classiques sont fabriqués pour rouler sur des sols secs et durs. Confrontés à la neige, ils ne répondent pas convenablement aux sollicitations. Cela est dû au manque d'adhérence. Les pneus hiver, eux, disposent des caractéristiques techniques pour faire face aux basses températures et rouler efficacement sur les routes enneigées. Ils se reconnaissent grâce à leurs lamelles qui se retrouvent sur la bande de roulement. Ces lamelles facilitent l'évacuation de l'eau. Selon la profondeur de la sculpture, les pneus hiver sont flexibles sur les routes glissantes, ce qui leur permet de faire corps avec les aspérités du sol. Sur certains modèles, les lamelles sont autobloquantes et peuvent servir efficacement sur les routes sèches. Le fonctionnement d'un pneu neige peut varier d'un modèle à un autre selon les technologies utilisées pour les fabriquer. Selon la loi Montagne II, pour les périodes hivernales 2021-2022, 2022-2023 et 2023-2024, le terme « pneu hiver » sera employé pour désigner tous les pneus comportant le marquage M+S, M.S ou M & S (Mud & Snow). L'appellation s'appliquera également aux pneus ayant à la fois ce marquage et un autre : 3PMSF (3 Peak Mountain Snow Flake). À partir de l'hiver 2024, ne seront reconnus comme pneus hiver que ceux disposant des deux types de marquage. Les pouvoirs publics indiquent qu'à l'hiver 2021-2022, les conducteurs qui n'utiliseraient pas des pneus hiver ou des chaînes à neige dans les zones concernées ne seront pas sanctionnés. Après cette période moratoire, l'infraction aux équipements hivernaux impliquera une amende de 135 euros. Loi Montagne : les équipements propres à chaque catégorie de véhicules concernés La loi Montagne II classe par catégorie les véhicules auxquels elle s'applique. Nous avons les voitures, les véhicules utilitaires, les bus et autocars et enfin les poids lourds. Pour rouler avec une voiture sur une route montagneuse en hiver, vous devez l'équiper de 4 pneus hiver ou de chaînes à neige pour au moins deux roues motrices. S'il s'agit d'un véhicule utilitaire tel qu'un camping-car ou une camionnette, vous devez doter au moins 2 roues de chaque essieu de pneus hiver. En revanche, si des roues sont jumelées, vous devez placer des pneus hiver sur toutes les roues. Au lieu de l'équipement pneumatique, vous pouvez monter des chaînes à neige sur 2 roues motrices au minimum. Pour un bus ou un autocar, la loi Montagne prévoit l'usage de pneus hiver sur les roues directrices du premier essieu et sur celles de l'essieu moteur. À défaut, vous pouvez habiller au moins 2 roues motrices de chaînes à neige. Si vous désirez conduire un poids lourd sans remorque ou semi-remorque, vous devez équiper les roues directrices du premier essieu de pneus hiver. Ce type de pneus doit aussi s'installer sur au moins un essieu moteur. Vous pouvez remplacer les pneus par des chaînes qui devront se placer sur 2 roues motrices au minimum. S'il s'agit d'un poids lourd avec remorque ou semi-remorque, vous devez utiliser des chaînes à neige sur au moins 2 roues motrices, indépendamment de la présence ou non de pneus hiver. D'après la loi Montagne, les véhicules dotés de pneus à clous sont dispensés de ces obligations. Les astuces pour monter des chaînes à neige sur des pneus Vous avez la possibilité de monter vous-même des chaînes à neige sur les roues motrices de votre véhicule. Pour ce faire, placez les dispositifs au sol, à plat de sorte que les crampons soient orientés vers le haut. Faites rouler le véhicule sur les chaînes. Ensuite, joignez les deux extrémités de chaque chaîne au haut du pneu. Refermez les crochets et servez-vous du tendeur pour resserrer les chaînes. Pour vous assurer que les équipements sont bien installés, conduisez le véhicule sur quelques mètres. Vous pourrez alors resserrer davantage ou desserrer les chaînes afin de les apprêter pour les écumer les routes enneigées.
  14. Un moteur de voiture est composé de nombreux éléments dont des pièces mécaniques en frottement. Ces frottements sont à l'origine de l'usure du moteur et sans action de lubrification, c'est la casse moteur. C'est pourquoi quand une voiture manque d'huile moteur, un voyant rouge s'allume sur le tableau de bord vous indiquant de vous arrêter immédiatement. Quels sont les rôles et avantages de l'huile moteur ? Quelle huile moteur choisir pour sa voiture ? Pourquoi la vidange de voiture est si importante ? Pour assurer le bon fonctionnement et la pérennité du moteur, il est nécessaire de réaliser les différents entretiens auto dont la vidange. Retrouvez tous nos conseils sur l'importance de l'huile moteur pour une voiture ainsi que du choix de l'huile et la fréquence pour la vidanger. Source de l'image tirée de motordoctor.fr Huile moteur voiture : le rôle et l'importance de la lubrification du moteur L'huile est un corps gras ayant comme propriété de graisser. En mécanique, on parle de lubrification des pièces mécaniques en mouvement et en liaison. Chaque voiture, thermique ou électrique, est équipée d'un carter contenant quelques litres d'huile moteur. Avant d'être envoyée à l'intérieur du moteur par une pompe, l'huile suit un certain parcours : L'huile présente dans le carter est envoyée vers le moteur grâce à la pompe à huile. Avant d'arriver au moteur, l'huile passe par le filtre à huile dans le but de filtrer les éventuels résidus et d'être purifiés. Ensuite, l'huile est conduite à l'intérieur du moteur dans les zones hautes exigeant d'être lubrifiées. Enfin, l'huile retombe dans le carter. Plusieurs pièces mécaniques requièrent d'être lubrifiées : le vilebrequin, les soupapes, les bielles ou encore les pistons. En contact avec ces éléments, l'huile moteur va alors déposer une fine couche de lubrifiant qui va limiter les frottements et préserver le bon état des pièces. En limitant la friction, le lubrifiant va également réduire la chaleur dégagée par les mouvements et donc éviter une surchauffe au moteur. Pour faire simple, une huile moteur a donc deux rôles : assurer le bon fonctionnement du moteur et augmenter sa longévité. Pour réussir, la voiture doit toujours contenir une quantité d'huile suffisante. Il faut vérifier le niveau d'huile grâce à la jauge 1 fois par mois. Choisir son huile moteur : les critères à prendre en compte Il est crucial de choisir une huile moteur adaptée au modèle de sa voiture. En effet, chaque moteur est différent et les contraintes imposées diffèrent d'un modèle à l'autre. Pour savoir quelle huile moteur utiliser, il faut se reporter aux spécifications du constructeur dans le manuel d'entretien de la voiture. Les différences principales entre les huiles moteur du marché sont dépendantes des facteurs suivants : Le type d'huile moteur : huile pour moteur diesel, essence ou électrique. La qualité du lubrifiant : huile minérale, huile semi synthétique ou synthétique. La viscosité de l'huile à chaud et à froid qui est exprimée en grade (par exemple 10W40). Image extraite du site ledauphine.com Vidanger l'huile moteur : pourquoi et quand faire la vidange ? Avec les kilomètres parcourus, une huile moteur perd de ses qualités et contient de plus en plus de saletés. On le remarque facilement à sa couleur ambrée qui devient de plus en plus foncée avec le temps et même noire au moment de faire la vidange. Cet aspect souligne les contraintes extrêmes que subie ce lubrifiant lorsque le véhicule roule. En conséquence, l'huile moteur ne peut plus jouer son rôle après un certain temps et doit être remplacée par une huile neuve. La vidange est l'opération qui consiste à évacuer l'huile usagée du circuit et du carter. Dans le même temps, le filtre à l'huile doit être déposé et remplacé à son tour. Car il serait inutile de mettre de l'huile moteur neuve et de la faire passer par un filtre usagé et sale. Une fois le moteur vidé du lubrifiant usagé et le nouveau filtre à huile installé, il suffit de remplir le carter par la bonne quantité d'huile moteur neuve. Retrouvez la liste des erreurs à éviter quand on vidange soi-même l'huile moteur de sa voiture. Pour savoir quand il faut changer son huile moteur, il faut encore une fois se reporter aux préconisations du constructeur automobile. La fréquence est exprimée en kilométrage. Le plus souvent, une huile moteur de voiture doit être vidangées tous les 20.000 kilomètres.
  15. Installés en bordure de route, les radars jouent un important rôle dans la sécurité routière. Il en existe de différents types, que ce soit dans le but de verbaliser les excès de vitesse ou de prévenir les comportements dangereux comme avec les radars pédagogiques. Ces derniers sont déployés depuis 1967 pour réguler la circulation routière. Autrefois, ils étaient installés à l'approche des radars fixes. Cependant, sur décision du ministère de l'Intérieur, ils sont utilisés depuis le 15 février 2013 dans les zones de danger où sont absents des radars automatiques. En quoi consiste un radar routier pédagogique ? Quel est le rôle du radar informatif et est-il réellement efficace ? Comment fonctionne le radar pédagogique ? Retrouvez dans cet articles toutes les informations utiles au sujet des radars pédagogiques qu'on trouve sur les routes françaises : fonctionnement, utilité ou encore zones dans lesquelles les trouver. Qu'est-ce qu'un radar pédagogique ? Comme son nom le laisse deviner, un radar pédagogique est un outil de prévention et de sensibilisation routière contre les comportements dangereux sur la route. Ce dispositif amène le conducteur à limiter la vitesse à laquelle il roule. Cet équipement, qui s'installe au bord du trottoir, se présente comme un caisson abritant un capteur et un écran. Grâce à sa technologie, le capteur collecte automatiquement des données sur tout véhicule à une certaine distance. Il analyse les informations et détecte la vitesse qu'il fait apparaître sur l'écran. Selon les modèles proposés en ligne, un radar pédagogique peut également indiquer la vitesse maximale autorisée sur la route et rappeler aux conducteurs s'ils l'ont dépassée. C'est pourquoi, ce dispositif est également appelé radar informatif. De façon générale, le dispositif affiche la vitesse en vert lorsqu'elle est inférieure ou égale au seuil autorisé. La couleur de l'inscription vire au rouge lorsque le dépassement de vitesse est constaté. Le radar pédagogique possède différentes caractéristiques et fonctions. Vous trouverez des modèles qui proposent un affichage de chiffres avec des LED et qui mesurent une vingtaine de centimètres. Les chiffres d'autres radars pédagogiques font plus de 30 cm. Certains modèles disposent d'un logiciel servant à éditer des panneaux et sont personnalisables. Vous pouvez les paramétrer afin qu'ils affichent des messages donnés selon les cas. S'il y a une école à proximité du radar, vous pouvez par exemple le configurer afin qu'il montre l'alerte « Attention école ». Le radar pédagogique est avant tout un outil éducatif, servant à réduire les risques d'accident dus à l'excès de vitesse. Le dispositif a sa place dans le réseau routier en France et dans certaines zones privées. Comment fonctionnent les radars pédagogiques ? Les radars pédagogiques ne sont pas répressifs contrairement aux radars classiques tels que les radars fixes, mobiles ou tronçons par exemple. Ils ne flashent pas les plaques d'immatriculation des véhicules en cas de dépassement de la vitesse maximale autorisée. Le cas échéant, ils informent simplement les conducteurs en affichant un message explicite et l'incitent à ralentir. La technologie qu'ils utilisent pour jouer ce rôle est comparable à celle du laser. Pour détecter la vitesse d'un véhicule, le radar de prévention utilise l'effet Doppler-Fizeau (ou plus simplement l'effet Doppler). Cela signifie qu'il émet une onde vers le véhicule à une distance donnée. Ensuite, il mesure la fréquence de l'onde lorsque le véhicule se retrouve à un point prédéfini. Le capteur du radar se sert de ce décalage de fréquence d'onde pour calculer la vitesse de l'engin à un moment précis. Dès que le véhicule quitte le champ d'émission d'ondes du radar pédagogique, le calcul cesse et la vitesse s'affiche. Des points de mesure sont définis, mais leur nombre varie en fonction de la vitesse à laquelle roulent les conducteurs. Un véhicule qui roule lentement a plus de points de mesure qu'un autre qui avance rapidement. Quoi qu'il en soit, le radar pédagogique parvient à collecter les données nécessaires pour calculer et afficher la vitesse en temps réel de chaque véhicule. Tout cela se passe en quelques fractions de seconde. Les résultats des calculs correspondent chacun à une date et à une heure données. La mémoire du dispositif sauvegarde les données qui pourront plus tard servir à des analyses par la Sécurité routière. En fonction des modèles, le radar pédagogique peut enregistrer des données sur les vitesses des véhicules dans les deux sens de la circulation. Cependant, il n'affiche que les vitesses des véhicules qui font face à l'écran. Ce type de radar sert accessoirement à la réalisation de statistiques relatives aux comportements des usagers de la route. Pourquoi installer des dispositifs de contrôle de vitesse à usage préventif ? Si l'usage des radars pédagogiques a été généralisé par les pouvoirs publics, c'est qu'ils sont utiles pour prévenir les dangers sur les routes. Les communes apprécient particulièrement ces dispositifs de prévention et les installent à proximité des écoles ou des zones dangereuses. Ludique et pédagogique, le radar informatif sensibilise les automobilistes en les félicitant quand ils roulent à la bonne vitesse et en les avertissant en cas d'infraction et de vitesse excessive. Incitez les conducteurs à réduire la vitesse Le déploiement de radars pédagogiques aux abords des routes françaises répond à la volonté de l'État d'éduquer les conducteurs à la sécurité routière. Tous les usagers de la route savent qu'ils doivent respecter la vitesse maximale autorisée. Toutefois, bon nombre d'entre eux ont du mal à respecter cette obligation. L'installation de radars pédagogiques s'inscrit dans une démarche de sensibilisation. Ces dispositifs sont mis en évidence et leurs écrans affichent des chiffres, voire des lettres, lisibles facilement. Le radar pédagogique rappelle au conducteur la vitesse à laquelle il roule afin de lui faire prendre conscience de son comportement sur la route. De ce point de vue, il est à l'opposé du radar automatique fixe qui, parfois caché, flashe les véhicules des conducteurs en infraction pour leur faire payer une amende. En rappelant à l'usager la vitesse maximale autorisée, le dispositif l'incite à faire plus attention. Selon le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), le radar pédagogique entraîne une réduction allant de 2 à 6 km/h de la vitesse moyenne sur les routes. L'équipement prouve donc son utilité pour le respect des seuils de vitesse définis par le Code de la route. Prévenez les accidents de la route La vitesse a un lien direct avec les accidents de la route. Le radar pédagogique peut donc servir à limiter ces événements malheureux. D'après la Sécurité routière, la vitesse est la première cause d'accidents mortels, puisqu'elle est constatée dans 31 % des cas (source : securite-routiere.gouv.fr). C'est pour limiter les risques que les pouvoirs publics ont fait passer, depuis 2018, la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central. Ces informations montrent à quel point les radars pédagogiques peuvent participer à la réduction des taux d'accidents dus à la vitesse. En affichant la vitesse en temps réel, ainsi que le seuil à ne pas franchir, ces dispositifs peuvent éveiller la conscience des conducteurs sur les risques d'accident. Le choix de radars pédagogiques au sein des collectivités territoriales apparaît donc comme une évidence. Protégez les piétons Comme les conducteurs, les piétons sont des usagers de la route. Les uns doivent donc faire attention aux autres. L'excès de vitesse peut provoquer la déviation d'un véhicule de la chaussée et occasionner un choc mortel avec des piétons. Les radars pédagogiques invitent au ralentissement en agglomération et sur les routes dont les trottoirs sont très fréquentés par des piétons. Certains affichent clairement des textes comme « Passage piéton », « Ralentir »… Ce sont des dispositifs qui renforcent la sécurité des personnes. Les radars pédagogiques favorisent leur protection lorsqu'elles traversent la chaussée ou marchent sur le trottoir. Sur quelles routes installer des radars mobiles de prévention ? Le radar pédagogique peut être implanté au bord de toute route, là où il n'y a pas de radar automatique fixe. La plupart du temps, il est déployé dans les zones où la vitesse peut provoquer, ou est susceptible de causer, d'énormes dégâts. Naturellement, les agglomérations ont besoin de ce type de dispositif pour réduire les risques d'accidents routiers. Dans ces zones, la vitesse autorisée par le Code de la route est en principe limitée à 50 km/h. Toutefois, le seuil peut être élevé à 70 km/h sur les sections de routes qui disposent de peu de passages piétons, protégés par des équipements adéquats. Les radars pédagogiques peuvent rappeler aux conducteurs la vitesse en deçà de laquelle ils doivent rouler en fonction de l'agglomération. Ils sont également très utiles à proximité des écoles. L'idéal est de déployer, à ce type d'emplacements, des dispositifs qui rappellent un point sensible à quelques mètres, à travers des messages. Les radars pédagogiques permettent ainsi de protéger les enfants au bord de la route. A priori, tout automobiliste éviterait de faire un excès de vitesse s'il lit sur l'écran d'un radar « Attention école ». Les radars pédagogiques peuvent être également installés pour annoncer la présence d'un chantier quelques mètres plus loin. Les usagers de la route seront ainsi conviés à limiter leur vitesse. Par ailleurs, les intersections sont des endroits sensibles sur les routes. L'installation de radars pédagogiques à ces emplacements contribue à la prévention routière. En tant que chef d'entreprise, vous pouvez déployer un tel équipement à proximité de votre établissement si ce dernier se trouve dans un lieu privé. Le radar pédagogique est très pratique dans les zones industrielles et au bord des routes qui y mènent. Quels équipements servent à l'installation d'un radar pédagogique ? Le radar pédagogique en lui-même est une boîte d'apparence simple. Pour le faire fonctionner, une installation spécifique doit être effectuée. Alors que certains radars sont alimentés avec l'électricité du réseau public, d'autres fonctionnent grâce aux panneaux photovoltaïques. Certains modèles offrent plusieurs options d'alimentations, à savoir : l'éclairage public, l'énergie solaire, le courant constant, la batterie. Les radars pédagogiques s'installent sur des poteaux électriques préinstallés ou sur des mâts conçus à cette fin. Quel que soit le mode d'alimentation, pour mettre en place un radar de prévention, il vous faut sa batterie et son chargeur. La batterie stocke l'énergie et la restitue au système, au besoin. Son autonomie est généralement d'environ deux semaines. En cas d'installation de radar pédagogique sur un mât, ce dernier doit être doté d'une semelle, d'un mât bi-section, d'une fixation de rehausse, d'une rehausse et d'une queue. Une trappe de visite est nécessaire lorsque le dispositif doit être branché sur le réseau électrique public ou sur un courant constant. Cet équipement permet d'avoir accès au disjoncteur ou au parafoudre.
×
×
  • Créer...