Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Pat

Admins
  • Compteur de contenus

    160
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    6

Pat a gagné pour la dernière fois le 16 septembre

Pat a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

8 Neutral

Visiteurs récents du profil

26 556 visualisations du profil
  1. La bougie d'allumage est un élément indispensable au fonctionnement des moteurs essence et GPL. Comme la bougie de préchauffage pour les moteurs diesel, son rôle est d'apporter les conditions nécessaires au démarrage de la voiture. Grâce à l'électricité, la bougie d'allumage va générer une étincelle qui va lancer la combustion du mélange air / essence. Mais avec le temps, les bougies d'allumage s'usent et se détériorent. Il faut alors remplacer l'ensemble des bougies d'allumage du véhicule afin de garantir un bon démarrage. Qu'est-ce qu'une bougie d'allumage et quels sont ses rôles ? Comment savoir si les bougies d'allumage doivent être changées ? Quelle est la longévité d'une bougie de démarrage ? Quelle bougie d'allumage choisir pour sa voiture essence ? Retrouvez toutes les informations et explications sur les bougies d'allumage : rôle, fonctionnement, entretien et remplacement. Rôles et fonctionnement des bougies d'allumage dans un moteur essence La plupart des automobilistes ignorent le processus qui permet de démarrer une voiture. Il suffit de placer la clé dans le contact et de la tourner pour démarrer plus ou moins facilement une voiture. En réalité, le démarrage d'un véhicule est bien plus complexe et repose sur deux énergies : l'électricité et l'essence. C'est pourquoi, il est indispensable d'avoir une batterie un minimum chargée et de l'essence dans son réservoir. La bougie d'allumage se trouve au cœur du moteur essence et plus précisément au niveau de la culasse (chambre de combustion du moteur). Son rôle se limite à délivrer une étincelle via décharge électrique permettant de lancer la combustion du mélange air et carburant. Sans cet équipement électrique, il est donc impossible de démarrer le moteur mais aussi d'assurer la combustion lors de son fonctionnement. Il faut savoir qu'une bougie d'allumage produit en moyenne 1500 étincelles à la minute quand le véhicule circule à un régime moteur avoisinant les 3000 tr/min. Les principaux composants d'une bougie d'allumage sont les électrodes, le culot, l'isolant en céramique et l'embout de connexion. Le culot est équipé d'un filetage qui permet de visser la bougie dans la culasse. De par leur emplacement dans le moteur, les bougies d'allumage sont généralement difficiles d'accès et nécessitent des outils dédiés (comme une clé à bougie) pour les retirer et en remettre de nouvelles. Il existe de nombreux modèles de bougies d'allumage sur le marché. Il ne faut donc pas remplacer les bougies de démarrage de son auto par n'importe quelle référence. Pour savoir quelles bougies sont compatibles avec votre auto, il convient soit de se référer à la notice du constructeur, soit de démonter une bougie afin de relever la référence. Par exemple, voici la bougie Denso Iridium TT IK20TT avec filetage de 19 mm qui est une bougie Irridium composée d'une électrode de masse très fine. Ce type de bougie coûte plus cher à l'achat mais a une durée de vie jusqu'à 2,5 fois plus importante qu'une bougie classique. De même, les bougies Irridium assure une meilleure combustion et donc une réactivité supérieure du moteur. Combien de bougies d'allumage possède une voiture essence ? Il faut compter une bougie d'allumage par cylindre, soit 4 bougies pour un véhicule essence. C'est pour cette raison que les garagistes proposent un forfait comprenant le remplacement de 4 bougies d’allumage. Si vous voulez effectuer l'entretien vous-même, vous trouverez des kits comprenant également 4 bougies d'allumage. Mais certaines motorisations à essence sont équipées de 2 bougies par cylindre. Néanmoins, cette configuration n'est pas la norme. Bougie d'allumage usée ou en mauvais état : quelles sont les conséquences ? Les bougies d'allumage sont sollicitées sans interruption du démarrage à l'arrêt du moteur. À l'intérieur du moteur, elles sont soumises à des chaleurs extrêmes (jusqu'à 2500°) et pressions très élevées. De même, la combustion du mélange air-carburant entraîne des explosions qui recouvrent les électrodes de dépôts noirs comme la suie au bout d'un certain moment. Les bougies d'allumage s'usent avec le temps et il convient de les changer quand elles sont en fin de vie. En l'absence d'entretien, c'est toute la motorisation qui va être impactée. En effet, une ou plusieurs bougies d'allumage ne pourront plus assurer leurs rôles correctement et les étincelles produites ne seront pas suffisantes. Cette usure aura des conséquences sur le démarrage du véhicule mais également sur les performances du moteur lui-même. Voici les principaux signes qui indiquent un problème au niveau des bougies d'allumage du véhicule : Des difficultés à démarrer la voiture, notamment quand les températures sont basses. Il faut alors vous y reprendre à plusieurs fois sans noyer le moteur pour réussir à le démarrer. Des trous ou pertes de puissance du moteur lors de la conduite. Une ou plusieurs bougies étant défectueuses, le moteur en subit les conséquences. Le système d'échappement du véhicule émet d'épaisses fumées noires ou bleutées et pollue donc plus. La consommation d'essence de votre voiture augmente sensiblement. Cette surconsommation est liée directement à l'état des bougies. Un voyant lumineux peut apparaître sur le tableau de bord indiquant une anomalie moteur. Les conséquences peuvent être plus lourdes que ces seuls symptômes. Si vous tardez trop à changer les bougies d'allumage, vous risquez de détériorez d'autres éléments du moteur mais aussi le catalyseur. Quand faut-il remplacer les bougies d'allumage de sa voiture ? Les symptômes listés précédemment permettent de vous apercevoir que les bougies de votre auto sont usées, en fin de vie et donc à changer. Mais si votre voiture rencontre ces problèmes, cela indique également que vous avez trop tardé à remplacer ce consommable. Vous risquez à tout moment d'avoir une bougie morte et donc de tomber en panne. Alors, quand changer les bougies d'allumage de son véhicule ? En moyenne, les bougies d'allumage sont prévues pour une durée de vie de 30.000 à 60.000 kilomètres selon les références mais aussi le véhicule. Pour un automobiliste français lambda, cela représente une durée d'environ 3 ans. Il faut se référer aux préconisation du constructeur qui sont notée dans la notice du véhicule. De plus, le remplacement des bougies d'allumage est une prestation incluse dans certaines "grosses" révisions périodiques. Il s'agit généralement des révisions qui coutent cher ! Retrouvez notre guide sur l'entretien et le remplacement des bougies de préchauffage pour un moteur diesel. À noter que certains facteurs impactent la longévité des bougies et bobines d'allumage sur une voiture essence : Le type (cuivre, nickel, irridium ou encore platinium par exemple) et la qualité de fabrication des bougies. Du niveau de charge de la batterie qui doit avoir une tension suffisante. De la qualité de l'essence et de l'air (liée au filtre à air). Du mode de conduite de l'automobiliste au volant. Pour connaitre avec précision l'état des bougies d'allumage d'une voiture, il faut se rendre auprès d'un garagiste ou concessionnaire automobile. Ce professionnel va alors inspecter les bougies d'allumage et contrôler leur état. Il sera alors en mesure de vous dire en quel état sont ces bougies et combien de temps elles pourront encore correctement fonctionner. Si vous avez des connaissances en mécanique, il est possible d'effectuer l'inspection des bougies d'allumage soi-même. Une fois chaque bougie d'allumage démontée, vous pouvez en profiter pour nettoyer délicatement le culot et les électrodes.
  2. Les accidents sont un moment très redouté par les automobiles. Il faut dire qu'entre les blessures, les démarches administratives et le coût engendré, un accident n'est jamais anodin. L’assurance auto vous offre une couverture en cas de sinistre. Mais il n’est pas toujours évident de connaître les conditions d’indemnisation et le montant des remboursements. En réalité, tout dépend du contexte de l’accident et surtout, de la formule à laquelle vous avez souscrit. Quelle prise en charge espérer en cas d'accident par son assurance auto ? Quelle indemnisation en cas d'accident de la route ? Comment estimer le montant du remboursement de l'assurance voiture en cas d'accident ? Cet article vous en dit plus sur la prise en charge que vous pouvez espérer en cas d’accident responsable et non responsable. À quelle indemnisation s’attendre en cas d’accident responsable ? La responsabilité engagée à 100% dans le cas d'un sinistre est la pire situation. Lorsque vous êtes responsable d’un accident, l’indemnisation dépend du contrat auquel vous avez souscrit. Si vous bénéficiez d’un contrat d’assurance auto au tiers, qui est le minimum obligatoire, votre couverture prend en charge les dommages corporels ou matériels que vous pourriez occasionner à une tierce personne. En revanche, vous ne bénéficiez pas de la prise en charge des dégâts que vous avez subis. Pour que vous puissiez être remboursé de frais comme les réparations sur votre voiture par exemple, le meilleur moyen reste de souscrire une assurance tous risques, qui est l’offre la plus complète du marché. L’assurance au tiers plus est une autre option pour vous voir rembourser certains frais. Il s’agit d’une assurance au tiers que vous complétez par d’autres garanties comme la garantie dommage tous accidents ou la garantie dommages collision qui permettent de vous faire rembourser les frais matériels. À chacun de faire le point sur les risques encourus et d’adapter son assurance auto au tiers plus en fonction. Faisons à présent un point sur la prise en charge des dommages corporels. En cas d’accident responsable, la prise en charge de vos frais médicaux dépend là aussi de votre contrat auto. Pour prétendre à une indemnisation des dommages corporels, vous devez bénéficier d’une garantie protection corporelle du conducteur. C’est une garantie dont il faut à tout prix discuter avec l’assureur au moment de choisir votre contrat, et ce afin de vous protéger. Par conséquent, les indemnisations sont directement lié au contrat d'assurance souscrit et aux options choisies. La compagnie d'assurance appliquera les termes du contrat conclu lors d'u accident responsable. Vous pouvez savoir à quelles indemnisations vous avez le droit en étudiant la liste des couvertures et garanties comprises dans votre police d'assurance. Au vu des impacts sur le bonus du conducteur responsable de l'accident, il n'est pas toujours profitable de déclarer un petit accident à son assureur. Selon la situation, il peut être plus avantageux de s'arranger avec la victime. Quel montant des remboursements en cas d’accident responsable ? Pour évaluer le montant du remboursement des dégâts matériels causés, l’assureur utilise différentes bases de calcul selon le contrat. La compagnie d’assurance auto prend notamment en compte la valeur de remplacement de votre voiture, la valeur à neuf, la valeur vénale et la valeur à dire d’expert. Mais la valeur de la voiture (directement liée à son prix d'achat, son ancienneté et au marché de l'occasion) n'est pas le seul critère. Le remboursement dépend en outre de l’état du véhicule, des conditions générales et particulières de l’assurance auto et des exclusions de garanties. Concernant ces exclusions, il est d’ailleurs conseillé d’être au clair avec l’assurance dès la souscription du contrat, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises en cas de sinistre. Bon à savoir : une décote peut également être appliquée par rapport à la cote de l’Argus du véhicule. De même, certains assureurs proposent des garanties facultatives permettant un remboursement à neuf pendant quelques années. Quels remboursements en cas d’accident non responsable ? Lorsque vous êtes victime d’un sinistre provoqué par un autre conducteur, on dit alors que l’accident que vous subissez est non responsable. Votre responsabilité n'est ni engagée partiellement ni totalement. Il s'agit ici du meilleur scénario possible d'un point de vue financier en cas d'accident en espérant que vous n'ayez aucune blessure. Même si l’automobiliste responsable de l’accident ne bénéficie que d’une assurance au tiers, l’indemnisation de vos dommages matériels et corporels s’applique au titre de la responsabilité civile du conducteur. C’est votre assureur qui vous indemnise et qui se charge des démarches avec l’assurance du conducteur responsable du sinistre. Concernant le montant de l’indemnisation pour votre auto, il est calculé sur la base de la valeur de votre véhicule à dire d’expert. Cela correspond à sa valeur à la date précise de l’accident. Cependant il faut faire attention, afin que l’indemnisation s’applique comme cité ci-dessus, il faut à tout prix que le responsable de l’accident soit identifié et assuré. En effet, dans le cas contraire, vous pouvez uniquement prétendre à une indemnisation si vous bénéficiez : De la garantie dommage tous accidents. De la garantie dommages collision. Votre contrat d’assurance auto ne contient pas ces deux garanties ? C’est alors le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages qui prend en charge vos dommages matériels. À noter : la garantie tous accidents vous permet aussi une indemnisation des dommages matériels si vous percutez un animal.
  3. Quand on est adolescent, une problématique qui revient souvent concerne les moyens de locomotion à disposition. Bien que certains adolescents ont la chance d'avoir un scooter, beaucoup sont soit dépendants des transports en commun, soit de leurs parents. Il faut dire que les véhicules deux-roues sont souvent source d'inquiétude pour les parents. Pour autant, un véhicule plus sécuritaire et permettant aux jeunes se déplacer de façon autonome existe : il s'agit de la voiture sans permis. Ce véhicule atypique offre de nombreux avantages bien que son prix d'acquisition soit élevé. Alors, faut-il avoir un permis ou suivre une formation pour avoir une voiture sans permis ? À partir de quel âge peut-on conduire une voiture Ligier ? Quels sont les avantages des voitures sans permis ? Quelle assurance auto pour une voiture sans permis ? Retrouvez dans cet article les informations utiles, points forts et conditions pour qu'un ado puisse être au volant d'une voiture sans permis. Qu’est-ce qu’une voiture sans permis ? Les voitures sans permis, appelée aussi VSP, sont facilement reconnaissables sur les routes françaises grâce à leur taille compacte. En effet, le gabarit s'apparente à celui d'une voiture Smart voir même est plus petit. Surtout, ces véhicules à essence se font rapidement remarquer par leur look très tendance et sportif depuis quelques années. Il faut dire qu'avec plus de 20.000 nouveaux véhicules de ce type immatriculés chaque année, les constructeurs automobiles comme Ligier ont tout intérêt à proposer des autos sans permis qui plaisent aux jeunes. Sous le capot, la voiture sans permis propose une motorisation réduite afin de respecter la législation en vigueur et pouvoir être conduites sans être titulaire du permis B. D'autres critères sont également requis pour être pouvoir être utilisées par des automobilistes qui ne sont pas titulaires ni du Code de la route ni du permis de conduire B. Les voitures sans permis doivent principalement respecter les critères suivants : Proposer de 2 à 4 places. Offrir une vitesse maximale de 45 km/h. Avoir une puissance de 6 kW ou moins (soit 8,15 chevaux maximum). Avoir un poids inférieur à 425 kg (poids à vide avec plein fait). Ne pas dépasser 3 m de longueur et 1,50 m de largeur. En conséquence, la voiture sans permis est un quadricycle léger à moteur comportant 2 à 4 places. De par sa taille et la puissance de son moteur, elle ne peut pas circuler sur l'autoroute mais offre de nombreux avantages. Voiture sans permis : aucun permis de conduire n’est requis ? Le terme "sans permis" laisse penser que n'importe qui peut prendre le volant de ce type de véhicule. Bien que sa conduite ne nécessite ni Code de la Route, ni permis B contrairement aux voitures classiques, cette appellation est trompeuse. Il existe donc certains requis pour avoir le droit de rouler dans une VSP en toute légalité. Tout d'abord au niveau de l'âge du conducteur : Il faut avoir minimum 14 ans pour conduire une voiture sans permis comportant 2 places. Il faut avoir minimum 16 ans pour conduire une voiture sans permis comportant 4 places. Enfin, il convient de se former un minimum avant de prendre la route dans ce véhicule. Comme pour la conduite d'un scooter 50 cm3, la détention du permis AM ou du brevet de sécurité routière (BSR) est requis. Enfin "requis" en fonction de votre année de naissance. Si vous êtes né avant 1988, vous pouvez conduire ce type d'auto sans aucune formalité particulière. Dans ce cas, la voiture sans permis porte bien son nom. Si vous êtes né à partir de 1988, il vous faudra détenir l'un des 3 permis suivants : le BSR (catégorie AM), un autre permis de conduire (A, B ou C par exemple) ou un titre de conduite européen. Dans le cas des adolescents, il faut donc passer la formations théoriques et pratiques dès 14 ans auprès d'une auto-école afin d'obtenir le permis AM. Les avantages d'offrir une voiture sans permis à son enfant adolescent La motivation principale d'offrir une voiture sans permis à un jeune adolescent est de le rendre autonome dans ses déplacements aussi bien en ville qu'à la campagne. En tant que parents, il peut s'avérer très compliqué d'être toujours disponible pour conduire son ado au collège, au lycée, chez des amis ou au sport par exemple. Ces trajets du quotidien prennent un temps considérable qui n'est pas toujours compatible avec les agendas de chacun. C'est pourquoi, la voiture sans permis, ou VSP, est une opportunité pour les adolescents mais également les parents. Bien que le coût d'acquisition de ce véhicule est beaucoup plus élevé qu'un simple scooter, il permet de rouler de façon beaucoup plus sécurité qu'un deux-roues. Ainsi, le conducteur et ses passagers sont protégés des conditions extérieures (pluie, vent, etc.) mais profitent également de la protection des voitures (structure rigide, ceintures de sécurité, etc.). De même, la demande pour ces modèles augmente d'année en année. Il s'agit donc d'un investissement à l'achat mais la revente de la voiture sans permis permettra de rembourser une grande partie de cet investissement. Entre temps, les parents et ados auront gagné en temps, en facilité de déplacement et en autonomie. Concernant la consommation de carburant et le coût de l'assurance, il convient de se renseigner avant de choisir une voiture sans permis. En effet, il s'agit de coûts supplémentaires à prendre en compte lors du chiffrage du budget. Mais au vu de la motorisation réduite de ces modèles, la consommation est inférieure à 4 litres aux 100 km. Pour le tarif de l'assurance pour voiture sans permis, les prix sont au cas par cas et il faut donc se renseigner auprès de son assureur. En résumé, les voitures sans permis offrent les avantages suivants à leur jeune propriétaire : Une autonomie pour se déplacer facilement afin de se rendre au lycée, au sport, chez des amis, etc. Un confort et une sécurité de conduite bien meilleurs qu'avec un scooter. Une consommation de carburant limitée. La possibilité de transporter des passagers avec soi. Une facilité de stationnement grâce au gabarit réduit. Pouvoir conduire une voiture sans avoir à passer son Code de la Route et son permis B.
  4. Plus de 100 000 véhicules neufs sont vendus par mois en France, selon des données recueillies par Statista. Selon Planetoscope, 4 à 6 millions de voitures d'occasion sont échangées entre les Français par an. La demande de cartes grises auprès des préfectures est donc très importante. La durée d'obtention de la pièce peut ainsi se prolonger au-delà du délai normal à cause du nombre élevé de dossiers à traiter périodiquement. Face à cela, les Préfets ont désormais la possibilité de délivrer une habilitation aux professionnels du secteur de l'automobile afin qu'ils puissent effectuer les démarches d'immatriculation pour des personnes tierces. Quels sont les professionnels de l'automobile habilités à faire des cartes grises ? Qu'est-ce que le numéro d'habilitation des professionnels de l'auto ? Comment trouver une liste des professionnels agrémentés SIV ? Découvrez ici les professionnels qui ont l'agrément pour vous aider à obtenir votre carte grise en ligne. Principe et fonctionnement de la demande de carte grise en ligne En novembre 2017, les guichets préfectoraux consacrés aux démarches d'immatriculation ont été fermés. Internet est dès lors devenu le seul moyen pour obtenir sa carte grise. Le site de l'Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) a pris la place des guichets physiques des préfectures. Le processus de demande de certificat d'immatriculation est ainsi devenu plus simple. Il suffit de scanner ses documents et pièces justificatives pour faire une demande en ligne. Une fois connecté sur le site, vous aurez à remplir le formulaire de demande et à soumettre votre dossier après avoir ajouté les pièces indispensables et réglé le paiement. Le changement de titulaire d'un certificat d'immatriculation se passe également en ligne. Néanmoins, pour rendre la démarche encore plus accessible à tout le monde et pour désengorger le trafic sur les serveurs de l'ANTS, les préfectures peuvent donner accès au Système d'Immatriculation des Véhicules (SIV) à plusieurs groupes de professionnels. Ces derniers peuvent ainsi accompagner tous ceux qui veulent demander une carte grise. Ceci représente un gain de temps pour l'administration et pour les particuliers. De plus, ces services professionnels sont particulièrement intéressants pour les personnes âgées qui sont peu habituées à réaliser des démarches en ligne. De quoi est constitué le dossier de demande en ligne ? Généralement, après avoir rempli votre formulaire de demande de carte grise, vous recevrez une liste précise des documents justificatifs à compléter selon votre situation. Néanmoins, il y a quelques pièces incontournables qu'il faudra déjà apprêter avant de penser à qui s'adresser pour une demande de carte grise sur internet et au budget nécessaire. Par exemple, vous aurez besoin d'une copie de votre pièce d'identité et d'un justificatif de domicile datant de moins de 6 mois. Il faudra également remplir un formulaire Cerfa de demande d'immatriculation d'un véhicule. Si vous avez acheté une voiture d'occasion, vous devez ajouter la carte grise barrée, portant la mention « vendu le (jour/mois/année) » et la signature de l'ancien propriétaire ainsi que celle de tous les cotitulaires s'il y en a. Pour une voiture qui possédera plusieurs cotitulaires, c'est le justificatif de domicile de celui dont l'adresse figurera sur la carte grise qu'il faudra fournir. Lorsque la démarche est faite pour quelqu'un d'autre, il faut ajouter la pièce d'identité de ce dernier et un mandat signé. Uniquement pour l'achat d'un véhicule ? La demande de carte grise en ligne ne concerne pas uniquement les cas d'achat de véhicules neufs ou d'occasion. Vous pouvez aussi effectuer le processus de changement d'adresse et l'obtention de duplicata de carte grise via internet. Le principe de la demande en ligne est le même pour ces démarches. Il vous suffira de remplir un formulaire de demande en ligne et de constituer votre dossier pour avoir gain de cause en quelques jours. C'est également la même procédure pour les différents types de véhicules (moto, quad, scooter, cyclomoteur, caravane, remorque, camion…). Ce qui change réellement, c'est le coût de la démarche car en fonction de l'engin motorisé, le tarif demandé évoluera à la hausse ou à la baisse. Les avantages de la demande de carte grise en ligne La numérisation de la procédure de demande du certificat d'immatriculation par le Plan Préfectures Nouvelle Génération présente de nombreux avantages. Un processus simple qui fait gagner du temps Avec l'ancien système d'immatriculation des véhicules, les particuliers passaient des dizaines de minutes dans les préfectures et sous-préfectures à attendre qu'un guichet se libère. De plus, il arrivait parfois qu'ils soient obligés de retourner chez eux pour chercher une pièce manquante avant de revenir pour déposer le dossier. Avec la demande de carte grise en ligne, vous n'aurez plus besoin de vous déplacer. Toutes vos pièces seront donc à portée de main et aucun oubli ne sera de la partie. Vous gagnez énormément de temps et votre dossier peut être traité en 24 h seulement. Si vous utilisez une plateforme de professionnelle, vous pouvez recevoir votre certification d'immatriculation en 2 jours à votre domicile. De plus, plusieurs éléments vous sont fournis pour simplifier la démarche. Par exemple, vous pouvez accéder à des documents Cerfa partiellement pré-remplis et à la liste complète des pièces utiles selon votre profil. Vous aurez aussi droit à des simulateurs pour évaluer le coût de la démarche bien avant de vous lancer. Réaliser des économies en demandant votre carte grise sur internet Avec la demande de carte grise en ligne, vous économisez de l'argent. Il ne sera plus nécessaire d'ajouter les frais de déplacement à votre budget. Vous n'aurez plus à vous acquitter également de frais de stationnement. Afin d'avoir le temps nécessaire pour effectuer ces démarches, certains travailleurs étaient obligés de prendre un ou deux jours de congé pour se rendre à la préfecture. Cela leur fait perdre de l'argent. Ce manque à gagner n'est plus d'actualité grâce à la démarche digitalisée. La principale raison pour laquelle cette solution est encore plus avantageuse économiquement, c'est qu'il est possible d'étaler le paiement du certificat d'immatriculation en plusieurs fois sur 2-4 mois. Éviter les erreurs avec l'accompagnement des professionnels Grâce à la possibilité de recourir à un professionnel pour effectuer les démarches d'immatriculation d'un véhicule, vous ne serez pas livré à vous-même. Vous aurez droit à un accompagnement de grande qualité. Ceci contribuera également à rendre le processus plus facile. Vous pouvez ainsi avoir des réponses à toutes vos préoccupations en temps réel grâce à un opérateur dédié qui interagit avec vous par téléphone et par mail. Cela vous aide à constituer un dossier conforme aux exigences réglementaires. Les risques de rejet deviennent alors très faibles et le délai d'attente est considérablement réduit. Vers quel professionnel se tourner pour demander sa carte grise en ligne ? Le nombre d'acteurs proposant leur service dans le cadre des démarches d'immatriculation a connu une augmentation exponentielle depuis 2017. Malheureusement, cela augmente aussi le risque de tomber sur des prestataires peu sérieux, non habilités ou qui offrent un service qui laisse à désirer. Pour bénéficier d'un accompagnement professionnel, sécurisé et efficace, voici l'essentiel à savoir sur les acteurs qui sont autorisés à effectuer les démarches d'immatriculation pour le compte d'une tierce personne. Un professionnel qui possède l'habilitation SIV et l'agrément par le Trésor public La condition sine qua non pour qu'un agent puisse effectuer la demande de carte grise en ligne pour un tiers, c'est qu'il ait un accès au Système d'Immatriculation des Véhicules. C'est par le biais de l'habilitation que le Préfet accorde ce droit à un professionnel du secteur automobile. Une convention est signée entre ce dernier et l'autorité qui l'autorise à télétransmettre les demandes des usagers au SIV. L'agrément SIV donne la possibilité aux prestataires de percevoir les taxes de certificat d'immatriculation qu'ils devront ensuite verser mensuellement au Trésor public. Il est possible d'avoir l'habilitation sans être agréé, mais l'on ne peut avoir l'agrément sans l'habilitation. C'est le Trésor public qui accorde l'agrément. Il est recommandé de choisir un professionnel qui a les deux autorisations pour se simplifier la tâche. Quels sont les professionnels qui ont droit à l'habilitation et à l'agrément ? Pour faciliter l'accessibilité du service d'immatriculation en ligne, la préfecture donne la possibilité à tous les professionnels du milieu d'effectuer des démarches pour le compte de leur client. Ainsi, tous les concessionnaires et vendeurs de véhicules neufs ou d'occasions peuvent vous aider à faire immatriculer votre véhicule. Les établissements qui commercialisent des cyclomoteurs peuvent aussi obtenir leur agrément. Ensuite, c'est aussi le cas des établissements de location de véhicule, des huissiers et d'autres experts. Ces derniers peuvent intervenir dans les garages, les centres de prise en charge des Véhicules hors d'usage. Comment fonctionne l'immatriculation par le biais d'un professionnel habilité ? Pour faire immatriculer votre véhicule par un organisme habileté, vous aurez deux options : le faire sur internet ou dans l'agence physique d'un professionnel. De nombreux spécialistes possèdent des plateformes web sur lesquelles il est possible d'envoyer votre dossier d'immatriculation. Après réception de tous les documents nécessaires, l'organisme vous fournit un Certificat Provisoire d'Immatriculation (CPI) entre 24 h et 48 h. Après la réception du CPI, il faut compter 3 à 5 jours ouvrés pour recevoir le certificat d'immatriculation à votre domicile. Avec la deuxième option, le processus se déroule comme l'immatriculation à la préfecture. Il faut apporter un dossier complet chez le prestataire (le garagiste par exemple). Vous recevez sur le champ le CPI en attendant la réception de votre carte grise par La Poste. Cette solution reste un peu plus contraignante que la demande en ligne, puisqu'il faut forcément vous déplacer. Dans les deux cas, le tarif dépendra essentiellement du prestataire choisi et des caractéristiques du véhicule à immatriculer. Sources sur les chiffres mentionnées dans cet article concernant les ventes de voitures d'occasion et neuves : https://www.planetoscope.com/automobile/960-ventes-de-voitures-d-occasion-en-france.html https://fr.statista.com/statistiques/1110664/impact-coronavirus-vente-voitures-neuves-france/
  5. La circulation routière a un impact considérable sur le climat et la santé de l'homme. L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a classé depuis 2013 l'air extérieur et les particules qui le composent comme des éléments cancérogènes pour l'humain. Pour lutter contre la pollution de l'atmosphère, des dispositifs sont pris en Europe en plus des normes contraignantes imposées aux constructeurs automobiles. Depuis 2016, la France a mis en place le Crit'Air (Certificat Qualité de l'Air) pour réguler la circulation des véhicules thermiques. Le Crit'Air s'applique par le biais de vignettes numérotées et correspondant à des couleurs données. L'application de ce dispositif est maintenant connu des automobilistes français conduisant une voiture essence ou diesel. Mais son fonctionnement est moins connu pour les véhicules immatriculés dans un pays étranger qui circulent en France. Que faut-il savoir sur ces vignettes ? Que dit la loi sur l'application de vignettes Crit'Air aux véhicules étrangers ? La vignette Crit'Air est-elle obligatoire pour les voitures immatriculées à l'étranger ? Retrouvez toutes les informations sur l'application de la vignette Crit'Air pour les véhicules étrangers. Que faut-il savoir sur la vignette Crit'Air ? Les véhicules thermiques, c'est-à-dire utilisant des carburants comme l'essence, le diesel ou l'éthanol, émettent des gas polluants lors de leur utilisation. La vignette Crit'Air est un dispositif de contrôle de la pollution de l'air extérieur en France, et s'appose sur tous les types de véhicules (voiture, scooter, camion…). Voici un récapitulatif sur la vignette Crit'Air. Circuler dans une zone à faibles émissions mobilité La vignette Crit'Air est obligatoire pour circuler lors d'un pic de pollution, en cas de circulation différenciée et dans une Zone à Faibles Émissions mobilité (ZFE-m). Les ZFE-m sont décrétées par les collectivités locales lorsqu'elles constatent avec des données chiffrées l'augmentation de la pollution dans la circulation. On parle aussi de ZCR (Zones à Circulation Restreinte) et ZPAd (Zones de Protection de l'Air départementale). Depuis 2016, ces territoires se multiplient. Quelques-unes des ZFE-m sont Paris, Lyon et Villeurbanne, Marseille, Lille, Grenoble, Montpellier, Strasbourg et sa métropole, Bordeaux, Toulouse, Rennes, etc. En fonction de la vignette Crit'Air de votre véhicule, vous avez l'autorisation ou non de circuler sur certains axes routiers dans ces zones. Êtes-vous dans un autre pays et envisagez-vous de rentrer en France avec un véhicule acheté là-bas ? Renseignez-vous sur la vignette Crit'Air pour les véhicules immatriculés à l'étranger pour vous assurer de respecter la réglementation en vigueur. Éviter les sanctions en cas d'infraction à la vignette Crit'Air Selon la loi, la vignette Crit'Air doit être collée sur le pare-brise de tout véhicule circulant en France. Si le véhicule ne dispose pas de pare-brise (deux-roues, tricycle…), la pastille doit être posée de sorte à la mettre en évidence. En cas de contrôle, tout conducteur dont le véhicule ne dispose pas de vignette Crit'Air s'expose à des sanctions. Ce sera le même cas de figure lorsque la vignette du véhicule n'est pas autorisée dans une ZFE-m. L'infraction à la vignette est sanctionnée par une amende forfaitaire de 68 euros pour les conducteurs de véhicules légers. L'amende est de 135 euros pour les conducteurs de bus et les poids lourds. Théoriquement, ces différentes amendes peuvent augmenter selon les cas. L'infraction à la vignette Crit'Air est susceptible d'être sanctionnée par l'immobilisation et la mise en fourrière du véhicule. Attribution des vignettes Crit'Air aux véhicules immatriculés en France La vignette Crit'Air se divise en plusieurs notations symbolisées par des couleurs. Plus le véhicule est "propre" et plus ce dernier sera récompensé par une vignette affichant une bonne note. En tout, six vignettes Crit'Air sont établies et indiquent chacune le niveau de pollution d'un véhicule. La vignette Crit'Air 0 La vignette Crit'Air 0 ou pastille verte est réservée aux véhicules les moins polluants. Il s'agit des véhicules 100 % électriques et de ceux qui fonctionnent à l'hydrogène. Avec une telle vignette, vous pouvez circuler dans une ZFE-m en cas de pic de pollution. La vignette Crit'Air 1 La vignette Crit'Air 1 ou pastille violette est octroyée aux : véhicules hybrides (dotés d'un moteur thermique et d'un moteur électrique) ; véhicules qui fonctionnent au gaz ; deux-roues, tricycles et quadricycles de norme Euro 4 ; voitures, utilitaires légers, autobus, autocars et poids à moteur essence de normes Euro 5 et 6. Les véhicules dotés d'une vignette Crit'Air 1 font partie des plus acceptés dans une ZFE-m. La vignette Crit'Air 2 La vignette Crit'Air 2 s'adresse aux véhicules à moteur essence de norme Euro 6. Aussi appelée pastille jaune, elle est attribuée aussi aux véhicules immatriculés entre 2006 et 2010. Les véhicules à moteur diesel de norme Euro 5 ou 6 sont également concernés. La vignette Crit'Air 3 La vignette Crit'Air 3 ou pastille orange est attribuée aux véhicules à moteur essence classés aux normes Euro 2 et 3. Elle s'applique aussi aux voitures mises en circulation entre 1997 et 2005. Vous devez également avoir cette vignette si vous avez un véhicule à moteur diesel de norme Euro 4. La vignette Crit'Air 4 La vignette Crit'Air 4 (pastille rouge foncé) est réservée aux voitures, autocars, autobus, utilitaires légers et poids lourds classés aux normes Euro 3 et 4. Elle est aussi attribuée aux deux-roues, tricycles et voitures sans norme immatriculées de 2000 à 2004. La vignette Crit'Air 5 La vignette Crit'Air 5 (pastille grise) est destinée aux véhicules les plus polluants. Ces derniers sont notamment les voitures, utilitaires légers, autobus, autocars et poids lourds répondant aux normes Euro 3 et 2. Vignette Crit'Air : le cas des véhicules immatriculés à l'étranger On pourrait croire que la vignette Crit'Air ne concerne que les véhicules immatriculés en France. Pour autant, l'application du dispositif s'applique à toutes les voitures circulant sur les routes françaises. Quand des contraintes sont imposées, elles concernent tous les véhicules. En conséquence, les véhicules étrangers sont aussi concernés par la vignette Crit'Air. L'obligation d'avoir une vignette Crit'Air pour un véhicule immatriculé à l'étranger Que votre véhicule soit immatriculé dans un autre pays de l'Union européenne ou ailleurs dans le monde, pensez à obtenir une vignette avant de rouler sur les routes en France. Bon nombre des grandes villes françaises sont désormais des ZFE-m. Pour circuler sereinement dans ces localités, il vous faudra nécessairement une vignette Crit'Air. En cas de contrôle, l'absence de vignette Crit'Air vous vaudra une sanction. Faites donc la demande d'une vignette anti-pollution pour votre véhicule immatriculé à l'étranger. La demande de vignette Crit'Air pour un véhicule étranger La demande de vignette Crit'Air pour un véhicule étranger suit le même processus que pour un véhicule immatriculé en France. Pour passer votre commande, vous aurez besoin du certificat d'immatriculation et du classement de votre véhicule en termes de pollution. Vous pouvez simuler le classement de votre vignette Crit'Air sur le site du ministère de la Transition écologique. Pour déposer votre demande, vous avez le choix entre le site officiel dédié à l'opération et le recours à un service d'intermédiation. La seconde option vous permet notamment de gagner du temps. Quel que soit le moyen utilisé, vous recevrez un certificat provisoire après la demande. Vous pourrez ainsi circuler librement jusqu'à l'obtention de votre vignette. Le prix de la vignette anti-pollution est de 3,11 euros auquel s'ajoutent les frais d'acheminement par voie postale.
  6. La carte grise est un document obligatoire. Considérée comme étant la carte d’identité d’une voiture, elle comporte des informations essentielles : numéro d’immatriculation, date de première immatriculation, identité du propriétaire… Conformément aux réglementations en vigueur, vous devez immatriculer un véhicule à votre nom dès lors que vous en devenez le propriétaire. Cette règle s’applique aussi bien aux propriétaires de véhicule à moteur qu’à ceux d’une remorque ou d’une semi-remorque. Certaines situations requièrent donc de réaliser une démarche de changement de titulaire ou simplement de nom. Comment modifier le nom sur une carte grise ? Comment changer le nom du titulaire de la carte grise ? Faut-il payer pour changer de nom sur la carte grise ? Découvrez toutes les explications ci-dessous pour effectuer un changement de nom de carte grise. Dans quels cas faut-il changer le propriétaire de la carte grise ? Une carte grise regroupe des informations obligatoires sur l'identité du propriétaire ou encore de la voiture elle-même. Ce document officiel atteste de la propriété du véhicule par une personne ou une entreprise. En cas de revente du véhicule, de contrôle policier, mais aussi d'accident ou de contravention pour excès de vitesse par exemple, il est essentiel que l'identité du titulaire soit correcte. C'est pourquoi certaines situations requièrent de mettre à jour la carte grise de la voiture. Le changement de titulaire de carte grise est une procédure obligatoire qui survient généralement après la cession d’une voiture. Par cession, on sous-entend : La vente. La donation. La transmission par héritage. Dans ce dernier cas, il doit y avoir un lien de parenté entre le nouveau et l’ancien propriétaire. Le changement de titulaire est également indispensable dans les cas suivants : Le mariage : Vous utilisez le nom d’usage de votre partenaire ? Lorsque vous choisissez son nom d’époux ou doublez votre nom avec celui de votre époux, vous devez changer les coordonnées de votre certificat d’immatriculation (anciennement carte grise). Le décès : en cas de décès, vous devez changer le nom du propriétaire de la carte grise. Le divorce : en cas de divorce, si le véhicule vous revient, vous devez mettre à jour votre certificat d’immatriculation. Cela consiste à y indiquer uniquement votre nom de famille. Le changement de dénomination sociale : le changement de nom sur la carte grise concerne aussi les entreprises. Lorsque vous modifiez par exemple la raison sociale de votre société, il faudra faire les mises à jour nécessaires sur le certificat d’immatriculation. Le changement de titulaire d’une carte grise est-il gratuit ou payant ? Le changement de nom sur la carte grise est une démarche payante contrairement au changement d'adresse. Vous envisagez de changer de titulaire de carte grise après un mariage ou un divorce ? Il faudra payer 13,76€ par carte bancaire directement sur le site de l'ANTS ou passer par un professionnel agréé par l'État. Le tarif de 13,76€ pour la modification du nom du titulaire inclut : Une taxe fixe de 11€ appelée Y4 qui est référente aux aux frais de gestion de la carte grise. Une redevance d’acheminement de 2,76€. Il vous incombe donc de payer les frais fixes de la nouvelle carte grise. Vous souhaitez désigner un nouveau cotitulaire à la suite d’un divorce (enfant ou nouveau conjoint) ? La loi vous oblige à payer la totalité des taxes afférentes à la création d’une carte grise. Notez cependant que ce cas concerne le changement de propriétaire et non le changement d’état matrimonial. Il est aussi important de souligner que cette procédure s’applique uniquement au changement de nom pour motif légitime. Liste des documents à fournir pour modifier le titulaire d’une carte grise Les documents à fournir en cas de changement de titulaire de carte grise varient d’un cas à un autre. Ils dépendent en général de la cause de modification du patronyme. Une chose est néanmoins sûre : il existe des documents obligatoires, qu’importe les circonstances. Pour changer le nom du propriéraire de la carte grise, vous aurez donc besoin des documents de base ci-après : Un justificatif d’adresse de moins de 6 mois. Une pièce d’identité avec nom complet. Le formulaire Cerfa 13750. Un justificatif de contrôle technique du véhicule. La carte grise actuelle de la voiture. Dans le cas d’un renouvellement de carte grise de moto, de voiture ou de camion, il faudra fournir des documents supplémentaires en fonction du motif de changement de nom. Vous voulez changer le nom du détenteur d’une carte grise après un mariage ? Complétez la liste des documents à fournir avec un extrait d’acte de mariage ou un livret de famille. Dans le cas d’un divorce, vous devez fournir un jugement de divorce, une convention de partage ou un justificatif de séparation des biens. Si le changement de la raison sociale en est la cause, l’entreprise doit présenter un procès-verbal ou une photocopie des statuts qui attestent ce changement. Changement de titulaire de carte grise : les démarches à suivre À l’ère de la technologie, les démarches de changement de titulaire de carte grise se font exclusivement en ligne. Une fois les documents complets et le formulaire CERFA n°13750*05 rempli, il suffit de soumettre votre demande. Trois solutions s’offrent donc à vous : Vous rendre vous-même sur le site de l’ANTS pour réaliser les démarches en ligne. Vous adresser à un professionnel agréé qui s'occupera des démarches pour vous. Passer par une plateforme en ligne agréée. Modification du titulaire de la carte grise via le site ANTS La connexion sur le site de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) vous permet de réaliser les démarches de changement de nom du certificat d’immatriculation. Il est possible de se créer un compte ou de se connecter aux sites du gouvernement en utilisant diverses solutions comme le compte des impôts, AMELI, de l'ANTS et même de La Poste. En règle générale, vous recevez votre nouvelle carte grise dans un délai de 1 semaine. Pour changer le titulaire d’une carte grise, procédez comme suit : Créez un compte sur le site de l’ANTS en cliquant sur « Mon compte » et choisissez le profil qui vous convient. Renseignez toutes les informations demandées dans ce formulaire : nom, prénom, date de naissance, etc. Une fois cette étape validée, le site vous enverra un courrier contenant le lien d’activation de votre compte. Vous devez également renseigner quelques informations de sécurité y compris le mot de passe. Une fois le compte créé et validé, remplissez le formulaire de demande de changement de carte grise. Les informations demandées concernent plus précisément le véhicule et son propriétaire actuel. Avant la validation, cochez la case correspondante à votre situation. Comme vous n’avez aucun droit à l’erreur, pensez à vérifier soigneusement toutes les informations renseignées. Pour finaliser cette procédure, vous devez télécharger le formulaire complété avec toutes les pièces justificatives. Vous pouvez maintenant cliquer sur « Envoyer ». Il faudra attendre environ 4 jours pour récupérer votre carte grise modifiée. Changement de titulaire de carte grise auprès d’un professionnel Cette solution s’avère pratique et économique si vous ne disposez pas d’une connexion internet. Même chose si vous n’avez pas le temps de vous occuper de toutes les formalités. Dans ce cas précis, les démarches seront prises en charge par un garagiste ou un concessionnaire automobile homologué par l’État. Faire appel à un professionnel agréé par l'ANTS et le ministère est donc une solution idéale quand on achète ou vend un véhicule. Même constat dans le cas d'un changement de nom car ce professionnel sera présent physiquement et s'occupera de l'entièreté des démarches pour vous. Si vous avez du mal avec Internet et ne savez pas vraiment comment vous occuper du changement de nom sur votre carte grise, c'est une solution idéale. Changement de titulaire de carte grise via une plateforme habilitée Vous pouvez aussi passer par une plateforme habilitée par le ministère de l’Intérieur comme Portail-cartegrise.fr si vous envisagez de changer le nom sur votre carte grise. Cette solution vous fera gagner du temps car vous n'aurez qu'à fournir les documents demandés. La suite de la demande de modification de la carte grise sera gérée directement par la plateforme. Une solution très utile pour avoir un accompagnement en ligne de A à Z.
  7. Une voiture requière d'être assurée pour circuler sur la route. Mais dans certains cas, il est problématique d'assurer ce véhicule avec une assurance classique. C'est notamment le cas quand on possède un véhicule pour un temps très réduit ou qu'on importe ou exporte une voiture dans des pays étrangers. Pour répondre à ces besoins, les compagnies d'assureur ont lancé une formule d'assurance temporaire. Bien que très utile, l'assurance auto temporaire n'offre que des garanties limitées car il s'agit d'une assurance au tiers. Une assurance temporaire auto est-elle toujours au tiers ? Quelles sont les garanties couvertes par l’assurance auto provisoire ? Découvrez toutes les informations sur les garanties et options disponibles lors de la souscription d'un contrat d'assurance provisoire. Qu'est-ce qu'une assurance auto temporaire ? Les automobilistes français ont pour habitude d'assurer leur véhicule en souscrivant un contrat d'assurance classique. C'est-à-dire une assurance allant de la formule tiers à la formule tous risques, proposant des options facultatives payantes et surtout offrant un renouvellement annuel. Au contraire de ce contrat classique, il existe l'assurance auto temporaire. Encore peu connue des conducteurs français, cette formule s'avère être particulièrement utile dans certaines situations. Comme son nom l'indique, cette assurance auto n'est valable que pour une période limitée et très courte. Elle est destinées aux automobilistes ayant un besoin ponctuel d'assurer un véhicule afin de circuler en toute légalité. Qu'il s'agisse d'un véhicule prêté, d'une voiture ayant des plaques d'immatriculation étrangères ou encore d'une voiture en attente d'être vendue, la modularité de cette formule provisoire s'adapte à ces situations. L'assurance auto temporaire permet donc de conduire un véhicule sur une courte période tout en disposant de la couverture obligatoire au tiers. Bien que proposant une couverture très sommaire, l'assurance auto temporaire n'en reste pas moins attractive pour son côté flexible. En effet, il est possible de moduler la durée de l'assurance dans une certaine limite. Ainsi, il est possible d'assurer une voiture pour une seule journée et jusqu'à 3 mois maximum. Dans quels cas souscrire un contrat d'assurance provisoire ? En France, peu d'automobilistes français ont connaissance de cette formulaire provisoire. Et pour cause, le contrat d'assurance auto temporaire répond à des occasions et besoins très précis. Voici la liste des principaux cas pour lesquels un contrat d'assurance provisoire peut être souscrit : Votre assureur vient de résilier le contrat d'assurance auto annuel et vous êtes dans l'attente de souscription d'un nouveau contrat. Pendant cette période de transition qui peut s'avérer être difficile après une résiliation par l'assureur, assurer son véhicule avec une assurance temporaire permet de l'utiliser en toute légalité. Votre voiture est en-cours de vente et vous souhaitez arrêter votre contrat classique. Vous importez des véhicules depuis des pays étrangers. Vous devenez le propriétaire exclusif lors de la signature du contrat de vente et devez donc l'assurer dès la remise des clés. Il vous faut donc assurer le véhicule immatriculer à l'étranger avant de le rapatrier en France. Même constat dans le cadre de l'exportation d'un véhicule car en tant que vendeur, vous avez la responsabilité de livrer un véhicule conforme à l'acheteur. L'assurance temporaire permettra de couvrir le véhicule en cas de dégradation pendant le transport par exemple. Vous utilisez un véhicule qui appartient à un quelqu'un d'autre mais dont l'assurance ne couvre pas le prêt du volant. Pour éviter ces soucis, il est possible de souscrire une assurance temporaire qui couvre le véhicule lorsque vous le conduisez. C'est notamment utile quand vous empruntez un véhicule utilitaire pour faire un déménagement par exemple. Vous avez planifié un voyage à l'étranger mais votre compagnie d'assurance refuse de couvrir votre auto dans certains pays. En souscrivant une assurance auto temporaire, vous pourrez circuler dans ces pays tout en étant assuré. Pour lancer ce contrat, la compagnie d'assurance vous demandera de respecter les conditions d'exigibilité et de fournir les documents requis. À savoir votre permis de conduire, la carte grise du véhicule à assurer ou la facture d'achat et un relevé d'informations. Vous avez la possibilité de demander à votre assureur habituel ou de contacter une assurance spécialisée comme direct-temporaires.fr. La liste des garanties couvertes par l'assurance auto temporaire Un contrat d'assurance auto temporaire ne couvre généralement le véhicule qu'au tiers, c'est-à-dire la responsabilité civile obligatoire permettant de couvrir les dégâts et dommages occasionnés à un tiers (véhicule, conducteur, piéton, vélo, mobilier, etc.). Vous pouvez en apprendre davantage sur les obligations qu'ont les conducteurs en matière d'assurance. Malgré tout, cette formule provisoire tend à se développer et quelques assureurs proposent maintenant des garanties facultatives. Le plus souvent, il s'agit de services complémentaires de confort qui sont utiles en cas de panne du véhicule par exemple. Ainsi, vous aurez l'opportunité d'enrichir le contrat d'assurance auto temporaire avec une garantie optionnelle de dépannage et d'assistance. Il est également possible chez certaines compagnies d'assurance d'augmenter le plafond des garanties corporelles en cas d'accident. Dans ce cas, le conducteur et les passagers seront mieux couverts par l'assurance. Mais attention, ces garanties optionnelles ont un impact direct sur le prix de l'assurance temporaire. Ce contrat étant déjà plus cher qu'une assurance classique, il faut donc analyser le coût supplémentaire engendré par ces garanties optionnelles par rapport aux risques.
  8. Les grands aventuriers se laissent facilement séduire par le road trip en camping-car. Vous souhaitez également tenter cette expérience qui promet évasion, dépaysement et liberté ? Achat d'un camping-car ou location, ce moyen de séjour est accessible à tous. Comme tout voyage, il doit être préparé minutieusement afin que tout se déroule à la perfection. Outre la définition de votre itinéraire et la préparation des bagages, une vérification du véhicule s'impose. Même si le camping-car ne vous sert qu'en période de vacances, il doit être entretenu, mais également assuré. En effet, souscrire une assurance vous permet de bénéficier d'une couverture en cas d'incident durant votre voyage. Voyage en France ou à l'étranger. Quels sont les assureurs proposant des formules road trip en camping-car ? Quelle assurance choisir pour faire un road trip en camping-car ? Quelles sont les garanties indispensables quand on voyage en camping-car ? Il existe des formules d'assurance spécifiquement adaptées à ce véhicule. Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur l'assurance d'un camping-car pour partir en toute sérénité. Le camping-car : une assurance obligatoire L'assurance camping-car est similaire à celle d'un véhicule classique de moins de 3,5 tonnes. Même si l'usage de votre camping-car n'est qu'occasionnel, vous devez absolument l'assurer, exactement comme une voiture classique. En effet, la souscription à une assurance est obligatoire, avec la responsabilité civile comme garantie minimum. Il s'agit d'une obligation légale à respecter. Cependant, souscrire une assurance camping-car plus étendue en y ajoutant des garanties complémentaires vous permet d'être mieux couvert et de voyager en toute sérénité. Le road trip est une aventure qui peut être amusante et qui promet des sensations uniques. Mais elle n'est pas sans risques. Il est donc indispensable de sélectionner une offre d'assurance de qualité avant de vous lancer. Les principaux risques lors d'un road trip en camping-car Le camping-car se distingue des véhicules classiques par sa taille, sa capacité d'accueil de passagers et son coût élevé. Se protéger des principaux risques est donc de mise pour ne pas transformer votre voyage en cauchemar. Sa conduite demande un savoir-faire et une maîtrise parfaite du véhicule. Par manque d'habitude, et faute de connaissance du gabarit, les risques d'accident ne sont pas nuls, particulièrement au moment de stationner ou de faire une manœuvre. Cela peut engendrer des coûts de réparation très élevés. Pour éviter de dépenser une fortune dans ces éventuelles réparations, il est donc préférable d'anticiper en incluant une garantie adaptée dans votre contrat d'assurance. Mais ce n'est pas l'unique risque auquel vous êtes exposé. Les aventuriers ont tendance à privilégier les endroits calmes et isolés. C'est une idée géniale pour s'éloigner de l'afflux massif de vacanciers. Cependant, cela doit vous obliger à rester méfiant face aux tentatives de vol de votre camping-car ou de son contenu. La garantie vol d'une assurance camping-car peut être la solution pour avoir l'esprit tranquille tout au long de votre road trip. Même si vous avez pris le soin d'entretenir la voiture avant votre départ, le voyage peut vous réserver de mauvaises surprises. Personne n'est à l'abri d'une panne. Pourtant, se retrouver au milieu de nulle part sans pouvoir agir n'est pas forcément agréable à vivre. Avec une assurance optimisée, vous pouvez bénéficier d'une assistance permanente en cas de panne. L'assureur se charge de remorquer votre camping-car jusqu'au garage le plus proche, et de s'occuper des passagers. De quelle manière assurer votre camping-car ? Vous pouvez vous tourner vers les compagnies d'assurance traditionnelle pour assurer votre camping-car. La démarche reste similaire à celle de l'assurance d'une voiture classique. Pour faire des économies, il reste essentiel de faire jouer la concurrence en comparant plusieurs devis. Mais il est également important de définir vos besoins en termes de garanties. Notez que le coût de l'assurance peut varier d'un établissement à un autre, et en fonction des couvertures intégrées au contrat. Mais la fréquence d'utilisation du véhicule et son prix d'achat peuvent également impacter ce coût. Votre assurance doit intégrer la responsabilité civile, pour couvrir les éventuels dommages causés à un tiers en cas d'accident. Cette assurance au tiers peut inclure d'autres garanties comme celle en cas de vol ou encore une assistance. Mais vous devez vous le vérifier auprès de l'organisme assureur, et prendre connaissance des conditions qui y sont liées. Pour bénéficier d'une protection optimale, rien ne vaut une assurance tous risques. C'est un choix judicieux, particulièrement si vous venez récemment d'acheter votre camping-car. Ce type de contrat vous fait bénéficier de toutes les couvertures nécessaires, comme celle des dommages causés au véhicule et ses équipements, de vol, d'incendie, ou encore de vandalisme. Certains organismes proposent même le remboursement de votre camping-car en cas de vol ou de détériorations importantes, sous certaines conditions. Si vous envisagez de vous évader hors de votre pays, pensez à vérifier que l'assurance est valable à l'étranger. Certains territoires imposent la souscription à une assurance sur place. Pour ne pas être pris au dépourvu, il est donc capital de vous renseigner en amont de votre road trip. Et n'oubliez surtout pas de vous informer sur les services d'assistance inclus dans votre contrat d'assurance. Le coût de l'assurance pour un camping-car Vous devez évidemment verser une somme en échange de la protection via l'assurance. Cette somme varie en fonction d'un certain nombre de paramètres : Le modèle et l'ancienneté de votre camping-car. La motorisation. La zone de domiciliation. Le bonus / malus du conducteur. La valeur à neuf du véhicule. Le profil de l'assuré. Les éventuels aménagements réalisés sur le véhicule. Cette assurance peut aller de 450 € à plus de 800 € par an. Cette différence peut s'expliquer par le niveau de couverture et les diverses options qui font partie du contrat. Solliciter un devis est toujours recommandé en amont du choix de votre contrat. C'est le meilleur moyen d'avoir une idée précise sur le futur coût de l'assurance de votre camping-car. Cette démarche est facile à réaliser. Vous n'avez pas besoin de vous déplacer, car la requête peut se faire en ligne, en quelques clics seulement. Vous serez invité à indiquer le type de véhicule, la formule d'assurance que vous souhaitez, les options et la franchise. Les sites de demande de devis d'assurance mettent généralement des conseillers à votre disposition. Ces derniers peuvent vous orienter vers les contrats les plus adaptés à vos besoins, surtout si votre véhicule dépasse les 3,5 tonnes. Grâce aux devis obtenus, il vous sera facile de déterminer l'offre la plus adaptée à vos besoins et à votre budget. Les avantages de souscrire une assurance pour votre camping-car Les incidents ne préviennent jamais et peuvent survenir à tout moment. Pour passer des vacances agréables et profiter pleinement de votre road trip, il faut souscrire une assurance qui couvre efficacement votre camping-car et vous-même. En choisissant votre assureur avec soin, vous confiez votre véhicule à des experts en cas de sinistre. C'est le moyen par excellence pour bénéficier d'une possible indemnisation au prix d'achat, en cas de vol de votre camping-car dont l'acquisition date de moins de 2 ans. Cette assurance vous permet également de vous libérer des lourdes charges que peuvent engendrer les réparations en cas d'accident ou de panne. La couverture concerne aussi bien la main-d'œuvre que les pièces, ou encore la peinture. Comme vous pouvez constater, le camping-car doit être considéré comme une voiture classique. Elle nécessite une assurance optimisée, même si son usage n'est qu'occasionnel. C'est d'ailleurs une obligation qui vous permet de voyager en toute sérénité, mais surtout en toute légalité. Les différentes garanties incluses dans votre contrat d'assurance vous protègent tout le long de votre voyage. Elles peuvent aller de la simple responsabilité civile jusqu'à l'assistance en cas de panne, en passant par les couvertures liées au vol ou au vandalisme. Pour trouver le meilleur contrat d'assurance pour camping-car, proposant un rapport coût/garantie avantageux, il n'y a rien de tel que la demande de devis. De nombreuses plateformes vous permettent de simuler le coût de votre assurance. Enfin, pour mener à bien votre évasion en camping-car, pensez à organiser le voyage en avance, particulièrement si vous comptez voyager avec des enfants. Outre l'assurance, il est également de mise de réviser le véhicule avant de vous lancer dans l'aventure. Vérifiez par exemple que le contrôle technique de votre camping-car est bien à jour. Tout préparer à la dernière minute serait une énorme erreur et pourrait vous coûter très cher.
  9. De nombreux français achètent leur nouvelle voiture en occasion. Il faut dire qu'entre le choix plus important, la disponibilité immédiate et les économies réalisées, le choix de l'occasion offre de sérieux avantages. Mais encore faut-il savoir éviter les arnaques et mauvaises affaires. Car peu d'automobilistes français ont des connaissances en mécanique permettant de différencier une bonne occasion d'une voiture à problème. Au vu de l'investissement consenti pour ce type d'acquisition, il convient de réaliser un minimum de contrôles concernant l'état et la fiabilité du véhicule. Ces vérifications sont à la portée des passionnés de mécanique comme des débutants. Alors, quels sont les points à vérifier pour trouver une voiture d'occasion fiable ? Comment ne pas se faire avoir quand on achète une voiture pas neuve ? Découvrez les 4 points à contrôler avant de signer le contrat de vente. Acheter une voiture d'occasion : les risques pour l'acheteur Sur le marché de l'occasion, il faut différencier deux catégories de vendeur : les vendeurs professionnels et les particuliers. En effet, il est possible d'éplucher les petites annonces entre particuliers ou de se rendre directement chez son garagiste pour acquérir un véhicule d'occasion. Concernant les vendeurs professionnels, il s'agit principalement des garages et concessions automobiles comme Renault, Peugeot, etc. L'achat d'une voiture d'occasion auprès d'un pro est plus sécurisé car le véhicule a été contrôlé et préparé par des professionnels. De même, vous bénéficiez d'une garantie en cas de problème mécanique. Mais cela ne veut pas dire que les arnaques n'existent pas malheureusement. Concernant les vendeurs particuliers, vous avez affaire le plus souvent à des personnes comme vous qui ne sont pas experts en mécanique. Il faut donc être particulièrement vigilent et faire attention aux arnaques. En effet, trop souvent, les descriptifs sont imprécis. De plus, les photos disponibles ne suffisent pas toujours pour évaluer l’état réel du véhicule. Autre risque important : en cas de problème après l’achat, rien ne vous permet de demander des comptes auprès du vendeur sauf en cas de vice caché prouvé suite à l'achat d'un véhicule d'occasion. Pour être sûr d’acheter une voiture d’occasion en parfait état, suivez ces quelques conseils : Assurez-vous que le véhicule a fait l’objet d’un contrôle technique récent et favorable. Faites-vous accompagner ou conseiller par un expert si vous n’y connaissez rien en automobile. Exigez toutes les factures d’entretien de la voiture. Ces documents attestent si le propriétaire a respecté ou non les recommandations du constructeur. Certes, l’achat d’un véhicule d’occasion présente de nombreux avantages. Cependant, il est toujours judicieux de se prémunir des éventuels pièges (qui ne manquent d’ailleurs pas sur Internet ou en direct). Dans la longue liste des vendeurs, vous aurez toujours affaire à une personne peu scrupuleuse ou malhonnête. Les 4 vérifications à réaliser sur le véhicule d'occasion Vous songez à acheter une voiture d’occasion entre particuliers ? Il faut vous informer un minimum au préalable pour ne pas vous faire avoir et savoir identifier les principaux problèmes que peut avoir une voiture. Avant de concrétiser tout achat et de signer quelconque contrat, prenez le temps de faire le tour de la voiture, examiner à l'intérieur et à l'extérieur le véhicule, ouvrir le capot, etc. Voici la liste des principales vérifications à réaliser soi-même pour bien inspecter un véhicule d'occasion et ainsi, limiter les risques de problèmes après achat. Vérifier l'état extérieur de la voiture d'occasion Lorsqu’on parle de vérification extérieure sur un véhicule d’occasion, on fait généralement allusion à l’inspection de la carrosserie : présence de chocs, retouches de peintures, pièces pas d'origine, etc. Généralement, on peut facilement constater les défauts éventuels. Mais l'aspect extérieur du véhicule peut aussi donner des indices sur un véhicule lourdement accidenté dans le passé par exemple. Conseil : méfiez-vous des peintures neuves. Souvent, elles indiquent des signes de réparation ou d’accident récent. Si vous êtes confronté à ce genre de situation, demandez au propriétaire les raisons de la peinture neuve. Soyez particulièrement vigilant lorsque vous inspectez le moteur. C’est souvent le lieu où se cachent le plus de mauvaises surprises. Vous devez alors effectuer une analyse minutieuse, même si vous ne connaissez pas grand-chose en mécanique et que vous n’avez pas pu vous faire accompagner par un mécanicien. Une fuite de liquide ou des coulures au niveau des bornes de la batterie, des durites ou encore du radiateur ? Cela peut vouloir dire qu’un remplacement est nécessaire. Sachez néanmoins que les fuites d’huile sont plus compliquées. Vous devez donc regarder sous le véhicule pour être sûr qu’il n’y a pas de taches d’huile sur le sol. Vérifier l'état intérieur de la voiture d'occasion Vous voulez savoir si l’ancien propriétaire d’un véhicule d’occasion est une personne soigneuse ou non ? Inspectez l'habitacle de la voiture. Accordez une attention particulière à l’état de la moquette, des plastiques et à la propreté de l’habitacle. Prenez également le temps de vérifier l’état des plastiques et des tissus. Ensuite, vérifiez la cohérence du kilométrage affiché sur le tableau de bord avec les informations mentionnées sur les factures de réparation ou sur le carnet d’entretien. Assurez-vous également que tous les équipements du tableau de bord fonctionnent correctement. Faites particulièrement attention au frein à main et à la climatisation. Votre sécurité et votre confort en dépendent. Vérifier l'état sous le capot de la voiture d'occasion N’hésitez pas à ouvrir le capot pour être sûr que le moteur du véhicule d’occasion est encore en bon état. Cela vous permet aussi de voir s’il a été bien entretenu. Ce qui constitue un véritable gage de qualité et de fiabilité. Attention cependant ! Méfiez-vous d’un compartiment pour moteur trop propre. S’il vient d’être lavé, cela peut avoir été fait volontairement pour cacher des soucis, notamment des fuites de fluide. Pour être sûr d’acheter un moteur en parfait état, vous pouvez vérifier manuellement le niveau d’huile via la jauge présente sur le bloc moteur. Il vous est également possible de le contrôler électroniquement grâce au tableau de bord. Ensuite, passez au contrôle du niveau et de l’aspect du liquide de refroidissement. Le niveau devrait normalement se trouver entre les 2 traits visibles au niveau du vase d’expansion. Vous n’aurez plus qu’à dévisser le bouchon et à contrôler l’aspect du liquide. Si vous constatez des traces de « mayonnaise » sous le bouchon, cela n’est pas bon signe. De même, la présence de résidus de poudre d'extincteur peut indiquer une tentative d'effraction ou une voiture volée. Les voleurs utilisant les extincteurs pour camoufler leurs empreintes. Le problème étant que cette poudre est hautement corrosive pour les pièces du moteur. Contrôler l'état des pneus et des freins Faites le tour de la voiture et vérifiez l’état des pneus. Lorsqu’un pneu est neuf, il présente une profondeur de gorge située entre 8 et 9 mm en moyenne. Quant au témoin d’usure, il indique une profondeur de 1,6 mm. Il s’agit de la limite à ne surtout pas dépasser afin d’éviter le risque d’éclatement ou de perte d’adhérence. Autre conseil : assurez-vous qu’aucun corps étranger ou hernie n’est présent sur les pneumatiques. Il est également essentiel que les pneus affichent les mêmes dimensions et qu’ils aient la même marque. Enfin, pensez à vérifier l’usure des disques et des plaquettes de frein. Les contrôles administratifs à réaliser avant l'achat Pendant l’acquisition de votre véhicule d’occasion, le vendeur doit être dans la capacité de vous fournir un certain nombre de documents. Ces derniers vous permettent, entre autres, de vous assurer que la voiture est en état et qu’elle est autorisée à rouler : Le certificat d’immatriculation : anciennement appelé « carte grise », il précise la date de vente du véhicule. Il vous permet de rouler en toute liberté sur l’ensemble du territoire français. Notez qu’avant d’obtenir un certificat d’immatriculation définitif, on vous remettra un certificat d’immatriculation temporaire. La déclaration de session : ce document résume l’objet de la vente et fait office de contrat entre les deux parties. Vous pouvez y mentionner toutes les informations importantes, notamment la couleur du véhicule et les chocs visibles. Le certificat de cession administrative : il atteste que personne ne bloque la vente. Il est conseillé de n’acheter aucune voiture d’occasion sans avoir ce certificat entre les mains. Le certificat de contrôle technique (moins de 6 mois) : il est indispensable pour un véhicule de 4 ans ou plus. La réalisation de ce document incombe au vendeur, et ce, avant la vente. Note importante : une fois l’achat acté, vous devez demander un certificat d’immatriculation dans les mois qui suivent la date inscrite sur le certificat de cession de la voiture. Désormais, cette procédure se fait en ligne. Il suffit de remplir un formulaire de demande et de fournir les pièces justificatives suivantes : Un justificatif de domicile. Une pièce d’identité valide. Le certificat de cession. L’ancienne carte grise. Un chèque (le montant varie selon le nombre de chevaux fiscaux). Le certificat de contrôle technique. Le certificat de situation. Vous avez acheté votre véhicule d’occasion auprès d’un professionnel ? Bonne nouvelle ! Il peut effectuer toutes les démarches à votre place. Toutefois, ce service vous sera facturé. Des coûts qui seront généralement inclus dans le prix de la voiture. Toujours faire un essai du véhicule d'occasion sur route Un modèle de voiture d’occasion ne convient pas forcément à tout le monde. D’où l’intérêt de faire un essai sur route avant de concrétiser l’achat. Le but : vous assurer que le véhicule vous convient parfaitement, tant au niveau du confort que de l’expérience de conduite. Durant l’essai sur route, vérifiez s’il n’y a pas de bruits mécaniques inquiétants ou des mouvements de caisse suspects. Parce qu’un essai dure au minimum 15 minutes, cela vous laisse le temps de tout scruter à la loupe. Ce sera également l’occasion de tester plusieurs types de routes. Cela vous permettra d’évaluer le comportement du véhicule. Il est donc important de bien tendre l’oreille pour être à l’affût du moindre bruit : Des vibrations pendant le freinage. Un boîtier de vitesse qui craque au moment de passer un rapport. Un tremblement du train avant ou arrière. Une voiture qui pique du nez durant le freinage. Un véhicule qui ne suit pas son cap au moment où vous lâchez le volant. Un levier de vitesse qui bloque lors du rapport. N’hésitez pas non plus à faire le tour de la voiture avec le moteur allumé. Ainsi, vous ne serez pas gêné par l’isolation de l’habitacle. En outre, pensez à vérifier la dureté de la pédale d’embrayage et veillez à ce qu’elle remonte facilement à sa position initiale après le passage des rapports. Essayez également toutes les vitesses, y compris la marche arrière. Il ne faut pas qu’il y ait des bruits parasites ou des claquements. Enfin, durant l’essai, vous êtes probablement assis au volant de votre futur véhicule. Ainsi, veillez à bien tester votre confort, que ce soit à l’arrêt ou sur la route. Assurez-vous bien d’être bien installé et d’avoir une bonne position confortable pour conduire. En plus de posséder une voiture d’occasion en bon état, il est aussi important de se sentir bien au volant. Surtout, n’oubliez pas qu’il s’agit d’un investissement à long terme.
  10. Alimenté par une batterie, le système électrique d’une voiture est en général un circuit fermé. C’est l’un des composants les plus importants, mais également le plus fragile qui garantit le bon fonctionnement d’un véhicule. Les constructeurs et les mécaniciens savent parfaitement qu’il faut une quantité massive de fils et de câbles pour relier l’ensemble des composants électriques entre eux. Jetez un coup d’œil sous votre capot pour vérifier. Selon les recommandations d’un pro, il est indispensable de protéger astucieusement les câbles électriques d’une voiture. Pourquoi et comment protéger les câbles électriques de sa voiture ? Quelles sont les options disponibles pour la protection des fils électriques ? Retrouvez toutes les réponses concernant les systèmes de protection des faisceaux électriques. Pourquoi protéger les câbles et faisceaux électriques ? Il est utile de protéger les câbles et faisceaux électriques d'une voiture pour 3 raisons : Améliorer l'esthétisme et les finitions. Isoler et protéger les câbles pour plus de sécurité. Mieux organiser les circuits électriques du véhicule. La protection des câbles et des faisceaux électriques d’une voiture relève avant tout d’une question d’esthétique. Cela permet en effet aux constructeurs automobiles de garantir une finition à la fois propre et soignée de leurs modèles. Les faisceaux électriques sont ainsi regroupés et dissimulés à l'intérieur de gaines. Le fait est que les câbles électriques ne protègent pas uniquement les câbles eux-mêmes. Ils assurent aussi la protection des professionnels automobiles qui interviennent sur le véhicule. Pour certains, ces protections permettent également une meilleure organisation de travail, une précision accrue et une grande rapidité. En effet, les protections jouent le rôle de conduits qui permettent de regrouper plusieurs câbles mais aussi d'en faire passer des nouveaux si besoin. On estime qu’une voiture dispose de nombreux faisceaux électriques pour fonctionner. Leur rôle consiste à alimenter les équipements ayant besoin de cette énergie pour pouvoir fonctionner. Dans certains cas, l’installation de nouveaux faisceaux électriques s’avère indispensable. En dehors de vos connaissances en électronique, la protection des câbles et faisceaux électriques automobile facilitera également cette manœuvre car ce type& e protection servira de passe-câble. Exposés à une température extrême (chaleur, neige, pluie, etc.), les câbles et les faisceaux s'usent puis s’endommagent facilement. En effet, lorsqu’ils sont exposés directement à des conditions climatiques difficiles, ils peuvent se fissurer avec le temps. Cette exposition entraine aussi un vieillissement prématuré du plastique entourant les fils. Pour une forte résistance aux conditions extérieures, ces composants électriques doivent donc être protégés. Il ne faut pas non plus oublier que des rongeurs de toutes sortes rongent les fils tout simplement pour voir ce qu’il y a l’intérieur. C'est le cas des loutres qui peuvent se nourrir de fils électriques en hiver par exemple. Cela engendre un dysfonctionnement du véhicule. Ainsi, une protection adéquate permettra de protéger vos câbles contre les attaques indésirables de nuisibles. Bref, la protection permet d’augmenter la durée de vie de vos fils et câbles sensibles mais aussi d'éviter les pannes et problèmes de batterie. À qui s’adressent les solutions de protection des câbles et faisceaux ? Protéger les câbles et les faisceaux électriques d’une voiture : ce message s’adresse en général aux professionnels de l’automobile. Plus précisément, on fait allusion aux constructeurs et aux mécaniciens. Ceci étant dit, cette démarche pourrait aussi intéresser les particuliers. En effet, il est important de protéger les câbles électriques d’une voiture lorsque vous décidez d’effectuer de nouvelles installations. Votre sécurité et celle de vos équipements auto en dépendent grandement. Puis les mécaniciens amateurs les plus méticuleux auront à cœur de bien organiser les différents faisceaux de leur voiture afin de faciliter les réparations de faisceaux : durites, fils de bougies ou encore faisceaux d’allumage. Protection des câbles auto : les différents équipements Sur le marché actuel, il existe différentes catégories de gaine de protection vous permettant de protéger efficacement vos câbles électriques auto. En fonction de vos besoins, de votre budget et du type de véhicule, vous avez l’embarras du choix sur les solutions de protection de câble et de faisceau électrique. La gaine annelée La gaine annelée se décline sous plusieurs formes, dont : La gaine annelée fendue. La gaine annelée non fendue. La gaine annelée refermable. La gaine annelée haute température. Ce type de gaine de protection s’adapte surtout aux câbles des voitures électriques et hybrides. Bien évidemment, vous pouvez aussi vous en servir sur un véhicule ancien converti en modèle électrique. D’un diamètre allant de 5 mm à 25 mm, les gaines annelées se démarquent par leur grande résistance à la température. Elles vous permettent de protéger votre voiture contre toutes sortes d’agressions : fuite d’huile, abrasion, écrasement… La gaine textile La gaine textile permet essentiellement de protéger les faisceaux électriques. Il n’est également pas rare qu’on s’en serve pour protéger des tubes et des durites dans l’environnement moteur. Comme la gaine annelée, ce type de protection offre un large choix de déclinaisons : La gaine textile auto-refermable. La gaine textile auto-refermable adhésive. La gaine tressée expansible. La gaine fibre de verre imprégnée. La gaines thermorétractable. La gaine textile offre une protection efficace contre l’abrasion, la chaleur à très haute température, la chaleur radiante ainsi que le bruit. Ainsi, elle permet de booster la performance des câbles et des faisceaux électriques. En même temps, elle rallonge leur durée de vie. La gaine thermorétractable Les gaines thermorétractables sont spécialement conçues pour protéger les tuyaux et les durites contre les risques d’abrasion. Elles s’adaptent parfaitement à la protection des formes irrégulières ou inégales. Elles disposent même d’excellentes caractéristiques en matière d’atténuation de bruit. Les gaines thermorétractables permettent aussi d’organiser les câbles avec des codes couleur. Il s’agit en quelque sorte d’un produit multifonction. Le ruban adhésif / isolant Le ruban adhésif est la protection de base pour isoler et protéger des fils électriques. Il est le plus souvent utilisé pour isoler les raccordements électriques et assurer leur solidité mais aussi recouvrir les fils dénudés. Il s’avère donc indispensable pour optimiser la résistance des câbles électriques auto à la corrosion, à l’abrasion et à l’humidité. Disponible en plusieurs coloris (noir, orange…), il permet une très bonne rigidité diélectrique ainsi qu’une résistance mécanique accrue. Et pour s’adapter à tous les modèles de véhicule, il se décline en une multitude de diamètres et de tailles. Les rubans adhésifs sont en quelque sorte des isolants électriques principalement utilisés dans l’électronique, le domaine de l’automobile, la construction, etc. Leur utilisation est idéale lors des travaux d’isolation et de réparation électrique de fils et de faisceaux de câbles. C’est également un isolant à haute température permettant de régulariser la chaleur ou le froid. Certains s’en servent même pendant les travaux de frettage de câbles. L’isolation électrique au ruban adhésif permet également de protéger les éléments sensibles à une décharge électrostatique. Parfois, ils sont idéals pour des faisceaux de câbles de grande longueur. Les rubans adhésifs PVC plastifiés sont parfois utilisés pour l’isolation électrique. Ils s’adaptent parfaitement pour une isolation à basse tension et un marquage des câbles. Utilisés par de nombreux électriciens, le seul inconvénient, c’est que ces éléments se déchirent aussi facilement. Les rubans tissus de verre font aussi partie des variantes les plus prisées. On les apprécie particulièrement pour leur grande résistance mécanique. Notez qu’il existe d’autres produits de protection des câbles et des faisceaux électriques.
  11. L'embrayage d'une voiture est un système complexe et très méconnu des automobilistes. Composé notamment de deux disques qui viennent se coller et se décoller, l'embrayage est indispensable au fonctionnement de la voiture. En effet, c'est ce dernier qui assure le lien entre le moteur et les 4 roues du véhicule. En fonction des voitures mais aussi de la conduite des conducteurs, un système d'embrayage s'use plus ou moins vite dans le temps. Quand ce système commence à fatiguer, il est important de savoir identifier les signes qui montrent que l'embrayage est usé, défectueux ou HS. Comment savoir si l'embrayage de sa voiture est usé ? Comment reconnaitre un embrayage défectueux ou mort ? Quels sont les risques de rouler avec un embrayage fatigué ? Quand faut-il changer l'embrayage d'une voiture ? Tout savoir sur l'embrayage usé d'une voiture ainsi que les principaux signes à identifier pour reconnaître un problème. Embrayage d'une voiture : à quoi ça sert et comment ça fonctionne ? À l'auto-école, les moniteurs nous apprennent à embrayer et débrayer en actionnant la pédale d'embrayage afin de passer au point mort, à la vitesse supérieure ou encore de rétrograder. Cette action est essentielle pour assurer la transmission du mouvement créé par le moteur aux roues de la voiture. Toutefois, il est difficile de se représenter cette action et beaucoup d'automobilistes ne comprennent pas réellement le fonctionnement et l'utilité de l'embrayage d'une voiture. Pour faire simple, le système d'embrayage mécanique se compose principalement des pièces mécaniques suivantes : La boîte de vitesse et la pédale d'embrayage qui permettent au conducteur de changer de vitesse ou de faire une marche arrière. Les disques d'embrayage, le volant moteur ou encore l'arbre de transmission et la butée qui font le lien entre le moteur et les roues. Le moteur d'une voiture a comme rôle de créer un mouvement de rotation. Une fois créé, ce mouvement doit être transmis aux roues afin de faire avancer ou reculer le véhicule, pouvoir accélérer ou faire une marche arrière, etc. C'est le rôle de l'embrayage qui fait donc le lien entre le moteur thermique ou électrique du véhicule et les roues. Quand le conducteur actionne l'embrayage du véhicule, il va en réalité jouer sur les disques d'embrayage qui vont alors se coller ou se décoller en fonction de l'action. Le décollement des disques a lieu quand la pédale d'embrayage est enfoncée, c'est-à-dire quand le conducteur débraye. Et quand les disques sont collés, la transmission du mouvement de rotation est transmis du moteur aux roues. L'embrayage est donc indispensable pour transmettre la puissance du moteur aux roues et ainsi permettre le mouvement de la voiture. Qu'est-ce qu'un embrayage HS, usé ou fatigué ? Comme toutes pièces mécaniques, l'embrayage s'use avec le temps de façon plus ou moins importante. L'usure peut être partielle ou peu avancée, nous parlerons alors d'un embrayage fatiguée qui doit alerter le conducteur. L'usure peut également être plus importante causant un embrayage HS ou défectueux, un remplacement s'avérera alors nécessaire. La durée de vie d'un système d'embrayage d'origine est prévue pour plus de 150.000 km en théorie. Mais le comportement du conducteur, la façon de conduire et les trajets effectués peuvent réduire cette longévité. Une voiture qui circule majoritairement en ville et donc le conducteur a une conduite sportive ou nerveuse durera moins longtemps. Un embrayage mort, défectueux ou fatigué est donc tout simplement un système dont certaines pièces mécaniques sont usées et ne remplissent plus leur rôle parfaitement. L'usure empêche le bon fonctionnement de l'embrayage et donc de la voiture. En fonction de l'état d'usure et des pièces concernées, une réparation ou un remplacement complet de l'embrayage pourront s'imposer. Pour savoir exactement ce qu'il en est, il faut faire tester et contrôler l'état de votre embrayage dans un garage automobile. La réparation peut aller du simple changement du kit embrayage si le problème est rapidement détecté au remplacement total de la boîte de vitesse et du système d'embrayage. Vous vous doutez qu'entre une "petite" réparation et le remplacement dans sa totalité, le budget ainsi que le délai de réparation ne seront pas les mêmes. Vous pouvez estimer le budget nécessaire en vous renseignant sur le prix changement d'embrayage. Les signes pour savoir si l'embrayage de sa voiture est usé ou patine Quand un embrayage se met à moins bien fonctionner, cela a des répercussions directes sur la conduite de la voiture. Il est donc essentiel d'être vigilent aux signes annonciateurs d'un embrayage fatigué ou en fin de vie. Dans le cas contraire, l'embrayage et la boîte de vitesse risquent de casser et le véhicule sera en panne et immobilisé pour un certain temps. Pas de panique pour autant, il n'est pas nécessaire d'avoir des notions de mécanique pour déceler un problème d'embrayage. Il suffit d'être à l'écoute de sa voiture afin d'identifier tout comportement anormal. En effet, certains symptômes sont typiques d'un embrayage qui patine, en mauvais état ou usé. Ces derniers se ressentent lors de la conduite. Alors, quels sont les signes que mon embrayage est usé ? Retrouvez la liste des signes qui indique que l'embrayage d'une voiture a un problème : Des difficultés à utiliser la pédale d'embrayage. Si vous ressentez un comportement anormal comme une pédale qui devient dure quand vous appuyez dessus pour débrayer ou une pédale qui vibre, ce signe est révélateur d'un embrayage usé. Néanmoins, il faudra également contrôler le câble afin de vérifier que ce n'est pas ce dernier qui pose problème. Des bruits étranges quand vous n'appuyez pas sur la pédale d'embrayage. Si la butée d'embrayage est fatiguée ou défectueuse, il est fort probable que votre voiture émette des sons de frottement anormaux lorsque vous roulez avec. Pour le vérifier, il suffit d'appuyer sur la pédale d'embrayage : si les bruits cessent, c'est bien l'embrayage qui est en cause. Des problèmes lors du changement de vitesse à cause d'un embrayage qui patine à l'accélération ou à chaud. Si le régime moteur s'emballe lors d'un changement de vitesse quand vous embrayez à haute vitesse, ou inversement si le régime moteur reste bas alors que vous accélérez à basse vitesse, il s'agit de signes d'un embrayage qui patine. Et plus particulièrement de disques d'embrayage usés et en mauvais état. Des broutements de l'embrayage quand la voiture démarre. Généralement, la cause provient de disques d'embrayage qui sont voilés. Les broutements se traduisent par des à-coups au démarrage. Le passage des vitesses est difficile, marche arrière comprise. Vous pouvez également entendre un bruit typique de craquement quand vous enclencher une vitesse en plus d'avoir du mal à la passer. Quels sont les risques de rouler avec un embrayage usé ou défectueux ? Les problèmes d'embrayage se détectent le plus souvent lors des rendez-vous d'entretiens et de révisions chez le concessionnaire. Néanmoins si vous identifiez des signes révélateurs d'un embrayage fatigué, il est important de ne pas attendre avant de consulter un garagiste. Si l'état d'usure est peu avancé, vous allez principalement rencontrer des gênes au niveau de la conduite : pédale d'embrayage ou levier de vitesse un peu plus durs qu'habituellement par exemple. Même si la gêne est supportable, il convient de faire contrôler le système car la dégradation de ces pièces mécaniques va s'intensifier. Si l'état d'usure est avancé, vous allez rencontrer de plus en plus de problèmes avec votre voiture : embrayage qui patine, bruits ou encore broutements au démarrage. Des odeurs de brûlé peuvent également se faire sentir à l'intérieur de l'habitacle. Mais surtout, vous risquez de tomber en panne et de voir votre véhicule immobiliser plusieurs semaines. En effet, entre la commande des différentes pièces de remplacement et la disponibilité de la main-d'œuvre, ces travaux peuvent durer très longtemps. Dans les cas les plus extrêmes comme la casse de l'embrayage quand on conduit la voiture, il devient impossible de passer les vitesses et la voiture est donc bloquée.
  12. Imaginons que vous roulez avec votre véhicule, soudainement, plusieurs éléments ne répondent plus et ne sont plus fonctionnels, et vous décidez de vous arrêter, toutefois, votre véhicule ne redémarre pas ou éprouve des difficultés au redémarrage, ce qui peut être un souci venant d'une pièce de votre véhicule, en d'autres termes, un problème de batterie de voiture. Quels sont les signes qui indiquent qu'une batterie fatigue ? Comment reconnaître une batterie de voiture est en fin de vie ? Une batterie faible a des conséquences directe sur le bon fonctionnement de votre véhicule. Les principaux symptômes d'une batterie de voiture défectueuse ou en fin de vie concernent la tension, l'oxydation des cosses ou encore des difficultés à démarrer la voiture. Problème de batterie de voiture : découvrez les bons gestes à adopter ! Problème de batterie auto : qu'est-ce qu'une batterie fatiguée ? Une batterie fatiguée est une batterie dont la tension est très faible. En fonction de l'âge et de l'état de la batterie, il est parfois impossible de la recharger et un remplacement s'avère nécessaire. Il faut aussi différencier deux types de batteries : les batteries sans entretien et celles avec. Certaines batteries requièrent également un entretien périodique, notamment pour vérifier et tester l’électrolyte dans chacune des cavités. Comment détecter un problème d'une batterie de voiture ? Le véhicule n'est pas composé que de cette pièce, vous ne pouvez donc pas supposer que chaque panne provient de cet élément précis, cependant, il est utile de savoir comment détecter un problème de batterie d'une voiture, si la mécanique et l'électricité ne font pas partie de votre domaine d'expertise, vous aurez besoin de consulter notre liste de moyens pour identifier la source du problème : Le dysfonctionnement des éléments électroniques : l'éclairage des optiques est très faible. La voiture a du mal à démarrer ou le moteur ne démarre pas. démarrage sans réchauffement non-possible. L'apparition d'un signal au niveau du tableau de bord. Une voiture qui a du mal à démarrer doit donc immédiatement vous alerter quand à l'état de la batterie. Dans le cas contraire, vous risquez tout simplement de tomber en panne. Surtout que les tentatives de démarrage successives vont elles-mêmes fatiguer davantage la batterie et la vider. Plus vous attendez et plus vous serez dans l'obligation de remplacer cet équipement électrique. La partie électrique peut concerner tous les composants qui ont besoin d'électricité pour s'allumer et fonctionner, que ça soit le tableau de bord, les essuie-glaces, ou encore la radio, une fois que cette partie semble de ne plus s'allumer, le problème peut alors survenir de la batterie. Un signe révélateur d'une batterie auto déchargée concerne l'intensité de l'éclairage des feux lors de l'allumage. Si les optiques éclairent très faiblement quand la voiture n'est pas en circulation, cela peut venir d'un problème de batterie par exemple. Quand vous démarrez votre moteur, celui-ci ne s'enclenche pas directement comme il le devrait, vous ressentez donc une certaine difficulté comparée aux autres fois, parfois celui-ci ne démarre plus qu'après plusieurs tentatives, ce qui peut être un signal de fatigue de la part de votre batterie. Pendant la période de froid, certains anciens véhicules ont des difficultés lors du démarrage, si cela arrive, c'est surtout, car leur batterie est faible et commence donc à lâcher. Que faire en cas de problème d'une batterie de voiture ? Cela vous arrivera certainement, tous les automobilistes sont passés par cette situation, et chacun a réagi différemment selon son expérience personnelle en matière de pannes, cependant, vous devez toujours savoir quoi faire en cas de problème d'une batterie de voiture, avoir les bonnes réactions vous sortira de cette situation aussi vite que vous y êtes entré : Désactiver certaines options énergivores pour faciliter le démarrage : climatisation et feux par exemple. Demander une aide extérieure pour l'utilisation de câbles électriques ou pour pousser le véhicule. Tenter un redémarrage par court-circuit. Laisser un temps de repos à la batterie. La meilleure option, reste de demander une aide extérieure, que ça soit par une personne que vous connaissez, ou par une personne qui pourra charger votre batterie voiture juste assez pour que vous puissiez redémarrer et repartir vers une station proche. Concernant le démarrage à l'aide de câbles électriques, cela impose d'avoir des câbles dans sa voiture mais également de trouver un automobiliste qui accepte de vous aider pour la démarrer. Plus physique, vous pouvez aussi tenter de démarrer la voiture en poussant le véhicule. Le redémarrage par un court-circuit n'est pas aisé, vous devrez user de certains moyens électriques pour provoquer un démarrage forcé de votre voiture, cela est aussi risqué si vous ne connaissez pas correctement les rouages de votre véhicule. Votre batterie n'est peut-être pas complètement perdue, vous pouvez accorder un bénéfice du doute en lui laissant quelques instants de repos avant de tenter un redémarrage, et ce, afin de vérifier que le souci provient effectivement de votre batterie. Comment éviter un problème de batterie d'une voiture ? La prévention vaut mieux que la guérison, avant de tomber dans ce souci, tâchons d'essayer de savoir comment éviter un problème de batterie de voiture, cela empêchera de tomber dans une telle situation qui peut facilement devenir désagréable et cauchemardesque pour certains automobilistes, pour conserver autant que possible la batterie de votre voiture, voici ce qu'il y a lieu de faire : Vérifier régulièrement son état et surtout son niveau de charge via la tension. Réagir rapidement en cas de faiblesse en la branchant à un chargeur de batterie adapté. Éviter une sollicitation quotidienne sur des trajets très courts qui sollicitent la batterie mais ne permettent pas de la recharger. La batterie, comme tout autre composant de la voiture, est considérée comme étant un consommable, cela veut dire que sa durée de vie n'est pas illimitée, vous devez donc la conserver autant que possible, et vérifier constamment son état grâce à un appareil spécial destiné à cette fonction. Pour contrôler le niveau de charger et plus précisément la tension, l'acquisition d'un voltmètre ou d'un testeur et chargeur de batterie est nécessaire. D'ailleurs, le chargeur s'avéra indispensable pour remettre en état une batterie déchargée. Si durant la conduite, vous ressentez une quelconque baisse de régime de vos appareils électriques à l'intérieur, ou durant vos voyages nocturne, une faiblesse des lumières, cela devrait vous alerter avant que la batterie ne soit complètement inutilisable, vous devrez donc procéder à la recherche de solutions le plus tôt possible. Parfois, on ne se rend pas compte qu'on utilise notre batterie d'une façon qui peut sembler à un gaspillage, comme laisser une radio allumée alors qu'on quitte le véhicule, ces petits gestes peuvent la conserver. En conclusion, il vous faut faire attention lorsque vous repérez un problème de batterie de voiture.
  13. L'achat de pièces d'occasion pour réparer sa voiture ou remplacer un équipement défectueux permet de réaliser d'importantes économies. Selon son véhicule, il est plus ou moins facile de trouver des pièces détachées d'occasion. Certains marchands proposent même une garantie sur articles en occasion. Pour un véhicule, la périodicité de remplacement de certaines pièces est indiquée dans le carnet d'entretien. Elle ne l'est pas pour d'autres, qui contribuent pourtant grandement à la sécurité du véhicule. Revoyons ensemble les pièces auto qu'il faudrait remplacer plus souvent, mais qui sont fréquemment négligés. Quels sont les équipements de voiture qu'il faut changer régulièrement ? Quand changer les pièces de son véhicule ? Quelles sont les pièces détachées d'occasion à remplacer souvent ? Retrouvez toutes les informations sur les pièces auto qu'on devrait remplacer plus souvent et sur la réparation avec des pièces d'occasion. La ceinture de sécurité, une pièce auto à remplacer plus souvent Élément essentiel de la sécurité du véhicule et de ses passagers, la ceinture de sécurité fait partie des éléments qui méritent une attention particulière. En principe, le conducteur et tous les passagers doivent en porter. La ceinture de sécurité, une pièce auto au rôle essentiel La ceinture de sécurité vous protège des chocs en cas d'accident. Grâce à ses points d'ancrage, elle vous évite d'être propulsé vers l'avant si une collision venait à se produire. Si un impact en dessous de 50 km/h peut entraîner des blessures légères, au-delà, vous risquez d'y perdre la vie. En cas d'accident, la ceinture comprime l'abdomen et maintient le thorax, les deux parties les plus robustes du corps. Puisque celle-ci peut sauver la vie du conducteur et de ses passagers, il est essentiel qu'elle soit en excellent état et ne présente pas de signes d'usure. Les sites spécialisés dans les pièces auto d'occasion permettent de se procurer une ceinture de sécurité d'occasion pour remplacer l'ancienne à petit prix. Vous profiterez en même temps d'articles d'origine qui ont été bien contrôlés avant d'être remis en vente. Il suffit de faire une petite recherche en fonction du modèle de votre véhicule pour trouver votre bonheur. Ces magasins spécialisés en ligne vous fournissent différents types de ceintures de sécurité : arrière gauche, avant gauche, arrière centre, arrière droite et avant droite. Les sanctions possibles En France, le port de la ceinture de sécurité est obligatoire et son absence peut vous valoir une contravention de 4e classe, correspondant à un retrait de 3 points sur votre permis, accompagné d'une amende de 135 euros si vous êtes contrôlé. Vous pouvez également écoper d'une contravention si un mineur à bord n'est pas attaché. L'amende peut être minorée à 90 euros si vous effectuez un paiement dans les trois jours et majorée à 375 euros si vous la réglez tardivement. Il est donc essentiel que tout le monde soit équipé d'une ceinture de sécurité pour rouler en toute légalité. Comment choisir sa ceinture de sécurité ? Il existe deux types de ceintures de sécurité : La ceinture de sécurité à enrouleur : Il s'agit d'un système mécanique, fonctionnant à l'aide d'un ressort. Elle produit une tension continue. En cas de choc, la ceinture se verrouille systématiquement ; La ceinture de sécurité à prétensionneur : Ce modèle est doté d'un système électronique. Elle fonctionne à l'aide de capteurs qui captent la vitesse et les chocs. Lorsque c'est nécessaire, la ceinture applique alors un effet de tension. Tous les modèles sont disponibles en pièces auto d'occasion. Quand remplacer sa ceinture de sécurité ? Il faut remplacer votre ceinture de sécurité lorsque celle-ci ne se clipse plus correctement. Si tel est le cas, votre sécurité n'est plus garantie en cas de choc. Dans un premier temps, vous pouvez vérifier qu'aucun élément n'est coincé dans le boîtier. Vous pouvez nettoyer celui-ci à l'aide d'une aiguille ou d'un aspirateur. Mais si rien n'y fait, il peut être nécessaire de changer votre ceinture de sécurité. Il se peut également que celle-ci ne fonctionne plus à cause de l'usure. Là aussi, il sera nécessaire de la remplacer, car elle compromet non seulement votre sécurité, mais constitue aussi un motif de contre-visite lors de la visite technique, si elle est en mauvais état. Pour limiter les coûts, vous pouvez vous tourner vers une ceinture d'occasion de qualité. Comment changer sa ceinture de sécurité ? La première chose à faire est de se procurer une ceinture de sécurité qui soit compatible avec votre voiture. Il est le plus souvent facile d'en trouver qui soit d'occasion, mais en excellent état. Pour éviter les coûts de main-d'œuvre, vous pouvez aussi changer vous-même votre ceinture de sécurité. Commencez par démonter l'ancienne installation. Enlevez la cache qui se trouve à droite et démontez la vis. Assurez-vous de bien vous rappeler l'ordre des rondelles pour faciliter le montage. Puis, déposez l'enrouleur. Enlevez la partie plastique du côté droit pour accéder à l'enrouleur et démonter la vis qui le maintient en place. Enlevez la partie haute de la ceinture. Pour cela, il vous suffit de tirer dessus et de démonter la vis qui le maintient. Pour le montage de la nouvelle ceinture, vous devrez refaire la même opération dans le sens inverse. Commencez par poser l'enrouleur, suivi de la partie haute, puis remontez l'enrouleur avec toutes ses vis et remettez en place la cache en respectant l'ordre des rondelles. Enfin, assurez-vous que votre ceinture fonctionne correctement. Les phares, une pièce auto à bien prendre en considération Les phares, ou feux de voiture, permettent d'éclairer la route et d'assurer la visibilité du conducteur. Souvent négligés, les phares de voiture jouent aussi un rôle clé dans une conduite sécuritaire. D'une simple ampoule à remplacer à l'ensemble du bloc phare, les réparations dépendent de la panne rencontrée. Le rôle des phares Grâce aux phares, on a une bonne visibilité sur la route et ils permettent également de signaler notre présence aux autres usagers. Ils servent également à informer ces derniers de tout changement de comportement, lorsqu'on va bifurquer à droite ou encore s'arrêter par exemple. Les phares sont pour cela dotés de plusieurs blocs. Chaque feu dispose d'un rôle spécifique. Les feux diurnes : ils permettent d'assurer la visibilité du véhicule par les autres passagers ; Les feux de croisement : ils s'utilisent lors des intempéries la nuit, afin d'éviter d'éblouir les autres conducteurs ; Les feux de route : très puissants, ils assurent une visibilité maximale de la route ; Les feux de brouillard avant et arrière : Ceux à l'avant permettent de mieux voir la chaussée dans des conditions difficiles (neige, forte pluie…). Ceux à l'arrière permettent aux autres véhicules de se rendre compte de votre présence ; Le feu de recul : il permet de signaler aux autres usagers de la route votre intention de reculer ; Les clignotants : ils sont utilisés pour les changements de direction ; Les feux d'angle : ils sont facultatifs, mais permettent au conducteur de mieux voir sur les côtés lorsqu'il souhaite faire une manœuvre. Les sites de vente de pièces auto d'occasion proposent un large choix de modèles. Vous pourrez alors trouver facilement celui dont vous avez besoin. Pourquoi et quand changer ses phares ? Des phares en mauvais état peuvent non seulement vous mettre en danger, mais constituent également un motif de refus au contrôle technique. Ils ont en général une durée de vie de 6 à 8 ans. Au fil du temps, les vitres deviennent de moins en moins transparentes. La lumière a alors du mal à passer. Vous pourrez réaliser un changement d'ampoules et nettoyer vos phares pour commencer. Mais si ça ne marche pas, il faudra remplacer vos phares. C'est également valable lorsque le cache des phares devient jaune ou opaque, ou lorsque le plastique s'est fendu. Les problèmes d'étanchéité sont aussi fréquents. Des caches d'étanchéité en mauvais état peuvent provoquer des fuites. La présence de corps étrangers dans les fentes d'aération, ou encore le verre de phare lui-même peut devenir le point d'entrée de l'humidité lorsqu'il est fissuré. Un remplacement constitue le meilleur moyen de retrouver une visibilité optimale. Quel que soit votre problème, vous pourrez le régler à petit prix grâce aux pièces auto d'occasion. Comment changer ses phares ? Le changement des phares varie, selon qu'il s'agit des feux avant ou arrière. Vous aurez accès aux phares avant depuis le capot et aux phares arrière depuis le coffre. Il faut commencer par couper le contact et éteindre l'éclairage. Laissez la batterie refroidir avant d'ouvrir le capot puis débranchez la batterie. Selon le modèle de véhicule, il se peut que vous puissiez démonter uniquement le cache-plastique du phare. Mais dans certains cas, il sera nécessaire de déposer le pare-chocs pour démonter les optiques de phares. Pour y arriver, vous aurez à dévisser les vis de fixation de la calandre. Il faudra ensuite déposer le bloc optique, en dévissant les différentes fixations, puis en le tirant vers vous, en faisant attention aux fils électriques que vous aurez débranchés. Vous pourrez alors procéder au démontage du phare à proprement parler. Si nécessaire, retirez l'ampoule et remplacez-la. Vous pouvez monter votre nouveau phare en répétant le processus dans le sens inverse. Et enfin, assurez-vous que vos phares marchent correctement avant de reprendre la route. Si l'opération ne dure qu'une quinzaine de minutes et est relativement facile, il vaut mieux la confier à un professionnel en cas de doute, notamment pour les modèles de véhicules récents, la technologie compliquant la procédure. Les autres pièces auto à changer fréquemment D'autres pièces d'usure requièrent également votre attention, pour une voiture fiable, sécuritaire avec une plus longue durée de vie. C'est par exemple le cas des plaquettes de frein, qui permettent d'immobiliser le véhicule. Elles s'usent plus ou moins vite en fonction de l'usage que vous faites de votre auto. C'est également valable pour vos pneus. Il faut les changer quand la bande de roulement est devenue trop mince. Pensez également à vérifier régulièrement vos essuie-glaces. Lorsque le caoutchouc finit par s'assécher, ils ne fonctionnent plus correctement et compromettent votre vision en cas de pluies. Les bougies d'allumage, la batterie, les filtres ou encore les courroies de distribution sont autant de pièces dont il faut vérifier régulièrement l'état et qui nécessitent un remplacement en cas d'usure. Référez-vous à votre carnet d'entretien et à votre garagiste pour plus de sécurité. Toutes ces pièces sont vendues à petit prix auprès des sites de vente de pièces d'occasion. Les avantages d'acheter des pièces d'occasion L'entretien d'une voiture peut constituer un poste de dépenses très important en fonction de chaque foyer. Si certaines pièces sont disponibles à prix raisonnables, d'autres peuvent représenter un véritable investissement. La solution pour limiter les dépenses et ne pas se ruiner consiste à se tourner vers les pièces d'occasion. Ce choix offre plusieurs avantages. Des pièces de qualité à prix abordable Il est possible de trouver des pièces de très bonne qualité, sur internet directement. Elles vous permettent de faire des économies considérables, par rapport à l'achat d'équipements neufs. Les prix peuvent aller jusqu'à 70 % moins cher. Souvent, elles sont encore en excellent état et font même l'objet de remise à neuf et de contrôles minutieux avant d'être commercialisées, pour assurer leur qualité. Un grand choix de modèles L'achat de pièces d'occasion en ligne vous permet de bien comparer les prix, tout en ayant accès à un grand choix de modèles. Vous pourrez trouver assez facilement la pièce qu'il vous faut en fonction de la marque et du modèle de votre véhicule, et ce sans bouger de chez vous. Vous pouvez également bénéficier de services après-vente et de conseils dans le choix de vos pièces dans la plupart des cas. Favoriser l'économie circulaire De nombreux véhicules atterrissent régulièrement aux centres de véhicules hors d'usage. Et dans de nombreux cas, ils sont équipés de pièces encore en excellent état. Au lieu de les gaspiller, ils sont reconditionnés et revendus. En vous procurant une ceinture d'occasion par exemple, vous favorisez alors l'économie circulaire. On limite la production de nouvelles pièces et participe à la protection de l'environnement.
  14. Quand on est au volant de son véhicule, on peut ressentir certaines différences au niveau du comportement du véhicule. Cela peut parfois être le coup d'une intuition ou seulement d'une impression : voiture qui a plus de mal à démarrer qu'à l'habitude, perte de puissance, systèmes d'électronique ou d'éclairage qui dysfonctionnent, etc. Autant de symptômes d'une perte d'énergie ayant très souvent comme origine la batterie de la voiture. Il est important d'être attentif à ces signes de fatigue d'une batterie de voiture afin d'éviter de tomber en panne. Comment savoir si la batterie auto est morte ? Quels sont les symptômes d'une batterie en fin de vie ? Comment reconnaître une batterie de voiture déchargée ? Comment savoir si on doit changer la batterie d'une voiture ? Retrouvez la liste des signes de fatigue d'une batterie de voiture pour apprendre à reconnaître une batterie fatiguée. Comment reconnaître la fatigue d'une batterie ? Avant de vous donner les solutions, commençons par confirmer comment reconnaître la fatigue d'une batterie, cela vous aidera à confirmer ou non votre première intuition sur le problème, et pour faire la reconnaissance de cette anomalie, voici les signaux qui ne trompent pas : Souci lors du démarrage du véhicule : difficulté ou impossibilité à démarrer. Dysfonctionnement des éléments électroniques. Dysfonctionnement de l'éclairage qui éclaire très faiblement la route. Apparition d'un voyant d'alerte sur le tableau de bord. La batterie est l'équipement qui apporte l'énergie nécessaire pour mettre en route le moteur. Pour assurer ce rôle, la batterie doit être convenablement chargée pour apporter l'électricité nécessaire aux bougies. Quand vous démarrez votre voiture, vous ressentirez que le moteur ne fonctionne pas correctement, en d'autres termes, vous ressentirez comme une sorte de réticence avant que la voiture ne démarre, ce qui n'arrive pas dans les situations normales, et qui peut donc alerter d'un signe de fatigue. Le dysfonctionnement de certains éléments électroniques devrait aussi vous alerter, si par exemple vous essayer d'allumer l'air conditionné, et que vous vous rendez compte qu'il ne démarre pas complètement, vous pourrez alors commencer à avoir des doutes en ce qui concerne la fatigue de la batterie. Les véhicules ont un système qui permet d'alerter l'automobiliste si la voiture rencontre un problème et qu'elle le détecte, ainsi, si vous remarquez qu'un signal est apparu sur votre tableau de bord, et si ce signal a la forme d'une petite batterie, cela veut dire qu'il faudrait songer à la diagnostiquer pour être assuré sur sa situation. Il s'agit du voyant dédié à la batterie. Vous trouverez plus d'informations concernant son apparition et les causes dans le manuel d'utilisation du véhicule. Comment remédier à la fatigue d'une batterie ? Si vous avez remarqué un ou plusieurs des problèmes de batterie énoncés ci-dessus, il y a peu de doutes à avoir. La batterie de votre voiture est fatiguée et requière une intervention pour ne pas tomber prochainement en panne. La fatigue est confirmée, un des éléments que nous avons cités est apparu sur votre liste lors de la vérification, cependant, faire le diagnostic n'est que la moitié de la solution, il vous reste maintenant l'autre moitié qui sera de remédier à la fatigue d'une batterie de voiture, et pour y arriver, les solutions suivantes s'offrent à vous : Recharger votre batterie. Remplacer la batterie. Vous n'aurez pas une grande marge de manœuvres sur ce coup, la première solution concerne le fait de recharger votre batterie, vous pouvez y arriver en utilisant des câbles électriques issus d'un autre véhicule qui serviront à remplir l'électricité de la vôtre, et ce, en attendant d'avoir une meilleure solution à portée de main. Il faudra ensuite parcourir une distance relativement importante pour espérer la rechercher de façon convenable. La meilleure solution consiste donc à utiliser un chargeur de batterie qui rechargera la batterie à fond ou tentera de la sauver en cas d'un voltage insuffisant (dans la mesure du possible). L'autre solution qui sera assez drastique, sera de carrément remplacer votre batterie. Il faut savoir qu'une batterie auto a une certaine durée de vie. En général, il faut compter 10 ans et même plus en cas de bon entretien à l'aide d'un mainteneur de chargeur ou d'un chargeur adapté. Si votre batterie est trop vieille, il sera certainement plus rentable de la changer à neuf. La prudence fini toujours par payer, et vous ne pourrez rouler indéfiniment avec une batterie qui présente des signes évidents de fatigue, car cela pourrait représenter un réel danger pour vous et pour votre voiture. Comment éviter la fatigue d'une batterie ? Mieux vaut prévenir que guérir, avant de songer à résoudre ce problème, essayons de savoir comment éviter la fatigue d'une batterie de voiture, cela vous fera économiser votre argent ainsi que votre temps sur les réparations et recherches que vous aurez eu à faire, et pour éviter ce drame, voici quelques conseils : Vérifier constamment le niveau de charge de la batterie. Ne pas laisser la voiture allumée sans rouler. Économiser sur certains éléments énergivores. Si possible, brancher la batterie La vérification constante ne sera jamais une solution de trop, les automobilistes les plus expérimentés vous diront qu'il faut constamment vérifier les pièces de sa voiture, et ce, afin de ne jamais être pris par surprise par une panne ou par une fatigue de la batterie. Parfois, lorsqu'on est à l'arrêt, nous laissons notre voiture en démarrage, avec tous les éléments électriques en fonction, ce qui réduit grandement la durée de vie de votre batterie, comme par exemple laisser les phares allumés pendant que vous n'en avez pas besoin. Si vous êtes en plein été, vous aurez certainement besoin de l'air conditionné lorsque vous roulez, cependant, vous pouvez faire certaines économies, nous pouvons citer comme exemple le fait de l'éteindre momentanément quand vous êtes sur le point d'aborder une pente raide, cela fera économiser de l'électricité à votre batterie afin qu'elle ne dépense pas d'énergie pour pousser le véhicule vers le haut. Pour conclure, les signes de fatigue d'une batterie sont assez clairs, ils permettent de dire de façon explicite que votre batterie atteint sa fin de vie, et qu'il serait peut-être temps de songer à la remplacer par une batterie neuve. Ou à minima investir dans l'acquisition d'un chargeur et mainteneur de batterie.
  15. En cas de sinistre partiellement ou totalement responsable, un malus est appliqué au coefficient permettant de calculer le montant de l'assurance auto. Ce n'est pas tout car le profil conducteur sera considéré comme risqué par les compagnies d'assurance qui pourront alors refuser d'assurer le automobiliste malussé. Or, il est indispensable de conduire tout en étant assuré. Ne soyez pas désespéré dans ce cas, une solution existe encore : le recours à un contrat d’assurance dédié aux conducteurs malussés ou résiliés. Bien que cela procure quelques inconvénients, les avantages affichés se montrent plus nombreux que les soucis. Votre prime d'assurance a augmenté de façon importante suite à un accident responsable ? Votre compagnie d’assurance a résilié votre contrat auto prématurément ? Comment trouver une assurance auto en tant que conducteur malussé ? Pour connaitre plus en détail comment s'assurer en tant qu'automobiliste malussé et où trouver des prix convenables, voici un article complet vous expliquant les avantages et inconvénients des assureurs spécialisés dans ces conducteurs au profil risqué. Qu'est-ce qu'une assurance pour conducteur malussé ou résilié ? En cas de sinistre responsable ou partiellement responsable, le conducteur obtient un malus. En cas de récidive (multiples accidents), le malus devient conséquent et il y a un risque que son assurance résilie le contrat. Les compagnies d'assurance n'aiment pas du tout ce type de profil jugé trop risqué. Il est d'ailleurs très compliqué de retrouver une assurance auto après une résiliation de l'assureur. Il y a alors des compagnies spécialisées pour ces conducteurs malussés ou résiliés. Mais bien entendu, cela a un coût ! Qu'est-ce que l'assurance auto pour conducteur malussé ou résilié ? Une assurance pour conducteur malussé ou résilié est donc un type d’assurance non classique qui prend en charge la couverture des conducteurs présentant des profils « à risques ». Elle exige également des cotisations régulières moyennant des garanties indiquées dans le contrat, qui évoque en plus des conditions à respecter. À qui s’adresse un assureur résilié ou malussé ? Un assureur résilié ou malussé s’adresse aux conducteurs résiliés. Mais pas seulement ! Il convient aussi aux conducteurs malussés après une faute grave vis-à-vis d’une assurance classique à laquelle ils ont souscrit. Il s’agit donc d’une compagnie d’assurance spécialisée pour les conducteurs qui ont ces profils. Elle propose des tarifs qui s’ajustent aux risques qu'ils représentent. Ces compagnies d'assurance spécialisées dans les profils à risques proposent également des solutions aux jeunes conducteurs ou aux conducteurs ayant eu des problèmes de non respect du Code de la Route. Toutefois, avant d’adopter cette solution, le conducteur doit négocier avec son assureur. Deux cas peuvent alors se présenter : Si l’assureur accepte (le meilleur des cas), le profil du demandeur ne sera pas perçu comme étant « à risques » par d'autres compagnies d’assurance. De ce fait, aucune augmentation de la prochaine prime d'assurance ne sera appliquée. Dans le cas où un conducteur malussé ou résilié ne parviendrait pas à trouver une assurance auto adaptée à sa situation et à son profil, l’État mettra à sa disposition un Bureau Central de Tarification ou BCT. Le BTC est un organisme qui ne dépend d’aucune compagnie d'assurance. Il intervient auprès des assureurs en cas de difficulté à souscrire un contrat d’assurance auto. Il détermine en général le montant de la prime d'assurance du conducteur et contraint l'assureur (choisi par le concerné) à accepter le profil du demandeur et à l’assurer. Autrement dit, le rôle principal du BCT consiste à permettre à tout propriétaire de véhicule terrestre à moteur d’être assuré, conformément à l’obligation de la législation française. Faire intervenir le Bureau Central de Tarification n’est possible que si le conducteur a déjà essuyé au moins deux refus par des assurances différentes, dans un délai de 15 jours après notification des réponses négatives. Bien que cette solution se montre accessible à tous, elle présente quelques inconvénients : Les démarches prennent beaucoup de temps. Le demandeur doit attendre au moins trois mois pour retrouver une assurance et conduire à nouveau son véhicule. Ce qui n’est pas très pratique, surtout pour les conducteurs réguliers. L’organisme n’est pas en mesure de fournir une assurance au tiers. Cela ne suffit généralement pas si le véhicule du concerné est neuf. Le contrat n’est valable que 1 an. En d’autres termes, le souscrit est obligé de recommencer la procédure dans le cas où le nouvel assureur ne renouvellerait pas le contrat. Conducteurs auto qui ont un malus important ou qui ont vu leur contrat d'assurance résilié par l'assureur La résiliation par l'assureur d'un contrat d'assurance auto fait souvent suite à un grave problème (non paiement des cotisations ou encore perte de permis) ou à une multiplication des sinistres déclarés. L’obtention des malus et la résiliation de contrat auto par un assureur n’est possible que si le sinistre est mentionné dans le chapitre concernant la résiliation et l’application des malus dans les conditions générales du contrat d’assurance. Ce chapitre indique des sinistres considérés graves, tels que : Un comportement frauduleux : si l’assuré fait une fausse déclaration ou fournit de fausses informations lors de la souscription, l’assurance peut considérer cela comme une fraude. Non-paiement des cotisations : l’assureur adresse une lettre recommandée au conducteur assuré, 10 jours suivant l’échéance de paiement des cotisations. 30 jours sont ensuite accordés pour le règlement. Si à l’expiration de ce délai l’assureur ne paie pas encore, l’assurance suspendra les garanties mentionnées dans le contrat. Elle peut aller jusqu’à l’application des malus, voire la résiliation du contrat. Des infractions ou des accidents responsables très fréquents qui ont entrainé le retrait ou la suspension de permis de conduite. Un ou plusieurs contrôles en état d’ivresse ou sous l’emprise de stupéfiant. En cas de résiliation de contrat, l’assureur est obligé d’informer l’assuré à l’avance par courrier recommandé (au minimum 2 mois avant la date d’échéance). Ainsi, le concerné disposera du temps nécessaire pour souscrire un contrat auto auprès d’une nouvelle compagnie d’assurance. Par ailleurs, les réglementations en vigueur le précisent clairement : l’assureur doit rembourser la cotisation au prorata, calculée à partir de la date de résiliation à l’avance jusqu’à l’échéance initialement prévue précisée dans le contrat. Les conducteurs dont le profil les empêche de trouver une assurance auto Certains profils de conducteur ont des difficultés à trouver un contrat d’assurance auto classique. Ces profils regroupent en général les conducteurs qui, d’après leur ancienneté, affichent plusieurs risques. Il s’agit donc des individus qui : Ont commis de nombreux accidents responsables, Ont résilié leurs contrats d’assurance plusieurs fois, Ont obtenu ou possèdent encore beaucoup de malus. Si les négociations avec votre assurance auto qui a résilié votre contrat n'aboutissent à rien, vous devrez vous intéresser aux solutions pour s'assurer en ligne. Les avantages d'un assureur résilié ou malussé pour l'assuré Quelles que soient les circonstances, être assuré présente toujours des avantages incommensurables en tant que propriétaire et conducteur de véhicule. Ainsi, le recours à un assureur résilié ou malussé s’avère toujours nécessaire pour l’assuré. En effet, malgré sa situation, il aura toujours besoin d’une couverture et d’une assistance en cas de coup dur. Et pour cause, les risques d’accident sont toujours présents dès lors qu’on conduit une voiture. Le fait est que certains sinistres plus ou moins graves ne peuvent pas être pris en charge par une personne physique ou morale. Une catastrophe ou un sinistre exigent souvent le paiement d’une somme faramineuse. En bref, souscrire un contrat auto auprès d’un assureur résilié ou malussé permet de bénéficier d’une prise en charge des imprévus parfois tragiques et jamais souhaités, plus précisément des remboursements des dégâts. En plus de conduire son véhicule en toute légalité sur les routes. Les inconvénients d'un assureur résilié ou malussé pour l'assuré Par rapport aux primes d’assurance classiques, la prime d’assurance revendiquée par un assureur résilié ou malussé se montre plus élevée. La compagnie d’assurance justifie ce haut tarif par le fait que l’assuré présente un profil très risqué. L’agence prend donc en considération certains paramètres pour définir le montant de la prime. On cite : Le nombre d’accidents responsables causés par le concerné, Le nombre de résiliations, L’ancienneté du conducteur. Elle s’appuie également sur le modèle du véhicule du demandeur et son utilisation. Plus encore, elle mesure l’importance de la situation qui a poussé l’autre assurance à résilier le contrat de l’assureur ou à le pénaliser par des malus. Dans le cas d’un assuré qui a obtenu des malus, il est important de préciser que le fait de changer d’assurance ne lui permet pas d’éviter ce malus. Bien au contraire, cela entrainera l’attribution d’une prime plus ou moins élevée. Pour retrouver une prime abordable, il faudrait donc être patient et accepter de payer plus cher son assurance auto au minimum pendant deux ans sans sinistre partiellement ou complètement responsable. Le malus sera alors annulé. Ainsi, il est fondamental de bien choisir les contrats d’assurance auto destinés aux conducteurs malussés ou résiliés pour ne pas être désavantagé. L’idéal est d’opter pour un assureur qui propose des prix abordables avec toutes les garanties de base pour couvrir son véhicule et soi-même. Face à la pluralité des assureurs malussés et résiliés, il est possible de recourir à un comparateur d’assurances pour ne pas être désorienté dans le choix. Ces comparateurs, également disponibles en ligne, sélectionnent et donnent des détails sur toutes les meilleures offres du marché de l’assurance auto pour conducteurs malussés. Certains orientent également le client et l’accompagnent dans les procédures.
×
×
  • Créer...